Revenir en hautAller en bas
Chroniques d'Irydaë
Bonjour, et bienvenue sur les Chroniques d'Irydaë. Déjà inscrit ? N'attends plus, et connecte-toi dès maintenant en cliquant sur le bouton "Connexion" ci-dessous !

Vous êtes nouveaux, que ce soit sur ce forum ou dans le monde du RPG ? Le choix d'un forum sur lequel vous pourrez vous épanouir n'est pas anodin, et il vaut mieux pour cela connaître l'univers dans lequel vous vous trouvez ! Nous avons pensé à vous, en vous préparant un guide qui vous permettra de découvrir pas à pas le monde des Chroniques d'Irydaë.

Si malgré cela, des doutes subsistent, n'hésitez pas à adresser vos questions aux Administrateurs.

En vous souhaitant une agréable visite !



 :: Les terres d'Irydaë :: My'trä :: Suhury
Page 1 sur 2
Aller à la page : 1, 2  Suivant


 Un fait d'arme pour Dalai !

Evert Nyström
avatar
Mar 25 Juil - 16:26
Irys : 94786
Profession : Médecin
My'trän +2 ~ Suhury
Il y a deux jours ils étaient à Darga.

« Voilà, c'est à peu près tout ce qu'il y a à voir ici. » Avait fait Evert en baillant.

Puis Lily avait répondu quelque chose dans les lignes de "c'est ennuyeux Darga, on fait quelque chose de plus palpitant ? si j'ai quitté Zagash c'est pour vivre des aventures incroyables !" et il la conduisit à mi-regret vers les divers guildes de chasseurs qui proposaient leurs contrats les moins avantageux où ils n'avaient personne de disponible pour le moment à déployer. Elle choisit un contrat pas loin d'ici qui consistait à castagner des créatures. Evert avait notifié la guilde de son indisponibilité temporaire le temps du contrat. Et ils étaient arrivés là.




La plaine devant eux était verdoyante et témoignait qu'ils étaient encore dans le territoire de Suhury. À l'horizon, les cours d'eau devenaient de plus en plus fréquents et rapides sous l'influence de Dalai. Un Evert recouvert d'une tunique, d'une petite armure légère et d'un gilet en laine trouvait qu'il faisait moins froid que ce qu'il avait craint. Le mois de mai avait bien pointé le bout de son nez et la douceur de la mi-journée en témoignait. Des fleurs sauvages recouvrait la plaine et offraient un spectacle somptueux auxquels certains ne faisaient jamais attention. Le fils de Möchlog profitait du spectacle en bénissant intérieurement les Architectes de leur offrir cette Vie. Il laissa son cheval le mener tout droit, au pas, tandis qu'il fermait les yeux en sentant le soleil réchauffer sa peau. Ça faisait un moment qu'il n'avait pas quitté Darga et il se rendait tout à coup compte à quel point parcourir les routes en profitant des éléments lui manquait.

« Regarde devant toi ! »

Adela eut tôt fait de le rappeler à l'ordre. Evy se retint de sursauter (ce qui lui aurait valu une autre remarque cinglante) et se tourna lentement vers sa sœur. Celle-ci était à pied, contrairement à lui, et suivait son cheval au pas de course sans fléchir ou sembler se fatiguer. Elle faisait preuve d'une grande endurance et d'une discipline qu'il ne possédait certainement pas. Elle avait le profil typique du guerrier déterminé et il ne pouvait qu'admirer son flegme. Ce n'était pas une personne à qui on viendrait chercher des noises à moins d'avoir la supériorité numérique - et même là, son regard sévère et sauvage ferait hésiter certains bandits.

Mais bon... On s'ennuyait sur ces routes. Elle arrivait vraiment à rester concentrée toute la journée ? Hier ils avaient pu discuter un peu, de leurs nouvelles vies, de quelques histoires qui leurs étaient arrivées et méritaient d'être soulevées. Mais aujourd'hui leur marche était silencieuse. Lily était concentrée et ne semblait pas vouloir perdre son attention sur le danger qui pouvait montrer le bout de son nez à tout moment maintenant qu'ils étaient proches du lieu où leur cible avait été repérée pour la dernière fois.

Evy fouilla sa besace et en sortit un parchemin. C'était le contrat où une représentation de leur cible était dessinée ainsi que les détails de leur mission.

« Elles ont pas l'air si impressionantes tes bestioles. »

Le dessin sur l'affiche représentant un muursüld, une espèce de lynx à l'apparence un peu plus méchante que la moyenne. Le détail c'est qu'il fallait récupérer ses crêtes et ses oreilles pour des études scientifiques. Bref, le tuer. Ça déplaisait légèrement au fils de Möchlog de devoir ôter la Vie à une créature qui n'avait apparemment rien demandé, mais ça faisait partie du Cycle donc il n'y avait pas de remords à avoir. C'était probablement leur Destin que de mourir, depuis que la scientifique avait décidé qu'elle avait besoin d'eux pour ses recherches. Curieuse chose que le hasard qui, suite à du bouche à oreille, avait décidé que ce serait cette créature-ci qui serait la cible des chasseurs. Et si Evy avait décidé de se joindre à cette chasse qui avait pour but de sceller le Destin de cette créature, c'était juste à cause de sa sœur qui cherchait à entrainer ses pouvoirs lors de vrais combats et, par la même occasion, accomplir des faits d'arme pour sa chère Dalai.

« Tu es sûre que ça va faire un fait d'arme à la hauteur de la grande Dalai ? » Railla le petit frère à l'adresse de sa sœur.

Mais ce n'est pas comme si ils avaient vraiment eu le choix, les contrats se faisaient un peu rares ces temps-ci et ils avaient même eu de la chance d'en trouver un si près de Darga. De plus, un contrat relativement simple ferait sans doute un bon entraînement pour tester leurs nouveaux pouvoirs en situation réelle et c'était mieux de ne pas précipiter les choses - mais Evert ne voyait pas les choses de cette façon, pour lui ce contrat était pour Adela et il ne se sentait pas vraiment impliqué par la situation et baissait complètement sa garde en ne se sentant pas le moins du monde en danger. Heureusement que Adela était là pour guetter pour deux.

Ça faisait deux jours qu'ils marchaient (enfin, que Adela marchait et que Evert la suivait sur son cheval) et les sujets de conversation commençait à devenir suffisamment compliqués à trouver pour que Evert décide d'embêter Lily pour passer le temps comme apparemment il ne pouvait pas passer le temps à rêvasser.

« Et tu sais comment on va la retrouver ? Parce que la dernière fois elles ont été vues dans cette région, mais je n'ai aucune compétence de pistage donc j'espère que tu sais bel et bien ce que tu fais. »


Avatar by Mlcamaro

#CCAE50
Voir le profil de l'utilisateur

Adela Nyström
avatar
Jeu 27 Juil - 2:23
Irys : 265105
Profession : Guerrière Zagash
My'trän +1
A l'affût des prédateurs qu'ils traquaient, Adela marchait rapidement pour suivre l'allure du cheval de son frère. Ils se dirigeaient vers un petit étang qu'elle avait vu sur une carte de la zone, non loin du lieu où un muursüld aurait été aperçu, au cœur d'une modeste forêt. Toujours sur ses gardes elle prêtait attention au moindre bruit, au moindre mouvement. Elle avait laissé son armure au placard pour cette occasion, trop lourde et trop bruyante pour s'adonner à la chasse, elle avait préféré de sombres vêtements de cuirs.

Elle était exaspérée par le comportement de Evy, qui semblait ne pas réaliser le danger de la tâche qui leur incombait. Il agissait comme s'ils partaient faire une tranquille ballade en forêt pour cueillir des champignons. Avait-il seulement conscience que leurs proies étaient des prédateurs tout à fait capables de les prendre par surprise et de les déchiqueter ?

« Elles ont pas l'air si impressionnantes tes bestioles. Tu es sûre que ça va faire un fait d'arme à la hauteur de la grande Dalai ?»

Son ton moqueur ajoutait à l'exaspération de la fidèle de Dalai. Visiblement il ne réalisait vraiment pas le danger que pouvait représenter ces créatures. Adela connaissait bien les muursülds : lors de son année passée seule dans la froide nature de l'Ouest de Zagash, elle eu diverses occasions de se frotter à ces félins. D'ailleurs, l'une de ses cicatrices était là pour lui rappeler de ne jamais sous-estimer ces prédateurs.

« Elles ne paient peut-être pas de mine, mais elles sont agiles comme nulle autre créature que j'ai pu voir. De plus, si un muursüld seul n'est pas une grande menace, c'est une toute autre histoire lorsqu'ils sont en groupe. Or, ils sont toujours en groupe. »

Pour un contrat de cet acabit, la paie était clairement insuffisante. Mais ce n'était pas la solde qui la motivait. Quoiqu'en dise son cynique petit frère, ce sera une chasse tout à fait honorable. Adela avait prétexté devant Evy que remplir ce contrat avait pour but de mettre à l'épreuve ses capacités, mais en vérité, c'est plutôt les compétences de ce dernier qu'elle souhaitait éprouver. N'ayant pas la nature d'un guerrier, elle s'inquiétait de ses capacités à survivre sur les routes au vu de la dangereuse profession qu'il avait choisi d'exercer. De ce qu'elle en avait vu pour l'instant, ses inquiétudes semblaient bel et bien fondées : il était si étourdi qu'il serait capable de se tuer en se cognant à un arbre ! Elle espérait néanmoins que cette aventure lui ferait prendre conscience de la dangerosité du monde et de la nécessité d'être prêt à y faire face à tout moment.

Après une longue marche à travers la forêt , elle sentait qu'Evy commençait à s'ennuyer ferme, et il n'y avait peu de choses dans le monde d'aussi exaspérant qu'un petit frère qui s'ennuie.

« Et tu sais comment on va la retrouver ? Parce que la dernière fois elles ont été vues dans cette région, mais je n'ai aucune compétence de pistage donc j'espère que tu sais bel et bien ce que tu fais. »

La guerrière poussa un long soupir. Ne savait-il pas depuis le temps qu'elle ne l'aurait jamais entraîné dans une situation dans laquelle elle n'était pas sûre de garder le contrôle ? De plus les muursülds n'étaient pas les créatures les plus difficiles à débusquer. La véritable difficulté résidait davantage dans l'étape qui suivrait la traque.

« Je sais très bien ce que je fais, merci !  »

Sur ces mots elle tourna brusquement vers la gauche -coupant la route du cheval sans nom d'Evy- elle venait d'apercevoir l'étang qu'elle cherchait.

« Il y a deux moyens de trouver ces bêtes. Le premier, c'est de fouiller les grottes de la zone, car c'est dans ces lieux qu'ils élisent domicile. Néanmoins il y a beaucoup de grottes dans le coin, ce serait trop long et surtout trop dangereux. Les femelles présentes dans la grotte risqueraient de hurler et d'ameuter les mâles partis chasser. Nous nous retrouverions pris au piège dans le noir, cernés par une meute en colère et prête à tout pour protéger ses petits. »

Elle marqua une pause dans ses explications tandis qu'ils se rapprochaient de l'étang, vérifiant qu'aucune de leurs proies potentielles n'était dans les environs. Il serait fâcheux de les faire fuir et perdre ainsi de nombreuses heures à tenter de les retrouver.

« La deuxième méthode consiste à trouver leurs points d'eau. Ils s'abreuvent très fréquemment et reviennent donc souvent aux mêmes sources. On va donc vérifier qu'ils passent bien à l'étang que tu peux apercevoir là-bas. Si c'est le cas, on se cachera jusqu'à ce qu'ils se montrent. »

Adela avait repris son discours d'une voix moins audible et avait commencé à marcher à pas mesuré.  Même si la discrétion ne s'imposait pas encore, elle préférait prendre ses précautions. Soudain elle s'arrêta et indiqua un coin relativement dégagé en végétation, à l'exception de quelques arbres.

