Revenir en hautAller en bas
Chroniques d'Irydaë
Bonjour, et bienvenue sur les Chroniques d'Irydaë. Déjà inscrit ? N'attends plus, et connecte-toi dès maintenant en cliquant sur le bouton "Connexion" ci-dessous !

Vous êtes nouveaux, que ce soit sur ce forum ou dans le monde du RPG ? Le choix d'un forum sur lequel vous pourrez vous épanouir n'est pas anodin, et il vaut mieux pour cela connaître l'univers dans lequel vous vous trouvez ! Nous avons pensé à vous, en vous préparant un guide qui vous permettra de découvrir pas à pas le monde des Chroniques d'Irydaë.

Si malgré cela, des doutes subsistent, n'hésitez pas à adresser vos questions aux Administrateurs.

En vous souhaitant une agréable visite !



 :: Les terres d'Irydaë :: Daënastre :: Vereist
Page 1 sur 1


 Enseignement fatal

Wendy Wedsley
avatar
Lun 26 Juin - 8:08
Irys : 205571
Profession : Vendeuse d'armure assistée
Daënar 0
Wayatt Hearl cette petite enflure tentais de faire augmenter les prix des pièces que je me procurer aux marchés noir. Aaaarggg pour qui ce connard me prenait, pour une bonne soeur  ?
J'allais lui faire payer sa vanité et son culot par une bonne balle entre ses deux yeux de roux. Personne, ne double une Wedsley c'est un principe fondamental dans mon business. La chasse à l'homme était ouverte plus qu'à trouver la meilleure stratégie, le meilleur emplacement, la meilleur balle et le bon jour pour lui exploser le crâne.

Mon premier objectif était d'aller m'acheter quelques balles adéquat à cette ville et son climat de merde.

Le second sera d'étudier les moindres déplacements de ce petit agneaux qui me sert de proie.

Je savais déjà à l'époque que les Hearl étaient une famille respecter et apprécier dans la région. Par conséquent ce meurtres allez me valoir beaucoup de haine des habitants.
Baaaahh, si ils ne savent pas que c'est moi il n'y a aucun risque que je sois chassée de la ville.

Ennnfiiiinnn bref, fusil sur l'épaule je cherchais la cave à balle du coin peut être que j'y trouverai des choses intéressantes. Je m'arrêtais dans un endroit un peu miteux nommé joliment « Caverne d'alibaballe», le comble de l'humour serais que le gérant ce nomme vraiment ainsi.
Une fois à l'intérieur, j'avais aperçu plusieurs hommes et femmes à la recherche d'arme, de balle ou de quelqu'un capable de réparer leur merde longue distance. Avec mon fusil henry je ne passais définitivement pas inaperçue, je m'arrêtais au niveau des balles de mon calibre quand une fois ayant à peut près mon âge me surpris.

«Bienvenue, dans la caverne d'alibaballe que puis je faire pour vous ?» me disait-elle comme un recueil appris par coeur, évidemment la jeune femme avait le sourire. Le but était quand même de vendre, je présumais qu'il s'agissait d'alibaballe en personne ou d'une vendeuse lambda.

« Vous tombez à pic mademoiselle je cherchais quelques choses de bien précis voyez vous, la chasse à toujours été une passion secrète et je n'ai jamais tirer dans cette région de Daënastre auriez-vous des conseils en matière de balle réduisant les effets météorologiques de votre magnifique région. J'aimerais vraiment éviter de rater ma cible » lui disais-je avec le sourire.

Après quelques secondes de réflexion, elle me dit d'attendre et qu'elle avait sans doute quelques choses pour moi.
Voir le profil de l'utilisateur

Hex Hekmatyar
avatar
Lun 26 Juin - 12:33
Irys : 219961
Profession : Soldat de fer
Daënar +2 ~ Zuhause (homme)
Comment décrire une journée qui commence mal ? Allez savoir, je m'étais réveillé de la veille avec un sacré mal de tête, sûrement à cause de cette bouteille d'alcool bon marché qui traînait au pied de mon lit.
Mais le pire était d'avoir découvert les cartouches que j'avais acheté la veille. Certes, mon fusil était assez résistant pour tenir avec de mauvaises cartouches, mais de tel défaut…
J'avais donc jeté ma tenue habituelle sur mes épaules, laissant mon demi-masque pendre de mon cou. Le fusil Mle sur l'épaule, je dus traverser une partie de la ville pour retrouver mon vendeur fautif. D'habitude, j'avais mon armurier, mais je m'étais dit que changer de temps en temps pouvait me montrer éventuellement de nouvelles choses.
Raté… J'avais une de ces munitions dans la main, la pointe du projectile s'était fracturée dans la boite, et une autre était tout simplement vide.

