Revenir en hautAller en bas
Chroniques d'Irydaë
Bonjour, et bienvenue sur les Chroniques d'Irydaë. Déjà inscrit ? N'attends plus, et connecte-toi dès maintenant en cliquant sur le bouton "Connexion" ci-dessous !

Vous êtes nouveaux, que ce soit sur ce forum ou dans le monde du RPG ? Le choix d'un forum sur lequel vous pourrez vous épanouir n'est pas anodin, et il vaut mieux pour cela connaître l'univers dans lequel vous vous trouvez ! Nous avons pensé à vous, en vous préparant un guide qui vous permettra de découvrir pas à pas le monde des Chroniques d'Irydaë.

Si malgré cela, des doutes subsistent, n'hésitez pas à adresser vos questions aux Administrateurs.

En vous souhaitant une agréable visite !
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet


 :: Prologue :: Correspondances :: Vos questions
Page 1 sur 1


 Questions trop nombreuses

Aldryn Zereg
avatar
Ven 14 Juil - 2:08
Irys : 82880
Profession : Mnémothèque
My'trän +2 ~ Khurmag
Bonsoir,

Après avoir parcouru les nombreux sujets indispensables à la compréhension de cet univers, quelques interrogations sont restées sans réponse et d’autres ont vu le jour.

Voici donc quelques questions, certaines pouvant avoir un impact sur mon futur personnage, et certaines autres, malheureusement, uniquement par pure curiosité.
J’espère cependant qu’elles sont suffisamment claires et compréhensibles.

1 – Comment fonctionne concrètement la perte, l’enfouissement, des souvenirs d’une personne décédée pour un my’trän ?
J’ai compris que les my’träns n’avaient plus le souvenir d’un défunt, mais qu’en est-il des moments passées avec celui-ci ? Des choses que l’on a pu apprendre à ses côtés ?
Supposons que le père de mon personnage lui ait appris le maniement de l’épée.
Que se passe-t-il pour mon personnage à la mort de son père ? Garde-t-il en mémoire les entraînements à l’épée ? Son corps se souvient-il inconsciemment des leçons d’escrime ? Pense-t-il qu’il a toujours su manier l’épée ? Croit-il qu’il a appris cet art martial par ses propres moyens ?

2 – A quoi correspondent les différents degrés d’oubli liés aux degrés de magie maîtrisée ?

3 – Pour les adeptes de Khugatsaa, il est indiqué qu’ils ont la faculté de conserver leurs souvenirs en gagnant en puissance.
Cela signifie donc qu’ils ne sont pas affectés par le phénomène d’oubli ? Ou alors qu’il a un effet moindre ? Ou alors qu’au contraire des autres mages, plus ils maîtrisent la magie, plus ils récupèrent leurs souvenirs au lieu de les perdre ?

4 – Concernant la perte des souvenirs d’un défunt.
Est-elle immédiate, brutale, ou bien se fait-elle de manière progressive ?

5 – Dans l’éventualité où un my’trän assiste au meurtre d’un proche, comment y réagit-il ?
Concrètement, a-t-il été témoin de la mort d’un proche ou de celle d’un inconnu ?

6 – Dans l’article traitant de la Notoriété, il est indiqué « qu'il n'est pas nécessaire de justifier les méthodes mises en place pour croire en un dieu ou non ».
Dans ce cas, comment se passe le changement de palier de maîtrise dans une magie ?
Comment est quantifiée la réputation auprès d’un architecte ?
Comment la façon dont peut nous considérer un architecte est-elle régie ? Par exemple, que doit faire un adepte de Khugatsaa pour être mieux vu par son architecte ?

7 – La criminalité est-elle présente au sein des my’träns ?
Sous quelle forme peut-elle se présenter le cas échéant ?
Existe-t-il donc un groupe s’occupant de la vérification du respect des lois, une police en quelque sorte ?

8 – Est-il possible de différencier du premier coup d’œil, instinctivement, un my’trän, un daënar, un pérégrin ?
Si non, est-ce qu’un my’trän sera forcément mal accueilli par un daënar ou inversement si l’un n’est pas connu de l’autre ?

9 – Une petite précision concernant les réputations.
La réputation dans un continent est la somme des réputations dans chacune des régions le constituant.
Donc, dans un cas extrême, sur Daënastre, peut-on être à la fois un ennemi public (réputation de -30.000) en Hinaus mais très apprécié dans chacune des autres régions (réputation de 30.000) ?
Comment, dans ce cas, est-on vu, considéré, sur le continent ?

10 – Que se passe-t-il lorsqu’un my’trän décide de devenir un pérégrin ?
Il est indiqué que « un My'trän n'aura pas forcément besoin de faire une rupture avec les Architectes ».
Dans ce cas, la magie provenant d’un architecte et non de son propre corps, qu’en est-il du phénomène d’oubli lié à la magie et de l’intolérance à la technologie ?

11 – Même si cela est très improbable, un daënar peut-il être bien vu dans toutes les régions de Daënastre et donc avoir accès au 3e palier de chaque type de technologie ?

Merci de m'avoir lu.
Et, si jamais j'ai d'autres questions, je n'hésiterai pas à les poser.
Voir le profil de l'utilisateur

Mary E. Burrowes
avatar
Dim 16 Juil - 8:04
Irys : 408143
Profession : Messagère
My'trän +2 ~ Chimères
Bonjour, et tout d'abord bienvenur sur Irydaë !

Je passe juste au cas où tu n'ai pas vu mais j'avais déjà posé quelques questions sur la perte de souvenir des my'trans ici : http://irydae.forumactif.org/t302-la-memoire-des-mytrans-et-autres-questionnements-existentiels

Ca ne recoupe pas exactement tes questions mais cela peut déjà t'aiguiller ^^

Et je me permets de répondre sur la question de la criminalité des My'trans. Elle existe comme partout. Aucune croyance d'architecte ne t'interdis de voler ou de tirer profit de tes semblables à mon sens. A l'image de notre monde où certains criminels sont très croyants. Du moments que ton personnage pense quand même servir/ respecter son architecte, il n'y a pas de contradiction.

Et je laisse le reste aux admins, en te remerciant parce que certaines de tes questions sont très intéressantes !

