Revenir en hautAller en bas
Chroniques d'Irydaë
Bonjour, et bienvenue sur les Chroniques d'Irydaë. Déjà inscrit ? N'attends plus, et connecte-toi dès maintenant en cliquant sur le bouton "Connexion" ci-dessous !

Vous êtes nouveaux, que ce soit sur ce forum ou dans le monde du RPG ? Le choix d'un forum sur lequel vous pourrez vous épanouir n'est pas anodin, et il vaut mieux pour cela connaître l'univers dans lequel vous vous trouvez ! Nous avons pensé à vous, en vous préparant un guide qui vous permettra de découvrir pas à pas le monde des Chroniques d'Irydaë.

Si malgré cela, des doutes subsistent, n'hésitez pas à adresser vos questions aux Administrateurs.

En vous souhaitant une agréable visite !




 :: Les terres d'Irydaë :: Nislegiin
Page 1 sur 1


 [contrat] Le départ

Edward Alday
avatar
Ven 21 Juil - 14:43
Irys : 252624
Profession : Marin
My'trän 0
Après avoir dit adieu a l'artiste, Edward observa le duo partir en marchant. C'était un spectacle plutot singulier de voir un souverain des cieux partir en marchant plutôt qu'en parcourant les cieux, surtout au milieu d'une foule qui n'y prêtait aucune attention, il n'y avait qu'à Dyen que cette scène était possible. Cette ville possédait vraiment une ambiance bien a elle, la présence des dragonniers et des dragons dans la ville en faisait l'endroit du monde ou on pouvait se sentir le plus proche d'Amisgal, il n'était pas rare que des nomades d'Amisgal passe dans la ville uniquement pour profiter de la vue des créatures ailées façonnées a l'image de l'architecte. La vision de cette ville emplissait toujours Edward d'une sensation de paix, il avait l'impression d'être réellement libre dans cette ville.


Le marin, après s'être assuré du départ de l'artiste, repartit voir son bateau afin de vérifier les stock et victuailles disponibles. Ne connaissant pas exactement la distance a parcourir ni le temps que ça lui prendrait, Edward choisit de prendre plus de rations que nécessaire, et alla donc prendre plus de rhum et viande séchée pour ramener le tout sur son embarcation. Les préparations lui prirent toutes la matinée, et le soleil atteignait son zénith au moment où tout fut fini. C'était une heure propice au départ, et Edward alla donc mettre la toile en sécurité dans la cale de son bateau puis retourna sur le pont de son bateau.


Edward commença par déplier les voiles au minimum, juste assez pour donner de légères impulsion a la barque et alla s'installer derrière son gouvernail tout en gardant a portée de main les cordages permettant de légèrement déplier ou replier les toiles puis il largua les amarres et fut enfin prêt au départ, d'un subtile mouvement de la main, le marin donna l'impulsion de départ aux voiles et le bateau commença a se détacher du port. Les eaux du port était plutôt calme à l'approche du zénith car les marins étaient soit a la pêche soit en train de livrer des cargaisons, les seuls navires présents étaient des petits navires, souvent de plaisance, qui profitait du temps clément pour faire valoir leurs richesses et les jours de calmes qu'ils pouvaient se permettre. Edward contourna donc les bateaux de plaisance et commença donc a partir vers l'est en longeant les cotes autant que possible avant de finalement prendre le large en direction de Daënastre


Code couleur d'Edward : #0099CC
Voir le profil de l'utilisateur

Amisgal
avatar
Dim 6 Aoû - 15:50
Irys : 269947
Profession : Façonneuse de climats
Administrateur
Pendant plusieurs jours, rien de notable ne se produisit. Edward put observer les côtes de Nislegiin s’éloigner derrière lui, vastes à pics rocheux découpés en dents de scie auxquels des lambeaux de brume venaient s’accrocher. Il put se fier durant ces quelques premières journées à la présence fantomatique et lointaine de la pointe est du continent, et les rumeurs animales du soir lui parvenaient parfois, même par-delà les kilomètres d’océan plats qu’il fallait franchir. Oh, il y eut bien cette fois à 4h du matin où un puissant battement d’ailes le fit sursauter sur sa couche. Car voilà qu’une immense silhouette se profilait dans le ciel mué d’ombres, à mi-chemin de la distance entre sa petite embarcation et la jungle de Nislegiin. Durant d’interminables minutes, l’énorme bête parut vouloir venir jusqu’à lui pour les Architectes seuls savaient quoi, la dentelure de ses membranes laissant envisager quelque chose de l’envergure d’un dragon ou d’un Sorogh… Mais rien ne se produisit, et après quelques mètres supplémentaires, la bête poussa un cri rauque à faire trembler la terre et décrivit une courbe dans le ciel : elle disparut peu après dans les ramures des arbres à l’extrémité du continent.

Non, ce ne fut seulement que lorsque le bateau d’Edward pénétra dans le véritable vaste territoire du grand large, à des milles de la moindre civilisation, que l’embarcation parut se heurter à un phénomène étrange. Du moins était-ce une étonnante sensation d’immobilité qui vint cette fois-ci réveiller notre navigateur dans son sommeil. Perdu dans une eau sombre et glacée, aucun souffle d’air ne venait plus gonfler la voile. Le monde paraissait s’être subitement tu, et une chape de plomb était tombée sur les environs plus calmes que la mort elle-même. A part quelques algues à la proue, le bateau ne s’était guère emmêlé dans quoi que ce soit de visible. Sa course avait simplement pris fin lorsque plus rien n’avait contribué à le pousser, et voilà qu’il dérivait avec la morne attitude d’une bête à l’arrêt. La surface de l’eau était si dénuée de vagues qu’on se serait presque cru sur un lac… Peut-être Dalai et Amisgal voulaient-t-elles tester la vaillance de leur protégé ?

