Revenir en hautAller en bas
Chroniques d'Irydaë
Bonjour, et bienvenue sur les Chroniques d'Irydaë. Déjà inscrit ? N'attends plus, et connecte-toi dès maintenant en cliquant sur le bouton "Connexion" ci-dessous !

Vous êtes nouveaux, que ce soit sur ce forum ou dans le monde du RPG ? Le choix d'un forum sur lequel vous pourrez vous épanouir n'est pas anodin, et il vaut mieux pour cela connaître l'univers dans lequel vous vous trouvez ! Nous avons pensé à vous, en vous préparant un guide qui vous permettra de découvrir pas à pas le monde des Chroniques d'Irydaë.

Si malgré cela, des doutes subsistent, n'hésitez pas à adresser vos questions aux Administrateurs.

En vous souhaitant une agréable visite !



 :: Les terres d'Irydaë :: Daënastre :: Ünellia
Page 1 sur 1


 La tournée des héros

Allys Terasu
avatar
Ven 4 Aoû - 20:43
Irys : 223872
Profession : Ingénieur mécanique
Daënar +1
Sur le chemin, ils n'échangèrent pas un mot, du moins pas Allys. Après avoir descendue la tour, la jeune femme avait marché d'un bon pas dans l'espoir d'esquiver cette masse de curieux mais ce fut malheureusement impossible. Elle prit une grande inspiration pour se donner du courage puis elle se fraya un passage, après avoir attrapé au passage la main d'Hex afin de l'entraîner à sa suite pour ne pas qu'ils se retrouvent séparés à cause de la foule rendue intenable par la joie de cette victoire incroyable et époustouflante. Le visage fermé, à la fois de détermination mais aussi à cause du malaise que lui prodiguait un tel bain de foule, qui plus est qui tentait d'attirer l'attention de leur « héroïne » du jour, Allys ne lâcha pas Hex. Le contact avec sa main chaude lui donnait au moins un réconfort inattendu. Elle ne pouvait pas se permettre de le lâcher. Elle ne le voulait pas non plus.

Ils finirent tout de même pas s'extirper de la masse, filant comme des voleurs. Certains habitants tentèrent malgré tout une nouvelle approche mais la plupart avaient compris que, non, ils ne tireraient rien de leurs sauveurs. Allys continuait malgré tout de marcher d'un bon pas, ne décélérant l'allure que lorsqu'elle fut persuadée d'avoir semé leurs admirateurs et les curieux. Elle souffla alors. A ses côtés, Hex ne devait pas avoir ce genre de problème, il était bien plus bavard qu'elle et sans doute bien plus sociable... La preuve, même s'il dédaignait les gens, il l'avait bien accostée, elle, qui pourtant n'avait rien d'une personne avec qui on aurait envie de converser. Cela dit, il devait avoir plus l'habitude. Dans le désert de Zochlom, où elle avait passé au moins les trois quart de sa vie, elle n'avait pas croisé grand monde. Là bas, les regroupements étaient petits et le dialogue peu présents. Il fallait juste voyager, commercer, juste vivre en somme.

Elle marcha plus doucement lorsqu'ils empruntèrent des ruelles plus calmes mais elle eut du mal, étrangement à lâcher la main de son camarade. Elle sentait toujours la chaleur lui picoter la peau comme si de s'éloigner d'Hex lui faisait l'effet d'une brûlure.

Allys n'osa pas croiser le regard d'Hex à cet instant, elle se contenta de faire le guide jusqu'à une bâtisse rustique mais chaleureuse. En entrant, ils purent constater que l'endroit était presque vide mais commençait doucement à se remplir. Les résidents du quartier commençaient à peine à oser sortir le bout de leur nez. Ce qui voulait dire qu'ils ne savaient pas encore qui les avaient sauvés. C'était bien. La jeune femme jaugea l'endroit puis se dirigea vers une table assez reculée. Une fois assise, elle échangea un regard avec Hex.


« Ça te conviens comme endroit ? Ils ont un bon choix niveau alcool il me semble, on y mange bien. C'est un peu rustique mais j'aime l'ambiance générale. »

Allys fit un signe à la serveuse de venir à leur rencontre.



Ma couleur : #9999cc
Voir le profil de l'utilisateur

Hex Hekmatyar
avatar
Sam 5 Aoû - 15:52
Irys : 469318
Profession : Soldat de fer
Daënar +2 ~ Zuhause (homme)
La foule était plutôt dense, mais Allys semblait plus déterminée que moi à passer au travers et alors qu'elle commençait à fendre la foule, je sentis sa main attraper la mienne pour m’entraîner à sa suite. Ce simple contact déclencha un long frisson dans ma colonne vertébrale. Je me contentai uniquement de la suivre, trop préoccupé par ce contact pour remarquer quoi que ce soit d'autre. Elle m'emmena vers un petit bâtiment que je n'avais encore jamais vu, et surtout dans un quartier bien plus calme que le précédent. C'est presque avec regret que je lui lâchais la main, mais la garder aurait sûrement été inconvenant.
Je pris place avec elle à une table isolée, regardant les alentours avant de rendre mon verdict avec un sourire.

-C'est parfait ! Personne nous faire chier et on peut boire tranquillement que demandez de plus ? Ah oui je sais !

La serveuse arriva à notre niveau nous tendant une petite carte que je pris avant d'en examiner le contenu, il y avait une longue suite de bouteille disponible, regardant Allys avec un clin d’œil entendu je sortis la bourse que j'avais récupéré sur un pirate, rependant son contenu sur le plateau de la jeune femme avant de lui rendre la carte.