A bientôt en jeu avec de la chance Smile



Couleur de Mary: #33ccff
Couleur de Pom: #33ccdd, Couleur de Pilm: #3399ff

Voir le profil de l'utilisateur

Amisgal
avatar
Dim 16 Juil - 13:29
Irys : 114977
Profession : Façonneuse de climats
Administrateur
Bien le bonjour et surtout, bienvenue sur le forum ! Very Happy

J’ai mis un peu de temps pour finir cette loongue réponse car j’attendais la confirmation de quelques détails auprès de mes deux comparses admin. Je vais tâcher de répondre point par point à tes différentes interrogations, si tu es prêt pour un sacré pavé de lecture :

Aldryn a écrit:
1 – Comment fonctionne concrètement la perte, l’enfouissement, des souvenirs d’une personne décédée pour un my’trän ?
J’ai compris que les my’träns n’avaient plus le souvenir d’un défunt, mais qu’en est-il des moments passées avec celui-ci ? Des choses que l’on a pu apprendre à ses côtés ?
Supposons que le père de mon personnage lui ait appris le maniement de l’épée.
Que se passe-t-il pour mon personnage à la mort de son père ? Garde-t-il en mémoire les entraînements à l’épée ? Son corps se souvient-il inconsciemment des leçons d’escrime ? Pense-t-il qu’il a toujours su manier l’épée ? Croit-il qu’il a appris cet art martial par ses propres moyens ?

Afin de pouvoir répondre au mieux à cette question, je me permets de reprendre un rapide échange que j'avais eu avec Mary à l'époque :

Alors j'ai bien compris qu'il perdait totalement les souvenirs qu'ils avaient d'un être qui décède. Par contre, comment cela se manifeste-t-il quand quelqu'un qui n'est plus Mytrans leur parle de cet être disparu ? Les souvenirs étant enfouis sont-ils susceptibles de refaire surface ou n'ont ils juste jamais l'impression d'avoir connu cette personne ?

Dans le cas où il s'agirait d'une conversation banale, il s'agirait davantage de ta seconde hypothèse. Ce sera exactement comme si la personne te parlait pour la première fois de Francis, son arrière grand-oncle que tu n'as jamais connu et sur lequel tu n'as même aucun indice. Toutefois, si la conversation devait être intense et que la personne se retrouverait à tenter de te rappeler le défunt (Francis, paix à son âme) à grand renfort de larmes, de cris, ou que sais-je, tu aurais alors un semblant de résurgence causée par ton état émotionnel puissant. Un peu comme d'avoir un mot sur le bout de la langue : plus tu tentes de le retrouver, plus il t'échappe. Mais il est là l'espace de quelques secondes, aussi trouble qu'un malaise.

Concrètement, donc, ton personnage aurait simplement l'impression d'avoir appris l'escrime avec un illustre inconnu. Il n'oublierait en aucun cas les séances d'entraînement en elles-mêmes qui ne sont pas vraiment liées à la personne que tu auras perdue. Tu ne parviendras pas à te rappeler du visage et de ce que ton père te disait vraiment à l'époque, comme une sorte de floutage noir aussi peu important que de s'entraîner avec Jean-Charles, un voyageur sans importance que tu aurais vu trois secondes de ta vie. Tu sais ainsi, comme toute personne normalement constituée de ce monde, que tu as bel et bien été élevé par des parents et que tu as appris et vécu des choses à leurs côtés : mais les détails de ces choses sont désormais sans existence concrète dans ton esprit, comme si elles avaient été vécues il y a tellement de décennies que tu t'en fichais à l'heure actuelle. Tu as tenu une épée à côté de celui que tu nommais "père", certes, mais tu as oublié jusqu'à la moindre trace des sentiments que cela te procurait.


Aldryn a écrit:
2 – A quoi correspondent les différents degrés d’oubli liés aux degrés de magie maîtrisée ?

Je vais tout d'abord revenir sur le commencement. Un My'trän n'oublie pas réellement les souvenirs de ses proches. Ceux-ci ne sont pas effacés, mais plutôt scellés dans le fin fond de sa conscience lointaine, inaccessibles et figés à moins d'une circonstance exceptionnelle. Quant aux conséquences de cette nuance (qui ne change pas grand chose dans les faits et le ressenti de ton personnage), je te laisse les découvrir trois réponses plus loin. =)

Ensuite, l'oubli fonctionne effectivement par paliers :
  1. Un croyant très lambda à la fidélité vacillante ou impactant peu, ne perdra aucun de ses souvenirs. Les jeunes enfants rentrent par exemple dans cette case, puisqu'ils n'ont pas encore assez d'intelligence et de développement intérieur pour adhérer à une cause.

  2. Concernant les novices à présent. L'oubli se fait de manière plus ou moins progressive selon le "sentimentalisme" de ton personnage. Si je devais te donner une moyenne, je te dirais qu'un My'trän lambda (les pnjs que tu croiseras un peu partout) oubliera après une semaine environ le nom de la personne, une semaine plus tard son apparence, une semaine plus tard qui elle était par rapport à elle (genre son frère, sa mère ou son conjoint), et enfin, une dernière semaine plus tard, les sentiments qu'ils éprouvaient l'un pour l'autre (l'amour passionnel se dissipera par exemple), et pour terminer les souvenirs partagés.

    J'insiste sur le fait qu'il s'agit d'une moyenne, afin que les joueurs puissent l'adapter à leur convenance. Certains My'träns pourront parfois mettre plusieurs mois avant d'oublier complétement une personne, d'autres n'oublieront que certaines choses et pas d'autres (à l'exception des deux dernières étapes de l'oubli, qui elles sont indispensables). La chose à retenir est que dépassé un délai d'environ 6 mois, et si l'individu n'a pas franchi la dernière étape de l'oubli, celui se transformera en anomalie psychologique (et plus tard, s'il ne fait rien, en anomalie physique).

    Suivant la psychologie du personnage, les étapes de l'oubli peuvent être plus ou moins violentes. La mort entrainera des sentiments négatifs comme la tristesse, la colère ou le désir de vengeance, mais l'oubli atténuera petit à petit ces états d’âmes jusqu'à ce que la personne soit en "paix avec elle-même". Enfin, de manière générale, plus on est doué en magie, plus l'oubli va se faire rapidement !

  3. Pour les adeptes : Les étapes et les degrés d'oublis sont sensiblement les mêmes, à ceci près que tout s'effectuera bien plus rapidement (là encore, cela peut varier en fonction du caractère du personnage). Une à deux semaines suffiront pour que l'ensemble des paliers soient franchis, avec cette fois-ci aucune exception. Toutes les étapes sont indispensables et si un personnage ne remplis pas toutes ces conditions, il sera considéré comme une anomalie psychologique.

  4. Les maîtres : Enfin, l'ultime niveau de maîtrise implique indubitablement l'oubli total et rapide de l'individu, qu'il s'agisse d'un être cher ou non. Pour les plus récalcitrants, une paire de jours seront nécessaires au processus, mais très généralement, les mages ayant atteint un tel niveau acceptent leur "sort" et laissent leurs souvenirs se disperser en quelques heures à peine.