Désireuses de ne pas l’offusquer immédiatement tout du moins, Edward eut l’heureuse surprise d’un spectacle rarissime aux yeux des marins. Car du fond de l’océan monta la rumeur des grands cétacés qui y vivaient, un chant mélodieux qui était tout autant d’amour que de chasse. Alors, par dizaine de milliers, la surface de l’eau se mit à briller d’un vaste nuage de planctons luminescents, un liquide d’un halo bleuté magnifique qui embrasait de mille feux la coque de son bateau. Mieux valait-il sans doute ne pas voir le festin qui avait lieu des mètres plus bas, ni même rester dans les environs malgré l’absence de vent… Les baleines n’étaient pas hostiles à l’être humain, mais leur joie indifférente et leurs remous avaient déjà emportés bon nombre d’embarcations dans leur embrassade ! Déjà la puissance d’un évent recrachant l’air se fit entendre à sa droite, tandis qu’un immense museau replongeait immédiatement dans ce nuage d’eau bleutée. Le grand déplacement d’eau que produisit sa nageoire caudale fit faire de terribles embardées au bateau dans le pont se recouvrit d’une dangereuse pellicule d’eau… Alors, de partout tout à la fois, des gueules béantes s’ouvrirent pour aspirer le plancton et des nageoires s’aplatirent sur la surface : Edward se retrouvait ainsi pris en plein milieu d’un groupe de baleines enthousiastes !




~ N'hésitez pas à m'envoyer un mp si vous avez le moindre soucis ou une question, j'y répondrai avec plaisir ! ~
Voir le profil de l'utilisateur

Edward Alday
avatar
Mer 18 Oct - 23:34
Irys : 252624
Profession : Marin
My'trän 0
Edward profitait du beau temps allongé sur le pont de son bateau, il ne pouvait que remercier Amisgal pour la brise parcourant les étendues azurées lui permettant de se laisser porter au gré du vent. c'était vraiment une nuit agréable comme on a tendance a les oublier, autant en profiter tant qu'on peut après tout on ne sait pas comment sera la météo le lendemain. Le voyage avait commencé depuis plusieurs jours et s'était pour le moment déroulé sans encombre malgré quelques petites frayeurs comme une créature volante survolant le bateau.

Alors qu'Edward profitait tranquillement de la brise, le souffle du vent s'arreta subitement accompagné par l'arret de la houle, le ballottement le berçant s'étant arrêté, Edward se reveilla et commença à inspecter son bateau. Rien ne semblait le retenir si ce n'est le silence assourdissant de la mer, petit a petit la clameur de colosses sous-marins commença a monter des fonds, bien que promettant un spectacle magnifique, le calme soudain et l'apparition des mastodontes n'apportait pas vraiment de bonnes nouvelles, Edward couru rapidement a la barre, défit la grand-voile et commença a souffler lui-même dans les voiles afin de reprendre sa route, mieux valait observer ce spectacle de loin que d'être pris au milieu, si une des créatures remontait juste sous le bateau elle pourrait le rompre en deux.

Avant d'avoir pu prendre le large si on peut dire, Edward se retrouva au milieu du banc de baleines. Ce banc de cétacé devait être un cadeau de Dalai, sur de ce fait, le marin se mit en tête d'honorer ce présent, il choisit une baleine devant lui et se faufila dans son sillage, ni trop pres pour éviter la queue ni trop loin, de cette position il était sur de pouvoir naviguer en évitant les autres baleines tout en profitant du balai aquatique des mamifères marins. Le mage n'avait plus qu'à suivre les baleines jusqu'à se qu'elles se décident a replonger dans les abysses.


Code couleur d'Edward : #0099CC
Voir le profil de l'utilisateur

Amisgal
avatar
Jeu 7 Déc - 19:36
Irys : 269947
Profession : Façonneuse de climats
Administrateur
Le calme ne revint pas cette fois-ci à cause de la météo, mais par le tintamarre d’un navire qui s’annonçait à l’horizon, loin derrière l’embarcation d’Edward. Si les baleines ne prêtèrent à ce nouveau venu pas l’once d’une attention durant une vingtaine de minutes, la vitesse à laquelle il filait sur les eaux fit qu’il put bientôt être pleinement visible et audible de tout un chacun. Edward put ainsi mieux détailler la coque d’un beau Chnaler dont les voiles pleinement déployées et les rames mises à la mer témoignaient de ses moyens techniques plus avancés. Un homme sur la proue battait par ailleurs la cadence sur ce qui ressemblait fort à une imposante casserole : le bruit lourd et agaçant roulait sur les eaux jusqu’aux mammifères marins et leur agaçait l’ouïe. Les animaux s’écartaient alors du chemin de cet imposant navire, non sans une bravade des nageoires pour manifester leur mécontentement… Rien n’y faisait néanmoins, le Chnaler poursuivait sa route au milieu des éclaboussures, jusqu’à presque atteindre le bateau de notre aventurier.

Un Daënar passa la tête par-dessus le bastingage de sécurité pour observer d’un air curieux l’individu assez téméraire pour errer au beau milieu de l’océan dans une embarcation miniature. En uniforme de marin, il ne paraissait pas non plus appartenir à l’armée, en témoignait sa mise dégingandée et l’air relaxé qu’il arborait derrière ses lunettes anti-buées. Le Chnaler ralentit progressivement sa course aux côtés de notre voyageur, et très vite la voix de l’homme put se faire entendre par-dessus les clapotis contre la coque :

« Olà l’ami, que viens-tu faire dans toute cette eau plate ? Tu ne sais pas que des pirates ont été signalés dans la zone ? »

D’autres visages curieux s’annoncèrent à ses côtés, forcés de baisser les yeux du haut de leur imposante carcasse de bois pour observer cet étonnant my’trän qui se dirigeait vers les terres de la technologie.

« Où vas-tu donc comme ça ? »

Un sourire mi-figue mi-raisin se peignit sur les traits de son interlocuteur.

« On peut te faire gagner du temps si tu veux. On aura qu’à te remorquer avec une corde assez longue si ça te dit. Gratuitement parce que nous sommes de bons amis de ton peuple ! »

Il désigna tour à tour les compagnons qui l’entouraient :

« Moi et les copains nous sommes d’honnêtes marchands tu peux me croire. On va à Laurgal, un long trajet pardi. Ca nous ferait un peu de compagnie que tu viennes nous rejoindre… »




~ N'hésitez pas à m'envoyer un mp si vous avez le moindre soucis ou une question, j'y répondrai avec plaisir ! ~
Voir le profil de l'utilisateur

Edward Alday
avatar
Sam 30 Déc - 13:08
Irys : 252624
Profession : Marin
My'trän 0
Edward observa arriver l'embarcation approcher, un bateau incroyablement bruyant pouvant même faire fuir les mastodontes marins, Le bateau était a l'évidence bien plus robuste que la pauvre barque familliale des Alday. Le bateau se dirigea directement vers la bicoque d'Edward avant de s'arreter a son coté, pendant l'approche, un homme passa la tête par dessus le pont et observa le jeune marin. Edward resta légèrement abasourdi devant le batiment, l'arrivée en fanfare l'avait légèrement surpris, lui qui etait si habitué aux balades silencieuse sur les étendues azurées.