-Une de chaque !

Je me tournais vers la jeune femme haussant les épaules avec un air désespéré

-Et bien quoi ? On vient de sauver une ville on ne va quand même pas s'ennuyer à choisir ce qu'on va boire non ?

Ce n'était pas tous les jours qu'on pouvait s'offrir autant de chose mais les poches des pirates avaient été pleine et je n'avais rien d'autre à acheter sinon ça.
Nous attendîmes quelques minutes pour que la serveuse revienne le plateau chargé de bouteilles. La pile qui fut mise sur la table m'empêchait de voir Allys si bien que je dus changer de place pour venir m'installer à côté d'elle.

-Bon tu veux quoi ?

Lançais-je avec amusement devant ce qui me semblait être ma plus grosse commande jamais réalisée.
Je pris une bouteille de rhum qui traînait avant de remplir un grand verre pour moi attendant que la jeune femme ait fait son choix avant de trinquer avec elle.

-Bon maintenant que personne ne veux notre mort, tu trouveras bien le temps de me parler de toi non ?

C'était étrange, d'habitude je n'aimais pas que les gens me parlent d'eux, mais dans le cas présent, j'avais vraiment envie d'en savoir plus sur elle. Ce n'était pas tous les jours que je rencontrais quelqu'un d'aussi… d'aussi… Enfin Allys quoi !
Du reste, je découvrais avec étonnement la difficulté que j'avais à la lâcher du regard.
Comme pour cacher cet état de fait je me mis à siroter tranquillement mon verre, tachant d'éviter de paraître embarrassé.
Voir le profil de l'utilisateur

Allys Terasu
avatar
Dim 6 Aoû - 15:07
Irys : 223872
Profession : Ingénieur mécanique
Daënar +1
C'est parfait ! Personne pour nous faire chier et on peut boire tranquillement que demandez de plus ? Ah oui je sais !

Hex était enjoué. Était-ce ce qu’il affichait avec tout le monde ou bien c’était elle qui le rendait aussi joyeux ? Allys se sentait étrange, des questions se bousculant dans sa tête. Était elle en train d’espérer lui faire un quelconque effet ?

Alors que la serveuse s'arrêta à leur table afin de prendre leur commande, Allys ne put empêcher son regard de s’arrondir de surprise. Hex venait de renverser le contenu entier d’une bourse sur la table et demandait clairement à la jeune femme de vider son stock de bouteilles.


Et bien quoi ? On vient de sauver une ville on ne va quand même pas s'ennuyer à choisir ce qu'on va boire non ?

Sur le coup, Allys ne trouva rien à répliquer si ce n’est un sourire amusé. Soit il avait une sacrée descente soit il faisait le fanfaron… Pour l’impressionner ? Ce qui l'était, en tout cas, c’était la pile d’alcool en tout genre qui s'accumula sur la table à tel point que le jeune homme du se rapprocher d’Allys pour qu’ils n’aient pas à se parler par dessus le tas.

Si avec ça on n’a pas ce qu’il fauts’en amusa-t-elle.

-Bon tu veux quoi ?

Je tenterai bien ce whisky.

Ils se servirent de grands verres puis trinquaient à leur victoire éclatante. Leur sourire respectif en disait long sur le soulagement qu’ils éprouvaient. Qui aurait parié sur ces deux là ? Hex, pourquoi pas, avec son expérience… Mais Allys ? Si l’adrénaline ne lui avait pas poussé des ailes dans le dos elle n’en serait pas là, à trinquer avec Lui. Oui, la majuscule est importante.

Bon maintenant que personne ne veut notre mort, tu trouveras bien le temps de me parler de toi non ?

Cela lui faisait un drôle d’effet. Jusqu’à présent, presque personne ne s’était intéressé à elle. Une seule fois elle s’était confié. Parce qu’entre les deux inconnus du désert il y avait eut un lien fort, comme deux âmes brisées qui se faisaient échos. Ils ne se connaissaient pas mais s’étaient confiés leurs histoire et même si elle ne l’avait plus revu depuis, elle gardait le sentiment de s’être fait un ami.

Ici, face à Hex, elle ressentait un lien mais différent de ce qu’elle avait connu auparavant… Elle accepterait sans hésiter se confier mais pas pour s’en faire un ami. Seulement parce que c’était lui. Parce qu’elle n’éprouvait pas l’envie de quitter son regard. Parce que…. Y avait il seulement besoin d’une raison ?


Oui, ça ne me dérange pas. Je ne suis pas quelqu’un de très bavard ou expressif en générale, mais je vais faire une exception pour toi.

Et ça, ça voulait tout dire pour elle. Tout ce qu’il voudrait savoir, elle ne lui cacherait rien. Elle était de nature franche et spontanée de toute manière. Mais elle serait même capable d’en dire trop ce soir, l’alcool n’aidant pas. Et ils en avaient une sacrée quantité.

Pour l’heure, elle ne but qu’une gorgée, histoire de se lancer. Autant commencer par le début.


Que dire de moi… mh… Je suis d’origine daenaste mais je n’en ai ni l’accent ni l’apparence. J’ai grandit en Zochlom. En faite, je n’ai mis les pieds sur le continent qu'à mon adolescence. C’est là que je suis devenue ingénieur mécanique. Avant ça, je passais mon temps à récupérer de la ferraille, des rouages usés, un peu partout car j’ai toujours aimé bricoler, leur donner une seconde vie, les réparer… Je comprend bien mieux les mécanismes des machines que ceux des humains.”

