Revenir en hautAller en bas
Chroniques d'Irydaë
Bonjour, et bienvenue sur les Chroniques d'Irydaë. Déjà inscrit ? N'attends plus, et connecte-toi dès maintenant en cliquant sur le bouton "Connexion" ci-dessous !

Vous êtes nouveaux, que ce soit sur ce forum ou dans le monde du RPG ? Le choix d'un forum sur lequel vous pourrez vous épanouir n'est pas anodin, et il vaut mieux pour cela connaître l'univers dans lequel vous vous trouvez ! Nous avons pensé à vous, en vous préparant un guide qui vous permettra de découvrir pas à pas le monde des Chroniques d'Irydaë.

Si malgré cela, des doutes subsistent, n'hésitez pas à adresser vos questions aux Administrateurs.

En vous souhaitant une agréable visite !



 :: Les terres d'Irydaë :: Daënastre :: Rathram
Page 1 sur 1


 Les spectres de l'estropiée

Valduis
avatar
Dim 5 Mar - 2:23
Irys : 137580
Profession : Assassin
Pérégrin 0
« Étonnant. »

Valduis avait trouvé comme refuge un petit emplacement situé en hauteur, sur une maison à plusieurs étages, au-dessus de laquelle on y avait déposé un début de toit et de murs; sans doute un étage de plus qui était en construction et qui avait été abandonné pour quelconque raison. Quoiqu'il en soit, il était à l’abri et cela le satisfaisait.

Cerka était une ville très enrichissante : active, jeune, dynamique, à l'image d'une Alexandria plus petite mais tout autant agréable. La seule différence qu'il y avait avec Alexandria, c'est que la criminalité était très faible ici, à Cerka. La région était principalement composée d'ingénieurs ou d'experts en mécanique tous domaines confondus, ce qui impliquait évidemment des travailleurs investis à temps plein et avec des revenus très suffisants.

Quant aux commerçants, ils étaient honnêtes pour la plupart. Les brigands, malfrats et profiteurs étaient peu nombreux au Centre-Nord, passé Änkar, tout simplement parce qu’il s'agissait de cités innovatrices et que la vie était convenable pour tous. En général, la majorité des armures et prothèses étaient issues de Rathram et ses alentours. Leurs meilleures réussites furent les armures renforcées portées plus tard par les Golems des villes militaires du sud, bien que leur fonction première ne fut pas de massacrer les mages adverses pendant les batailles mais tout simplement d'offrir une protection maximale contre tous types d'ennemis.

Valduis ne prenait aucun risque à se promener librement à l'intérieur de Cerka : la cité n'était ni préparée, ni sujette à des attaques d'assassins en tous genre. Les habitants étaient parvenus à établir un havre de paix durable que Valduis ne se risquerait pas de briser, même en exécutant son contrat. Naturellement minutieux dans ses missions, il s'était suffisamment renseigné pour savoir qu'il devra faire preuve d'une extrême attention afin d'atteindre ses victimes sans ne semer la moindre pagaille. Même si l'Ordre était réputé pour ne s'attaquer qu'à des malfrats, savoir la présence d'assassins dans une cité était signe de mauvais présage, surtout lorsque la criminalité était faible. En général, lorsqu'il y avait un assassin, c'est qu'il y avait des groupes de malfrats en liberté, et donc que la cité était souillée par la vermine. Du moins, c'est comme ça que le concevaient la majorité des citoyens.

C'était d'ailleurs pour cette raison que Valduis se manifesta pour obtenir le contrat dès qu'il fut au courant de la région d'où il avait été rédigé. La plupart des contrats étaient issus de Vereist, Aildor, Alexandria ou même les capitales du continent de l'Ouest comme Darga ou Shüren... mais jamais de Cerka. Valduis était un homme extrêmement curieux qui appréciait son métier d'assassin avant tout car il voulait être surpris. Il savait dès l'instant où il avait lu le contrat que son émetteur, « A. T. » saurait captiver son attention.

Et il ne fut pas déçu. Cela faisait plusieurs jours que Valduis était en pleine observation et qu'il ne quittait pas du regard sa cible. Les contrats étaient soumis à des formalités strictes qui étaient nécessaires pour assurer à la fois la protection de l'assassin, mais aussi de l'émetteur du contrat. N'inscrire que les initiales du nom et du prénom sur le contrat en était un exemple - l'Ordre parvenait toujours à trouver l'identité de leur client d'une manière ou d'une autre-.

Mais il existait d'autres prérogatives, notamment celle de devoir observer pendant plusieurs jours le client avant d'entrer en contact avec lui. Les assassins dépassaient volontairement la date fixée pour le rendez-vous, d'une part pour s'assurer que la cible n'était pas un ennemi, d'autre part pour être certain de sa détermination, et enfin pour tromper tout adversaire de l'Ordre, au courant du contrat, qui aurait tendu une embuscade sur le lieu du rendez-vous.

