Revenir en hautAller en bas
Chroniques d'Irydaë
Bonjour, et bienvenue sur les Chroniques d'Irydaë. Déjà inscrit ? N'attends plus, et connecte-toi dès maintenant en cliquant sur le bouton "Connexion" ci-dessous !

Vous êtes nouveaux, que ce soit sur ce forum ou dans le monde du RPG ? Le choix d'un forum sur lequel vous pourrez vous épanouir n'est pas anodin, et il vaut mieux pour cela connaître l'univers dans lequel vous vous trouvez ! Nous avons pensé à vous, en vous préparant un guide qui vous permettra de découvrir pas à pas le monde des Chroniques d'Irydaë.

Si malgré cela, des doutes subsistent, n'hésitez pas à adresser vos questions aux Administrateurs.

En vous souhaitant une agréable visite !



 :: Les terres d'Irydaë :: My'trä :: Khurmag
Page 1 sur 1


 Brûlures et millepertuis [PV Simetra]

Eryn Caela
avatar
Lun 6 Mar - 18:24
Irys : 239956
Daënar +1






Brûlures et millepertuis




Plusieurs semaines après son passage à Hinaus, Eryn aurait pu penser qu'elle rentrerait au Tyorum tranquillement. C'était sans compter les Cercles de l'Aube qui l'envoyèrent dans un pays où jamais elle n'aurait osé mettre les pieds sans y avoir été invitée : Khurmag, à My'trä. Pourquoi ? Mystère et boule de gomme, tout ce que savait la jeune femme, c'était qu'il s'agirait encore d'une mission de remplacement d'un collègue, cette fois pour une durée un peu plus courte que la précédente. Tant mieux, elle aurait droit à de vraies vacances par la suite...

Sitôt sa mission à Hinaus terminée, elle s'embarqua pour Khurmag, prenant soin durant le voyage à rester discrète, se contentant de répondre par sa profession quand on lui demandait d'où elle venait. Après tout, s'il y avait un My'trän parmi les voyageurs, connaissant la tension entre My'trä et Daënastre, il pourrait assez mal réagir...

Aussi fut-elle satisfaite et presque soulagée d'arriver à bon port, sans trop de souci durant le voyage si ce n'était la petite tempête de pas grand-chose qui avait un peu secoué le navire. La première chose que fit Eryn quand elle posa pied à terre, ce fut de jeter un coup d'oeil à son environnement pour tenter de repérer l'endroit où elle allait exercer sa profession ; dès qu'elle l'eût repéré, elle s'empressa de s'y rendre, sans trop prêter attention à son environnement.

Ce qu'elle n'avait pas prévu, c'était que dès son arrivée elle aurait une patiente sur le feu. Alors qu'elle approchait enfin de son lieu de travail temporaire, elle fut attrapée par une main brûlée, la faisant sursauter et faire face au propriétaire de la main. Ou plutôt la propriétaire...



© Jawilsia sur Never Utopia


Dernière édition par Eryn Caela le Sam 15 Avr - 23:07, édité 1 fois
Voir le profil de l'utilisateur

Simetra d'Arcadie
avatar
Mar 7 Mar - 17:36
Irys : 24996
My'trän 0
Cela faisait deux semaines que Simétra avait quitté ses terres natales pour se lancer à la découverte d’un nouveau monde. Elle avait vu jusqu’ici des paysages magnifiques, des monuments gigantesques, resplendissants d’ingéniosité et de splendeur, qui achevaient de la persuader qu’elle avait fait le bon choix en quittant son village. Cela malgré le sacrifice qu’elle avait dû offrir aux dieux pour se le permettre… Toutefois, en dépit de sa bonne volonté à poursuivre son petit bonhomme de chemin, au fur et à mesure de son aventure sa bourse s’amincissait et si encore n’avait été là son seul problème…

Son corps souffrait de graves brûlures depuis l’incident de l’auberge, qui lui rendaient la vie difficile. L’infection s’était propagée et la douleur s’était multipliée, lui arrachant fréquemment des cris de douleurs qu’elle se forçait d’étouffer. Elle ne pouvait plus, malgré son aversion contre les apothicaires, herboristes et autres soigneurs, réfuter l’irréfutable. Il était grand temps de se mettre dès à présent en quête de quelqu’un en position de soigner ses maux.

