Revenir en hautAller en bas
Chroniques d'Irydaë
Bonjour, et bienvenue sur les Chroniques d'Irydaë. Déjà inscrit ? N'attends plus, et connecte-toi dès maintenant en cliquant sur le bouton "Connexion" ci-dessous !

Vous êtes nouveaux, que ce soit sur ce forum ou dans le monde du RPG ? Le choix d'un forum sur lequel vous pourrez vous épanouir n'est pas anodin, et il vaut mieux pour cela connaître l'univers dans lequel vous vous trouvez ! Nous avons pensé à vous, en vous préparant un guide qui vous permettra de découvrir pas à pas le monde des Chroniques d'Irydaë.

Si malgré cela, des doutes subsistent, n'hésitez pas à adresser vos questions aux Administrateurs.

En vous souhaitant une agréable visite !



 :: Gestion du personnage :: Registre des Initiés :: Identités classifiées
Page 1 sur 1


 Croyance Clarté Mewess - "Je ne suis personne"

Croyance Clarté Mewess
avatar
Mer 19 Avr - 1:50
Irys : 15149
Croyance Clarté Mewess



Passeport


Nom : Aucun
Prénoms : Croyance Clarté Mewess
Surnom : Le Bourreau - Le Radié
Sexe : Homme
Age : 36 ans
Métier : Aucun
Communauté : My'trä - Delkhii + Amisgal
Lieu de naissance : Kharaal Gazar



Aptitudes & possessions

  • Croyance : Adepte d'Amisgal et de Delkhii.

  • Magies affiliées :
    - Magie de Delkhii (Novice) : Croyance s’exerce très souvent à la magie parce qu’elle est pour lui une chose importante, la magie de la terre lui sert surtout à se protéger pendant des combats, et lui permet également de se montrer plus endurant.
    - Magie d’Amisgal (Novice) : Escrimeur depuis son jeune âge, la magie d’Amisgal lui permet de faire jouer le vent en sa faveur lors de ses combats, espérant un jour atteindre la vitesse d’Amisgal avec sa lame.

  • Armes et habiletés :
    - Longue épée à une main, en acier de qualité : Escrimeur depuis son plus jeune âge, Croyance ne se sépare jamais de cette longue épée, à laquelle il n’a jamais donné de nom. Elle ne se décolle que très rarement de sa hanche. Il fait montre d’une habileté sans faille lorsqu’il s’agit de se battre en duel, aidé de ses deux magies, il atteint un niveau qui justifie le respect que certains lui témoignent.

    - Habilitées martiales :
    Combattant depuis son plus jeune âge, Croyance n’est pas une personne contre qui l’on s’attaque sans être soi même un bon guerrier. Adepte de l'entraînement physique Croyance se maintient dans une grande forme physique. Bien que préférant sa fidèle épée, Croyance sait également usé de ses poings nue, mais ne sais en revanche pas utiliser de boucliers, ni d’autres armes que les épées longues. Il est parfois difficile de savoir quel est le point fort de Croyance, son agilité, ou sa force. Bien que les deux soient opposés, Croyance semble avoir opté pour un juste équilibre entre ces deux paramètres, équilibre amplifié par ses deux magies bien que leur maîtrise ne soit pas encore complète.
    - Habilitées diplomatique :
    Croyance sait parler, et il sait négocier, mais ce n’est pas une personne sur qui il faut compter pour résoudre les conflits par la parole. Charismatique par sa carrure, et capable d’aligner plusieurs phrases sans la moindre faute, il trouve tout simplement la diplomatie ennuyante et trop lente

  • Familiers/montures : Aucune

  • Autres possessions :
    - Grimoire : Fait d’un épais cuir de bonne qualité, les pages qui composent ce grimoire présentent une calligraphie très soignée et agréable à lire. Écrit visiblement par deux personnes différente, ce grimoire semble contenir plusieurs centaines de noms, ainsi que des descriptions. Toujours attaché à sa ceinture, dans son dos, Croyance garde ce grimoire comme une relique
    - Pierres d’affûtage et bande de cuir : Appréciant prendre soin de sa lame, Croyance se déplace avec le nécessaire d’affûtage directement sur lui.
    - Nécessaire d’écriture
    - Petite bourse