Jamais Valduis n'avait été fasciné par une telle force de volonté. Cette « A. T. » qui déambulait en-dessous de lui, une fois de plus déçue d'avoir attendu en vain qu'un membre de l'Ordre pointe le bout de son nez, était une source de mystère qu'il se devait d'élucider. Valduis avait décelé le plus gros du trait caractériel de sa cliente grâce à son observation approfondie : sa détermination et sa combativité se lisaient à travers son regard, et rien ni même ses prothèses qui la faisaient boiter ne semblaient pouvoir venir à bout d'un tel mental d'acier. Elle semblait talentueuse et sûre d'elle-même; sans-doute que ce contrat était pour elle une simple étape à passer pour parvenir à réaliser des projets de plus grande envergure.

Valduis aimait tout particulièrement ce temps qu'il prenait à épier, examiner et constater. Oh, ce n'était pas une obsession perverse et psychopathe que de passer plusieurs jours à guetter le client du contrat auquel était rattaché un assassin. Il était simplement toujours extrêmement fascinant de deviner, par hypothèse, qu'est-ce qui amenait un individu quelconque à se tourner vers le meurtre avant de pouvoir en avoir la réponse véridique lors d'une rencontre en face-à-face. Valduis pensait d'ailleurs avoir déjà établi un lien entre le contrat d' « A. T. » et les prothèses qui remplaçaient son bras et sa jambe. Il voulait maintenant en avoir le cœur net.

Quelque soit le stade de son observation, Valduis avait suffisamment fait patienter la jeune demoiselle. La date avait été fixée entre le 10 et le 13 Octobre 932, et nous étions le 15 Octobre à une heure tardive où « A. T. » rentrait chez elle, une fois de plus, persuadée que son cas avait été oublié et que l'Ordre ne viendrait jamais répondre à sa demande.

Il attendit qu'elle atteigne le seuil de sa porte pour s'extirper des ombres et se présenter sous la lumière de la nuit. Elle n'était guère plus lumineuse mais suffisamment claire pour y distinguer une silhouette encapuchonnée et deux yeux perçants qui la fixaient avec intérêt.


« Vous nous attendiez. Nous avons répondu à votre demande. »

Il désigna la porte de chez elle - ou de l'hébergement qu'elle aurait pu louer le temps d'un séjour - afin de l'inviter à y rentrer et ainsi être en sécurité.
Voir le profil de l'utilisateur

Allys Terasu
avatar
Dim 5 Mar - 13:33
Irys : 203873
Profession : Ingénieur mécanique
Daënar +1
« Bien joué. »

L'homme était fier de son coup. Sa victime venait de s'évanouir, la tête gisant sur la table. A côté de lui était assit son comparse.

« Ce n'est rien, il a vu un peu gros pour la boisson ! » Lança-t-il au tavernier.

Aidé de son acolyte, il transporta l'homme soit disant ivre vers la sortie. Ils ne se doutèrent même pas qu'ils avaient éveillé la curiosité d'une jeune femme. Celle-ci était vêtue d'un long manteau donc la capuche lui dissimulait le visage. Elle se leva, se dirigeant elle aussi vers la sortie. Il faisait nuit noire à cette heure. Visiblement, c'était le moment idéal pour deux malfrats. Profitants d'être seuls, du moins le pensaient-ils, les deux hommes dépouillèrent leur victime de ses biens avant de prendre la poudre d'escampette.

C'était donc ce qu'ils étaient devenus ? Allys senti une pointe de déception l’envahir avant de se reprendre. Comment des êtres aussi mauvais pouvaient bien changer de toute manière ? Ce qu'elle ne savait pas encore c'était à quel point ils étaient devenus pires.

La mécanicienne avait fait un long chemin pour revenir en Daënastre. Malgré un nouveau départ, son passé la hantait toujours. Comment oublier sa tragédie alors que ses odieuses prothèses restaient sous ses yeux à vie ? La seule solution pour être en paix était de se confronter à ses démons. Naïvement, elle avait espérer que son drame ait fait réagir ses agresseurs. Après tout, ils n'avaient à l'origine pas désirer la tuer... Allys avait survécu mais ses tortionnaires l'ignoraient. Était-ce si incongru de penser que l'accident ait eu l'effet d'un électrochoc pour eux ? Ne pouvaient-ils pas avoir de regrets après cela ? La jeune femme allait vite se rendre compte que non.

Amer, la mécanicienne retourna à son domicile. Il s'agissait de son ancienne maison, mais il n'y avait plus personne depuis. Où étaient dont passé ses parents depuis ? Cela faisait deux ans que la belle avait coupé les ponts avec eux mais elle avait gardé l'espoir que le jour où elle oserait revenir elle pourrait les retrouver. Elle regrettait d'avoir laissé Alky en Zochlom. Il était entre de bonnes mains en son absence mais elle aurait aimé retrouver une présence. La bâtisse était grande et vide. Après un soupire, la jeune femme décida d'aller se coucher.  