« Descends de ton cheval et laisse-le ici, sa taille et son odeur feront fuir tous les mursuülds que l'on pourrait trouver. Ne t'inquiète pas, il ne craindra rien. Nous ne serons pas bien loin de toute façon. Et fait attention au bruit que tu fais dorénavant, et surtout, ne rêvasse pas ! »

Elle appuya particulièrement la dernière remarque. Elle était peut-être un peu dure avec Evy, mais le moment ne se prêtait guère aux cajoleries. Et quand bien même, ce n'est pas comme s'il n'y était pas habitué depuis le temps.

Arrivés au niveau du petit étang, Adela se mit à examiner avec attention les environs. Au vu de l'herbe écrasée et de la terre battue, il semblait évident que le lieu servait d'abreuvoir à nombres d'animaux du coin. Il y avait des traces fraîches proches du bord de l'eau, mais elles se mêlaient aux traces plus anciennes et étaient difficilement discernables. Elle n'aurait su dire de quel animal il s'agissait. Un indice plus intéressant attira son attention : des excréments, frais et odorants. A en juger par leur aspect, il s'agissait assurément des déjections d'un carnivore. C'était plutôt encourageant. Même si elle n'avait pas de preuves formelles que des muursülds faisaient régulièrement halte ici, elle serait prête à parier gros là dessus.

Elle continua d'examiner la zone, jusqu'à trouver un triangle de trois arbres, cernés par des ronces et des buissons. Elle attira l'attention de son frère.

« Nous devrions nous cacher entre ces arbres, nous serons en mesure d'observer l'étang, mais ils ne devraient pas nous repérer s'ils ne sont pas trop sur leurs gardes. De plus, l'écorce de ces arbres est imbibée d'une sève très odorante, elle devrait masquer nos effluves. Nous n'avons qu'à tailler un passage discret à travers ces ronces afin de pouvoir sortir rapidement, mais attention à ne pas ruiner notre cachette. Ensuite plus qu'à attendre, en espérant qu'ils se montrent. »


My color ! #617CD1
Voir le profil de l'utilisateur

Evert Nyström
avatar
Sam 29 Juil - 13:05
Irys : 94786
Profession : Médecin
My'trän +2 ~ Suhury
« Ah, tu en as déjà affronté ? »

Evert était surpris, il ne s'était pas vraiment représenté sa sœur en train d'affronter des "monstres" - comme certains les qualifieraient - sur les plaines. Mais à y réfléchir ce n'était pas vraiment étonnant. Il laissa son esprit dériver sur les circonstances. Un groupe de muursülds particulièrement agressifs qui avaient menacé une ville de Zagash ? Ça semblait être un scénario correspondant à ses devoirs de guerrière. Une boule apparue dans la gorge de Evy alors que cette pensée se formait dans son esprit. Est-ce que c'était de la peur pour sa sœur ? Ou bien de la jalousie suite à son départ et le fait qu'elle ait eu des aventures palpitantes sans lui ? Sa vie à lui n'avait pas été très palpitante depuis et il n'avait pas d'aventures incroyables à partager. Sinon une communion plus forte auprès de Möchlog qu'elle ne pourrait probablement jamais partager avec lui, tout comme le reste des personnes qu'il serait amené à rencontrer.

« Et tu sais comment on va la retrouver ? Parce que la dernière fois elles ont été vues dans cette région, mais je n'ai aucune compétence de pistage donc j'espère que tu sais bel et bien ce que tu fais.
- Je sais très bien ce que je fais, merci ! »

Evy était assez imperméable à l'exaspération de Lily. Le jeune homme n'était pas très empathique de manière générale, et ce n'était pas avec sa sœur que ça allait changer, au contraire. Elle avait eu l'habitude durant toute leur jeunesse - du moins à partir du moment où il avait rejoint Möchlog - de son franc-parler. Et celui-ci n'était pas particulièrement méchant comme, à ses yeux, il se contentait d'énoncer les faits pour trouver une solution ; ce n'était donc pas une critique que les autres avaient à prendre personnellement.

Ou alors peut être qu'après toutes ces années de séparation elle avait bel et bien perdu un peu de son sang-froid vis à vis de sa façon de parler, mais ça allait bien vite lui revenir. Pas question de la ménager et de changer sa façon d'être. Il n'y avait qu'avec elle qu'il pouvait être complètent naturel sans risquer de se faire rejeter.

« Il y a deux moyens de trouver ces bêtes... » Commença à expliquer Adela en mode soldat.

Elle semblait plutôt bien informée pour quelqu'un qui venait de prendre ledit contrat il y a deux jours sans demander beaucoup plus de détail sur les bêtes à la guilde ou à la cliente. Cela confirmait sa rencontre avec les muursülds et même sa connaissance approfondie du mode de vie de ces créatures. Evert brûlait soudainement d'envie de poser plusieurs questions sur les muursüld - telles que leur mode de fonctionnement en meute, comment les petits étaient éduqués, etc -, mais cela n'avait rien à voir avec leur mission et ne découlait que de sa curiosité personnelle donc ça pouvait attendre.

Ils allaient donc les prendre en embuscade près de l'étang quand ils chercheraient à s'abreuver. Evert se contenta d'opiner du chef. Il n'y avait rien à ajouter après l'explication de Lily.

« Descends de ton cheval et laisse-le ici, sa taille et son odeur feront fuir tous les mursuülds que l'on pourrait trouver. » Evert commença à ouvrir la bouche pour protester mais sa sœur le prit de court comme si elle savait déjà ce qu'il allait dire. « Ne t'inquiète pas, il ne craindra rien. Nous ne serons pas bien loin de toute façon. »

Il descendit de son cheval - non pas sans un regard noir vers sa sœur - et le laissa en liberté dans la clairière. Normalement, grâce à son entrainement, il n'allait pas tenter de s'enfuir et serait effectivement bien sage et discret ici - à moins qu'il se fasse attaquer, mais dans ce cas là il valait mieux le laisser en liberté pour qu'il puisse s'échapper. Au pire ils n'auraient qu'à le traquer un peu après avoir éliminé les muursülds.

« Et fait attention au bruit que tu fais dorénavant, et surtout, ne rêvasse pas ! »

Ceci, par contre, était plus facile à dire qu'à faire et le jeune homme, non formé aux déplacements silencieux, ne manqua pas de faire craquer plusieurs feuilles et branches lors de leurs déplacements. Sa main était désormais posée sur la poignée de son sabre, prenant plus au sérieux la situation.

« Ils vont être combien à ton avis ? » Chuchota Evy à l'adresse de sa sœur.

Celle-ci se pencha pour examiner les environs de l'étang et désigna la terre battue qui trahissait des allers et venus courants entre l'étang et le reste de la forêt. Evy tenta attentivement de comprendre ce que toutes ces traces signifiaient. Elle désigna ensuite des excréments. Cette fois il passa son tour sur les explications et se contenta de guetter les assoiffés éventuels pour éviter qu'ils soient attaqués par surprise.

« Nous devrions nous cacher entre ces arbres. » Appela Lily en désignant un endroit.

Evert se contenta d'opiner du chef et de suivre ses instructions. Il devait avouer être assez dépassé par les évènements. Mais... dès qu'elle serait blessée il serait là pour appliquer ce qu'il savait faire ! Elle allait voir ! Enfin, non pas qu'il espérait qu'elle soit blessée, mais...

Le fils de Möchlog fit attention de couper proprement les branches que Lily lui désignait avec sa chachka et ils attendirent. Et attendirent encore un peu. Et encore un peu plus longtemps. Ils n'entendaient que le bruit de quelques bestioles type oiseaux ou lapins de ci de là, les empêchant de sombrer dans le silence le plus total. Adela attendait patiemment - un spectacle que peu avaient pu observer d'un disciple de Dalai, Evert aurait dû se sentir privilégié - mais lui commençait à nouveau à s'ennuyer terriblement. Il avait envie de sortir son carnet et produire une esquisse de l'étang mais quelque chose lui disait qu'il allait se faire disputer par sa soeur s'il faisait ça. D'autant qu'il avait laissé sa besace sur son cheval un peu plus loin et elle allait vraiment être en colère s'il se déplaçait jusqu'à lui.

« Tu penses qu'ils vont arriver avant la tombée de la nuit ? » Demanda Evert en baillant ouvertement.

Il attendit bien la moitié d'une minute avant d'ajouter :

« Hm... Tu crois que je pourrais aller chercher un truc que j'ai laissé sur mon cheval histoire de passer le temps pendant qu'on attend ? »

Un bruissement ne manqua pas de se faire entendre pas loin d'eux peu après que la question ne soit énoncée. Une fourrure ambrée apparue brièvement entre l'espace des arbres. Evy leva très lentement le bras gauche en direction du bruit, en jetant un regard vers sa sœur qui disait « Tu crois qu'il nous a entendu ? ».

Son bras droit posé sur la chachkah commença à trembloter sous l'effet de l'adrénaline. Il commençait aussi à s'en vouloir de ne pas avoir raffermi sa posture un peu plus tôt et avoir tout pris à la légère.

Pff. Calme-toi Evert, Lily est là, tout se passera bien...


Avatar by Mlcamaro

#CCAE50
Voir le profil de l'utilisateur

Adela Nyström
avatar
Sam 29 Juil - 21:05
Irys : 265105
Profession : Guerrière Zagash
My'trän +1
Par nature Adela n'était pas quelqu'un de patient. Mais, livrée seule à la nature sauvage durant son adolescence, elle dût bien vite apprendre à attendre. L'attente, bien souvent, était nécessaire à la survie. Mais il ne s'agissait pas à proprement parler d'un exercice de patience. Adela avait appris à faire fi de sa perception du temps. Vidant son esprit, plus rien n'existait hormis son environnement. Adossée à un arbre côte à côte avec Evert, elle ne pensait plus à rien. Elle sentait la dureté de l'arbre rendu collant par la sève à son dos et le bras d'Evert qui touchait le sien. Elle entendait le lapin qui faisait craquer une branche, le léger bruissement des feuilles dû à la douce brise. Cet état était proche de la méditation, voire du sommeil. A ceci près que son esprit était concentré sur ce qu'elle voyait et ce qu'elle entendait.

« Tu penses qu'ils vont arriver avant la tombée de la nuit ? »

La question d'Evy rompit sa concentration. Elle tourna son regard vers lui.

« Je l'espère. Si ce n'est pas le cas, nous devrons partir et revenir demain, nous n'aurions aucune chance contre eux dans le noir. »

Elle tâcha de retourner dans son état méditatif, mais après une poignée de seconde il reprit la parole.

« Hm... Tu crois que je pourrais aller chercher un truc que j'ai laissé sur mon cheval histoire de passer le temps pendant qu'on attend ? »

Adela regarda son frère, dubitative. Elle comprenait qu'il s'ennuie, et elle pouvait compatir, mais là, c'était un comble !

« Dis moi que tu plaisante ? Est-ce que tu réalise à quel point ce que tu dis est idiot ?  »

Elle se retint difficilement de hausser la voix, mais le ton qu'elle avait prit était explicite. Soudain un bruit de branche qui craque se fit entendre derrière elle et l'expression de son frère changea brusquement tandis qu'il pointait du doigt en direction du bruit. Au vu de la tête qu'il faisait, pas de place pour le doute. Il s'agissait de ce qu'ils cherchaient. Adela jura intérieurement, ils avaient choisi leur timing !

Tous ses sens étaient en alerte. Une main sur la garde de son épée et l'autre sur l'épaule d'Evy dans un réflexe protecteur, elle guetta les alentour, priant pour que les prédateurs ne les aient pas entendus. Dans le cas contraire, les évènements prendraient une tournure qu'elle préférait ne pas imaginer. Se penchant silencieusement pour avoir un meilleur point de vue, elle parvint à apercevoir deux muursülds qui s'approchaient de l'étang sans méfiance. Dalai soit louée, leur position n'était pas compromise ! Les deux félins furent bientôt suivis de trois autres qui passèrent non loin de leur cachette. Les bêtes étaient plus grosses que dans ses souvenirs, ce combat ne serait pas facile.

