Revenir en hautAller en bas
Chroniques d'Irydaë
Bonjour, et bienvenue sur les Chroniques d'Irydaë. Déjà inscrit ? N'attends plus, et connecte-toi dès maintenant en cliquant sur le bouton "Connexion" ci-dessous !

Vous êtes nouveaux, que ce soit sur ce forum ou dans le monde du RPG ? Le choix d'un forum sur lequel vous pourrez vous épanouir n'est pas anodin, et il vaut mieux pour cela connaître l'univers dans lequel vous vous trouvez ! Nous avons pensé à vous, en vous préparant un guide qui vous permettra de découvrir pas à pas le monde des Chroniques d'Irydaë.

Si malgré cela, des doutes subsistent, n'hésitez pas à adresser vos questions aux Administrateurs.

En vous souhaitant une agréable visite !



 :: Gestion du personnage :: Registre des Initiés :: Identités classifiées
Page 1 sur 1


 Freyr Eindride

Freyr Eindride
avatar
Mar 24 Jan - 19:57
Irys : 24997
Profession : Dragonnier coursier
Pérégrin 0
Freyr Eindride



Passeport


Nom : Eindride
Prénom : Freyr
Surnom : Aucun, à sa connaissance
Sexe : Masculin
Âge : 36 ans
Métier : Dragonnier coursier
Communauté : Pérégrins
Lieu de naissance : Dyen



Aptitudes & possessions
  • Capacités affiliés : Aucune, hormis celle de manipuler un lézard capable de cracher le feu sans finir en barbecue.

  • Armes : Une dague et un arc. Ce dernier sert davantage à chasser son repas quand il traverse des zones désertes ou à impressionner des brigands de passage lorsque Skadi n'est pas dans le coin. Parce que d'habitude, la dragonne c'est largement suffisant niveau force de frappe dissuasive.

  • Familiers/montures : Skadi, une élégante dragonne de gabarit moyen mesurant à peine plus de quatre mètres de haut. Âgée de vingt-deux ans, c'est une créature de nature tranquille, parfois sujette à des crises de curiosité aiguë qui la poussent à s'éloigner quelque peu de son dragonnier pour fourrer son mufle dans tout ce qui l'intrigue. Cependant, dès qu'elle sent que Freyr est trop loin d'elle à son goût, elle rapplique dans la seconde. Trop protectrice envers lui ? Assurément. La dragonne n'en oublie pas pour autant ses instincts sauvages, et se révèle être une excellente chasseresse. Même si sa friandise préférée reste le miel. Surtout lorsqu'il se trouve tartiné sur un bout de viande. Mais le miel tout seul, ça fait très bien l'affaire aussi.

    Skadi apprécie la compagnie des autres dragons, mais a tendance à se fermer aux autres femelles, comme si elle craignait une quelconque rivalité. Quant aux autres créatures, elle paraît leur accorder peu d'importance, les considérant soit comme des proies potentielles, soit comme des nuisibles qui parasitent son espace vital.
    En ce qui concerne les êtres humains, elle manifeste assez rarement de l'agressivité envers eux. Enfin, sauf quand ils s'en prennent à Freyr, ou quand son instinct lui dicte de s'en méfier.

    En bref, méfiez-vous de la dragonelle, car croyez-moi, elle sait être sacrément vicieuse quand elle s'y met. Malgré un bon fond général.

  • Autres possessions : Des vêtements chauds, surtout. Quand on passe sa vie à voler à dos de dragon pour transmettre missives et colis en tout genre, il faut bien se couvrir sous peine d'attraper une pneumonie !
    Des harnachements de cuir solide pour Skadi, évidemment. Certaines pièces ont été spécialement taillées et travaillées pour permettre de la charger en courriers et paquets. Les points soumis à plus de pression sont renforcés avec un alliage de métaux le plus léger possible, afin de ne pas ralentir outre mesure la dragonelle.




