Revenir en hautAller en bas
Chroniques d'Irydaë
Bonjour, et bienvenue sur les Chroniques d'Irydaë. Déjà inscrit ? N'attends plus, et connecte-toi dès maintenant en cliquant sur le bouton "Connexion" ci-dessous !

Vous êtes nouveaux, que ce soit sur ce forum ou dans le monde du RPG ? Le choix d'un forum sur lequel vous pourrez vous épanouir n'est pas anodin, et il vaut mieux pour cela connaître l'univers dans lequel vous vous trouvez ! Nous avons pensé à vous, en vous préparant un guide qui vous permettra de découvrir pas à pas le monde des Chroniques d'Irydaë.

Si malgré cela, des doutes subsistent, n'hésitez pas à adresser vos questions aux Administrateurs.

En vous souhaitant une agréable visite !



 :: Les terres d'Irydaë :: Nislegiin
Page 1 sur 1


 [Contrat] Négocier ? C'est dans mes cordes !

Dolores Rossetto
avatar
Sam 13 Mai - 21:02
Irys : 64990
Profession : Chanteuse dans un club privé
Daënar 0
Contrat: Marchandage au sommet

Mon premier voyage sur ces grands vaisseaux volants ! Ils font un peu peur quand même, mais j’escompte bien ne pas tomber malade à bord… Le capitaine m’a assuré que le voyage serait confortable, en même temps j’ai bien payé pour avoir cette garantie. On verra bien si la récompense promise par ce… José, Joseph ? Non, lui il est avec moi. Jothy ! Je crois que c’est son nom à ce monsieur. Il a quand même promit la bagatelle de 35 000 irys. Si l’objectif ne consiste qu’à convaincre un marchand dur en affaire, j’ai déjà fait pire.

Accompagnée de son fidèle majordome, stoïque comme un arbre perché sur une falaise, la jeune Dolores grimpa à bord de ce qui allait être sa résidence de fortune pendant une dizaine des jours. C’est ce dernier qui lui avait conseillé, lorsque la demoiselle avait confié son besoin urgent de liquidité, d’exécuter un des contrats qui pullulaient dans les auberges et auprès d’institutions plus officielles. Ces demandes d’aide grassement récompensées, et qui attiraient souvent le chaland bien plus sûrement qu’une simple promesse de gratitude éternelle. Elle avait pourtant une certaine appréhension face à sa première traversée en aéronef, de surcroit au-dessus d’un vaste océan vide et des plus hostiles à l’idée de maintenir en vie telle ou telle personne, même des plus charmantes comme notre demoiselle, qui aurait l’idée saugrenue de s’y écraser.

Toutefois, et contre toute attente, le voyage se passa plutôt bien. Bon, pas sereinement, évidemment, et Joseph serait le premier à vous transmettre l’ineffable calvaire qui fut le sien durant cette dizaine de jours à calmer toutes les inquiétudes de sa maîtresse à travers divers stratagèmes plus ou moins avouables au grand public, mais au moins tous arrivèrent à bon port avec encore suffisamment de bon sens pour sourire à la belle chanteuse lorsqu’elle quitta définitivement l’embarcation volante. La voilà donc, aux côtés de son chien de compagnie, à deux pas du quartier général des prestigieux Cercles de l’Aube, cette organisation dont Luka et ses comparses faisaient partie et qui aimait à se présenter au monde comme des scientifiques avides d’aider le monde entier gratuitement. Sauf que ce qu’ils utilisent pour aider les gens, ça, faut le payer.

Eh oui, mes chéris. La dure loi de l’univers fait que l’envie de faire du profit dominera toujours les échanges des hommes. Vous-même, arrêtons de nous mentir, vous avez forcément un intérêt à exercer cette activité qui semble pourtant si belle par son esprit de sacrifice de soi. Je ne serais pas étonnée si l’on trouvait, au milieu de toutes vos belles âmes, une ou deux qui rêve secrètement d’acquérir un pouvoir démesuré par le biais de la science. Il aurait là un bon filon, en même temps. Mais je vais vous aider tout de même, parce que ce sympathique marchand, lui, ne me promet pas 35 000 irys pour le consentement de quelqu’un d’autre.

Sur cette île volante, Dolores ne se sentait pas plus à l’aise qu’à bord de l’aéronef, mais elle se gardait bien de le montrer, préférant arborer un visage uniforme, entièrement plongé dans une amabilité de façade, mais qui satisferait bien ses divers interlocuteurs jusqu’à ce qu’elle rencontre ce fameux marchand un peu trop ambitieux. Alors qu’elle quittait le quai, enfin seule avec Joseph, elle tourna brièvement la tête vers lui. Sa grande taille en faisait un garde du corps de choix, mais une compagnie agaçante.

- Tu es déjà venu ici ? Tu sais où nous devons nous rendre ? Demanda la chanteuse.

- Malheureusement, je n’en ai pas la moindre idée. Répondit-il sans affectivité particulière. Demandons à quelqu’un, peut-être, cela ne coûte rien d’essayer.

Dolores haussa les épaules, comptant juste suivre Joseph dans ses pérégrinations. Elle n’avait pas particulièrement envie d’assurer un dialogue maintenant, alors que deux désagréables maux d’estomacs l’empêchaient tout bonnement de réfléchir.

Ça ira mieux quand j’aurai mangé quelque chose…



Code couleur Dolores: #9900cc
Joseph le majordome: #9999ff
Parties en italique: Pensées du personnage
Voir le profil de l'utilisateur