Revenir en hautAller en bas
Chroniques d'Irydaë
Bonjour, et bienvenue sur les Chroniques d'Irydaë. Déjà inscrit ? N'attends plus, et connecte-toi dès maintenant en cliquant sur le bouton "Connexion" ci-dessous !

Vous êtes nouveaux, que ce soit sur ce forum ou dans le monde du RPG ? Le choix d'un forum sur lequel vous pourrez vous épanouir n'est pas anodin, et il vaut mieux pour cela connaître l'univers dans lequel vous vous trouvez ! Nous avons pensé à vous, en vous préparant un guide qui vous permettra de découvrir pas à pas le monde des Chroniques d'Irydaë.

Si malgré cela, des doutes subsistent, n'hésitez pas à adresser vos questions aux Administrateurs.

En vous souhaitant une agréable visite !



 :: Les terres d'Irydaë :: Daënastre :: Vereist
Page 2 sur 2
Aller à la page : Précédent  1, 2


 Haute voltige [Terminé]

Gwen Feien
avatar
Ven 18 Aoû - 20:27
Irys : 840898
Profession : Voleuse
Daënar 0
Merde, c’est pas possible ! Je n’ai eu le temps de replier une aile que le type décide de venir de mon côté. En plus, il sort un fusil, c’est pas bon du tout ! Pourquoi il continue pas son pillage, celui-là ?! Même avec la neige, je n’aurai clairement pas le temps de ranger mon delta’ et de prendre la poudre d’escampette. Par l’Uulyn ! Ça me déchire le cœur, et ça m’énerve plus que tout, de laisser ce magnifique engin derrière moi. La brute ignorante avec son chapeau de brigand ne m’inspire pas confiance.

Avec de la chance, il ignorera purement et simplement ce truc inconnu à ses yeux. Pour ma part je file aussi vite que je peux me mettre à couvert des arbres. Et tout en se faisant, j’en profite pour prendre une dague dans chaque main : si jamais il s’avisait à me suivre, il le sentirait passer.

J’aurais pu rester et l’attendre mais honnêtement, il y a peu de chance que ce soit une bonne âme venu aider. Bizarrement dans ces cas, les charognes sont plus rapides que les secours. En plus d’être beaucoup moins malléables et sympathiques. Bref, des enquiquineurs qui pouvaient se révéler une vrai plaie. Mais je me défendais aussi.

Pour ne pas me ralentir, je décide de courir sans me retourner, comme souvent dans ce genre de situation, jusque à atteindre les premiers arbres. Un peu de course aléatoire pour éviter le coup dans le dos facile. Même si ça me ralentit, ça vaut le coup : il ne peut pas me tirer dessus et courir à ma suite en même temps.



Gwen parle en #0033ff

Voir le profil de l'utilisateur

Nätchakar la Gâchette
avatar
Ven 18 Aoû - 23:19
Irys : 219963
Profession : Bandit
Daënar -1
Cette course était un coup de poker. Le genre de bluff que vous sortez quand vous avez un deux et un trois mais que vous tenez absolument à remporter le gros lot. Un quitte ou double mortel, en somme.
Et sur le coup, d'ailleurs, il semblait que le pari payait. L'autre croque-mort et son cadavre disparaissaient dans la forêt sans demander leur reste et le passager du planeur suivait le même raisonnement. Tout était parfait. Dans quelques minutes, le bandit atteindrait le couvert des arbres et, de là, pourrait réfléchir plus posément.

En arrivant à l'entrée des bois, Nätchakar eut la désagréable surprise de constater que sa proie s'était échappée, ou en tout cas n'était plus visible. En fait, après quelques secondes, il commença à douter qu'elle se soit enfuie. A cette distance, dans la neige et les arbustes, il entendrait encore ses bruits de pas affolés. S'il n'entendait rien, c'était qu'elle s'était arrêtée, quelque part... Etait-il possible qu'elle l'attende?
Prenant son fusil près du corps pour éviter d'être gêné à courte distance, le pillards parcouru du regard les végétaux présents. Sa future victime n'était visible nulle part... Autant ne pas tenter le destin: il lui faudrait prendre ce qu'il pouvait et se barrer d'ici à toute vitesse.

Curieux, tout de même, il s'arrêta sur le deltaplane. Quelle drôle de création tout de même! Ca volait? Pouvait-on la faire partir du sol comme ça ou fallait-il déjà être en hauteur? Tellement de question... En tout cas il constatait que les deux ailes étaient reliées sur une armature relativement fine. Décidément de passer sa frustration, il déchargea son fusil dessus, faisant exploser l'articulation d'une aile, qui tomba lourdement au sol.
Avec un rire nerveux, il replaça une nouvelle cartouche dans la chambre et fit demi-tour pour rentrer dans la forêt tout en s'éloignant de la zone. S'il avait raison et que sa proie le cherchait, il avait toutes les raisons de mettre de la distance entre eux, car elle serait furieuse...


