Revenir en hautAller en bas
Chroniques d'Irydaë
Bonjour, et bienvenue sur les Chroniques d'Irydaë. Déjà inscrit ? N'attends plus, et connecte-toi dès maintenant en cliquant sur le bouton "Connexion" ci-dessous !

Vous êtes nouveaux, que ce soit sur ce forum ou dans le monde du RPG ? Le choix d'un forum sur lequel vous pourrez vous épanouir n'est pas anodin, et il vaut mieux pour cela connaître l'univers dans lequel vous vous trouvez ! Nous avons pensé à vous, en vous préparant un guide qui vous permettra de découvrir pas à pas le monde des Chroniques d'Irydaë.

Si malgré cela, des doutes subsistent, n'hésitez pas à adresser vos questions aux Administrateurs.

En vous souhaitant une agréable visite !
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet


 :: Prologue :: Correspondances :: Vos propositions
Page 1 sur 1


 Proposer un ajout à l'univers d'Irydaë

Bolgokh
avatar
Mer 15 Mar - 14:56
Irys : 100027
Profession : Créateur de monde à temps partiel
Administrateur
Proposer un ajout à l'univers d'Irydaë

Bien le bonjour, Irydärs !

Nous avons voulu ce forum en évolution constante grâce à votre participation et ce que vous décidez de construire inRP. Cela passe également par l'agrandissement du contexte qui ne cesse de s'étoffer avec toutes les idées que vous nous avez proposées jusqu'à présent, et qui nous ont permises de continuellement nous améliorer. Hé bien, désormais, nous vous laissons la possibilité de nous soumettre vos propositions d'ajouts au background officiellement, par le biais de ce sujet !

Cela peut avoir trait à beaucoup de choses différentes : une idée subite d'ajouts contextuels à une région, l'apport d'un article complet dans le Folklore, mais également un lieu d'intérêt à placer sur la carte ou dans un descriptif de région ou de ville (commerces, auberges, lieu historique, lieu touristique, etc)... N'ayez pour seule limite que votre imagination ! C'est le meilleur moyen de faire exister officiellement ce que vous inventez au détour d'un RP, et surtout, d'en faire profiter les autres : qui sait si votre auberge n'apparaîtra pas soudainement dans un prochain RP, ré-utilisée par d'autres joueurs ?



Comment faire ?

Au vu de la diversité possible de vos idées, nous ne vous proposerons aucun formulaire pré-établi. Tâchez néanmoins tant que faire se peut de clarifier vos propos, de les organiser avec des titres, des listes, et tous les matériaux qui sont à votre disposition pour rendre votre texte hiérarchisé et organisé. C'est le meilleur moyen pour que vos idées donnent envie et qu'elles soient publiables ! L'unique chose que nous vous demanderons est la suivante :

Merci de signaler au tout début de votre proposition s'il s'agit d'un ajout [Contextuel], [Mythologique] ou [Utilitaire] ! Cela nous aidera grandement à classer votre article pour lui trouver l'endroit le plus approprié.


Mythologique ? Oui, très exactement ! Comme vous l'avez sûrement remarqué, le sujet concernant le folklore de My'trä est assez lacunaire, maigre, car contrairement à la Genèse de Daënastre, ce n'est pas un récit linéaire, ce sont des petits morceaux de culture qui ne sont mis ensemble que tout à fait artificiellement. Ils ont été écrits par des auteurs différents, à des époques différentes, et prennent des formes très diverses. Voilà pourquoi, nous vous laissons la possibilité de proposer vos propres récits, légendes et prières sur le folklore My'trän. Il n'est cependant pas possible à l'heure actuelle de faire des propositions pour la Genèse daënar : celle-ci étant trop fermée et unilatérale, il vous serait ardu d'y intégrer vos idées.


Merci donc de soit poster vos propositions directement à la suite de ce sujet, soit d'envoyer un mp sur le compte Bolgokh -une fois n'est pas coutume-, afin que les trois Administrateurs puissent le lire !


~ N'hésitez pas à adresser vos questions par MP à Asmigal, Khugatsaa ou Möchlog, ils se feront un plaisir de vous aider ! ~
Voir le profil de l'utilisateur

Alises Torouciave
avatar
Mer 2 Aoû - 19:44
Irys : 335251
Profession : Scientifique : zoologue
Daënar +1
Mademoiselle Louise
Spoiler:
 

Ancienneté : 30 ans (créé en 902)
Structure : Le bâtiment est dans le centre-ville, dans les quartiers chics. Ils s'étalent sur trois étages : un sous-sol, le rez-de chaussée et le premier étage. On accède au rez-de-chaussé par une entrée sur le côté en descendant quelques marches ce qui permet d'arriver à la boutique de thé. Le rez de chaussée est un lieu où l'on reçoit les clients de passage. L'intérieur est tout blanc, tout propret. Plusieurs tables et chaises de beaux sont installés en vrac. Le premier étage contient diverses petites pièces pour la plus riche clientèle. Chacune de ces pièces est décoré avec goût et elles portent différents noms en fonction des couleurs choisis : Bleu ciel, Rouge my'tran, Vereist, Alexandria, Blanc vapeur etc.