Alors que l'homme commençait a se présenter, plusieurs têtes apparurent tout le long du bastingage afin d'observer le marin. L'homme présenta son navire comme étant un navire de marchand se dirigeant vers le continent daënar et proposa même au jeune marin de le remorquer. Edward choisit rapidement d'accepter la proposition, la compagnie de personne aux milieux de l'océan pouvait toujours être utile et elle pourrait éviter certains accidents, comme une voile se détachant ou tout simplement un banc de baleine un peu trop joyeuse et insouciante.

Edward attrapa La longue corde que lui envoya le marchand et l'accrocha a la proue de sa barque. Après avoir fixé la corde, Edward alla dans ses affaires chercher le petit sac contenant sa voile, l'attacha sur son dos et alla s'agripper a la corde pour monter sur le navire marchand, une fois a bord il tendit la main au premier marchand qu'il avait aperçu et se présenta.

Bonjour mon cher, je me nomme Edward et je suis actuellement en voyage vers la ville de Prorig, je n'ai jamais visité ce continent au dela de l'horizon et j'aimerais découvrir ce pays plein de promesse, vous seriez d'accord pour m'en parler ?

Edward regarda ensuite les différents hommes présent a bord et commença a observer les armes présente sur le bord du bateau.


Code couleur d'Edward : #0099CC
Voir le profil de l'utilisateur

Amisgal
avatar
Lun 15 Jan - 21:28
Irys : 269947
Profession : Façonneuse de climats
Administrateur
Les marins qui l’entouraient arboraient au mieux un sourire complaisant, au pire une moue parmi les plus neutres qui soient. Leurs regards n’étaient point scrutateurs, leurs manières pas trop brusques pour des hommes habitués depuis l’aube des temps à naviguer sur une surface houleuse loin de toute chaleur. Il y avait pourtant un léger quelque chose de patibulaire dans leurs traits, un sourire un brin trop tendu à l’image de ces terribles inspecteurs des impôts de l’UNE, la mise d’un croquemort et la joie d’un Ovchin : rien chez eux n’était réel et la naissance d’un rictus artificiel précédait souvent la remise d’un lourd récapitulatif de dettes. Ici s’arrêtait néanmoins la comparaison, leurs uniformes pâlissants et élimés par le temps avaient des allures de vêtements pour adulte judicieusement placés dans des jeux d’enfants ; certaines épaules dépassaient et étiraient le tissu, d’autres formaient des plis larges. En termes d’armes, Edward put constater que les hommes n’en étaient pas dénués. Siégeaient ici et là une rapière (peut-être en bien plus piètre état encore que leurs vêtements), un coutelas, et quelques menues armes blanches traditionnelles dans ce coin du monde. Nulle arme à feu en vue, aussi étrange que cela puisse paraître.

Loin de prendre une attitude menaçante, la plupart des matelots se contentèrent d’en revenir à leurs tâches habituelles. C’est qu’il ne fallait pas faire perdre sa belle allure au chnaler s’ils voulaient s’extraire au plus vite de ce plat mortel, et plus encore, peu d’entre eux semblaient s’intéresser à la personne d’Edward et à ce qu’un My’trän avait d’extravagant. Tout au contraire de quoi lui adressèrent-ils un regard indifférent à l’image du soldat contemplant sa soupe du midi – voilà qui était du vu et du revu, aucun besoin de s’extasier. Seuls trois d’entre eux restèrent dans les environs à lorgner le nouvel arrivant, n’osant trop s’approcher ou ne pas faire mine de s’occuper à côté de celui qui portait visiblement l’étiquette de capitaine. Celui-ci s’était pour sa part emparé d’un immense sourire jovial, n’hésitant pas une seconde à encercler les épaules de son jeune ami pour mieux le secouer d’une bravade virile, son visage à quelques centimètres du sien :

« Ah mon bon garçon, tu n’as jamais vu Daënastre ? C’est un spectacle qui vaut le détour, foi de Joss Jakva ! »

Il se saisit d’autorité de sa main pour lui offrir une robuste poignée de salutation, tout en enchainant dans un flot de paroles à l’accent exotique :

« Et toi mon petit gars ? C’est quoi ton patronyme ? On pourra t’en parler de l’UNE, on bosse pour eux. Un sacré gouvernement, quoiqu’un peu véreux j’ai envie de te dire… Mais quel gouvernement l’est pas ? »

Il se fendit d’un gracieux éclat de rire à en réveiller les mouettes.

« Y a pleins de choses à voir là-bas en tous cas, et ce petit bijou de navire que tu as sous tes pieds n’en est qu’un extrait. On est fous des objets étonnants ici, j’aime bien les collectionner. Et mon auriculaire me dit que ce que tu transportes sur ta bicoque vaut le détour ! C’est une cargaison spéciale qui t’amène par ici… ? »




~ N'hésitez pas à m'envoyer un mp si vous avez le moindre soucis ou une question, j'y répondrai avec plaisir ! ~
Voir le profil de l'utilisateur

Edward Alday
avatar
Mar 16 Jan - 13:48
Irys : 252624
Profession : Marin
My'trän 0
Je dois l’avouer, je ne m’attendais pas à une telle indifférence en montant sur ce bateau, a part le capitaine qui m’a proposé son aide, il n’y a que quelques matelots étant légèrement intrigués mais même eux retournèrent rapidement a leurs affaires, seul le capitaine reste avec moi afin de me saluer, il semble plutôt heureux de rencontrer quelqu’un, surtout en pleine mer comme ici. Il se présente rapidement a moi d’un air jovial, et semble tenir a faire les présentations en bonne et dû forme et je dois bien l’avouer, ça ne coûte rien.

Je me nomme Alday, je viens de Dyen, ça sera avec plaisir que je vous écouterai parler de l’UNE, je n’ai aucune idée de comment ça va être la bas et les on-dits que j’ai pu entendre me semble légèrement biaisé.

Il ressort une certaine sympathie du capitaine mais je vais quand même éviter de lui dire d’ou je viens pour éviter des questions problématiques, mon nom n’est pas connu donc il ne devrait pas poser de problème, surtout si je recroise capitaine Jakva un de ces jours. Il me dit également qu’il est un collectionneur d’objet « étonnant », et me demande ce que je transporte, ça me paraît un peu trop suspicieux, je vais éviter de trop lui en dire.