Tant pis, elle s'en ferait un hamac, avec sa toile d'engin!


Voir le profil de l'utilisateur

Hex Hekmatyar
avatar
Dim 20 Aoû - 21:59
Irys : 677744
Profession : Soldat de fer
Daënar +2 ~ Zuhause (homme)
Parfois, il faut savoir se mêler de ce qui se regarde et très honnêtement, c'était ce que j'allais faire sans aucun regret, laissant le pillard se diriger vers la personne qui avait atterrit sur la plaine. Mais quelle idée aussi de se poser après un crash... À sa place, j'aurai fait route vers la ville la plus proche. Mais peut être espérait-elle récupérer quelque chose sur l'épave.
Je vis l'un des pillards se diriger vers le planeur oubliant momentanément ma présence. Et comme chaque malheur est une opportunité, je saisis la mienne, abandonnant le cadavre pour aller plus vite. Avec un peu de chance, je serais à la ville en très peu de temps, je connaissais plutôt bien la région, il suffisait juste de piquer droit vers la ville, mais cette fois en évitant cette saleté de lac. Il faudrait peut-être que j'y retourne un de ces quatre tout de même, histoire de voir cette lueur bleue de plus près.
Mais ça attendrait ! J'avais de toute façon du chemin à faire, beaucoup de chemin.

....

J'avais réussi ! Rejoignant Zuhause en à peine une journée de marche et c'est presque avec joie que je m’effondrais dans ma chambre, retirant les vêtements de mon sac pour les mettre à sécher au coin du feu. Je sortis la lame de ma poche l'examinant sous toutes les coutures.
J'avais failli mourir juste pour ça ?
La lame était bleue et richement décorée. Ça devait être un héritage précieux... Sans compter que des veines de maghilites étaient visibles. Ça avait donc beaucoup de valeur...
Mais bon je me voyais mal garder ce machin, surtout que le haut fonctionnaire proposait une sacrée somme pour son bien.
C'est donc le lendemain que je me rendis à la maison de l'homme en question, je fus donc accueilli dans la maison du gouverneur par un domestique en livrée. Tout s’enchaîna assez vite à vrai dire...
Le gouverneur me reçut dans son bureau, me demandant la dague. Il l’examina un bon moment avant de me demander mon nom

-Hex Hekmatyar Monsieur le gouverneur !

Il eu un petit moment de réflexion avant de se lever pour me serrer la main.

-Et bien Monsieur Hekmatyar je veillerai à ce que vous soyez récompensé comme il se doit ! C'est un héritage précieux que vous m'avez rapporté là.

Il y eu ensuite un échange de platitude qui me sembla durer une éternité, je réussis enfin à partir, une bourse pleine d'Irys en poche et un nouvel ami à ajouter dans ma liste de contact.
Je fis sauter l'argent dans ma main avant de me mettre à rire, parfois aider des gens pouvait servir finalement même si ça passait par tomber dans les jumeaux...
En ligne Voir le profil de l'utilisateur

Gwen Feien
avatar
Lun 21 Aoû - 8:21
Irys : 840898
Profession : Voleuse
Daënar 0
Je dépasse plusieurs arbres avant d’en repérer un qui fera l’affaire : assez gros et avec une écorce facilitant les prises, à ne surtout pas négliger dans ces contrées enneigées ! Je le contourne et en quelques minutes je suis perchée sur une branche à plus de deux mètres. Une des dagues que j’avais rangé pour l’ascension retourne dans ma main. Au besoin elle ira se planter dans le dos de la brute.

BANG

Le tir vient de tout près sur quoi a-t-il bien pu tirer ?! Un autre pilleur se serait approché ? Je ne peux pas le voir d’ici... L’avantage c’est qu’ils, ou il si le tireur à fait mouche, ne peuvent pas me voir non plus. J’attends ne bougeant pas pour ne pas trahir ma position.
Un rire étrange résonne puis peu de temps après je vois le type au chapeau passer non loin de moi. L’angle de visé n’est pas optimal, je pourrais l’avoir mais il y a plus de chance que je trahisse ma position pour rien. Bien que s’il est toujours vivant, il n’a sûrement pas les poches vides…

Les pas s’éloignent, je le regarde disparaître dans la forêt avant de descendre pour aller récupérer mon deltaplane. Avant même d’être sortie de son couvert, je comprends sur quoi il a tiré. Une envie meurtrière se met à sourdre en moi. Et dire que je l’ai laissé partir ! La prochaine fois, il ne s’en tirera pas à si bon compte, argent à la clef ou non ! Et quel gâchis un si beau spécimen... Une partie de mes gains allaient partir dans l’achat d’un autre, il n’y avait rien à sauver sur celui là. Rien à tirer non plus de la carcasse bien plus grande de l’aéronef comme ses alentours déserts semblent le suggérer.