Aldryn a écrit:
3 – Pour les adeptes de Khugatsaa, il est indiqué qu’ils ont la faculté de conserver leurs souvenirs en gagnant en puissance.
Cela signifie donc qu’ils ne sont pas affectés par le phénomène d’oubli ? Ou alors qu’il a un effet moindre ? Ou alors qu’au contraire des autres mages, plus ils maîtrisent la magie, plus ils récupèrent leurs souvenirs au lieu de les perdre ?

En réalité, ils ne sont tout simplement pas affectés par le phénomène de l'oubli. Comme expliqué à la réponse précédente, les mages de Khugatsaa ont en fait la même capacité à se souvenir qu'un non mage lambda ! Et ce, même s'ils sont à un niveau de puissance digne d'un maître. =)


Aldryn a écrit:
4 – Concernant la perte des souvenirs d’un défunt.
Est-elle immédiate, brutale, ou bien se fait-elle de manière progressive ?

Cf question 2, puisque cela varie selon ton niveau de magie. =D


Aldryn a écrit:
5 – Dans l’éventualité où un my’trän assiste au meurtre d’un proche, comment y réagit-il ?
Concrètement, a-t-il été témoin de la mort d’un proche ou de celle d’un inconnu ?

Dans le cadre d'un meurtre, surtout si celui-ci est violent, la résistance à l'oubli peut être un tantinet différente. Ton personnage assiste tout de même à un énorme traumatisme : selon ton degré de maîtrise de ta magie, la sensation d'horreur peut persister plusieurs heures et provoquer cette volonté de vengeance. Mais tes souvenirs de la personne s'effilocheront au fil du temps (comme vu dans la question 2), et donc les sentiments négatifs qui en découlent aussi. En revanche, une fois l'oubli opéré, oui, tu seras face au meurtre d'un inconnu. Peut-être avec la lointaine sensation que ton esprit est traumatisé à tout jamais, ce qui peut avoir des conséquences psychologiques que ton personnage ne comprendra pas.

Je prends par exemple le cas d'Alice Tan'Odrin, dont la sœur fut violemment assassinée suivi du reste de son clan. Son personnage développe alors une seconde personnalité, un syndrome de schizophrénie : son autre personnalité est sa sœur défunte, sans qu'elle ne sache qu'il s'agisse d'elle. A ses yeux c'est juste une autre fille dans sa tête qui est apparue pour une raison inconnue depuis un événement dont elle ne se souvient pas vraiment. Car quelque part dans son inconscient lointain subsiste ses souvenirs, certes scellés par l'oubli forcé, mais si marqué d'un traumatisme que cela ressurgit par moment sur elle. Ou encore imaginons que ton père soit assassiné alors que tu mangeais une pomme... Bizarrement, sans qu'il ne sache pourquoi, ton personnage adulte aura une aversion totale et absolue pour les pommes (triste vie).


Aldryn a écrit:
6 – Dans l’article traitant de la Notoriété, il est indiqué « qu'il n'est pas nécessaire de justifier les méthodes mises en place pour croire en un dieu ou non ».
Dans ce cas, comment se passe le changement de palier de maîtrise dans une magie ?
Comment est quantifiée la réputation auprès d’un architecte ?
Comment la façon dont peut nous considérer un architecte est-elle régie ? Par exemple, que doit faire un adepte de Khugatsaa pour être mieux vu par son architecte ?

Afin que l'on parte sur de bonnes bases, je précise juste que lorsqu'il est mentionné qu'il n'est pas nécessaire de justifier les méthodes mis en place pour croire en un Architecte, cela sous-entend qu'il ne vous est pas nécessaire dans vos RPs de remplir un "quota" de prières ou d'offrandes envers ce dernier.

Le changement de palier va donc se faire en fonction des actions orchestrées par ton personnage auprès de l'Architecte ET/OU de la région qui le concerne. Ces actions peuvent être parfaitement diverses et variées. Mais l'impact de ces actions sur le monde qui entoure le personnage sera représentatif de la réputation gagnée auprès de l'Architecte. Sauver le chat de Mauricette, mamie croyante en Delkhii, et saboter une usine magithèque qui pourrit la vie de millier de concitoyens, peuvent être deux actions reconnues par ton Architecte, mais la première sera moins significative aux yeux de ce dernier. De la même manière (et je vais insister là-dessus), il n'y a pas une bonne ou une moins bonne façon de croire en un Architecte. Si José, adepte d'Amisgal, assassine une famille de croyants en ce même Architecte, mais qu'il le fait avec l'absolue conviction de le faire pour le bien d'Amisgal, sa réputation auprès de celle-ci augmentera et prévaudra sur sa réputation auprès de la région concernée (bon, même si dans notre exemple Amisgal n'a pas de région affiliée). Puisqu'il faut garder à l'esprit qu'en finalité, la réputation devra être représentative du degré de maîtrise d'une magie.


Aldryn a écrit:
7 – La criminalité est-elle présente au sein des my’träns ?
Sous quelle forme peut-elle se présenter le cas échéant ?
Existe-t-il donc un groupe s’occupant de la vérification du respect des lois, une police en quelque sorte ?

La criminalité est malheureusement universelle ahah ! Comme partout ailleurs, il y a des violeurs, des voleurs, des assassins, et plus si affinités. Ne serait-ce que la petite délinquance et les rapines sur les convois de marchands sont monnaie courante. Par conséquent chaque région a mis en place sa propre manière de protéger ses citoyens et assurer la sécurité des villes. Cela se traduit en général par une ou plusieurs milices composées de mages spécialisés coordonnées par les différents Gharyns. Et s'il y a crime contre l'humanité, pour citer un exemple extrême, le Conseil de la convergence est là pour traiter des problèmes suprêmes (risque de guerre, espionnages militaires, surveillance des frontières...). Mais avant d'en arriver là, oui, il existe bel et bien des cas de jugement où la personne concernée peut se retrouver devant le Gharyn et le Khorog pour juger de ses actes. Lorsqu'il s'agit d'un fait avéré, dixit la milice qui tombe nez à nez avec un assassin au-dessus de sa victime ensanglantée, il n'est même pas rare que les forces de l'ordre élimine directement l'individu et donc règlent le problème par leurs propres moyens pour assurer la sécurité du plus grand nombre. Si tu veux en savoir plus, n'hésite pas à parcourir les fiches descriptives des capitales, partie "Force armée" !


Aldryn a écrit:
8 – Est-il possible de différencier du premier coup d’œil, instinctivement, un my’trän, un daënar, un pérégrin ?
Si non, est-ce qu’un my’trän sera forcément mal accueilli par un daënar ou inversement si l’un n’est pas connu de l’autre ?