Propriétaire: Louise Mondo
Sexe : Féminin
Age : 40 ans

La légende raconte que sa mère lui proposa le dilemme suivant : soit elle se mariait soit son salon de thé devenait le lieu le plus luxueux de Cerka. Mademoiselle Louise demanda une dizaine d'année et son salon de thé connu le succès promis et elle put rester célibataire. Aujourd'hui, ce lieu est un lieu de rencontre incontournable pour n'importe quelle personne prétendant faire partie de la bonne société.


Dernière édition par Alises Torouciave le Mer 9 Aoû - 22:05, édité 1 fois
Voir le profil de l'utilisateur

Bolgokh
avatar
Jeu 3 Aoû - 3:15
Irys : 100027
Profession : Créateur de monde à temps partiel
Administrateur
Bonsoir Alises !

Non pas que le bâtiment que tu proposes ne nous intéresse pas, mais nous demandons tout de même une description bien plus fournie de l'enseigne pour pouvoir l'intégrer au contexte. Je te conseille de prendre pour plan la description de Croc-Rouage à la suite de la description de Skingrad. Toutes les infos qui y figurent doivent aussi apparaître dans la description de Mademoiselle Louise. Smile

Si le projet t'intéresse toujours, nous attendons ta description patiemment !

Bonne nuit à toi. Very Happy


~ N'hésitez pas à adresser vos questions par MP à Asmigal, Khugatsaa ou Möchlog, ils se feront un plaisir de vous aider ! ~
Voir le profil de l'utilisateur

Alises Torouciave
avatar
Jeu 3 Aoû - 12:03
Irys : 335251
Profession : Scientifique : zoologue
Daënar +1
C'est vrai que sans formulaire, je ne savais pas trop à quoi m'attendre, j'éditerais mon 1er message du dessus quand je l'aurais fini (et je t'enverrais un mp).

Je me doute que vous voulez laisser le plus de liberté possible mais c'est vrai que je ne savais pas quoi dire ou non. Une formulaire aurait peut-être aidé Razz



code couleur #00ccff
Voir le profil de l'utilisateur

Dolores de Rosse
avatar
Jeu 3 Aoû - 18:05
Irys : 154974
Profession : Sbire de Ludwig Strauss
Daënar 0
Ünellia - Alexandria

Club privé : La Ruche

Spoiler:
 


Ancienneté : 13 ans (créer en 919 par Howard Hahn)
Structure : Bâtie dans un quartier qui, de prime abord, semble mal fréquenté, La Ruche est pourtant un lieu reputé pour sa sécurité et la qualité de ses services. Construit sur deux niveaux et demi -le rez-de-chaussée possédant une terrasse surélevée accessible par escalier et donnant sur la grande salle- le bâtiment possède aussi deux ambiances distinctes pour chaque étage. Le premier, celui dans lequel on entre par défaut, est composé d’une grande salle garnie de tables et de chaises, et fait office de restaurant et de cabaret. En effet, une scène de taille honorable occupe tout le fond de la pièce, et c’est là que se jouent divers animations, souvent de la musique, mais aussi des pièces de théâtres lors d’occasions spéciales. Au côté opposé de la scène, les clients disposent d’un bar servant des alcools raffinés, et une cuisine est à l’abri de leur regard, mais envoie tout de même un bataillon de serveurs en queue-de-pie servir ceux qui le souhaitent. Le plafond est très haut, et les murs sont garnis de plantes grimpantes et de fleurs colorés, offrant à l’endroit un charme très bucolique et raffiné.

Si on descend les escaliers fermés par un cordon et protégés par un homme de main, on peut découvrir le carré VIP de ce club qui n’est déjà pas fréquenté par n’importe qui non plus. Ce niveau n’est accessible qui si l’on paye un abonnement à l’année, et onéreux avec ça. Réservé aux clients les plus réguliers et les plus fortunés, vous pourrez y trouver un salon à la lumière très tamisée, rempli de fauteuils et de sofas en velours rouges, et de tout un tas de moyens pour divertir les gens de bonnes familles (Table de cartes, billard, etc.) On y sert au client tout ce qu’il souhaite (dans la limite de ce que les humbles employés peuvent offrir) mais on lui donne également une intimité précieuse dans cette ville très peuplée. D’autres salles sont adjacentes au salon : Une fumerie d’opium et un couloir encadré par une demi douzaines de larges chambres dans lesquelles des prostituées de rang supérieur attendent les clients qui désirent disposer de leurs services.


