Revenir en hautAller en bas
Chroniques d'Irydaë
Bonjour, et bienvenue sur les Chroniques d'Irydaë. Déjà inscrit ? N'attends plus, et connecte-toi dès maintenant en cliquant sur le bouton "Connexion" ci-dessous !

Vous êtes nouveaux, que ce soit sur ce forum ou dans le monde du RPG ? Le choix d'un forum sur lequel vous pourrez vous épanouir n'est pas anodin, et il vaut mieux pour cela connaître l'univers dans lequel vous vous trouvez ! Nous avons pensé à vous, en vous préparant un guide qui vous permettra de découvrir pas à pas le monde des Chroniques d'Irydaë.

Si malgré cela, des doutes subsistent, n'hésitez pas à adresser vos questions aux Administrateurs.

En vous souhaitant une agréable visite !



 :: Les terres d'Irydaë :: Daënastre :: Rathram
Page 1 sur 1


 Convoi Exceptionnel

Mad-Rex
avatar
Sam 18 Mar - 21:47
Irys : 20148
Profession : Free-Lancer
Daënar +2 ~ Cerka (homme)
Il y a un truc qui cloche.
Ruminant une énième fois ces quelques mots, Mad-Rex soupira. En soi, il n'y avait aucun problème, mais quelque chose n'allait pas. Le jeune homme contempla les environs, et, sans surprise, ne vit rien intéressant. La forêt était calme, dégagée, et les rayons de lune transperçaient les branches encore dégarnies, ce qui faisait qu'on y voyait presque comme en plein jour, et Mad-Rex pouvait apercevoir le chemin que le convoi avait quitté pour s'arrêter jusqu'au lendemain. Les braises rougeoyantes du feu à ses pieds commençant à s'éteindre pour devenir cendres et poussière, le jeune homme se leva de son roc, ramassa quelques bûches du tas qu'il avait constitué auparavant, puis se rassit et astiqua d'un geste las sa prothèse mécanique. Décidément, il n'y avait pas de quoi s'inquiéter. Mad-Rex partit donc chercher la cause de ses préoccupations plus tôt dans la journée.

Le matin même, alors que notre personnage déambulait dans les ruelles de Cerka à la recherche d'un employeur, un homme rabougri dans la quarantaine, vêtu d'habits de qualité légèrement supérieure, était venu l’interpeller de la sorte :


« Etes vous l'homme dénommé Mad-Rex qui est connu dans la région pour offrir ses services à qui en a les moyens, quelque soit le travail demandé ? »

« Lui-même en chair et en os ! Que puis-je pour vous mon bon messire ? Je vous préviens tout de même que les journées sont de mauvais moments pour des demandes de "sale boulot." »

« Rassurez vous, rien de la sorte ! Mon maître désire vous faire une offre. Veuillez me suivre je vous prie. »

Mad-Rex avait donc suivi l'inconnu vers les quartiers de la haute société de Cerka, un lieu qu'il n'avait pas l'habitude de fréquenter, plus précisément vers une grande bâtisse que une année de revenus de toute la classe ouvrière de Daenar n'aurait pus s'offrir. Il avait été conduit à un grand salon, où un autre homme, sans doute la maître du premier, aux riches parures et au visage rebondi, lui avait proposé un contrât.
Ce dernier était en soi ridiculement simple : l'employeur, un aristocrate du nom de Dorvo Klisgott, devait emménager dans sa résidence secondaire à Mynith pour une longue période, et, si la plupart du mobilier était déjà à bon port, les biens précieux étaient encore ici et Mad-Rex était celui qu'on avait proposé pour garder le convoi qui les transporterait.

L'offre avait vraiment tout pour plaire : la route entre Cerka et Mynith n'était pas si longue et peu fréquentée, ce qui fait qu'il n'y avait pas de reel danger. L'attelage du convoi était constitué de puissants Bukhs, une créature qui était de qualité et facile à guider. La récompense était de plus une somme astrronomique que Mad-Rex aurait sans doute mis 6 mois à accumuler autrement. Vraiment, il n'y avait pas de raison d'hésiter.

En y repensant bien, c'était sans doute là que se situait le problème : cette offre était bien trop belle pour être vraie. Le reste de la journée s'était bien déroulé : le convoi était constitué de cinq personnes : deux gardes, un cuisinier, un maître d'attelage et lui, et il n'y en avait aucun qui lui avait donné cette sensation de malaise. De toute façon, cela n'avait plus d'importance maintenant qu'il avait accepté : quand Mad-Rex à un contrât, il le mène jusqu'au bout.