La peur et l'adrénaline précédant la bataille firent bouillonner le sang dans ses veines et battre ses tempes, elle s'en délectait. Plus que toute autre, cette sensation la faisait se sentir ô combien vivante. C'était aussi l'instant où elle prenait pleinement conscience de la fragilité de sa propre existence alors même que son esprit réfléchissait à toute vitesse et que son instinct lui sommait de fuir.
Une fois les bêtes rassemblées sans méfiance au bord de l'étang, elle prit une lente inspiration.

Elle se rapprocha d'Evy pour lui murmurer à l'oreille.

« Tu reste ici pendant que je les distrais. S'ils tentent de fuir, tu devras en faucher un. Autrement... attends le bon moment et surprends les tandis qu'ils seront concentrés sur moi. Oh, et vise les jambes pour les calmer, puis la gorge. Et frappe fort, quand leur crête est repliée elle protège leur gorge.    »

Adela lui dit ses mots en un souffle presque inaudible puis se dirigea avec mille précautions vers les cinq muursülds. Une fois extirpée des buissons elle jaugea la distance qui la séparait d'eux. Environ quatre mètre... elle pourrait être sur eux rapidement, et pourrait peut-être en avoir un par surprise.

Prenant son courage à deux mains, elle se rua sur eux en dégainant son épée. Elle avait en revanche sous-estimé la finesse de leur ouïe, et ces derniers tournèrent leur tête vers elle dans un même mouvement. Arrivée à leur niveau elle tenta d'asséner un coup sur le flanc de celui qui était le plus proche. Ce dernier effectua un rapide mouvement pour se mettre hors de sa portée et l'épée de la jeune femme l'effleura à peine. Les félins n'hésitèrent pas et se placèrent rapidement en cercle autour d'elle. Visiblement ils ne prévoyaient pas de fuir. Dommage, cela aurait grandement simplifié les choses.

Adela se positionna dos à l'étang pour avoir les cinq prédateurs dans son champ de vision. Elle commença à animer l'eau derrière elle, soulevant autant de liquide qu'elle en était capable sans avoir à se focaliser pleinement sur cette tâche. Afin de faire se mouvoir plus facilement l'eau qu'elle manipulait, elle souleva un léger vent tournoyant autour d'elle. L'eau bougeait tel un serpent autour d'elle, faisant hésiter les prédateurs. Leurs crêtes déployées, les créatures se mirent à rugir férocement pour l'intimider. Le bruit fit bourdonner ses oreilles, comment ces créatures pouvaient elle hurler si fort ?

Quoiqu'il en soit la mage de l'eau avait désormais toute leur attention, c'était désormais à Evy de jouer. Elle était confiante, les choses se passaient bien. D'ici peu, plusieurs d'entre eux seront tombés et avec de la chance, les autres partiront à toute jambes. Elle se permit un sourire en coin.


My color ! #617CD1
Voir le profil de l'utilisateur

Adramus
avatar
Dim 30 Juil - 1:21
Irys : 512161
Profession : Aventurier, maître d'armes
My'trän +2 ~ Mistral
Même si Adela devait se focaliser sur les cinq félins qui lui faisaient face, tout en faisant tournoyer le ruban d’eau autour de son corps, elle n’allait avoir aucun mal à entendre ce sifflement strident qui passait juste derrière sa tête, accompagné d’un courant d’air puissant et qui arrivait sans prévenir, faisant se mouvoir les cheveux bruns de la guerrière. L’instant d’après, le bruit de pas précipités sur l’herbe entourant l’étang, et l’oppression d’une silhouette qui vous frôle le dos. Tout cela en seulement quelques secondes.

- Ne te retourne pas. Continue de les distraire. Ordonna une voix grave dont le ton ne tolérait aucune discussion.

De là où il était, Evert pouvait parfaitement voir que cette voix appartenait à un homme étrange, au torse complètement découvert et armé d’un sabre entièrement blanc dont la matière qui le composait semait certainement le doute dans l’esprit des non connaisseurs. A ses pieds gisait un muursüld à la robe tachetée, baignant dans le sang qui s’échappait de la profonde entaille qui lui ceignait le flanc. Une blessure surprenante alors que l'on jurerait que l'épée ne l'avait pas touché un seul instant, preuve en était qu'elle demeurait vierge de toute trace de sang. Mais l’étrange sabreur n’était pas au bout de ses peines. Devant lui, trois autres félidés s’avançaient en bombant leur dos dans une posture menaçante.

- Tu pensais qu’ils n’étaient qu’une poignée, j’imagine… Toi qui vénère l’impétueuse Dalai, apprends que, bien souvent, basculer de chasseur à proie n’est pas bien compliqué.  

Il avait prononcé cela sans une once de condescendance, mais d’une voix sentencieuse, de celui qui sait ce qu’il dit et pourquoi il le dit. Ses yeux sombres demeuraient fixés sur le trio de prédateur qui approchait à pas de loup, toutefois, il s’autorisa de dévier un instant le regard vers Evert, toujours au même endroit.

- Eh toi ! Rejoins-nous, vite ! Cria-t-il. Il y en a peut-être d’autres qui se cachent encore !

Espérons que le garçon ne mette pas trop de temps à suivre le conseil de l’inconnu, et surtout qu’il arrive entier jusqu’à eux. Toutefois, cela semblait bien parti, puisque les muursülds continuaient de se positionner pour effectuer un assaut meurtrier sur les deux guerriers dos-à-dos. Une créature plus enhardie que les autres essaya même de bondir la première sur le mystérieux épéiste, qui l’empala prestement le long de sa lame blanche en poussant toutefois un grognement contrarié. Il avait failli ne pas le voir arriver, celui-là. Dégageant le cadavre grâce à son pied, il se remit en position de garde, se préparant à une nouvelle attaque, même si les deux derniers prédateurs semblaient hésiter à se frotter à celui qui venait de neutraliser si facilement leur congénère présomptueux.

Adramus, car c’était là le nom de ce mystérieux personnage, décida qu’il était de bon ton d’imiter la tentative d’intimidation de son acolyte. Ancrant fermement ses appuis sur le sol, il inspira profondément, et invoqua en quelques instants à peine un courant d’air qui se mit à circuler autour d’eux. Au début simple vent un peu fort, il se transforma bientôt en une bourrasque circulaire que les muursülds accueillir avec des feulements de colère. Ces animaux sentaient que ce spectacle n’était pas normal, et mieux valait le maintenir le temps de savoir à combien de félins on avait vraiment affaire. Etaient-ils encore plus, tapis dans les broussailles ? Ce serait un désastre, une boucherie, car même s’il était expérimenté, notre trio ne pourrait pas faire le poids face à autant de férocité et une embuscade si bien menée. Quand je vous disais que proie et chasseur c’était une frontière floue.
Voir le profil de l'utilisateur

Evert Nyström
avatar
Dim 30 Juil - 17:29
Irys : 94786
Profession : Médecin
My'trän +2 ~ Suhury
« Dis moi que tu plaisante ? Est-ce que tu réalise à quel point ce que tu dis est idiot ? »

Evy s'apprêtait à répondre "Oui." à la deuxième question. Évidemment qu'il savait qu'il posait une question idiote. Il n'était pas idiot ! Mais il n'était aussi pas formé à la même discipline que Adela et ça ne coutait pas grand chose de faire un petit détour de trente secondes (ou, au pire, une minute) pour améliorer son confort sur le long terme (sans doute plusieurs heures). À ses yeux c'était un sacrifice acceptable compte tenu du résultat. Les chances que cela compromette leur mission était quasi nulle.

Enfin, à quelques minutes près, cette chance n'aurait pas été de leur côté puisque c'est le moment que choisirent les bêtes pour apparaître. Silencieuses et en même temps mortelles, les félins se mouvaient discrètement dans les bois pour atteindre leur étang. Les deux frères et sœurs s'immobilisèrent et furent ensemble plus silencieux qu'ils ne l'avaient été dans toute leur vie. Evy sentit la main de Lily s'enfoncer doucement dans son épaule. Il leva lentement la tête vers elle et vit ses yeux s'agiter dans tous les sens alors qu'elle guettait et comptait le nombre de bêtes qu'ils allaient affronter. Evert fit de même et à priori il y en avait cinq.

« Tu reste ici pendant que je les distrais. S'ils tentent de fuir, tu devras en faucher un. Autrement... attends le bon moment et surprends les tandis qu'ils seront concentrés sur moi. Oh, et vise les jambes pour les calmer, puis la gorge. Et frappe fort, quand leur crête est repliée elle protège leur gorge. »

Evy hocha la tête et vit sa sœur s'éloigner silencieusement vers l'étang... et les muursülds. Dans sa tête, ce spectacle qui ne devait durer que quelques secondes dura une éternité, alors qu'elle dégaina son épée, donna un coup à l'un des félins qui s'esquiva, et se retrouva bien vite encerclée par les félins. Evert voulu agir pour la protéger mais il ne savait pas bien quoi faire, il risquait juste de se mettre bêtement en danger et gêner Adela. De plus, le sourire sauvage qu'arborait la guerrière sous l'effet de l'adrénaline le confortait dans l'idée qu'elle n'était pas si en danger qu'on pouvait le croire.

La jeune femme se rapprocha habilement de l'étang et commença à appeler sa magie pour intimider ses créatures. C'était bientôt sa chance. Maintenant elles lui tournaient toutes le dos. Le fils de Mochlög dégaina lentement et silencieusement son sabre - le doux bruit de sa lame frottant contre le fourreau ne parvint qu'à ses oreilles (il aimait bien ce bruit) - et attendit qu'un muursüld baisse sa garde. Aucun ne semblait vouloir briser sa posture de défense et fuir. Il allait donc devoir s'engager à découvert pour en frapper aux pattes - comme Lily l'avait dit.

« Ne te retourne pas. Continue de les distraire. »

Une voix inattendue interrompit néanmoins sa démarche et une nouvelle donnée arriva sur le champ de bataille. Un homme torse-nu se tenait de l'autre côté de la clairière, un sabre blanc à la main. Brun, barbu, adulte, musclé, tatoué, vêtu d'une tunique en lin attachée autour de sa taille. Sa tête ne disait rien à Evert. Et apparemment c'était un allié.

« Eh toi ! Rejoins-nous, vite ! Il y en a peut-être d’autres qui se cachent encore ! » Fit la voix grave de l'inconnu dans sa direction.

Les félins redoublèrent de grognement alors que l'inconnu s'approchait d'eux. Evert ne remarqua que maintenant le muursüld blessé aux pieds du guerrier. Il n'avait pas vu ou entendu le guerrier lui asséner de coup direct. Quel Architecte pouvait être à l'origine d'un tel coup ? Amisgal probablement ?

Enfin, Evy n'avait pas trop le temps de s'attarder sur les pouvoirs de l'inconnu. Il avait sa propre part à jouer. Profitant de la double diversion, il sortit de sa cachette et leva son sabre à mi-hauteur. Il choisit arbitrairement le félidé qui lui semblait être le plus faible et abattit son sabre contre sa patte arrière. Un feulement mécontent lui répondit et le muursüld tourna la tête avec précaution vers le nouveau venu. Il sembla enjoindre ses compagnons à faire de même alors que les félins reculaient doucement devant les deux vétérans.

Evert se mit en posture de défense, prêt à éviter les représailles de son adversaire et à donner un coup à la gorge quand l'occasion se présenterait, mais il remarqua soudain que c'était plus d'un adversaire qui semblait vouloir en découdre. Ses deux compagnons faisaient moult tours de magie pour impressionner les bêtes mais le disciple de Mochlög n'avait rien à sa disposition pour faire peur aux prédateurs. C'était logique qu'ils décident de s'en prendre d'abord au plus petit et moins impressionnant du trio pour se défendre puisqu'on les contraignait apparemment à se battre.

« Euh... » Fit Evy, décontenancé, en entendant quelques grognements venir des bois alentours.

Un muursüld a la périphérie de son champ de vision commença à foncer vers lui en vue de l'attaquer. Le jeune homme eut à peine le temps de lever son bras vers lui et faire appel à Mochlög pour affaiblir ses pattes que le muursüld entama son bond final, surestimant ses capacités physiques temporairement revues à la baisse, et s'écroula sur lui même.