Propriétaire : Howard Hahn
Sexe : Homme
Age : 62 ans

Lorsque, il y a plus de dix ans, Howard Hahn, marchand respecté et très fortuné, décide de prendre sa retraite et d’ouvrir la Ruche dans les bas-fonds d’Ünellia, personne dans son entourage ne comprit vraiment son acte. Ce bâtiment rocambolesque n’était qu’un gouffre à irys dans lequel allait passer toute la fortune familiale ! Pourtant, nous sommes aujourd’hui en 932 et le club est l’un des plus reconnus dans le milieu fermé de la haute-société daënars. Pourquoi ? Parce Howard était mandaté par ses anciens patrons, la Compagnie des Echanges Libres ! Cette organisation richissime pouvait bien investir dans un tel projet, qui serait, de toute façon, dirigé par un de ses hommes de confiance. Car, oui, il y a avait une idée derrière un endroit aussi atypique : Attirer au même endroit les personnes les plus influentes de tout le continent. Grâce au bouche-à-oreille, à l’appui de la Compagnie et à toutes les promesses d’opulence et de discrétion de la Ruche, finalement on ne pouvait que parier sur son décollage rapide. Tout le monde y trouvait son compte ! Les célébrités pouvaient aller dîner aux chandelles sans être gênées par la plèbe, les hommes d’affaire avaient un endroit confortable où conclure des marchés, les drogués fortunés se procuraient ici des produits de qualité et dans un décor accueillant, et surtout la CEL avait plusieurs paires d’oreilles dans la place pour engranger tout un tas d’informations utiles. Heureusement que personne, hormis le propriétaire, n’était au courant de ce fructueux partenariat.


Niveau inférieur



Soyez à leurs pieds, à leurs genoux... Mais jamais dans leurs mains.

Talleyrand



Code couleur Dolores: #9900cc
Joseph le majordome: #9999ff
Parties en italique: Pensées du personnage
Voir le profil de l'utilisateur

Alises Torouciave
avatar
Jeu 10 Aoû - 21:11
Irys : 335251
Profession : Scientifique : zoologue
Daënar +1
[Utilitaire] Code couleur vestimentaire à Daënastre

Comme tout peuple, les daënars ont un "code couleur". Ainsi éviter de porter une couleur de deuil à un mariage et vice et versa. Evidemment, comme chez nous irl, il n'est pas interdit de porter ces couleurs tous les jours. Disons plus que c'est une manière, surtout pour la bourgeoisie, de communiquer. Si vous porter votre robe de deuil à un rendez-vous galant, clairement, la personne en face comprendra que vous n'êtes pas dispo. Cela concerne majoritairement les femmes puisque les hommes ont des costumes plutôt sombre en permanence.

Donc c'est parti pour cette proposition :

- Rouge : couleur du mariage par essence et réservée uniquement à la mariée le jour du mariage. Elle est associé à l'amour, à la naissance.

- Noir : couleur qui est soit celle des hommes riches, soit le jour de l'enterrement

- Violet : couleur de la veuve par excellence, il est conseillé de la porter au moins 3 mois pour ne pas donner l'impression de ne pas pleurer assez son mariage

- Bleu : couleur de le jeune débutante à son premier bal. Il est aussi associé à la femme non marié.

- Vert : couleur quelque peu détester et très très peu portée en Daënastre

- Marron et Blanc : Si vous ne savait pas quoi porter pour un simple dîner sans grande tenue, ces deux couleurs vous sont conseillés.

- Orange : On l'appelle la couleur des futures car souvent une veuve quitte sa tenue violette pour signaler le fait qu'elle est de nouveau sur le marché du mariage.

- Jaune : Et le jaune est la couleur des divorcées.

Voili voilà voilou
Voir le profil de l'utilisateur

Faye Toen
avatar
Ven 11 Aoû - 13:22
Irys : 150630
Profession : Chasseuse d'artefacts - Aventurière
My'trän +2 ~ Zolios
Bonjour !

J'aimerai faire la proposition d'une fable pour un peuple vénérant Orshin, les Ju'äms, que j'ai utilisé pour ma présentation :


« La Promesse », Fable Ju'äm, clan d'adeptes d'Orshin

Un orphelin rencontre une louve.
Animal, s'écrie-t-il, je ne te veux point de mal
Es-tu seule ? T'es-tu éloignée de ta couve ?
On m'a abandonnée, répond-elle, la mort m'emportera ce soir
Je m'en vais mourir dans ce bois, bovin voué à l'abattoir.
L'orphelin est confiant et s'approche de la bête
La maline révèle alors sa vraie facette
Et d'un coup de mâchoire aux crocs aiguisés
Fait du naïf enfant son gibier malchanceux.
La proie vante son cœur bon, tente le lâcher prise
Mais l'animal malicieux la considère comme acquise.
Pour toutes excuses elle avoue son besoin
D'un peu de nourriture au terrier ramener.
Mes petits louveteaux, confie-elle, n'ont désormais plus rien
Sous la dent ces jours-ci à ronger.
Tes enfants mangeront goulument, dit l'orphelin,
Mais pourras-tu en dire autant au lendemain ?
Que se passera-t-il lorsque la faim à nouveau se montrera ?
La venue d'un autre comme moi est-ce que tu escompteras ?
Je trouverai nourriture à partager, propose-t-il au prédateur,
Relâche-moi maintenant et dans à peine quelques heures
Ta famille et moi des repas à jamais partagerons
Et de cette mésaventure plus rien nous ne retiendrons.
L'animal s'exécute et lui rend sa liberté,
L'enfant s'engage et la laisse le guider
En direction de jeunes loups, elle n'avait pas menti.
Là dessus, l'humain agrippe son couteau
Et d'un coup vif abat la créature,
Aucune promesse ne faisait mention
Que la survie de celle-ci était une condition
Et en mal cela lui fut doublement fatal
Car en nourriture son corps il transforma
Et de sa tendre chair ses enfants il régala.