La semaine qui suivit, le voyage prit une toute autre tournure. La fièvre la fit délirer de nombreuses fois et ses nuits furent plus qu’agitées, sombrant dans la folie par moments. Elle ne dût sa survie qu’à son entraînement de guerrière qui l’avait endurée assez pour lui faire supporter sa douleur. C’est seulement lorsqu’elle aperçut la ville, après 8 jours qui lui semblèrent avoir duré une éternité, que soulagée et au galop, elle s’évanouit de faiblesse sur son cheval.

C’est famélique, exténuée et souffrante que Simétra et Bibou, son cheval, arrivèrent au final dans la ville de Khurmag. Sans perdre une minute elle se jeta, au sens littéral du terme, sur le premier passant à portée de main pour lui demander où se trouvait le médecin le plus proche. Sans doute sa mine devait sembler très alarmante, car en plus de le lui indiquer, il se proposa même de l’y emmener. En temps normal Simétra aurait poliment refusé sa proposition, mais après avoir parcouru sur plus d’une vingtaine de jours plusieurs centaines de kilomètres malade, sans rien manger ou presque, sur le dos d’un cheval sans selle, elle ne se sentait pas la force de refuser quoi que ce soit.

Ils arrivèrent au final sur le seuil d’une porte –« Enfin ! » pensait-elle –mais, ses espoirs furent brisés quand la porte se révéla fermée à clef. Minée par la déception, elle s’effondra de fatigue sur le sol et ferma les yeux, la longe de Bibou dans la main, allant jusqu’à ignorer celui qui l’avait menée jusqu’ici.

Elle se réveilla quelques heures plus tard, en bien meilleure forme, quoique toujours souffrante et affamée, munie d’une couverture. Réalisant son impolitesse envers son bienfaiteur, elle se sentit bien embarrassée. Mais elle n’eut pas vraiment le temps de s’en inquiéter ; elle observa une femme se diriger d’un pas sûr en direction du cabinet. C’était elle ! Elle en était persuadée, c’était le médecin qu’elle attendait.

En toute précipitation, elle courut vers elle et sous l’effet de la fièvre et d’une nausée violente, manqua soudainement de tomber, mais se rattrapa sur l’épaule de la femme.

« S’il vous plait… J’ai besoin d’aide… Tout de suite. » acheva-t-elle, essoufflée d’avoir couru quinze mètres, son regard de cristal transperçant les pupilles émeraudes du médecin.
A suivre…


Voir le profil de l'utilisateur

Eryn Caela
avatar
Mer 8 Mar - 15:23
Irys : 239956
Daënar +1






Brûlures et millepertuis




A peine arrivée devant son cabinet temporaire, donc, Eryn sursauta quand une main brûlée l'attrapa. La voix féminine à qui elle appartenait râla :

S’il vous plait… J’ai besoin d’aide… Tout de suite.

Eryn jeta un coup d’œil à la jeune femme qui venait de l'appeler à l'aide ; son corps était couvert de brûlures, en train de s'infecter pour la plupart, certaines l'étant déjà... Enroulée dans une couverture, c'était presque un miracle si la jeune femme avait réussi à tenir jusqu'ici, mais le miracle n'allait peut-être pas durer si Eryn n'intervenait pas.

La première phrase d'Eryn fut donc pour la jeune femme, qu'elle prit par les épaules avec délicatesse :

Venez avec moi, je vais m'occuper de vos blessures.

Elle ouvrit la porte du cabinet et la poussa du pied avant de faire entrer la demoiselle, la dirigeant vers l'espèce de table qui devait servir aux auscultations ; vu l'état du cabinet, il aurait besoin d'un bon coup de pinceau et de modernisation... Mais passons, ce n'était pas une priorité pour l'instant.

Elle fit s'asseoir la demoiselle et lui lança avec douceur :

Est-ce que vous pouvez retirer vos vêtements pendant que je me nettoie les mains ? Si vous avez des sous-vêtements vous pouvez les garder, c'est juste que je puisse accéder à vos blessures plus facilement.

Tout en parlant, elle se lava les mains avec minutie, avant de sortir ses instruments et ses onguents pour s'occuper des plaies ; il était temps que quelqu'un s'en occupe...



