Revenir en hautAller en bas
Chroniques d'Irydaë
Bonjour, et bienvenue sur les Chroniques d'Irydaë. Déjà inscrit ? N'attends plus, et connecte-toi dès maintenant en cliquant sur le bouton "Connexion" ci-dessous !

Vous êtes nouveaux, que ce soit sur ce forum ou dans le monde du RPG ? Le choix d'un forum sur lequel vous pourrez vous épanouir n'est pas anodin, et il vaut mieux pour cela connaître l'univers dans lequel vous vous trouvez ! Nous avons pensé à vous, en vous préparant un guide qui vous permettra de découvrir pas à pas le monde des Chroniques d'Irydaë.

Si malgré cela, des doutes subsistent, n'hésitez pas à adresser vos questions aux Administrateurs.

En vous souhaitant une agréable visite !



 :: Les terres d'Irydaë :: Daënastre :: Rathram
Page 1 sur 1


 [Terminé] Le Loup dans la bergerie

Wendy Wedsley
avatar
Jeu 20 Avr - 11:30
Irys : 315557
Profession : Vendeuse d'armure assistée
Daënar 0
Je sentais que le voyage allait être extrêmement long toutes mes tentatives de discussions tomber à l'eau... je mettais décider à siffler tranquillement en jouant avec mon arme. Par pur hasard en regardant dans la lunettes de mon arme je repéré un individu seul sans doute un marchand. Même dans un dirigeable j'ai toujours une aussi bonne vue. L'individu semblait vendre des armures et me voilà entré dans la bergerie , j'allais jouer avec eux comme un carnivore joue avec sa proie avant de la manger. Je savais que le nom Wedsley avait sans doute traverser la nation alors je me sentais vraiment comme un requin dans un aquarium de mammifère inoffensif. Je riais comme si c'était le plus beau jour de ma vie presque à en oublier la jeune fille que je voulais accompagnée en dehors de Üneal pour lui assurer une protection , j'avais pour objectif de lui offrir de meilleur arme et de la laisser vaquer à ses occupations.

«nous voilà arrivés, je sais que ne pas parler et marcher c'est pénible pour toi et aussi pour moi je veux être sûr que tu as tout ce dont tu as besoin pour travailler alors allons faire quelques boutiques et je te laisserait tranquille après »disais-je avec un peu de timidité dans ma voix.
Je savais que tout ce qui pouvait la faire rester était l'appât du gain et de chose purement gratuite. Je pense pas que ma légère timidité puisse lui paraître mignonne ou quoique ce soit. Mince mais je suis vraiment bête je mettais rendu compte que je ne savais rien du tout sur cette jeune fille.

«dit moi je peux savoir comment tu t'appelles ?» je disais ceci par pur oublie comme si tout les événements m'avez pris de cours et que j'avais complètement oublié les formalités.


Dernière édition par Wendy Wedsley le Mer 10 Mai - 13:08, édité 1 fois
Voir le profil de l'utilisateur

Gwen Feien
avatar
Ven 21 Avr - 3:24
Irys : 825901
Profession : Voleuse
Daënar 0
Comment vous décrire ce long voyage ? Pénible. Étouffant. Épuisant. Mais aussi merveilleux. La partie négative, vous l’aurez deviné, est en grande partie dû à ma compagne de voyage ! Toujours en train de jouer ou de chercher à jouer avec tout le monde ! C’est incessant ! Même mon frère et ma sœur ne sont pas comme ça. Oh, il y en a qui  trouve ça mignon mais pas moi. Tout ce que je demande, c’est de profiter du vol paisiblement. Mes réponses à ses questions sont pour la plupart monosyllabiques. Ce n’est pas faute d’avoir aussi des questions ou un manque de curiosité. Cependant, je sens que si je fais ne serait-ce qu’un pas dans sa direction, je serais ensevelie à jamais sous ses requêtes... Pour ne rien améliorer dans ce huit-clos, je ne peux évidemment pas exercer mes talents.

À l’approche de Mynith, après 12 heures de vol, la mécanicienne a déjà  eu le temps de comprendre ma pensée. Elle sifflote seule dans son coin avec une longue vue que je lui envie quelque peu. C’est sur ma liste d’objet à acquérir. Et là, elle se met à rire toute seule. Un pigeon s’est pris une fenêtre ou quoi ?

«Nous voilà arrivées, je sais que ne pas parler et marcher c'est pénible pour toi, et aussi pour moi. Je veux être sûre que tu as tout ce dont tu as besoin pour travailler alors allons faire quelques boutiques et je te laisserais tranquille après »

Je ne comprends pas trop ce qu’elle cherche à me dire. Ça ne m’a jamais dérangée de pas parler ou marcher pendant longtemps, la patience c’est mon fort. Enfin, soyons honnête, vue le peu de chose que je lui ai dit, elle n’a aucun moyen de le savoir. Et puis, je ne peux pas lui enlever qu’elle essaye d’être sympa avec moi, pour une raison qui m’est totalement inconnue mais bon..

« Si tu veux. »

J’ai de l’argent à en revendre ! Autant en profiter pour m’équiper un peu mieux. Une sorte d’investissement sur le long terme en gros. Bien que je ne compte pas tout dépenser non plus, je ne suis pas inconsciente ! Et je n’ai nullement envie de finir à la rue.

«Dis-moi, je peux savoir comment tu t'appelles ?»

