Revenir en hautAller en bas
Chroniques d'Irydaë
Bonjour, et bienvenue sur les Chroniques d'Irydaë. Déjà inscrit ? N'attends plus, et connecte-toi dès maintenant en cliquant sur le bouton "Connexion" ci-dessous !

Vous êtes nouveaux, que ce soit sur ce forum ou dans le monde du RPG ? Le choix d'un forum sur lequel vous pourrez vous épanouir n'est pas anodin, et il vaut mieux pour cela connaître l'univers dans lequel vous vous trouvez ! Nous avons pensé à vous, en vous préparant un guide qui vous permettra de découvrir pas à pas le monde des Chroniques d'Irydaë.

Si malgré cela, des doutes subsistent, n'hésitez pas à adresser vos questions aux Administrateurs.

En vous souhaitant une agréable visite !



 :: Gestion du personnage :: Registre des Initiés :: Identités classifiées
Page 1 sur 1


 Kael Dophalem

Kael Dophalem
avatar
Sam 29 Juil - 1:45
Irys : 100802
Profession : Forgeron - Ordre de la pénitence
Pérégrin 0
Kael Dophalem


   

   Passeport
   

   Nom : Dophalem.
   Prénom : Kael.
   Surnom : Le Corbeau.
   Sexe : Mâle.
   Âge : 23 ans.
   Métier : Forgeron.
   Communauté : Pérégrins - L'Ordre de la pénitence.
   Lieu de naissance : Roceas - Hinaus - Daenar.
   


   

   Aptitudes & possessions
   

  • Magies affiliées : /
       
  • Armes et habiletés : Un katana, volé lors de sa fuite de Roceas, Kael a tout juste entamé la formation martiale de l'Ordre de la pénitence, il n'est donc pas spécialement habile avec cette arme. Il sait que ça coupe et qu'en mettant le bout pointu dans son adversaire ça marche, c'est un bon début.
    Il est par contre exceptionnellement doué pour le lancer d'armes de jet, mais il n'en possède pas vraiment pour le moment.

    En Juillet 932 Kael a acheté une lance au style my'trän (javelot lourd ou pillum pour les tatillons) ainsi que 5 shurikens. Sa maîtrise des armes s'est améliorée.

       
  • Familiers/montures : Aucune pour l'instant
       
  • Autres possessions : Plusieurs masques en forme de corbeau, un particulièrement offre une protection aux yeux et un léger filtrage de l'air. Il possède également une vieille armure de cuir usée sous son imperméable.

    En Juillet 932, Kael a acquis un livre de voyage de spécialistes de magie myt'trän.


   


   

   Profil psychologique
A première vue, l’adjectif qualifiant le mieux Kael serait solitaire. En effet vivre son enfance avec un grand secret puis être en cavale vêtu d’un masque n’aide pas à se faire des amis. Mais ce n’est pas réellement un trait de caractère du jeune homme, au contraire il en a beaucoup souffert. Il s’est beaucoup battu avec les autres lors de son enfance pour régler des situations de conflits, le reste de ses relations sociales consistait à écouter des daenars imbus d’eux même ou d’autres qu’il ne fallait surtout pas énerver. Ce type de fréquentations a rendu le Corbeau très moqueur, narquois, c’est devenu un adepte du rire sardonique. Dès qu’une personne trop sûre d’elle-même se trompe ou fait une erreur manifeste, Kael ne manquera jamais de faire des remarques cinglantes sous forme d’ironie. D’un naturel plutôt négatif, ce qui est légitime dans le cas de Kael, il est souvent sarcastique lors des situations stressantes. Il n’a pour autant pas un manque de confiance en soi ou en autrui. Il pense simplement que la fatalité est toute puissante.

Sa nouvelle condition au sein de l’Ordre de la pénitence lui a appris à sociabiliser comme les autres êtres humains. Il s’est découvert un intérêt pour l’humour et les blagues, bien que ses propres tentatives suscitent généralement une gêne de son audience. Pas doué pour entretenir une conversation, Kael arrive néanmoins à cerner rapidement les personnes à qui il parle. Une qualité appréciée par ses nouveaux mentors de l’Ordre.