Ahah non j’ai rien pour le moment, j’ai été envoyé au Prorig pour récupérer un colis pour mon maître, comme je suis en entrainement pour la magie de l’eau comme vous pouvez vous en douter en me voyant en pleine mer sur une simple barque, il veut que je m’habitue a être seul au milieu du domaine de l’architecte des océans.

Je pense que ça me permettra de noyer un peu le poisson, ah j’oubliais, faut que je justifie pourquoi j’ai accepté de monter sur leur bateau vu que ça irait contre la demande de mon soi disant maître, je laisse donc mon regard porté légèrement sur l’horizon comme pour guetter quelque chose puis je me retourne vers le capitaine et continue ma phrase comme si de rien n’était.

Je ne pense pas que mon maître m’en voudra de faire un morceau du chemin avec d’autres personnes, pour comprendre les océans il ne doit rien y avoir de mieux que de parler avec des personnes qui les parcourent depuis des années .

Je pense que ça suffira pour détourner l’attention, et si il est encore un peu plus curieux, je continuerai sur cette histoire et je pourrais toujours rajouter des détails remontant de mes escapades dans la ville de Dyen.


Code couleur d'Edward : #0099CC
Voir le profil de l'utilisateur

Amisgal
avatar
Dim 21 Jan - 15:54
Irys : 269947
Profession : Façonneuse de climats
Administrateur
« T’es donc de ceux qui manipulent un élément ? »

Joss Jakva prit une expression pensive et sa main calleuse vint caresser les épis mal rasés de sa barbe. Il finit par un soigneux grattement de gorge preuve que ses ongles ne devaient pas être souvent entretenus, et vint reposer son regard sur le jeune homme :

« Tu vois, j’ai toujours été curieux des My’träns. C’est que vous êtes spéciaux, et les gars et moi on a jamais eu l’occasion de se frotter à votre sorcellerie. T’sais quoi ? Si t’es joueur je te proposerais bien un jeu de mon cru ! »

Il se redressa brusquement, juste le temps de désigner l’un de ses hommes affairés au nettoyage du pont à quelques mètres de là :

« Grani, va donc nous chercher du pinard et mes dés ! T’aimes le pinard au moins hein ? »

Une lueur vaguement inquiète passa fort étrangement dans son regard. Car un My’trän aux dons surhumains ne l’inquiétaient pas plus que ça, en revanche un homme n’aimant guère l’alcool était proche de l’hérésie à ses yeux. Une donnée inconnue que le capitaine n’était pas prêt à côtoyer, car quel genre d’homme pouvait résister à l’attrait du feu de son estomac… ? Il aurait fallu qu’il soit un gringalet fidèle à une bichette aux yeux d’ange à l’autre bout du monde, et Joss Jakva se méfiait spontanément des hommes fidèles. Rien de bon chez eux !

« Dis voir, je te propose un truc. Celui qui tire le plus grand nombre sur un dé 10 a le droit de donner un gage à l’autre. Ça te dirait mon p’tit gars ? Pas d’entourloupe, tu pourras vérifier les dés si tu m’fais pas confiance, mais on est des marins sérieux et honnêtes ici. »

Il pointa un index sur le torse d’Edward, et reprit avec une conviction convaincante :

« Pas de blessures, et on s’abime pas les mains. Un marin sans mains est pas bien utile. J’ai toujours dit ça aux supérieurs qui ont tenté de me refourguer leurs handicapés. Sûr qu’ils ont été plus ouverts d’esprit après une nuit sur mon rafiot ! »

Il eut à nouveau le rire tonitruant qui paraissait lui être propre, et attrapa le lourd tonneau que l’un de ses hommes avait fait rouler hors de la cave. Il claqua le bois du plat de la main, un bonheur évident sur ses traits :

« Rien que du bon pinard là-dedans, crois-moi t’en as jamais goûté de pareil. On jettera les dés là. Ton maître devrait pas t'en vouloir de prendre un peu de bon temps, vu que ça doit être fatiguant de maîtriser ta flotte là ! »

Autrement dit, c’était à peine si Joss Jakva lui demandait réellement son avis… Il semblait bien parti pour jouer coûte que coûte, frémissant d’ores et déjà de l’excitation du jeu et de la concurrence hasardeuse.

« A toi l’honneur, t’es l’invité ! »

Il lui tendit un dé certes émoussé par l’utilisation, mais toujours aussi égalitaire. Où était l’intérêt de tricher si c’était pour amoindrir le délice de la victoire et le frisson du danger ? Un verre rempli suivit sitôt après et quelques marins se massèrent avec curiosité autour d’eux. Si Edward désirait décliner l’invitation, il devrait se montrer persuasif !


HRP :
 




~ N'hésitez pas à m'envoyer un mp si vous avez le moindre soucis ou une question, j'y répondrai avec plaisir ! ~
Voir le profil de l'utilisateur

Edward Alday
avatar
Lun 22 Jan - 13:36
Irys : 252624
Profession : Marin
My'trän 0
Tiens, il semble plutôt pensif après avoir entendu que je maitrise un élément, ça m'arrange bien si il redoute ma magie, après tout il ne semble pas connaitre les limites de ma magie ou de la magie en général, tant que je suis amical avec eux tout devrait bien se passer. Il semble aussi curieux envers les My'träns que moi envers les Daënars, je pense qu'on pourra discuter de nos terres natales respectives pendant le voyage si tout se passe bien, mais pour le moment il a un jeu a me proposer avec un dé a 10 faces, je n'en ai encore jamais vu, faudra que je le test avant le jeu.

Un de ses hommes vient de nous ramener du pinard, je n'ai jamais gouté l'alcool Daënar donc je suis un peu curieux, ça ne doit pas être du très bon alcool vu qu'il est pris pour aller au milieu de l'océan mais ça devrait pas être si mal, je le saurai assez vite.

je prends donc le dé qu'il me tend et le lance 4 fois pour voir :

 tu m'excuseras mais je n'ai jamais vu de dé a dix faces et j'aime bien les lancer quelques fois avant toute partie, pour voir si un bon augure se prépare pour moi

Edward Alday a effectué 1 lancé(s) d'un Dé 10 (Image non renseignée.) :
10
Edward Alday a effectué 1 lancé(s) d'un Dé 10 (Image non renseignée.) :
2
Edward Alday a effectué 1 lancé(s) d'un Dé 10 (Image non renseignée.) :
2
Edward Alday a effectué 1 lancé(s) d'un Dé 10 (Image non renseignée.) :
6

Je regarde ensuite le résultat des dés d'un air dubitatif et continue comme si de rien n'était, peut être que j'ai utilisé toute ma dose de chance ou de poisse pour aujourd'hui, on le saura lors du lancer de Joss.
 