Le lendemain, Allys décida de prendre les choses en mains. Tout d'abord, il fallait qu'elle puisse subvenir à ses besoins. Le meilleur réconfort à sa solitude était bien le travail. Ce ne serait pas un problème pour elle de faire affaire avec les marchands dans cette ville. D'une part, cela lui permettrait de faire connaître ses créations d'autre part cela lui laissait le reste du temps pour retrouver l'ensemble de ses agresseurs et suivre leurs faits et gestes.

Les cinq individus étaient sans surprise. Des brigands suffisamment malins pour ne pas faire de vagues. Ils choisissaient leurs cibles avec soin, toujours des personnes qui n'ébruiteraient rien. Des victimes jeunes, seules ou encore dont ils avaient un moyen de pression pour les faire chanter. Chaque individu avait sa spécialité visiblement. L'un d'entre eux se complaisait au vol, aidé d'un comparse visiblement spécialisé dans l'usage de produits toxiques ou soporifiques. Il leur était facile de camoufler une mort en accident. Les trois autres usaient de moyens plus directs. Le troisième homme était une brute épaisse qui n'hésitait pas à malmener, probablement avec beaucoup de plaisir, les victimes de chantages d'un quatrième homme s'ils osaient aller contre ses demandes. Le cinquième homme, en revanche, était une roue libre. C'était celui-là même qui avait tiré sur la jeune femme des années auparavant. Depuis, il semblait qu'il avait complètement disjoncté. Son plaisir dans la violence et le meurtre était réellement dérangeant. Et il n'était pas pour arranger les affaires de ses comparses. Allys n'osait l'espionner de trop près, pétrifiée autant par l'esprit dérangé du dernier homme que par les événements passés.

Après quelques semaines d'observation passive et surtout prudente, elle prit sa décision. Des pourritures pareilles ne méritaient pas de continuer leur vie. Pas après ce qu'ils lui avaient fait et ce qu'ils continuaient à faire. Ils ne manqueraient à personne.

C'est là qu'elle contacta l'Ordre.


***

Elle attendit, pour la énième fois devant le pas de la porte. C'était plus un réflexe qu'un réel espoir. L'Ordre n'enverrait personne, la date était dépassée depuis quelques jours déjà, Allys ne devrait compter que sur elle-même. Cela prendra du temps mais en échafaudant un plan, peut être parviendrait-elle à assouvir sa vengeance... L'hypothèse de ne pas y réchapper cette fois ne l'effrayait pas. Savoir qu'ils vivaient tranquilles, sans le moindre regret, et surtout avec plus de cruauté qu'auparavant, ça elle ne pouvait le tolérer.

Elle esquissait un mouvement vers la poignée lorsqu'elle aperçut une ombre. Aussitôt elle se saisit de son couteau pour faire face à la silhouette amie ou ennemie. L'ombre était seule, elle s'avança doucement jusqu'à ce que la lumière de la nuit dévoile son identité. Un homme d'une carrure impressionnante, le visage dissimulé par une capuche. Allys baissa alors son arme. Non pas qu'elle soit rassurée par la présence d'un homme à l'allure dangereuse, mais parce le regard de l'inconnu avait cette lueur particulière...


« Vous nous attendiez. Nous avons répondu à votre demande. »

La jeune femme avait tord, l'ordre ne l'avait pas oubliée. Elle jeta de rapides coups d’œils aux alentours puis ouvrit la porte. Avant de l'inviter à entrer, elle hocha la tête en signe de remerciement. Allys n'était pas d'une nature bavarde. Solitaire et sauvage plutôt. D'un signe, elle l'invita à la suivre et l’emmena dans ce qui devait être le salon. La pièce était sommaire, on y voyait que peu de touches personnelles, indiquant clairement que la bâtisse n'était occupée que récemment. Malgré tout, un portrait de famille poussiéreux trônait sur une étagère, signe qu'il était là depuis longtemps.

La belle ne perdit pas de temps, elle savait exactement quoi faire. Rapidement, elle se saisit de documents écrit à la plume et les déposa sur la table en face de l'inconnu. Il y avait cinq parchemins, chacun avec une description détaillée. Les rapports avait été rédigés avec soin, n’omettant pas, ou peu de détails
.

« Il y a une description de chaque cible. Son comportement, ses habitudes... J'ai pris soin de noter tout ce que j'ai pu observer. »

S'appuyant sur la table, bras tendus, la jeune femme plongea son regard dans celui de l'inconnu. Une détermination inébranlable se lisait aisément dans ses yeux.

« Je n'irai pas par quatre chemins. Je veux la mort de ces individus. Et s'ils pouvaient souffrir au passage... »

Une lueur sauvage passa dans son regard avant de se durcir à nouveau.