Retour en ville, la marche allait être longue.



Gwen parle en #0033ff

Voir le profil de l'utilisateur

Nätchakar la Gâchette
avatar
Mar 22 Aoû - 19:20
Irys : 219963
Profession : Bandit
Daënar -1
Saleté de journée! Non seulement il ne ramenait rien de bien folichon, mais en plus il se les pelait. Pour un mois d'août, il s'en rappellerait, tiens. Un jour il partirait s'exiler dans le Sud, où on dit qu'il fait beau et que les femmes sont des salopes.

Pour sa retraite, peut-être... Quand le froid et le mauvais sommeil le dissuaderaient de rester plus longtemps dans cette zone ingrate. Il y serait bien, riche probablement et avec une tonne de choses à raconter. Aurait-il des enfants à qui les raconter? Sans doute pas. Il avait passé l'âge et la chose lui avait toujours parue incongrue. Bon, sans doute avait-il quelques bâtard qui traînaient, issus de viols ou de catins, mais rien qu'il ait pu appeler dignement "mon enfant".
Interrompant ses réflexions, il descendit d'un peu son pantalon pour pisser au pied d'un arbre. Voilà dix minutes qu'il marchait en solitaire dans cette forêt, peu de chance qu'il soit surpris.


-"Alors mon vieux, t'es chausses sont pleines? Tu saur' pas où s'trouve la volière qu'est tombée? Vingt minutes qu'on cherche le ch'min"

Se retournant, La Gâchette eut le déplaisir de constater la présence de deux individus. Du genre sale, mal dégrossis, portant des pelles et des pioches et un revolver à la ceinture. Des pillards, tout comme lui, aucun doute à ce sujet. A la vue de leurs vêtements moins sales que les siens, ils l'étaient sans doute à temps partiel. Histoire d'arrondir les fins de mois, quoi.

-"Par là, mais espérez pas vous refaire. J'en r'viens, d'à côté du lac, j'ai achevé un mourant, buté un aut' survivant et cherché du blé, rien à faire. C'pas le bon coup. Désolé les gars, va falloir chercher ailleurs."

Les deux lourdauds s'entre-regardèrent, étonnés. Nät' ravala sa langue. S'il s'était planté et qu'il ne s'agissait pas de racaille, comme lui, il était mal. Finalement, les deux finirent par le saluer s'en dire un mot et firent demi-tour. A voix basse ils discutaient et un d'entre eux sortit d'une sacoche un paquet de feuilles...

Le sang du bandit ne fit qu'un tour et il dégaina ses deux pistolets à percussion, lâchant un tir à chaque concerné. Les deux s'effondrèrent.
Soufflant, le criminel s'approcha des cadavres et arracha la liasse de feuilles des mains d'un des décédés. Des avis de recherche. Il les parcouru vite fait, la plupart étant des têtes qui lui étaient connues, puis enfin il arriva à la sienne...


-"CINQ MILLE IRYS?! C'EST TOUT?! Après tout ce que j'ai fait pour ce putain de truc?!"

Il l'avait hurlé. Comme en réaction, un des mors s'ébroua. Nätchakar constata vite que la balle n'avait dû touché que de la chair, l'handicapant temporairement, sans plus. Sortant son fusil, il s'apprêtait à l'achever quand une idée miraculeuse lui vint:

-"Bon mon gars, j'vais te soigner mais faut vraiment que t'aille dire à la milice que tu m'as vu et que j'ai buté trois personnes et pillé une épave, hein? Non parce que là c'est pas possible, ça peut pas rester comme ça..."

L'agonisant approuva derechef de la tête, incapable de dire un mot. En réaction, le porte-flingue sortit une flasque d'alcool fort et la versa sur la plaie. Il irait lui chercher du secours dès qu'il serait en vue de personnes "civilisées". Fallait pas que ça se perde. Pour compenser, il le couvrit encore en plus avec les vêtements de son compagnon décédé.

-"Bon, tu m'claques pas ent' les doigts hein? La Gächette a tué trois personnes, t'a blessé et a pillé une épave. T'oublies pas hein?"

Une fois l'approbation obtenue, le bandit se leva pour repartir vers la sortie la plus proche, en chemin, il beugla encore une dernière fois:

-"Cinq mille irys... PUTAIN DE MERDE!"

Spoiler:
 


Voir le profil de l'utilisateur

Aller à la page : Précédent  1, 2
Page 2 sur 2