Il est en effet possible de distinguer un My'trän d'un Daënastre pour un oeil exercé. Cela, par plusieurs biais ! Il s'agit de deux cultures extrêmement différentes, dont les habitudes, la gestuelle, le langage, sont formatés depuis de nombreuses années. Sans parler de la mode vestimentaire qui n'est pas du tout la même, si un Daënar par exemple prend le temps de se "déguiser" en my'trän, il ne pourra malgré lui cacher toutes ses habitudes corporelles et presque mécaniques selon les situations. S'étonner devant la lévitation d'une énorme pierre par un mage de Delkhii, rentrer sans le savoir dans un lieu de culte sans le moindre respect pour l'Architecte... etc. Exactement comme un Français pourrait se montrer maladroit et évident en Chine, entrant sans enlever ses chaussures dans un lieu sacré. Cela, pour ne pas citer les traces d'accents, les jargons différents... etc. Il faut un sacré entraînement pour se faire passer pour un natif à l'autre bout du monde ou rien ne fonctionne pareil. Et imagine que c'est bien pire pour les My'träns de haut niveau magique, malades à côté de la technologie ! Parachutés dans une ville qui ne possède que ça, il est très difficile pour eux de faire comme si de rien n'était...

Les Pérégrins pour leur part sont un brin différents puisqu'ils peuvent venir d'absolument partout dans le monde. Ils auront les attributs propres à la terre qui les aura vus grandir. Une peau très sombre et des yeux en amande s'ils viennent d'un désert, pâles comme des vampires dans des lieux enneigés toute l'année... etc.

Quant à la manière dont ils se perçoivent entre eux, jusqu'à présent cela se manifestait comme une forme de racisme dû à des préjugés. La comparaison n'est certes pas parfaite, mais l'on pourrait rapprocher cela du nazisme envers les juifs lors de la seconde guerre mondiale... Les comportements sont différents, mais tu réagiras toujours bizarrement en face de quelqu'un que ta société considère comme "déviant". Au mieux tu l'évites et basta, au pire tu te livres à du harcèlement moral et physique, voire même du lynchage si la peur est trop présente. Les choses s'étaient un peu calmées dans le passé et il était plus facile de faire du tourisme, mais depuis que des attentats explosent un peu partout la tension entre les deux continents est à son comble. Tout le monde sait que la guerre est imminente et que par conséquent les étrangers sont de potentiels ennemis.


Aldryn a écrit:
9 – Une petite précision concernant les réputations.
La réputation dans un continent est la somme des réputations dans chacune des régions le constituant.
Donc, dans un cas extrême, sur Daënastre, peut-on être à la fois un ennemi public (réputation de -30.000) en Hinaus mais très apprécié dans chacune des autres régions (réputation de 30.000) ?
Comment, dans ce cas, est-on vu, considéré, sur le continent ?

Ton exemple est tout à fait envisageable ! Je vais prendre notamment le cas des My'träns, parmi lesquels certains Architectes se vouent une haine sans merci. Si ton personnage était un habitant de Zagash, il pourrait être adoré dans sa région initiale mais détesté pour ses agissements à Kharaal Gazar, Delkhii et Dalai ne s'aimant pas du tout. Tu devras simplement faire très attention si tes pas venaient à te conduire en région ennemie, celle-ci ayant juré ta mort. Tu rentres sous sa juridiction, et alors pas même Zagash ne pourrait te défendre. Il en va de même pour Daënastre.

Par rapport au continent, cela dépendrait de tes agissements. Si tu as fait de l'espionnage militaire pour le compte des My'träns à Hinaus, c'est tout l'UNE, le gouvernement que tu agresses dans une période de guerre : tu deviens ennemi national, et non plus régional. Lorsque nous t'assigneront ta réputation, tu obtiendras de la réputation négative dans chaque "slot" de régions daënars. Si en revanche tu es baron de la pègre à Hinaus, tu peux être très bien vu à côté à Vereist voire même t’accoquiner avec le gouvernement de l'UNE en faisant fructifier certaines de leurs affaires corrompues. En bref, cela dépend totalement de ce que tu as fait et pourquoi à telle ou telle personne. Il y a de nombreuses possibilités pour être un Ennemi Public quelque part !


Aldryn a écrit:
10 – Que se passe-t-il lorsqu’un my’trän décide de devenir un pérégrin ?
Il est indiqué que « un My'trän n'aura pas forcément besoin de faire une rupture avec les Architectes ».
Dans ce cas, la magie provenant d’un architecte et non de son propre corps, qu’en est-il du phénomène d’oubli lié à la magie et de l’intolérance à la technologie ?

Concrètement, lorsque l'ancien My'trän choisit de se détacher de sa société et de ne plus se considérer comme un membre à part entière de ce continent, les deux phénomènes que sont l'oubli et l'intolérance à la technologie disparaissent. Il retrouvera progressivement, au fur et à mesure qu'il assumera ses choix de Pérégrin, les souvenirs et les sentiments autrefois enfouis en lui.

En contrepartie sa magie sera de plus en plus difficile à assumer, et son endurance se réduira drastiquement. Car il perd peu à peu le lien magique avec son Architecte, qui ne peut plus le fournir en énergie : il puise désormais totalement et uniquement dans son propre corps et sa propre énergie vitale. Même si cela peut ne rien changer à son amour de fidèle et l'amour que peut lui porter son Architecte. Il va devoir en d'autres termes réapprendre à gérer ses dépenses magiques s'il ne veut pas mourir malencontreusement, et s'entraîner dur pour gagner en endurance, même si cela ne sera jamais équivalent à ce qu'il avait avant.


Aldryn a écrit:
11 – Même si cela est très improbable, un daënar peut-il être bien vu dans toutes les régions de Daënastre et donc avoir accès au 3e palier de chaque type de technologie ?

A l'heure actuelle, nous te répondrons que non, ce n'est pas possible. Le forum étant encore très jeune, nous n'avons pas assez de recul pour bien se rendre compte de l'impact que pourrait avoir l'accès à l'ensemble de toutes les magies ou technologies. C'est pourquoi à l'heure d'aujourd'hui, un personnage pourra développer sa spécialité principale au palier 3, sa spécialité secondaire au palier 2, et éventuellement une dernière maîtrise au palier 1.


Voilà voilà, nous avons enfin fait le tour ! J’espère ne pas t’avoir perdu entre-temps et avoir été suffisamment claire pour satisfaire ta curiosité. Very Happy

N’hésite pas à nous relancer s’il y a toujours des points obscurs. Et en espérant te voir très bientôt officiellement parmi nous !