Elle se tut, sirotant un peu son verre, pour laisser à son camarade la parole lui aussi. Parler d’elle lui faisait monter le rouge aux joues. A moins que ce soit l’alcool ? Elle n’avait pas bu depuis… depuis… son drame, disons les choses comme elles sont. Pour oublier son traumatisme, elle avait noyé son chagrin dans les boissons pendant des mois. Jusqu’à ce qu’elle rencontre quelqu’un de bien, quelqu’un de désintéressé qui lui avait malgré tout montré qu’elle en valait la peine. Qu’est-ce qui allait se passer à présent ?



Ma couleur : #9999cc
Voir le profil de l'utilisateur

Hex Hekmatyar
avatar
Lun 7 Aoû - 0:40
Irys : 469318
Profession : Soldat de fer
Daënar +2 ~ Zuhause (homme)
J'écoutais son histoire avec attention buvant bizarrement ses paroles sans manquer de la détailler des pieds à la tête quand je le pouvais. Finalement je finis par m'apercevoir qu'elle avait finis sa partie de l'histoire que c'était à mon tour de parler un peu de moi.

-Bon bah Hex, Hex Hekmatyar, pas la peine de chercher un arbre généalogique ça ne doit même pas être le nom que mes parents m'ont donnés, d'ailleurs pas la peine de les chercher non plus ils sont morts enfin mort, tués, assassinés j'en sais trop rien et je m'en fiche un peu pour dire vrai.

Je ponctuais ce premier petit résumé de ma vie en descendant mon verre avant de m'en resservir un dans la foulée.

-Quand à mes petits hobby… je suis dans l'armée enfin j'étais jusqu'à ce qu'un tir de mortier mette un gros frein à ma carrière, si tu tiens à savoir l'unité en question… et bien numéros 666 aussi surnommé Jormungand ou les tueurs de mages en fonction de qui le prononce.

Bon ça ne devais pas lui dire grand-chose, nous étions plutôt connus comme une légende parmis les troupes car personne ne savait grand-chose sur nous. On disais surtout que l'unité était composée exclusivement de psychopathe à qui on donnait des missions quasi suicidaires.
Bon il y avait aussi des histoires de rituels occultes à base de sang de mytran, de rites et de cérémonies étranges. Mais je vous arrête tout de suite, on utilisais plus de sang depuis un bon moment déjà.

-Comme tu as du le voir, le contact humain n'est pas vraiment ma spécialité non plus, disons que cette période de repos est ma première hors de mon unité. Aussi bizarre que ça puisse paraître je ne suis toujours pas en prison !

Je finissais ma phrase en vidant de nouveau mon verre, ponctuant le tout par un petit sourire avant de mettre mes bottes sur la table, soufflant avec délice les vapeurs d'alcool qui montaient lentement depuis ma gorge.
Je laissais le breuvage faire son effet avant de m'approcher lentement de la jeune femme.

-Alors tu préfère les machines aux humains hein ?… mmmh dommage j'aurai bien aimé essayé de m'entendre avec toi.

Je fis un petit clin d’œil, me rendant à peine compte du sous-entendu que j'avais lancé. Ce genre de chose étaient censées être apprise lorsque les jeunes gens sortaient, sauf que je n'étais jamais sortis. Ainsi je lançais juste ce qui me passait par la tête.

-Mais si tu aime tant la mécanique… pourquoi un katana ? Un fusil ne serait pas mieux ?

Je pris sa main mécanique dans la mienne, détaillant les articulations avec une petite lueur dans les yeux. J'étais impressionné par la qualité de la prothèse, mais je devinais que ce n'était peut être pas le sujet le plus facile à aborder.

-Et ceci ? C'est une des raisons qui explique ton dégoût pour les humains ?

Je finis la première bouteille, entamant la deuxième dans la foulée. Et alors que je me rapprochais doucement d'elle je sentais la chaleur me monter aux joues. Mais étrangement ce n'étais pas l'alcool… Non c'était autre chose, quelque chose que j'avais déjà connu mais qui me semblait si distant.
Il y avait quelque chose qui semblait battre légèrement plus vite dans mon corps. Malgré tout je tachais d'en faire abstraction, me concentrant sur la jeune femme. Je lâchais sa main d'acier, tournant mon visage dans la direction opposée avec une petite gêne

-Enfin… si tu ne veux pas en parler ce n'est pas grave hein

Pas si grave mais j'avais cette étrange idée de vouloir mieux la connaître, c'était étrange… En général je préférai rester hors de tout ça, mais j'avais cette étrange curiosité sortie de nulle part qui semblait vouloir tout savoir sur la jeune femme.
Voir le profil de l'utilisateur

Allys Terasu
avatar
Mar 8 Aoû - 21:17
Irys : 223872
Profession : Ingénieur mécanique
Daënar +1
Allys écouta Hex avec la même attention que celui-ci envers elle. Pendant son récit elle sirota quelques verres mais ne le lâcha pas du regard. Elle en apprit beaucoup. Ainsi il était orphelin et avait baigné depuis l'enfance dans le milieu militaire. Cela expliquait parfaitement ses dons uniques en la matière.

