Revenir en hautAller en bas
Chroniques d'Irydaë
Bonjour, et bienvenue sur les Chroniques d'Irydaë. Déjà inscrit ? N'attends plus, et connecte-toi dès maintenant en cliquant sur le bouton "Connexion" ci-dessous !

Vous êtes nouveaux, que ce soit sur ce forum ou dans le monde du RPG ? Le choix d'un forum sur lequel vous pourrez vous épanouir n'est pas anodin, et il vaut mieux pour cela connaître l'univers dans lequel vous vous trouvez ! Nous avons pensé à vous, en vous préparant un guide qui vous permettra de découvrir pas à pas le monde des Chroniques d'Irydaë.

Si malgré cela, des doutes subsistent, n'hésitez pas à adresser vos questions aux Administrateurs.

En vous souhaitant une agréable visite !



 :: Gestion du personnage :: Registre des Initiés :: Identités classifiées
Page 1 sur 1


 Zaël [terminé]

Zaël
avatar
Sam 1 Juil - 13:11
Irys : 39998
Profession : Roi de Busad
My'trän +2 ~ Kharaal Gazar
Zaël Lahzainhi



Passeport


Nom : Lahzainhi
Prénom : Zaël
Surnom : L'Affable pour les amis, la Calamité pour les autres.
Sexe : Homme.
Âge : Jeune, environ vingt-cinq ans.
Métier : Roi légitime de Busad, capitale des Kharaal Gazar.
Communauté : My'trä - Kharaal Gazar, Delkhii - Les Protecteurs de Busad
Lieu de naissance : Ünee



Aptitudes & possessions

  • Croyance : Delkhii.
  • Capacités affiliés : Maîtrise de la terre, rang maître.
  • Armes : Un couteau à cran d'arrêt, plus là pour la vie de tout les jours que comme arme
  • Familiers/montures : Un Ovchin, ça aussi ça en fait jaser. Certains disent qu'il a trouvé une monture à son image de Calamité. Il n'y a que lui qui trouve de la beauté dans sa monture nommée Raskhal
  • Autres possessions : Toujours un livre en poche même si avec son poste actuel il ne peut pas lire autant que dans sa jeunesse, dans l'ensemble le reste repose à son appartement de la Tour du Désert. Sauf en cas d'expédition en dehors de la ville.




Profil psychologique

Normale. Voire trop normale, affligeant, décevant, avec top de flegme. Entre autre chose d’après ces détracteurs. Pourtant le roi de Busad ne manque pas de qualités ! Il est effectivement calme et peu bavard lui permettant d’être à l’écoute de son peuple. Il considère tout le monde avec la même bienveillance, encore un trait que certain lui reproche, allant même jusqu’à dire qu’il vit dans une bulle d’insouciance, qu’il fait preuve d’une naïveté déplacée pour son poste ! Le dirigeant de Busad se doit de montrer de la défiance envers les Daënars fichtre ! Encore plus au vu des événements récents et de l’histoire de la ville.

Bien que, comme pour le reste, personne n’ose lui dire en face même s’il est d’un calme à toute épreuve et que vous ne trouverez aucun témoin d’un moment de colère de sa part, tous redoutent les effets de sa puissance si elle venait à être déchaînée. Absurde pour cet être adepte de la non-violence et de la recherche des solutions alternatives pour résoudre les conflits. Il préfère encore prendre des coups que de ne serait-ce qu’envoyer un gravillon sur la tête de son adversaire. À son sens, si Delkhii leur a donné ces pouvoirs, c’est pour essaimer l’esprit créatif et non pour répandre la violence. Honte à celui qui abuserait de sa puissance pour assouvir ses désirs !

Ça ne l’empêche pas d’apprécier les livres hauts en couleur et en tout genre, c’est son petit pêcher mignon. Il aime les histoires sous toutes ses formes : les contes, les légendes, les traditions orales. Tout ce qui peut permettre d’agrandir, sa culture et la connaissance du monde et des gens.

En somme, ce n’est pas une personne faite pour la politique. Ou en tout cas, c’est ce que nombre de personne pensent. Heureusement que le Patriarche est là pour mettre un peu d’ordre et lui souffler les bonnes décisions ! Une bonne influence que ce sage.