Ah tiens, je pensais son oublie étrange aussi. Si je n’ai rien demandé avant pour ma part, c’est pour la bonne est simple raison que je compte pas la revoir après notre séparation ! Enfin, comme elle le demande directement et que je n’ai aucune raison de ne pas lui dire :

« Gwen »

Et puisque ça se fait, j’ajoute ensuite :

« Et toi ? »

Sur ce l’aéronef c’est « amarrée », je m’engage donc sur le pont qui mène à la « terre ferme ». Celle-ci se situant à quelques hauteurs du sol. Je suppose que c’est plus facile pour la circulation à la fois au sol et aérienne. C’était la même chose à Alexandria. Par contre, ici à Mynith, il y a beaucoup moins d’aéronefs stationnées. On voit tout de suite qu’on n’est plus dans la capitale ou même une capitale. Autre différence majeur : les bâtiments sont loin d’être aussi hauts.Aucun n’est plus élevé que celui où l’on est. Ce doit donc être vrai : dans cette région ils n’ont pas les géants auxquels ont doit faire face. Tant mieux, ça me facilitera la vie. Je souris heureuse de se constat. La rousse, ou Wendy comme je viens de l’apprendre, ne peut pas s’en rendre compte puisqu’elle est derrière moi.

Enfin, je ne souhaite pas m’attarder sur cette plateforme plus que nécessaire. Je m’engouffre avec ma compagne de voyage dans l’ascenseur, direction le sol et après les rues marchandes ! Peut-être pourrais-je faire les poches à un ou deux badaud en passant ? Cette promiscuité est rêvé pour ça ! Je perce discrètement la poche de mon énorme voisin pour en tirer quelques irys. Je n’ai cure que la mécano le remarque. Elle ne m’a pas dénoncé avant, elle n’a aucune raison de le faire maintenant. De toute façon, il est temps de sortir de cette boîte trop étroite ! Je m’élance dans le vestibule, puis rapidement, à l’air frais. Arrivée là j’effectue un arrêt brutale et me tourne vers ma comparse.

« Je te laisse peut-être prendre les devants ? Tu as peut-être une idée des mécanos que tu souhaites rencontrer ? »

Sait-on jamais qu’il nous fasse des prix. Je me demande en la regardant si elle a jamais volé, elle qu’un rien n’amuse. Je devrais peut-être l’initier en remerciement. Après tout, elle m’a sauvé d’un mauvais pas et contrairement ce qu’on pourrait penser, je paye mes dettes. En tout cas, de ce type là. Ce n’est pas la première fois que j’y pense. Sur l’aéronef, entre deux tentatives de conversation, j’ai eu le temps. Mais je suis indécise, peut-être vaut-il mieux que ce soit moi qui m’en charge ? Ce serait moins catastrophique. Je pourrais par exemple voler les plans de conception d’un adversaire, ça, ça devrait l’intéresser.

Un grognement de mon ventre me ramène sur terre. C’est vrai que je n’ai rien mangé pendant le voyage, mon dernier repas remonte donc à ce matin ! Je regarde la position du soleil et me fait la réflexion qu’on n’a rien de mieux à faire ce soir de toute façon, les boutiques doivent être fermées ou en train de le faire.



Gwen parle en #0033ff

Voir le profil de l'utilisateur

Wendy Wedsley
avatar
Ven 21 Avr - 4:17
Irys : 315557
Profession : Vendeuse d'armure assistée
Daënar 0
« Gwen et toi ? » répondait-elle enfin une conversation potable mais bon c'était purement informatif. J'étais tout de même ravie de connaître enfin son prénom.

«Wendy» répondais-je de manière instantanée

L' aéronef c’était enfin « amarrée », je m’engagais donc sur le pont qui mène à la « terre ferme ». Celle-ci se situant à quelques hauteurs du sol. Enfin une peu de nouveauté , rien de semblable à Alexandria je regretter presque ma douce capitale. Je m’engouffrais avec ma compagne de voyage dans l’ascenseur, direction le sol et après les rues marchandes ! Je pourrais enfin en finir une bonne fois pour toute avec ses moutons ,La jeune voleuse commençait déjà à jouer du couteaux pour récupérer quelques irys dans la poche de notre voisin. L'arme de ma mère à la main je me prépare à n'importe quel possibilité une fois sorti de cette boîte, la voleuse s'élancer comme pour capter la moindre particule d'air frais. Après quelques secondes elle s'arrêtait de manière brutale et se tourner vers moi.

« Je te laisse peut-être prendre les devants ? Tu as peut-être une idée des mécanos que tu souhaites rencontrer ? » me disait-elle

Le bruit de son ventre me fis signe que il était l'heure de manger. Plus loin derrière elle je vis quelques moutons, le fait d'arriver aussi tard me trouble. Le soleil commencer à tomber je choisissais une auberge comme point de chute les quelques irys que je vais devoir dépenser seront de nouveaux rentabiliser demain et je m'en réjouis.

«tout d'abord allons manger et trouver un lieu où tu vas dormir après on essayera de gagner quelque outil pour moi et pour toi » ajoutais-je ave un immense sourire.