Toutefois, sa promesse fut respectée et à jamais accomplie
Car de la joyeuse troupe pour toujours il s'éprit,
A travers les âges et ce durant toute sa vie.


Code couleur dialogues de Faye : #ff6600
Code couleur alternatif : #33cc99

Voir le profil de l'utilisateur

Bolgokh
avatar
Mar 15 Aoû - 18:07
Irys : 100027
Profession : Créateur de monde à temps partiel
Administrateur
Alises Torouciave
Je valide le salon de thé de Mademoiselle Louise !

Ensuite, concernant ta proposition de couleurs pour les vêtements, tout nous convient si ce n'est celle en lien avec le mariage. Il serait préférable d'indiquer quelque chose comme "rouge ou blanc", afin de laisser l'opportunité aux personnages qui se marieront éventuellement sur Irydaë de pouvoir trouver des images et un imaginaire plus lambda que l'unique couleur rouge, plus spéciale et rare.
J'ajoute également que nous attendrons d'avoir un article complet sur les vêtement daënars et my'träns avant de le publier officiellement dans le folklore, quitte à valider les étapes une par une si tu préfères fonctionner ainsi. =)
Autrement cela forcera les joueurs à faire des allers retours sur un texte non terminé, lorsque nous pouvons leur fournir finalisé d'une seule traite. Mais ce début est prometteur !


Dolores Rossetto
Sans surprise, la fiche descriptive de La Ruche est également validée.


Faye Toen
Très bonne initiative que de proposer cette fable officiellement après son apparition dans ta fiche. Je valide « La Promesse » !



~ Tous vos ajouts au background vont être ajoutés sous peu dans les zones appropriées, un très grand merci pour votre participation et vos propositions ! ~


~ N'hésitez pas à adresser vos questions par MP à Asmigal, Khugatsaa ou Möchlog, ils se feront un plaisir de vous aider ! ~
Voir le profil de l'utilisateur

Alises Torouciave
avatar
Mar 15 Aoû - 19:01
Irys : 335251
Profession : Scientifique : zoologue
Daënar +1
Ok, je l'ajouterais sur le sujet daënar. Je rappelle à tout ceux qui voudraient aider sur ce sujet http://irydae.forumactif.org/f19-vos-propositions



code couleur #00ccff
Voir le profil de l'utilisateur

Faye Toen
avatar
Ven 25 Aoû - 23:04
Irys : 150630
Profession : Chasseuse d'artefacts - Aventurière
My'trän +2 ~ Zolios
Bonsoir !

J'aimerais proposer une prière en l'honneur de Süns, l'architecte flamboyante :

« Entends mes paroles, toi qui gouverne Zolios
Süns, Ô divine, Griffon d'ébène,
Tu m'écoutais jadis dans mes prières,
Une fois encore, exauce mes vœux
Et que ton feu rayonne, pourfende nos cœurs
Ainsi pourrons-nous des cendres renaître. »


S'il est nécessaire de rajouter quelques lignes, je peux me mettre à l'essai d'un chant, mais les prières n'étant pas forcément très longues...


Code couleur dialogues de Faye : #ff6600
Code couleur alternatif : #33cc99

Voir le profil de l'utilisateur

Dorian Wanderst
avatar
Dim 3 Sep - 0:49
Irys : 80341
Profession : Commis de cuisine
My'trän +1
Le dos de la fourchette

Ancienneté : 40 ans (créé en 888 par Franz Ghilbert)

Structure : L'auberge Le dos de la Fourchette est au départ une maison familiale située dans les beaux quartiers de Busad et transformée par son propriétaire de l'époque, Franz Ghilbert en auberge chic et familiale afin d'offrir à son fils Johan, 12 ans à l'époque et passionné de cuisine, un avenir tout tracé. L'auberge dispose de deux entrées. Celle donnant sur la rue est l'entrée officielle de l'auberge et donne directement sur le restaurant. La décoration est rustique et simple. Un lustre au plafond, 5 tables en bois pour 20 couverts maximum et un comptoir bar où sont servis les alcools les plus précieux. Les murs sont blancs et sans décoration et l'ensemble semble assez spacieux. A la droite du comptoir, un escalier qui mène vers le premier étage. Le personnel se limite à une barmaid, chargée également de s'occuper des réservations, et d'une serveuse.

L'autre entrée est située sur la facade droite de l'auberge et est l'entrée de service du personnel et le lieu de livraison et donne sur une cuisine spacieuse où s'ébroue la brigade composée d'un plongeur, chargé des livraisons, de la vaisselle et de la propreté de la cuisine, de deux commis, chargés des découpes et des préparations et du chef en second, chargé de la préparation des plats. Le chef, aubergiste, supervisant le tout. Les équipes sont différentes pour le midi et pour le soir, à l'exception de l'aubergiste et de la barmaid, qui est son épouse, et qui eux assurent les deux services. Une porte battante permet à la cuisine de communiquer avec le restaurant et de l'autre côté se trouvent les escaliers. L'un mène vers la cave, zone la plus fraîche où sont stockées les denrées périssables ou non, l'autre menant vers le premier étage.