~ N'hésitez pas à m'envoyer un mp si vous avez le moindre soucis ou une question, j'y répondrai avec plaisir ! ~
Voir le profil de l'utilisateur

Aldryn Zereg
avatar
Mer 19 Juil - 0:11
Irys : 82880
Profession : Mnémothèque
My'trän +2 ~ Khurmag
Bonsoir et merci pour tout. Aussi bien les souhaits de bienvenue que les réponses.
Et non, tu ne m'as pas perdu.
Et oui, ce fut suffisamment clair.

Sinon, je suis toujours dans la rédaction de la fiche du personnage que je souhaite incarner.

Cependant, j'ai encore quelques questions.
Il s'agit juste de curiosité car cela n'aura d'impact sur la création du personnage. Mais, il se peut que cela puisse en avoir un sur son futur.

12 – Concernant le don de Khugatsaa, en particulier l’impact que l’on peut avoir sur la mémoire.
Cela peut-il fonctionner sur des êtres non humains ?
En gros, le don de Khugatsaa a-t-il un effet sur les animaux ?

13 – Comment est considérée l’étude du passé par les my’träns ?
Y’a-t-il des personnes étudiant l’histoire ? Est-ce toléré ? Est-ce interdit ? Est-ce réprimé ? Est-ce autorisé normalement ?

14 – Concernant la criminalité.
Comment se passe les échanges d’informations, principalement au sujet de ceux ayant commis des crimes ? Que ce soit au sein d’une région, d’un continent, entre continents.
Voir le profil de l'utilisateur

Amisgal
avatar
Ven 21 Juil - 18:41
Irys : 114977
Profession : Façonneuse de climats
Administrateur
Re-bonsoir,

Nous voici donc partis pour une nouvelle fournée ! Very Happy

Aldryn a écrit:
12 – Concernant le don de Khugatsaa, en particulier l’impact que l’on peut avoir sur la mémoire.
Cela peut-il fonctionner sur des êtres non humains ?
En gros, le don de Khugatsaa a-t-il un effet sur les animaux ?

Oui, cela fonctionne tout autant sur les non humains que les humains. Les animaux n'échappent pas à la règle. Néanmoins il faut bien voir que l'instinct animal peut avoir des répercussions qu'un humain n'aura pas... Imaginons par exemple que tu crées une illusion pour échapper à un nokhoi : contrairement à l'Homme, celui-ci se méfiera peut-être de la supercherie du simple fait de son odorat sur-développé. Tu ne peux pas tromper longtemps un animal dont les sens et les instincts lui indiqueront que ce qu'il a sous les yeux n'est pas tangible, à moins de maîtriser suffisamment ta magie et penser à créer une illusion plus complète et résistante. Ainsi, si un Homme peut réagir de façon logique, un animal restera ce qu'il est : imprévisible face à une illusion, très peu sophistiqué dans ses réactions.


Aldryn a écrit:
13 – Comment est considérée l’étude du passé par les my’träns ?
Y’a-t-il des personnes étudiant l’histoire ? Est-ce toléré ? Est-ce interdit ? Est-ce réprimé ? Est-ce autorisé normalement ?

Les My'träns n'ont pas le moindre souci avec leur passé, bien au contraire. De nombreuses bibliothèques existent et recensent leur histoire, leurs connaissances "scientifiques" et naturalistes - rien de technologique attention. Mais le savoir des plantes en fait par exemple partie ! Il existe donc des historiens, des précepteurs, et toutes les castes de métier qui existent avec la nécessité d'enseigner la société et la vie my'trän aux enfants. La genèse tout particulièrement, tu t'en doutes, et globalement tout ce qui touche à l'histoire des Architectes, les passionnent (création du monde, guerre des immortels, exode des Daënars...).


Aldryn a écrit:
14 – Concernant la criminalité.
Comment se passe les échanges d’informations, principalement au sujet de ceux ayant commis des crimes ? Que ce soit au sein d’une région, d’un continent, entre continents.

De nombreux messagers parcourent le monde pour transmettre les diverses missives, que ce soit à pieds ou par montures. D'autres transmettent leur courrier par le biais d'animaux volants, du plus simple pigeon au tagta apprivoisé ! La transmission d'informations au sujet de criminels n'est pas différente : les hautes sphères de chaque région sont informées s'il le faut par missive sous sceau de cire, en priorité maximale (donc par des messagers ou des animaux d'élite), et sont ensuite relayées de région en région, et de continent en continent. Dans les campagnes profondes tout se fait par le bouche à oreille des voyageurs, qui apportent régulièrement les nouvelles des grandes villes.

Mais il faut bien voir que la communication ne se fait pas toujours, et à moins d'être un sacré criminel, il est rare qu'une région voisine sache qui est voleur dans les régions qui la jouxtent par exemple. Inutile d'informer les continents de la petite racaille, que l'on traite quasiment presque de ville à ville. Concernant les continents qui plus est, la communication est quasi inexistante à ce sujet entre My'trä et Daënastre... Qui se voient presque de toute façon comme des criminels respectifs.




~ N'hésitez pas à m'envoyer un mp si vous avez le moindre soucis ou une question, j'y répondrai avec plaisir ! ~
Voir le profil de l'utilisateur

Aldryn Zereg
avatar
Lun 31 Juil - 10:26
Irys : 82880
Profession : Mnémothèque
My'trän +2 ~ Khurmag
Tout d'abord, je tiens à remercier les réponses claires ainsi que le temps passé à les rédiger.

Sinon, j'ai encore de nouvelles questions.

15 - La magilithe impure est capable de dissiper la magie et une anomalie physique en est partiellement constituée.
Une anomalie peut-elle donc utiliser la magie ? Et, comment fait-elle ?

16 - Un pérégrin ne peut pas commencer en maîtrisant des magies, mais une anomalie pérégrin le peut.
Comment cela est-il possible ?

17 - Y a-t-il un moyen de soigner une anomalie physique, de lui faire quitter son statut d’anomalie ?

18 - Est-il aisé d’obtenir, de se procurer, de la magilithe impure ?

19 - Une magilithe exquise peut être rechargée et surtout peut voir le type de magie utilisable modifié.
Comment recharge-t-on une magilithe ? Et comment change-t-on son type de magie ?

20 - Une anomalie peut se transformer en magilithe si elle est exposée à la magilithe ou avec le temps.
Mais, combien de temps cela prend ?

Encore désolé pour ma curiosité (ou mon incompréhension, cela dépend du point de vue).
Voir le profil de l'utilisateur

Khugatsaa
avatar
Mar 1 Aoû - 11:01
Irys : 69986
Administrateur
Et hop, je prends la relève o/

Aldryn Zereg a écrit:
15 - La magilithe impure est capable de dissiper la magie et une anomalie physique en est partiellement constituée.
Une anomalie peut-elle donc utiliser la magie ? Et, comment fait-elle ?