Physiologie

Tout comme sa psychologie est trop normale, sa physionomie est trop banale. Mis à part les tatouages qui recouvrent sont corps et qu'on voit indubitablement au niveau du visage, le reste de son corps est dans la norme. Il est grand, certes, avec son mètre quatre-vingt, un peu maigre aussi par rapport à sa corpulence mais rien de bien choquant. Sa peau est cuivrée comme nombre de ceux qui parcourent les steppes. Et ses cheveux gardés longs sont noirs ébènes. Pour des raisons pratiques, ils sont souvent attachés en demi queue de cheval.

À son visage jeune et à l'air candide, vous ne devineriez jamais son activité actuelle même si la djellaba de bonne qualité couplée avec ses peintures religieuses du même noir profond que ses cheveux peuvent être un indice que ce n'est pas monsieur tout le monde.

Enfin, dans tous les cas, il n’a pas la stature imposante d’un roi : même s’il se tient droit, il a bien trop souvent la tête dans les nuages, le regard tourné vers l’intérieur ou tout autre espace siège de sa réflexion. Ces manières sont du même acabit : douces et voluptueuses de sa voix à son regard en passant par ces gestes, sa façon de se mouvoir. La gentillesse coule de ses yeux gris qui reflètent l’environnement où il est. Vous n’y trouverez pas la dureté que son statut vous aura fait y attendre. Ça va de même pour les plis de son visage. Si Zaël sait garder son impassibilité, paraître neutre, vous voyez bien aux plis de son visage qu’il a plus tendance à sourire qu’à se fâcher.




Biographie

Son histoire à l’instar du reste n’a rien d’exceptionnel. Particulièrement le début, ses origines. Il est issu d’un des nombreux clans de bergers. Le sien probablement ne vous dira rien : il s’agit de Ûnee, un village du Nord-Ouest des Kharaal Gazar.

En ayant dit cela vous comprendrez qu’il n’est pas forcément intéressant de dérouler son histoire dans l’ordre chronologique. Pour ne pas présenter que des éléments négatifs, commençons par un épisode glorieux : la cérémonie de sélection du Gharyn de Busad. Comme vous le savez pour cette région l’épreuve se passe sur le Promontoire Royal. Cette année-là, une petite dizaine de candidats étaient en compétition pour le titre. Notre Zaël était le plus jeune chef de clan à se présenter. D’ailleurs c’était une des raisons pour laquelle il hésitait à concourir face à ses vénérables collègues. Sans la foi que le Khorog lui portait et son insistance à ce qu’il tentât sa chance, nous ne serions pas là aujourd’hui à parler de lui.

Bref revenons à l’épreuve même. Il y avait de la tension dans l’air comme à chaque fois, arriver à s’en détacher faisait partie de l’épreuve. Tout comme arriver à s’abstraire du clapotis de l’eau ou des bourrasque inattendue de l’eau. Il ne fallait être que concentration. Pas évident du tout avec le regard de milliers de personnes braquées sur vous dans l’attente du résultat. Bien sûr, à cela venait s’ajouter la pression des prouesses des précédents candidats. Pourtant quand ce fut son tour, en dernier, notre jeune chef de clan s’avança impassible jusqu’au promontoire. Darim y était pour beaucoup dans sa sérénité mais c’en n’était pas la seule source : son entraînement pour devenir maître auprès de son prédécesseur, ses années passées dans sa famille et ce clan de berger jouaient aussi. Ainsi quand il se tint face à l’Océan, il put se libérer de son environnement, se concentrer sur l’essentiel : sa volonté d’être élu pour servir au mieux Delkhii, son clan et Busad.  Il n’y avait que ça qui comptait, se servir de ses capacités pour répandre la bienveillance, épaulé par le Patriarche son fidèle appui. Dans un état second coupé pour ainsi dire de tout, il fit cette bille de pierre aussi dense que ses sentiments. Pour lui l’instant sembla ne durer qu’un battement de cil tout en étant infiniment long. Puis le verdict vint sans équivoque : mouillé de la tête au pied applaudit par tous, congratulé par le Khorog, c’était lui le nouveau roi de Busad. La couronne vint ainsi pesé sur sa tête avec son poids en responsabilité. Comme si c’était elle l’élément déterminant qui fixait les choses et non la prouesse qu’il venait d’accomplir. Seul, comme le doit la coutume, il parcourut les kilomètres le séparant de la capitale. Ses futurs devoirs pesant de plus en plus sur ses épaules alors qu’il s’approchait de la Cité de Pierre. Ça personne ne pourra le conter, si ce n’est lui ou ses prédécesseurs. Un élément que les persifleurs ignorent quand ils le disent trop indolent. Par contre la fête qui s’en suivit tout le monde s’en souvient…