Alibabale…. Bordel, mais j'avais dû être complètement bourré la veille pour me pointer ici. Heureusement que j'avais un stock de secours de balles de meilleure qualité.
J'ouvris la porte d'un coup de botte, ouvrant la porte avec fracas. Très honnêtement, je détestais me faire remarquer, mais j'avais un si gros mal de tête que je ne m'en rendais même pas compte.
Le comptoir était, pour le moment, vide, la vendeuse de la veille était avec une jeune femme.
À y regarder de plus près son fusil n'était pas si mal, mais pour le moment, ce n'était pas trop ce qui m'intéressait.
Je pris mon mal en patience, attendant derrière le comptoir, la jeune vendeuse semblait occupée à chercher des munitions pour la jeune femme.
Oh si elle savait la qualité des munitions ici… Alors certes, je faisais les miennes moi-même, mais il me fallait une base, et ce magasin ne fournissait même pas une base solide.
Après une dizaine de minutes d'attente, je finis par passer par-dessus le comptoir, me dirigeant vers l'atelier.
Je détestais attendre pour me plaindre et puis je n'allais quand même pas m'emmerde à patienter…

L'atelier était à l'étage, et le bruit de mes bottes résonna lourdement, alors que je montais les marches, prêtes à expliquer le petit souci.
Cinq minutes après je redescendais en sifflotant, la vendeuse me regardant avec un air étonné.
Je lui tendis un morceau de papier que m'avait remis le propriétaire, et elle s'empressa d'aller me chercher mon remboursement.
Je pris les quelques pièces avant de filer non sans au passage m'arrêter devant la jeune femme.
Je me penchais pour lui murmurer

-Niveau munition ici, c'est quitte ou double, ce serait dommage de détruire une si belle arme à cause de munitions défectueuses.

C'était sûrement mon excès de gentillesse du mois, je fis un dernier petit tour de la boutique cherchant au moins de quoi terminer mon projet. Je me décidais pour un lot de tête de balle blindé ainsi qu'un sac de poudre, en espérant qu'au moins ces articles seraient de meilleure qualité, je lançais les pièces sur le comptoir avant de claquer la porte en sortant.
Il n'y avait plus qu'à rentrer chez moi.
Je n'avais pas de contrat de prévu pour la semaine, ce qui me laissait quelques jours pour peaufiner mes balles
Voir le profil de l'utilisateur

Wendy Wedsley
avatar
Mar 27 Juin - 18:17
Irys : 205571
Profession : Vendeuse d'armure assistée
Daënar 0
Hhhhmmmm un conseil fort utile viens de mettre délivré, le jeune homme c'était enfuie comme si il savait que j'allais le pourchasser pour comprendre de quoi il parle. Rrraahhh pour une fois que j'étais tomber sur des balles intéressantes, il fallait que cet étranger pique ma curiosité. J'avais opté pour des balles à tête creuse et sillonné, au moins la vélocité de celle-ci devrait me permettre de réduire mon angle de tir de manière significative.
Après avoir payé, je pourchasser l'inconnu à la recherche d'explications. C'est vrai quoi je ne suis pas une novice en matière d'armement.

Je le retrouver quelque mètre plus loin et tente de l'interpeller

«Vous m'avez pris pour quoi ? je ne suis pas idiote je connais assez bien les armes pour différencié des balles sans intérêt à des balles extraordinaires , qui êtes vous d'ailleurs ?» lui disais je avec un ton un peu sec, en même temps il l'avait chercher. Une fois sa présentation faite je me présentais sous le surnom de sleep pour ne pas étayé les rumeurs de ma présence dans le secteur.

Je tourner autour de lui tentant de trouver les armes qu'il possèderait je ne vue rien de bien flagrant. Mon soupir, lui aura peu être fait comprendre que hormis son arme il n'avait rien de bien extraordinaires sur lui ce qui ma foi m'avais fort bien dessus.