Quatre chambres sont disponibles au premier. Comme pour le restaurant, les meubles y sont rustiques, à l'exception notable de la literie, d'une qualité exceptionnelle. Une cinquième pièce fait office de conciergerie et abrite la concierge, chargée du ménage et de répondre aux demandes des clients. C'est le seul membre du personnel autorisé à dormir sur place, une semaine sur deux.

Un escalier mène au dernier étage, où se trouvent la chambre de l'aubergiste et son épouse et la chambre de leur unique enfant, Jolène, 7 ans.


L'ère de Franz (de 888 à 900)

Sous l'égide de Franz Ghilbert, l'auberge a rapidement acquis une excellente renommée. La raison en est simple. Voulant offrir à son fils prodige la meilleure formation possible, Franz a débauché à prix fort les meilleurs éléments à chaque poste et à rechercher les meilleurs fournisseurs. La qualité était forcément au rendez-vous, la rentabilité moins. Faire partie des meilleurs sans être le meilleur ne permet pas ces prix prohibitifs qu'il aurait fallu sortir pour faire des bénéfices, mais pour Franz, il s'agissait d'un investissement sur l'avenir et il avait des fonds. Johan passera par tous les postes de la brigade, évoluant dès qu'un poste était parfaitement maîtrisé, ce qui prend du temps. Une nouvelle équipe sera recrutée tous les deux ans pour offrir au fiston la formation la plus éclectique possible.

L'ère de Johan (de 900 à aujourd'hui)

A l'âge de 22 ans, Johan, second de cuisine depuis deux ans, s'estime prêt à diriger, obtient de son père les clés de l'auberge et congédie le personnel en place pour choisir ses seconds. D'une exigence qui frise la paranoia, il épuise rapidement ses équipes à qui il ne pardonne rien, mais c'est à ce prix que la cuisine qu'il sert est considérée comme la meilleure de la capitale. Il ne se limite pas à reproduire les recettes apprises ou à les améliorer, il devient créateur de recettes, surprenant hôtes et convives. Sa table est rapidement la plus recherchée du continent et le simple fait d'être fournisseur de son auberge offre une excellente publicité, ce qui lui permet de négocier ses prix au plus juste. Désormais, la rentabilité est au rendez-vous. Mais le personnel tourne rapidement, car la pression qu'il exerce est aux dires de beaucoup intenable. La seule consolation du personnel de cuisine est que chacun sait qu'en tenant une année à l'auberge "Le dos de la Fourchette", il sera engagé les yeux fermés dans les autres auberges de Busad ou d'ailleurs et que Johan Ghilbert, aussi dur soit-il, fournira une lettre de recommandation en remerciement des services rendus. Malgré de nombreuses sollicitations, Johan Ghilbert a refusé de quitter Busad pour s'installer dans une autre capitale ou devenir un maître de conférence, mais il ne désespère pas de trouver un apprenti qui sera digne de le représenter avant que Jolène, sa fille, ne prenne sa succession.

Le Dos de la Fourchette est aujourd'hui un temple de la gastronomie où l'on peut croiser de riches notables, des personnalités de haut rang et les hauts dignitaires invités dans la Capitale.

Voir le profil de l'utilisateur

Bolgokh
avatar
Dim 3 Sep - 14:01
Irys : 100027
Profession : Créateur de monde à temps partiel
Administrateur
Faye Toen
Ta prière a été rajoutée au folklore des My'träns, merci à toi pour ta proposition ! Il serait intéressant à l'avenir de créer des formats similaires pour chacun des Architectes, si l'entreprise t'intéresse.


Dorian Wanderst
La fiche est parfaite en termes de quantité et d'éléments contextuels. En revanche, plusieurs points de vocabulaire me gênent un peu dans la manière dont tu décris ce restaurant. Lorsque décrire une enseigne daënar est relativement facile du fait de sa modernité, c'est plus délicat pour les My'träns ! A l'heure actuelle, des mots tels que "maitre de conférence", "lustre", "barmaid", et plusieurs autres légers détails conduisent à imaginer un environnement typé restaurant moderne, par exemple comme ceci. Nous sommes loin d'un environnement approprié pour les Kharaal Gazar, et plus largement un environnement my'trän.

Il faudrait donc tant que faire se peut introduire davantage de nuances descriptives sur par exemple l'architecture propre à la ville de Busad, à l'omniprésence de la magie utilitaire dans la vie quotidienne (éclairage, meubles peut-être bâtis directement par la pierre...etc) ou le mode de vie propre aux My'träns. Je pense notamment aux hauts dignitaires que tu évoques, dont la mode consiste à se recouvrir de drapés extrêmement colorés et autres riches teintures brodées artisanales. Bref, orienter tes lecteurs vers une vision plus héroïc-fantasy de ton enseigne.