Mad-Rex regarda une nouvelle fois les arbres silencieux, en espérant que son intuition n'ait pas de fondement. La nuit allait être longue.


Code couleur : #0099ff (calme) #ff0000 (folie)
Voir le profil de l'utilisateur

Gwen Feien
avatar
Dim 19 Mar - 10:12
Irys : 654928
Profession : Voleuse
Daënar 0
Vous pensez que se faire des relations dans une nouvelle ville c’est long pour un voleur ? Eh bien, détrompez-vous. En étant un peu dégourdi, c’est relativement facile. Après, la fiabilité des liens reste toute relative. Mais ça, on s’en fout. Le tout est de le savoir et le prendre en compte lors du « travail ». Tout ce qu’il faut, c’est mettre la main sur une auberge ou un bar mal fréquenté -enfin, ça dépend du point de vue- et gagner la confiance de qui il faut avec quelques Irys.

Évidemment, les premiers jobs n’avaient pas été hyper intéressants à Cerka comme pour les autres villes où j’avais été. Un minimum de confiance est nécessaire avant d’avoir de bons tuyaux. La raison est plutôt simple : l’intermédiaire prends une commission, si un gars- ou une nana – inconnu au service – débarque pour prendre l’info, faire la mission, et se barre ensuite avec le butin, le premier ne gagne rien. Bien sûr, dans ce cas mieux vaut être rapide car les représailles le seront.

Bref ; c’est donc A la mouche rieuse que j’ai eu ce contrat. Toujours avec une forte commission mais au moins c’en est un avec plus d’intérêt que les six précédents. Au bout de deux mois je le méritais amplement ! Sans me vanter, j’ai fait du bon boulot pour les autres, propre, sans incident. Et je me suis aussi fait une petite réputation auprès des enquiquineurs de service, j’ai cassé quelques doigts et un ou deux nez à des idiots trop entreprenants.

Enfin, ce n’est pas ça qui est intéressant ! Je divague. Le job est plutôt simple -pour un bon voleur ça va sans dire- et rémunérateur. La cible : un richard trop sûr de lui qui croit avoir berné son monde. Il devrait y réfléchir à deux fois avant de fréquenter la lie de la société. Les secrets n’en sont pas forcément dans ce milieu. Dommage pour lui, tout ne se passerait pas comme prévu, il ne pourra honorer le transport des biens jusqu’à Mynith. J’en ferais mon affaire !

Surtout pas de précipitation, je surveillais actuellement le campement de ses hommes. Une petite troupe d’à peine trois gardes. Deux qui semblaient se connaître et un outsider, un petit jeune avec une prothèse. Mauvaise nouvelle. On ne savait jamais ce qui se cachait derrière. De plus, contrairement aux deux autres, il semblait un peu trop attentif à son entourage. Mieux valait éviter de passer à l’action lorsqu’il serait éveillé. Le cuistot et le maître d’attelage, même s’ils représentaient des bras en plus, ne devaient pas représenter de danger. Ils seraient endormis lors de mes méfaits.

Du haut de mon perchoir, je les regarde se sustenter en faisant de même. Les voix montent à moi graves et résonnantes. La discrétion ne semble pas les préoccuper. Ça se comprend sur une route si peu fréquentée et au danger bien moindre que ma région d’origine. Mais stupide néanmoins. Pas plus dégourdis que lors du trajet jusqu’ici, ils m’ont facilité la tâche, non pas qu’il y en ait eu besoin…

Une légère brise vient secouer les feuilles sous moi, ça doit faire deux bonnes heures que je les observe depuis les hauteurs. Je pourrais rester ainsi toute la nuit sans problème, la patience est clé pour mon métier. Mais je ne pense pas qu’il y en aura besoin, les choses commencent à bouger. Ils rangent pour la nuit la vaisselle, la nourriture, l’eau – ou l’alcool, je n’ai pu déterminer de là où je suis – et mettent en place leur couche pour les concernés. C’est maintenant qu’il faut avoir les yeux grands ouverts, et pas que pour moi… À l’opposé d’où je me trouve les buissons bougent, je suppose également qu’il y a du bruit car les têtes se tournent vers ce point. Un animal qui viendrait leur tenir compagnie ou un voleur impudent ? Je penche plutôt pour la première option, je suis censée être seule sur ce coup.


Gwen parle en #0033ff

En ligne Voir le profil de l'utilisateur