Il y a d’autres choses que les gens oublient facilement n’étant pas de son clan, comme son passage de simple fils de berger à celui d’apprenti du chef de clan grâce à l’œil exercé d’un prêtre et ce à l’âge de la raison, sept ans. Ou encore, la facilité apparente avec laquelle il apprit l’art de la magie impressionnant son mentor et le rendant fier. Même si celui-ci pour ne pas le gâter lui fit rarement d’éloge. Au contraire, il le poussait toujours à ses limites, le confrontant sans arrêt à des problèmes tant du clan que magique. Le chef de clan étant aussi le chef de guerre, il se devait de maîtriser aussi l’art du combat autant à mains nues qu’à l’aide de son pouvoir. Tout ça en gardant la paix intérieure. Un adepte de Delkhii se le doit s’il souhaite devenir un maître. Zaël y voyait là prévoyance de son Dieu qui ne laissait pas le pouvoir à des gens instables qui auraient pu faire beaucoup de dégâts alors que c’était avant tout un pouvoir de création. De là il était devenu chef de clan à la mort de son mentor comme c’était prévu. Ce qui ne l’était pas, c’était la précocité de cette dernière : celui-ci  était mort à quarante ans passé de peu d’une maladie fulgurante et incurable ; ainsi que la perte, le vide ressenti à ce moment qui se dissipa presque instantanément grâce au don de l’oubli de leur Dieu. Heureusement toutefois que Darim était toujours là, fidèle et présent pour guider les membres du clan dans cette transition.

Non, tout ce que les gens se rappelaient, c’était l’épisode d’il y a plus d’un an déjà. Celui où Zaël, ou la Calamité comme certains le surnomment, avait fait preuve de clémence envers un clan de Dalaï qui jouait avec les limites marchant sur leur territoire à eux, leur volant leurs proies et leurs moyens de survie ! Au lieu de leur taper dessus un petit coup pour leur rappeler les bonnes manières, ou leur faire un peu peur, notre cher Calamité avait tenu à négocier contre l’avis du Patriarche. Après ça, inutile de dire que son autorité en avait pris un coup. Même si dans l’ensemble il résolvait les conflits et les problèmes de la région comme de la ville de façon juste, c’est ce genre d’impair qui restait dans les mémoires et faisait réfléchir les gens à ses ordres. Mauvaise situation, mauvais équilibre.

Celui qui redresse la barre, qui est le pilier de ce duo au pouvoir, c’est le Khorog qui a suivit Zaël jusqu’à Busad : Darim. Il a de l’expérience sous l’aile ce papy. Oh personne ne s’amuse à lui parler ainsi : d’’une, il n’a pas de descendance et de deux, personne ne souhaiterait lui manquer de respect, même pour rire. Pas qu’il soit quelqu’un de colérique ou nerveux, ça semblerait juste inapproprié. Lui qui est toujours à l’écoute des problèmes des petits ou des grands, qui a toujours une solution et qui sait l’appliquer. Son seul travers est peut-être de ne pas changer d’avis une fois qu’il a décidé de la marche à suivre sachant convaincre par sa verve les plus têtus. C’est d’ailleurs l’une des raisons pour laquelle tous ses conseils sont appliqués : il sait user de persuasion et de pression pour que la voix de son Dieu soit respecté. D’aucun pourrait dire que c’est du despotisme ou un abus de son statut mais lui ne voit ça que comme le meilleur usage de ses capacités. Son but est assez simple : faire en sorte que son clan, ses membres, s’épanouissent tout en suivant les préceptes de Delkhii. Il n’abandonne jamais l’un des siens, même les plus tumultueux.