« Je n'ai qu'une demande, je veux en être. Quant au paiement, votre prix sera le mien. Peut importe la valeur de leur vie. Ces ordures ont attenté à la mienne et laissée pour morte et ce qu'ils continuent de faire de leur temps ne mérite pas même une once de pardon. »

Parler autant n'était pas chose facile pour la damoiselle, tout particulièrement avec un étranger. Celui-ci pouvait sentir la tension du corps de la jeune femme. Il ne s'agissait pas de peur face à cet homme à la musculature impressionnante. Pourtant il pouvait broyer son corps en une fraction de secondes s'il le désirait. L'accident de la belle ne lui avait pas laissé un corps spécialement solide. En revanche, le mental d'acier la maintenait comme s'il suffisait à lui seul. A la voir aussi sûre d'elle, l'expression fermée, on pouvait tout de suite laisser de côté la pensée de son corps mutilé. Allys était sauvage et féroce, sa crinière blanche indomptable étoffait cette impression. Il était tout simplement hors de question pour elle de montrer la moindre faiblesse.



Ma couleur : #9999cc
Voir le profil de l'utilisateur

Valduis
avatar
Lun 6 Mar - 20:13
Irys : 137580
Profession : Assassin
Pérégrin 0
La plupart des clients de l'Ordre voyaient l'assassinat comme une fin triste et regrettable; un choix qu'ils n'assumaient pas, une décision finale et extrême à laquelle ils n'avaient recourt que parce qu’ils n'avaient pas d'autres choix. Cette vision du meurtre imposait souvent une gêne dans le cœur des clients lorsqu'ils rencontraient leurs assassins pour la première fois. A leurs yeux, la venue de l'Ordre s'apparentait comme l'arrivée d'un faucheur de mauvaise augure qui apportait avec lui toutes les infortunes que les individus cherchaient à fuir.

Ils n'osaient même pas regarder les assassins engagés, comme si la honte pesait sur leur esprit pour avoir osé contacter un jour les services de l'Ordre. Les conversations étaient courtes, rapides et allaient droit au but, sans ne mentionner aucun détail dans le processus du meurtre. Les clients souhaitaient se débarrasser de cette décision indigne et de l’humiliation qu'ils s’auto infligeaient en imposant la mort sur leur ennemi; ils voulaient par-dessus tout que l'assassin fasse ce qu'il avait à faire le plus vite possible, qu'ils n'entendent plus jamais parler de lui, pour enfin pouvoir ranger ces mauvais souvenirs dans les recoins les plus sombres de leur esprit et que jamais personne ne soit au courant de cette prise de contact déshonorante.

L'approche qu'avait l'Ordre avec la mort et plus précisément le meurtre était particulière et nécessitait d'avoir l'esprit formaté le plus tôt possible pour comprendre l'essence de cette philosophie. Les assassins ne voyaient pas cela comme une fin en soi mais comme un choix parmi tant d'autres, un choix facile et définitif qui apportait énormément d'avantages au client pour un coût moindre. Certains se tournaient vers des solutions moins extrêmes mais pour un prix très cher - la prison en était un exemple -. Pourquoi devions-nous perdre notre temps à tenter de raisonner ou de punir la vermine lorsqu'une simple élimination était plus efficace et moins coûteuse?

Mais il ne s'agissait pas seulement de cela. Embrasser le meurtre et la mort était un état d'esprit accessible à une minorité de personnes en Irydaë. Valduis était très bien placé pour le savoir puisqu'il côtoyait déjà les pires meurtriers lorsqu'il devait survivre dès son plus jeune âge dans les déserts hostiles de Zochlom. Et pour sortir de là, il n'y avait aucun autre moyen que d'assimiler les dures lois meurtrières qui régissaient la faune de ces déserts arides.

Il fallait reconnaître que cette cliente le fascinait. Elle aussi semblait embrasser le destin qu'elle allait faire tomber sur ses anciens assaillants, sans ne ressentir aucun regret ni aucune peine à leur égard. Elle assumait ses actes en  pleine connaissance de cause et espérait même pouvoir jouer son rôle dans ces exécutions. Valduis avait le flair pour repérer les atypiques. Même après plusieurs années au sein de l'Ordre, il pouvait être encore surpris par des êtres donc ni le travail, ni les conditions, ni même les origines n'auraient pu justifier une telle mentalité.

Valduis laissa avant tout la jeune femme s'écorcher la gorge en s'exprimant - car cela se voyait qu'elle n'était pas de nature à beaucoup parler -, observant sans relâche ses mimiques et buvant ses paroles sans n'y laisser la moindre goutte. Il déambulait dans la pièce principale dont les vieux meubles et les tapisseries quelque peu décolorées trahissaient son ancienneté. Il accordait toujours un intérêt particulier à ces prothèses, d'une part parce qu’elles représentaientl'accomplissement de la technologie Daënastre, ce qui l'avait toujours impressionné. Et d'autre part parce qu'il trouvait qu'elles apportaient une touche originale sur le personnage qu'était Allys Terasu - il n'avait évidemment pas oublié de lire l'écriteau sur la porte d'entrée -.