Je conçois parfaitement que cela puisse être difficile puisque les My'träns sont un peuple imaginé, aussi n'hésite pas si tu as un souci ou des questions ! Il ne suffit pas forcément de grand chose pour donner un peu plus de couleurs my'träns au Dos de la fourchette. =)


~ N'hésitez pas à adresser vos questions par MP à Asmigal, Khugatsaa ou Möchlog, ils se feront un plaisir de vous aider ! ~
Voir le profil de l'utilisateur

Dorian Wanderst
avatar
Dim 3 Sep - 16:03
Irys : 80341
Profession : Commis de cuisine
My'trän +1
Spoil:
 

Le dos de la fourchette

Ancienneté : 40 ans (créé en 888 par Franz Ghilbert)

Le lieu : L'auberge Le dos de la Fourchette est au départ une maison familiale située dans les beaux quartiers de Busad et transformée par son propriétaire de l'époque, Franz Ghilbert en auberge chic et familiale afin d'offrir à son fils Johan, 12 ans à l'époque et passionné de cuisine, un avenir tout tracé. Creusée à même la roche, l'auberge a deux entrées visibles, l'une face à la route, qui est l'entrée pour les clients, l'autre, côté droit, qui est l'entrée des fournisseurs.L'auberge dispose de deux entrées.

Restaurant vu de l'entrée :

Celle donnant sur la rue est l'entrée officielle de l'auberge et donne directement sur le restaurant. Celle sur la gauche est l'entrée du personnel et le lieu où les denrées sont livrées.

Personnel et livraison :

Franz Ghilbert, artisan ébéniste réputé, a souhaité que son art soit présent dans son auberge et en faire un lieu différent de ceux qu'on croise habituellement à Busad. Le bois est omniprésent et en harmonie avec la pierre blanchie qu'il a laissé transparaître sur certains murs, offrant au lieu un cachet autant personnel qu'intemporel. L'éclairage est à la bougie et léger, offrant un cadre intimiste et chaleureux et les décorations rappellent l'art de l'agriculture, de la chasse, de la pêche mais proposent aussi des créations fantaisistes d'artisans ferronniers particulièrement doués. Le reste, pour ne pas dénoter trop non plus avec Busad et ses mages de terre, est fait de terre cuite, parmi lesquels les plats et assiettes, permettant à l'auberge de conserver son cachet busadien. A noter, le bar qui fait également office de lieu de réservation et où sont exposées les récentes créations d'artisans, disponibles à la vente.



Restons au rez-de-chaussée : La cuisine, séparée du restaurant par un mur et une porte battante en bois, est aussi grande et spacieuse que le restaurant. Diverses tables font office de plan de travail pour les employés de la cuisine. Le coin cuisson est composé d'un four à bois et d'un âtre sur lequel poser les chaudrons. Ici, pas d'éléments décoratifs, tout y est fonctionnel et étudier pour que les gens qui y travaillent évitent de se marcher dessus. Seul le four a une statuette en décoration, placée là à titre de porte-bonheur.

Vue d'ensemble de la cuisine :

Le four :

Une cave, disposant d'un air rafraîchi, sert au stockage des denrées qui ne seront pas exploitées le jour-même en cuisine.

Mais comme indiqué, le lieu n'est pas une taverne, mais une auberge, cela signifie qu'elle dispose de chambres. Celles-ci sont au premier, accessible via un escalier présent dans le restaurant:



A l'étage, 4 chambres sont présentes pour les clients. L'envie d'offrir une décoration originale et rustique que pour le restaurant a poussé Franz a fournir un travail de qualité. Mais s'il a misé sur l'originalité, le confort n'est pas oublié, la literie étant d'une qualité exceptionnelle.



Une cinquième pièce fait office de conciergerie et abrite la concierge, chargée du ménage et de répondre aux demandes des clients. C'est le seul membre du personnel autorisé à dormir sur place, une semaine sur deux.

Un escalier mène au dernier étage, où se trouvent la chambre de l'aubergiste et son épouse et la chambre de leur unique enfant, Jolène, 7 ans.


L'ère de Franz (de 888 à 900)

Sous l'égide de Franz Ghilbert, l'auberge a rapidement acquis une excellente renommée. La raison en est simple. Voulant offrir à son fils prodige la meilleure formation possible, Franz a débauché à prix fort les meilleurs éléments à chaque poste et a recherché les meilleurs fournisseurs. La qualité était forcément au rendez-vous, la rentabilité moins. Faire partie des meilleurs sans être le meilleur ne permet pas ces prix prohibitifs qu'il aurait fallu sortir pour faire des bénéfices, mais pour Franz, il s'agissait d'un investissement sur l'avenir et il avait des fonds. Johan passera par tous les postes de l'auberge, évoluant dès qu'un poste était parfaitement maîtrisé, ce qui prend du temps. Une nouvelle équipe sera recrutée tous les deux ans pour offrir au fiston la formation la plus éclectique possible.

