Revenir en hautAller en bas
Chroniques d'Irydaë
Bonjour, et bienvenue sur les Chroniques d'Irydaë. Déjà inscrit ? N'attends plus, et connecte-toi dès maintenant en cliquant sur le bouton "Connexion" ci-dessous !

Vous êtes nouveaux, que ce soit sur ce forum ou dans le monde du RPG ? Le choix d'un forum sur lequel vous pourrez vous épanouir n'est pas anodin, et il vaut mieux pour cela connaître l'univers dans lequel vous vous trouvez ! Nous avons pensé à vous, en vous préparant un guide qui vous permettra de découvrir pas à pas le monde des Chroniques d'Irydaë.

Si malgré cela, des doutes subsistent, n'hésitez pas à adresser vos questions aux Administrateurs.

En vous souhaitant une agréable visite !



 :: Les terres d'Irydaë :: Als'kholyn :: Marnaka
Page 1 sur 1


 L'appel de la vengeance, une si douce mélodie ! [ PV Luka Toen ]

Kashira Ellianas
avatar
Lun 13 Mar - 2:12
Irys : 25597
Profession : Chasseuse de Primes
Pérégrin 0
Alors que Kashira finissait de lire la lettre que lui avait laissé Keishar, une vague de vide l'envahit. Un vide comme celui qu'elle avait pu ressentir lorsqu'elle avait découvert le cadavre de ces parents.

Elle replia la lettre, la déposa dans son corset, puis se leva. Elle enfila sa longue veste blanche en fourrure . Puis elle rangea sa chaise, et, d'un pas lourd, elle sortit de la maison. Elle n'y remettrait surement plus les pieds avant un long moment.

Dans un soupire, elle s'arrêta quelques instant sur le seuil, jonchant du regard la rue ou elle se trouvait. La journée allait être longue. Comme à son habitude lorsqu'elle se sentait lasse, elle vagabonda dans les rues d'Aildor. Ces rues déserte que'elle aimait, celle ou elle avait grandit, ou elle avait tout appris. Elle déambula ainsi durant de longues heures, réfléchissant à ces derniers instant avec Keishar... Elle s'isola, s'adossant contre une maisonnée. Elle sortit la lettre qu'elle avait soigneuseument ranger dans son corset et la relue.

Si Keishar disait vrai, les choses allaient changer à Aildor, un nom s'éteindrait sous peu.

Alors qu'elle rangeait la lettre, une bourrasque de vent lui donna un léger frisson. Elle se redressa, se secoua et partit d'un pas assurée. Lors d'une mission avec Keishar, elle avait entendu parler d'une historienne. Elle arpenta les rues, toquant chez ces contacte, cherchant la demoiselle qui pourrait surement l'aider à en savoir plus. Kashira aurait out simplement pu donner le nom de celui qu'elle cherchait, certes, mais elle savait très bien que d'une part, il n'avait surement pas agit seul, au vue du massacre, et d'autre part le peuple saurait qui le cherchait. En ne s'adressant qu'à une seule personne, et en restant discrète, sa réputation n'en serait pas tâché.

Elle finit par savoir à quoi ressemblait celle qu'elle recherchait et partit à sa recherche. Elle partit en direction du port, entra dans une petite cabane en pierre sculpté, passa plusieurs porte et entra dans la ville souterraine d'Aildor. Comme à son habitude, Kashira s'émerveillait au vue des lumières fabuleuse qui éclairaient le bassin. Après un temps d'adaptation pour sa vue, elle se lança dans les ruelles, bousculant quelques passant, se faisant huer par quelques commerçant jusqu'à arriver à destination. Une auberge ou avait été vue l'historienne our la dernière fois.

Elle ouvrit la porte et la chercha du regard.

L'auberge était vaste, remplis de table bondés, de gens hurlant, piaffant ou ricanant.Elle s’avança dans l'entrée, puis, tout en scrutant les lieux s'avança vers l'aubergiste pour lui demander à boire et en profita pour demander une chambre pour a nuit. Eh oui, elle n'avait désormais plus de logis. Cette pensée lui fit froid dans le dos, une vague de solitude voulant s'emparer d'elle à nouveau...

Avec tout ce monde, trouvait une tête qui nous est inconnue n'était point chose aisée, non pas du tout. Elle paya l'aubergiste, et s'installa à une table, dans un coin reculer de la grande pièce. Elle patientera ainsi jusqu'à trouver ce qu'elle cherchait, du moins jusqu'au lendemain déjà.  