Valduis s'installa sur le fauteuil du salon qui donnait une vue complète sur la cheminée, et dont le foyer encore allumé éclairait le peu de visage que son masque et sa capuche voulaient bien laisser transparaître. Allys pouvait y lire un regard concentré et intéressé qui se focalisait sur les flammes dansantes du foyer. Le long silence pesant témoignait d'ailleurs d'une réflexion profonde dans laquelle Valduis était en train de se plonger. Finalement, il porta de nouveau son attention sur la demoiselle.


« Vos conditions sont acceptables et exécutables, dame Terasu. Mais cela prendra un peu plus de temps que prévu si vous souhaitez que notre service soit à la hauteur de vos revendications. »

En vérité, Valduis aurait dû refuser la proposition d'Allys. Impliquer son client dans la participation de la mission était interdit, sauf sous exceptions particulières, surtout lorsqu'il s'agissait d'assassinats. Mais Valduis était le genre d'homme qui transgressait les règles de l'Ordre sans craindre un retour de bâton. D'une part, il savait toujours se débrouiller pour enfreindre les interdits sans que ses frères n'en sachent quoi que ce soit. D'autre part, son rang et sa valeur maintes fois prouvée par le passé lui ont assuré une carapace solide pour se permettre de nombreuses erreurs, tant il avait contribué à hisser l'Ordre pour en faire l'organisation crainte et respectée qu'elle était aujourd'hui.

Car après tout, Valduis servait ses propres intérêts avant de servir ceux de l'Ordre, comme il l'avait toujours fait. Les missions banales et encadrées par des protocoles ne l'amusaient plus : il avait besoin de prendre des risques et de sentir l'adrénaline du danger. Cette nouvelle cliente avait su lui apporter ce dont il avait besoin. Son animosité se reflétait dans le regard d'Allys à tel point qu'il avait de temps en temps l'impression de voir une image de lui-même qui se tenait debout face à lui. Il était persuadé que si elle avait une dague dans les mains et des jambes pour se mouvoir, elle aurait été capable de préparer elle-même un meurtre spectaculaire.

« Je séjournerai ici afin d'établir avec vous les plans de notre stratégie. Je m'installerai à l'étage afin de ne pas risquer d'être vu si quelqu'un venait à entrer par effraction. Dès demain, j'établirai des points relais pour nous informer mais aussi pour nous prévenir en cas de danger imminent. Faites-moi donc voir vos notes. »

Il tendit son bras en direction de sa cliente. Sous son masque se cachait un sourire amusé, curieux de savoir jusqu'où elle était capable d'aller pour assouvir sa vengeance. Et même si elle ne parvenait pas à voir ce rictus, le feu de l'excitation qui brûlait dans l'iris de Valduis trahissait l'intérêt tout particulier qu'il accordait à cette dangereuse estropiée.
Voir le profil de l'utilisateur

Allys Terasu
avatar
Jeu 9 Mar - 20:16
Irys : 203873
Profession : Ingénieur mécanique
Daënar +1
L'homme ne tenait pas en place, tournant en rond dans le salon comme un tigre en cage. Pas des pas rapides, non, plutôt comme un réflexe. Son esprit était attentif, les yeux fixées sur la silhouette féminine. Exactement, il scrutait Allys de manière persistante. Tantôt la dévisageait-il, tantôt son regard déviait sur les prothèses. Cette insistance aurait put la troubler, la pousser à bégayer ou bien s'empourprer, mais elle n'était pas du genre à se laisser déstabiliser. Malgré tout, la jeune femme ne parvenait pas à saisir la raison. Buvait-il ses paroles ? Etait-il sous son charme ? Avait-il un problème avec ses prothèses ? La trouvait-il trop faible ? Allys ne parvenait pas à deviner la signification de son attitude.

Et puis, lorsque la jeune femme termina sa tirade, l'homme prit d'assaut le vieux fauteuil. Ce fut alors au tour de la damoiselle de scruter le visage, ou du moins ce qu'elle en décelait, de l'inconnu. Celui-ci avait détourné les yeux pour observer les flammes dansantes de la cheminée. Cela dura un long moment, que la jeune femme ne brisa pas.

L'attente lui parut insoutenable pourtant. Toujours aussi tendue, elle le fixait avec intérêt. Allys ne savait au final pas grand chose de l'Ordre ni la façon dont procédait ses agents. Pouvait-on réellement négocier avec eux ? De son point de vu, l'étranger semblait prendre les choses à cœur. Malgré son silence, l'expression de son visage respirait la concentration et la détermination.


«Vos conditions sont acceptables et exécutables, dame Terasu. Mais cela prendra un peu plus de temps que prévu si vous souhaitez que notre service soit à la hauteur de vos revendications. »

«  ... »

Allys était prête à envoyer une réplique bien sentie au cas où sa requête ne conviendrait pas à l'homme de l'Ordre, au lieu de cela elle sentit son corps se relâcher. Le contrat était accepté. Quant aux formalités... Ne dit-on pas que la vengeance est un plat qui se mange froid ? La jeune femme se redressa, satisfaite.