Il est précisé que la magilithe dissout la magie lorsqu'elle entre en contact avec elle. Même si cela parait anodin, le port d'un gant en cuir (si la main est atteinte par les cristaux) suffit à faire barrière, et donc permettre au magicien de lancer son sort.


Aldryn Zereg a écrit:

16 - Un pérégrin ne peut pas commencer en maîtrisant des magies, mais une anomalie pérégrin le peut.
Comment cela est-il possible ?

- Réponse à venir -


Aldryn Zereg a écrit:
17 - Y a-t-il un moyen de soigner une anomalie physique, de lui faire quitter son statut d’anomalie ?

Malheureusement, il n'existe pas à l'heure actuelle de remèdes connu à ce statut. C'est un statut encore trop rare en Daënastre pour que l'UNE prenne la décision d'investir de l'argent dans ces recherches, tandis qu'en My'trä les mœurs et les coutumes rendent les gens encore assez frileux avec les personnes malades.


Aldryn Zereg a écrit:
18 - Est-il aisé d’obtenir, de se procurer, de la magilithe impure ?

La magilithe impure n'est pas si rare, puisqu'elle peut être trouvée en abondance près des bordures du monde et dans les profondeurs du sol. Mais on peut également en trouver ailleurs -avec un peu de chance-, comme par exemple dans les cours d'eau, les plages, aux pieds des falaises et autres monuments rocheux.


Aldryn Zereg a écrit:
19 - Une magilithe exquise peut être rechargée et surtout peut voir le type de magie utilisable modifié.
Comment recharge-t-on une magilithe ? Et comment change-t-on son type de magie ?

On pourrait dire qu'il existe trois façon pour recharger une magilithe :

  • la méthode naturelle : Pour les magilithes de type terre, eau, feu et air, il suffit de laisser reposer la pierre dans son élément naturel. Cette méthode à le gros avantage d'être complétement gratuite, mais le gros défaut d'être très longue (comptons plusieurs mois pour recharger à son maximum une pierre de la taille d'une pastèque

  • la méthode provoquée : Toujours pour le même type de magilithe, il suffit d'exposer la pierre à son élément mais à des pressions ou des intensités plus élevées (comme par exemple dans une soufflerie pour le type aéro, où sous la chaleur de plusieurs lances-flamme pour le type pyro). Particulièrement couteuse, l'avantage de cette méthode réside bien entendu dans le temps nécessaire pour recharger le cristal, puisque 1 à 2 semaines suffiront (à noter que les aérogares daënars sont équipés de dispositifs avancés permettant une recharge encore plus rapide, mais leurs accès sont réservés aux aéronefs immatriculés à l'UNE)

  • la méthode my'trän : Source de convoitise chez les daënars, cette méthode consiste tout simplement à demander l'aide d'un ou plusieurs mage afin qu'il utilise sa propre magie afin de recharger le cristal. De manière générale trois à quatre jours suffisent pour un adepte, un peu plus pour un novice, et un peu moins pour un maître. Énergivore pour celui qui doit effectuer la tâche, cette méthode n'a aucun autre coût et à le mérite d'être parmi les plus rapides. Le désavantage réside bien entendu dans le fait que l'idéologie my'trän est contre l'utilisation abusive de ces pierres, et donc l'entretien de ces-dernières, si bien que trouver un mage qui accepte une telle tâche fait généralement de cet homme quelqu'un de pas très recommandable aux yeux de sa nation.


Pour changer son type de magie, il est nécessaire de vider complétement la magilithe de son pouvoir afin de lui rendre sa neutralité. Il sera ensuite obligatoire de recharger complétement la pierre avec le nouveau type de magie voulu, en sachant que dans ce genre de cas, il faudra un petit trimestre à un adepte pour la recharger complétement (donc plus avec les autres méthodes).

Mais tout ceci n'est valable que pour les types énoncés un peu plus haut. Les magilithes d'illusion et d'invocation ne pourront être rechargées soit qu'en étant reposée plusieurs mois en pleine nature, soit en étant confiée à un maître de cette magie. Enfin, pour les magilithes de soin, la méthode la plus employée consiste à laisser reposer la pierre dans du sang (pour la méthode "naturelle", ou bien encore une fois, de faire appel à un mage).


Aldryn Zereg a écrit:
20 - Une anomalie peut se transformer en magilithe si elle est exposée à la magilithe ou avec le temps.
Mais, combien de temps cela prend ?

Pour devenir un monolithe complet, cela prend plusieurs années, quelqu'en soit la cause. Si cela est dut à une exposition continue (comme c'est le cas des habitants de Klumpen), quinze à vingt ans suffiront. Si cela est uniquement dut au développement progressif de la maladie en milieu lambda, il faudra généralement une cinquantaine d'année. Dans le deuxième cas, on comprend donc qu'on ne meurt pas forcément de la maladie, mais plutôt des Régisseurs et leur Gardiens qui profitent de l'affaiblissement de notre corps en raison de l'âge.
Voir le profil de l'utilisateur

Aldryn Zereg
avatar
Mar 15 Aoû - 15:19
Irys : 82880
Profession : Mnémothèque
My'trän +2 ~ Khurmag
Encore merci pour le temps passé à me répondre.

Malheureusement pour vous, j'ai encore une nouvelle tournée de questions.

21 – La magilithe n’a d’effet qu’au contact, mais ne se dissout-elle pas dans le sang d’une anomalie physique et donc ne porte-t-elle pas préjudice à sa possibilité d’user de magie ?

22 – Je connais le nom des continents et des régions ainsi que certains des adjectifs s’y attachant. Comme Daënastre donne daënar, daënars. Däenare existe ou pas ?
Est-il possible d’avoir une liste pour toutes les régions ? Villes ?
Parce que concernant Suhury, je ne vois que l’adjectif ‘Suhur’ apparemment invariable utilisé pour désigner les habitants de la région.
Au fait, y a-t-il des adjectifs concernant les architectes ?

23 – Les anomalies sont intemporelles, elles ne vieillissent pas.
Mais, peuvent-elles mourir suite à des blessures mortelles (Apparemment oui, après avoir lu le RP des sœurs Toen) ? Ou alors d’une maladie ?
Comment les régisseurs éliminent les anomalies ?

24 – Quelles sont les limites du pouvoir d’altération de la mémoire d’un maître de l’illusion ?
En gros, peut-il complètement et irréversiblement (s’il a le temps, évidemment) changer la mémoire d’une personne ?