La géopolitique étant au coeur des aventures d’Irydaë, il convient d’expliquer comment le Corbeau imagine le monde, c’est certainement le meilleur moyen de cerner le personnage. My’Träns, Daenars, pour Kael tous se trompent dans leur vision du monde.
Les mages sont enfermés dans des croyances archaïques, une religion millénaire qui les handicape au quotidien sur leur humanité. Leurs dieux les ont abandonnés, laissés uniquement avec des pouvoirs trop liés à leur foi, les régisseurs n’ont rien fait contre les daenars qui maintenant escalavagisent le peuple my’trän et en ont massacrés beaucoup. Le jeune homme en est même venu à penser que les régisseurs étaient au coeur du problème. Ces vestiges d’une guerre passée ne servait plus à protéger Irydaë, à la place ils se lançaient dans la chasse des rares créations des architectes qui arrivent à évoluer pour se protéger du monde. En effet Kael a beaucoup d’admiration et de respect pour les anomalies et soutient l’idéologie ancestrale de l’Ordre de chasser les régisseurs. Malgré ce discours, il n’a pas de haine contre les my’träns, au contraire il aimerait qu’ils gagnent en lucidité. Les fanatiques par contre le dégoûtent.
Les technocrates, eux, n’ont même pas l’excuse d’avoir d’anciennes traditions pour justifier de certaines cruautés. La technologie a amené chez eux la cupidité et la soif de pouvoir. Ils se cachent derrière une querelle datant de plus de mille ans pour éradiquer leurs semblables et piller les terres d’une civilisation riche en enseignements. Pour Kael, la corruption est présente dans tous les étages de l’administration et du commerce daenastre. Il faudrait nettoyer la population du continent de la technologie.

Il faudrait que les hommes s’unissent afin de finir de dompter la faune d’Irydaë et de prendre leur indépendance des architectes, afin de rendre Bolgokh fier de son chef d’œuvre. Lancé sur le sujet, Kael n’hésitera jamais à tenter de répandre cette idéologie humaniste et il est certains que si les deux peuples majeurs humains ne se détruisent pas mutuellement ils finiront par prendre le meilleur des deux camps. Néanmoins, à l’heure de notre récit, si il devait choisir un camp, ce serait celui des my’träns car il est encore trop marqué par la cupidité daenastre.



   

   Physiologie
Un jeune homme travaillant trop tôt dans de mauvaises conditions, physiques et morales possèdent plusieurs traits caractéristiques. Tout d’abord, sa silhouette, fine et musclée, preuves des longues années passées à battre les minerais tout juste sortis des mines de Roceas. Peu gras, le renégat daënar, possède néanmoins quelques beaux muscles saillants au niveau du torse, c’est l’armure la plus efficace qu’il ait forgée pour lui depuis le début de son existence. Ses jambes paraissent fines et faibles par rapport au reste de son corps, fondues par la forge, meurtries par le froid polaire de la région et peu endurcies par les longues heures passées devant l’enclume. Le tout mesure un peu plus de six pieds de haut.

Approchons nous un peu pour juger des détails en partant de bas en haut. Les membres inférieurs de Kael sont plutôt normaux, peu poilus, à part ses genoux qui partent légèrement vers l’extérieur, défaut dû aux tensions exercées par les coups répétés en position verticale. Il possède une grande tâche de naissance de deux centimètres de diamètre environ, peu foncée, sur le côté extérieur de sa cuisse droite ; sa mère possédait la même tâche et, semblerait-il, son grand-père maternel également.
Plus haut se démarquent ses abdominaux, bien dessinés en profondeur sans être trop saillants, des muscles taillés par le quotidien plus que par des exercices particuliers. Ceux-ci sont parsemés de petites cicatrices ci et là, laissées par un apprentissage douloureux de la profession. De la même manière sont disposés le reste de ses muscles du tronc. Sur son avant-bras droit une grande cicatrice due à une brûlure sévère offre un sinistre pense-bête à Kael sur le prix qu’il a payé pour s’évader de sa terre natale. De grandes mains musclées, légèrement noircies par la suie, viennent terminer l’ensemble.