Profil psychologiqueOn ne peut pas dire que Freyr soit quelqu'un d'agressif, froid, et trop sérieux. Ce serait même tout l'inverse, en fait. D'un naturel chaleureux et compatissant, il essaie d'aider le plus de personnes possible autour de lui, dès qu'il le peut. Altruiste, généreux, il lui arrive souvent de partager son repas avec ses proches ou même des personnes qu'il connaît à peine, si celles-ci se retrouvent sans rien. A vrai dire, Freyr ne court pas après les richesses matérielles. Les commissions qu'il touche en tant que coursier passent la plupart du temps en achat de nourriture pour Skadi -cette dernière ayant un palais assez difficile- ou pour lui-même. Car sur ce point-là, la dragonne et son dragonnier s'accordent à merveille : ce sont deux grands gourmands qui ne boudent jamais une friandise !

Freyr est un grand optimiste qui ne tient pas en place. Même lorsqu'il est de repos à Dyen, vous ne le verrez jamais se poser dans un coin plus d'une heure ou deux. C'est plus fort que lui, il ressent le besoin de bouger presque en permanence, de s'évader, d'aller là où le porteront ses envies. C'est l'une des raisons qui l'ont poussé à devenir dragonnier, d'ailleurs. Et il n'est jamais aussi heureux que lorsqu'il se trouve sur le dos de Skadi, cette dernière planant haut dans les airs.

Néanmoins, tout n'est pas rose non plus. Si Freyr a un tempérament très protecteur, il accuse une jalousie et une possessivité très marquées, qui tendent même vers l'exclusivité. C'est bien simple, il ne supporte tout bonnement pas qu'on empiète sur ses plates-bandes, ou qu'on essaie de s'approprier quelque chose qu'il estime lui appartenir. En général, ce sont des personnes, quand il ne s'agit pas de Skadi. Aussi territorial que cette dernière peut l'être, il deviendra grognon voire même agressif si on insiste un peu trop, ou si on ne tient pas compte de ses avertissements. En gros, s'il ne vous a pas offert de partager quelque chose, pas touche.

Cultivé et intelligent, notre dragonnier a cependant un autre grand défaut : sa crédulité. Enfin, pour être plus exact, disons qu'il veut tellement voir le bien en chacun qu'il a tendance à refuser de voir le mal. C'est ainsi qu'il se retrouve embourbé dans des situations improbables, alors qu'au fond, il a vu venir l'arnaque à trois lieues. Mais c'est plus fort que lui, et il a beau se dire qu'on ne l'y reprendrait pas... Deux semaines après, c'est reparti pour un tour.

En vérité, Freyr est un bon vivant, facile à côtoyer. Sa gentillesse ne fait pas de lui un lâche, pas plus qu'un benêt dont on peut abuser éternellement. Un peu, mais pas éternellement.



PhysiologieUne silhouette élancée et finement musclée, taillée davantage pour l'agilité et la rapidité que la force brute. Voilà un autre point commun que le dragonnier partage avec Skadi. Freyr est un homme plutôt grand, affichant fièrement un bon mètre quatre-vingt dix. Son corps est souple d'origine, mais il a travaillé cette aptitude dès qu'il en a compris l'utilité. Ainsi que son sens de l'équilibre, d'ailleurs. Bon, ce n'est certes pas une armoire à glace, mais se prendre un coup de poing de sa part ne doit pas faire du bien non plus.

Les traits de son visage -harmonieux, ne nous voilons pas la face- sont fins, quoiqu'un tantinet anguleux, quand y regarde de plus près. Freyr aime avoir les cheveux courts mais pas trop, et porte sa barbe plutôt fournie, bien qu'il en prenne grand soin et la taille régulièrement. Il attache une certaine importance à son apparence. Il est assez fier de sa crinière noire, au passage.
Ses prunelles d'un bleu acier contrastent avec la pâleur de sa peau, qu'il doit protéger des rayons du soleil quand ces derniers deviennent trop accablants, sous peine de finir coloré comme un homard au court bouillon.

En ce qui concerne les vêtements, Freyr n'est pas un adepte de l'excentricité. Il aime ce qui le rend élégant et passe-partout à la fois. Les couleurs sombre ou neutres sont ses préférées en matière de tissus, et il se soucie peu des matières. Tout ce qui lui importe, c'est que les fibres soient résistantes, aussi étanches que possible, et que ça lui tienne bien chaud quand il se retrouve perché à plusieurs centaines de mètres d'altitude. Etant très frileux, il avouera sans honte adorer tout vêtement rembourré, et tant pis si ça lui donne l'air plus épais qu'il ne l'est en réalité.