« À l'aide ? » Tenta Evert à l'adresse des deux vétérans alors qu'il prévoyait de faire de son mieux pour défendre sa position, et par la même sa Vie.

Il avait peur. Ça c'était un fait. N'importe quel humain dans sa situation aurait eu peur, à moins d'être inconscient. Mais ce n'était pas pour autant qu'il cédait à la panique. Evert était préparé à mourir, de la même façon qu'il était préparé à vivre. Si la fin de son Cycle était venu, c'était juste dans l'ordre naturel et il l’accueillerait avec joie. Mais si ce n'était pas le cas, il était prêt à défendre fièrement sa peau et allonger un peu plus la durée de son Cycle.

Le jeune homme para le coup de patte de l'un des muursüld qui s'était approché et celui-ci recula en feulant son mécontentement, la patte désormais tâchée de sang. Il avait l'avantage des armes car son sabre ne craignait aucun dommage, n'étant qu'un outil. Les muursülds ne pouvaient pas en dire autant comme ils étaient obligés d'utiliser leur corps pour se battre. Si Evert ne prenait aucun coup direct, il avait gagné. Mais pour ça il fallait que les prédateurs continuent de l'attaquer de façon non coordonné. Et pour cela il avait besoin que les deux mages continuent de déconcentrer les créatures. Et alors, seulement, il pourrait se tirer de là vivant.

C'était un peu comme à l'entrainement, mais en beaucoup plus terrifiant.

Il se dit que, finalement, le plan initial de Lily n'avait pas été si bien que ça.


Avatar by Mlcamaro

#CCAE50
Voir le profil de l'utilisateur

Adela Nyström
avatar
Lun 31 Juil - 19:35
Irys : 265105
Profession : Guerrière Zagash
My'trän +1
Mais qui était donc ce rustre prétentieux qui débarquait de nulle part pour lui donner des ordres ? Adela était déjà contrariée à l’idée que quelqu’un vienne interférer dans leur combat, alors si en plus on venait lui faire des leçons de morale ! La guerrière était prise d’une furieuse envie de se défouler sur les pauvres félins qui lui faisaient face.

Elle vit son frère s’attaquer à l'une des bêtes, la faisant tomber à terre en tranchant les tendons de sa patte arrière. Son action attira l’attention des créatures qui se tenaient autour d’Adela.

« Euh… à l’aide ? »

Evy faisait bravement face aux muursülds qui s’en prenaient à lui. Il se débrouillait bien mieux qu’elle ne l’imaginait, utilisant efficacement sa lame et sa magie. Ce constat fit naître un sourire enthousiaste sur son visage. La distraction créée par son partenaire de chasse lui donnait le champ libre pour frapper la meute. Stupides créatures !

Deux des cinq muursülds qui encerclaient Adela se dirigeaient vers Evert tandis que deux autres venaient vers elles, prêts à bondir. Le dernier agonisait suite au coup invisible que lui avait asséné leur mystérieux allié. Elle choisit cet instant pour leur envoyer le plus violemment qu’elle pu l’eau qui dansait autour d’elle. Prenant la vague de plein fouet, les félins désorientés eurent un mouvement de recul. La guerrière Zagash avança prestement vers les deux muursülds restant et, tenant son épée des deux mains elle enfonça profondément sa lame dans la gorge du premier félin. D’un coup de pied, elle dégagea son arme et se retourna pour faire face au second prédateur. Celui-ci avait repris ses moyens, et à l’instant où Adela se retournait il avait déjà bondi vers elle toutes griffes dehors. Surprise, elle fit appel à la magie d’Amisgal pour tenter une esquive sur le côté. Elle évita de justesse l’assaut, mais les griffes acérées de son sauvage adversaire ripèrent sur son bras gauche, déchirant ses maigres protections de cuir -d’un seul coup elle regrettait de ne pas avoir équipé sa solide armure- et entaillant sa chair. Le muursüld ne s’attendait pas à ce que sa proie fût si rapide et, surpris d’avoir atterri sur la terre ferme plutôt que sur l’humaine, il mit une seconde à se retourner vers Adela. Ce fut la seconde de trop pour lui, l’épée tâchée du sang de son frère de meute faucha l’une de ses pattes avant, le faisant tomber à la renverse. La lame s’abattit alors dans son dos, traversant un de ses poumons.

Les autres muursülds ne lui prêtant plus attention, la jeune femme profita de ce bref répit pour jauger rapidement la gravité de sa blessure en effectuant quelques rotations avec son bras. Pour autant qu’elle puisse en juger la plaie n’était pas très profonde. Malgré le sang qui coulait en quantité, elle pouvait mouvoir son bras sans ressentir davantage qu’un désagréable lancement parcourir son membre.  

Mais le moment n’était pas au repos, il était plus que temps qu’elle vienne en aide à son frère en difficulté. L’inconnu était aux prise avec un certain nombre de bêtes également, mais elle ne lui prêta guère attention. S’il tenait tant que ça à s’immiscer dans leur affrontement, grand bien lui fasse ! De toute façon, il semblait très bien s’en sortir sans aide.

Sa lutte avec les deux muursülds n’avait duré qu’une poignée de secondes, mais déjà quatre félins encerclaient Evy. Les premiers prédateurs à l’avoir attaqué ayant dû se frotter à sa magie et à sa chachka, ils semblaient plus réticents à s’en prendre à lui. Par ailleurs, celui qu’il avait blessé à la patte arrière s’était éloigné de l’affrontement en boitillant sans demander son reste.

Afin d'empêcher les muursülds de coordonner leurs attaques sur une seule et même cible, Adela devait les forcer à lui prêter attention. Elle entreprit d’évacuer le contenu de sa gourde -estimant que projeter l’eau de l’étang prendrait trop de temps- et fit pleuvoir de l'eau glaciale sur les bêtes, touchant Evy au passage. Elle lui adressa un vague sourire d’excuse avant de tourner de nouveau son attention sur le combat.


My color ! #617CD1
Voir le profil de l'utilisateur

Adramus
avatar
Mer 2 Aoû - 2:03
Irys : 512161
Profession : Aventurier, maître d'armes
My'trän +2 ~ Mistral
Adramus n’avait aucune vision, absolument aucune, sur ce qui pouvait bien se passer dans son dos. D’ordinaire, il ne faisait jamais confiance à personne pour couvrir ses arrières, ne remettant pas son destin entre les mains de mortels qui pourraient tout aussi bien les utiliser pour trancher les tendons de ses jambes, et ainsi le livrer entier à tous les dangers qui le menacent. Seulement aujourd’hui, la confiance fut logiquement vite installée, ayant constaté qu’en plus d’être deux, les chasseurs téméraires étaient en plus des mages talentueux et des escrimeurs bien formés. C’était certain, ils ne venaient pas ici en totale insouciance, et ça le guerrier le savait, malgré sa petite pique amère lancée quelques instants auparavant à l’adepte de Dalai.

Hors donc, même si rien ne pouvait lui assurer que le duo s’en sortait correctement avec la meute de muursülds, Adramus savait au moins qu’il pouvait affronter ceux qui lui faisaient face en paix, et que rien ne viendrait lui sauter au flanc ou lui mordre la nuque par derrière. Toutefois, un glapissement de douleur provenant de la jeune femme lui intima quand même d’en finir bien vite avec les deux félins venus prêter main forte à leur famille. Usant de la même technique que quelques minutes plus tôt, le bretteur posa avec énergie sa jambe droite devant lui, s’appuyant de tout son poids sur elle, et esquissa un large mouvement de sabre en diagonale, tout en invoquant cette technique qu’il chérissait tant.

- Khums ! (Griffe !)

Et à l’instar de son camarade impétueux, l’un des deux prédateurs se retrouva ventre à terre, une entaille profonde découpant son visage en deux, de l’oreille à la mâchoire, mais qui continuait également le long de son cou, puis son ventre, et tranchant le bout de sa patte avant droite qui tomba au sol. Une vision de terreur, qui poussa le second animal à fuir sans demander son reste. C’était bien là l’objectif d’Adramus, qui n’avait pas la moindre envie d’exterminer toute la population de muursülds environnante. Le combat était terminé pour lui, le sabre mystique, ruisselant de sang, qu’il tenait dans ses deux mains jointes, s’évapora en étincelles légères et lumineuses, pour ne plus laisser que les mains vides et calleuses du guerrier. Dans un mouvement de hanche, il se retourna vers ses deux comparses, visiblement toujours affairés en vue du bruit qu’ils produisaient. La vision qu’on lui offrait était tout de même amusante : un quatuor de carnivores entourant un jeune garçon, tous trempés de la tête au pied, et fixant d’un même regard mêlant colère et incompréhension la magicienne à l’origine de cet arrosage. Malheureusement, bien que son objectif devait effectivement être d’attirer l’attention, elle réussit trop bien son travail, et tous les muursülds projetèrent de se jeter en même temps sur l’horripilante adepte de Dalai. Mais alors qu’ils semblaient tous bondir d’un même entrain sur Adela, une nouvelle incantation se fit entendre.

- Kölog ! (pousse !)

Un grondement, aussi bref que retentissant, suivit cette étrange litanie, accompagné par une sorte d’onde de choc qui vint frapper le groupe de prédateurs sur leur flanc. Les deux qui étaient les plus proches de la jeune femme furent repoussés avec violence sur le côté, tandis que les deux à peine en retard avaient été simplement stoppés dans leur élan par la force du choc et la terreur inspirée. Adramus se tenait à l’endroit où l’onde avait démarré, les jambes fléchies et la main droite tendue vers l’avant. Il était juste derrière Adela, mais suffisamment sur le côté pour ne pas la toucher de sa magie. Tout au plus avait-elle vu ses cheveux subitement arriver devant ses yeux, mais également ses oreilles bourdonner à cause de bruit provoqué par le sort.

Le combat était loin d’être terminé, mais Adramus avait congédié son arme, et il n’avait pas l’intention de voler plus longtemps la vedette à ces deux chasseurs qui éveillaient grandement son intérêt. Ils se protégeaient mutuellement, c’était à la fois touchant et rassurant pour les futures générations. Il y avait encore un esprit de sacrifice niché dans le cœur dévot des My’träns, et ça, ça parlait très bien au guerrier vagabond. Se redressant droit sur ses jambes, il dévia les yeux vers Evert, qui était juste en face de lui, et adressa à ce jeune mage un sourire plus qu’énigmatique. En tout cas, c’était à eux de finir le travail.
Voir le profil de l'utilisateur

Evert Nyström
avatar
Ven 4 Aoû - 13:00
Irys : 94786
Profession : Médecin
My'trän +2 ~ Suhury
Sentant de l'eau glacée commencer à ruisseler sur sa tête, Evy leva les yeux au ciel - sans perdre les muursüld de son champ de vision - et, en l'absence de nuage, compris que c'était sa sœur qui venait de lui lancer sa magie. Rebaissant les yeux il la vit lui lancer un sourire d'excuse. Il espérait bien qu'elle s'excusait de l'avoir mit dans un tel pétrin. Les autres muursülds, trempés eux aussi, avaient eu la même réaction que lui, hésitant un peu plus et lui faisant gagner de précieuses secondes avant la prochaine attaque.

L'inexpérience de Evy se reconnaissait sans aucun doute dans son hésitation générale. Un sabreur plus expérimenté en aurait profité pour attaquer et retourner la situation à son avantage. Mais le jeune combattant ne connaissait pas tout le potentiel de sa force et de ses attaques face aux muursüld et il préférait camper sa position et se défendre pendant que les deux le dépatouilleraient de sa situation afin de ne prendre aucun risque qui s’avérerait être mortel pour lui. Il était d'ailleurs ravi de trouver sa magie offensive plutôt appropriée pour ce genre de situation et de tactique afin de tenir les potentiels attaquants à distance. De plus, il n'avait pas à autant se concentrer que pour soigner car s'il échouait, il ne risquait pas d'aggraver une blessure et tuer un innocent - au mieux la magie toucherait un autre membre ou n'aurait aucun effet - ce qui était reposant par rapport à l'expression plus pure et évidente du pouvoir de Möchlog qui transportait beaucoup de responsabilité avec elle.