Code couleur: #663399
Voir le profil de l'utilisateur

Luka Toen
avatar
Mar 14 Mar - 18:13
Irys : 395403
Profession : Historienne et naturaliste
Pérégrin 0
Les pieds d’une chaise raclèrent sur les lattes de bois juste à côté de Kashira. Une telle entrée en matière ne manquerait pas d’attirer l’attention d’une chasseuse de primes chevronnée, et la fluidité du geste avec laquelle la chaise avait été poussée passa pour naturelle auprès du reste des clients de l’auberge. Personne ne s’alarma, on garda son nez méticuleusement penché dans sa bière et les oreilles affairées à écouter les derniers pépiements des belles créatures paradant à droite et à gauche en quête d’une nuit bien payée. Telle était la vie à Aildor, un commerce incessant et l’art de savoir quand et comment faire preuve d’attention ou se rendre au contraire invisible. Les castes au pouvoir par ici n’aimaient guère que l’on se mêle de leurs affaires, et ce, même accidentellement…

Néanmoins la jeune femme qui s’assit à la tablée de Kashira ne s’était en aucun cas acoquinée avec les rois truands d’Aildor, bien au contraire. Elle prônait la liberté d’expression et l’indépendance d’un commerce bien installé qui lui avait maintes fois valu quelques lauriers… Bon nombre de malfrats et d’itinérants se découvraient le besoin d’obtenir des connaissances immédiates sur tel ou tel passage de l’histoire, dans le but semi avoué de démêler les énigmes d’un temple enfoui et d’en extraire une juste récompense. Et c’était elle, Luka, que l’on venait voir alors. Cela, lorsqu’il ne s’agissait pas tout simplement de gérer le troc et la vente d’une kyrielle d’artefacts et objets rares du passé.

Kashira le savait mieux que personne. Les rumeurs s’embrasaient plus vite que du feu sous la cendre dans les rues d’Aildor. Un souffle, un propos échangé valait pour une fortune d’Irys, et une parole bien rapportée dans la bonne oreille risquait fort de vous fournir à tout hasard le confort d’une vie luxueuse ! Cela n’avait en l’occurrence pas manqué et c’était tout le système de petites mains qui s’était mis en route, de bouche en bouche, d’Irys passées sous le manteau, jusqu’à l’atelier dans lequel logeait provisoirement Luka.

« Bonjour, la salua-t-elle, les yeux empreint d’une lueur amusée. »

Elle réajusta la chaise sous son fessier, et l’air de rien, absolument naturelle dans ce décor comme des amies de longue date autour d’un bon dîner, elle héla une serveuse à proximité.

« Du rouge s’il-vous-plaît. »

Elle n’avait jamais vraiment aimé la bière. Il fallait qui plus est se méfier des breuvages bas de gamme dans certaines auberges mal famées, et elle ne voulait pas risquer de se retrouver avec de l’auge à peine macérée.

« J’ai cru comprendre que vous me cherchiez… poursuivit-elle, sans se départir de son sourire. Mieux vaut ne pas en discuter dehors dans une ruelle, ce serait encore le meilleur moyen d’être écoutées. »

Le ton était celui de la badinerie, les bras posés sur la table dans une posture presque négligée et détendue. Elle ignorait pourquoi cette jeune fille avait retourné ciel et terre pour la retrouver. Et à cette étape de leur discussion, tandis qu’elle ignorait encore tout, mieux valait prendre un minimum de précautions… Elle n’aurait pas voulu devoir une énième fois se débarrasser des cadavres trop curieux.

« Je vous paye le repas, commandez ce qu’il vous plaira. Je prendrai la même chose. »

Elle eut un vague geste de la main en direction de la serveuse, invitant cordialement son interlocutrice à commander ce qu’elle aurait envie de manger même si cela signifiait faire ripailles.



CODE COULEUR = #FFA500
Voir le profil de l'utilisateur

Kashira Ellianas
avatar
Lun 10 Avr - 21:57
Irys : 25597
Profession : Chasseuse de Primes
Pérégrin 0
Quel ne fut pas la surprise de Kashira lorsqu'une une femme s'assit à sa table. Les pieds de la chaise avait raclé le sol, et la jeune femme regardait Kashi avec une petite lueur amusée dans les yeux, ce qui l'a fit presque sourire sur le moment. Il était rare que les gens l'approche ainsi, avec un tel aplombs !
La jeune femme la salua et lui expliqua qu'elle était celle qu'elle cherchait, ce qui fit haussé un sourcil à Kashira. Elle avait aussi posé sa main sur son pistolet, même si avec ce monde, il lui serait été difficile de l'utiliser sans risquer sa propre vie ...


« J’ai cru comprendre que vous me cherchiez… poursuivit-elle, sans se départir de son sourire. Mieux vaut ne pas en discuter dehors dans une ruelle, ce serait encore le meilleur moyen d’être écoutées. »

- Hm ... Le coeur d'une auberge n'est pas forcément le lieu le plus adéquat, mais avec ce tumulte ... Kashira marmonna ces quelques mots avant de soutenir le regard de son interlocutrice. C'est une drôle de façon d'aborder les gens !


Kashira finit par se détendre, lâchant son arme.
Elles commandèrent un repas, et comme si de rien n'était la discussion se lança. Kashira n'était pas du genre à vouloir tourner autour du pot, il était temps pour elle de satisfaire son coeur brisé de sa soif de vengeance. Même si elle n'était pas du genre à apprécier ce genre d'abordage, elle était plutôt pressée et l'attente avait été longue jusqu'ici...