Profil psychologique
On pourrait penser que Croyance est une personne impulsive et a tendance violente, mais il n’en est rien. Il est habituellement extrêmement calme et tempéré, il réfléchit parfois longuement aux choix qui s’offrent à lui et ne prends jamais une décision à la légère si il la considère importante. Il ne déteste pas les My’träns mais les considère comme des aveugles, et interprète de sa propre façon le culte qu’il voue aux Architectes.

Croyance fait montre d’une confiance en lui sans limite, frisant parfois l’arrogance, Croyance sait discuter, mais n’est jamais convaincu par les paroles, il attend de la part de celui qui le contredit, un acte qui illustrera son avis. D’un général respect d’apparence, Croyance ne considère personne comme son égal, il se considère comme le représentant des Architectes, et en cet honneur, il ne lui est jamais permis de fauter, ou encore de douter de ce qu’il fait.

Paradoxalement à son apparence des plus calme, il est capable de faire preuve d’une terrible cruauté lorsqu’il juge qu’une personne a manqué de respect à l’oeuvre des Architectes. Il n’a aucune hésitation à recourir aux plus terribles méthodes, tel que la torture, ou l'exécution pure et simple, si il juge que c’est nécessaire au monde. (Il est à noté que ce ne sont pas des méthodes qu’il utilise souvent.)

Se jugeant lui même comme supérieur à tout autre être, il n’a d’estime pour personne d’autre que les Régisseur, à l’exception où une personne fait montre de la même philosophie de lui, où il la considérera alors comme un égal. Également, Croyance est incapable de développer un quelconque lien affectif avec une personne qu’il ne considère pas comme son égal, dans cette optique, les notions de “famille” et “d'amitié” lui sont complètement étrangère.



Physiologie
Croyance mesure proche du mètre 80, pour un poids de 79 Kg. Bien qu’on puisse le trouver imposant, ses épaules ne sont pas spécialement large, et son air reste suffisamment élancé pour laisser planer un doute quand à sa véritable force physique, au contraire de son agilité qui est pour le moins visible au premier coup d’oeil. Fruit d’un entraînement très maîtrisé, son corps n’est pas musclé plus que nécessaire, privilégiant l’agilité à la force, Croyance tente tout de même de maintenir un équilibre.

Croyance ne laisse que très peu voir sa peau. Il porte une tenue en plusieurs morceaux. Pour commencer ses bottes sont assez simple et souple, permettant un jeu de jambe assez fluide, pour la même raison, ses jambes ne sont recouvertes que d’un pantalon serré de cuir, un peu plus résistant et maintenu par une ceinture. Son torse lui est recouvert d’un pourpoint métallique, ayant pour but d’encaisser les chocs, sans trop limiter ses mouvements. Ses bras sont recouvert de longues manches de cuir, jointes à ses brassards en cuir également. Enfin, ses mains sont recouvertes de gant dont les dernières phalanges sont découpés de sorte à laisser apercevoir le bout de ses doigts.

Croyance se déplace en tout lieu, et en tout moment avec une longue cape noire visant deux objectifs, à savoir cacher ce qu’il pourrait éventuellement avoir dans le dos, et pouvoir l’utiliser à son avantage pendant un combat grâce à la magie d’Amisgal. Son visage lui n’est pas visible, car recouvert d’un épais masque de fer, ne laissant apercevoir que ses yeux, en plus d’étranges symboles qui y sont peint. Enfin, il porte autour du cou un pendentif très simple, dont le centre est percé pour laisser apercevoir un minuscule éclat cristallin, un éclat de magilithe, dont la taille a été réduite pour limiter au maximum les risques.