Evert inspira et expira. Il était dans une position de défense plutôt impeccable - son maître d'arme serait fier -, tenant fermement son sabre de sa main droite et gardant son bras libre levé en direction des créatures, prêt à agir et à invoquer la magie sur le premier qui oserait venir vers lui.

Mais les félins trempés décidèrent finalement de se tourner vers la disciple de Dalai qui n'avait plus de magie tournoyante autour d'elle et ne semblait pas aussi imprenable que son frère.

« Non, attendez ! » S'écria inutilement Evert.

Quittant sa posture défensive, il leva la main vers l'une des créatures mais il était certain qu'il ne pourrait en handicaper qu'une seule.

« Kölog ! »

La voix grave retentit en même temps qu'un vent violent qui toucha exclusivement les muursüld et les firent trébucher. Celui que Evert avait touché fut balloté quelques mètres plus loin et atterrit dans l'eau, rendant la technique du fils d'Amisgal beaucoup plus impressionnante qu'elle ne l'avait vraiment été. Le jeune homme croisa le visage du vétéran qui lui sourit. Il se sentit un peu gêné devant ce sourire énigmatique mais il n'avait pas le temps d'être distrait par le guerrier. En effet, le voyageur avait rengainé son arme (ou plutôt, fait disparaitre ? où était-elle passée ?) et attendait visiblement que les deux frères et sœurs finissent le travail d'eux-même.

Cela voulait dire que Evert était obligé de passer à l'attaque et qu'il ne pouvait plus uniquement dépendre de ses deux compagnons. Ce qui n'était pas trop pour le rassurer.

Il se dirigea d'un pas un peu hésitant vers le muursüld le plus proche. Toute cette démonstration de magie l'avait un peu intimidé et il devait admettre ne pas se trouver totalement à sa place sur le champ de bataille. Adela et l'inconnu semblaient savoir d'instinct quoi faire, mais le fils de Möchlog était toujours un peu hésitant. En plus de son inexpérience, sans doute une partie de lui manquait de la conviction de mener ce combat à bien comme c'était celui d'Adela et pas le sien.

Il restait quatre muursüld dont l'un dans l'eau. Celui que Evert avait décidé d'attaquer ne présentait aucune blessure apparente mais il était encore un peu secoué et perdu par l'attaque du nomade de l'air. C'était le moment idéal pour agir et Evert n'avait pas d'autre choix que de le saisir. Prenant son sabre des deux mains, il visa le cou de son adversaire, un peu en dessous de la collerette, et poussa sa lame en avant, enfonçant la pointe tranchante de son arme dans le cou du félidé. Il sentit la lame s'enfoncer facilement dans la chair après avoir traversé la peau de la bête et une fois que son sabre s'était suffisamment enfoncé, Evy enleva prestement celui-ci alors que le muursüld émit un gargouillis peu ragoutant et que son sang se mit à gicler. Le félin gratta la terre devant lui et se mit à essayer de recouvrir son cou alors que l'herbe devenait écarlate.

Le fils de Möchlog ne put que ressentir l'expression de tristesse sur le visage de la créature. Une expression qu'il avait beaucoup vu même s'il finissait toujours par l'oublier. Il fit un signe de prière avec sa main libre et bénit la fin du Cycle de la bête. « Ta tristesse disparaîtra bientôt » voulait-il lui dire pour la rassurer, mais il ne parlait pas le muursüld et il n'y avait aucune chance qu'il le comprenne.

« Je vais affaiblir celui-là, Lily ! » Dit Evert d'une voix assez forte en se tournant vers le muursüld suivant.

Il fit quelques pas sur le côté pour s'éloigner du muursüld mourant au cas où celui-ci trouverait la force de se relever - mais il en doutait fortement, c'était juste par précaution. De sa main, il brassa l'air et attrapa l'énergie vitale du second muursüld. Il le rendit plus lent. L'avantage avec ses créatures c'est qu'elles ne comprenaient pas vraiment qu'elles perdaient de la force et continuaient de solliciter tous leurs muscles pour attaquer, au lieu d'attendre défensivement comme un humain pouvait le faire, ce qui rendait la technique beaucoup plus efficace.

« Vas-y. » Dit-il d'une voix normale, cette fois-ci un peu trop faiblement pour que Lily ne l'entende mais ça n'avait pas beaucoup d'importance.

Pendant ce temps, il gardait les deux autres muursüld sous les yeux. Il comptait sur Lily pour achever sa deuxième cible car il se doutait qu'il ne pourrait pas réitérer son coup de grâce si son adversaire n'était pas ébranlé par un choc quelconque. Ou alors il se montrait simplement trop prudent.


Avatar by Mlcamaro

#CCAE50
Voir le profil de l'utilisateur

Adela Nyström
avatar
Ven 4 Aoû - 17:00
Irys : 265105
Profession : Guerrière Zagash
My'trän +1
Alors qu'elle se préparait à subir l'assaut simultané des quatre félins, le souffle inattendu généré par le guerrier de l'air perturba sa concentration. Adela tourna brièvement le regard vers lui, manifestement il en avait fini. Au moins il connaissait les règles élémentaires de politesse lors d'un combat. Peut-être n'était-il pas si rustre ?

« Je vais affaiblir celui-là, Lily ! »

Evy était plus proche des prédateurs que la guerrière, et il avait eu le temps de tuer l'un d'eux d'un coup net et précis. Adela hocha la tête  en signe d'assentiment et fonça vers la cible de son frère, utilisant de nouveau sa magie de l'air pour accroître sa vitesse.

Evidemment, même avec le soutien d'Amisgal les muursülds restaient bien plus vifs qu'elle. Le félin le savait et bondit vers elle pour la déchiqueter. Il n'avait pas conscience de la faiblesse de ses pattes qui se dérobèrent au moment du saut. La créature s'affaissa, désorientée. Voilà pourquoi l'humain était au dessus de la chaîne alimentaire ! La guerrière arriva au niveau de la créature et enfonça la pointe de son épée dans sa gorge sans autre forme de procès.

Plus que deux muursülds. Celui qui lui faisait face hésitait, tandis que le dernier pataugeait encore dans l'eau. Adela fit deux pas en direction du félin indécis, et celui-ci fit le sage choix de prendre la fuite. Plus qu'un. Son coeur se serra à l'idée du sort qu'elle réservait à la pauvre bête piégée dans l'eau. Elle tendit son bras blessé en direction de l'étang, et invoqua le pouvoir de Dalai. Alors que le félin était sur le point de sortir de l'eau, une vague s'abattit sur lui et l'emporta à quelques mètres de la berge. L'eau autour de la bête se refroidit considérablement, engourdissant ses membres. Un courant circulaire mettait à mal ses tentatives désespérées de nager jusqu'à la terre. Le muursüld s'épuisait, et inéluctablement son corps était attiré vers le fond de l'étang.

Elle savait mieux que quiconque la terreur et la souffrance que l'on pouvait ressentir lors d'une noyade. Mais elle savait également ce qu'il pouvait en coûter de faire preuve de pitié. Lors de son éducation, elle fut maintes fois mise en garde sur les dangers d'un coeur faible. Elle dût apprendre à ne jamais céder à la compassion qu'elle pouvait ressentir face à l'ennemi.

« Désolée. Dalai t'enlacera bientôt, et tu n'auras plus peur. »

Elle avait murmuré ses mots comme une prière qu'elle aurait adressé à un compagnon agonisant. Le félin cessa de lutter contre les flots, et fini par accepter son sort. Dans un soupir, Adela relacha son emprise sur les eaux. Elle détestait utiliser ses pouvoirs de cette façon. Par prudence, elle guetta les alentour du regard. Plus aucun muursüld vivant dans les environs. Avec tous les cadavres qui jonchaient le sol, il était peu probable qu'aucun autre prédateur de passage n'ose s'en prendre à eux.

Elle se rapprocha de son frère, elle constata avec soulagement qu'il ne semblait pas blessé. Elle porta ensuite un regard méfiant vers l'inconnu. Il ne ressemblait en rien aux disciples de l'air de son ancienne tribu : il  avait davantage l'aspect d'un mage de la terre. Un calme étrange exhalait de lui. Mais ce n'était pas un calme naturel, et cela la mettait mal à l'aise. La prudence lui commandait de surveiller ses gestes. Même s'il les avait aidés, rien ne disait que ses intentions à leur égard étaient pacifique. Elle s'avança vers lui.

La blessure de la guerrière était plus grave qu'elle ne l'avait cru. Son bras était engourdi à cause du sang qui s'était déversé abondement. Elle ne le bougeait que dans la souffrance et avec difficulté. Elle tâcha néanmoins de n'en rien laisser paraître. C'était en parti pour ne pas avoir l'air faible face à celui qui pourrait éventuellement être un ennemi, mais surtout par pudeur. Une blessure, c'était la conséquence d'une erreur. L'exposer reviendrait donc à montrer à tous qu'elle avait failli.

« Qui es-tu ? Pourquoi as-tu interféré ? »

Son ton était plus sec qu'elle ne l'avait escompté. De toute évidence il était redoutable, le genre de personnes qu'elle préférait éviter d'avoir à affronter, et ce même si elle avait été au mieux de sa forme. Il aurait été préférable de se montrer meilleure diplomate, mais ce n'était définitivement pas dans les cordes de la guerrière Zagash.


My color ! #617CD1
Voir le profil de l'utilisateur

Adramus
avatar
Sam 5 Aoû - 11:08
Irys : 512161
Profession : Aventurier, maître d'armes
My'trän +2 ~ Mistral
Du regard, Adramus suivait la fin de la bataille. Malgré leurs multiples talents magiques, les deux chasseurs peinaient à en finir rapidement. Etait-ce dû à leur inexpérience, ou à un état d’âme particulier qui les empêcherait d’abattre ces animaux ? Pour preuve, la grimace de la jeune adepte de Dalai lorsqu’il a fallu qu’elle use de ses pouvoirs pour forcer le muursüld, qu’Adramus avait projeté dans l’eau un peu plus tôt, à la noyade. Bien que partageant ses sentiments, le guerrier avait érigé en règle de vie le fait de ne jamais les laisser paraitre. Enfin, le principal était que cette histoire avait bien fini, même si Adela s’en sortait avec une salle blessure au bras, qu’elle essayait bien de cacher d’ailleurs. Comme il pouvait s’en douter, le vagabond n’allait pas recevoir un accueil chaleureux de la part d’une native de Zagash. Certes, leur combativité méritait tout le respect d’Adramus, mais leur impétuosité l’agaçait plus que n’importe quoi d’autre. Lorsqu’elle arriva devant lui, le membre sanguinolent à souhait, il parvint à réprimer toute forme de compassion dans ses yeux, comme elle avait dénudé ses paroles de la moindre reconnaissance.

- Je suis Adramus, répondit le voyageur, je vais préparer quelque chose à manger, ça ne vous fera pas de mal.

Il se doutait bien que la jeune femme ne le laisserait pas en paix avant qu’il ait répondu à toutes ses questions, c’est pourquoi, après qu’il eut dépassé Evert, sans le regarder toutefois, il termina sa phrase.

- Si je suis intervenu c’est pour ne pas que vous finissiez dans le même état que ton bras, jeune adepte de Dalai. Dit-il en haussant la voix pour être certain d’être entendu.

La pique devait être douloureuse, bien plus que sa blessure, mais autant désinfecter la plaie qu’était son égo purulent avec la plus brûlante flamme sans tarder. Mais assez parlé, il était temps de manger. Dégainant un long couteau de sa besace, Adramus entreprit de dépecer l’animal que le plus jeune du duo avait abattu d’un net coup dans la gorge. Une mort propre, et qui facilitait grandement le découpage.

- Vous vous êtes bien battus tout de même, lâcha-t-il à l’intention de l’un comme de l’autre. Je me suis présenté à vous, ayez l’amabilité d’en faire de même. Quels sont vos noms, et d’où venez-vous ?

