Revenir en hautAller en bas
Chroniques d'Irydaë
Bonjour, et bienvenue sur les Chroniques d'Irydaë. Déjà inscrit ? N'attends plus, et connecte-toi dès maintenant en cliquant sur le bouton "Connexion" ci-dessous !

Vous êtes nouveaux, que ce soit sur ce forum ou dans le monde du RPG ? Le choix d'un forum sur lequel vous pourrez vous épanouir n'est pas anodin, et il vaut mieux pour cela connaître l'univers dans lequel vous vous trouvez ! Nous avons pensé à vous, en vous préparant un guide qui vous permettra de découvrir pas à pas le monde des Chroniques d'Irydaë.

Si malgré cela, des doutes subsistent, n'hésitez pas à adresser vos questions aux Administrateurs.

En vous souhaitant une agréable visite !



 :: Les terres d'Irydaë :: Daënastre :: Ünellia
Page 1 sur 1


 Parlons donc affaires.

Ludwig Strauss
avatar
Mer 2 Aoû - 22:50
Irys : 72389
Profession : [Officielle] Propriétaire d'industries de l'armement [Officieusement] Baron du crime
Daënar -2
La voiture à vapeur se fraya lentement un chemin à travers les silencieuses ruelles nocturnes, les phares perçant le voile obscur de la nuit pour éclairer le monde qu’était Alexandria de nuit. Si la capitale était réputée être très animée au point que certains la surnommaient « la ville qui ne dort jamais », il est clair que certains secteurs échappaient à la fiévreuse animation de la cité. Ainsi seuls quelques passants et le regard des chats de gouttières accueillaient le passage du véhicule qui laissait un fin filet de vapeur derrière lui.

La capitale était très belle, comme on le disait. Cependant derrière les jardins luxuriants, les monuments grandioses et l’architecture de génie se trouvait les entrailles obscures et malfamées que toute ville de grande ampleur cachait. Un brouillard chimique produit par les nombreuses usines et formant une ambiance sordide digne des romans d’épouvante, des trottoirs où des liquides peu ragoûtants formaient des flaques aux couleurs incertaines et une vermine qui sortait soudainement d’un tas d’ordures éventrées. Et pourtant la voiture poursuivait son chemin à travers ces quartiers moins recommandables.

Il semblerait que la personne en déplacement désirait passer par des chemins discrets, mais pourquoi ? Mystère.

Le véhicule, après une longue traversée à travers un labyrinthe de quartiers et ruelles sinueuses, finit par s’arrêter devant ce qui semblait être des quais. La brume, l’odeur marine salée et les nombreuses grues et petits navires ne trompaient pas. Des mouettes constituaient les seuls visiteurs de cet endroit désert, profitant paisiblement des restes d’arrêtes de poissons abandonnés par les pêcheurs plus-tôt.

Le conducteur sortit en premier du véhicule, vêtu d’un lourd manteau et d’une fédora sur sa tête. Le grand gaillard était larges d’épaules et avait un regard perçant. Il scruta les alentours avec le regard d’un loup guettant dans la brume son territoire, puis vint ouvrir la portière de la voiture.

Et un homme sortit. Lentement, avec une prestance naturelle. Un haut-de-forme couvrait sa chevelure finement taillée qui lui arrivait jusqu’aux épaules. Un sur-mesure de belle qualité était recouvert d’un chic manteau noir, aussi noir que ses gants couleur de jais. Ajustant d’un coup de main son accoutrement, l’individu s’empara de sa canne sculptée par une main de maître avant de s’éloigner de quelques pas de sa voiture. Son pas semblait être calculé, comme dans une pièce de théâtre, tout en restant parfaitement ordinaire. L’homme avait une manière souple et élégante dans ses déplacements sans pour autant avoir l’air de le faire exprès. Tout était naturel et pourtant si noble et coordonné. Un intrigant personnage.


Ludwig attendait patiemment la venue de son invitée, Laura, à qui il avait envoyé une lettre écrite dans le style le plus courtois possible ainsi qu’une petite fleur envoyée avec comme gage de sympathie. L’homme pouvait se montrer très romanesque, même quand il était question de parler d’affaires. Et des affaires, il en avait conclut avec la jeune demoiselle. Des accords assez fructueux et intéressants, mais surtout des choses qui seraient très mal vus par la Loi. Voilà pourquoi la discrétion restait essentielle dans leur relation.

Cependant aujourd’hui était une toute autre affaire. Si jusqu’à présent il avait communiqué avec miss Grayson par le biais de lettres et hommes de confiance, elle avait assez traité avec lui pour qu’elle gagne le privilège de rencontrer en personne le fameux homme d’affaires, qui se faisait aussi connaître dans le monde criminel sous le surnom pompeux de Baron. Et il avait tout organisé pour que la rencontre en tête-à-tête soit des plus agréables, quand-bien même le lieu de rencontre n’était pas des plus engageants.

L’homme glissa sa main dans la poche de son manteau afin d’inspecter sa montre de poche d’un geste fluide. Il était en avance de quelques minutes. Refermant sa montre, il caressa d’un air distrait la pointe de sa moustache, attendant patiemment l’arrivée de son invitée.


~ Celui qui détient l'or, établit les règles ~
En ligne Voir le profil de l'utilisateur

Laura L. Greyson
avatar
Ven 18 Aoû - 16:30
Irys : 87187
Profession : Ingénieure aéronautique
Daënar +2 ~ Alexandria
ϑϑϑϑ Difficile de savoir ce qui avait le plus appaté Laura ce soir. Les relations avec le Baron ne dataient pas exactement d'hier et si elle n'aimait d'ordinaire pas les commérages, Laura avait toujours été, en réalité, intriguée par cet homme dont le visage public et celui qu'elle connaissait de par ses manigances étaient si différents. Il y avait eu la lettre aussi. Presque courtisane qui lui était parvenue directement chez elle, et non sur son lieu de travail. Accompagnée d'une fleur simple mais délicate. L'ingénieure savait qu'il y avait un langage caché dans chaque variété de ces choses à pétales mais n'avait jamais cherché à l'apprendre. Et avait refusé de le vérifier en cette occasion. Pour ne pas gacher l'instant simplement.

ϑϑϑϑ Pour la première fois, elle n'avait pas hésité à rencontrer ce milieu qu'elle ne touchait qu'à travers les Yris qu'on lui versait. La curiosité. Encore. Elle se le permettait surement beaucoup trop en ce moment. Mais l'ennui s'était installé au hangar c'était indéniable. Et du coup... un peu de danger, de goût d'interdit était trop tentant pour laisser passer l'occasion. L'ingénieure avait tout minuteusement préparer dès lors. Elle avait passé le début de la soirée dans un établissement du quartier animée. S'amusant dans la liesse générale, ingurgitant une quantité d'alcool tout à fait honorable pour amuser la galerie. Tout le monde l'avait vu sortir, et personne ne remarqua sa disparition discrète par la petite porte proche du bar.

ϑϑϑϑ De là, tout était déjà organisé. La voiture qui allait l'attendre dans une ruelle. Les transporteurs qui n'étaient pas les mêmes à l'aller qu'au retour et qui n'avaient pas eu connaissance de son nom. Une escapade dans les ruelles de la ville durant laquelle la scientifique s'était entouré d'un long manteau noir pour dissimuler sa robe de soirée et avait refait son maquillage. Un geste idiot. La plupart du temps, mais le Baron s'était montré tellement avenant qu'elle se devait d'avoir la même distinction.

ϑϑϑϑ Elle arriva à peine deux minutes  avant l'heure indiquée. Mais c'était amplement suffisant pour descendre de voiture et marché les quelques deux cents mêtres qui la séparaient réellement du lieu de rendez-vous. Etrangement, elle se sentait totalement sereine. Cette partie de la grande capitale était totalement déserte à cette heure. Seul les cris de deux chats errants résonnaient autour d'elle. Un léger sourire flottait sur ses lèvres, mélange d'excitation et d'impatience. Peut être aussi aidé par les verres qu'elle avait bu avant de venir, seul son haleine légèrement sucrée aurait pu vendre la mèche, Laura n'aurait certainement pas l'air ne serait-ce que pompette avec si peu d'alcool. Elle distingua enfin la silhouette de son rendez vous dans le noir. Ne ralentissant pas le pas, elle se rapprocha de la voiture jusqu'à n'être plus qu'à un mêtre de lui. Pas de signe de main, un simple hochement de tête et un sourire calme étaient plus à propos.
    ϑϑϑϑ Ravie de vous rencontrer enfin Monsieur. J'espère ne pas vous avoir trop fait attendre...

ϑϑϑϑ Intuile de se présenter n'est-ce pas ? Il n'y avait qu'eux à plusieurs centaines de mêtres à la ronde. Ca aurait été une erreur de toute façon. Elle ne bougea pas plus. Il avait surement prévu quelque chose d'autre, mais elle n'allait pas brusqué les choses. Elle se contenta seulement de continuait une conversation polie et ambigüe comme souvent dans ce genre de cas.
    ϑϑϑϑJ'espère que votre visite dans notre belle capitale tient ses promesses. Au moins, au niveau de vos affaires ? J'essayerais surement de ne pas vous décevoir ce soir...


Couleur de parole : #cc6600
Voir le profil de l'utilisateur