-Quand à mes petits hobby… je suis dans l'armée enfin j'étais jusqu'à ce qu'un tir de mortier mette un gros frein à ma carrière, si tu tiens à savoir l'unité en question… et bien numéros 666 aussi surnommé Jormungand ou les tueurs de mages en fonction de qui le prononce.


La jeune femme ne laissa pas paraître son mal-être mais cela éveilla en elle une sorte de peur. Les tueurs de mages ? Sa propre mère en était une et Allys l'était donc à moitié... Devait-elle le cacher ? La simple idée qu'il déteste ce qu'elle est lui était insupportable. Heureusement pour elle, il enchaîna  avec la même répartie qui lui donnait le sourire. Et puis il se rapprocha, un sourire enjôleur aux lèvres, lui susurrant une phrase à  double sens... sous-entendait-il quelque chose ? Allys était incapable d'en être sûre, mais cela la fit légèrement rosir des joues.

Et puis, il enchaîna avec une question pertinente. Pourquoi pas une arme à feu ? La raison était profonde, encore faudrait-il qu'elle lui dise tout. Et l'occasion de le faire se présenta alors qu'il admirait la prothèse de main de la jeune femme. Il était vrai qu'elle était belle. Allys l'avait bricolée, décorée, transformé son esthétique pour la rendre raffinée.


-Et ceci ? C'est une des raisons qui explique ton dégoût pour les humains ?

Hex était de plus en plus proche. Et sa question personnelle. Allys se sentait étrange, à la fois embarrassée mais avec cette douce sensation de chaleur. Hex était perturbant. Enfin, non, elle, était perturbée par lui. C'est un violent pincement au cœur qui la cueillit alors lorsqu'il lâcha sa main en détournant la tête.

-Enfin… si tu ne veux pas en parler ce n'est pas grave hein

Allys ouvrit instantanément la bouche, comme si cela lui avait fait un électrochoc. Elle ne pouvait ne pas lui répondre.

« Oui… ça l’est. Je ne dis pas que j'ai été à l’aise avec les autres par le passé, je n’ai jamais été très sociable. On croise peu de gens dans le désert et on ne s’embarrasse pas de formalités, de courtoisie. Quand je suis arrivée sur le continent, j’ai été choquée et fascinée de voir la complexité des rapports entre les êtres humains. Je n’ai pas cherché à m’y habituer, je préfère ma franchise et mon calme.

Je me suis concentrée sur les études. Il faut dire qu’elles étaient faites pour moi, j’avais tout à apprendre d’un peuple capable de dompter les machines et je voulais réussir de grandes choses moi aussi. Mais… je n’ai vu… ou pas voulu m'inquiéter… j’aurai du… je…
 »

Allys se stoppa, levant vers lui un regard désespéré. Et s’il la détesterait pour ce qu'elle est ? Avec son unité qui…

« Ma mère est mage. J’ai donc une partie my’tran en moi. Et avec ton passé, ton unité...Tu me vois comme un monstre toi ? »

Le cœur de la jeune femme battait à vive allure. Avouer ses origines n’avait jamais été si dur… chasse du magicien devait lui avoir forge une image terrible et elle ne voulait pas qu’il la déteste. Elle enchaîna très vite. Sans, au final, lui laisser le temps de répliquer, elle ne voulait pas l’entendre répondre à sa question.

«  Beaucoup de daenaste le pensaient en tout cas. Ma mère ne s’est jamais cachée, et moi naïvement je n’ai jamais caché mon lien avec elle. J'aurais dû.

Le soir, après mes leçons, je m'isolais dans un quartier de la ville car j'y avais trouvé une sorte de cachette, un refuge en somme. C'était un ancien bâtiment à l'abandon et quasiment détruit. Il n'y avait d'ailleurs plus de toit et l'étage faisait donc office de toit de substitution. J'y montais souvent car je pouvais admirer le ciel. Un jour j'ai été suivie par un groupe de malfrats,  très haineux des my'trans. Je n'ai pas eu le temps de faire quoi que ce soit qu'ils m'avaient déjà mise au sol et m'ont tabassée jusqu'à ce que n'ai même plus la force de réagir. Après ça, ils commencé à me provoquer, mais... Tu dois commencer à me connaître... Je ne suis pas du genre à me laisser faire et je ne l'ai jamais été. Je me suis redressée malgré tout et je leur ai tenu tête. Je ne pensais pas que l'un d'entre eux avait une arme à feu... Le coup est parti et la force de l'impact m'a fait reculé vers le bord... J'ai chuté et me suis écrasée contre le sol plus bas. Quant à eux, ils m'ont laissée pour morte.

Je croyais l'être jusqu'à ce que je m'éveille dans une clinique. Incapable de bouger ni de savoir si mon corps était devenu insensible ou si la douleur était trop forte pour que je la ressente réellement. Et à la place de mon bras et ma jambe j'avais d'horribles prothèses. J'ai vite compris qu'on avait décidé pour moi. Mon père avait demandé qu'on m’ampute et me greffe tandis que ma mère insistait pour tenter de me soigner avec sa magie. Je ne voulais ni l'un ni l'autre.