© Jawilsia sur Never Utopia
Voir le profil de l'utilisateur

Simetra d'Arcadie
avatar
Ven 10 Mar - 11:18
Irys : 24996
My'trän 0
Le soulagement de Simétra d’être enfin parvenue à trouver un soigneur était sans mot. Reprenant son calme, elle regagnait peu à peu son attitude habituelle. La pièce dans laquelle elle se trouvait était sobre, très bien éclairée, avec des étagères remplies de nombreux flacons et bocaux contenant chacun de mystérieuses concoctions, plantes inconnues, et biens d’autres choses encore.

L’attention de Simétra se focalisa sur un squelette humain fixé à un poteau, se demandant si on avait dû tuer quelqu’un pour l’obtenir. Elle ne chercha toutefois pas à en savoir plus, de peur de déranger la femme, qui semblait concentrée dans ses tâches.

A sa demande, elle commença à retirer ses habits, mais rapidement, elle s’aperçut d’un problème. Cela faisait près d’une semaine si ce n’est plus, qu’elle n’en avait changé. Son odeur devait refouler pas mal en premier lieu, mais le vrai souci était que sa moiteur, qui avait trempé ses vêtements, ne se détachaient plus des brûlures, et tiraient affreusement à même la chair. Mais elle n’avait pas le choix, Simétra, si elle voulait guérir, il faudrait en passer par là.

D’un coup sec, elle arracha net sa tenue aux endroits où les brûlures étaient les plus graves. Si elle avait étouffé son cri à la perfection, elle ne put malgré tout s’empêcher de verser quelques larmes de couler, les premières de douleur, et les secondes à sa vue, lorsqu’elle releva la tête et vit le reflet de son corps à moitié nu dans la psyché, déformé par de nombreuses brûlures.

La plupart n’étaient pas vraiment graves en réalité, et toutes se résorberaient, mais Simétra avait toujours eut l’habitude d’avoir un corps parfait, c’est pourquoi ce fut un choc sur le coup. Elle s’attrapa les bras et se serra aussi fort qu’elle le put. Son moral avait prit un coup violent, et elle considérait le voir ainsi comme une fin en soi. Elle s’essuya les yeux afin que le médecin ne puisse voir sa décontenance. Mais déboussolée comme elle était, seul un aveugle et sourd n’aurait pu s’apercevoir de son état. La fièvre accentuant, elle tremblait et se prenait les cheveux dans ses mains, son tic habituel de lorsqu’elle est stressée, même si on tenait plus à ce moment de la panique.

Elle regardait à présent le soigneur de dos, attendant son verdict avec nervosité.


Voir le profil de l'utilisateur

Eryn Caela
avatar
Ven 10 Mar - 12:24
Irys : 239956
Daënar +1






Brûlures et millepertuis




Pendant qu'Eryn préparait son matériel pour intervenir rapidement, elle pouvait entendre que sa patiente retirait tant bien que mal ses vêtements, étouffant un cri de douleur qui pouvait signifier que ses vêtements étaient restés collés aux plaies. L'herboriste s'empressa de finir de désinfecter ses instruments avant de se tourner vers sa patiente pour voir l'étendue des dégâts :

Hum, je vois. Ne bougez pas, je vais vous aider à retirer les lambeaux qui restent.

Elle imbiba un linge d'alcool désinfectant et commença à frotter sur les plaies où restaient encore des morceaux de vêtements, la rassurant à chaque morsure de l'alcool sur les plaies, à chaque fois qu'elle retirait un morceau de tissu. Elle faisait le tout avec douceur, pour essayer de ne pas brusquer sa patiente, mais très vite elle se rendit compte qu'elle devait un peu accélérer la cadence, la fièvre prenant la jeune femme de manière encore plus forte qu'au moment où elles s'étaient rencontrées.

Quand elle eût enfin fini le retrait des morceaux de tissus, Eryn accéléra le traitement, appliquant de l'onguent sur toutes les plaies tout en préparant une infusion pour essayer de calmer la fièvre. Dès que ce fut terminé, l'herboriste attrapa une couverture propre et épaisse qu'elle tendit à sa patiente en même temps que la tasse d'infusion :

Enroulez-vous là-dedans, buvez cela, et ensuite allez vous allonger dans la salle d'à côté. D'ici quelques heures, la fièvre devrait tomber si je vous fais transpirer avec la couverture et avec le chauffage. Restez tranquille, reposez-vous, je suis à côté s'il y a besoin.