- Luka ? C'est bien ça ? Effectivement vous êtes la personne que je recherchais. Les choses auront été rapide, cela me convient ! J'ai besoin de vos services et on vous a recommandée fortement pour ce travail !


Kashira observa le monde alentours, les tables non loin des deux jeunes femmes étaient vide mais cela ne durerait pas longtemps.


- Je suis à la recherche de renseignementd ... elle baissa légèrement le ton, mais resta le plus naturelle possible. Sur un meurtre qui a eu lieu à Aildor. Et pas n'importe lequel, le pire que j'ai pu voir jusqu'au aujourd'hui .. Un véritable massacre, indigne d'un assassin mais bien trop cruelle pour un brigand... Ma question est donc a suivante, est ce que vous en avez entendu parlé ? Un vol, un braquage qui aurait mal tourné, quelques choses dans ce genre peut être ?

Kashira trépignait presque d'impatience lorsqu'elle vit la serveuse se diriger vers elles et lui sourit. Elle leurs déposa leurs assiettes, ainsi que le vin que Luka avait demander. Alors qu'elle attendait qu'elle reparte et que son interlocutrice lui réponde, elle entama son assiette.



Code couleur: #663399
Voir le profil de l'utilisateur

Luka Toen
avatar
Mer 19 Avr - 19:59
Irys : 395403
Profession : Historienne et naturaliste
Pérégrin 0
« Ne m’en parlez pas, on me le dit souvent et je ne suis pas certaine que ce soit un compliment, répondit-elle à sa tirade avec une grande autodérision. »

Oui, elle manquait de bon sens, et ce qui passait pour de l’aplomb chez d’autres était tout simplement une quasi absence de préservation chez elle. Il lui était impossible de se tenir en retrait lorsque quelque chose venait titiller sa curiosité. Et c’était dire si à Aildor, la capitale de l’invraisemblable et d’un peuple qui ne dormait jamais, avait des connaissances exceptionnelles à lui apporter ! Et son lot quotidien de situations rocambolesques bien sûr également… Chanceuse qu’elle était, Luka ignorait encore que son interlocutrice était infiniment loin d’être une enfant de cœur. N’allez pas penser pour autant qu’elle la sous-estimait, cependant, elle ne portait aucun jugement préalable sur elle. Ce qui voulait dire par extension qu’elle se gardait bien de lui prêter des pouvoirs et des compétences fabuleuses avant d’en avoir eu la constatation de ses propres yeux. Aussi demeurait-elle détendue et allègre lors de cette petite soirée préméditée, se contentant de savourer la proximité d’une histoire qu’elle allait bientôt découvrir. Ces débuts d’enquête et de discussions ne manquaient jamais de lui procurer ce léger vertige de sportif de haut niveau s’apprêtant à faire le casse de sa vie… Elle se pencha donc sensiblement en avant afin de ne perdre aucun des mots que seraient susceptibles de prononcer la jeune femme, le regard faussement plongé dans la contemplation de leurs repas tout juste arrivés. Elle remercia la serveuse à demi-mots et finit par lever doucement une main en signe d’apaisement.

« C’est qu’il se passe énormément de choses tous les jours à Aildor vous savez. Le meurtre n’est probablement pas la pire exaction commise quotidiennement entre ces murs. »

Les joies humaines quant à la violence étaient éternelles et multiples. D’autant plus dans un lieu qui ne connaissait une loi que toute relative et où la voix du plus fort pouvait porter pour principe divin… En ne serait-ce que quelques semaines, Luka avait déjà vu plus que son content d’atrocités perpétrées comme si de rien n’était. Parce qu’elle était également médecin, les autres avaient eu tendance à instaurer une distance respectueuse avec elle… Détruire des gens était sans conséquence, mais l’on reconnaissait encore un minimum l’intérêt qu’il y avait à avoir un médecin à Aildor. Des fois que le prochain coup tombe sur eux. Cette jeune fille ne venait pourtant ni lui parler médecine, ni artefact. Alors quoi ? Était-ce simplement ses connaissances du passé que l’on venait requérir ?

« Auriez-vous une date plus ou moins précise à me fournir ? Cela m’aiderait je pense à un peu situer cette agression parmi la foule de possibilités. Etait-ce dans un quartier résidentiel ? Douteux ? Et… Comment sont-ils morts ? »

Elle détacha cette fois-ci son regard pensif de son verre de vin, amarrant ses prunelles à celles de son interlocutrice. Sa mimique, explicite, traduisit pour elle tous les tenants et aboutissants de cette dernière question. C’est qu’une gorge tranchée n’avait pas grand-chose de similaire à une véritable boucherie : on parlait bien plus de la seconde, plus théâtrale, capable de se détacher du menu quotidien des meurtres habituels. Mieux encore ! S’ils avaient été assassinés d’une manière inédite, qui ne pouvait appartenir qu’à un sociopathe ou un tueur professionnel, leur tâche serait grandement facilitée. Exactement comme une série de petits cailloux menant à une même conclusion !

« Combien étaient les victimes ? »



CODE COULEUR = #FFA500
Voir le profil de l'utilisateur