Biographie

Deux iris d'un bleu profond, glacé, me fixaient intensément. Les pupilles fendues frémissaient en rythme avec les narines, stimulées par ce tout nouveau monde qui tendait ses bras. Timidement d'abord, la créature bougea ses pattes. La coquille craqua sous ses petites serres, encore incertaines et gauches. Mais elle s'en fichait. Elle ne me lâchait pas du regard, avançant lentement mais sûrement. Quand le dragonnet trébucha sur un éclat plus gros que les autres, mon corps bougea tout seul. Je tendis aussitôt les bras pour rattraper le reptile. Un sourire étira doucement mes lèvres en songeant que plus d'un de mes amis auraient été dégoûtés de toucher ainsi un nouveau-né encore poisseux du liquide amniotique de son oeuf. Pas moi. En fait, ça me paraissait naturel, comme un réflexe. Aussi loin que remontait ma mémoire, je ne vivais que pour ce moment, j'en rêvais chaque nuit avant de m'endormir, et quand enfin je basculais dans le monde des songes, je rêvais que je parcourais les cieux juché sur le dos d'un dragon. Alors oui, je n'avais que quatorze ans et élever un dragon n'est pas une tâche aisée, mais je me sentais prêt. J'allais gérer tout ça comme un chef, je n'en doutais pas un seul instant. Après tout, j'avais eu de très bonnes notes durant ces quatre dernières années.

Le dragonnet émit un son plaintif, un genre de couinement aiguë. Je penchai la tête pour l'observer, curieux... Et il en fit de même, m'imitant. Un léger rire secoua mes épaules.

- T'es un sacré numéro toi, hein ? Bon, là tu es encore tout sale, mais je suis sûr qu'une fois propre tu seras blanc. C'est beau, un dragon blanc. roucoulai-je presque en approchant mon nez de sa petite gueule, un sourire ravi illuminant mon visage. Aïe, je déchantai rapidement, car voilà qu'il me le croquait ! Ca m'apprendrait à prendre un dragon pour un chat, tiens !

❧❧❧

Assis sur une colline, à l'extérieur de Dyen, je contemplais le paysage crépusculaire qui s'étendait juste sous mes yeux. Nous étions en plein été, et les couleurs avaient quelque chose de magique. Toute ma cité avait une aura enchantée, à vrai dire. Nous n'avions qu'à lever les yeux pour voir planer gracieusement nos dragons. J'avais hâte de pouvoir, moi aussi, grimper sur le dos de Skadi et aller où le vent nous porterait.
Cela faisait quatre ans, depuis son éclosion. La demoiselle était presque adulte, maintenant ! Et moi aussi, d'ailleurs... Etrange sentiment que celui-là. Je ne me sentais pas plus mûr qu'au jour où la petite lézarde avait percé sa coquille pour goûter à l'air frais du monde extérieur. Pourtant, mon père n'arrêtait pas de répéter fièrement à qui voulait bien l'entendre que son fils unique était déjà très mature pour son âge, et serait à n'en pas douter l'un des meilleurs dragonniers que Dyen n'ait jamais connu. Bah tiens... J'étais bon élève, oui. Mais pas à ce point-là. En fait, je ne nous voyais pas intégrer la Garde Cendrée ou les rangs de notre armée. Non. Ce serait prendre le risque de blesser Skadi, et je m'y refusais catégoriquement. Certains de mes camarades de classe me taxaient de lâche, à cause de ça. Tant pis. Et puis de toute façon, combattre ce n'est pas pour moi.

A voir les courbes des vallons s'esquisser au loin, les flancs des montagnes qui se découpaient contre le ciel, je n'avais qu'une envie. Prendre la clef des champs. Oh, pas définitivement. J'aimais trop ma ville pour ça, mais parcourir les autres continents serait une aventure sans pareil. C'est pourquoi j'avais pris la décision de devenir coursier. Livrer du courrier apparaissait comme une tâche ingrate à beaucoup de jeunes apprentis, mais personnellement ça m'enthousiasmait comme jamais ! Durant des jours et des jours, il n'y aurait que Skadi et moi, à travers les vastes étendues étrangères d'Irydaë. Et tout ces gens qu'on allait croiser, ces cultures qu'on allait découvrir... ! J'avais hâte d'y être. D'ailleurs, est-ce que ma soif d'aventures venait de ma mère ? Je ne le saurai jamais, puisque je l'ai malheureusement perdue peu après ma naissance. Pas de quoi tirer les larmes, je le vivais bien.