Kael ne révèle plus souvent sa tête, souvent cachée derrière son signe le plus distinctif. Il a pourtant des traits assez fins, surtout pour un forgeron. Son menton est pointu, sa mâchoire peu épaisse et ses lèvres plutôt maigres, légèrement abîmée par les gerçures régulières que le froid de Roceas ont causées au fil des années. Plutôt imberbe avant son départ, il s’est depuis laissé poussé un bouc. Un nez fin et long remonte élégamment  vers des yeux bleus océans, encadrés par de raids cheveux argentés mi-longs, héritage cette fois de son père. Néanmoins, le tableau est obscurci par une large marque de brûlure, partant environ au-dessus du maxillaire, remontant le long de l’os temporal, touchant légèrement l’arcade et s’arrêtant au milieu du front. Cette cicatrice est liée à celle de son avant bras.

Avant son départ (c’est-à-dire sans ses brûlures) Kael ressemblait à peu près à Physique sans masque de Kael.

Passons à l’accoutrement du renégat. Il a toujours vécu à la mode Daenastre, les parures My’Trän n’ont jamais attirées Kael, malgré son ascendance maternelle. Les vêtements n’ont jamais été un élément très important pour le forgeron, qui était habitué à en porter peu lors de son travail, qui comptait pour la majeure partie de son temps. Depuis son exil, il porte davantage attention à son aspect extérieur et a ainsi opté pour un ensemble très sombre. Il porte généralement un grand imperméable noir en cuir, très long, descendant jusqu’aux chevilles. Trois boucles en argent permettent de ceinturer l’ensemble au niveau de la taille ainsi qu’une plus imposante permet de fermer le long col, assez grand pour cacher totalement le cou de Kael. A l’intérieur de ce col se trouve une ample capuche commençant à souffrir de l’usure. Au niveau des extrémités, le pérégrin possède des gants gris et de longues bottes au style colonial, avec une grosse boucle sur le dessus du pied.

Mais le signe le plus distinctif de la tenue de Kael est son masque, qu’il arbore la plupart du temps depuis la fuite de sa patrie, tel un symbole religieux pour un My’Trän. Ce masque possède la forme d’un bec de corbeau, ancien symbole de sa famille Daenastre, le premier masque qu’il a arboré était en fer et complète le bec de corbeau par des lunettes, similaires à des lunettes d’ingénieur au dessus et un filtre à air en dessous. L’oncle de Kael, ingénieur de profession lui avait à la base fait ce masque au cas où il serait envoyé dans les mines ce qui explique son aspect rudimentaire et pratique. Le renégat a depuis fait des variantes pour coller à différentes occasions. Cet apparat lui permet à la fois de cacher son identité aux rares personnes qui pourrait identifier son visage humain mais surtout à cacher sa vilaine balafre. C’est ce masque qui lui vaut son surnom du « Corbeau ».



   

   Biographie
Commençons notre histoire quelque temps avant la naissance de Kael, le père de celui-ci, Abraham, était à la tête d’une petite compagnie minière de Roceas à son nom et dont l’effigie était un corbeau. Elle était bien plus petite que la plupart des sociétés minières, sans même évoquer celle de Zechräm. La singularité de la compagnie Dophalem était de traiter ses employés comme une famille élargie et de refuser d’utiliser les méthodes inhumaines que la plupart des compagnies de l’importante ville polaire. Son atout pour ne pas faire faillite était de reposer sur un groupe important de fils de Delkhii, qu’il traitait avec respect. Abraham n’allait pas devenir le prochain ponte d’Hinaus, mais il pouvait vivre sa vie confortablement et en gardant sa conscience intacte.