Je partais vraiment tranquillement vers les rues commerçantes et je remarquais tapis dans l'ombre un homme je l'avais remarquer depuis Alexandria , celui-ci c'est moi qu'il voulait. Je savais bien que j'allais avoir à faire à quelques bergers dans cette bergerie. Je faisais mine de n'avoir rien vue mais je me préparais tout de même à n'importe quel possibilité.
Voir le profil de l'utilisateur

Gwen Feien
avatar
Ven 21 Avr - 9:05
Irys : 825901
Profession : Voleuse
Daënar 0
«Tout d'abord, allons manger et trouver un lieu où tu vas dormir. Après on essayera de gagner quelques outils pour moi et pour toi »

Oui, à l’évidence il faut qu’on aille se restaurer ! J’avalerais bien un cochon entier. Par contre je suis intriguée par son « où tu vas dormir » : compte-t-elle ne pas dormir ou dormir ailleurs ? Pour le reste, ça a déjà été décidé. Je ne comptais pas rester aussi longtemps avec elle, on est arrivé plus tard que ce que je pensais, mais tant pis : on crache pas sur des passes-droits dans des boutiques – car c’est comme ça que je vois la mécano- et puis il y a cette histoire de dette…

Bref, une auberge donc. Pas besoin d’aller bien loin pour en trouver : il y en a une en face de l’immeuble dont on débouche. Guère étonnant étant donné le passage des voyageurs. « A la plume percée » a plus fière allure que les établissements fréquentés par mes paires habituellement. Tant mieux je suppose, la rousse n’aurait sûrement pas apprécié autrement. Pour ma part, je peux me le permettre avec ma paie toute fraîche. Et rien n’ait plus triste que de l’argent non utilisé ! Si je vole, c’est bien pour en profiter quand l’occasion se présente, pas pour vivre chichement.

Je m’engage donc d’un pas décidé vers le bâtiment sans vraiment prêter attention à ma comparse. Un peu plus oublieuse de mon environnement que je ne le devrais probablement.

À l’intérieur c'est le brouhaha qui nous accueille, les serveuses quant à elles semblent trop occupées pour nous remarquer dans l’instant. Ne m’en souciant guère, je me dirige vers une table inoccupée. Ce n’est qu’après avoir passé commande que je m’avise de ce qui m’entoure : nombre de clients me paraissent familiers, et pour cause ils étaient avec nous sur l’aéronef. Je suis bien contente de ne pas repérer ma victime de tantôt. Je n’ai pas envie qu’il fasse le rapprochement entre son trou dans la poche et moi-même. Surtout si je suis à proximité !

« Tu joues avec moi ? »

La phrase ne s’adresse évidemment pas à moi, ni n’est de moi, elle émane d’une petite blondinette qui a fraternisé plus tôt avec ma compagne. Ses parents ne semblent pas gêné par son comportement outre mesure et je profite de cette diversion pour examiner plus en avant les gens. La plupart semblent heureux d’avoir mis pied à terre, la bonne ambiance est de mise. Même les locaux -ou ceux que je prends pour tels- sont affectés par la bonne humeur.

Dans cette atmosphère chaleureuse, un type sort du décors : les sourcils froncés, seul sur une table à l’écart. Lorsque nos regards se croisent, il détourne trop vite les yeux à mon goût. Il y a anguille sous roche. Mais s’il ne compte rien faire dans l’immédiat, moi je suis bien décidée à manger ces pommes de terre fumantes accompagnées de lards !



Gwen parle en #0033ff

Voir le profil de l'utilisateur

Wendy Wedsley
avatar
Sam 22 Avr - 6:38
Irys : 315557
Profession : Vendeuse d'armure assistée
Daënar 0
Pas besoin d’aller bien loin pour en trouver : il y en avait une en face de l’immeuble dont on débouche. Guère étonnant étant donné le passage des voyageurs. « A la plume percée » avait vraiment fière allure gwen s'engageait d’un pas décidé vers le bâtiment sans vraiment me prêter attention. Je sentais bien qu'elle n'avait pas l'habitude de ce genre de bâtiment.

À l’intérieur c'était le brouhaha qui nous prenaient directement les tympans, j'avais rarement vue une auberge aussi bondée , les serveuses quant à elles semblait trop occupées pour nous remarquer dans l’instant. Ne m’en souciant guère, je remarquais que je ma comparse vers une table inoccupée. Ce n’était qu’après que je remarquais la personne qui me suivait et alors que je me préparais à aller le voir je fis interrompu par une petite fille avec qui j'avais jouer auparavant.

« Tu joues avec moi ? » me disait elle avec un grand sourire. Comment refuser une requête aussi mignonne. Mais la situation n'était vraiment pas adéquat mais me voilà avec une excellente idée.

« Avec plaisir on joue au loup je te laisse une longueur d'avance» lui disais-je avec un immense sourire. L'objectif me permettre d'être le moins visible possible grâce à la foule et pouvoirs me rapprocher de mon ennemi sans qu'il ne puisse réagir.
Pendant mon élaboration de plan ma comparse elle manger comme pas deux j'étais relativement contente qu'elle se fasse plaisir.

«mange tu en auras besoin pour demain» lui avais je dit puis je touchais la petite fille et me mis a courir dans tout les sens.


Wendy s'exprime en #ff0000
Voir le profil de l'utilisateur

Gwen Feien
avatar
Sam 22 Avr - 11:14
Irys : 825901
Profession : Voleuse
Daënar 0
Sans grande surprise Wendy délaisse immédiatement son assiette fumante pour s’occuper de la gamine. Je fais une légère grimace à l’entente du jeu : le loup ne me semble pas vraiment adapté dans une auberge pleine de monde. Et ce qui devait arriver, ne tarda pas…

« Eh, fais attention petite ! »

« Sors de là !»

Et encore, toutes les exclamations ne me parviennent pas. Enfin, pour l’instant pas d’incident gênant et la majorité reste amusé par le jeux de la blondinette. Bien sûr, le drôle de type n’esquisse aucun sourire. Il se contente de suivre des yeux les zigzags de la mécano, et moi, de l’observer tout en engloutissant les derniers morceaux. Drôle de chaîne. Je trouverais presque ça marrant si je n’étais pas liée à la demoiselle rousse. Je pose ma fourchette dans mon assiette vide et me dirige directement vers la table du gars louche. Je m’attable en face de lui bien décidée à lui dire un ou deux mots sur les bonnes manières !