Et, c'est là que j'ai commencé à détester tout le monde. Tous autant qu'ils sont.
 »

Elle en avait dit beaucoup. Énormément même. Elle avait, d'une certaine manière répondu à toutes les questions de son camarade. Le fait qu'elle ait évité les armes à feux jusqu'à ce que leur utilité puisse les sauver. La simple raison qu'elle ne l'avait contre elle, que son agression avait été un profond traumatisme. Quant au reste, il était limpide. Allys s'arrêta dans son récit. Elle eut le réflexe de poser sa main sur celle d'Hex, rougissant légèrement avant d'ajouter :

« Mais... toi je ne te déteste pas. Au début peut être. Tu m'horripilais, je l'avoue, mais plus je passe du temps avec toi et mieux je te connais, plus je me rend compte que je ne ressens pas la même chose à ton égard... »

Cela avait au moins le mérite d'être clair. Allys ne parvenait pas à comprendre ses sentiments mais elle ne comptait pas les cacher non plus. Elle ne prononça pas un mot de plus, le laissant en quelque sorte choisir la suite. S'il voulait connaître la suite, parler de lui à nouveau ou d'autre chose.



Ma couleur : #9999cc
Voir le profil de l'utilisateur

Hex Hekmatyar
avatar
Jeu 10 Aoû - 21:20
Irys : 469318
Profession : Soldat de fer
Daënar +2 ~ Zuhause (homme)
Nous tuions des mages oui, souvent avec plaisir et rarement avec dégoût, néanmoins nous avions nos rites de batailles qui évitaient ce genre de débordement. Chaque opération était suivit de'une longue séance d’introspection, destinée à nous éviter de tuer un mage à vue. Nous enfilions notre rancœurs avec l'armure, et verrouillions cette dernière dedans.
On appelait ça notre masque de guerre, et c'est souvent ce qui expliquais les débordement de la 666. Chaque désir de revanche ou haine contre les mytrans se retrouvait dans ce masque. C'était d'ailleurs lorsque quelqu'un nus quittait qu'il finissait pas craquer.
Fort heureusement le miens était solidement verrouillé.
Les rares pensées négatives qui m'habitaient s'envolèrent quand mon regard se posa sur la jeune femme. Comment la haïr au juste ?
Elle était si belle...
Je passais un bon moment à écouter son histoire, la laissant me décrire ce qui l'avait conduit ici. C'était une histoire terrible, pleine de chutes et qui ne me laissait pas indifférent, moi qui d'habitude restait de marbre.
Mon autre main se porta à sa main mécanique, détaillant chaque partie métallique du membre. Mon doigt caressa la paume d'acier avant de s'attarder sur son avant bras.
Je finis par la regarder, non pas avec des yeux remplis de pitié mais avec quelque chose que je ne saurais pas décrire moi même.
Je mis ma joue en contact avec la prothèse, goûtant le froid du métal.
C'était assez étonnant de voir que son physique était le reflet de sa personnalité: une partie froide et métallique capable d'écraser la chaire avec mépris.
Je fis la même chose avec son autre main, goûtant cette fois la chaleur de sa main avec un soupir joyeux.
Le feu et la glace dans la même personne... J'aimais ça... bien plus que je ne voulais bien l'avouer.

*Allys, Allys* cette simple sonorité avait le don de me faire sourire...
Mais malgré ça la jeune femme était inquiète du fait que je puisse ne pas l'aimer. C'était étrange... Rien que cette idée me faisait rire non cette idée m'était décidément risible.
Il n'empêche que j'avais du mal à extérioriser tout ça. Je crois que le fait que je sois si proche d'elle était plutôt un bon indice. Par force de l'habitude, je ne laissais personne me toucher, trouvant les contacts humains ignobles... c'était chaud, moite... arf...
Et pourtant sentir sa main était tout autre chose. C'était une douce chaleur qui se répandait en moi comme la plus douce des liqueurs.
A la fin de son histoire elle posa cette fameuse main sur la mienne, me faisant me redresser instantanément, comme si une décharge électrique m'avait frappée
Elle rougissait... ça lui donnait un petit air irrésistible, qui acheva de me faire sourire.
Enfin elle termina son histoire ne me tirant pas un sourire mais une grande bouffée de chaleur suivit d'une augmentation de mon rythme cardiaque.

-Je...euh....et.....et.....hum....

Totalement pris au dépourvu je répondis de façon erratique, ma bouche refusant stupidement de formuler la moindre réponse censé. De toute façon mon cerveau n'était lui aussi pas en état de produire la moindre pensée cohérente.
Ma main tremblante chercha le paquet de cigarette qui était rangé dans ma veste. J'en fis tomber deux par nervosité, et je manquais presque de me brûler les cheveux en l'allumant.
Cinq bonne minutes... ce fut le temps qu'il me fallut pour calmer mes tremblements nerveux et pour que la dernière cendre de tabac ne tombe paresseusement sur la table.
Il fallait que je mette fin à ce malentendu... urgemment...
Un verre complet de rhum fut nécessaire pour vaincre la contraction dans ma gorge, et malgré ça ma voix se fit légèrement plus aiguë alors que je m'exprimais avec empressement

-Peut être que beaucoup de Daenastre te détesteraient, même surement.... J'ai même essayé quand tu me l'as dit, un peu comme un réflexe conditionné... Mais je n'y arrive pas, et je n'ai pas envie. Pas de détester. En fait j'aimerai même en savoir plus.... beaucoup plus... tout même.... qu'on prenne le temps de se connaitre.... je.....

"Je te veux" c'étai précisément le terme que je refusais de lui dire, car je ne pensais pas que c'était quelque chose à dire maintenant, pas dans un bar, même avec peu de client.
Je ne le disais pas mais je ne pus empêcher ma main de se porter doucement sur sa joue, détaillant ses traits avec un regard amoureux. "Amoureux"... C'était peut être ça je ne savais pas vraiment... Mes pensées étaient trop confuse pour que j'en tire quelque chose.