Aux antipodes de Zaël en somme. Mais ça ne s’arrête pas là : même au niveau physique ils ne pourraient pas être plus dissemblable. Là où Zaël est grand et maigre, Darim est petit et imposant. Des yeux durs qui en ont beaucoup vus et une voix caverneuse qui impose le respect. Certes, ils ont tout les deux les cheveux noirs et longs mais la ressemblance s'arrête là.





Dans la vraie vie ?


Quel âge avez-vous ? toujours le même ^^
Comment avez-vous découvert le forum ? DC
La création de votre fiche a-t-elle été fastidieuse ? Non, juste la partie physiologique. J'ai toujours du mal sur les descriptions physique à être prolixe.
Avez-vous des suggestions pour rendre la validation plus facile ? Laisser les membres mettre à disposition des prédéfinis Smile ( j'en ai à soumettre ).
Code du règlement : toujours le même :p


Dernière édition par Zaël le Lun 10 Juil - 19:32, édité 7 fois
Voir le profil de l'utilisateur

Bolgokh
avatar
Sam 15 Juil - 15:04
Irys : 35031
Profession : Créateur de monde à temps partiel
Administrateur
Liste des réputations de Zaël

Réputation auprès de Daënastre

                                                                                                                 
RÉGIONS
RÉPUTATIONS
POINTS
Ünellia--------
-3.750/30.000
Le Tyorum--------
-3.750/30.000
Rathram--------
-3.750/30.000
Vereist--------
-3.750/30.000
Hinaus--------
-3.750/30.000
Daënastre--------
-18.750/150.000

Réputation auprès de My'trä

RÉGIONS
RÉPUTATIONS
POINTS
Suhury--------
0/30.000
Zagash--------
0/30.000
Zolios--------
2.000/30.000
Khurmag--------
2.000/30.000
Kharaal Gazar--------
9.000/30.000
Nomades d'Amisgal--------
2.000/30.000
Nomades d'Orshin--------
2.000/30.000
My'trä--------
17.000/210.000

Réputation auprès des Pérégrins

GROUPES
RÉPUTATIONS
POINTS
Pérégrins--------
0/30.000
Cité-État de Dyen--------
0/30.000
Cité-État d'Aalz--------
0/30.000
Cercles de l'aube--------
0/30.000
Ordre de la pénitence--------
0/30.000
Les Vigilants--------
0/30.000


~ N'hésitez pas à adresser vos questions par MP à Asmigal, Khugatsaa ou Möchlog, ils se feront un plaisir de vous aider ! ~
Voir le profil de l'utilisateur

Zaël
avatar
Sam 15 Juil - 15:09
Irys : 39998
Profession : Roi de Busad
My'trän +2 ~ Kharaal Gazar
Les explosions n’avaient d’abord été que des rumeurs se propageant dans la population, des légendes de tavernes de gens trop saouls. Puis leurs ampleurs, leurs récurrences avaient finis par atteindre toutes les chaumières à remonter même au sommet. Comme souvent dans ces cas là la rumeur voyagea plus rapidement que les faits « officiels ». Nul ne savait encore quand exactement s’était produit les faits ni qui en était à l’origine. Plus inquiétant encore était l’impact de ces dits sur la population. Tant outre-mer qu’ici. Prendre des mesures devenaient une priorité. Zaël qui était au sommet du pouvoir et avait reçu les messagers dépêchés de toutes parts ne pouvait que rassembler ses meilleurs conseillers pour y faire face.

Une réunion pour faire face à cette pluie de nouvelles plus désolantes les unes que les autres, un maigre pansement pour l’ego d’être là à parler plutôt que sur place pour aider les victimes. Mais il fallait que quelqu’un prenne des décisions pour éviter que le drame ne vire à une guerre entre les continents, une personne pour empêcher une montée de la peur de l’étranger et de la violence. Ce poids reposait entre autre sur les épaules de Zaël, le Gharyn de Busad. Bien silencieux depuis le début de cette réunion et bien effacé. L’attention se concentrait pour l’instant sur son Khorog, comme à l’accoutumée. Dans la pièce au sommet de la Tour du Désert, fermée pour raison de confidentialité, et plus précisément autour de la table en bois, étaient réunis ses conseillers les plus proches. Ils étaient au nombre de six : des commandants respectés et des personnes concensieuses.