Sa main habile trancha la peau blanche qui tapissait le ventre du muursüld sur toute la longueur, puis Adramus entreprit de lui enlever tripes et boyaux, les parties non comestibles de la bestiole, le tout en supportant une odeur bien moins fétide que s’il avait fait l’erreur de percer ces organes de malheur.

- L’un de vous deux pourrait-il aller chercher un peu de bois ? Demanda-t-il calmement. Je ne tarderai pas à enlever tout ce qui est bon à manger.
Voir le profil de l'utilisateur

Evert Nyström
avatar
Lun 7 Aoû - 12:31
Irys : 94786
Profession : Médecin
My'trän +2 ~ Suhury
Adela frappa et Evert senti la Vie de la bête s'échapper d'entre ses doigts. Un autre s'enfuit sans demander son reste en voyant ce qu'il était advenu de ses compagnon. Le dernier commençait à se hisser sur la berge quand l'eau elle-même devint son ennemi. Evert regarda ce spectacle sans le voir, son esprit déjà reparti analyser le combat qui venait de se dérouler alors qu'il se demandait ce qu'il aurait pu faire de mieux. Ce faisant, il regarda tout autour d'eux pour vérifier qu'aucun autre (groupe de) muursüld n'était tapi dans les bois prêt à profiter d'un moment d’inattention mais ça ne semblait pas être le cas.

Il soupira pour relâcher un peu de la pression de leur combat.

Evy adressa une prière silencieuse pour la fin de Vie des félins à Möchlog. Lily venait de le rejoindre. Il remarqua la blessure au niveau de son bras ayant taché sa manche et il s'apprêtait à vouloir faire quelque chose à ce sujet quand sa sœur prit la parole d'un ton sec.

« Qui es-tu ? Pourquoi as-tu interféré ?
- Je suis Adramus. Je vais préparer quelque chose à manger, ça ne vous fera pas de mal. Si je suis intervenu c’est pour ne pas que vous finissiez dans le même état que ton bras, jeune adepte de Dalai. »

Lily semblait énervée à cause du voyageur - Adramus - et son esprit n'était pas au soin de sa blessure. Elle ne semblait pas vouloir montrer une once de faiblesse, du haut de cette fierté qu'elle avait toujours eu, malgré la bonne foi évidente du nomade de l'air. Donc Evert ne dit rien de plus, attendant de voir comment la situation allait évoluer - si sa sœur arrêtait d'être sur le qui-vive ou si Adramus allait les laisser un peu seuls. Il se doutait que s'il proposait ses services maintenant à Lily, elle ne ferait que le rejeter sans trop y penser, l'esprit trop accaparé par cet intru. Mais son sens des priorités voulait aussi dire que la blessure n'était pas trop grave et que ce n'était pas une urgence absolue.

« Vous vous êtes bien battus tout de même. Je me suis présenté à vous, ayez l’amabilité d’en faire de même. Quels sont vos noms, et d’où venez-vous ? »

Le voyageur était en train de dépecer l'une des bêtes à l'aide d'un couteau, ce qui alarma Evert vis-à-vis de leur mission et il ne pu s'empêcher de prendre la parole avec un ton légèrement paniqué.

« Ah ! Attention ! On doit récupérer des oreilles et des crêtes les plus intactes possible, donc ne les abimez pas inutilement. »

Il s'aperçu que comme il avait commencé à prendre la parole, il était obligé de répondre à la question de Adramus au lieu de simplement rester en spectateur de la conversation entre Lily et Adramus comme il comptait originellement le faire.

« Je suis Evert. Je viens de Suhury. » Ajouta-t-il simplement.

Il se rapprocha du guerrier - ou plus exactement de la cible de leur contrat - afin de vérifier que celui-ci ne faisait rien d'inutile aux oreilles ou à la crête. Il semblait bien s'y connaitre en dépeçage. Peut-être était-il un boucher ou un tanneur ? Ou bien simplement un voyageur expérimenté ayant l'habitude des routes ? Evert avait eu beaucoup de cours en anatomie du corps humain afin de parfaire sa maitrise du soin, mais il n'avait que très peu étudié l'anatomie animale - ou s'y était intéressé jusque là. Il prenait mentalement des notes en observant le travail d'Adramus et en regardant quelles parties de l'anatomie de la bête il privilégiait pour leur futur repas.

« L’un de vous deux pourrait-il aller chercher un peu de bois ? Je ne tarderai pas à enlever tout ce qui est bon à manger. »

Ah ! C'était leur chance se dit aussitôt Evert.

« On va s'en occuper. » Dit-il en insistant sur le « on » et en désignant Lily.

Il procéda ensuite à un échange discret et codé avec sa sœur où il pointait du doigt sa personne puis son bras sans dire un mot, et ce plusieurs fois en attendant que Lily ne comprenne où il voulait en venir et l'accompagne un peu plus loin. Enfin, c'était un échange discret uniquement à condition que personne d'autre que Lily n'était en train de le regarder et il était codé seulement si on n'avait rien suivi à l'histoire. Bref, la subtilité, ce n'était pas son fort.


Avatar by Mlcamaro

#CCAE50
Voir le profil de l'utilisateur

Adela Nyström
avatar
Lun 7 Aoû - 15:02
Irys : 265105
Profession : Guerrière Zagash
My'trän +1
« Je suis Evert. Je viens de Suhury. »

Adela laissa passer quelques secondes avant de répondre, observant son frère qui surveillait le dépeçage du muursüld.

« Adela, du clan Torphann. »

Elle invoquait rarement le nom de sa tribu lorsqu'elle se présentait : c'était une façon pour elle de se mettre en valeur en s'appuyant sur la renommée des siens. Sans qu'elle ne puisse se l'expliquer, elle se sentait comme en concurrence avec le nommé Adramus, comme si elle devait absolument lui démontrer sa force.

« L’un de vous deux pourrait-il aller chercher un peu de bois ? Je ne tarderai pas à enlever tout ce qui est bon à manger. »

La jeune femme allait protester, s'il croyait que...

« On va s'en occuper. »

Evy lui coupa l'herbe sous le pied. Comment ça "on" ? Ce dernier lui faisait des signes ridicules désignant son bras blessé puis la forêt. La guerrière rechignait à laisser seul l'étranger avec leurs trophées. Néanmoins elle devait bien admettre que soigner sa blessure devenait urgent. Chaque mouvements de son bras lui infligeait une cuisante douleur, et elle commençait à avoir des vertiges à cause du sang perdu. Elle se résigna à suivre Evert, son orgueil et sa pudeur ne lui permettant pas d'exposer la gravité de ses plaies devant leur allié. Elle se tourna vers ce dernier.

« Très bien, on y va. Et n'oublie pas : attention aux crêtes et aux oreilles, sinon c'est notre paie qui s'envole ! »

Elle emboîta le pas de son cadet en direction de la forêt, jusqu'à ce qu'elle estime qu'ils étaient suffisamment loin pour n'être ni vus ni entendus. Là, elle put enfin se détendre et, surtout, laisser éclater sa mauvaise humeur.  

« Mais pour qui il se prend celui-là ? Il débarque, nous donne des ordres et nous fait la morale comme un Gharyn !  »

Elle s'adossa à un tronc d'arbre et se laissa glisser à terre. Epuisée rien qu'à l'idée de rester debout, elle avait décidé de profiter de ce moment d'intimité pour accorder un peu de repos à ses jambes fébriles. Jamais elle ne se serait permis un tel acte de faiblesse devant un autre qu'Evy.

« Comment fonctionnent tes trucs de Mochlög ? »

La jeune femme n'avait jamais vu la célèbre magie de soin des Suhurites à l'oeuvre. Jusqu'à présent elle avait toujours laissé le temps et les onguents soigner ses blessures. Elle était un peu mal à l'aise, mais aussi curieuse de voir le jeune mage procéder.

« Et tu t'es bien débrouillé tout à l'heure, mieux que je le pensais. Je craignais le pire au vu de ton attitude pendant le voyage mais... tu sais au moins garder la tête sur les épaules pendant un combat.  »

Cette déclaration était ce qui se rapprochait le plus d'un compliment dans le vocabulaire d'Adela. Et c'était la preuve qu'elle avait été réellement impressionnée par son frère. Sortant un petit couteau qu'elle avait originellement prévu pour le dépeçage des muursülds, elle découpa précautionneusement ce qu'il restait de la manche et des protections de cuir -de toute façon ruinées- qui recouvrait son bras, le laissant à nu. Les plaies, deux larges traces de griffes, faisaient peur à voir. Sa chair était déchirée en profondeur, bien plus qu'elle ne l'aurait cru, et des lambeaux de peau recouverts de sang pendaient ça et là. Un frisson lui parcouru l'échine à cette vue sanglante. Finalement, elle ne regrettait pas d'avoir suivi Evy.


My color ! #617CD1
Voir le profil de l'utilisateur

Adramus
avatar
Ven 11 Aoû - 3:19
Irys : 512161
Profession : Aventurier, maître d'armes
My'trän +2 ~ Mistral
Les deux chasseurs répondirent plus ou moins sèchement. Visiblement, la méfiance était de mise, ce qu’Adramus ne comprenait pas franchement. Bien que voyageur expérimenté, il avait toujours le sentiment que ceux qui se disent ses ennemis suivraient le même chemin que lui : la sincérité. Lorsqu’Adramus n’appréciait pas quelqu’un, il le faisait prestement savoir, et en attendait de même des autres. Alors pourquoi autant de mystères, de faux semblants et d’hésitations ? Mais le guerrier estima qu’il n’était pas nécessaire de relever cet état de fait. Il était déjà sur une pente raide avec ces deux-là, autant ne pas enterrer, mort-née, la relation qu’ils avaient.

Evert s’éloigna avec sa sœur, sûrement pour en profiter et soigner son bras en lambeaux. Pendant ce temps, Adramus faisait son possible pour finir la découpe du muursüld. Il épargna, comme il l’avait promis d’un geste de la tête, la crête et les oreilles de l’animal, et comme il lui restait un peu de temps, il découpa les trophées sur les cadavres de trois autres félins. Une découpe nette, propre, qui n’entacherait sûrement pas la prime promise aux jeunes chasseurs.

Ils ne revenaient toujours pas ? Elle devait en avoir vraiment gros sur le cœur. Adramus l’entendait trépigner dans les broussailles voisines. Ils mettraient sûrement un moment avant de revenir avec ce qu’ils demandaient… Il n’avait plus qu’à trouver du bois lui-même, mort, de préférence, sinon faire du feu serait compliqué. Heureusement, il voyait au loin, sous une avalanche de plantes parasites et verdoyantes, ce qui devait être un reste de tronc d’arbre tombé il y a pas mal de temps déjà. Ce devait sûrement être l’abri de très nombreux animaux et insectes… Il ne la prendrait pas. Bon, eh bien il n’avait plus qu’à les attendre. S’asseyant sur le sol, à seulement quelques décimètres du résultat de sa découpe, il fouilla dans sa besace pour en sortir les feuillets de l’Erel Kheg, sa fameuse œuvre inachevée. Le dernier en date, celui qu’il retira de la pile, portait le titre de « Sur la Maîtrise de Soi ou La Capacité de l’Encaissement ». Il dégaina son fidèle crayon carboné, et commença à continuer la rédaction de son essai.