Le dirigeant d’exploitation n’avait pas pour autant une vie simple. L’opinion publique sur les my’trän ne cessait de se détériorer et Abraham était de plus en plus montré du doigt comme un collabo’ ayant des idées trop progressistes. Certaines relations commerciales en étaient affectées. De plus, Abraham avait commencé en secret une relation très singulière au sein de la république daenar. Il s’était épris d’une employée, une grande femme rousse, nommée Armana, d’une beauté envoûtante qu’il avait appris à connaître en partant à la rencontre de ses collaborateurs. Le daenar savait qu’il prenait des risques en ayant ce type de relation avec une my’trän, mais celle-ci était tombée enceinte et il n’était du coup plus question de faire machine arrière. Grâce à la complicité de sa belle sœur par alliance, Abraham reconnu Kael dès sa naissance en le présentant comme le fruit d’une union ponctuelle ayant donnée naissance à un daenar pûr sang. La supercherie accrocha, la plupart des daenar entourant Abraham ne pouvait pas ne serait-ce qu’imaginer qu’un daenar s’accouple de façon volontaire à un my’trän. Le futur renégat fût quand même élevé dans l’amour de ses parents biologiques et pu être bercé des contes de sa mère sur la magie, les dragons et les différents mythes de l’histoire my’trän. Dès qu’il fut en mesure de parler, Kael clamait à ses parents qu’il voulait devenir magicien comme sa mère. Un discours qui lui avait valu maintes mises en garde de la part de son père, l’avertissant des dangers que de telles déclarations pouvaient susciter en dehors du cercle familial.

Loi de Murphy oblige, ce qui devait arriver, arriva nécessairement un jour. Les affaires de la compagnie minière devenaient de plus en plus compliquées avec l’arrivée des armures augmentées, certaines même améliorée de magilithe. Les fils de Delkhii aux ordres d’Abraham ne pouvaient pas égaler le rendement que proposaient les compagnies minières concurrentes. Mais c’est à l’aube des neufs ans de Kael que sa vie prit un tournant marquant. Un contremaître ambitieux de la compagnie minière de Zechräm découvrit à force d’investigation le lien de parenté entre Kael et Armana. Il confronta le père de famille à la vérité et le contraint à signer un contrat annexant la compagnie Dophalem au sein de celle de Zechräm, avec pour seules conditions que la vérité reste cachée et que la famille d’Abraham soit bien traitée, impliquant un travail pour Kael, loin de la mine. Le contremaître tenu parole et assigna le jeune homme comme apprenti forgeron. Néanmoins son père, rongé par la honte infligée par un tel traité, se donna la mort quelques mois plus tard en se jetant du haut des remparts de la ville. Le frère d’Abraham, ingénieur dans la capitale daenastre, fit le déplacement depuis Ünellia à cette occasion pour s’assurer du confort de son neveu et à cette occasion lui offrit un cadeau insolite, un masque avec un long bec, protégeant les yeux et filtrant l’air, il expliqua alors à Kael que ce masque pourrait l’aider à supporter le travail à la mine si par malheur il y était finalement exposé. Son oncle lui trouva également un toit, et lui apprit à faire une cuisine sommaire afin de se substantiver correctement. Kael vécut son adolescence dans ce cadre.

Ce traumatisme s’accompagna d’une déception que le jeune homme n’aurait jamais imaginé. En continuant de vivre avec sa mère, il apprit le prix que les my’träns payent pour leurs pouvoirs. Les souvenirs d’Abraham s’effaçaient de la mémoire d’Armana, révoltant Kael au plus profond de lui-même. Lui qui plus petit rêvait de devenir magicien ne comprenait pas comment les my’träns acceptaient cette condition, et comment ces architectes si bienveillants laissaient des adeptes de la terre se faire officieusement esclavagiser dans les confins du territoire daenastre. En conséquence, Kael s’éloigna un peu de sa mère, continuant néanmoins de se bagarrer avec certains autres adolescents sur les questions de la condition my’trän.