«Je séjournerai ici afin d'établir avec vous les plans de notre stratégie. Je m'installerai à l'étage afin de ne pas risquer d'être vu si quelqu'un venait à entrer par effraction. Dès demain, j'établirai des points relais pour nous informer mais aussi pour nous prévenir en cas de danger imminent. Faites-moi donc voir vos notes. »

D'un mouvement, elle se saisit des documents pour les y glisser dans la main de son interlocuteur. Il n'était pas nécessaire qu'elle réponde oralement. Les mots de l'assassin étaient sans appel. De toute manière, un peu de présence ce ferait pas de mal à la jeune femme. Si la solitude en Zochlom ne la dérangeait pas, il en était tout autre à Daënastre. Étrangement, avoir cet inconnu à la maison la rassurerait. Il y avait une flamme dans le regard de cet homme. Pourtant bien installé, l’expression de son visage était parlante et Allys se reconnaissait dans cette attitude. La jeune femme avait la sale habitude de juger vite autrui. Heureusement pour lui, il était suffisamment intrigant pour qu'elle ne se montre pas hostile.

Afin de le laisser lire en paix, Allys se contenta de s’asseoir sur un gros coussin à même le sol, jambes droites, les laissant ainsi se reposer. Elle ferma les yeux un instant et profita de la chaleur du feu.


Notes manuscrites a écrit:
« Le premier individu, un certain Jenk Malgar. Il est plutôt mince, voir menu. Je le reconnais sans hésiter à son teint cadavérique et son regard suffisant. Sa spécialité semble être l'espionnage et le repérage. Il rode un peu partout dans la ville à la recherche des victimes potentielles. Jeunes, âgées, fragiles, malades, seuls... Tout ceux qui rentrent dans cette catégorie sont dans sa ligne de mire. N'étant clairement pas le plus impressionnant, il doit leur être utile pour son esprit tordu. Pacte, moyen de pression, menaces ou tout simplement la recherche de points faibles. Lorsqu'il effectue sa tournée, il est toujours seul. C'est le soir venu qu'il retrouve ses comparses à la taverne Des-rouages. Et c'est à partir de là qu'ils mettent les plans à exécution.

« Une fois le soir venu, deux groupes se forment. Le comparse de Jenk est une brute épaisse. Il se charge de brutaliser les victimes, probablement avec beaucoup de plaisir, mais n'agit pas de lui-même. C'est Jenk qui décide de tout, son acolyte n'étant là que pour effrayer ses victimes. Il semblerait que ce groupe là promettre monts et merveilles aux âmes esseulées en échange de services plus ou moins défendables. Lorsque les choses ne se déroulent pas comme il faut, c'est donc au grand costaud, qui doit bien mesurer un bon mètre quatre vingt de se charger de les remettre sur le droit chemin.

« L'autre groupe est plus dans la subtilité. Ils traînent dans les tavernes et auberges lorsqu'ils n'usent pas de leurs talents dans les rues sombres. Étant des habitués, j'ai pu facilement retrouver leurs noms : Nemes et Garin. L'un est petit, je ne lui donne pas plus d'un mètre soixante,cheveux noirs corbeau, à l'allure passe partout. Le second est d'une taille moyenne, châtain avec un défaut à la main droite. Celle-ci est bandée et ses doigts tressautes de manière étrange. Nemes est spécialiste du vol tandis que Garin manipule des substances toxiques ou soporifiques. Ils sont à la fois rusés et agiles et agissent toujours de concert.

« Le dernier me pose le plus de problème. Impossible de m'en rapprocher. Il semble, à vrai dire, complètement dérangé et armé -au moins je sais lequel à tiré- De ce que j'ai pu observer, il prend un réel plaisir à violenter voir tuer. Je parie que la vue de mon corps disloqué n'a fait que réveiller sa folie. Là où c'est intéressant c'est que les autres semblent le craindre. 

«  Points faibles, notes utiles.
Jenk est fragile. Il paraît malade et se servir d'une arme le rendrait ridicule. Une fois séparé de son acolyte, il pourrait être aisé à éliminer.
La brute est sans surprise, bête comme ses pieds. Il a une carrure impressionnante, sait visiblement bien se battre. Il faudrait soit user de stratagèmes soit se servir de sa petite cervelle.
Garin semble avoir une brûlure à la main. Il est, du reste, dangereux. Je ne m'aventurerai pas à m'approcher de ses concoctions qu'il garde toujours sur lui.
Nemes n'a pas le gabarit d'un combattant, mais s'il ne peut échapper à la confrontation il n'est pas désarmé, il porte une dague. Il est rapide, agile et fourbe. Surtout, il n'est jamais sans Garin, ce qui pourrait compliquer la tâche.
Le dernier est imprévisible, fou, avide de violence. Mais souvent seul.