Pendant que sa patiente se reposerait, Eryn remettrait le cabinet en ordre de marche, histoire de pouvoir aider les gens rapidement, tout en veillant à ce que la jeune femme ne manque de rien.



© Jawilsia sur Never Utopia
Voir le profil de l'utilisateur

Simetra d'Arcadie
avatar
Sam 11 Mar - 18:34
Irys : 24996
My'trän 0
Lorsqu’approcha la femme, Simétra eut un léger mouvement de recul, par peur qu’elle ne lui coupe un membre ou chauffe ses blessures au fer rouge, comme on avait l’habitude de faire dans son village, pour désinfecter la plaie. Mais rien de tout ça, à sa grande surprise elle sut garder une grande placidité et ce malgré le calamiteux travail qui l’attendait au départ. Simétra fut également étonnée de voir quelles précautions elle prenait à détacher les quelques bouts de vêtements restants, comme si elle s’inquiétait que son patient tombe en miettes au moindre geste brusque de sa part.

Au final, à la place du traitement douloureux auquel Simétra s’attendait, elle eut droit à des manipulations sur son corps qui lui furent honnêtement agréables et lui permirent de se sentir infiniment mieux.

Mais si elle était montée d’un cran dans son estime, le médecin n’avait pour autant pas gagné sa confiance. C’est pourquoi, lorsque le soigneur lui tendit une tasse de couleur exotique, les instincts de cette ancienne guerrière resurgirent soudainement. Humant ses effluves, elle trempa ensuite un doigt dans l’infusion brûlante et le mit dans sa bouche. Elle n’appréciait pas ce goût, et cela la contrariait. Au quotidien, Simétra n’oubliait pas que nombreux étaient ceux –ou plutôt celles- qui souhaitaient sa mort. D’où sa méfiance envers tout ce qu’elle ne connaissait pas.

« Qu’est-ce que je m’apprête à boire ? » demanda-t-elle, d’un ton méfiant et néanmoins paisible, tout en posant le gobelet sur la table de chevet, mais gardant à sa main la cuillère.

Toujours assise sur le lit, elle s’empara de l’oreiller à sa droite et se recroquevilla dessus, comme pour se protéger d’un ennemi invisible, un regard intense ne quittant pas son hôte. Elle garda la cuillère à la main, planquée derrière, au cas où la situation dégénérait.


Voir le profil de l'utilisateur

Eryn Caela
avatar
Sam 11 Mar - 19:12
Irys : 239956
Daënar +1






Brûlures et millepertuis




Qu’est-ce que je m’apprête à boire ?

Eryn fut quelque peu surprise par le ton méfiant de sa patiente ; comme si elle était susceptible d'empoisonner ses patients... Fronçant les sourcils, elle posa ce qu'elle avait à la main et fit face à la demoiselle pour rétorquer :

Je suis médecin, vous devriez avoir davantage confiance en ma profession... Ce n'est qu'une infusion pour vous aider à vous reposer, je n'ai pas l'intention ni l'intérêt de vous empoisonner. Pourquoi le ferai-je ? Je ne vous connais pas, vous ne m'avez rien fait, et j'ai juré d'aider tous ceux qui avaient besoin de mes services. Alors buvez et détendez-vous.

Quand elle eût terminé, l'herboriste reprit son grand ménage, nettoyant chaque recoin du cabinet avec minutie, afin de rendre l'endroit propre et sain. Du coin de l'oeil, elle vérifiait que sa patiente restait relativement tranquille, et pour faire la conversation - puisque la demoiselle n'avait apparemment pas trop envie de se reposer - elle lança d'un ton plus doux :


Au fait, je m'appelle Eryn, Eryn Caela, médecin et herboriste. Pardonnez-moi si je vous ai un peu trop rudoyé, mais il me semblait logique que je ne veuille absolument pas vous empoisonner ou je ne sais quoi... Quel est votre nom et que vous est-il arrivé ?


© Jawilsia sur Never Utopia
Voir le profil de l'utilisateur