Biographie


“As-tu connu tes parents, Mewess ?”
“Je n’ai pas de parents.”
“Comment es-tu né, dans ce cas ?”
“Comme nous tous. Je suis né d’Orshin”

C’est la question que l’on m’a si souvent posé. Je n’ai pas de parents. Vous n’avez pas de parents. Personne n’a de “parents”. Ce terme est vide de sens. Ce n’est qu’une fable pour les aveugles de notre monde. J’ai été élevé dans un établissement pour ce qu’ils appellent les “orphelins”. C’est un cruel manque de respect pour nos créateurs, que de me considérer comme un orphelin. Ils m’ont trouvé avec “Mewess” écrit sur le bras. Comme si c’était mon nom. Je n’ai pas de nom. Les seuls noms que je n’ai jamais eu, ce sont ceux que je me suis donné. Croyance, et Clarté. J’ai grandi auprès d’autres “orphelins”, comme moi, je suppose. Pendant des journées entières nous devions rester assis et écouter un vieil homme nous expliquer ce qu’étaient les Architectes, nos créateurs, et nos bienfaiteurs. A l’époque, j’étais si jeune.. si.. inexpérimenté. J’acceptais tout ce que disait ce vieil homme pour pure et simple vérité. Mais la vérité n’est jamais pure, et rarement simple. En grandissant j’ai compris ce qu'étaient ces murs qui m’entouraient et formaient une prison d’idées et de mensonges. Je m’en suis aller.

Bien sûr, comment aurais-je pu vivre seul dans un monde si hostile ? Non, bien sûr que non. Sur la route qui m’éloignait de cette prison de mensonge, je rencontrais alors Sereine. Elle n’avait que quelques années de plus que moi, mais son regard brillait déjà d’une grande vivacité, et d’une grande intelligence. Cette petite fille me pris doucement la main, et m'emmena avec elle vers la vérité sur notre monde. C’est un peu plus loin sur le sentier que je rencontrais celui qui deviendrait un peu plus tard mon éducateur. Il m’expliqua ce que ce monde nous cachait. Du moins, ce que les envahissants aveugles cachaient, pour ne pas voir leur infime petitesse dans ce vaste monde. Nous sommes des créatures d’Orshin, tout comme tout animal. Et pourtant nous imposons au monde notre présence si écrasante, si peu respectueuse de nos créateurs. La vérité se trouvait là, dans mes mains. Le monde se portait mal, car les my’träns ne respectaient plus les Architectes.

J’ai grandis, comme tout être. Et je ne suis que rarement sortie du champ qui entourait la petite cabane de mon éducateur, et de sa fille, Sereine. Je n’avais été accepté auprès de ce foyer qu’un jour ou deux, et était finalement rester, à la condition que je ne le trahisse jamais. J’avais huit ans. Que pouvais-je répondre d’autre que oui ? Mais malgré ce jeune âge, mon éducateur m’entraîna à l’art de l’escrime. Un art. L’escrime développe en tout homme une grande force de caractère, mais aussi une grande rigueur, et une grande discipline. Mais les années passées, et malgré ma promesse, j’ai décidé à l’âge de 17 ans de quitter ce foyer de fortune. 9 ans après que ce même foyer m’ai accueillis. Mon éducateur s’était mis en colère, et sa fille elle, s’était muée dans un profond chagrin. Je n’étais pas leur proche. Je n’étais pas celui qu’ils attendaient. Et ils étaient passif. Comment le monde changerait-il si personne ne l’y forçait ?