C’est au moment précis où je m’assoie que la catastrophe arrive : j’entends une des serveuses crier,  le fatras d’assiette se briser et une voix aiguë perçante appartenant probablement à la petite. Je ne regarde pas au contraire de mon vis à vis qui ne m’a même pas remarquée. Je l’empêche de se lever en l’attrapant par le bras.

« Je peux savoir ce que vous-voulez à Wendy ?! »

Au cas où vous auriez un doute, ce n’est pas une question mais bien une admonestation. Mon ton vindicatif et mon regard direct ne laissent pas la place à l’interprétation. Le contact sur sa peau, le détourne rapidement de la scène qui se joue à moins de dix pas. Bien évidemment, il ne me sourit pas bien au contraire. Il a l’air plus agacé qu’autre chose.

« Mêle toi de tes affaires gamine ! »

Hmm, vraiment ?! C’est bien mal me juger que de me répondre ainsi. Je décide immédiatement de lui jouer un tour à ma sauce puisqu’il ne veut pas coopérer.

« Eh, mais ça va pas ! Vous n’avez pas honte de faire une telle proposition à une fille de mon âge ! Je pourrais être votre fille !»

Je cris évidemment bien haut ses propos pour que tous l’entende, l’air de rien, le regard rivé et outré sur mon interlocuteur. Comme par magie mon poignée semble être dans sa main. L’effet ne tarde pas à venir : un type bourru, au moins aussi costaud que l’inconnu en face de moi s’en mêle. Le premier attrape mon « agresseur » par le col et le somme de me lâcher. Bien vite d’autres âmes bien-pensante s’en mêlent. Et ni une ni deux, ils l’éjectent rudement de l’auberge malgré ses protestations véhémentes. Faut dire que les regards assassins qu’il me lance ne sont pas là pour convaincre la foule.

Bien contente de moi-même, je sourirais bien mais je dois poursuivre un minimum la comédie. Rire aux éclats casseraient l’illusion.

« Merci de votre intervention, je ne savais vraiment pas quoi faire... »

Un petit sourire timide orne mes lèvres alors que je m’adresse au premier homme à être intervenu et qui est revenu à sa place

Avec tout ça, je ne sais toujours pas comment c’est fini l’histoire avec la vendeuse d’armures. Je la cherche du regard pour pouvoir la rejoindre...



Gwen parle en #0033ff

Voir le profil de l'utilisateur

Wendy Wedsley
avatar
Dim 23 Avr - 4:43
Irys : 315557
Profession : Vendeuse d'armure assistée
Daënar 0
« Eh, mais ça va pas ! Vous n’avez pas honte de faire une telle proposition à une fille de mon âge ! Je pourrais être votre fille !» gwen criait cette phrase sûrement avait elle repérée l'homme étrange de l'auberge. Tout ceci ne m'arrangerait absolument pas mais il fallait que je la remercie pour son action.

Je pris la chambre avec un seul lit ,et la rejoigna.

« Tiens quand tu seras fatiguée tu pourras allez dormir moi j'ai à faire cette nuit on se revoit demain matin » disais je alors que je l'avais enlacés sans qu'elle ne me vois. Tout en prononçant mes paroles je lui donnais les clés de la chambre simple c'était la chambre 105.

Avant qu'elle ne m'empêche de partir ou qu'elle ne dise quoi que ce soit, je fuis à l'extérieur mon objectif était de retourner toute la ville à la recherche d'un transporteur que je connaissais il devait traîner dans cette ville dans cette période de l'année . Évidemment je me préparais à me faire agresser par l'autre gorille, mais la nuit semblait m'ouvrir ses bras l'air chaud me permettait de ne pas rebrousser chemin. Je commencer à chercher un grand noir d'un bon mètre quatre-vingts-dix sa ce rate pas mais bon il est doué pour éviter de se faire repérer. Toute les ruelles était étrangement sombre mais il me fallait trouver le « yellow », je savais qu'il trainait dans ce bar tout les soirs . Le bar ce trouve caché de la vue de tous la plupart du temps il est bondé de gens peu fréquentable mais bon je n'ai rien a craindre.


Wendy s'exprime en #ff0000
Voir le profil de l'utilisateur

Gwen Feien
avatar
Lun 24 Avr - 3:05
Irys : 825901
Profession : Voleuse
Daënar 0
… et c’est elle qui me trouve. Elle me glisse un objet biscornu dans ma main tout en me glissant ces mots :

« Tiens, quand tu seras fatiguée tu pourras aller dormir : moi j'ai à faire cette nuit, on se revoit demain matin »

Je n’ai pas le temps de protester qu’elle part déjà. Et pourtant, j’en avais des choses à demander ! Pourquoi ne s’étonnait-elle pas de mon comportement avec l’inconnu ? Que comptait-elle faire ce soir ? Pourquoi nom de l’Uulyn avait-elle payé la chambre alors qu’elle n’y dormirait pas ?!