 Bon bah on verra bien si c'est un bon augure ou non, je relève le défi mais ça serait bien de ne pas finir complètement bourré, un marin complètement bourré est aussi utile qu'un marin manchot. Tu es d'accord avec moi ?

Je ramasse donc le dé et le lance sur le tonneau afin qu'il rebondisse sur un des bords, pourvu que la chance soit avec moi.

Edward Alday a effectué 1 lancé(s) d'un Dé 10 (Image non renseignée.) :
6

je regarde le résultat du lancer avec un petit sourire en coin, difficile de dire si c'est un sourire montrant de la joie ou du dépit, je n'ai aucune idée du genre de gage qui peut être donné lors d'un jeu comme celui ci donc je n'ai pas forcément envie de gagner le premier tour, mais je n'ai pas envie de perdre non plus, c'est ça d'être joueur après tout


Code couleur d'Edward : #0099CC
Voir le profil de l'utilisateur

Amisgal
avatar
Lun 29 Jan - 22:21
Irys : 269947
Profession : Façonneuse de climats
Administrateur
Joss se pencha subitement comme un beau diable pour mieux observer les premiers résultats qui jaillissaient du dé. Désireux de déterminer si Edward était un joueur qui avait de la veine ou simplement une proie à trousser, il haussa ses sourcils broussailleux et se colla l’œil aux points de couleurs peints sur le bois poncé :

« Pardi t’as jamais eu de dé dix entre les mains, Alday de Dyen ?! Mais qu’est-ce qu’on vous apprend à My’trä, autre que vos étranges tours de passe-passe ? A casser des murs avec de l’eau et à chevaucher des dragons ? »

Il rit grassement, mais son ton traduisait une réelle interrogation. Véritable curiosité ou intentions mal placées, il était clair que le phénomène l’intriguait et plus encore l’étonnant personnage qu’était ce minuscule my’trän perdu au milieu de l’océan. Quel genre de fou était-ce là, pour se perdre sur une bicoque en bois de seulement deux fois et demi sa taille, sujet à tous les vents et toutes les vagues ? N’avait-il donc pas conscience de tous les mythes qui se racontaient le soir dans les tavernes, à propos des sirènes et des créatures aux dents de sabre qui ne manquaient jamais de vous emporter par le fond… ?

« Bon bah on verra bien si c'est un bon augure ou non, je relève le défi mais ça serait bien de ne pas finir complètement bourré, un marin complètement bourré est aussi utile qu'un marin manchot. Tu es d'accord avec moi ? »

Cette fois-ci, il s’en tapa carrément les cuisses tant Edward le faisait rire, n’hésitant pas un instant pour le gratifier d’une claque monumentale dans le dos en tout bien tout honneur de gaillards virils :

« Ah mon petit gars, tu ne crois pas si bien dire, tu ne crois pas si bien dire… répéta-t-il avec conviction, hochant la tête en rythme d’une blague connue de lui seul. Ici on est pas très flotte quand même, si tu vois ce que je veux dire. L’alcool tient chaud et nous fait tenir contre le sel et le froid. Vous êtes pas affectés par ça, vous les My’träns avec votre magie d’eau ? »

Il se saisit à son tour du dé laissé à l’abandon par son adversaire, et le fit longuement rouler entre ses doigts. Une main plus vraiment jeune, abimée par les intempéries, mais qui demeurait habile et beaucoup plus vive qu’on ne l’aurait pensé ; ni une ni deux, et le dé partit virevolter sur le tonneau après un magistral coup de poignet digne d’un danseur de tango.

« Allez, roule pour papa mon joli ! »

- Résultat du dé : 6 -


La stupeur ne tarda pas à se figer sur son visage. Par tous les Dieux et créateurs de ce monde, une égalité parfaite ! Avec une lenteur incroyable, ses yeux remontèrent jusqu’à ceux d’Edward, le dévisageant avec une incrédulité manifeste.

« Ca alors ! Pas de gagnant faut croire pour ce premier tour ! C’est une chance sur quoi ? Au moins cent millions ! »

Si l’homme n’était pas très fort en mathématiques appliquées et statistiques, il fut pourtant bon joueur :

« Allez, tu me poses une question, et j’ai le droit de t’en poser une en retour. Pas de mensonges, pas de détours. Tu voulais parler de l’UNE petit gars, c’est le moment. Et t'en profiteras pour relancer ce sacré nom d'ingrat de dé. »




~ N'hésitez pas à m'envoyer un mp si vous avez le moindre soucis ou une question, j'y répondrai avec plaisir ! ~


Dernière édition par Amisgal le Lun 29 Jan - 22:25, édité 1 fois
Voir le profil de l'utilisateur

Bolgokh
avatar
Lun 29 Jan - 22:21
Irys : 300014
Profession : Créateur de monde à temps partiel
Administrateur
Le membre 'Amisgal' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'Dé 10' : 6


~ N'hésitez pas à adresser vos questions par MP à Asmigal, Khugatsaa ou Möchlog, ils se feront un plaisir de vous aider ! ~
Voir le profil de l'utilisateur

Edward Alday
avatar
Mer 31 Jan - 13:49
Irys : 252624
Profession : Marin
My'trän 0
Un petit six, c'est bien la peine d'avoir autant de face si c'est pas pour faire mieux que les dés classique, malgré ça il faut bien admettre que c'est une jolie égalité pour commencer un jeu qui me semble facilement foireux, je me demande combien de round ce cher capitaine souhaite faire, au moins j'ai gagné le droit de poser une question et de rejouer, autant commencer par la question, j'espère que la sienne sera pas un truc trop bizarre, je mentirais pas, mais j'espère ne pas en dire trop non plus, je ne connais pas leurs intentions après tout.

comment vous qualifieriez Prorig ? je parles du mode de vie des habitants et du style de ville bien sur, je sais pas combien de temps je vais devoir rester avant de récupérer le colis donc je vais éviter d'être complètement perdu en arrivant en ville.