25 – Quelle est la limite lors de la création de la fiche des rangs qu’un personnage peut cumuler ?
J’ai vu par exemple, un personnage my’trän ayant une réputation au rang 2 et une autre au rang 1.
Peut-on donc avoir trois réputations au rang 1, voire 4 ? Ou alors, deux réputations au rang 2 ?

26 – Si une Anomalie physique enlève la magilithe qui la recouvre, la magilithe finit par revenir.
Par contre, est-ce que l’absence temporaire de magilithe augmente le temps nécessaire pour transformer l’Anomalie en statue de magilithe ?
Et, est-ce que cela nuit à l’intemporalité de l’anomalie ?

27 – Un my’trän devenu une Anomalie souffre-t-il toujours de son allergie à la technologie ?

28 - Il paraît que les Anomalies ont un Régisseur attitré.
Que se passe-t-il si ce dernier meurt et que son Gardien devient une Anomalie ?
Que se passe-t-il si une Anomalie guérit de sa condition mais redevient une Anomalie plus tard, a-t-on le même Régisseur ?

Au fait, qu'en ait-il de la réponse à la question 16 ?
Question 16 a écrit:
Un pérégrin ne peut pas commencer en maîtrisant des magies, mais une anomalie pérégrin le peut.
Comment cela est-il possible ?
Voir le profil de l'utilisateur

Amisgal
avatar
Jeu 17 Aoû - 17:35
Irys : 114977
Profession : Façonneuse de climats
Administrateur
Me revoici, me revoilà ! o/

Aldryn a écrit:
21 – La magilithe n’a d’effet qu’au contact, mais ne se dissout-elle pas dans le sang d’une anomalie physique et donc ne porte-t-elle pas préjudice à sa possibilité d’user de magie ?

Pas réellement. Plus qu'une intoxication médicale, il faut voir cela comme un matériau magique qui tente de combler ce qui n'est pas terminé ou déviant. La Magilithe gangrène donc l'être humain comme un anti-virus qui voudrait trop bien faire : il le fait progressivement muter en blocs jusqu'à ce qu'il n'y ait plus rien à "corriger", puisque sa fonction première a toujours été de construire. Il peut y avoir bien sûr dans certains cas intoxication du sang, mais en règle générale, c'est surtout l'enveloppe charnelle que la magilithe essaye de compléter, et non les organes internes.


Aldryn a écrit:
22 – Je connais le nom des continents et des régions ainsi que certains des adjectifs s’y attachant. Comme Daënastre donne daënar, daënars. Däenare existe ou pas ?
Est-il possible d’avoir une liste pour toutes les régions ? Villes ?
Parce que concernant Suhury, je ne vois que l’adjectif ‘Suhur’ apparemment invariable utilisé pour désigner les habitants de la région.
Au fait, y a-t-il des adjectifs concernant les architectes ?

Pour répondre directement à une bonne partie de tes questions, voici les adjectifs correspondants :
  • Pour le continent de My'trä : un/une My'trän, des My'träns
    Suhury : un/une Suhur, des Suhurs
    Zagash : un Zagashien, une Zagashienne, des Zagashiens
    Khurmag : un/une Khurmi, des Khurmis
    Zolios : un Zolien, une Zolienne, des Zoliens
    Kharaal Gazar : un Kharaalien, un Kharaalienne, des Kharaaliens

  • Pour le continent de Daënastre : un/une Daënar, des Daënars
    Ünellia : un/une Ünil, des Ünils
    Le Tyorum : un Tyorien, une Tyorienne, des Tyoriens
    Rathram : un/une Rathra, des Rathras
    Vereist : un Vereistien, une Vereistienne, des Vereistiens
    Hinaus : un/une Hinari, des Hinaris

  • Pour le continent d'Als'kholyn : un Also, une Alsi, des Alsos
    Khashin : un/une Khashan, des Khashans
    Marnaka : un Marnakai, une Marnakaise, des Marnakais

  • Pour le continent de Zochlom : un Zoch, une Zochi, des Zochs

  • Pour le continent de Nislegiin : un/une Negiin, des Negiins

Je ne m'aventurerai néanmoins pas dans les noms des villes, car alors nous n'aurions pas fini de faire le tour de la nuée de villages infinitésimaux qui existent sur la carte et peuvent aussi être inventés par les joueurs. Concernant les Architectes, je ne vois pas trop ce que nous pourrions faire en termes de déclinaisons possibles !


Aldryn a écrit:
23 – Les anomalies sont intemporelles, elles ne vieillissent pas.
Mais, peuvent-elles mourir suite à des blessures mortelles (Apparemment oui, après avoir lu le RP des sœurs Toen) ? Ou alors d’une maladie ?
Comment les régisseurs éliminent les anomalies ?

En effet, les Anomalies sont intemporelles, non immortelles. La nuance réside dans le fait que si elles ne vieillissent pas, elles sont susceptibles de mourir comme tout un chacun des suites d'une blessure, d'une maladie, ou d'un mauvais traitement corporel quel qu'il soit (manger, dormir...). Seul leur âge reste inchangé.

Quant aux Régisseurs, peu importe l'espèce sous laquelle ils se matérialisent (vu qu'ils adoptent l'espèce de l'Anomalie qu'ils traquent), ils disposent tous d'une très puissante magie. A savoir qu'ils se contentent en majorité de traquer leur proie, et laisse leur Gardien s'occuper de la mise à mort et des combats. Cela peut prendre toutes sortes de formes, magie, crocs, griffes...


Aldryn a écrit:
24 – Quelles sont les limites du pouvoir d’altération de la mémoire d’un maître de l’illusion ?
En gros, peut-il complètement et irréversiblement (s’il a le temps, évidemment) changer la mémoire d’une personne ?

Voici un petit extrait de ce qui est écrit dans le sujet des My'träns : "Mais ce n'est pas tout, puisque plus que de pouvoir lire les souvenirs des individus, le maître pourra également réarranger partiellement et provisoirement ces-derniers comme les maillons d'une chaîne lorsqu'il est au contact de la personne."

Donc, concrètement, l'effet ne durera qu'un certain temps donné, relatif à la résistance psychologique de ta victime, tes propres aptitudes et bien sûr, la nature des souvenirs que tu souhaites modifier. Un traumatisme extrêmement ancré dans la personne, ou le souvenir passionnel de son bien-aimé, seront des données très retorses à manipuler, voire impossibles. Elles nécessiteront un contrôle permanent de ta part. A contrario, faire discrètement oublier à quelqu'un qu'il vient de se servir du café, geste machinal qu'on ne réalise jamais qu'à moitié, passera comme une lettre à la poste. Comme lorsque l'on rentre dans une pièce et que l'on a oublié ce que l'on voulait faire : un acte manqué oublié par le cerveau qui n'aura pas jugé l'information importante à conserver. Dans ce cas-ci, l'oubli ne sera pas en termes de minutes, mais de journée éventuellement si la personne ne prend jamais le temps de se dire "Tiens, et si je réfléchissais vraiment à cet oubli que j'ai eu ?". Ce qui peut très bien aussi passer à des années lumières de ses priorités, pour une histoire de café.