Un bref coup d’œil du côté de la catastrophe m’apprend qu’il n’y a pas eu de mal : la gamine à la mine renfrognée de qui c’est fait gronder et la serveuse est à l’ouvrage pour nettoyer les dégâts. Et bien sûr, l’assiette de ma compagne trône toujours intact sur notre table d’un instant. Je n’aime pas vraiment le gâchis, que ce soit cette nourriture que personne ne va manger ou cette chambre qui va probablement rester vide toute la nuit…

Enfin, j’ai pris ma décision et je n’ai pas le temps de lambiner ou d’arranger les choses, je garde donc la clé dans ma poche. Puis, je compte jusqu’à 5 tout en me dirigeant vers la porte pour être sûre de ne pas sortir trop tôt. Je ne souhaite pas que la mécano se sache suivie, pas après qu’elle ait tenté de me maintenir à l’écart ainsi. Pourquoi je la suis ? Par curiosité en partie et pour m’assurer qu’elle sera là demain comme promis en un seul morceau.

Serais-je sortie un temps trop tard, je ne l’aurais pas vu s’engouffrer dans cette allée sombre sur ma gauche. Mais un temps trop tôt, et c’est le grand noir que j’aurais percuté. Un drôle de manège se profile à l’horizon : Wendy est suivie par le mec baraqué qui est suivie par moi. Je dois reconnaître qu’il se défend malgré sa stature !

Que faire ? Je ne peux utiliser la même astuce que précédemment. Je pourrais essayer de lui coller la milice sur le dos mais j’aime pas trop que cette dernière se mêle de mes affaires. Et puis, Wendy n’a peut-être pas envie qu’elle se mêle des siennes non plus. Évidemment, un couteau bien placé réglerais le problème, mais je ne suis pas une tueuse de sang froid. Et aucune raison ne me pousse à agir jusqu’à cet extrême pour le moment.

Ma question reste entière alors que les rues défilent. On croise peu de monde à cette heure : tous sont dans des bars, dans une taverne ou chez eux. Que faire à part attendre ? Et être là… Je n’aime vraiment pas ça mais c’est la seule option viable. Pour l’instant. Le gars louche semble prendre la même décision quand elle s’engouffre dans un bar. Il se positionne à l’extérieur dans un coin d’ombre avec visu sur l’entrée.

Un brin de soupçon s’instaure en moi : m’aurait-il repéré ?



Gwen parle en #0033ff

Voir le profil de l'utilisateur

Wendy Wedsley
avatar
Lun 24 Avr - 6:03
Irys : 315557
Profession : Vendeuse d'armure assistée
Daënar 0

Je savais que j'avais été suivi par l'autre gorille, une fois dans le bar je fis signe au barman que je montais à l'étage.

« Hano, dit à Dutch que je suis à l'étage c'est important» lui disais-je tout en montant les escaliers. Avant de disparaître Hano me fis un signe de tête en signe d'approbation. Le barman était sec avec un bouc noir et il était chauve il semblait ne pas avoir ça place dans ce bar ou les gros bras sont légions.

Une fois arrivais-je à l'étage je m'installer arme à l'épaule, lunette sur les yeux je visais cette énergumène qui m'avais énervée. Je pris mon temps, je respecter mes cours de tir, l'homme n'était vraiment pas loin à peine 200m de ma porter pour une arme longue distance rien de spécialement complexe pas de notion de de force du vent vue que le vent était contenue par les bâtiments, l'air chaud me demandais d'ajuster quelques peu mon tir et ma position en contre plongée semblait me demander d'adapter encore un peu plus ma visé. Le tir à la tête était totalement gratuit, je bloquait ma respiration et appuyer sur la gâchette. La détonation était violente, excitante, palpitante et aussi vraiment marrante. L'homme se pris la balle pile entre les deux yeux et tomba de tout son corps . Voilà que Dutch arrivait à l'étage dans lequel j'étais deux verre à la main. Sourire aux lèvres je commençais à lui parler de son futur boulot et de son rapport avec Gwen , je lui racontais tout ce qui c'était passé depuis plus d'un mois. Malgré, son aspect bourrin , Dutch écoutait tout ce que je lui racontais. Il avait un aspect de buffle plus imposant que les autres gros bras.
Voir le profil de l'utilisateur

Gwen Feien
avatar
Mar 25 Avr - 3:24
Irys : 825901
Profession : Voleuse
Daënar 0
Il faudrait que je puisse l’assommer. C’est la meilleure option qui me vient à l’esprit. Cependant, je n’ai rien à ma disposition pour le faire : mon sac dont les objets les plus lourds sont mon grappin et ma fine corde ne fera pas le poids. Ce n’est pas ma paire de vêtements de rechange qui modifiera la donne. Je  pourrais grimper sur le toit du bâtiment sur lequel son dos s’appuie et simplement lui tomber dessus. N’ayant pas un coup de génie, je m’apprête à mettre cette idée en exécution quand…

BANG

Le coup résonne encore dans mes tympans alors que l’homme s’affaisse au pied du mur. Qui ? Qui a fait ça ? Mon regard se tourne vers l’établissement dans lequel vient de s’engouffrer Wendy. Le tireur à forcement visé de là ! Ce ne peut-être une coïncidence, et en même temps j’ai du mal à l’imaginer tirer sur un type de sang froid, sans raison… Pas que je la crois incapable de le faire au niveau physique mais plutôt psychologique. Elle qui joue à cache-cache avec une voleuse venue s’engouffrer dans son magasin. Ou peut-être est-ce moi qui est fait fausse route : ce type de comportement indiquerait une personne dérangée capable d’acte aussi démesuré…

Enfin, pas la peine de s’emballer maintenant. Je ferais mieux de décider que faire avant que la milice rapplique.

« Oh miséricorde ! Je, je... »

Avant qu’elle ne tombe je rattrape la vielle dame choquée par sa découverte. D’autres passants commencent à affluer petit à petit devant cette scène étrange : un mastodonte effondré avec l’ait d’être simplement assoupi avant qu’on ne remarque ses éclats de cervelles sur le mur au-dessus de lui et la vielle dame assise devant dans les bras d’une jeune fille, moi.