Une question suffisamment simplette pour cacher mon objectif dans la ville,mais qui me permettra quand même d'en apprendre un peu plus sur celle ci. Avec un peu de chance, ils s'y sont déjà rendu car j'ai entendu dire que c'était une ville côtière plutôt centrale la bas. Plus tard dans le voyage j’essaierai peut-être de voir si ils connaissent pas le lieu ou je dois rencontrer mon client, s'ils connaissent la ville bien évidemment. Bon, retour au jeu, j'ai envie de gagner quand même, perdre contre les premiers daënars que je rencontre serait quand même un peu vexant


Je dois avouer que je suis plus habitué aux dés a six faces, c'est quand même plus répandu. Bon aller c'est reparti, si on refait une égalité il faudra peut être changer de dé.  

Je récupère donc le dé gisant au milieu du tonneau, le jette en l'air quelque fois pour laisser traîner le suspens, et avant que je ne jette le dé, un matelot ramena le fameux pinard sur notre côté,je jette donc à nouveau le dé dans l’arène, Il ne me reste plus qu'a prier mes architectes de me porter chance. avant de regarder le résultat du dé, j'attrape le pinard, un verre et remplit le second du premier avant de le poser sur le tonneau a côté du dé. Autant commencer les hostilités en étant grandiloquent, ça dénouera un peu l'ambiance, entre marin on devrait pouvoir s'entendre quand même



HRP:
 


Code couleur d'Edward : #0099CC


Dernière édition par Edward Alday le Mer 31 Jan - 14:05, édité 1 fois
Voir le profil de l'utilisateur

Bolgokh
avatar
Mer 31 Jan - 13:49
Irys : 300014
Profession : Créateur de monde à temps partiel
Administrateur
Le membre 'Edward Alday' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'Dé 10' : 1


~ N'hésitez pas à adresser vos questions par MP à Asmigal, Khugatsaa ou Möchlog, ils se feront un plaisir de vous aider ! ~
Voir le profil de l'utilisateur

Amisgal
avatar
Sam 10 Fév - 14:58
Irys : 269947
Profession : Façonneuse de climats
Administrateur
Joss et les quelques curieux qui s’étaient amassés autour du tonneau ouvrirent des yeux ronds face à ce résultat relevant d’une malchance monumentale.

« Par la culotte de ma grand-mère, je sais pas ce que t’as fait à nos bons dieux, mais faudrait voir à te faire vite pardonner. Ta chance a l’air aussi ivre que moi hier soir. »

Hé quoi, quel serait son résultat suivant ? Dix peut-être, car le hasard était une amie facétieuse distillant coups bas et récompenses sans mesure ? Joss avait vu passer bien des hommes à son bord, mais aucun susceptible d’enchainer une égalité avec un 1 dérisoire. Les My’träns étaient décidément une drôle de communauté…

« Prorig tu dis ? »

Il se massa distraitement la barbe, tapotant le dé de deux doigts inspirés.

« Ça a le charme de ma jeunesse, avec son grand port. Là-bas tu croises toutes sortes de gens et des marchandises difficiles à trouver ailleurs. Faut se méfier de pas embêter l’armée navale, ils sont pas très causants et se marrent qu’avec leur pied dans ton derrière. Tu as de sacrées grandes baraques aussi au sud, les gentes dames de la haute y roucoulent comme un parterre de perdrix. Moi et les gars on aime bien les regarder le soir avec un bon verre de whisky. T’aimes les Dames aussi hein ? »

Nouveau coup d’œil inquiet. Pourvu qu’il ne s’agisse pas d’un gringalet fidèle à une donzelle !

« Il y a la jungle aussi Cap’taine ! intervint l’un des hommes, un enthousiasme visible sur ses traits. »

« Pas faux Jery, mais plus loin je m’en tiens mieux je me porte. Il y a de sales choses qui vivent là-dedans. Tu devrais en faire autant ! »

Il attrapa le dé pour de bon et se prépara à tirer.

« Enfin du coup, Prorig pour moi c’est la campagne et le port, y a rien d’autres comme sources de revenus que les glandeurs et les marins. Une sacrée ville, tu verras toujours d’immenses Krizers en construction ! »

Il ne parut pas le moins du monde s’interroger sur le fait qu’Edward puisse ne pas connaître les « Krizers », fleurons de la technologie navale daënare.

« Allez c’est parti, je te pose ma question ensuite. »

- Résultat du dé : 2 –


Ce dé était décidément plus contraignant qu’une pucelle aujourd’hui ! A un point près et messire Joss Jakva s’apprêtait à trahir sa légende… Au moins avait-il gagné, même s’il ne pouvait se vanter du résultat. C’était une partie serrée comme il les aimait !

« Très bien l’ami. Ça ressemble à quoi Dyen ? Sois pas radin sur les descriptions, on connait pas My’trä tu sais. »

Sans attendre qu’Edward réponde, il désigna d’une grande main pelucheuse le dénommé Grani interpellé un peu plus tôt :

« Quant à mon gage, Alday de Dyen, t’arriverais à mettre le cul de Grani au sol avec ta magie de l’eau ? Je veux voir comment tu t’en sors ! »

Grani n’était autre qu’un gaillard façonné dans les douces formes d’une armoire à glace, pesant sur ses jambes, la peau tachetée de soleil et de sel. Il plissa les yeux et une contraction évidente vint faire frissonner ses muscles d’un même effort… Des vagues dans la face, il s’en était prises ! Que ce gringalet de My’trän tente s’il l’osait…



HRP :
 




~ N'hésitez pas à m'envoyer un mp si vous avez le moindre soucis ou une question, j'y répondrai avec plaisir ! ~


Dernière édition par Amisgal le Sam 10 Fév - 15:09, édité 2 fois
Voir le profil de l'utilisateur

Bolgokh
avatar
Sam 10 Fév - 14:58
Irys : 300014
Profession : Créateur de monde à temps partiel
Administrateur
Le membre 'Amisgal' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'Dé 10' : 2


~ N'hésitez pas à adresser vos questions par MP à Asmigal, Khugatsaa ou Möchlog, ils se feront un plaisir de vous aider ! ~
Voir le profil de l'utilisateur

Edward Alday
avatar
Mer 21 Fév - 20:39
Irys : 252624
Profession : Marin
My'trän 0
Mais c'est pas possible, le dé doit avoir envie de se moquer de moi ... Autant commencer par Dyen du coup, ça fait longtemps que je n'y suis plus aller, faudrait pas que je dise trop de bêtise.