«Honnêtement , je suis sur de vous battre aux tir à la carabine vous avez juste l'air d'un beau parleur» ajoutais je
Voir le profil de l'utilisateur

Hex Hekmatyar
avatar
Mar 27 Juin - 20:50
Irys : 219961
Profession : Soldat de fer
Daënar +2 ~ Zuhause (homme)
Satisfait d'avoir au moins pu me faire rembourser je pris tranquillement la direction de chez-moi, sifflotant un air militaire avant d'entendre une voix m’interpeller. Bordel quoi encore, le gérant n'était-il donc pas satisfait qu'un de ses clients lui explique noir sur blanc pourquoi ses balles étaient merdiques ? Non au final ça n'avait rien à voir. 
La femme à qui j'avais conseillé d'acheter autre chose tentais maintenant de me parler. 
Raaah mais très franchement, j'ai l'air si ouvert que ça ? Pour une fois que je donnais un conseil quelqu'un venais en plus s'amuser à me faire la morale.

« Allez du calme Hex, prend une bonne respiration, fais-lui un grand sourire et dit lui que tu l'as sûrement mal considéré »

Ma première inspiration fut un succès, mais le ton sec utilisé ruina le reste de mes efforts, et le beau sourire ainsi que les douces paroles se transformèrent en un ;

-Pour quoi ? Pas grand-chose à vrai dire… Je devrais faire autrement peut-être ? Quant à qui je suis, je suis Hex, et ça sera très bien pour le moment, voir même jusqu'à la fin.

Je crachais presque la fin, les gens n'étaient donc pas capables de prendre un conseil pour ce qu'il était ? Juste un conseil ? Elle eut au moins la décence de me dire son nom, enfin plutôt un surnom, drôle d'idée ici, ce n'était pas comme si les gens faisaient grand cas de qui était qui.

-Sleep hein ? Drôle de surnom, m'enfin c'est pas ce que ça me regarde, bref si t'es pas contente, tire donc avec ces balles, que ton arme t’explose au visage ou pas, je m'en fou un peu pour tout dire.

Je la laissais tourner autour de moi, ma patience légendaire commençant lentement à s’éroder. C'était bon elle avait fini de se rincer l’œil, ou de chercher quoi me voler ? Mais pourquoi bordel, je me retrouvais toujours à rencontrer des gens bizarres… 

-Ouais, c'est ça, je parle beaucoup et je ne sais pas tirer, on va en rester là veux-tu, je n'ai rien à prouver ni à toi ni la bande de connards qui m'entoure.

Non, je n'avais plus mon fusil ni mon armure, et oui j'aurai probablement surpassé la plupart des gens qui se prétendaient meilleure que moi. Mais très franchement, commencer à concourir sur ce genre de rencontre aurait forcément fini par m'attirer des ennuis.
Je remis ma cape en place sur mes épaules, l'emblème des tireurs d'élite des Warmongers se fit alors jour sur mon épaule.
Je jurai pour moi-même, priant pour que Sleep ne l'ai pas vue. Ce serait encore un moyen de me mettre dans la merde 
Je cachais l'insigne dans une des poches de ma cape, me remettant au passage les cheveux en place.

-Et sinon maintenant que j'ai déçu toutes tes espérances en étant un bien piètre tireur, je peux rentrer chez moi ? Ce n'est pas que je ne doute pas de ta capacité à tirer droit hein, mais j'ai deux ou trois choses à faire vois-tu.

Bon à part fabriquer quelques cartouches et tester les nouveaux dosages de poudre, je n'avais rien à faire mis à part peut être chercher un peu de travail.
Voir le profil de l'utilisateur

Wendy Wedsley
avatar
Mer 28 Juin - 2:00
Irys : 205571
Profession : Vendeuse d'armure assistée
Daënar 0
Un tireur d'élite mmmm si ma mémoire est bonne je dois avoir déjà vendue quelques armure assistée ou non à cette classe d'individus mais à cette époque j'avais fait quelques erreurs d'équilibrage rien de bien méchant mais bon je n'aime pas le travail mal fait.

«Hex, l'armure que vous devriez avoir est quelques peu défectueuse j'aimerais si vous le souhaitez faire un marché avec vous voyez j'ai une partie de chasse aux gros gibier dans 2/3 jours et j'aimerais vraiment que ces balles soit opérationnel en échange de votre coup de main je m'engage à réparer votre armure et à même l'améliorer si le besoin s'en fait sentir » lui disais je avec un large sourire.