L'ère de Johan (de 900 à aujourd'hui)

A l'âge de 22 ans, Johan, second de cuisine depuis deux ans, s'estime prêt à diriger, obtient de son père les clés de l'auberge et congédie le personnel en place pour choisir ses seconds. D'une exigence qui frise la paranoia, il épuise rapidement ses équipes à qui il ne pardonne rien, mais c'est à ce prix que la cuisine qu'il sert est considérée comme la meilleure de la capitale. Il ne se limite pas à reproduire les recettes apprises ou à les améliorer, il devient créateur de recettes, surprenant hôtes et convives. Sa table est rapidement la plus recherchée du continent et le simple fait d'être fournisseur de son auberge offre une excellente publicité, ce qui lui permet de négocier ses prix au plus juste. Désormais, la rentabilité est au rendez-vous. Mais le personnel tourne rapidement, car la pression qu'il exerce est aux dires de beaucoup intenable. La seule consolation du personnel de cuisine est que chacun sait qu'en tenant une année à l'auberge "Le dos de la Fourchette", il sera engagé les yeux fermés dans les autres auberges de Busad ou d'ailleurs et que Johan Ghilbert, aussi dur soit-il, fournira une lettre de recommandation en remerciement des services rendus. Malgré de nombreuses sollicitations, Johan Ghilbert a refusé de quitter Busad pour s'installer dans une autre capitale ou devenir mentor pour d'autres cuisiniers-aubergistes, mais il ne désespère pas de trouver un apprenti qui sera digne de le représenter avant que Jolène, sa fille, ne prenne sa succession.

Le Dos de la Fourchette est aujourd'hui un temple de la gastronomie où l'on peut croiser de riches notables, des personnalités de haut rang et les hauts dignitaires invités dans la Capitale.
Voir le profil de l'utilisateur

Bolgokh
avatar
Ven 8 Sep - 23:18
Irys : 100027
Profession : Créateur de monde à temps partiel
Administrateur
Je valide ta proposition Dorian ! Tout me parait désormais conforme à l'ambiance de My'trä, et j'y passerai bien la nuit IRL dans ton auberge.

Tous nos remerciements pour ta contribution à l'étoffement du contexte de ce forum ! Ton nom sera bien évidemment inscrit dans la fiche du Dos de la Fourchette, afin que tout le monde puisse voir que c'est bien là ta création.

Sur ce, bonne soirée à toi !


~ N'hésitez pas à adresser vos questions par MP à Asmigal, Khugatsaa ou Möchlog, ils se feront un plaisir de vous aider ! ~
Voir le profil de l'utilisateur

July Lahry'Dryka
avatar
Sam 30 Sep - 23:26
Irys : 53029
Profession : Joaillière
Daënar 0
Utilitaire
Ünellia - Alexandria


Boutique : Les Joyaux d'or

Ancienneté : 64 ans (création en 868)
Structure : "Au détour d'une ruelle, si vous vous perdez bien dans Alexandria, vous pourrez trouver la petite boutique de joaillerie : Les Joyaux d'or. L'enseigne ne paye pas de mines, tout comme la façade qui ne s'illustre pas par sa peinture, loin d'être fraiche ou par des couleurs resplendissantes. Elle n'attire pas l'oeil, elle est juste simple et comme tant d'autre.
Quand vous franchissez la porte, vous entendez une sonnette retentir et le silence vous répondra jusqu'à ce qu'un homme d'âge mûr vienne vous rencontrez, le sourire aux lèvres. Peut-être aurez-vous moins de chance et c'est une jeune fille blonde qui viendra s'occuper de vous. Dans tous les cas, vous serez entouré d'artefacts, de bijoux et de créations de toute sortes qui ne manqueront d'attirer votre oeil. Les plus belles pièces – et chers accessoirement – sont exposées individuellement sur des socles au milieu de la pièce tandis que les autres sont sur les côtés droit et gauche de la pièce. Celle-ci était d'ailleurs assez spacieuse pour pouvoir correctement circuler mais restait tout de même agréable. Un lustre éclaire la pièce mais il est presque inutile compte tenu des grandes fenêtres donnant sur l'allée.

Le comptoir de vente, fait dans un beau bois de chêne massif, se trouve à votre gauche lorsque vous rentrez et au loin, si vous laissez trainer votre regard, vous remarquerez un escalier en colimaçon qui monte là où vous ne pourrez jamais aller. C'est en vérité l'accès au logis des marchands. Au fond de la droite, se trouve une ouverture vers l'atelier des joailliers où sont entreposés leurs outils, leurs travaux et autres. Encore une fois, vous ne pourrez qu'entrapercevoir cette pièce, bien trop en bazar et occupée par de nombreux éléments divers et par la poussière ambiante. Du côté de l'atelier, se trouve encore une petite porte qui mène vers une salle faisant office de placard.

Spoiler:
 


Propriétaire : John Lahry'Dryka
Sexe : Homme
Age : 49 ans

Histoire : Le magasin Joyaux d'Or a été transmis dans la famille depuis deux générations déjà et c'est à Octave Lahry'Dryka qu'on doit sa fondation. L'homme avait trente ans lorsqu'il décida de fonder sa propre entreprise, après avoir fini son apprentissage et s'être fait un petit réseau de clients influents. Il travaillait vite et bien, tout en restant professionnel, ce qui lui avait toujours valu d'être demandé par les clients. Tant et si bien qu'il décida de quitter la boutique de son ancien patron et de voler de ses propres ailes.
Du moins, c'est ce qu'il aurait voulu faire mais Octave n'avait pas assez d'argent et c'est grâce à la générosité, ou bien à l'intuition opportuniste et maligne de son maître artisan, qu'il put ouvrir Les Joyaux d'Or. En effet, au tout départ, le petit atelier était en fait la deuxième boutique du Maitre Artisan de Octave. Il lui prêta de l'argent et l'apprenti put partir. Très reconnaissant, celui-ci resta de nombreuses années en collaboration mais au bout d'un certain temps, les conditions du contrat n'étaient plus assez avantageuses et après quelques crises de colères et claquements de portes, Octave put garder sa propre boutique et en finit définitivement avec son ancien Maître.