Le silence se fit et sembla faire sortir le roi de sa réflexion et de son apparente torpeur. Il se devait de s’exprimer, de confirmer ou infirmer les décisions. Sa voix douce succéda à celle grave de Darim qui venait juste de s’éteindre.

-Nous ne pouvons effectivement pas rester sans rien faire. La priorité, comme l’a si bien dit Darim - un bref signe de tête vers le patriarche ainsi qu’un sourire triste accompagnent ses mots- reste le secours que l’on peut porter aux victimes des explosions. En tant que disciple de Delkhii notre aide sera précieuse pour déblayer les mines et peut-être trouver des survivants… Éli, je te laisse te charger du recrutement et d’informer les adeptes et les maîtres non loin des lieux d’explosions. Tout le monde sera nécessaire.

Ce dernier comme à son habitude avait pris les devants et commencé à noter les messagers à dépêcher et à organiser au mieux les trajets pour minimiser les temps. Ainsi que les autres détails organisationnels. Ce n’était pas pour rien qu’il était présent. Il répondit par un simple hochement de tête.

-La seconde est de s’assurer de la sécurité de notre peuple et des membres Daënars sur notre territoire. Je veux que tout les Protecteurs et les membres de cette ville soient bien conscients que nous ne ne connaissons pas encore les responsables.

Zaël lança un regard appuyé au commandant présent. Il connaissait bien son opinion sur les technophiles, il venait d’en entendre la teneur il y a peu pour la énième fois. Mais il fallait toutes les opinions au sommet, le roi en était persuadé. Ça ne facilitait pas sa tâche ni l’application de ses ordres, il en avait conscience. C’est d’ailleurs pour cela qu’il ajouta :

-Vous veillerez à faire afficher cette circulaire en ville.

Le parchemin changea de main. Les sourcils de son conseiller ne cessèrent de plisser tandis qu’il prenait connaissance en détail de ladite missive. Zaël ne s’en préoccupa pas, peut-être à tort, et poursuivit sur sa lancée :

-Nous manquons cruellement d’informations. Commandante Ryvia, vous êtes en charge de constituer une équipe d’une dizaine de confirmés et d’apprentis parmi les meilleurs pour qu’elle parte enquêter sur place dans les plus brefs délai.

-Bien

Encore une fois, rien de nouveau sous le soleil. Juste une confirmation de sa mission déjà discutée plut tôt.

-Il va également falloir rencontrer les autres primo-Gharyn pour procéder à un échange d’information et mettre au point notre réponse commune à ces désastres. Il est de notre devoir en tant que disciples de Delkhii de ne pas laisser s’envenimer les choses et spécialement de calmer les ardeurs du peuple de Dalai.

Quelques regards sceptiques se firent à la mention de ce souhait : Zaël ne pouvait les blâmer au vu du comportement de leur voisin. Il se devait néanmoins d’essayer, de tout mettre en œuvre pour réussir, pour que le moins d’innocents possibles périssent dans les affres d’un combat avec l’inconnu.

-Bien que j’aimerais organiser ça dès maintenant, nous devons attendre la réponse du Conseil de la Convergence comme l’a fait remarquer notre Patriarche plus tôt.

Il fit un signe de tête vers sa droite là où se tenait ce dernier. Pas qu’il y eut besoin de faire les présentations, c’était juste une façon d’illustrer son propos, de rendre le crédit à la personne qui avait émis l’idée.

-Pour l’instant, nous nous contenterons donc de missives et des ambassadeurs. Toutefois, ne connaissant pas l’ennemi et ne sachant pas ses objectifs, je juge plus prudent de ne laisser aucun de ses derniers sans protection. Nous ne pouvons nous permettre de nous retrouver coupés des autres régions !

Son regard inquiet fit le tour de la table pour s’assurer que tous prenaient ces mesures au sérieux. Ce n’était pas le moment d’être laxiste. Bien qu’il douta que ce pu être le cas d’un des membres de ce conseil réduit.

-Pour ma part, je m’exprimerais moi même devant le peuple de Busad pour les rassurer autant que je peux.