Dyen... il y a énormément de chose a dire sur cette ville, elle a été construites pour être pratiquer par les dragons donc tout est absolument énorme la bas, que ça soit les rues ou les batiments, et je n'ose qu'a peine parler des égouts, mes talents ont été utilisé la bas afin d'améliorer les égouts et l'irrigation des champs, je connais donc les profondeurs de la ville mais ce n'est pas forcément ceux qui est le plus interessant, si un jour vous y allez, hésitez pas a vous faufiler vers le centre de la ville, dans une rue perpendiculaire au centre ville il y a un bar... vous m'en direz des nouvelles.

Je pense que leur parler de mes péripéties avec les maux de ventre des dragons ne serait pas au top, par contre un bar, ça, ça devrait les intéresser. Maintenant il va falloir que je réfléchisse a mon gage, ce Grani semble bien porter son nom, je pense que je vais devoir utiliser la ruse, il ne semble pas être le marin le plus fin, au sens intellectuel du terme bien sur, que j'ai connu.

 Bon bah c'est parti, tu es prêt a servir de cobaye ?


Tout en disant ça et avant qu'il ne puisse répondre, je lève la main au niveau de mon visage et commencer a manipuler l'eau de mer pour qu'elle aille autour de ma main et de manière plus discrète je la fais s'agglutiner discrètement derrière lui, au niveau de ses genoux. après quelques seconde, soit le temps d'accumuler suffisamment d'eau, je me met en position pour mon offensive, pour cela je tends ma main vers le visage de mon opposant.

 Attention tu es prêt? un... deux... trois !

Au moment ou je comptes un, toute l'eau commence légèrement a s'agiter et a prendre une forme effilée.
Au moment ou je comptes deux, l'eau derrière lui fonce directement dans l'arrière de genou et le force a plier légèrement les jambes tout en rompant son équilibre.
Au moment ou je comptes trois, je propulse l'eau dans ma main dans le menton de mon opposant, le contraignant a aller rencontrer le sol ou il reste gisant, sonné par l'impact.

Ça vous va comme démonstration capitaine ? je me suis permis de rusé pour pas être trop décevant, mais je suis sur que vous ne m'en tiendrez pas rigueur.


Code couleur d'Edward : #0099CC
Voir le profil de l'utilisateur

Amisgal
avatar
Dim 11 Mar - 19:25
Irys : 269947
Profession : Façonneuse de climats
Administrateur
Un silence pour le moins stupéfait suivi cette formidable démonstration de magie. Un simple tour de passe-passe pour un My’trän avisé et qui était loin d’égaler le niveau d’un Adepte si ce n’était d’un Maître, mais qui aux yeux de néophytes et d’ignorants passait pour de la pure sorcellerie sortie de la culotte de leur grand-mère.

« Saperlipopette ! »

Jery pour sa part fut moins bavard que son patron, tout en ne s’interdisant nullement un rapide pas de côté pour s’éloigner un tantinet du gringalet magique. Soudainement, ce fut comme s’il venait de faire la démonstration de sa rareté, un objet étrange sur le pont d’un navire qui ne lui appartenait point. Autrement dit, une brebis dans la fausse aux lions.

« Ahah pardi, Grani s’en ait pris une sacrée couche ! »

Il détacha son regard du spectacle de son pauvre marin retourné sur le dos telle une baleine échouée pour observer Edward d’un drôle d’air. Tic nerveux qu’il paraissait avoir régulièrement depuis le début de cette entrevue, il passa sa main dans sa barbe grasse et la gratta de deux doigts pensifs. Ses paupières s’étrécirent comme des rais de fenêtre, et il prit le temps de chercher ses mots avec une remarquable concentration pour la toute première fois :

« Dis voir, Alday de Dyen, tu serais pas à la recherche d’un équipage par hasard ? »

L’ambiance eut un changement subtil. Un ordre inaudible que les hommes alentours semblaient avoir perçu. Une main se figea par-ci, un homme cessa de chantonner par-là, une attention soudain accrue et un silence qui vint s’ancrer sur le pont avec la tension des falaises au bord du vide. Une étincelle dans cette poudre, et nul ne saurait quel réflexe malencontreux animerait tous ces hommes…

« C’est que des talents comme ça, tu vois mon garçon, on en trouve peu sur les mers… Mes gars et moi on n’est pas des mauvais bougres, mais on verrait tout de suite l’utilité d’une telle maîtrise. »

Alors, si Edward était attentif et méfiant, peut-être serait-il en mesure d’apercevoir l’éclat plus scintillant des armes blanches qui reluisaient sous les chemises dans tout ce soleil plat. Une panoplie dentelée invisible jusqu’à présent mais que la tension des hommes avait poussé à dévoiler d’un millimètre pour davantage de praticité. Un ordre du grand Joss, et l’habitude leur conférerait la capacité de dégainer remarquablement vite… Les pièces du puzzle se mirent en place. Des uniformes qui ne leur appartenaient pas, et des airs un brin trop polissés pour être vrais :

« Il se pourrait bien qu’on ait emprunté ce bateau à quelqu’un d’autre, et que ce soit notre activité favorite. Il faut bien vivre de quelque chose, Alday de Dyen, et ce que tu fais là avec tes mains pourrait nous rapporter gros. »

A moins… A moins que l’UNE ne leur donne davantage pour la livraison gracieuse d’un possible ennemi de la nation. Un mage terrible qu’ils avaient vaillamment combattu pour l’empêcher de comploter contre l’Etat. Tout dépendrait de sa réponse finale. Joss resta ainsi là, à braquer sur Edward un regard inquisiteur, et pas une mouche ne volait autour d’eux : on aurait pu entendre l’écume des vagues mourir sur la coque.




~ N'hésitez pas à m'envoyer un mp si vous avez le moindre soucis ou une question, j'y répondrai avec plaisir ! ~
Voir le profil de l'utilisateur

Edward Alday
avatar
Mar 13 Mar - 19:47
Irys : 252624
Profession : Marin
My'trän 0
Mon petit spectacle a été plus convainquant que ce que je pensais, ce cher capitaine semble avoir suffisament apprécié ma fourberie pour vouloir me recruter, il s'agit donc bien des pirates dont j'ai entendu parler au moment d'embarquer sur le navire. Ça m'arrange bien quand même, au moins ça sera plus facile de discuter avec lui si je sais ce qui peut l'intéresser. Son invitation semble avoir un double sens un peu génant quand même, j'ai l'impression que je suis invité a les rejoindre eux ou la cale, voir les poissons, je vais essayer de tirer profit de cette situation.

