Revenir en hautAller en bas
Chroniques d'Irydaë
Bonjour, et bienvenue sur les Chroniques d'Irydaë. Déjà inscrit ? N'attends plus, et connecte-toi dès maintenant en cliquant sur le bouton "Connexion" ci-dessous !

Vous êtes nouveaux, que ce soit sur ce forum ou dans le monde du RPG ? Le choix d'un forum sur lequel vous pourrez vous épanouir n'est pas anodin, et il vaut mieux pour cela connaître l'univers dans lequel vous vous trouvez ! Nous avons pensé à vous, en vous préparant un guide qui vous permettra de découvrir pas à pas le monde des Chroniques d'Irydaë.

Si malgré cela, des doutes subsistent, n'hésitez pas à adresser vos questions aux Administrateurs.

En vous souhaitant une agréable visite !



 :: Les terres d'Irydaë :: Daënastre :: Hinaus
Page 2 sur 2
Aller à la page : Précédent  1, 2


 Premiers soins [PV Sylith Senjak]

Eryn Caela
avatar
Sam 8 Avr - 22:00
Irys : 239956
Daënar +1






Premiers soins




Comme prévu, c'était bien les gardes qui tambourinaient à la porte. Quand Eryn arriva dans la salle après sa longue sieste, un des soldats présents la veille était en train d'interroger les camarades d'infortune de Sylith, sous le regard inquisiteur d'un collègue qui surveillait dans le même temps les collègues du garde pour éviter qu'ils débarquent en masse dans le cabinet. L'herboriste se glissa à côté de Sylith, qui la salua d'un signe de tête, avant de porter son attention sur le garde qui interrogeait les collègues de sa protégée en secouant la tête : la manière de faire du garde, même sous le regard des collègues de l'herboriste, n'était pas forcément celle que l'on utiliserait avec des blessés qui ont besoin de repos...

Eryn resta ainsi quelques minutes, avant de considérer qu'elle était un peu de trop dans le cabinet. Ses collègues avaient la situation parfaitement en main, et elle avait une formation à dispenser. Se tournant vers Sylith, elle se pencha pour lui souffler à l'oreille :

Je propose que nous sortions, nous ne servirons guère davantage en restant ici. J'espère que vous êtes prête à crapahuter dans la nature, parce que votre apprentissage, si vous y tenez encore, est loin d'être fini.

Puis elle tourna les talons et se dirigea vers le bureau, où elle poussa une porte qui menait sur l'extérieur sans avoir à passer devant les gardes qui pourraient les retenir. Attrapant sa besace, elle enfila une paire de chaussures confortables et se faufila vers l'extérieur, là où elle savait qu'elle pourrait trouver des plantes pour renouveler le stock et pour continuer à enseigner son art à la demoiselle.

Pendant quelques instants, la jeune femme marcha d'un pas ferme et tranquille à la fois, se dirigeant vers la porte de la ville, là où les plantes poussaient plus facilement qu'en pleine ville...
© Jawilsia sur Never Utopia
Voir le profil de l'utilisateur

Sylith Senjak
avatar
Ven 21 Avr - 11:38
Irys : 103087
Profession : Artisane - Commerçante - Aventurière
Daënar 0



Février 932 - Région d'Hinaus - Ville de Roceas et alentours
[pv - Eryn Caela]



Premiers soins


-----La discussion entre gardes, chasseurs blessés et guérisseurs continuait à son train, chacun recueillant les informations dont il avait besoin. Les gardes allaient pouvoir s'organiser pour que ce genre de problèmes surviennent de moins en moins, tandis que les guérisseurs pouvait mieux comprendre la source des blessures qu'ils soignaient, et ainsi travailler plus efficacement. J'avais pour ma part recueilli ce dont j'avais besoin, à savoir que... pour le peu de bien sauvés, ce n'était que des ressources possédés par les chasseurs avant la traque, je ne pourrais rien en tirer. Une totale perte de temps et d'énergie donc, mais tout de même un gain d'expérience.