« Un guerrier entrainé ne peut être abattu par la force, ses ennemis trouveront toujours d’autres moyens gonflés de la plus pure lâcheté pour lui nuire. Parmi ces moyens, nous pouvons lister la calomnie, la provocation ou bien même la simple insulte, car un guerrier qui perd son calme face à de simples mots verra indéniablement sa réputation se ternir. C’est là la plus grande imperfection des guerriers de Zagash. Bien que forts d’une puissance qu’ils savent grande et prestigieuse, il est prouvé que vous provoquez n’importe lequel d’entre eux, simple éclaireur ou glorieux gharyn, il se mettra en colère immédiatement. Et comme le disait l’un de mes prédécesseurs qui a abondamment écrit sur comment mener un combat : « Faire perdre ses moyens à l’adversaire, c’est gagner la moitié de la bataille. » Il ne faut pas perdre de vue qu’un guerrier qui ne se maîtrise pas ne tirera pas tout le potentiel de sa puissance, et il ne saura pas la diriger au bon endroit. Les mages zagashiens pourraient être bien plus redoutables, mais aussi bien plus utiles à leur nation, s’ils ne déversaient pas, littéralement, des torrents incontrôlables d’injures et de magie sur le premier paysan venu l’asticoter d’un peu trop prêt. Voilà pourquoi, à mon sens, les adeptes de Dalai ne sont pas d’aussi redoutables combattants qu’on veut bien le prétendre, voire même les moins évolués du continent, car partout ailleurs les différents adeptes de tel ou tel Architecte prennent conscience de leurs défauts très jeunes et savent les surmonter pour accroitre leur pouvoir. Car avoir le pouvoir sur soi c’est avoir le pouvoir sur tout ce qui nous entoure. »

Adramus aurait pu compléter sa réflexion par l’exemple des mages de Zolios qui, au fur et à mesure de leur apprentissage, comprennent rapidement que le contrôle des émotions est une étape essentielle sur la voie de leur foi, mais il s’était empressé d’en finir car il entendait enfin ses deux compagnons de fortune revenir avec le bois réclamé. Il rangea tout son matériel dans la besace de cuir d’où il provenait et dévisagea d’un regard doux, mais aux intentions indéchiffrables, Adela et son jeune frère.

- Parfait, nous pouvons envisager de manger à présent. Lança-t-il sur un ton parfaitement dénué de toute ambiguïté.
Voir le profil de l'utilisateur

Evert Nyström
avatar
Sam 12 Aoû - 16:30
Irys : 94786
Profession : Médecin
My'trän +2 ~ Suhury
Cela lui fit un petit quelque chose quand sa sœur se présenta avec le nom de son clan de Zagash mais il n'avait rien à redire sur ce point. C'était sa nouvelle vie. Le temps s'écoulait, tout le monde changeait et personne ne pouvait - ou ne devait - rien y faire.

Lily sembla avoir compris son message codé car elle accepta de venir chercher du bois avec lui, non sans une mise en garde envers le nomade d'Amisgal. Dès qu'ils se furent un petit peu éloigné, Lily perdit un peu de sa superbe en redevenant plus naturelle et moins prudente et fière qu'auprès de l'inconnu - Evy la préférait comme ça.

« Mais pour qui il se prend celui-là ? Il débarque, nous donne des ordres et nous fait la morale comme un Gharyn ! »

Evert laissa la colère de sa sœur s'échouer dans ses oreilles. Il ne répondit rien, car il n'avait rien à ajouter et savait qu'elle n'attendait rien de lui. Elle voulait simplement se plaindre de leur mystérieux allié, ce que le fils de Möchlog respecta, l'écoutant attentivement sans pour autant émettre la moindre remarque. À ses yeux l'inconnu les avait bien aidé et il n'avait aucune animosité envers lui bien que sa sœur avait choisi de lui en vouloir pour avoir entaché leur fierté. Il essayait de comprendre son choix mais cela lui était difficile et était un terrain trop inconnu pour lui. Alors il laissa simplement couler sans un mot, notant simplement l'état d'esprit de Lily par rapport à Adramus, au cas où cela soit utile un peu plus tard.

« Comment fonctionnent tes trucs de Mochlög ? Demanda-t-elle finalement en se laissant tomber à terre.
- Tend ton bras. » Répondit-il.

Il s'assit à ses côtés. Elle replia sa manche pour que son bras soit nu et, pendant qu'elle s’exécutait, elle lui fit un compliment :

« Et tu t'es bien débrouillé tout à l'heure, mieux que je le pensais. Je craignais le pire au vu de ton attitude pendant le voyage mais... tu sais au moins garder la tête sur les épaules pendant un combat. »

Le fils de Möchlog ne savait pas trop quoi répondre à ça. Il ne savait pas non plus pourquoi elle prenait la peine de lui dire ça. À ses yeux, le combat n'avait jamais été à propos de lui. Et, malgré la sincérité de sa remarque, Evert laissa ce compliment s'échouer dans ses oreilles de la même façon que les complaintes un peu plus tôt. Il ne voyait aucun usage à en faire, aucune axe d'amélioration qui pouvait en découler. Ce n'était pas un reproche, c'était juste un fait. On ne pouvait rien y faire.

Aussi se contenta-t-il d'un banal « Euh... Merci, toi aussi. » qui faisait clairement douter de s'il prenait tout ça au sérieux.

Une fois ce problème réglé, Evert observa la blessure. Elle était plus grave qu'il ne le pensait et il était étonné qu'elle ne laissait rien paraitre quant à la douleur que celle-ci devait lui infliger.

« Tu aurais dû me demander de te soigner tout de suite. » Constata-t-il sévèrement.

Ça, c'était une remarque qui avait du sens. Il y avait un axe d'amélioration si c'était la fierté de la guerrière ou son manque de confiance envers son frère qui l'avait empêché de s’exécuter. Dans le premier cas c'était probablement incurable, mais dans le deuxième cas Evy pouvait sans doute y faire quelque chose en lui prouvant le bien fondé de ses pouvoirs. Le fils de Möchlog posa ses mains un peu froides et moites sur le bras taché de sang chaud.

« Si tu ressens une petite chaleur, c'est normal, ne bouge pas. Ça ne fait pas mal. » Expliqua Evert comme elle lui avait demandait comment ça fonctionnait.

Il doutait que par sa question elle veuille connaitre le moindre détail : la connaissant, elle voulait juste savoir comment ça allait s'appliquer à elle. Alors il se contenta de lui expliquer ça avant de se mettre au travail. Il commençait à invoquer sa magie quand il se souvint qu'il allait soigner sa sœur : « Et ne m'interrompt pas, je dois me concentrer. » Il espérait qu'elle comprenne le sous-entendu « si tu veux pouvoir réutiliser ton bras un jour ».

Mentalement, il remercia Möchlog de lui prêter son pouvoir et chercha l'endroit précis où le bras était blessé. Deux griffes avaient porté un coup net et précis et endommagé des veines. En plus de devoir arrêter le saignement, il devait régler le problème de potentielle infection. Il laissa échapper un soupir sous l'effort tandis que la chaleur de Möchlog irradiait la blessure d'Adela. En plus de simplement arrêter le saignement et empêcher une infection, il ôta la douleur et la gêne que pouvait ressentir Lily. Il laissa simplement la cicatrice qui mettrait un peu de temps à disparaître naturellement - un trophée de son inattention que chérissait la plupart des guerriers.

La manifestation magique dura plusieurs minutes. Il aurait pu être plus rapide - arrêter simplement le saignement en quelques secondes - mais cela aurait été prendre le risque d'une rechute et elle n'aurait pas pu utiliser son bras de façon confortable. Il savait qu'il avait l'occasion de prendre son temps et il n'allait pas s'en priver.

Il lâcha finalement le bras et se releva.

« On doit trouver du bois maintenant. Ça fait longtemps que je n'ai pas campé, tu sais de quel type de bois on a besoin ? »

Peut-être avait-elle vu du bois exploitable pendant qu'il la soignait et ils pourraient rapidement revenir auprès d'Adramus, et surtout de leur objectif initial. En attendant il décida de la suivre et de faire ce qu'elle lui demandait sans poser de question, lui faisant confiance sur la question de la survie en pleine nature.


Avatar by Mlcamaro

#CCAE50
Voir le profil de l'utilisateur

Adela Nyström
avatar
Sam 12 Aoû - 20:44
Irys : 265105
Profession : Guerrière Zagash
My'trän +1
« Euh... Merci, toi aussi. »

La jeune femme réprima un soupir. Comment faisait-il pour rester aussi indifférent ? C'était un trait qu'elle avait depuis longtemps accepté chez Evy, mais cela ne signifiait pas qu'elle comprenait.

« Tu aurais dû me demander de te soigner tout de suite. »

Elle ne prit pas la peine de répondre. Si elle ne pourrait jamais comprendre l'indifférence de son petit frère, lui ne pourrait probablement jamais comprendre sa fierté.

« Si tu ressens une petite chaleur, c'est normal, ne bouge pas. Ça ne fait pas mal. Et ne m'interrompt pas, je dois me concentrer. »

Tandis qu'il mettait ses étranges pouvoirs à l’œuvre, elle tint à la lettre son instruction et garda son bras parfaitement immobile, un peu inquiète à l'idée qu'il trafique l'intérieur de ses plaies. Si elle n'avait pas eu autant de confiance en lui, elle ne lui aurait jamais laissé le loisir d'exercer son art. Une chaleur anesthésiante et une légère démangeaison se répandaient dans son bras alors que la plaie se refermait à vue d'oeil. N'osant produire le moindre bruit de peur de déconcentrer le médecin, elle respirait lentement. C'est qu'elle ne savait pas quelles conséquences cela pourrait avoir sur son bras si Evy commettait une erreur.

Quand il eut fini son œuvre, elle osa enfin regarder sa blessure. Un tissu cicatriciel s'était déjà formé. Elle effectua quelques mouvements méticuleux, aucune douleur, les muscles répondaient normalement. C'était impressionnant. La réputation des adeptes de Möchlog n'était pas exagérée. Peut-être même que la cicatrice finirait par disparaître, ce qui aurait été impensable avec une guérison naturelle.

« On doit trouver du bois maintenant. Ça fait longtemps que je n'ai pas campé, tu sais de quel type de bois on a besoin ? »

Cela serait rapide, le coin ne manquait pas de ressources.

« Il nous faut du bois mort, des petits morceaux pour démarrer le feu, puis des plus gros pour le faire durer. Il faut qu'il soit sec, évite ceux qui sont trop humides. »

La recherche fut plus laborieuse que prévue et il leur fallu près d'une heure à rassembler suffisamment de bois. Ils prirent le chemin du retour les bras chargés de bois sec. Ils en avaient plus que ce qu'il fallait, mais mieux valait trop que pas assez. Adramus les attendait, visiblement il avait prit le temps de détacher les trophées à leur place. La manche arrachée de la guerrière laissait son bras dénudé, faisant clairement apparaître les deux cicatrices. Elle espérait que leur compère ne ferait aucun commentaire à ce sujet, son orgueil avait été suffisamment malmené.

Avec son bras guéri et le temps passé à chercher du bois, l'humeur d'Adela s'était adoucie, et elle se sentait plus apte à user de diplomatie.

« Nous voilà, désolée pour l'attente. »

C'était une piètre formule de politesse, mais jamais elle ne se serait montrée si aimable il y a une heure à peine.

« Parfait, nous pouvons envisager de manger à présent. »

Sans plus de procès ils disposèrent du petit bois pour créer un foyer. Adela prit quelques minutes pour démarrer un feu qui prit vie rapidement.

Alors qu'ils mettaient à cuire la viande de muursüld découpée par Adramus, elle choisit d'entamer la conversation d'une voix neutre, il était temps de déterminer quelle genre de personne était l'inconnu.

« Alors "Adramus", par quel concours de circonstance en es-tu arrivé à intervenir dans notre chasse ? Tu étais aussi après ce contrat ? Les gens qui s'aventurent dans cette  modeste forêt ne sont pas légion. »

Un soupçon de méfiance lui échappa dans sa dernière phrase. Bien qu'elle supposait que ses intentions étaient nobles, prudence était mère de sûreté.