J’ai passé de nombreux mois, si ce n’est de nombreuses années à fouler le sable du Kharaal Gazar. Mais jamais sans but. Mes duels, et surtout mes victoires, m’amenèrent bientôt à combattre de grands guerriers, eux même reconnus. Et c’est dans ces adversaires que je rencontrais Lucius. Un brave homme, droit, rigoureux, et très portée sur l’honneur, qui devint quelques années plus tard l’une de mes devises. Il est la seule personne dont je me souvienne, car lorsque je lui ai posé la question de connaître sa botte secrète, il m’a répondu qu’il n’y avait nul secret à avoir foi en nos créateurs. Et c’était vrai, du moins je l’espérais. Il m’expliqua ce dont nous étions tous capable, si nous le décidions, et nous entrainions. Une manière de représenter nos créateurs, en plus de suivre la voie qu’ils voulaient pour nous. Cette information ne tomba pas dans l’oreille d’un sourd, et je commença rapidement à développer cette chose si spéciale, cette magie. D’abord celle d’Amisgal, puis celle de Delkhii. Je m’entrainais souvent, très souvent. plusieurs heures par jours, en moyenne. Et le reste du temps, je restais à Busad pour me trouver une place. Une place dans cette société de nombrilistes si persuadé de leurs piété. Mais je n’avais pas le droit de leur reprocher. Ils étaient comme moi l’oeuvre de nos créateurs, et mon rôle était de leur ouvrir les yeux en douceur, et non pas de les forcer à le faire. Une personne n’est jamais encline à faire une chose lorsqu’elle y est forcée.

Je pris peu à peu connaissance du fonctionnement de cette société, sans jamais cesser d’affiner mes dons. Et bientôt j’entrais dans la Milice. Sans que personne ne sache qui j’étais, d’où je venais, ce que je pensais. Je m’étais peu à peu immiscé dans la grande machine de cette ville. Mon but n’a jamais été de changer la manière de penser des My’trän, elle a toujours été de prendre soin de ma propre manière de penser, d’affiner mon avis, et mes critiques. Je n’ai jamais servie My’trä, j’ai toujours servi les Architectes, et rien ne me changera jamais. Car rien ne peut corrompre celui qui a les yeux grands ouvert sur son destin.

Un grimoire, des plus sobre, un pendentif, et un masque. Voilà ce qui me représentait. Je n’étais pas Croyance. J’étais “l’une de leur création”. Le grimoire, symbole de connaissance et de mémoire, représentait leur omniscience, leur omnipotence, et le fait que quoi que chacun fasse, ils le sauraient. Le pendentif, incrusté d’un très petit éclat de magilithe, pour ne jamais oublier la source fondatrice de notre monde, et la matière utilisée par nos créateurs, que nous devons protéger, sans nous en approcher. Et le masque, parce que nous ne sommes rien, ni personne. Nous ne sommes qu’un animal parmi tant d’autre. Qu’importe notre visage, nos yeux, notre bouche, nous sommes l’une de leur création, et non pas.. “Mewess”, ou n’importe quel autre nom.
Je ne suis plus rien, je ne veux plus rien être. Rien d’autre que leur représentant, celui qui a jamais a foi en eux, en plus d’une confiance sans la moindre faille.

Ma pensée ne m’a cependant pas empêchée de monter dans l’estime des My’träns, cependant. Vivant a Busad depuis plusieurs années maintenant, j’ai remplis le rôle de Juge. Qu’est-ce qu’un Juge ? Celui qui juge les autres ? Non.. bien sûr que non. Il n’y a que les Architectes qui ont le droit de juger leurs créations. Mais certains crimes ne nécessite pas leur aval. Tuer une autre création est un acte aussi cruel que irréfléchie, et démontrant une grande incompréhension de nos créateurs, le jugement ? La mort. Une chose qui terrifie beaucoup d’âmes. Et pourtant, elle n’en est rien. Qu’est-ce que la mort, sinon le retour à notre essence la plus primitive, le retour à nos architectes, pour une toute nouvelle création. Certains diraient que j’étais un bourreau. Je ne me suis jamais considéré comme tel. J’ai réfléchis à chacun des cas, mûrement, pendant de longues heures. Je n’ai jamais eu l’arrogance de penser que je pouvais réfléchir comme un Architecte. Mais certaines choses transparaissent, et ce sont mes arguments. Une personne n’est pas châtier tant que mon nombre d’argument à son encontre ne s’élève pas à trois. Un compte à rebours qui en a terrifier plus d’un, et qui pourtant n’arrive que rarement jusqu’à trois.