"Je propose que nous sortions, nous ne servirons guère davantage en restant ici. J'espère que vous êtes prête à crapahuter dans la nature, parce que votre apprentissage, si vous y tenez encore, est loin d'être fini."

-----Je profitais de cette invitation de la part d'Eryn pour m'éclipser de cette discussion, quoique dire que ce fut un interrogatoire n'aurait pas été faux non plus. La délicatesse des gardes pour poser des questions était similaire à la démarche Khippogin..

"Je vous suis volontiers !" annonçais-je alors que déjà, je venais de me lever et lui emboîtai le pas. "Je ne m'attendais pas à ce que vous me laissiez si rapidement en paix, bien au contraire..." me permis-je d'ajouter d'un ton amusé.

-----L'air frais du dehors finit définitivement de réveiller mon visage, le léger vent qui l'accompagnait y jouant un certain rôle, alors que je sentais ma peau résister, s'étirer légèrement, mes yeux se plissant alors, aussi bien à cause de ce vent que de la luminosité. Mes cheveux fouettais mon visage, voletant d'une manière complètement incontrôlée, si bien que je me les attachais, sortant pour cela un ruban de la besace que j'avais passé autour du bras en sortant. Je suivis Eryn jusqu'à la porte de la ville, découvrant sur le chemin la ville, que je n'avais jusque là pas eu l'occasion d'observer, notre arrivé ayant été un peu ... chaotique et imprévue. La ville se réveillait tout juste, les échoppes s'ouvrant et commençant à exposer leurs produits, les commerçants installant leurs devantures, tandis que peu à peu, le bruit des discussions s'élevaient dans la ville. Construite à même la roche pour une grande partie de la ville, l'on pouvait de ce fait observer les mines, raffineries - et autres structures liées à l'exploitation de minerai et aux activités en découlant - grignoter les parois de la montagne telles des pucerons sur une branche.

"Combien de temps notre excursion prendra-t-elle ? Savoir s'il nous faudrait prendre de quoi camper, manger.. ?" Demandais-je poliment, promenant mon regard tantôt sur Eryn, tantôt sur la cité qui nous entourait.

-----Nous étions pour notre part situées au sein de la partie de la ville bâtie dans la vallée, ou du moins sur la partie la plus plate. La passe donnant accès à Vereist était visible au Nord-Ouest, bien que nous concernant, Eryn ainsi que moi-même, nous semblions nous diriger de l'autre côté de Roceas, vers la porte Sud de la ville. La vallée s'ouvrait ainsi au fil de nos pas alors que nous progressions, et je pu prendre conscience de l'immensité des montagnes de la région, de même que de la forêt qui semblait ramper le long de la vallée, au sud, tentant vainement de se hisser sur les hauteurs abruptes de ces géants rocheux.



© VanOtter



Mon rosier:
 
Couleur de dialogue: #8B4513
Personnages secondaires: #009900
Voir le profil de l'utilisateur

Eryn Caela
avatar
Ven 21 Avr - 19:38
Irys : 239956
Daënar +1






Premiers soins




Je vous suis volontiers ! Je ne m'attendais pas à ce que vous me laissiez si rapidement en paix, bien au contraire...

Eryn se contenta de sourire en gardant le silence, se faufilant dans l'air frais du matin, alors que le soleil sortait de sa torpeur nocturne, accompagné par les commerçants qui commençaient à ouvrir leurs boutiques pour la journée. Une belle journée qui s'annonçait, songea l'herboriste en marchant d'un pas vif, adressant un sourire aux passants qui la saluaient.

Assez vite, tout en regardant son environnement, Sylith demanda :

Combien de temps notre excursion prendra-t-elle ? Savoir s'il nous faudrait prendre de quoi camper, manger.. ?

Nous serons rentrées avant le coucher du soleil, n'ayez crainte. Et puis, nous ne nous aventurerons pas hors de la ville, avant que j'arrive mon collègue m'a gentiment indiqué un jardin où il a réussi, tant bien que mal, à faire pousser des plantes médicinales, répondit Eryn en souriant toujours, avant d'arriver au seul coin vert de la ville.