Soudain, je sentis qu'on me touchait l'épaule. C'est avec un sourire que je me tournais vers la droite pour me retrouver nez à mufle avec Skadi. La dragonelle avait bien grandi ! Plus question de la porter dans le creux de mes bras à présent, elle avait dépassé les trois mètres de hauteur, et mon mentor estimait qu'elle atteindrait certainement les quatre mètres. Elle était grande, certes, mais de constitution très fine et légère. Tout comme moi, Skadi était faite pour la célérité et l'agilité. On s'accordait tellement bien que c'était parfois difficile de croire que notre rencontre tenait presque seulement au hasard. A l'époque, j'avais pris son oeuf parce que je trouvais les reflets nacrés sur la coquille jolis. Voilà tout.
Skadi émit un grondement rauque, de faible intensité, en agitant légèrement la queue. Pas besoin de plus pour la comprendre.

- Ca va, te fatigue pas, j'ai saisi. râlai-je avec un soupir tout en me relevant. On rentre. Mais tu me portes !

Sans attendre une seconde de plus, je bondis sur son dos en m'aidant de sa patte avant. Bientôt, je ne pourrais plus le faire, ça. Certes, on manquait encore de technique en ce qui concernait le vol, mais en revanche à la course on était imbattables. Enfin, tant qu'on avait pas affaire à des poids légers, évidemment. C'est donc à fond de train, de l'allure bondissante des dragons en pleine course, que nous regagnâmes l'enceinte de Dyen.

❧❧❧

- Tu ne t'occupes que de ta bestiole, ça commence à bien faire, Freyr !
- Ma "bestiole" ? m'insurgeai-je, sourcils froncés. Ce n'est pas une bestiole, c'est une dragonne, Hnoss. Et elle ne t'a rien fait, alors si tu pouvais lui manifester un tant soit peu de respect, j'apprécierais.
- Oh si elle m'a fait quelque chose, elle m'a volé mon petit-ami ! Et tout ce qui passe sous son nez, d'ailleurs.
- Comment ça ?
- Freyr... Mais tu ne vois rien, ma parole ! Cette sale bête déteste, non, elle me hait ! Si elle pouvait, ça ferait longtemps qu'elle m'aurait dévorée, j'en suis sûre. Toi tu l'aimes tellement que tu refuses de voir quoi que ce soit, mais moi je ne suis pas aveugle. Alors maintenant, j'en ai assez. Soit tu lui accordes moins de temps, soit je te quitte. A toi de voir.

Aïe... Manifestement, Hnoss était on ne peut plus sérieuse. La jeune femme me toisait d'un oeil sévère, les bras croisées sous la poitrine, sa longue chevelure rousse légèrement en pétard. Je l'aimais, oui. Mais plus que Skadi ? ... Non. Même si ce n'était pas pareil.

- Tu as hésité. C'est bon, je sais ce que ça veut dire. Laisse tomber. Crétin, va.

La demoiselle quitta ma chambre en claquant la porte derrière elle comme une furie, m'arrachant une grimace. Bon... Eh bien tant pis. Mieux valait être philosophe dans ce genre de situation. Si elle n'était pas capable de comprendre quels impératifs exigeaient ma fonction de dragonnier, mais aussi de coursier, alors nous n'avions de toute façon rien à faire ensemble.
Et puis, au fond, je n'étais peut-être pas encore prêt à m'engager dans une relation à long terme. Demain, j'allais entamer mon premier voyage long courrier, vers le nord. Un colis et quelques lettres à remettre au plus vite, dans une ville dont j'avais déjà oublié le nom. Il faudrait que je me penche sur les cartes plus sérieusement avant le grand départ, sinon on était pas arrivé.