Tout laissait à croire que Kael allait simplement devenir un citoyen daenar comme les autres, gagnant sa croûte avec un métier nécessaire aux activités militaires et commerciales de la région, et votant pour élire son gouverneur comme tous les autres. Son envie de découvrir My’Trä avait disparue avec l’âge et ses vingt et un ans annonçaient le début de l’ère de majorité, il allait pouvoir lancer son propre commerce sans dépendre de son maître forgeron. Une vie banale quoi, il ne cherchait pas l’aventure. C’est elle qui est venue le chercher.
Un beau jour de printemps, une femme emmitouflée dans d’amples vêtements de voyage, qui cachaient avec maladresse ce que Kael reconnu tout de suite comme des ornements my’trän. Profitant de l’absence du maître forgeron, elle lui annonça sinistrement qu’Amarna était en danger de mort et qu’ils devaient tous les deux se rendre à Cerka et demander Vaughn. Sans plus de précisions elle laissa Kael, abasourdi et disparu. Le jeune homme ne savait pas quoi penser, il a d’abord pensé que c’était sérieux mais ne voyait pas pourquoi cet avertissement serait réel, puis a fini par croire en une sorte de piège et décida de ne pas y prêter plus attention. Deux semaines plus tard, il dut assister à l’exécution de sa mère pour meurtre d’un daenar : Abraham. La vérité sur sa famille avait certainement été révélée quelque part hautement placé et l’affaire se devait d’être étouffée. Après le spectacle macabre, le fils corbeau pu récupérer le collier nominatif de sa mère, vestige de traditions très anciennes.

La rage emplit le cœur de Kael, qui était désormais tout à fait orphelin. La culpabilité aussi, de ne pas avoir pris l’avertissement au sérieux. C’est un cocktail très explosif de sentiments, colère, remords, culpabilité, solitude et cette désagréable sensation de ne rentrer dans aucun moule, d’être d’avoir une double ascendance et de ne pourtant appartenir à aucun peuple. Les My’Träns étaient enfermés dans une religion les forçant à abandonner une part de leur humanité, les souvenirs, pour être livrés à eux-mêmes avec des pouvoirs. Les Daenars, eux, entretenaient un ancien conflit, aveuglés par le profit ne se rendant pas compte qu’ils condamnent leurs semblables. Peut-être que c’est ce que son père avait compris ? Des centaines de questions tournoyaient dans la tête de Kael les jours qui suivirent le drame. L’arrivée d’une magilithe pour une armure magithèque à la forge lui donna une occasion de changer le cours de sa vie.

L’orphelin connaissait le prix d’un tel objet : une traversée vers les terres neutres du sud d’Irydaë et un début de vengeance. N’ayant que peu de temps pour improviser un plan il tenta d’éloigner son mentor pour la soirée en lui disant, un peu naïvement, que le maître était convié à un bal pour les employés de Zechräm à la nuit tombée. Le mentor du jeune homme n’était pas né de la dernière pluie, il feint de partir quand la nuit tomba et retourna à la forge un petit quart d’heure après, prenant ainsi Kael sur le fait, en train de faire ses bagages, la magilithe manquant à l’appel. Dans le regard du sang mêlé, son mentor devina que discuter ne mènerait à rien et une bagarre éclata entre les deux hommes, saisissant ce qui passait à portée de mains, tenailles, marteau, gros écrous, de nombreux objets volaient dans la pièce. Le vieil homme saisit un bac d’huile encore brûlante qui avait servit à refroidir des objets peu de temps avant, qu’il lanca en direction du visage de Kael. D’un réflexe bien trop humain, au lieu d’éviter le liquide bouillant, le jeune homme opposa juste son bras pour protéger son visage et d’une seconde à l’autre se mit à hurler et se tordre de douleur en essayant d’essuyer avec un chiffon ce qui restait contre sa peau. Son mentor profita de l’occasion pour essayer de maitriser son élève. La scène se passa très vite, en se dégageant, Kael réussit à faire vasciller le vieillard et pu saisir le dernier produit de la forge, un katana qu’avait fini l’apprenti en fin d’après-midi, la lame transperça le torse du mentor avec une facilité impressionnante, comme une lame chaude dans du beurre. Ce dernier s’effondra net quand Kael ressortit la lame, un bruit sourd d’une masse tombant au sol rententit. Il mit le katana dans son fourreau, qu’il rangea dans son dos. Souffrant encore de sa brûlure, le jeune homme finit en grande hâte de faire ses affaires, emballa des pièces détachées d’armure augmentée traînant sur les étagères. Soudain, il s’arrêta sur le masque que lui avait offert son oncle des années auparavant, il était parfais pour cacher son identité lors de sa fuite, et pouvait cacher cette horrible blessure, il l’enfila avant de mettre le feu à ce qui avait été sa vie des années durant. Avec un immense incendie déclaré, Kael pu s’enfuir de la ville le soir même.
Des rumeurs courent toujours à propos de cette nuit dans le quartier où habitait la famille Dophalem, certains parlent du fantôme d’Abraham, d’autres d’un tueur à gages venu terminer le travail pour éteindre la famille.