-Je... je crois que je ne te déteste pas.. en fait je pense que je t'apprécie... plus que beaucoup de gens... en fait je... je...

Non c'était décidément un mot que je ne connaissais pas, en fait c'était une émotion que je savais seulement appris à extérioriser. Mon visage se rapprocha doucement du siens, les yeux remplis de sincérité. Je n'étais pas un dragueur, détestant ce genre de futilité... et dans le cas présent, je me sentais presque comme envoûté par la jeune femme.
Incapable de lui résister, je me mis à l'embrasser langoureusement, sentant mon cœur manquer de rompre sous la pression.
Mon corps entier se mit à brûler et après de longue minutes je finis par m'arracher à la jeune femme, affreusement gêné et le souffle court.
J'enfouis mes mains sous la table agrippant fermement mes cuisses pour empêcher tout autre tremblement. Je me mis à rougir avant de dire.

-Hum... je suis désolé je....

"Je ne pouvais pas te résister plus longtemps" et étonnamment ça ne passais pas... j'avais envie d'être proche d'elle et de ne plus jamais la lâcher...
Je ramassais doucement une nouvelle cigarette espérant que cette nouvelle dose de tabac parviendrait à dissimuler cet excès de sentiments qui ne me quittait pas.
Cette dernière tomba près de la main d'Allys, et je n'osais plus vraiment la regarder craignant déjà sa réaction.
Voir le profil de l'utilisateur

Allys Terasu
avatar
Ven 11 Aoû - 22:06
Irys : 223872
Profession : Ingénieur mécanique
Daënar +1
Il ne disait rien.

Il n'avait d'ailleurs rien dit non plus tout le long de la tirade de la jeune femme. Elle était restée concentrée sur son récit afin de ne pas s'empourprer lorsqu'il lui avait touché les mains, caressées, même posé sa joue contre sa prothèse. Elle ne voulait surtout pas s'emballer sans qu'il ne sache toute son histoire. Elle se le refusait. Il fallait que ce soit clair, pour elle, qu'il apprécie tout ce qu'elle est, pas seulement ce qu'il y avait en surface.  

Et puis, quand elle eut terminé de parler, il ne répondit pas sur l'instant. Il s'était redressé brutalement à son contact... Etait-il dégoûté de sa proximité maintenant ?


« Je...euh....et.....et.....hum.... »

Il ne savait même plus que dire. Sa répartie envolée... a cause d'elle ? Il tremblait, de nervosité à n'en pas douter, cherchant une cigarette. Etait-il en train de se demander comment se débarrasser d'elle ? Lui qui devait tant détester les mages, peut-être avait-il changé d'avis à son sujet, peut-être comprenait-il mieux pourquoi les daenars l'avaient agressée, peut-être la trouvait-il moins attirante ? Si tant est qu'elle avait compris les signaux qu'il lui avait envoyés jusqu'à présent. Et pourquoi sentait-elle donc poindre des larmes aux coins de ses yeux au fil des minutes de ce long silence ? Pourquoi cela lui faisait-il tant de peine ?...

Au bout de ce qui lui sembla une éternité, il mit fin à son tourment.


« Peut être que beaucoup de Daenastre te détesteraient, même sûrement.... J'ai même essayé quand tu me l'as dit, un peu comme un réflexe conditionné... Mais je n'y arrive pas, et je n'ai pas envie. Pas de détester. En fait j'aimerai même en savoir plus.... beaucoup plus... tout même.... qu'on prenne le temps de se connaître.... je..... »

Il... Il tremblait parce qu'il ne voulait pas la détester ? N'y arrivait pas ? Alors se faisait-elle des idées ? Elle avait de l'importance ? Oui... Il venait de poser une main sur sa joue avec une infinie douceur et la regardait avec une intensité qu'elle n'avait jamais vue auparavant.

« Je... je crois que je ne te déteste pas.. en fait je pense que je t'apprécie... plus que beaucoup de gens... en fait je... je... »

Allys n'eut pas le temps de se demander ce qu'il essayait de lui faire comprendre. Le visage de son compagnon s'était rapproché si bien que l'esprit jeune femme ne parvenait plus à penser avec cohérence. Seuls ses yeux trahissaient ses espérances inavouées, avant qu'ils ne s’arrondissent de surprise au baiser donné. Elle sentit tout son corps s'envelopper d'une douce chaleur et surtout échapper à son contrôle, pourtant solide d'ordinaire. Ses barrières de protection n'existèrent plus, toute tension effacée. Plus rien autour d'elle ne comptait. Plus rien sauf le baiser. Elle se laissa faire, même lui rendait une même passion. Cela n'avait rien de calculé, c'était spontané, vital.

Et puis d'un seul coup plus rien. Elle revint brusquement à la réalité. Le souffle court, voir haletant, elle avait le visage empourprée, autant par l'ivresse du baiser que le feu intérieur qui l'avait consumée par un pourtant si simple contacte.

Hex, lui, s'était écarté, rougissant de honte et bredouillant des excuses. Comme s'il regrettait ce geste. Parce qu'il n'éprouvait pas les mêmes sentiments en fin de compte ou parce qu'il pensait qu'elle ne les partageait pas ? Allys ne pouvait pourtant plus le nier, elle éprouvait bien plus qu'une attirance ou de l'amitié envers lui. Elle éprouvait des sentiments bien plus puissants. Trop impétueux et violents pour quelqu'un qui passe sa vie à se contrôler et ne rien faire paraître. Elle si insensible était à fleur de peau en sa présence. Il réveillait en elle quelque chose d'inconnu.