❧❧❧

Derrière moi, j'entendis le son caractéristique du cuir qui se déchire. Un rapide coup d'oeil immédiatement suivi d'un juron me confirma ce que je craignais. L'une des lanières venait de céder. J'avais bien vu qu'elle ne tiendrait pas le temps du voyage de retour, mais je n'avais plus de quoi la changer. J'avais prié pour que ça passe... Raté. Je tapai deux coups brefs contre les écailles de Skadi.

- Stabilise-toi !

Ni une ni deux, la dragonelle trouva un courant d'air ascendant pour s'y laisser porter en douceur. Quand elle fut bien stable, je me levai d'un bon, et presque comme si de rien n'était, je me dirigeai en équilibre presque parfait vers les hanches de ma dragonne. Des années d'entraînement et de pratique pour en arriver là, je ne conseille pas cette manoeuvre aux débutants ! Une chance, aucune lettre n'en avait profité pour jouer les files de l'air. Je bricolai donc rapidement une réparation qui tiendrait le coup jusqu'à Dyen, puis retournai m'installer sur ma selle, à la base du cou de Skadi, entre la naissance de ses ailes.

- C'est bon, mais vas-y doucement, il faut que ça tienne !

Elle me répondit d'un léger grondement que je sentis vibrer sous moi, avant de se remettre à battre des ailes pour reprendre de la vitesse.

C'était ça, ma vie. Des imprévus, des voyages incessants qu'ils soient sous la pluie, un grand soleil ou un violent blizzard, des rencontres étranges mais toujours riches en enseignements, et parfois de bonnes surprises. Une vie simple, mais qui me convenait parfaitement. Car après tout, qu'y-t-il de plus beau que les ailes d'un dragon caressant les nuages ?





Dans la vraie vie ?


Quel âge avez-vous ? 25 ans, gnéhé
Comment avez-vous découvert le forum ? On m'a odieusement tentatée, je crie à l'injustice, au meurtre, à l'assassinat !
La création de votre fiche a-t-elle été fastidieuse ? Nope. Enfin, sauf pour les parties caractère et physique, je déteste ces parties-là. uwu"
Avez-vous des suggestions pour rendre la validation plus facile ? Hum... Pas vraiment.
Code du règlement : [Ok par Mimisgal]


« Our songs of fire our footfalls of thunder, On we will go this army of light, Though peril's storm may tear us asunder, For our dear home we will fight, Geraint the Gold, Argenta the Silver, Cloaked from our sight yet saviors to all, When all seemed lost and blood ran in rivers, Down the Black Dragon did fall »

  (c) Bloody Storm
Skadi & Freyr


Dernière édition par Freyr Eindride le Mer 25 Jan - 0:13, édité 2 fois
Voir le profil de l'utilisateur

Bolgokh
avatar
Mer 25 Jan - 0:45
Irys : 35029
Profession : Créateur de monde à temps partiel
Administrateur
Liste des réputations de Freyr Eindride


Réputation auprès de Daënastre

RÉGIONS
RÉPUTATIONS
POINTS
Ünellia--------
0/30.000
Le Tyorum--------
0/30.000
Rathram--------
0/30.000
Vereist--------
0/30.000
Hinaus--------
0/30.000
Daënastre--------
0/150.000


Réputation auprès de My'trä

RÉGIONS
RÉPUTATIONS
POINTS
Suhury--------
0/30.000
Zagash--------
0/30.000
Zolios--------
0/30.000
Khurmag--------
0/30.000
Kharaal Gazar--------
0/30.000
Nomades d'Amisgal--------
0/30.000
Nomades d'Orshin--------
0/30.000
My'trä--------
0/210.000


Réputation auprès des Pérégrins

GROUPES
RÉPUTATIONS
POINTS
Pérégrins--------
0/30.000
Cité-État de Dyen--------
2.501/30.000
Cité-État d'Aalz--------
0/30.000
Cercles de l'aube--------
0/30.000
Ordre de la pénitence--------
0/30.000
Les Vigilants--------
0/30.000


~ N'hésitez pas à adresser vos questions par MP à Asmigal, Khugatsaa ou Möchlog, ils se feront un plaisir de vous aider ! ~
Voir le profil de l'utilisateur