« Vite appelez la milice, je.. je l’ai vu partir par là.»

Je pointe le doigt dans une ruelle qui longe le bâtiment de la mécano. La rumeur se répend et déjà deux hommes s’élancent dans les rues à la recherche d’aide.

Ma voix tremblotent alors que je rajoute :

« Je ne comprends pas, il n’avait rien fait et… et l’autre type l’a abattu ainsi... »

Comme si ma gorge m’empêchait de dire plus, ma voix s’éteint. Les gens autour de moi compatissent et s’insurgent. La vielle dame commence à reprendre ses esprits, hébétés. Une bonne âme accroupie à ses côtés lui tend une gourde d’eau. Peu après le même discours que le mien sort de ses lèvres. Satisfaite, je décide qu’il est grand temps de m’écarter !

Une chance que personne n’était dans la rue au moment des fais et qu’ils ne soient arrivés qu’après. J’aurais deux mots à dire à la jeune femme !

Sans gêne, je décide d’aller prendre un verre au même bar qu’elle, elle n’aura certainement rien à redire du fait que je l’ai suivie ! Je fends les deux-trois badauds qui sortis pour voir l’origine du bruit, se tiennent devant l’entrée.

Un bref coup d’œil à l’intérieur m’apprends que la rousse n’est pas au rez-de-chaussé. Personne avec sa stature n’y est d’ailleurs. De quoi me sentir menue et frêle, même les femmes ressemblent à des tonneaux. Cependant, il en faut plus pour me démonter. Je m’installe au comptoir et commande à boire à la seule autre personne non-baraqué de la pièce. J’ai bien mérité un petit remontant !



Gwen parle en #0033ff

Voir le profil de l'utilisateur

Wendy Wedsley
avatar
Mar 25 Avr - 6:41
Irys : 315557
Profession : Vendeuse d'armure assistée
Daënar 0
Notre conversation étaient terminées, Dutch avait accepté de prendre en charge Gwen contre quelque ristourne sur des armures et des futurs réparations gratuite. Je descendais les marches, heureuse enfin ma protégée allait pouvoir fuir le plus loin possible de se joyeux bordel. Une fois arrivais-je dans les dernières marches mon sourire s'estompait , ma protégée était entrain de se faire servir au bar. Quelques larmes, s'écouler sur mes joues j'espérais que la jeune fille n'avait pas fait le rapprochement entre le meurtre et moi. Dutch me suivait et commençait à s'installer à côté de sa futur employeur. Je le suivi de prêt et me mis à côté de lui.

« Un scotch pour Dutch et ce que tu as de plus fort pour moi» disais-je à Hano.

Dutch entamait la conversation avec Gwen.

« C'est pratique, je n'ai même pas à vous chercher, bon soyons bref je vais vous emmener loin de se bordel que notre chère Wendy à mis en ville, la milice ne devrait pas s'aventurer dans se bar donc je vous propose de fuir par la porte de sortie de secours je vous expliquerai comment on va procéder plus tard. Moi et mon équipe allons vous sortir de cette galère» Dutch lui disait tout ceci en buvant de temps en temps son scotch.

Je connaissais bien les personnes de la compagnie lagoon c'est eux qui me livre en marchandise. Il y a avait une femme nommée Reby , elle se balader toujours avec deux armes de points sur elle, elle avait les cheveux noir et un regard de meurtrière malgré ses yeux bleu océan et son mètre soixante-dix. Il y avait aussi Beny, un blond inoffensif et avec un léger penchant pour la fabrication d'arme de fortune, il se dressait sur un bon mètre soixante-quinze. Et enfin, Rock lui c'était le monsieur argent de la compagnie et surtout celui avec le plus de pragmatisme. Aucun des trois n'était présent mais ils devaient traîner quelque part pour protéger leur chef Dutch.

Après quelques secondes, je me mis à boire ce que Hano avait ramener pour moi. Et je tendais l'oreille afin d'entendre leur conversation.


Wendy s'exprime en #ff0000
Voir le profil de l'utilisateur

Gwen Feien
avatar
Mer 26 Avr - 4:45
Irys : 825901
Profession : Voleuse
Daënar 0
Voilà qu’une armoire à glace s’approche de moi, s’installe à côté de moi sans me dire un mot. Je le regarde légèrement de travers, c’est pas la place qui manque ! Il est pas obligé de me coller. Ce n’est que lorsque j’entends sa voix que je réalise la présence de Wendy, le mastodonte m’avait dissimulée sa présence.

« Un scotch pour Dutch et ce que tu as de plus fort pour moi»

C’est bien le moment de s’enivrer, tiens ! Avec l’imposante silhouette entre nous, je ne peux lui lancer un regard réprobateur.

« C'est pratique, je n'ai même pas à vous chercher. Bon soyons bref, je vais vous emmener loin de ce bordel que notre chère Wendy à mis en ville, la milice ne devrait pas s'aventurer dans ce bar donc je vous propose de fuir par la porte de sortie de secours. Je vous expliquerai comment on va procéder plus tard. Moi et mon équipe allons vous sortir de cette galère»

Alors là, c’est top ! La mécano butte quelqu’un de sang froid, sans raison apparente, et c’est moi qui doit prendre la fuite ! J’allais le dire ! Ils doivent pas habiter sur la même planète que moi, c’est pas possible se raisonnement.