Capitaine Jakva, votre invitation me tente énormément, j'ai actuellement un paiement a recevoir à Prorig pour une livraison que j'ai effectué pour un peintre amateur souhaitant donner de ses nouvelles a sa famille, je vais maintenant le revoir pour lui donner la réponse de sa famille.

Autant lui donner une excuse sur ma raison de vouloir aller a Prorig malgré sa proposition, il ne faut pas que ma réponse donne envie a ses hommes de m'arrêter non plus, je ne sais vraiment pas quoi faire pour ne pas devoir choisir entre les rejoindre immédiatement ou dire adieu a ma liberté. Je me suis bien rendu compte du vent de silence qui s'est abattu sur l'équipage, l'éclat de leurs lames a commencé a ressortir au moment ou le capitaine m'a fait sa proposition.

Je suis pas très regardant pour la loi et vous rejoindre me promet de quoi étancher ma soif d'aventure et de fortune, je souhaiterai juste passer a ma destination pour récupérer mon du, après cela je vous aiderai dans vos entreprises.

J'ai l'impression qu'on va pouvoir s'entendre avec ces pirates dans une certaine mesure, pour commencer, je veux vraiment finir mon boulot, je me suis pas fait chier a venir jusque la pour rien après tout et être au contact de ces hommes me permettra d'en apprendre plus sur la technologie daënar. Je pense pouvoir m'accomoder du peu de technologie présente sur ce bateau, on pourra faire équipe tant qu'il n'auront pas trop la folie des grandeurs.

Par contre, je pense qu'on pourra profiter du trajet pour mieux se connaitre, qu'on trouve ce qu'on peut réussir a faire tous ensemble pour être efficace et surtout pour mettre mes talents a profit ! Un bon début pourrait être de m'expliquer les principaux risques sur un navire comme celui la et je pourrais peut être nous en débarasser, je suis un nageur plutôt rapide et discret après tout.

Je vais essayer de devenir un membre indispensable de leur équipage, on devrait pouvoir trouver une certaine synergie entre nos différentes compétences pour devenir redouté dans les environs. Selon les modèles de bateau, il sera même possible que je m'en occupe seul pendant qu'ils font diversion.


Code couleur d'Edward : #0099CC
Voir le profil de l'utilisateur

Amisgal
avatar
Dim 15 Juil - 18:48
Irys : 269947
Profession : Façonneuse de climats
Administrateur
Joss était plutôt doué pour jauger les hommes qui l’entouraient. D’ordinaire il était capable de dire si untel ou untel pourrait vendre sa mère sans faillir au plus offrant ou effectuer moult bassesses pourvu que la bourse soit alléchante. Mais ce petit-là lui inspirait des sentiments contradictoires et un espoir faussé… Il semblait avoir davantage la carrure d’un voleur de moindre envergure que d’un pirate sanguinaire capable d’égorger femme et enfant pour ses beaux yeux. Ce n’était néanmoins pas comme si Joss Jakva maîtrisait toutes les mers et était lui-même un membre éminent de la Flamme Noire… Il était plutôt du type à peiner à réunir sous sa bannière des membres d’équipage valables tant les hommes compétents étaient rares et le métier difficile par les temps qui courraient. Preuve en était, cela faisait bien des mois qu’ils n’avaient plus mis la main sur un tel bateau et une recrue un tant soit peu intéressante ! Il lâcha donc un profond soupir, renversa brusquement la tête en arrière et s’abîma dans la contemplation du ciel.

« … Allez. Pourquoi pas après tout. »

Sur cette conclusion mûrement réfléchie, il se remit de sa brève escapade mentale et vint se redresser droit sur ses pieds.

« On vit qu’une fois mon p’tit gars, et même si t’as pas la tête d’un grand truand y a toujours des services que tu pourras nous rendre. »

Joss n’était pas un mauvais bougre, et il n’avait que trop tendance à apprécier les jeunes hommes plein d’avenir qui acceptaient une partie de dé avec lui. Peut-être aurait-il fait un bon père de famille s’il n’avait point eu cet amour évident pour les rasades d’alcool et l’argent illégalement gagné.

« Par contre… Je te fais pas assez confiance, surtout avec ta sorcellerie. On sait pas de quoi tu es capable, et tu nous as rien prouvé du tout. C’est difficile de gagner sa vie en tant que pirate, et ça s’améliore pas quand des petits malins s’amusent à t’entourlouper. »

Il fit un signe à l’un de ses hommes restés jusqu’à présent en retrait, incitant celui-ci à s’avancer devant leur invité.

« Je te présente Ralf, et y a qu’à lui que je fais confiance pour te surveiller. Si tu veux nous prouver ta bonne foi, menotte-toi à son poignet. Jusqu’à ce que tu aies effectué ta livraison et que tu aies reposé le pied sur notre rafiot, il te collera aux basques comme ton ombre. »

Ralf approuva d’un féroce hochement de tête. Il n’avait sans doute pas la carrure du géant qu’Edward avait mis à terre un peu plus tôt mais il avait de toute évidence le muscle fin et vif. Sa carrure élancée et réactive se devinait dans ses mouvements nerveux, et rien chez lui n’indiquait la plus microscopique étincelle de naïveté. Un geste mal placé, et il n’hésiterait pas une seconde à présenter quelques arguments contraires à la témérité d’Edward. Pour l’heure, il présentait au novice de Dalai l’éclat rouillé d’une paire de menottes d’ores et déjà suspendue à son propre poignet. Il ne ferait pas le moindre effort pour y attacher son futur compagnon de route : c’était à ce dernier de prouver qu’il était désireux de plaire en se contraignant seul à l’ordre donné.

« On en a encore pour quelques jours de baignade avant d’arriver à bon port. Tu aideras Ralf à la vigie, si t’as pas peur de monter dans les voilures. Il se peut que nous ayons de la visite en cours de route… »

« Un mot à dire, le maigrichon ? J’espère que l’intimité d’un autre homme te dérange pas… »

Ralf lui offrit un lent sourire carnassier, fort désireux de tester les limites de sa nouvelle proie.




~ N'hésitez pas à m'envoyer un mp si vous avez le moindre soucis ou une question, j'y répondrai avec plaisir ! ~
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé