Revenir en hautAller en bas
Chroniques d'Irydaë
Bonjour, et bienvenue sur les Chroniques d'Irydaë. Déjà inscrit ? N'attends plus, et connecte-toi dès maintenant en cliquant sur le bouton "Connexion" ci-dessous !

Vous êtes nouveaux, que ce soit sur ce forum ou dans le monde du RPG ? Le choix d'un forum sur lequel vous pourrez vous épanouir n'est pas anodin, et il vaut mieux pour cela connaître l'univers dans lequel vous vous trouvez ! Nous avons pensé à vous, en vous préparant un guide qui vous permettra de découvrir pas à pas le monde des Chroniques d'Irydaë.

Si malgré cela, des doutes subsistent, n'hésitez pas à adresser vos questions aux Administrateurs.

En vous souhaitant une agréable visite !



 :: Les terres d'Irydaë :: My'trä :: Zolios
Page 1 sur 1


 Un voyage haut en couleur

Evert Nyström
avatar
Lun 31 Juil - 14:46
Irys : 94786
Profession : Médecin
My'trän +2 ~ Suhury
Scrich scrich...

Le bruit du crayon frottant sur le papier était la seule chose que Evy entendait en cette matinée. Tout le reste était flou. Concentré sur le rendu de la couleur, il traçait des lignes avec une précision chirurgicale, s'arrêtant parfois pendant une bonne minute à étudier les formes avant de reprendre son travail. Le soleil venait à peine de se lever et Evy était assis sur l'herbe humide du matin, isolé en périphérie de la tribu alors que les membres de celle-ci s'affairaient doucement à lever le camp.

Les petits curieux passant avec précaution derrière lui, profitant de sa déconnexion temporaire avec la réalité, pouvaient voir des couleurs vives tracées sur son carnet - chose étonnante vu qu'habituellement il travaillait au graphite noir. Ceux qui avaient participé à la fête, trois nuits plus tôt, de Eoril pouvaient reconnaitre une esquisse des célèbres feux d'artifices de la ville. Le fils de Möchlog devait admettre que ces festivités l'avaient marqué par sa splendeur et c'est pourquoi il se devait de les retranscrire dans son codex. Le prêt des nomades - des crayons de couleur - était parfait pour cette occasion.

« Alors gamin, mes crayons te plaisent ? » Fit une voix grave mais amicale derrière lui.

Evert ne manqua pas de sursauter et plaqua son carnet contre son torse, cachant avidement son dessin non finalisé aux yeux du fidèle de Süns. Le jeune homme reconnu le marchand qui l'avait introduit auprès de ses marchandises après l'avoir vu dessiner sur son cahier au graphite. Lui aussi était un dessinateur et il lui avait donné un bref cours de dessin en couleur avant de lui prêter son coffret de crayons. Son visage mûr esquissait un sourire au milieu de sa barbe brune de quelques jours alors qu'il attendait une réponse.

« Ah. Oui. » Répondit simplement Evert.

Le sourire faiblit faiblement sur le visage du nomade - il s'appelait Perrin se rappela Evert - avant qu'il ne se reprenne.

« T'es pas très bavard toi, hein ? » Il posa sa main sur le codex et ajouta : « Tu permets que je regarde ? »

Le ton était tellement autoritaire que Evy n'eut pas la force de s'imposer et résister. Il laissa le nomade prendre son codex et étudier son esquisse alors que Evy gigotait un peu sur place, mal à l'aise. Il n'aimait pas que quelqu'un regarde quelque chose qu'il n'avait pas encore finalisé. Son carnet était à ses yeux tellement personnel qu'il ne laissait généralement personne le consulter, sauf s'il avait une idée précise d'un dessin à partager et qu'il était suffisamment détendu avec ladite personne. Il n'était pas trop à l'aise avec le nomade, mais celui-ci faisait office de mentor et lui prodiguait des critiques constructives que Evert ne pouvait qu'accepter en se détendant peu à peu.

Pendant ce temps, tout semblait être prêt pour le départ matinal quand un jeune nomade courra à vive allure vers eux. Il s'arrêta près d'eux, haletant, en s'écriant :

« Mon frère n'est pas encore rentré ! Il lui est peut être arrivé quelque chose ! S'il vous plait, aidez-moi ! Il y a pas une seconde à perdre !
- Calme-toi, Rayden. » Ordonna Perrin.

Le marchant rendit distraitement le codex à Evert qui s'empressa de le ranger dans sa sacoche.

« Explique-nous calmement ce qu'il s'est passé.
- D'accord... Mon frère est parti chercher seul des provisions dans la forêt hier soir et on est le matin et il n'est toujours pas rentré. » Il se tourna vers Evert : « Fils de Möchlog, aidez-nous ! »

Le fait que Evert était un croyant de Möchlog n'avait pas été un mystère pour les nomade ; après tout, Evert était clairement un étranger de Zolios et il se rendait à Darga après avoir officié comme médecin à Eoril pendant quelques semaines. C'est d'ailleurs pourquoi les nomades avaient eux-même proposés à Evert de faire la route avec eux alors que leur tribu marchande se rendaient à Darga pour affaire. Les tribus aimaient beaucoup accueillir les étrangers pour qu'ils enseignent des coutumes et des croyances étrangères à leurs enfants, même s'ils n’adhéraient pas forcément à celles-ci, afin d'ouvrir leurs esprits et les rendre plus sages. C'était et ça avait toujours été dans l'ordre des choses en My'trä. Et un fils de Möchlog nomade était assez rare et toujours un avantage en cas de situation comme celle-ci.

C'était leurs marchandises d'art qui avaient poussées Evert à accepter, même si cela rallongeait son voyage de quelque jour par rapport à une caravane à cheval.

« Il est parti en direction du bois au nord-ouest ! » Ajouta le frère en pointant l'horizon du doigt.

« Je vais t'accompagner, Rayden. On ne sera jamais trop pour aller le retrouver. Evert ?
- Euh, oui, j'arrive. » Evert se tourna vers Rayden : « Vous vous souvenez clairement du nom et du visage de votre frère ? » Demanda Evert avec son habituel manque de tact.


Avatar by Mlcamaro

#CCAE50
Voir le profil de l'utilisateur

Aldryn Zereg
avatar
Lun 31 Juil - 22:18
Irys : 110030
Profession : Mnémothèque
My'trän +2 ~ Khurmag
Aldryn, après un rapide déjeuner, fut sommé d’aider au démontage du camp temporaire. Ayant déjà assisté la veille et le jour d’avant, il s’en sortit mieux et plus efficacement. Il n’était certes pas encore rendu au niveau des nomades. Cependant, son statut d’enfant et d’étranger lui permit de s’esquiver rapidement. Cela l’arrangea car il n’était pas un adepte des efforts physiques.

Ayant du temps à perdre avant le départ, il décida de se dégourdir les jambes en prévision de la longue marche l’attendant en se promenant à proximité. Son errance l’amena à proximité d’Evert. Il avait fait la brève connaissance de ce dernier lorsqu’il avait rejoint les nomades en partance d’Eoril le lendemain du festival.

Le garçon, intrigué, s’approcha lentement de l’assis jusqu’à être en mesure d’apercevoir son ouvrage. Il resta ensuite debout, silencieux, à observer le dessinateur et son œuvre.

Quel spectacle magnifique que c’était. Toutes ces lumières colorées emplissant le ciel sont gravées dans mon esprit. Trop bruyant à mon goût, aussi bien le spectacle que les spectateurs. Dommage que grand-père n’ait pu être présent à mes côtés.

Aldryn aurait pu continuer longtemps sa contemplation, même avec la présence d’autres curieux près de lui, sans l’intervention d’un adulte. Ce dernier troubla la concentration du dessinateur et donc de celle de son observateur.

Quel sans-gêne, tout de même ! Réaction typique des aînés, grand-père était ainsi lui aussi.

Aldryn n’eut pas le temps de ressasser le comportement du dénommé Perrin qu’il manqua d’être bousculé. La bourrasque n’était qu’un jeune adulte apparemment dans son état de détresse avancé.

Etant proche, Aldryn entendit la demande d’assistance qui ne lui était pas destinée. Cela ne le concernait nullement. Cependant, il avait le sentiment de devoir quelque chose aux nomades. Il y vit donc une opportunité de rembourser sa dette.

Course… Questionnements… Réponses négatives… Epuisement… Soleil apparaissant… Eblouissement… Course reprise… Désespoir… Aide éventuelle aperçue… Espoir naissant… Nouvelle course.

Silence… Fraîcheur… Eveil… Sombre… Yeux ouverts… Toujours sombre… Absence ressentie… Bras fouillant… Etonnement… Faible appel… Aucune réponse… Réitération… Rien… Inquiétude… Réveil total… Lever brusque… Fouille frénétique vaine… Détresse.


Je me suis encore immiscé dans l’esprit d’autrui. Heureusement, il ne s’est rendu compte de rien. De plus, j’ai ainsi pu me rendre compte de sa véracité.

« Je peux vous aider, annonça Aldryn en s’approchant du petit groupe. »

Perrin soupira en entendant la proposition d’aide supplémentaire. Il n’avait pas demandé à devenir une nourrice.

Et, tandis que Rayden répondit un « Bien sûr que oui, c’est quand même mon frère » vexé à Evert, Perrin se contenta d’un sec « Bon, d’accord, mais tu as intérêt à faire attention ».

Ainsi, le petit groupe partit vers le bois indiqué par le grand frère. Rayden, étant le plus âgé et aguerri, prit la tête de l’expédition. Le rythme imposé par le responsable était soutenu, Aldryn se devant de trottiner pour réussir à suivre.

Il pourrait penser aux plus petits que lui. Même si je comprends qu’il n’y a pas de temps à perdre.

Ils atteignirent finalement rapidement la sylve. Rayden donna donc l’ordre de commencer les recherches. Evidemment, il intima d’être précautionneux. Surtout à l’intention d’Aldryn dont il doutait.

Après juste quelques minutes passées à inspecter l’orée de la forêt, un craquement surprit Aldryn.

« Au fait, qu’était-il parti chasser, ton frère ?, demanda l’enfant réalisant tardivement que ce détail pouvait avoir son importance. »


Dernière édition par Aldryn Zereg le Dim 6 Aoû - 22:58, édité 1 fois
Voir le profil de l'utilisateur

Evert Nyström
avatar
Mer 2 Aoû - 13:34
Irys : 94786
Profession : Médecin
My'trän +2 ~ Suhury
Evert ne remarqua que maintenant le jeune garçon qui était près d'eux. Il avait l'air d'avoir entendu la conversation et voulait les aider. Probablement se sentait-il redevable envers les nomades, ou alors il n'aimerait pas se tourner les pouces au camp en attendant leur retour éventuel. Cela faisait deux journées qu'ils marchaient ensemble mais il n'avait pas vraiment eu l'occasion de faire sa connaissance donc il n'avait aucun avis sur lui. Il se savait même pas quel Architecte il pouvait bien prier. Il avait tout l'air d'être un nomade, donc peut-être Amisgal ou Orshin ? Dans tous les cas, son aide et ses éventuels talents seraient sans doute les bienvenus.

Mais pourquoi est-ce qu'il portait une écharpe ? On était en juillet et il faisait suffisamment chaud comme ça.

« Bien sûr que oui, c’est quand même mon frère. Répondit Rayden.
- Ah, non. Vous avez mal compris ma question. Je veux dire que, s'il est mort, vous pouvez peut être commencer à sentir vos souvenirs vous-- »

Perrin posa sa main sur l'épaule de Evert et secoua la tête pour lui dire de ne pas continuer sa phrase. Etudiant plus attentivement le visage du jeune fils de Süns, il remarqua que Rayden semblait en colère mais Evert peinait à saisir pourquoi.

« Bon, allons-y. » Tenta-t-il pour éviter que la situation s'envenime.

Il se leva, s'épousseta et vérifia que son sac était bien accroché sur son épaule avant de se tourner vers la forêt derrière l'horizon, sans un mot. Il en avait probablement assez dit.

« Je vais prévenir les autres que nous partons retrouver ton frère, Rayden. » Dit le marchand.

Vu son âge et son autorité, il devait probablement faire office de chef dans cette tribu, et c'est pourquoi Rayden s'était dirigé en premier vers lui et le fils de Möchlog. Bien que le jeune frère commençait clairement à regretter sa décision vu les yeux plein de haines qu'il avait quand il croisait le regard de Evert.

Quand Rayden les rejoignit, ils partirent en direction de la forêt, le vieux marchand en tête.

« Je leur ai dit de partir sans nous si on ne revenait pas d'ici demain matin, mais les connaissant je pense qu'ils viendront quand même nous chercher ! »

Evert s'attendait à ce que Perrin dise ça avec un peu de colère, mais il arborait, au contraire, un sourire radieux, comme s'il était fier que sa tribu désobéisse à ses ordres. Le fils de Möchlog rajouta cela à sa longue liste des anomalies sociales des autres peuples et continua sa marche sans un mot. Il n'avait pas pris son cheval comme tout le monde était à pied et que la forêt n'était censé être qu'à une demi-heure de marche de là - le cheval ne risquait que de le gêner, surtout dans les bois.

Après ladite demi-heure de marche, ils atteignirent enfin l'orée.

« Très bien, nous y sommes. Faites attention. (Il se tourna vers le jeune garçon : ) S'il y a le moindre problème Aldryn, tu nous appelles, d'accord ? En tout cas, t'éloignes pas trop de nous. (Puis vers Rayden : ) Avec Rayden on va voir si on trouve des indices sur où il peut se trouver. Restez ici, on ne sera pas long. »

Ledit Rayden opina du chef et tous deux partirent examiner la forêt dans des directions opposées. Celui-ci fit craquer une branche alors qu'il entrait dans la forêt.

« Au fait, qu’était-il parti chasser, ton frère ? Demanda le garçon à écharpe.
- Oh, euh... Quand on va chercher des provisions, on est plusieurs à se séparer dans des directions différents pour aller ceuillir des fruits. On ne s'attaque pas aux prédateurs comme on est seuls. (Il ajouta avec un sourire : ) Avec de la chance on peut ramener un lapin. »

Les deux étrangers attendirent donc à l'orée alors que les deux fils de Süns partaient à la recherche d'indice avec l'assurance de connaisseurs. Cela ne semblait pas être la première fois qu'une telle chose arrivait.

Evy laissa une minute d'un silence pesant s'installer avec eux avant de dire ce qu'on disait généralement à quelqu'un qu'on connaissait pas trop dans de telles circonstances :

« Il fait beau, non ? »


Avatar by Mlcamaro

#CCAE50
Voir le profil de l'utilisateur

Aldryn Zereg
avatar
Ven 4 Aoû - 1:18
Irys : 110030
Profession : Mnémothèque
My'trän +2 ~ Khurmag
« Il fait beau, non ? »

La question d’Evert sortit Aldryn de ses questionnements vains. Il se rendit compte qu’imaginer le pire ne servait à rien.
L’enfant leva la tête et regarda le ciel. Ce dernier, d’un bleu azur éclairé par le soleil levant le teintant de nuances orangées, n’arborait que de fines bandelettes nuageuses éparses.

« Oui, c’est vrai. »

Une minute passa silencieusement de la part d’Aldryn avant qu’il ne réajuste son écharpe.

« Il ne fait pas très chaud ce matin, non ?, demanda-t-il en frissonnant imperceptiblement. »

Je ne vois pas quoi dire de supplémentaire. D’habitude, je ne discute pas beaucoup ou alors je me contente de répondre aux questions que l’on me pose. C’est vrai qu’avec grand-père, je n’avais pas réellement besoin de parler, il faisait la conversation pour deux.

Puis, un bruit proche surprit Aldryn et le fit se retourner brusquement. Il ne s’agissait que de Rayden, essoufflé.

« F… fils de Möchlog ! Vite, venez !, intima-t-il à l’intention d’Evert. On a trouvé mon frère. »

Aussi rapidement qu’il était arrivé, Rayden repartit. Intrigué et bien que ne voyant pas l’utilité qu’il pourrait avoir, Aldryn décida de le suivre.

Ils arrivèrent finalement près de Perrin ainsi que d’un adolescent allongé. Celui-ci se tenait immobile, face contre le sol ainsi qu’une énorme racine. Sa chevelure jais dissimulait son visage.

« Alors, qu’est-ce qu’il a ? Vous pouvez faire quelque chose pour Hiven ?, demanda le grand frère avec espoir et appréhension. »

Je me demande pourquoi j’ai proposé mon aide. Ils n’en ont apparemment aucunement besoin. A part les entraver, qu’ai-je fait ? Puis-je faire quelque chose d’utile actuellement ?

Aldryn fit alors la seule chose en son pouvoir. Il fit usage de son don sans certitude de résultat. Sans savoir les possibles conséquences sur lui.

Recherche alimentaire… Fruits forestiers trouvés… Récolte précautionneuse… Concentration… Buisson délesté… Nouvelle recherche… Bruit non sylvestre… Surprise… Alerte… Réflexion rapide… Curiosité… Marche lente silencieuse… Son augmentant progressivement… Discussion… Echange animé… Deux personnes… Perrin… Autre inconnu…

Aldryn hurla mentalement. Il était bouleversé, paniqué. Le sang avait quitté son visage, il avait le souffle court et ses jambes étaient cotonneuses. Pour la simple raison que lui reconnût l’étranger. Il n’avait jamais pu oublier ce visage pour la simple raison qu’il le revoyait fréquemment. Trop fréquemment. Il s’agissait de nul autre que de l’assassin de sa mère.

Dispute… Ton montant… Altercation agressive… Inquiétude naissante… Fuite désirée… Départ lent... Marche plus rapide… Course… Secondes haletantes… Secondes oppressantes… Secondes inquiétantes… Poursuite absente… Soulagement… Relâchement… Trébuchement… Sol rapprochant rapidement… Choc violent… Douleur envahissante… Evanouissement.

« Il est juste tombé, dit Aldryn avec difficulté, la gorge sèche. Oui, il a juste trébuché.,répéta-t-il machinalement. »


Dernière édition par Aldryn Zereg le Dim 6 Aoû - 22:59, édité 1 fois
Voir le profil de l'utilisateur

Evert Nyström
avatar
Dim 6 Aoû - 13:05
Irys : 94786
Profession : Médecin
My'trän +2 ~ Suhury
« Il ne fait pas très chaud ce matin, non ? Lui dit le garçon.
- Ah ? Je trouve que si, justement. Je ne sais pas comment tu arrives à porter cette écharpe. »

Evy avait légèrement froncé des sourcils en entendant la remarque du garçon - Ardyn, c'est comme ça qu'ils l'avaient appelé ? - car lui trouvait qu'il faisait assez chaud comme ça. Le garçon était peut-être frileux. Son écharpe restait quand même curieuse à porter un matin de juillet.

Leur palpitante conversation fut interrompue par le bruit de bottes faisant craquer de multiples feuilles et branches sur le sol de la forêt sans aucune distinction. Le fils de Möchlog se tourna vers la forêt pour voir un Rayden qui arrivait vers eux en courant. Il leur intima de venir rapidement, ayant trouvé son frère. Les deux asociaux suivirent donc Rayden et retrouvèrent le marchand et un adolescent couché ventre à terre, à moitié dissimulé dans la verdure. Difficile à dire s'il était mort ou blessé juste en le regardant vu sa position. Il n'y avait néanmoins aucune trace de sang apparente.

« Alors, qu’est-ce qu’il a ? Vous pouvez faire quelque chose pour Hiven ? » Supplia Rayden.

Evert s'approcha sans un mot de la personne à terre. Il s'agenouilla à ses côté et posa sa main sur lui.

« ... Il n'a rien de grave. » Finit-il par dire après plusieurs secondes de concentration silencieuse.

Il avait bien senti la Vie. Le jeune Zolios n'était pas mort, son Cycle n'était pas fini. Il avait apparemment juste une blessure interne au niveau des jambes - probablement une fracture - mais aucune blessure externe. Rien qui ne soit grave ou ne mette plus d'une minute à soigner. Après ils pourraient rentrer avec lui en l'aidant un peu à marcher - peut-être qu'ils pourraient lui trouver une cane de fortune dans les environs. Evert examina un peu plus en détail l'adolescent. Il portait une armure de cuir marron et une tunique dans les tons verts. Il n'y avait rien de particulier à voir au niveau de son dos. La manche de sa tunique, en revanche, était légèrement déchirée. Difficile à dire si ça résultait d'un combat ou si ça n'avait rien à voir.

« Aidez-moi à le retourner. » Ordonna Evert.

Les deux marchands se regardèrent avant de s'agenouiller pour faire ce que le fils de Möchlog leur avait demandé. On les avait probablement habitué à ne jamais toucher aux blessés. Ils posaient précautionneusement leur main sur l'adolescent blessé quand Ardyn prit la parole avec une voix inquiétante - une voix paniquée.

« Il est juste tombé. Oui, il a juste trébuché. »

Evert oublia l'adolescent et leva les yeux sur le garçon.

« Trébuché ? Comment tu peux savoir ça ? » Demanda Evert en regardant un peu plus attentivement les alentours.

Ardyn avait-il des compétences de pistages et avait-il détecté la terre battue ? Etait-il un fils de Delkhii qui avait remarqué une anomalie dans la terre ? Ou bien...? Evert ne savait pas trop pourquoi, mais il n'aimait pas trop sa nouvelle "prescience". Il leva un regard un peu plus sévère et inquisiteur sur le garçon en attendant son explication. Il remarqua alors seulement la sueur froide qui était apparue sur le front du garçon depuis sa "révélation".

« Est-ce que ça va ? » Lui demanda-t-il d'une voix un peu inquiète.

Il se tourna une seconde vers les fils de Süns pour voir qu'ils n'avaient pas avancé. « Allez, retournez-le qu'est-ce que vous attendez ? » Siffla-t-il impatiemment à l'adresse des deux nomades qui attendaient hébétés.

Depuis qu'ils avaient trouvé le frère disparu, le caractère du fils de Möchlog avait quelque peu changé. Il était devenu bien plus présent et autoritaire qu'auparavant. Il était finalement entré dans son domaine de prédilection où il savait ce qu'il fallait faire. Les ordres lui venaient naturellement et les deux nomades de Zolios savaient que protester était une mauvaise idée.

« Tout va bien, Ardyn ? » Répéta Evert en reportant son attention sur leur compagnon de fortune.

Il s'approchait précautionneusement de lui avec pour but de lui toucher le front et vérifier s'il avait de la fièvre.


Avatar by Mlcamaro

#CCAE50
Voir le profil de l'utilisateur

Aldryn Zereg
avatar
Lun 7 Aoû - 23:39
Irys : 110030
Profession : Mnémothèque
My'trän +2 ~ Khurmag
« Trébuché ? Comment tu peux savoir ça ? »

Aldryn n’était pas encore remis de sa découverte. Mais, la question le fit revenir à la réalité, au présent.

« Je l’ai vu, répondit-il simplement. »

Le jeune n’avait aucune envie de s’étaler sur son don. De plus, il ne connaissait pas Evert et ne savait donc pas quelle serait sa réaction.

Aldryn dont l’état mental se répercutait sur le physique décida de s’adosser contre un arbre proche. Il était encore flageolant et nécessitait un soutien pour ne pas s’écrouler.

Il observa dans un état second les nomades s’occuper du blessé sous les directives du fils de Möchlog.

Il venait de retrouver son souffle lorsqu’il entendit la question inquiète d’Evert. Mais, uniquement la seconde.

« Tout va bien, Ardyn ? »
« Non, pas vraiment, répondit-il sans tenir compte de l’écorchement de son nom. Mais, ça va aller, rajouta-t-il ne voulant ni mentir ni dire la vérité. »

L’adepte de Khugatsaa vit alors Evert se rapprocher de lui. La surprise l’aurait fait reculer s’il avait pu. Coincé par l’arbre, il ne put que se laisser examiner succinctement. Son front perlait encore de sueur, d’une sueur froide et poisseuse.

Pendant ce temps, l’allongé fut retourné. Son visage révélé, ses cheveux écartés dévoilèrent un léger hématome au front. Hiven respirait normalement ce qui soulagea davantage son frère. Cependant, il était toujours inanimé.

« Fils de Möchlog, Hiven est retourné. Que doit-on faire à présent ?, demanda Rayden. »

Pourquoi il s’occupe de moi et non du blessé ? Je suis venu pour aider, non pas pour me faire aider. Pourquoi faut-il que je sois ainsi maintenant ? Ce n’est pas le moment de m’appesantir sur le passé.

Aldryn prit une forte respiration puis expira lentement. Il était encore affaibli mais il ne voulait pas laisser ses états d’âme prendre le dessus. Le présent se devait d’être prioritaire sur le passé.

« Je peux aider… je veux aider. Que puis-je faire ? »

Il se redressa faiblement, quittant le soutien du tronc moussu. Il savait que son comportement était bravache, stupide. Mais, il ne voulait aucunement se sentir inutile, un poids mort.
Voir le profil de l'utilisateur

Evert Nyström
avatar
Sam 12 Aoû - 15:17
Irys : 94786
Profession : Médecin
My'trän +2 ~ Suhury
« Non, pas vraiment. Mais, ça va aller. »

La main de Evert s'approcha précautionneusement du jeune garçon troublé. Son expérience savait qu'on devait se montrer doux prudent envers quelqu'un psychologiquement troublé - on ne savait jamais quel acte brusque un malade pouvait être mené à faire sous le coup d'une folie temporaire. Mais la main du fils de Möchlog ne rencontra aucune résistance. Il sentit la sueur froide sur le front témoignant d'un mal-être sincère. Evy se concentra sur ce que la magie de Möchlog lui permettait de ressentir mais elle ne révéla aucune fièvre ou quelconque problème physique.

Le jeune voyageur avait juste été pris de vertige de par son propre esprit. Cela venait sembler venir du moment de sa révélation. Était-ce le fait d'avoir vu le frère de Rayden blessé ? Il n'y avait pas de blessure apparente ou de sang qui justifierait son malaise pourtant. Evy ne comprenait pas et il n'aimait pas ne pas comprendre. Mais peut être était-ce un problème qui ne le regardait pas, peut être était-ce un problème qu'il ne pourrait de toute façon pas régler et devait-il accepter que cela ne faisait pas partie de sa Tâche.

« Fils de Möchlog, Hiven est retourné. Que doit-on faire à présent ? »

La voix de Rayden le tira de ce mystère et Evy abandonna Ardyn pour s'occuper de son véritable patient. Sentant que les deux nomades attendaient qu'il dise quelque chose, il se contenta de répondre un « Oui. » qui ne voulait pas dire grand chose dans ce contexte mais ils s'en contentèrent également. Evert s'agenouilla près de l'adolescent évanoui. Il examina aussitôt ses jambes et vit que le pantalon en coton de ce dernier était arraché au niveau du genoux et il y avait une contusion noire sur sa peau.

« Il a une fracture, rien qui ne soit compliqué à guérir. Ça ne prendra pas très longtemps et après on pourra repartir. » Expliqua-t-il.

Evert commença à faire glisser sa main sur la jambe du fils de Süns inconscient en commençant un remerciement silencieux à Möchlog quand Ardyn prit la parole :

« Je peux aider... je veux aider. Que puis-je faire ? »

Le fils de Möchlog plissa un peu des yeux. Il n'aimait pas trop être interrompu dans son travail et en d'autres circonstances il aurait sans doute rétorqué qu'attendre et se taire serait suffisant, mais la supplique dans la voix du jeune garçon - et surtout son état de détresse inexpliqué un peu plus tôt - eurent raison de sa froideur habituelle. Il se sentait redevable car il ne savait pas comment guérir le problème du garçon troublé.

« Hum... Il voudra sans doute de l'eau et de quoi manger à son réveil. Il doit y avoir des fruits ou des baies fraiches dans les environs. L'un d'entre vous doit sans doute avoir une gourde à partager. »

Il ne perdait pas grand chose à le faire aller chercher quelques provisions dans les environs le temps d'appliquer sa magie. De plus, il avait noté que la famille proche des patients était généralement moins casse-pied quand ils se sentaient utiles - aussi futile leur tâche actuelle soit-elle.

« Moi je reste là pour surveiller Hiven. » Dit néanmoins Rayden, ne voulant pas quitter le chevet de son petit frère.

Perrin semblait quant à lui avoir d'autres préoccupations en tête :

« Je me demande ce qui a fait tomber Hiven. Ce n'est pas son genre de trébucher comme un néophyte. » Il se tourna vers un Aldryn dont il connaissait depuis le début la source de ses capacités et semblait en avoir déduit son pouvoir : « Est-ce que tu en as une idée ? »


Avatar by Mlcamaro

#CCAE50
Voir le profil de l'utilisateur

Aldryn Zereg
avatar
Dim 13 Aoû - 1:32
Irys : 110030
Profession : Mnémothèque
My'trän +2 ~ Khurmag
Aldryn accueillit l’acceptation de son aide avec soulagement. Il allait pouvoir bouger, agir, être utile. Tout le nécessaire pour atténuer le contrecoup physique de sa découverte.

De l’eau, je crois en avoir entendu à proximité. Pour la nourriture, je devrais trouver aisément. Ah, il faudra aussi que je le remercie de me donner quelque chose à réaliser alors qu’il est conscient de mon état pathétique. C’est tellement rare de rencontrer des personnes si attentionnées.

Il s’éloignait lentement, laissant le fils de Möchlog à son œuvre, lorsque Perrin le rejoignit prestement.

« Je me demande ce qui a fait tomber Hiven. Ce n'est pas son genre de trébucher comme un néophyte. Est-ce que tu en as une idée ? »

Le mnémothèque s’arrêta sans attendre puis se retourna intrigué par le ton employé. L’adolescent y ressentit une pointe d’accusation, de certitude comme si l’homme connaissait déjà la réponse.

« Oui, dit-il laconiquement. »
« Peux-tu développer ?, insista l’adulte. »
« Oui. Mais, peut-on rechercher à manger en même temps ? »
« Evidemment, fit-il souriant. »

Les deux my’träns commencèrent à chercher tandis qu’Aldryn expliqua qu’il avait vu les souvenirs précédents la chute de l’évanoui. Il parla donc de la dispute surprise involontairement qui conduisit à l’incident.

Entretemps, des buissons de mûres, de myrtilles et de groseilles furent repérés. La récolte commença tandis que le disciple de Khugatsaa demanda quelques éclaircissements.

« Qui était l’autre homme ? »
« Pourquoi ?, demanda Perrin sur la défensive. »
« Il s’agit de l’homme qui tua ma mère, répondit-il simplement. Et, j’en suis sûr, rajouta-t-il anticipant une éventuelle contestation. »

Le visage du chef se ferma et il serra les poings. Il était en colère. Cependant, même lui ne connaissait pas sa destinataire. Qu’est-ce que le jeune voulait à son grand frère ? Qu’est-ce que ce dernier avait encore fait ? Il s’agissait des deux principales interrogations envahissant son esprit.

Pourquoi ne dit-il plus rien ? Et surtout, pourquoi s’est-il arrêté de ramasser les mûres ? Si nous tardons trop, le blessé n’aura rien pour son réveil. Et, le médecin risque d’être déçu ou mécontent. Ça, je ne le veux pas.

Aldryn acheva la récolte dans un silence désagréable. Le mutisme et l’inaction de Perrin le poussèrent à lui prendre sa gourde vide afin d’aller au point d’eau qu’il semblait avoir ouï.

Il finit par revenir une vingtaine de minutes plus tard avec tout le nécessaire pour Hiven. Ce dernier avait à présent une attèle entourant sa jambe brisée. Près de lui, les deux nomades le surveillaient. Perrin était revenu dix minutes plus tôt. Celui-ci tourna la tête en direction du nouvel arrivant et Aldryn y vit des émotions complexes traversant son visage qu’il ne comprenait pas.

« J’ai tout ce qu’il faut, dit Aldryn à l’intention d’Evert décidant de ne pas prêter attention au chef pour le moment. Besoin d’autre chose ? »

Aldryn espérait que la réponse serait positive afin qu’il puisse se concentrer sur un autre sujet que le déni de réponse de Perrin.
Voir le profil de l'utilisateur

Evert Nyström
avatar
Jeu 17 Aoû - 15:03
Irys : 94786
Profession : Médecin
My'trän +2 ~ Suhury
Evert leva des yeux curieux vers le jeune garçon et le vieux marchand quand ce dernier demanda comment l'adolescent avait trébuché. Evy ne voyait pas trop comment le garçon pouvait être au courant, à moins d'être un pisteur expérimenté sous les apparences. À son étonnement, le garçon lui dit qu'il le savait mais qu'il préférait en discuter pendant qu'ils s'attelaient à leur tâche. Evy les vit disparaître dans les broussailles de la forêt et baissa à nouveau les yeux sur son patient.

Il devait d'abord guérir sa fracture et ensuite seulement envisager de lui faire reprendre conscience - il ne voyait absolument aucune utilité au fait de le réveiller avant, quoi que puisse en dire le frère.

Il prit une profonde inspiration et glissa sa main sur la blessure, sentant la Vie du jeune fils de Süns et les maux qui la troublait. Il voyait l'os blessé de celui-ci. Une blessure physique handicapante mais pas urgente. Cela faisait un moment qu'il était dans cet état mais ce n'était pas grave. Il pouvait laisser à la magie de Möchlog tout le temps nécessaire pour réparer ce mal.

Merci, Möchlog, de nous accorder ta bénédiction pour que la Vie que tu nous insuffles puisse continuer à vivre son Cycle plus longtemps et plus pleinement. Il sentit la chaleur de Möchlog l'envelopper et il la laissa s'occuper de la blessure, restant dans un état de concentration second où il était inconscient de tout ce qui pouvait se passer autour de lui, espérant être en sécurité avec pour seule compagnie le jeune nomade de Zolios.

Quand le disciple de Möchlog revint à lui, il vit que Perrin était revenu seul et sans provision. Evy lui lança un regard interrogateur mais le marchand ne dit rien, arborant un regard contrarié. Peu importe, Evert n'avait pas encore le temps pour ces enfantillages.

« Sa blessure est guérie, il devrait pouvoir marcher. Je vais lui mettre un bandage recouvert d'un onguent pour être sûr qu'il n'ait pas de douleur pendant le chemin du retour. » Expliqua-t-il en fouillant dans son sac.

Il en sortit le nécessaire et s'attela à sa tâche, sous le silence des deux nomades de Zolios.

« Pourquoi il ne se réveille pas ? Est-ce que tout va bien ? Finit par demander un Rayden impatient et préoccupé.
- Oui, oui. Je vais le réveiller maintenant, chaque chose en son temps. »

Evert posa sa main sur le front de l'adolescent. D'habitude il n'aurait pas pris cette peine, s'ils avaient été dans une ville et qu'il n'y aurait pas eu besoin de déplacer le patient. Il aurait simplement prescrit un peu de repos et le blessé se serait réveillé tout seul quelques heures plus tard sans avoir plus besoin du médecin, avec une éventuelle tisane à prendre toutes les quatre heures pour prévenir les maux de tête. Mais là, il y avait besoin de le rapatrier à la caravane, et il serait indéniablement plus simple de le ramener en le faisant marcher, avec éventuellement un petit boost de Möchlog pour lui rendre l'effort plus simple.

C'est le moment que choisit Aldryn pour revenir des bois, chargé de baies et avec une gourde remplie.

« J’ai tout ce qu’il faut. Besoin d’autre chose ?
- Je le réveille. »

Hiven ouvrit faiblement les yeux, ce que ne manqua pas de voir son grand frère attentif.

« Ah ! Hiven ! Est-ce que ça va ? » S'écria-t-il aussitôt.

Evert s'interposa en levant la main pour intimer le calme. Il désigna la gourde et les baies d'Aldryn pour l'inciter à partager ce qu'il avait été cherché, sans ajouter un mot, jugeant que sa requête était suffisamment claire. Le petit frère devait avoir la gorge un peu trop sèche pour parler et il vit et accepta avec joie le présent d'Aldryn.

« Alors, qu'est-ce qu'il t'est arrivé ? Perrin a raison, c'est pas toi qui tomberait comme un débutant. Je t'ai appris mieux que ça ! » Le réprimanda Rayden pendant que son frère se sustentait avec les vivres.

Evy resta passif mais néanmoins attentif devant la scène, un peu fatigué et tendu comme à son habitude après avoir fait appel au don de Möchlog. Une partie de lui avait néanmoins envie de comprendre ce qui s'était passé entre Perrin et Ardyn lors de leur absence dans les bois, mais il n'avait pas trop la force de poser la question pour le moment. Peut-être quand les deux frères auraient fini leurs retrouvailles. En attendant, il ne manquait pas de regarder curieusement les deux hommes entre qui un froid s'était installé.

« Il n'est peut être pas utile de ressasser le passé. Rentrons au camp et on verra tout ça plus tard. » S'interposa étonnement Perrin.


Avatar by Mlcamaro

#CCAE50
Voir le profil de l'utilisateur

Aldryn Zereg
avatar
Dim 20 Aoû - 3:05
Irys : 110030
Profession : Mnémothèque
My'trän +2 ~ Khurmag
La déception de n’avait rien de plus à faire céda rapidement à la joie de savoir qu’Hiven allait se réveiller. Joie est un terme un peu fort, Aldryn ressentait surtout du soulagement pour le grand frère inquiet.

Il était aussi content de voir que la sustentation amenée servit rapidement. Il n’avait pas cherché pour rien. La récolte avait été fructueuse à deux titres ainsi que malheureusement frustrante.

N’ayant plus rien à faire, il attendit que le blessé se restaure et reprenne un minimum de forces. Pour cela, il s’assit en tailleur à même le sol. Il repensa à la réaction de Perrin et ne la comprenait pas. Son ressassement fut brisé par la réprimande légère de Rayden suivi par la sèche interruption de Perrin.

Aldryn reconnut la justesse de la remarque. Certes, penser et repenser au passé n’était pas nécessairement d’une grande utilité, mais pour lui c’était ce qui définirait son futur. Le passé était aussi une part de lui grâce aux souvenirs collectés. Et, le passé lui apportait diverses informations dont certaines se révélaient intéressantes. Finalement, en y réfléchissant, il se rendit compte que ressasser le passé – pas nécessairement le sien – lui était utile.

Mais, pourquoi tient-il tellement à ne pas aborder le sujet de cet homme ? Ce n’est pas comme si j’allais le tuer pour venger ma mère. Enfin, il est vrai que je n’en sais rien actuellement. Je crois qu’il s’agit davantage de curiosité que certains qualifieraient de morbide, de malsaine sur les raisons l’ayant poussé à un tel acte. Peut-être était-ce justifié de son point de vue. Evidemment, je ne considère pas qu’il existe une bonne raison pour provoquer un décès.

Aldryn arrêta à nouveau le ressassement dans lequel il s’était plongé inconsciemment pour revenir au présent, à la forêt, au blessé, au retour au camp.

« Besoin d’aide pour marcher ?, demanda-t-il à l’éclopé. »
« Non, je m’en occupe, répondit le grand frère protecteur plus sèchement que nécessaire et voulu. »

Le mnémothèque se tourna alors à contre-cœur vers Perrin qui immédiatement sortit un : « J’ouvre la marche. » sans appel avant de partir non sans aider Hiven à se relever au passage. Désappointé, Aldryn décida donc de suivre les trois nomades d’un rythme lent n’ayant aucune raison ni envie de rattraper le marchand. Mais, avant de s’élancer à son tour, il porta son attention sur la seule personne restante : Evert.
N’ayant pas d’aide à proposer, il ne savait pas comment entamer la conversation. Il ne voulait pas non plus ne rien dire car le silence allait le peser. Et, replonger brièvement dans les passés ne l’aida pas.

Que puis-je lui dire, lui demander ? On a précédemment discuté du temps et cela n’a mené nulle part. Devrais-je m’intéresser à lui ? Sur quel sujet dans ce cas ? Devrais-je le questionner sur son don de guérison ? Comment amenez la chose dans ce cas ? En lui demandant comment il est devenu un adepte de Möchlog, comment il le vit au quotidien, ce qu’il ressent lorsqu’il utilise son don, s’il a déjà mis un terme à la vie d’autrui comme ma mère, si la guérison qu’il vient d’effectuer est simple pour lui, si guérir est routinier, aisé, difficile, libérateur, épuisant, exultant, différent selon les personnes ?

Aldryn soupira. Les discussions n’étaient vraiment pas son domaine de prédilection. Surtout leur commencement. Il songea à laisser à Evert le soin de la débuter mais cela signifiait un temps mutique plus long. Le disciple de Khugatsaa réfléchissant rapidement, les nomades étaient toujours visibles lorsqu’il trouva le courage de s’adresser au soigneur.

« Est-ce que ça va ?, demanda Aldryn sans avoir remarqué la passivité, la fatigue d’Evert. »

Puis, ne voulant se laisser distancer, il rajouta un : « On devrait les rattraper avant qu’ils ne soient trop loin, non ? »

Nous sommes venus les aider mais s’ils rentrent seuls, cela risque de donner l’impression que nous n’avons servi à rien. Même si dans mon cas, cela ne changerait malheureusement pas grand-chose.

Enfin, Aldryn fit un premier pas en direction du campement.




Lecture mémorielle : #808080(Grey) - Paroles : #FFA500(Orange) with Evy / #FF6347(Tomato)
Voir le profil de l'utilisateur

Evert Nyström
avatar
Mar 22 Aoû - 17:25
Irys : 94786
Profession : Médecin
My'trän +2 ~ Suhury
Ardyn se fit jeter quand il se proposa d'aider l'adolescent tout juste rétabli. Rayden semblait vouloir être aux petits soins avec son jeune frère et monopolisait toute l'aide dont il pouvait avoir besoin. C'était loin de déplaire à Evert qui profita de ces minutes de repos pour suivre silencieusement la marche. Un coin de sa tête fit le parallèle entre Rayden et Lily et il remarqua que sa sœur lui manquait un peu. Il se demanda où elle était en ce moment et si il trouverait le moyen de la contacter une fois de retour à Suhury. Maintenant qu'elle n'était plus en permanence à Nalan, lui envoyer une lettre était devenu plus compliqué. Il se demanda si avec une magie d'Amisgal, il serait possible de lui faire parvenir des messages, mais cela semblait plus relever d'un don de Khugatsaa, et il se refusait d'utiliser un pouvoir reposant sur la magie de celle-ci.

« Est-ce que ça va ? »

Une voix le tira soudain de ses pensées. Il se retrouva à nouveau les pieds sur terre, à fouler l'herbe des plaines de Zolios. Il répondit d'un distrait « euh, oui » en tournant son attention vers Ardyn.

« On devrait les rattraper avant qu’ils ne soient trop loin, non ? »

Les silhouettes des trois nomades se dessinaient un peu loin que ce qu'il avait cru. Il haussa des épaules pour indiquer son indifférence quant au fait d'être à la traine, mais accéléra néanmoins le rythme suite à la demande du jeune garçon. Peut être avait-il peur qu'ils se fassent attaquer ? Il n'était peut être pas habitué au combat et Evy ne donnait pas l'impression d'un épéiste un tant soit peu confirmé.

« Ne t'inquiète pas, il n'y a pas l'air d'avoir de créatures dangereuses dans ces plaines. Et ils ne sont pas très loin. » Dit-il dans le doute afin d’apaiser un éventuel Aldryn craintif, interprétant mal le trouble qui agitait le jeune garçon, des réminiscences de sa prise en charge plus tôt lui octroyant le sentiment que c'était de son ressort de calmer son compagnon de voyage.

Une question illumina soudain l'esprit du fils de Möchlog sous cette réflexion.

« Tu voyages souvent ? »

Il avait conclu un peu plus tôt que Ardyn n'avait pas l'air d'être un mauvais bougre avec son envie d'aider les nomades et il avait l'air moins ennuyant que la moyenne du peu qu'il en avait pu voir (ou en tout cas il n'avait pas eu l'occasion de l'ennuyer jusqu'à maintenant). Aussi tenta-t-il la conversation - comme Ardyn semblait également vouloir l'entreprendre - afin de mieux le cerner et lever le voile de mystère qui entourait le garçon. Il n'y avait pas grand chose d'autre à faire ici de toute façon et ils en avaient pour encore vingt minutes de marche. Et il avait déjà passé l'aller à rêvasser ; il était suffisamment reposé pour assumer une conversation sur le chemin du retour.

« Tu te rends à Suhury ? Tu y as déjà été ? » Ajouta-t-il après un temps pour préciser dans son esprit le but du voyage de Ardyn.

Sa voix semblait un peu lasse mais les oreilles attentives et entrainées pouvaient reconnaitre une pointe de curiosité dans ses questions.


Avatar by Mlcamaro

#CCAE50
Voir le profil de l'utilisateur

Aldryn Zereg
avatar
Ven 25 Aoû - 21:12
Irys : 110030
Profession : Mnémothèque
My'trän +2 ~ Khurmag
Aldryn, à sa tentative de relancer la conversation ne reçut qu’un bref « euh, oui ». Il n’eut le temps d’en être désolé car l’éloignement des nomades l’inquiéta davantage.

« Ne t'inquiète pas, il n'y a pas l'air d'avoir de créatures dangereuses dans ces plaines. Et ils ne sont pas très loin. »

La tentative de rassurement d’Evert réussit. Partiellement. L’adolescent n’avait pas peur des animaux sylvestres. Cependant, la possibilité soulevée que certains puissent se révéler agressif l’inquiéta légèrement. Simplement car il ne savait pas se défendre car il y avait toujours eu quelqu’un pour le protéger le cas échéant. Et, le soigneur ne semblait être le plus apte pour remplir ce rôle.

« Tu voyages souvent ? »

Evidemment. Je ne fais que ça depuis que mon grand-père est mort. Je voyage aussi depuis que ma mère est morte. Je bouge depuis ma naissance en fait. Mais, est-ce réellement la réponse qu’il attend ?

« Tu te rends à Suhury ? Tu y as déjà été ? »

Ah, j’ai bien fait de prendre mon temps. Cependant, quel degré de complétion attend-il concernant ma réponse ? Dois-je me contenter d’un simple et bref oui concluant ainsi la conversation d’une manière similaire aux autres ? Dois-je développer en parlant de chaque visite ?

« Oui, effectivement, je me rends dans cette région, finit par répondre Aldryn après ses réflexions. Je m’y suis déjà rendu à plusieurs reprises mais c’est la première fois depuis le décès de mon grand-père. »

Le jeune repensa au récent décès mais il n’éprouvait ni tristesse ni sensation de manque. Pour cause, Gryna résidait à tout jamais en lui. Aussi bien le côté affectueux, aimant, affable qu’il arborait en présence de son petit-fils que celui manipulateur, voleur, violent que le mnémothèque ne découvrit qu’au décès.

« Actuellement, j’y vais sans but précis, dit-il en revenant au présent. Je n’ai pas envie de continuer à agir en suivant les préceptes que mon grand-père m’inculqua. Je n’étais pas conscient de ce qu’il me faisait faire à l’époque qui n’est pas si lointaine que cela. Cela n’excuse en rien mes gestes. Surtout que je n’ai pas encore assimilé tous mes agissements ainsi que leurs conséquences. »

J’ai compris que Grand-Père s’était servi de mon don naissant pour fouiller les mémoires d’autrui à la recherche d’objets de valeur qu’il allait ensuite voler. Mais, j’ai ensuite vu qu’il faisait davantage. Je ne peux qu’y croire sinon cela me forcerait à douter de mon pouvoir, de ce qu’il me fit voir mais je ne l’accepte pas.

« Il faudrait que je pense à les expier, chuchota-t-il pour lui. »

Puis, à force de ressasser, les pensées d’Aldryn revinrent à Perrin.

« Mais, avant je vais avoir quelque chose à faire, dit-il à haute voix sans destinataire en particulier. Au fait, fit-il en se tournant vers Evert, qu’en est-il pour toi de Suhury ? Qu'est-ce qui te pousse à voyager ? »

Aldryn avait pris tellement de temps pour répondre que les deux mages, toujours non loin derrière les trois nomades, avaient franchi les trois-quarts de la distance les séparant du campement.




Lecture mémorielle : #808080(Grey) - Paroles : #FFA500(Orange) with Evy / #FF6347(Tomato)
Voir le profil de l'utilisateur