Depuis, la boutique se transmet dans la famille et c'est maintenant John Lahry'Dryka, le fils d'Octave qui avait récupéré la boutique et était en train de former sa nièce July, pour prendre la relève. La clientèle des joailliers étant essentiellement constitué de riches bourgeois, la boutique, loin d'être connue ne se faisait sa réputation que grâce au bouche-à-oreilles et c'est donc un petit cercle privé et restreint qui connaissait la qualité des Joyaux d'Or.


July parle en #0099cc
Voir le profil de l'utilisateur

Bolgokh
avatar
Mer 11 Oct - 14:25
Irys : 100027
Profession : Créateur de monde à temps partiel
Administrateur
July Lahry'Dryka
La boutique des Joyaux d'Or est validée ! Je l'ajoute d'ici peu à l'endroit approprié, et nos remerciements pour ta participation à l'amélioration du background. ~


~ N'hésitez pas à adresser vos questions par MP à Asmigal, Khugatsaa ou Möchlog, ils se feront un plaisir de vous aider ! ~
Voir le profil de l'utilisateur

Ginger Holmes
avatar
Lun 16 Oct - 23:24
Irys : 69989
Profession : Enquêtrice
Daënar +1
Ajout d'ordre Utilitaire

Nom : La capitale nomade : Vulp Pest

Description : La capitale des nomades est Vulp Pest, une citée mobile parcourant Mytra. Chaque bâtiment en bois est placé sur roue et tiré par des Mammouths géants. Le tout forme un convois gigantesque et impressionnant et représente clairement la puissance des nomades.

But : Vulp Pest est avant tout un centre commercial mobile, le plus grand atout de cette citée c'est de proposer de tout avec des prix raisonnables. La capitale est aussi un centre diplomatique, il permet aux autres clans de savoir si une zone est safe ou non, si un seigneur sera amical ou belliqueux. Cette centralisation permet aussi d'unir les clans en hordes en cas de problème grave. Vulp Pest est autant un instrument de paix que de guerre. La capitale est également un atout juridique, il permet de juger grâce à un tribunal des paires, les différents entre deux clans. Le tribunal est également en pouvoir de juger qui doit hériter d'un clan ou non. Enfin, Vulp Pest est le coeur religieux de Asmigal et d'Orshin, chaque nomade peut donc vivre et prier une de ses deux religions en toute quiétude.

Hiérarchie : Le roi de Vulp Pest est élu par les dix clans nomades les puissants. Actuellement, il s'agit de Vipide V de Vulp Pest. Il doit régner jusqu'à la mort ou la folie.

Des maître religieux des deux divinités précédemment nommé se trouve également dans la capitale, ils ont une place importante dans la vie de la citée.

Un maître du commerce gère l'économie de Vulp Pest, c'est un poste très convoité.

Un maître de la diplomatie gère les accords avec les autres nations de Mytra.

Actualité : Vipide V est entrain de fabriquer une monnaie unique à sa ville. 1 Irys = 0.70 Vipidéen. Par le biais de cette monnaie, il veux forcer les étranger à utiliser cette monnaie parallèle considérant la hausse des prix comme une taxe de fonctionnement.

Concrètement : Vulp Pest est une citée unique, les rues se forme grâce à l'espacement entre deux chariots. Les chevaux passent sans problème dans ses rues et peuvent accéder à des passerelles afin que le cavalier accède à l'un ou l'autre des bâtiments. Ses passerelles sont aussi accessible à pied si tenté qu'on soit un minimum habile. Toute les maisons sont faite en bois, les plus riches ont des bas de mur en pierre. Les bâtiments sont confortable et remplie, c'est agréable à vivre si on oublis les quelques secousses.

La demeure de Sir Vipide est au coeur du dispositif de Vulp Pest. Deux mammouths géant tirent une habitation deux fois plus grandes que les autres. Il est d'ailleurs difficile de louper la demeure du roi quand on s'approche de la citée.

Outre le décors atypique de cette capitale, il y a plusieurs lieues qui demande à être vue. Les nombreuses tavernes offre aux visiteurs et aux locaux de quoi passer d'agréable soirée. Dans les meilleurs d'entres elle, il y'a des danseuses exotiques voir des érotiques. Pour apprécier le spectacle, il faut commander un bon repas et profiter de met culinaire unique. Il ne faut pas s'inquiéter de voir des restaurateur ne proposer que des plats pour végétarien afin de respecter la volonté de son dieu.  

Extrait du guide de Michel l'explorateur -  ouvrage mai 932



Mon théme




Voir le profil de l'utilisateur