Pour résumer, plus tu façonneras tes souvenirs mensongers de façon réaliste et naturelle, en accord avec le caractère de la personne et sa façon de vivre, plus elle acceptera l'information et celle-ci durera longtemps. Essaye de faire gober à quelqu'un d'extrêmement doux et adorable qu'il vient d'insulter et pousser un passant, et il se pourrait bien qu'il sente immédiatement un terrible malaise, une sensation de fausseté qui finira par briser ta magie en une poignée de minutes.


Aldryn a écrit:
25 – Quelle est la limite lors de la création de la fiche des rangs qu’un personnage peut cumuler ?
J’ai vu par exemple, un personnage my’trän ayant une réputation au rang 2 et une autre au rang 1.
Peut-on donc avoir trois réputations au rang 1, voire 4 ? Ou alors, deux réputations au rang 2 ?

Pour répondre à cette question, je t'invite à relire ma réponse à la question 11. Wink

Au maximum, un personnage pourra donc cumuler trois améliorations : une par pallier, jusqu'au pallier 3 maximum. Par exemple magie de l'air au rang 1, magie de l'eau au rang 2 et magie de l'illusion au rang 3 ! Tu peux cumuler trois maîtrise au rang novice, deux d'entre elles au rang adepte, et une seule au rang maître. De sorte à ce qu'à la fin, tu n'aies plus qu'une seule amélioration par pallier. Comme c'est très dur à expliquer, voici un exemple pratique :

Jean-Charles possède trois maîtrises au rang novice : air, eau, illusion. Il décide d'augmenter sa maîtrise de l'air, passe au rang adepte. Il décide alors de faire de même avec sa maîtrise de l'eau, qui devient adepte également. A partir de ce moment très précis, il ne pourra plus faire avancer l'illusion, qui se verrouille définitivement au rang novice, puisqu'il n'y a que deux places disponibles au rang adepte. Puis Jean-Charles travaille sa maîtrise de l'eau, et l'a fait passer au rang maître : à son tour, c'est la magie de l'air qui se verrouille au rang adepte, puisqu'il n'y avait qu'une seule place disponible au rang maître. Il se retrouve au final avec une maîtrise par pallier, qu'il ne pourra plus faire progresser.

A savoir que la validation est un brin différente puisque nous n'autorisons la cumulation que de deux améliorations, dans des cas de figure très précis :
  • Soit deux améliorations au pallier 1 ;
  • Soit une amélioration pallier 1, et l'autre pallier 2.

Le reste se fera inRP par le joueur s'il souhaite progresser ! J'espère que c'était plus clair ainsi, car c'est vraiment difficile à expliquer sur le papier. xD


Aldryn a écrit:
26 – Si une Anomalie physique enlève la magilithe qui la recouvre, la magilithe finit par revenir.
Par contre, est-ce que l’absence temporaire de magilithe augmente le temps nécessaire pour transformer l’Anomalie en statue de magilithe ?
Et, est-ce que cela nuit à l’intemporalité de l’anomalie ?

Ni l'un ni l'autre. Plus tu luttes contre ta condition en éliminant les magilithes qui recouvrent ta peau, plus la maladie revient avec davantage de virulence. Tu rétrécis donc en réalité ton temps de survie, surtout si tu réitères tes tentatives. Une erreur régulièrement effectuée par les Anomalies en proie à la panique, persuadées que cela a une chance de les sauver, alors qu'en réalité il faudrait laisser le phénomène le plus tranquille possible. Son intemporalité reste également identique, puisque son statut ne change pas avec ou sans magilithes apparentes : il subsistera toujours des micro cristaux invisibles sur sa peau, puisque c'est cette dernière qui mute en magilithe.


Aldryn a écrit:
27 – Un my’trän devenu une Anomalie souffre-t-il toujours de son allergie à la technologie ?

Oui, toujours, puisque son allergie a un rapport direct avec sa foi envers les Architectes, et donc son statut de My'trän, et non le moindre lien avec celui d'Anomalie. Tant que tu ne renies pas tes croyances, et que tu ne perds donc pas tes pouvoirs par extension pour devenir Pérégrin, la présence de la magie des Architectes en ton sein réagira toujours mal à la technologie, Anomalie ou non. En revanche, ne pas craindre la technologie peut être ta bizarrerie psychologique qui te transformera en Anomalie my'trän.


Aldryn a écrit:
28 - Il paraît que les Anomalies ont un Régisseur attitré.
Que se passe-t-il si ce dernier meurt et que son Gardien devient une Anomalie ?
Que se passe-t-il si une Anomalie guérit de sa condition mais redevient une Anomalie plus tard, a-t-on le même Régisseur ?

Si un Régisseur venait à mourir, exploit déjà extrêmement difficile à réaliser, son Gardien, à l'état d'Anomalie donc, viendrait à son tour à être pourchassé par un autre Régisseur en plus d'être à moitié fou. Il ne se passerait donc rien de plus que dans le cadre d'une créature standard devenant Anomalie : la procédure est le même.

Pour ta seconde question, lorsqu'une Anomalie psychologique guérit de sa condition par exemple, son Régisseur le sait et cesse immédiatement sa traque. Ses compétences sont alors allouées à une autre Anomalie de par le monde. Il est donc rare de retomber sur le même Architecte si tu redeviens une Anomalie ensuite, puisque n'importe quel autre Régisseur disponible à l'instant T où tu deviens déviant peut-être envoyé sur ton cas. Un peu comme un centre de police, à chaque ouverture de dossier, on se tourne vers les agents libres à cet instant.


Aldryn a écrit:
Un pérégrin ne peut pas commencer en maîtrisant des magies, mais une anomalie pérégrin le peut.
Comment cela est-il possible ?

Hé bien... A vrai dire nous n'avons pas compris ta question, puisqu'à priori un Pérégrin, même Anomalie, ne peut en aucun cas commencer avec de la magie ou de la technologie. Le camp prime sur le statut, s'il est neutre, alors il devra commencer tout en bas de l'échelle, déviant ou non.


... Et voilà pour cette troisième fournée ! Very Happy




~ N'hésitez pas à m'envoyer un mp si vous avez le moindre soucis ou une question, j'y répondrai avec plaisir ! ~
Voir le profil de l'utilisateur