Ma couleur : #9999cc
Voir le profil de l'utilisateur

Valduis
avatar
Sam 15 Avr - 22:48
Irys : 137580
Profession : Assassin
Pérégrin 0
Valduis déposa un regard curieux sur cette liste exhaustive; le résultat d'une enquête minutieusement orchestrée par cette chère assassin en devenir - ou du moins ce qui y ressemblait -. Son observation était détaillée et de qualité, mais malheureusement incomplète faute de connaissances plus poussées sur l'espionnage - et elle n'y était pour rien, elle avait déjà fait du très bon travail -. Valduis prit note des informations fournies, quand bien-même avait-il déjà pris le temps d'observer à la fois la jeune femme et à la fois ses cibles. Il avait déjà imaginé un possible plan...

Il se releva de son fauteuil puis prit soin de fermer les rideaux des fenêtres, vérifiant à chaque fois qu'aucune ombre ne s'était faufilée dans le crépuscule afin d'écouter la conversation qui allait suivre. Une fois fait, il se rapprocha de sa cliente - non sans montrer l'intérêt qu'il portait vis-à-vis de toute son analyse menée pendant plusieurs jours -.

« Cette lettre est en effet assez complète. J'ai pu noter, tout comme vous, certains critères semblables à ce que vous avez mentionné. J'ai cependant eu l'occasion de me faufiler jusque dans les recoins les plus sombres de votre dernière cible, celle qui vous semble mystérieuse, dangereuse et inaccessible... et pour sûr : il s'agit d'un ancien assassin inscrit dans nos registres de cibles à éliminer. »

Il était fréquent de voir d'autres organisations d'assassin naître au sein d'Irydaë. Évidemment, l'Ordre de la Pénitence était la plus influente et la plus puissante de toutes; mais certaines régions ou cités voyaient se créer des guildes intrinsèques qui avaient leurs propres valeurs et qui, surtout, connaissaient très bien le territoire et les mœurs culturelles. En général, l'Ordre qui recevait une mission dans l'un de ces endroits déjà occupé par une guilde naissante ne cherchait pas à l'écraser sous le poids de sa notoriété. Elle leur laissait le bénéfice d'exécuter la mission en contrepartie d'un pourcentage de leur récompense.

Les Corbeaux de Rathram étaient réputés dans la région pour leur particularité à œuvrer plutôt comme des cartels que comme de véritables assassins. Leurs principales expertises tournaient autour de la manipulation, du pouvoir par l'argent, l'achat de sous-fifres et du contrôle des lieux d'influence. Ils avaient tout de même quelques notions de base, notamment pour certaines missions qui nécessitaient des assassinats ou des infiltrations. Mais le plus gros de leur fonctionnement reposait sur la corruption.

L'Ordre de la Pénitence avait toujours eu beaucoup de mal à œuvrer avec les Corbeaux. Ils étaient pour la plupart bornés et entêtés, et revendiquaient leur influence à Rathram avec comme seul argument que la région n'avait besoin de personne d'autre qu'eux pour abattre la vermine qui pullulait dans les ruelles. Et évidemment, l'Ordre savait que la finalité des Corbeaux ne se limitait pas à exécuter des contrats mais à obtenir le pouvoir. Un jeu dangereux qui les positionnait à une limite ambigüe entre des alliés et des ennemis... c'était l'occasion pour Valduis de leur rappeler à l'ordre qui étaient les véritables maîtres de l'ombre en Irydaë.

« Je n'avais pas prévu de vous intégrer dans la mission, mais je dois reconnaître que c'est un danger plutôt palpitant. Nous œuvrerons de manière discrète et prévoyante : nous préparerons le terrain et nous attaquerons un à un à chaque cible. Nous soutirerons les informations nécessaires sur les autres sujets, puis je vous laisserai la liberté d’assouvir votre vengeance de la manière que vous souhaitez. Profitez de l'occasion, car elle ne se présentera qu'une seule fois pour chacun d'entre eux. »

Valduis se contenterait d'observer les scènes de torture - car c'était probablement ce qu'Allys comptait leur infliger - en se délectant de toute la créativité malicieuse qu'elle pouvait lui offrir. C'était un rôle qu'il prenait habituellement à chaque mission et dont il passait rarement la relève. Cette fois-ci, il serait spectateur et comptait bien profiter de cette position.

« Je m'installerai à l'étage. J'ai besoin de me reposer dans un endroit plus confortable que ce que m'offraient les toits gelés de Cerka. Dès demain, nous établirons un premier plan afin de nous attaquer à la cible la moins dangereuse : une fois fait, nous l'appliquerons dès la tombée de la nuit et répèterons cette manœuvre ainsi de suite jusqu'à qu'il ne reste aucune cible. Vous vous doutez bien que la disparition des individus sera remarquée par leurs équipiers, mais n'ayez crainte, c'est une affaire que je règlerai. Avez-vous d'autres revendications? »

Effacer les preuves et enlever le doute était la spécialité de Valduis, une tâche à laquelle il s'appliquait et qu'il aimait effectuer. Avec son aide et son expertise, ses adversaires n'y verront que du feu. Bien entendu, Valduis prendra soin de laisser une part de hasard et de danger afin d'observer les capacités d'Allys... si cette mission pouvait lui faire gagner un potentiel assassin en plus d'une rançon, il avait tout intérêt à l'analyser pendant qu'ils étaient sur le terrain - l'entraînement dans les quartiers n'apprenait jamais autant que les missions en situation réelle -.
Voir le profil de l'utilisateur