« Tu me proposes, comme c’est aimable à toi ! »

Mon ton est totalement sardonique. Non mais, trop c’est trop. Si je ne laisse pas sortir mon exaspération, ça va mal se terminer. Ça et autre chose. Mon visage est un tourbillon d’émotion, entre l’envie de rire face à cette situation absurde, l’inquiétude que m’inspire cette soirée vraiment mal commencée et… Je ne sais pas. J’ai déjà repayé ma dette, j’ai fait en sorte de brouiller les pistes suite à son meurtre absolument pas discret ! En vrai, je m’en sortirais bien mieux seule qu’avec ce danger ambulant. Mais… je n’ai toujours pas acheté le matériel que je voulais et j’y tiens vraiment à cette ristourne. J’en aurais probablement besoin si je voulais acquérir tout ce que j’avais en tête.

« Ma foi, si Wendy est de la partie pourquoi pas, on s’ennuie pas avec elle ! »

Je lui fais un clin d’œil pour appuyer mes propos un brin sarcastique. Je finis mon verre d’une traite avant d’ajouter en me levant :

« Vous savez, je pense pas que la milice vienne par là tout de suite, mais je vous suis. »

Et ne vous méprenez pas, je ne vouvoies pas ce Dutch, c’est pas mon style, je m’adresse simplement aux deux personnes face à moi.

« Je suppose qu’on fera les présentations plus tard et la parlotte également... »

Je jette un regard appuyé à la rousse, je compte bien lui dire deux mots sur sa façon de faire plus tard. Je ne comprends pas trop pourquoi elle a cette drôle de tête mais ça ne change pas mes intentions !

« Évidemment. Suivez moi maintenant. »

Sur ces mots Dutch ouvre la marche à notre drôle de trio pour nous mener à la dite « sortie de secours ». Il avance d’un bon pas et un des siens vaut trois des miens. Je me contente donc de le suivre en silence en essayant de ne pas le perdre.

Je sens bien vite l’air frais du soir au contact de ma peau. On ne fait évidemment pas de pause une fois à l’extérieur. Notre guide avance d’un pas déterminé, il sait où il va et comment s’y rendre. À un moment donné, je me rends compte que ses compagnons nous ont rejoins sans qu'un mot n’ait été échangé entre eux.



Gwen parle en #0033ff

Voir le profil de l'utilisateur

Wendy Wedsley
avatar
Mer 3 Mai - 6:31
Irys : 315557
Profession : Vendeuse d'armure assistée
Daënar 0
« Tu me proposes, comme c’est aimable à toi ! » gwen n'avait pas l'air ravie de mon magnifique plan a vrai dire elle n'en connaissais pas une seule partie , plus le temps passer et plus je me demander si c'était une bonne idée de lui montrer ce plan.

« Ma foi, si Wendy est de la partie pourquoi pas, on s’ennuie pas avec elle ! » gwen rajoutait cette phrase au départ je me sentais un peu exceptionnel mais le clin d'oeil me fis comprendre son ton sarcastique et merde je sens que je vais encore bien me marrer moi.

Elle finis son verre d’une traite avant d’ajoutait en se levant :

« Vous savez, je pense pas que la milice vienne par là tout de suite, mais je vous suis. Je suppose qu’on fera les présentations plus tard et la parlotte également... »

« Évidemment. Suivez moi maintenant. » dutch me regardait avec un large sourire et pris les devants pour rejoindre la porte de secours.

Comme à son habitude Dutch marchait dans les bas fonds de la ville , les trois «autres» nous ont rejoint. Dutch fis un signe à gwen il avait à lui parler avant même que je m'y oppose les trois autres m'encerclaient​ .

Dutch s'adressait à gwen comme si elle savait ce que je manigancais.

«Alors comme ça tu veux qu'elle soit avec nous , tu sais je pense qu'elle préfère que tu sois avec nous que avec elle tu devrais le savoir mais elle a quelques pète aux casques alors elle a buter un homme qui la suivait en pleine rue sans raison. Baaah c'est du sleep tout cracher .» Dutch disait tout cela tout en vérifiant que l'autre groupe m'empêche d'agir, Reby récupéra mon arme pour éviter que je fasse de nouvelle bêtise.

« Je pense que tu connais pas trop sleep si tu as dès question j'y répondrais avec plaisir l'autre rouquine serait capable de te raconter des histoires» ajoutait-il sans faire attention à mes petits râles d'énervement je déteste qu'on me pique mes jouets.


Wendy s'exprime en #ff0000
Voir le profil de l'utilisateur

Gwen Feien
avatar
Jeu 4 Mai - 4:19
Irys : 825901
Profession : Voleuse
Daënar 0
Je n’aime pas trop ce qui se passe. À peine ce Dutch m’a-t-il fit signe de me rapprocher pour parler que ses sbires encadre Wendy. Pourquoi ? Un « ami » qui fait ça, en ait-il vraiment un ?! C’est pour ça que je suis contre les liens avec les gens.

«Alors comme ça tu veux qu'elle soit avec nous ? Tu sais, je pense qu'elle préfère que tu sois avec nous qu’avec elle. Tu devrais le savoir mais elle a quelques pètes aux casques, alors elle a buté un homme qui la suivait en pleine rue sans raison. Baaah, c'est du Sleep tout craché .»

Son discours me semble quelque peu traître vis-à-vis de la mécano. Ça n’arrange pas mon impression du bonhomme. Quant à la partie ou Sleep, comme il l’appelle, bute un gars je le savais déjà. Et je suis pas stupide, quelqu’un qui agit comme ça est pas ce qu’on appelle « normal ».

-Je pense que tu connais pas trop Sleep si tu as des questions j'y répondrais avec plaisir, l'autre rouquine serait capable de te raconter des histoires.