Trop secouée par ses émotions, elle resta figée de stupeur. Celui ne devait pas lui faire passer le bon message car il se remit à chercher une cigarette. Mais celle-ci tomba près de la jeune femme. Hex resta figé, n'osant pas croiser le regard de la jeune femme. C'est là qu'elle reprit ses esprits. Il fallait qu'elle le touche à nouveau... comme pour se persuader que ce n'était pas la surprise qui lui avait faire perdre la tête.

Elle posa doucement les doigts sous le menton d'Hex pour lui relever le visage avec douceur et c'est avec encore plus de tendresse qu'elle déposa ses lèvres sur les siennes. Sa peau s'enflamma alors de nouveau, son cœur s'emballant du même coup et son doux baiser se transforma lui aussi en passionnément langoureux. Jamais elle n'avait ressenti pareille tornade en elle. Elle n'avait jamais ressenti ce besoin d'être embrassée et jamais perdu l'esprit non plus à ce contact. Pas comme ça.

Elle se détacha finalement, à grand peine.


« Hex... Je... »

Je quoi ? Elle ne regrettait pas. Seulement... que devait-elle dire ? Qu'attendait-il lui ? Peut être que la sincérité suffirait. Elle n'était pas à l'aise dans ce domaine mais elle pouvait au moins lui expliquer ce qu'elle éprouvait, à défaut de le comprendre.

« Je... Je ne sais pas ce que j'éprouve pour toi mais... Je ne l'avais encore jamais ressentit pour personne. Je passe mon temps à faire comme si rien ne m'affecte, comme si rien ne m'intéresse car je n'ai jamais cherché à m'attacher pour me protéger sans doute mais avec toi je... Je n'arrive pas à contrôler quoi que ce soit. Ni mes pensées, ni mon corps, pas même ma raison. Peut être que tu trouvera ça ridicule mais... Je n'ai aucune idée de ce que je suis sensée faire ni même pourquoi j'ai je sentiment que ça me détruirait si tu décidais de me laisser seule... »



Ma couleur : #9999cc
Voir le profil de l'utilisateur

Hex Hekmatyar
avatar
Dim 13 Aoû - 12:24
Irys : 469318
Profession : Soldat de fer
Daënar +2 ~ Zuhause (homme)
Le sang battait à mes tempes, rendant mon souffle bien plus court que d'habitude. Quel était ce sentiment bizarre ? J'avais déjà eu honte mais jamais ça ne s'était manifesté comme ça. Je me sentais rougir certes mais j'étais véritablement heureux et anxieux. Mon estomac me brûlait et je sentais des fourmillements dans mes mains.
J'étais très loin de comprendre ce qui se passait. Peut-être que quelqu'un de plus "normal" aurait su et en aurait rit mais dans mon cas c'était comme plonger dans un abîme inconnu.
Alors que je m’apprêtais à partir, je sentis à nouveau sa main se poser sur moi déclenchant un nouvel affolement de mon cœur.
Mes mains se tendirent soudainement oubliant la cigarette près d'Allys.
Elle était là, je sentais sa main posée sur mon visage... que demander de plus ?
La moindre once de pensée rationnelle disparut quand je sentis ses lèvres se poser sur les miennes.
Tout le reste ne fut plus qu'un tourbillon d'émotions brutes, rendues flou par leurs soudainetés.
Mes bras passèrent autour de la jeune femme la rapprochant de moi et la serrant. Était-ce réel ? C'était bien ce que je tentais de découvrir en serrant la jeune femme contre moi.
Je sentais son cœur battre si vite...

Je répondais à son baiser avec plus d'ardeur que je ne l'avais jamais fait auparavant perdant toute notion de temps alors que je m'enivrais de cet instant avec délice.
Il y avait toujours une partie froidement logique dans mon esprit d'habitude, mais cette dernière avait été emportée par ce torrent d'émotions qui ne cessait de se déverser.
La chaleur de ses lèvres, la douceur du baiser voilà à quoi se résumait mon monde à cet instant précis. Et secrètement, j'aurais voulu qu'il ne s'arrête pas. Mais fatalement il le fit et je me retrouvais tremblant, respirant avec difficulté.
La jeune femme semblait dans un état similaire et fort heureusement le reste du bar nous ignorait royalement.

Ma main resta agrippée à la sienne, incapable de rompre le contact si brutalement. J'avais besoin de la sentir trouvant douloureux le fait d'être séparé d'elle si brutalement.
De tout les instants c'était celui ou j'étais le plus vulnérable, mon armure habituelle ayant disparu pour faire place à une sensibilité exacerbée.