My color ! #617CD1
Voir le profil de l'utilisateur

Adramus
avatar
Dim 13 Aoû - 4:11
Irys : 512161
Profession : Aventurier, maître d'armes
My'trän +2 ~ Mistral
Spoiler:
 

Adramus ne lança même pas un regard curieux sur le bras de la jeune femme. Il savait quels dégâts pouvaient produire les griffes d’un muursüld aguerri. Il y a quelques années, un spécimen plus malin que celui qui avait blessé la jeune femme avait visé les jambes du guerrier d’Amisgal, et lui entailla cette dernière. La cicatrice pouvait encore se deviner, mais avec difficulté. Contrairement à bon nombre de Zagashiens, il admettait sans problème ses erreurs. C’était une forme de progrès, un pas de plus vers la perfection martiale. C’est donc sur cette réflexion qu’il commença à bâtir, à l’aide des deux chasseurs, un modeste foyer qu’ils allumèrent pour enfin se remettre de leurs émotions par la dégustation d’une viande… plutôt rare sur les étals, il fallait bien l’avouer. Assis sur les genoux devant le feu crépitant, c’est à ce moment qu’Adela choisit de tenter de briser la glace –qu’elle avait installé toute seule d’ailleurs- entre elle et l’inconnu tatoué. Ce dernier lui répondit tout en gardant un œil sur les divers morceaux de viandes.

- Je comprends que tu sois méfiante, le contraire aurait été étonnant, mais je peux t’assurer que mon but n’était pas de vous doubler sur ce contrat de chasse. Je vous laisse vos trophées avec plaisir. Dit-il en tisonnant les braises à l’aide d’une brindille. Tu as raison, les gens qui viennent par ici ne sont pas nombreux, et c’est bien pour cela que je m’y rends. Coupé de tout, seul avec la nature, y-a-t-il meilleure manière de progresser sur la voie de l’Erel Kheg ? Ne vous méprenez pas sur mes attentions, mes amis. Je suis un vagabond, un voyageur, un ermite, qui cherche simplement à se rapprocher d’Amisgal de la manière la plus honorable et brave possible. Voilà, c’est tout ce qu’est Adramus.

Il avait clôturé sa tirade sur un rictus las, et en regardant du coin de son œil sombre ceux qui nourrissaient les plus justes soupçons à son égard. Il espérait tout de même avoir calmé leurs esprits par ces mots bien sentis, mais ne se faisait pas d’illusions pour autant. Peut-être bien que jamais ils n’auraient confiance en lui. Par un heureux hasard, c’est à ce moment que les premiers morceaux de viande commençaient à prendre une couleur rassurante. Les chasseurs étaient bienheureusement venus avec leur propre gamelle en bois, et le vagabond partagea le repas en parts égales. Il n’y avait, malheureusement, aucun accompagnement valable dans cette forêt, alors ils devraient se contenter d’un régime carné pour aujourd’hui.

- Mangez. C’est une sensation de victoire non-négligeable que de goûter à une créature que l’on a traqué, combattu, et tué soi-même. Même si, bien souvent, la viande de carnivores a un goût… spécial. Acheva Adramus en s’enlevant un morceau filandreux d’entre deux dents.
Voir le profil de l'utilisateur

Evert Nyström
avatar
Mer 16 Aoû - 13:45
Irys : 94786
Profession : Médecin
My'trän +2 ~ Suhury
Grâce à l'expertise de Lily, les deux frères et sœurs purent ramasser du bon bois à ramener au camp. Il leur fallu plus de temps que Evert ne l'aurait cru - mais il soupçonna Lily de saboter malgré elle leur recherche comme elle souhaitait un peu de temps loin de l'étranger qui avait eu don de l'énerver. Ce fut donc une Lily docile qui se représenta au camp, les bras chargés de bois de bonne qualité.

« Nous voilà, désolée pour l'attente.
- Parfait, nous pouvons envisager de manger à présent. »

Evy ne dit rien, se dirigeant vers leurs proies pour constater que les oreilles et crêtes de celles-ci avaient été finement découpées. Il y avait d'ailleurs d'avantage de trophées que ce qu'ils étaient initialement censés ramener et ils étaient en bon état - l'inconnu avait fait du bon travail - donc peut-être toucheraient-ils la prime supplémentaire mentionnée sur l'annonce.

Quoiqu'il en soit, Evert collecta les trophées et les emballa soigneusement dans un conteneur en peau que la guilde leur avait prêté à cet effet. Pendant ce temps, sa sœur et Adramus allumaient un feu et tentaient de faire fondre la glace qui s'était installée entre eux une heure plus tôt.

Apparemment Adramus était simplement un voyageur qui les avait trouvé par hasard. Il était un adepte d'Amisgal comme Evert l'avait supposé et il les avait sans doute aidés par bonté de cœur - quoique Adela pouvait penser. Evert trouvait Lily décidément trop prudente dans sa perception du nomade. Mais il savait trop bien que ce n'était pas la peine d'essayer de la faire changer d'avis d'une quelconque manière, et Adramus se débrouillait déjà suffisamment bien dans ce but en précisant ses intentions et en la laissant décider d'elle-même.

« Mangez. C’est une sensation de victoire non-négligeable que de goûter à une créature que l’on a traqué, combattu, et tué soi-même. Même si, bien souvent, la viande de carnivores a un goût... spécial. »

Le nomade sortit les morceaux de viande du feu et les servit tour à tour. Un Evert jusque là silencieux ne put se retenir de prendre la parole devant ces mots vides de sens.

« C'est le Cycle, c'est normal, je ne vois pas ce qu'il y a de spécial. »

Il avait lâché ces mots sans trop y penser et se dit qu'il aurait mieux fait de garder le silence. Il décida d'achever le fil de ses pensées au lieu de garder une éventuelle confusion planer.

« Il n'y a pas de sensation de victoire à avoir. Elles ont juste accomplies leur but, leur Tâche. » Ajouta-t-il.

Il baissa les yeux et arracha un morceau de viande saignante avec ses dents, retournant un peu dans sa confortable nonchalance habituelle où il n'avait pas à prendre la parole et s'attirer les foudres des autres croyants à cause de sa philosophie de vie particulière aux yeux de ceux qui ne croyaient pas en Möchlog.


Avatar by Mlcamaro

#CCAE50
Voir le profil de l'utilisateur

Adela Nyström
avatar
Mer 16 Aoû - 15:41
Irys : 265105
Profession : Guerrière Zagash
My'trän +1
La justification d'Adramus, bien que cohérente, ne suffit pas à convaincre Adela. Tout le monde pouvait dissimuler ses intentions derrière des mots bien choisis, mais seul les actes parlaient d'eux-même. De toute façon, si ses intentions s’avéraient être mauvaises, ils ne tarderaient pas à le savoir,  et si elles ne l'étaient pas, elle consentirait peut-être à lui accorder sa confiance.

Alors qu'Adramus les enjoignaient à manger, Evy prit enfin la parole.

« C'est le Cycle, c'est normal, je ne vois pas ce qu'il y a de spécial. Il n'y a pas de sensation de victoire à avoir. Elles ont juste accomplies leur but, leur Tâche. »

Le connaissant, il allait de nouveau s'enfermer dans son mutisme après cette déclaration. Elle le regarda s'attaquer à sa viande et se sentit obligé de prendre sa défense.

« Mon frère a une vision assez personnelle de la vie. C'est sa façon de dire que tout s'est bien passé. »

Elle prit à son tour une bouchée de la viande peu ragoutante, réfléchissant à un point dans l'histoire d'Adramus qui la turlupinait tout en mâchant.

« Qu'est-ce que l'Edrel Kègue ? C'est en lien avec ton art martial ?»

Ces mots ne lui disaient rien, cela ne devait avoir aucun lien avec Amisgal, autrement elle aurait certainement su de quoi il était question. Elle avait aussi entendu l'étranger crier des espèces d'incantations aux consonances similaires lors du combat contre les félins, ce qui l'avait amenée à la conclusion que cela avait un rapport avec sa manière de combattre exotique.


My color ! #617CD1
Voir le profil de l'utilisateur

Adramus
avatar
Dim 20 Aoû - 1:07
Irys : 512161
Profession : Aventurier, maître d'armes
My'trän +2 ~ Mistral
Malgré un ton plutôt froid et contemplatif porté par le message de l’adepte de Möchlog, Adramus ne put s’empêcher de hausser un sourcil. Il avait toujours trouvé ces derniers… un peu distants par rapport au reste des mortels. Peut-être était-ce dû au caractère un brin plus ésotérique de ce à quoi était relié la Grande Chouette, ce fameux « Cycle ». Vie, mort, construction, destruction, tout ce qui se répète et qui amène après chaque naissance l’invariable décompte avant le glas final. Chaque être vivant était ainsi mourant dès les premiers instants. Il fallait s’y faire. Le guerrier était plutôt d’accord avec cette vision des choses, bien que ses préoccupations ne lui permettaient guère de se plonger plus avant dans la réflexion. Non, ce qui le gênait c’était…

- Je parlais du goût de la viande. Tu n’as jamais mangé de carnassiers ? C’est fort en bouche, je te préviens. Lança le vagabond sur un ton amusé.

Eh oui, bien que pétri de philosophie, comme son compagnon de fortune, Adramus n’en restait pas moins très terre-à-terre, et s’il faisait une réflexion sur le goût d’une viande, il ne fallait pas s’attendre à y trouver un sens caché qui remonte directement jusqu’à l’origine des êtres. Il était un peu trop épuisé par le combat pour s’en aller si loin.

- Mais je suis d’accord, ajouta-t-il cependant, chaque être qui vit a un destin qui l’attend, et qu’on le veuille ou pas le point final reste inévitable. J’aimerai juste faire en sorte d’en avoir un qui attire le regard sur ce qui l’a précédé.

Tout en mordant un morceau filandreux de la viande, Adramus leva les yeux vers Adela qui avait pris le parti, un peu plus tôt, de clarifier l’opinion de son frère. Ah, voilà un détail surprenant, ils étaient donc frère et sœur ? Pourtant ils venaient de régions bien différentes ? Le guerrier se promit de leur poser la question un peu plus tard, pour l’instant il était temps de faire le point sur ce dont il avait fait référence un peu plus tôt et de laquelle, bien évidemment, les deux chasseurs ne savaient rien. Adramus passa ses prunelles sombres d’un visage à l’autre tout en prononçant sa tirade.

- L’Erel Kheg, c’est la voie que j’ai choisi de suivre. C’est moi qui l’ai nommé ainsi, mais je suis sûr que bien des My’träns l’ont suivi avant moi. La Voie du Guerrier, voilà ce que c’est. Dans la besace que vous voyez, j’ai compilé plusieurs rouleaux de parchemins dans lesquels sont inscrits tous les préceptes que j’ai tiré de ma foi envers Amisgal et de mes pérégrinations depuis mon enfance et qui permettent de bâtir, j’en suis sûr, le guerrier parfaitement équilibré, juste, et capable de tirer le maximum de sa puissance. Il y a, à la fois, des techniques de combat utilisant la magie de l’air, celle que j’utilise, mais également des rites quotidiens pour honorer son Architecte et les dons offerts par ce dernier. On peut aussi y trouver des conseils de vie pour bien s’alimenter, s’entrainer, méditer et des préceptes moraux que je respecte à la lettre, comme l’humilité, l’honneur, la clairvoyance, le respect de la sagesse, etc. Voilà ce qu’est l’Erel Kheg. Appelons-le grossièrement le « Manuel du Parfait Combattant. »

Avalant un nouveau morceau de viande pour laisser le temps au duo de digérer ce qu’il venait de dire, il se sentit obliger de rajouter un mot.

- Oh, et je me permets de l’appeler comme ça parce que je n’en suis pas le seul auteur. Tout ce que vous lirez là-dedans ne vient pas que de mon esprit, mais bien de ceux de nombreuses personnes que j’ai rencontré lors de mes voyages et de ce que j’ai interprété des signes qu’Amisgal m’a envoyé ces dernières années.

L’humilité étant une vertu qu’il venait d’énoncer comme primordiale sur la voie de l’Erel Kheg, autant ne pas tout casser en se prétendant l’unique inventeur de la méthode ultime pour devenir le plus grand des guerriers. Adramus n’avait plus qu’à attendre la réaction des jeunes gens. Il prêchait sa paroisse après tout, et il espérait secrètement avoir trouvé là des oreilles intéressées.
Voir le profil de l'utilisateur

Aller à la page : 1, 2  Suivant
Page 1 sur 2