Allys Terasu
avatar
Dim 16 Avr - 17:27
Irys : 203873
Profession : Ingénieur mécanique
Daënar +1
Allys rouvrit les yeux lorsqu'un léger grincement lui indiqua que l'assassin se relevait du fauteuil. Elle se releva souplement et le suivit du regard, observant sa manière de se mouver et scruter les environs avant de refermer les rideaux de chaque fenêtre. Puis il se rapprocha, l'expression visiblement satisfaite. Il confirma à la mécanicienne que ses notes étaient effectivement intéressantes et allaient de paire avec ses propres observations.

« ... J'ai cependant eu l'occasion de me faufiler jusque dans les recoins les plus sombres de votre dernière cible, celle qui vous semble mystérieuse, dangereuse et inaccessible... et pour sûr : il s'agit d'un ancien assassin inscrit dans nos registres de cibles à éliminer. »

Ainsi son instinct ne l'avait pas trompée. Elle avait pensé que sa réticence à espionner cet individu venait de son passé, de la crainte de se retrouver seule face à celui qui l'avait transformée. Ce n'était finalement pas si simple. Cela expliquait malgré tout son intérêt pour le meurtre et son aura malfaisante... S'il se trouvait parmi les cibles de l'Ordre de la pénitence avant même d'avoir un contrat sur sa tête, il devait être redoutable. Allys ressenti une bouffée d'excitation à l'idée que cette fois-ci ce prédateur serait la proie. Une souris que l'assassin laisserait de bonne grâce entre les griffes de la jeune femme. Allys buvait d'ailleurs les paroles de son interlocuteur avec un intérêt non dissimulé. Lorsqu'il évoqua que la présence sur le terrain de l’estropiée représenterait un danger palpitant, la jeune femme se rendit compte qu'il n'avait pas juste accédé à la demande mais prit un risque délibéré. L'inconnu semblait être un perfectionniste mais avec un étincelle de folie.

Cela lui plaisait.

Ils feraient selon le plan de l'assassin et grâce à son expertise mais œuvreraient ensemble. Et il la laisserait ensuite assouvir sans vengeance telle qu'elle le souhaiterait, sans barrière. Le sang se mit à bouillir dans les veines de la jeune femme. Les sentiments complexes dont Allys était parcourue étaient puissants et semblaient difficiles à contenir. La haine pouvait donner la force de faire des choses autrement impossibles mais Allys n'avait encore jamais causé de mal, du moins en personne, à quiconque. Elle ignorait encore si elle serait à la hauteur de ses propres attentes ou si elle encaisserait le contrecoup de tels actes. Ou bien, y prendrait-elle goût ? Prendrait-elle un plaisir malsain devant la souffrance des autres ? Que son esprit accepte ou non les conséquences, son corps exécutera la vengeance, elle en était certaine. C'était un pari sur elle-même, un risque qu'elle était prête à courir. Un besoin. Si elle n'allait pas au delà de ses limites ou ne les affrontait pas, elle savait qu'elle garderait cette amertume au fond d'elle-même.


«  Je vous remercie. »

Ces trois mots représentaient énormément pour la jeune femme. Elle n'avait encore jamais prononcé de telles paroles et l'émotion transparaissait dans ces quelques mots humbles mais puissants.

Lorsqu'il évoqua son besoin de repos après des nuits glaciales dans des conditions précaires, Allys eut un léger pincement au cœur. Avant même de venir à sa rencontre, il avait déjà beaucoup fait. Elle comprenait tout à fait sa réclamation.


«  Il y a deux chambres à l'étages. Vous pouvez prendre celle que vous voulez. »

Elle laissa ensuite son interlocuteur poursuivre. Elle hocha la tête en signe d'accord à ses paroles. Le concept était clair et elle était impatiente de pouvoir mettre en place le premier plan. Il lui faudra pourtant patienter encore quelques heures. Quant aux détails que réglerait l'assassin pour apaiser les soupçons des équipiers, Allys était curieuse. Cependant, elle supposa qu'un assassin ne révèle pas ce genre de stratagèmes à la première personne venue. Elle s'abstint donc de lui poser la question.

« Avez-vous d'autres revendications ? »

« Ce serait inconvenant de vous demander votre nom ? »

Il ne s'agissait pas vraiment d'une revendication, mais elle avait saisit l'occasion. Elle se doutait qu'un assassin ne devrait probablement pas décliner son identité à ceux qui faisaient appel à ses services mais elle éprouvait le besoin de tenter sa chance. Ce quelque chose qu'il renvoyait, cette flamme dans le regard et ses attitudes si semblables aux siennes l'avaient poussée à s'intéresser à l'inconnu malgré le caractère unique de la situation.



Ma couleur : #9999cc
Voir le profil de l'utilisateur