À cette mention, Darim ainsi que deux autres commandants firent la grimace. Ça avait été un des points sur lesquels la discussion avait été la plus houleuse. Les contestataires de la décision craignait que le primo-Gharyn s’expose inutilement à une menace par trop inconnue. Ou que des partisans de la guerre utilisent la confusion ambiante pour attaquer. Ils préconisaient d’attendre d’en savoir plus avant d’entreprendre ce genre d’action publique. Un point de vue trop paranoïaque pour Zaël qui de toute façon ne braderait pas le bien-être de son peuple. Il n’était pas une personne qu’on éliminerait facilement, pas alors que c’était un Maître. Même sans ça, il avait confiance en ses Protecteurs, en l’être humain.

-Une circulaire n’est pas suffisante !

Son exclamation avait plus un ton de supplication que d’autre chose comme s’il cherchait à se justifier , ce que in fine il faisait. De son point de vue, il s’expliquait pour que tous comprennent, acceptent.

-Il faut montrer au peuple que nous sommes présents et que nous faisons tout notre possible pour éclaircir la situation, les protéger.

À quoi servirait-il autrement ? Il avait beau être le Chef des Armées pour l’instant il n’y avait pas d’ennemi connu, personne contre qui se battre, n’en déplaise à certains qui désignaient d’office la nation Daenar. Le plus dangereux écueil à ses yeux était bien celui-là.

-Je crois que nous avons abordé tous les points clefs. Il ne me reste qu’à vous conseiller de redoubler de vigilance face aux troubles à venir, je vous pris d’être avec moi pour empêcher les événements de s’envenimer. Vous savez tous ce que vous avez à faire. Nous nous reverrons très prochainement. Avec un sourire las, Zaël les invitait à prendre congé, à aller mettre en application dans les plus brefs délais leurs ordres respectifs. Chacun se leva et se retira avec un salut pour le primo-Gharyn et son Khorog. La réunion n’était pas encore totalement finie pour eux.

L’Affable, comme ses proches le nommaient parfois, savait ce qui l’attendait : une longue discussion avec le Patriarche pour le dissuader d’entreprendre son discours puis quand il apparaîtrait clairement qu’il ne changerait pas d’avis – car ça, c’était un point duquel il ne démordrait pas- une autre discussion pour déterminer ce qu’il fallait dire ou non ainsi que la meilleure façon de s’y prendre.

-Je parlerais aussi demain, c’est mon rôle en tant que Khorog.

Quoi ?! Ils avaient sauté une étape ? Dans son étonnement, Zaël ne sut que répondre à part :

-Oui, bien sûr.

Il avait certainement manqué un des nombreux cheminements de son aîné. Il ne s’en inquiétait pas plus que ça, après tout il avait confiance en lui pour agir au mieux pour le clan, la ville. Et tant mieux s’ils étaient d’accord : ça lui enlevait un poids. C’était peut-être un maigre réconfort dans cette situation périlleuse mais bienvenu tout de même. Toutes sources de bien-être seraient précieuses, Zaël en avait l’intuition alors que l’angoisse était toujours là de façon insidieuse.

Le silence s’installa alors que tous deux contemplaient la cité à leurs pieds. Ils s’étaient levés et se tenaient debout à côté des fenêtres à contempler la vie nocturne sous leurs pieds avec ses lumières à la vie parfois si brève. Une vision magnifique mais aussi terrifiante quand son équilibre précaire reposait sur vos épaules. Et il restait tant à faire ! Cette réunion ne marquait qu’un début.


Code couleur : #cc00ff
Voir le profil de l'utilisateur

Zaël
avatar
Sam 15 Juil - 15:15
Irys : 39998
Profession : Roi de Busad
My'trän +2 ~ Kharaal Gazar
Carnet des relations diplomatiques et autres


   

RPs en commun

   


   

Mois année du RP
   - [url=#]lien du RP[/url]
   - [url=#]lien du RP[/url]
   Mois année du RP
   - [url=#]lien du RP[/url]


   

   

Prénom Nom du personnage

   


   

Description du personnage rencontré.


   

Voir le profil de l'utilisateur

Zaël
avatar
Hier à 20:26
Irys : 39998
Profession : Roi de Busad
My'trän +2 ~ Kharaal Gazar

Liste des ses "hauts faits"

À Busad depuis sa naissance


Code couleur : #cc00ff
Voir le profil de l'utilisateur