Mais le temps passe, et l’on m’a dit arbitraire, tyrannique. Le mot hérétique a été prononcé. La plus grande erreur qui soit, car me considérer comme un hérétique signifie ne plus croire en les mêmes Architecte que moi. Or. Il n’existe aucun autre Architecte que les miens. Je fût destitué, puis chassé de Busad. Mais je n’allais pas partir sans faire regretter à ceux qui avaient tant malmener la mémoire de nos créateurs leurs paroles. La torture. Oui, la douleur est une chose abominable. Le meurtre également, est une chose abominable. Mais avons nous le droit d’épargner certaines personnes pour des raisons futiles ? Je me suis octroyé le droit de tuer. Je suis peut-être un monstre.. ?

Je crois que quelqu’un m’a empoisonné. A l’heure où j’écris ces lignes, je me demande combien de temps encore mon corps va supporter le poison. Mais je n’ai aucun doute sur le fait que je ne mourrais pas. Je suis le représentant de nos créateurs, on ne peut pas me tuer de la sorte, et surtout pas avec un vulgaire poison.  

[Croyance est en réalité atteint de la maladie de la Tuberculose. Cette dernière s’étant développé en primo-infection pendant le début de sa vie, elle entre maintenant en phase de tuberculose pulmonaire.]

“Tu es un monstre, Mewess ! Tu n’as rien d’humain !”
“Je ne suis pas un humain. Je suis l’une de leur création. Est-ce davantage humain de massacrer de nombreuses créatures d’Orshin pour votre confort ? Est-ce plus humain de tâcher les étendues créé par les Architectes de villes pour votre propre confort ? Si c’est le cas, alors non, je ne suis pas humain, et je ne le serais jamais.”





Dans la vraie vie ?


Quel âge avez-vous ? Si vous saviez.
Comment avez-vous découvert le forum ? Par moi même o/
La création de votre fiche a-t-elle été fastidieuse ? Nullement
Avez-vous des suggestions pour rendre la validation plus facile ? Aucune.
Code du règlement : [Validé par Möchlog]


Dernière édition par Croyance Clarté Mewess le Mer 19 Avr - 6:17, édité 1 fois
Voir le profil de l'utilisateur

Bolgokh
avatar
Mer 19 Avr - 7:39
Irys : 35029
Profession : Créateur de monde à temps partiel
Administrateur
Liste des réputations de Croyance

Réputation auprès de Daënastre

RÉGIONS
RÉPUTATIONS
POINTS
Ünellia--------
-2.501/30.000
Le Tyorum--------
-2.501/30.000
Rathram--------
-2.501/30.000
Vereist--------
-2.501/30.000
Hinaus--------
-2.501/30.000
Daënastre--------
-15.505/150.000

Réputation auprès de My'trä

RÉGIONS
RÉPUTATIONS
POINTS
Suhury--------
0/30.000
Zagash--------
0/30.000
Zolios--------
0/30.000
Khurmag--------
0/30.000
Kharaal Gazar--------
-7.501/30.000
Nomades d'Amisgal--------
0/30.000
Nomades d'Orshin--------
0/30.000
My'trä--------
-7.501/210.000

Réputation auprès des Pérégrins

GROUPES
RÉPUTATIONS
POINTS
Pérégrins--------
0/30.000
Cité-État de Dyen--------
0/30.000
Cité-État d'Aalz--------
0/30.000
Cercles de l'aube--------
0/30.000
Ordre de la pénitence--------
0/30.000
Les Vigilants--------
0/30.000


~ N'hésitez pas à adresser vos questions par MP à Asmigal, Khugatsaa ou Möchlog, ils se feront un plaisir de vous aider ! ~
Voir le profil de l'utilisateur