Je savais que mon nom me permettrais de lui montrer que je n'étais pas n'importe qui c'est vrai quoi avec un père ingénieur comme le mien le nom wedsley devrait être assez reconnu. Enfin, je me doute très bien que mon père n'avais pas tel influence et que mon nom ne m'aidera pas car soyons honnête je suis certes douée mais pas reconnue dans tout Daënastre.
Enfin bref, ce tireur d'élite ne déroge pas à mes espérances un bon vieux militaire bien pénible. Il fallait que j'arrive à rattraper mes petites bourdes de langage et puis avec un peu de chance il pourra me faire signer un autre contrat avec l'armée. Bah profitons de la situation pour montrer ses capacités faire un peu de pub et surtout réparer les balles sous disant défectueuse je voudrais pas rater mon ami wayatt.

D'ailleurs, si il s'y connait un tout petit peu il devrait voir que mes balles sont faites pour le tir longue distance, qu'elle sont aussi adapté a la météo de ses trois prochain jour et que au maximum je peux tué un animal de quatre-vingts kilogrammes. Donc pas trop du gros gibier en soit, j'espère qu'il n'y prêtera pas attention.
Voir le profil de l'utilisateur

Hex Hekmatyar
avatar
Ven 30 Juin - 23:47
Irys : 219961
Profession : Soldat de fer
Daënar +2 ~ Zuhause (homme)
Comment ça mon armure était défectueuse ? Absolument pas ! Enfin bon, il y avait bien quelques petits soucis techniques dessus, mais je n'y voyais pas la un signe de défaillance.
Enfin du moins on m'avait vendu ça comme un défaut inhérent aux mécanismes des cuirasses de cette génération.
Je pris un petit moment pour l'écouter. La laisser trafiquer nos armures ? Et puis quoi encore, je ne savais même pas qui elle était sinon Sleep.
Mais bon, c'était toujours bon à prendre, et si elle s'y connaissait un peu, on pourrait toujours en faire quelque chose.
Et puis bon, refaire des balles convenables était plutôt simple, je lui pris donc les siennes pour les examiner un petit peu.

-Mouais, on verra pour les conditions plus tard, des fois que l'armurier en chef vous trouve pas trop bizarre. Bon, je vais regarder vos balles voir si je peux en faire quelque chose de convenable.

Évidemment, ce n'était pas fameux, je l'attirais dans une petite taverne déserte, examinant les munitions à la lueur d'une fenêtre.
Je fis un petit tas avec les cartouches, que je me mis à séparer une par une, la première étape étant de séparer celles avec les enveloppes rouillées de celles viables.
Une fois ce travail fait, je me retrouvais avec deux petits tas. La encore, il restait encore à faire, séparer les têtes pour récupérer celles qui étaient encore utilisables de celles qui allaient se briser à la moindre explosion.
Les deux tas devinrent quatre, puis les quatre devinrent huit alors que je séparais celles qui présentaient un chargement en poudre correct.
À l'aide de mon couteau, je les démontais toutes pour en extraire les composants essentiels avant de les assembler pour en faire des balles fiables.

-C'est amusant, mais ça me paraît léger pour du gros gibier, avec ça vous ne tuerez pas grand-chose, par contre si j'augmente un peu la charge… Voilà là il y a de quoi chasser un gros animal.

J'eus un petit regard accusateur en la regardant.

-Ou de quoi vaporiser le torse d'un être humain sans trop d'effort, c'est amusant de voir que ce sont des balles spéciales pour le froid de ces prochains jours. En général à la chasse, on utilise des munitions bien plus classiques.

Ne croyez pas que tuer quelqu'un m’ennuyais plus que ça, mais je crois que je l'avais pris en grippe et la taquiner un peu me paraissait donc plutôt amusant.
Je me remis distraitement les cheveux en place avant de jeter les ogives usées, ça avait éliminé une bonne moitié du stock des munitions de ,44 Henry mais celles que j'avais touchées ne risquaient pas de sauter au visage du propriétaire à cause d'un mauvais dosage ou d'une rupture de cartouche.
Normalement, je n'aurai pas du, un militaire n'aurait pas du aider un civil pour une basse besogne, mais que voulez-vous il n'y avait que peu de choses à faire en ce moment ?

-Bon allez jouons franc jeux toi et moi… C'est pour qui ? Un mari infidèle ? Un amant pas très courtois ?

Il n'y avait pas de mal à se renseigner un peu non ? Ce n'est pas comme si ma chère petite Sleep risquait gros, elle était déjà à moitié grillée. Alors autant finir ce qu'elle avait commencé.
Je lui rendis donc la boite de cartouche vidée de la moitié de son contenu, ce qui laissait une trentaine de cartouches prête à l'emploi.
Voir le profil de l'utilisateur