Les pièces détachées avaient payé l’aller simple pour Cerka, où le fugitif rencontra finalement la personne dont il avait entendu parlé, Vaughn. Sans aller dans les détails de leur rencontre, Vaughn tenait un petit entrepôt clandestin au port de Cerka, il dissimulait ses activités aux yeux des daenar grâce à sa maîtrise des illusions. L’absence d’Armana ne joua pas en la faveur de Kael, les khurmis étant à juste titre méfiant de tous les daenars, qui plus est lorsque ceux-ci se présentaient masqué comme étant un sang mêlé, le jeune homme du négocier une traversée avec le disciple de Khugatsaa. Il lui échangea la magilithe volée contre un passage pour Aildor, la capitale d’Als’kholyn.

En fuyant le continent daenastre, Kael pensait surtout à garder la vie sauve, mais une fois à bord de son bateau de croisière, l’absence de but dans sa vie tomba comme un poids énorme sur ses épaules. Les trois quarts de la traversée furent occupés par des beuveries sur le bateau, entrecoupés de jeux de cartes, chants et fléchettes. Par un nouveau coup du sort, ce sont ces dernières qui orientèrent le destin du dernier Dophalem. Un soir,  jouant aux fléchettes, il fit la rencontre d’une anomalie -HRP : Je fais le choix de ne pas développer l’apparence ou le nom de l’anomalie, pour avoir une possibilité d’étoffement de mon carnet de relation-, qui, piquée par l’adresse au lancer de Kael, lui raconta l’histoire de l’Ordre de la pénitence, en lui expliquant ce que l’Ordre pouvait lui offrir, quels étaient ses objectifs, son fonctionnement et où il pouvait offrir ses services. C’est ce qui poussa Kael à prendre le chemin de Nislegiin et de devenir forgeron pour l’Ordre de la pénitence. Il a désormais plusieurs buts dans sa vie : progresser au sein de l’ordre, trouver sa famille maternelle pour ramener la plaque de sa mère sur la terre de ses aïeux et se venger de la Compagnie minière de Zechräm.

   


   

   Dans la vraie vie ?
   

   Quel âge avez-vous ? 24 ans.
   Comment avez-vous découvert le forum ? Un topsite sur une recherche google.
   La création de votre fiche a-t-elle été fastidieuse ? Généralement l'exercice me plait, le plus dur était d'amener des mentions du contexte qui est riche.
   Avez-vous des suggestions pour rendre la validation plus facile ? Joker.
   Code du règlement : [Ok par Amisgal]


Dernière édition par Kael Dophalem le Sam 12 Aoû - 19:26, édité 4 fois
Voir le profil de l'utilisateur