Situé dans une ruelle un peu secrète qui menait à une cour, le jardin ne payait pas de mine, et pourtant : le collègue d'Eryn avait réussi à mettre suffisamment d'herbes médicinales pour ne pas avoir à en faire venir d'ailleurs. Et en plus, il avait mis des pancartes sur chaque carré couvert de simples pour ne pas se tromper. Se tournant vers Sylith, l'herboriste déclara :

Mémorisez-bien les formes des feuilles, elles peuvent vous sembler un peu similaires mais c'est ce qui permet aux simples de se distinguer les unes les autres...

Pendant toute la journée ou presque, Eryn dispensa son art à sa disciple du jour, sans se préoccuper du temps qui passait ; il fallait bien essayer d'en dire un maximum, même s'il fallait des années pour enregistrer toutes les informations...
© Jawilsia sur Never Utopia
Voir le profil de l'utilisateur

Bolgokh
avatar
Ven 21 Avr - 23:47
Irys : 100027
Profession : Créateur de monde à temps partiel
Administrateur
[HRP : En vu du déploiement de la prochaine mise à jour, nous nous permettons cette petite intervention ponctuelle qui, rassurez-vous, n'exige aucune réponse. Libre à vous d'utiliser ces éléments dans votre RP. Amusez-vous bien !]




Oliver n'était habituellement pas quelqu'un de maussade. Le gaité du jeune garçon, qui chaque jour se plaisait à arborer fièrement ses quinze petits printemps, était aujourd'hui chamboulée par ce qu'il venait d'apprendre. Ce petit boulot de distributeur de journaux lui avait permis de se tenir au courant des moindres événement qui arrivaient dans son beau pays, mais ce jour-là, il aurait préféré de rien voir, ne rien savoir. Les bras ballant, la tête basse, il tirait sa piteuse charrette en direction du centre-ville de cette vieille Roceas, résigné à partager la triste nouvelle avec tout ces gens qui ne se doutaient encore de rien. Qui avait put orchestré une chose aussi cruelle ? En quoi était-ce si dur d'essayer de respecter la paix ? Son jeune esprit n'en savait trop rien.

Alors qu'il s'aventurait dans une étroite ruelle qu'il avait pour habitude d'emprunter afin d'éviter les routes boueuse de la Passe, il fut surprit de trouver dans l'un des jardins qui s'en suivait deux adultes, visiblement en train d'étudier les plantes. Instinctivement, il ralenti le pas. Était-il vraiment obligé de leur donner ce journal ? Était-il obligé de garder la tête haute et de hurler les terribles nouvelles qu'il avait à apporter ? Peu lui importait finalement. Ce jour-là était différent des autres, aussi il se contenta de leur adresser un "bonjour" mélancolique en déposant le journal à leur pieds, avant de continuer sa triste besogne.

Si les deux jeunes femmes s'y intéressaient, elles découvriraient que trois jours plus tôt, le 21 Février de l'an 932, un attentat avait eu lieu à Alexandria la prodigieuse. Sur la Une du journal, une photo, celle d'un mage criblé de balles, autour duquel jonchaient des dizaines et des dizaines de cadavre, tous calcinés. Des hommes, des femmes et des enfants, recouvert par des débris, agonisaient alors que les armures magithèques essayaient tant bien que mal de les sortir des décombres. La scène était apocalyptique, et les écrits rapportés par les journalistes s'accordaient tous sur le fait que l'acte avait été prémédité et revendiqué. Bien que les inspecteurs aient fait le choix de prendre ces revendications avec des pincettes, l'O'Meara a ordonné la perquisition des habitations de tout les my'träns résidant en Ünellia, organisant une traque à l'homme qui n'augurait rien de bon pour la suite ...


~ N'hésitez pas à adresser vos questions par MP à Asmigal, Khugatsaa ou Möchlog, ils se feront un plaisir de vous aider ! ~
Voir le profil de l'utilisateur

Aller à la page : Précédent  1, 2
Page 2 sur 2