-Non effectivement, j’ai cru remarqué.

Mon ton est quelque peu sarcastique. Un comportement difficile à louper que son Kingsman ne faisait qu’amplifier  avec ses propres balivernes.

Décidément, leur  façon de faire m'est antipathique. Quels besoins y-t-il de la retenir maintenant qu’ils lui ont enlevée son arme ?! Sur cette dernière partie je n’ai rien à redire, simple bon sens si on veut éviter que la milice soit attirée jusqu’à nous par une traînée de corps.

-C’est quoi le plan ? Je suppose qu’on marche pas au hasard ?

Je balance ça de façon un poil sec à cause de mon agacement et je me remets à marcher même si je ne sais pas où on va. Rester plantée au milieu de la route même déserte ne me semble pas la meilleure idée. Heureusement, les autres suivent le mouvement. Le mastodonte me répond sur un ton amusé :

-Non, bien sûr. Le plan est simple on vous sort de la ville de la plus rapide des façons.

À ce moment, il fait un signe vers le ciel pour illustrer ses propos. Une aéronef alors. Pas une enregistrée, ni autorisée à décoller je suppose puisqu’on se dirige clairement pas vers la gare aérienne. J’en déduis que j’ai affaire à un contrebandier. Ça ne m’étonne pas plus que ça que Wendy le connaisse au vu de son comportement avec moi, une simple voleuse.

-Et vous venez avec nous ? À moins que Wendy sache piloter ?

Moi, clairement, je ne sais pas et il n’y a aucune raison qu’ils aient supposé que j’en suis capable.

-Vous en profitez pour faire passer des chargements.

Ce n’est pas une question, pas même rhétorique. Mon effrontément, ne semble pas le bousculer ou le gêner puisqu’il rit encore avant de me répondre.

-M’étonnes pas que Sleep t’es prise sous son aile ! C’est pas moi le conducteur, j’ai des choses à faire en ville. Si je disparaissais à chaque passage de trouble fête, la boutique ne tournerait plus ! Les gars restent avec moi aussi.

Il fait une pause mais je préfère me taire et attendre la suite. Après tout, il reste des questions non répondues.

-Pour le chargement, t’occupes ! Tout ce que tu as besoin de savoir, c’est qu’une aéronef décolle ce soir et que vous montez dedans. D’ailleurs, on est arrivé.

Alors qu’il finit sur ces mots, Dutch se dirige vers la petite porte d’un hangar. Une fois à l’intérieur je découvre un immense espace vide au milieu du bâtiment qui couvre plusieurs étage. Les murs sont ceints de passerelles et d’échafaudage avec diverses poulies. Au sol deux aéronefs au repos tandis que sur la plateforme qui surmonte tout ça se tient un fourmillement de gens, où je suppose que les tâches mouvantes autour de la petite aéronef en sont. Le toit en toile au-dessus de cette plateforme est bien sûr rétractée, prêt à laisser le véhicule s’élancer dans les airs.

Je vois tout ceci pendant que nous nous avançons vers un ascenseur sommaire. Mon cœur cogne fort dans la poitrine alors que nous montons par ce moyen précaire. Je préfère de loin escalader les murs, au moins là j’ai des prises. Je me tiens fermement à la barre qui arrive au niveau de ma poitrine,  à défaut d’autre chose. Inutile de dire que je suis soulagée d’arriver au sommet et de débarquer de cette cabine ouverte.



Gwen parle en #0033ff

Voir le profil de l'utilisateur

Wendy Wedsley
avatar
Mer 10 Mai - 7:48
Irys : 315557
Profession : Vendeuse d'armure assistée
Daënar 0
Dutch tu va me le payer, il allait encore me confiée moi une de ses plus ferventes clientes au deux plus grands malades que Daënastre à porter en son sein. Les passeurs nommés Alpha et Oméga ,argh ,je l'ai haï . Ils étaient d'un pénible certes ils sont bon mais n'importe qui ayant eu à faire au deux jumeaux vous diront la même chose: plus jamais.

L'aéronef était couverts de leurs sigles et une fois à l'intérieur je savais qu'il allait encore nous faire le même numéro. En effet, à peine arrivée nous voilà pris dans leur jeu à la con.

«Je suis L'Alpha....» commençait le premier à notre gauche.

«Je suis L'Oméga...» continuait le second à notre droite.

«Je suis le début...» reprenait celui de gauche.

«Je suis la fin...» continuait l'individu de droite.

«Bienvenue dans notre humble aéronef» disaient ils en même temps.

Alpha était comme son frère Oméga complètement identique en tout point Grand fin aux yeux verts, ils étaient métisse de peau. Alpha mettais une perruque blanche ou l'on pouvait remarqué quelque cheveux noir nuit dépasser alors qu'Oméga garder cette chevelure propre à leur famille d'un noir profonds comme la nuit.

Dans l' aéronef il y avait quelques marchands, lorsque que les deux jumeaux remarquaient ma présence il se fit un plaisir de rejouer leur scénario étrange.

«Ne voilà pas une vendeuse...» commençait Alpha.

«Que nous connaissons Alpha...» continuait Oméga.

«Sleep tu es la bienvenue...» poursuivait Alpha.

«Chez nous mais ne casse rien.» finissait Oméga.

Je souriais je voulais absolument pas les entendre parler cela m'aurais rendu complètement folle du moins plus que je ne le suis déjà. Je fis signe à Gwen de me suivre vers les marchands de l'aéronef. Celui-ci commençait à s'élever nous voilà parti pour Le tyorum.
Voir le profil de l'utilisateur