Bolgokh
avatar
Lun 31 Juil - 10:15
Irys : 170027
Profession : Créateur de monde à temps partiel
Administrateur
Liste des réputations de Kael Dophalem

Réputation auprès de Daënastre

RÉGIONS
RÉPUTATIONS
POINTS
Ünellia--------
0/30.000
Le Tyorum--------
0/30.000
Rathram--------
0/30.000
Vereist--------
0/30.000
Hinaus--------
0/30.000
Daënastre--------
0/150.000


Réputation auprès de My'trä

RÉGIONS
RÉPUTATIONS
POINTS
Suhury--------
0/30.000
Zagash--------
0/30.000
Zolios--------
0/30.000
Khurmag--------
0/30.000
Kharaal Gazar--------
0/30.000
Nomades d'Amisgal--------
240/30.000
Nomades d'Orshin--------
0/30.000
My'trä--------
240/210.000


Réputation auprès des Pérégrins

GROUPES
RÉPUTATIONS
POINTS
Pérégrins--------
0/30.000
Cité-État de Dyen--------
-150/30.000
Cité-État d'Aalz--------
0/30.000
Cercles de l'aube--------
0/30.000
Ordre de la pénitence--------
3.941/30.000
Les Danseurs du Crépuscule--------
0/30.000
Les Vigilants--------
0/30.000




Mouton déluré
Vous avez intégré les rangs d’une guilde.
Succès n°2 VerrouilléSuccès n°3 VerrouilléSuccès n°4 VerrouilléSuccès n°5 VerrouilléSuccès n°6 VerrouilléSuccès n°7 VerrouilléSuccès n°8 Verrouillé
Succès n°9 VerrouilléSuccès n°10 VerrouilléSuccès n°11 VerrouilléSuccès n°12 VerrouilléCharmeur de serpents
Vous avez bénéficié des services d’un dragonnier en guise de transport en commun.
Succès n°14 VerrouilléSuccès n°15 VerrouilléSuccès n°16 Verrouillé
Succès n°17 VerrouilléSuccès n°18 VerrouilléSuccès n°19 VerrouilléSuccès n°20 VerrouilléSuccès n°21 VerrouilléSuccès n°22 VerrouilléSuccès n°23 VerrouilléSuccès n°24 Verrouillé
Succès n°25 VerrouilléSuccès n°26 VerrouilléSuccès n°27 VerrouilléSuccès n°28 VerrouilléSuccès n°29 VerrouilléSuccès n°30 VerrouilléSuccès n°31 VerrouilléSuccès n°32 Verrouillé




Succès n°1 VerrouilléSuccès n°2 VerrouilléSuccès n°3 VerrouilléSuccès n°4 VerrouilléSuccès n°5 VerrouilléSuccès n°6 VerrouilléSuccès n°7 VerrouilléSuccès n°8 Verrouillé
Bienfaiteur
Vous avez voté sur un ou plusieurs Topsites.
Succès n°10 VerrouilléSuccès n°11 VerrouilléDiplomate officiel
Vous avez laissé un commentaire sur Frôle ou Sawen.
Succès n°13 VerrouilléSuccès n°14 VerrouilléSuccès n°15 VerrouilléSuccès n°16 Verrouillé
Succès n°17 VerrouilléSuccès n°18 VerrouilléSuccès n°19 VerrouilléSuccès n°20 VerrouilléSuccès n°21 VerrouilléSuccès n°22 VerrouilléSuccès n°23 VerrouilléSuccès n°24 Verrouillé
Succès n°25 VerrouilléSuccès n°26 VerrouilléSuccès n°27 VerrouilléEsprit, es-tu là ?
Vous avez fait une demande de RP ou de relation.
Succès n°29 VerrouilléSuccès n°30 VerrouilléSuccès n°31 VerrouilléSuccès n°32 Verrouillé


~ N'hésitez pas à adresser vos questions par MP à Asmigal, Khugatsaa ou Möchlog, ils se feront un plaisir de vous aider ! ~
Voir le profil de l'utilisateur