« Hex... Je... »

​Je quoi ? Mon visage se releva, fixant intensément ses yeux avec un soupçon de folie. J'étais pendu à ses paroles attendant avec anxiété le moindre de ses sons. Elle regrettait ? Elle allait vouloir oublier ? Trop de scénarios catastrophes s’enchaînaient dans ma tête et chacun d'eux me rendait un peu plus maussade

« Je... Je ne sais pas ce que j'éprouve pour toi, mais... Je ne l'avais encore jamais ressentit pour personne. Je passe mon temps à faire comme si rien ne m'affecte, comme si rien ne m'intéresse, car je n'ai jamais cherché à m'attacher pour me protéger sans doute mais avec toi je... Je n'arrive pas à contrôler quoi que ce soit. Ni mes pensées, ni mon corps, pas même ma raison. Peut-être que tu trouveras ça ridicule, mais... Je n'ai aucune idée de ce que je suis sensée faire ni même pourquoi j'ai je sentiment que ça me détruirait si tu décidais de me laisser seule... »

Oh... Elle non plus n'y comprenais rien... J'étais dans la même situation qu'elle... Jamais personne n'avait déclenché un tel déchaînement en moi. Et au comble de tout cela, j'avais ce même réflexe qu'elle.
Nos deux modes venaient d'être brisés... Car comment feindre l'ignorance et le mépris quand une personne déclenchait chez vous autant de réactions ?
Je finis par rire doucement alors que l'absurdité de la situation se faisait jour.
Mais une seule chose me paraissait absurde dans tout cela: la laisser seule. Comment aurai-je pu après tout ceci ? Laisser Allys serait revenu à détruire la seule part d'humanité que j'avais en moi.
Non loin de moi l'idée de la laisser. Je voulais qu'elle reste avec moi, que nous nous découvrions encore même si j'avais le sentiment d'avoir rencontré une âme jumelle à la mienne.
Je l'attirais doucement vers moi enfouissant ma tête dans son cou avant de lui murmurer doucement à l'oreille.

-Alors restes avec moi... Je ne suis pas sur de tout ce que ça signifie de dire ça, mais... Comme toi je ne veux pas me détruire et encore moins te détruire... je.... je veux rester avec toi... oublier tout le reste...

Tout ceux qui avaient un jour tuer avaient connu l'appel du sang, ce bouillonnement primaire qui vous poussait à tuer. De bien des façon j'y étais plus sensible que beaucoup d'autre. Il semblait donc que je sois également plus sensible à cet appel particulier.
J'étais à la fois apaisé et dans tout mes états et le fait d'être proche d'elle me rendait presque fiévreux.
Ma main caressa doucement ses cheveux me fascinant pour cette chevelure argenté avant de dire.

-Tu me rends fou je crois... Pas que ce soit un mal.... je ne le ressent pas comme tel... c'est perturbant de ne plus se contrôler entièrement... mais je crois que j'aime ça en fait je crois que....

Le mot me revint, un mot que j'avais entendu de nombreuses fois mais que je n'avais jamais utilisé car je n'avais jamais saisi son sens profond. Et je l'avais trouvé ici, comprenant étrangement ce que cela impliquait... Je l'aimais... Passionnément, de manière viscérale et irréfléchie. Il n'y avait pas d'arguments qui se justifiaient. Je l'aimais, c'était ainsi que ça devait être et comme ça que ça serait.
Je finis par me rapprocher de son oreille, lui murmurant de façon intime

-Je t'aime...

Quelque chose en moi se brisa, de manière imperceptible, quelque chose qui me fit remonter une petite décharge dans la colonne vertébrale. Oh rien de négatif pour une fois, car la seule chose qui cassa fut la moindre retenus que j'avais avec elle, forçant quelques larmes à couler sur mes joues avant de tomber sur son cou.
Je n'étais pas triste bien au contraire, je n'avais pas été aussi heureux depuis quelque temps.
Je frissonnais et je pleurais simplement à cause de cette joie. Ne pouvant m'empêcher de serrer la jeune femme dans mes bras
Voir le profil de l'utilisateur

Allys Terasu
avatar
Dim 13 Aoû - 16:37
Irys : 223872
Profession : Ingénieur mécanique
Daënar +1
Hex rit. Voilà comment il répondit aux paroles de la jeune femme. Se moquait-il d'elle ? Le visage de la mécanicienne s'assombrit signe qu'elle s’apprêtait à réagir. Mais il l'attira alors vers lui avec douceur. Aussitôt elle se détendit, se laissant envahir par un frisson alors qu'il chuchotait à son oreille.

« Alors restes avec moi... Je ne suis pas sur de tout ce que ça signifie de dire ça, mais... Comme toi je ne veux pas me détruire et encore moins te détruire... je.... je veux rester avec toi... oublier tout le reste... »

Était-ce  possible ? Une telle rencontre, une telle alchimie que personne n'aurait pu prédire. Il ne comprenait pas plus qu'elle les sentiments forts qui les habitaient. Il ne savait pourquoi mais il était lui aussi incapable de se détacher d'elle. Était-ce donc cela un coup de foudre ? Un amour qui nous prend par surprise, qui nous enveloppe de sentiments si forts et une attirance telle que l'on soit incapable d'y échapper ? Allys avait toujours pensé qu'il fallait du temps pour s'attacher, et encore plus pour pouvoir développer de l'amour envers quelqu'un. Et c'est pour cela qu'elle ne s'intéressait que peu aux autres. Parce qu'elle est une solitaire.

Hex remettait tout en question. Elle ne pouvait se détacher de lui, c'était comme si son âme brisée avait trouvé sa moitié. Allys ferma les yeux alors qu'il lui caressait les cheveux. Elle se sentait bien, en harmonie. Il était capable d'abaisser les moindres de ses défenses et cela l'apaisait.


« Tu me rends fou je crois... Pas que ce soit un mal.... je ne le ressent pas comme tel... c'est perturbant de ne plus se contrôler entièrement... mais je crois que j'aime ça en fait je crois que... »

Les paroles de son compagnon lui apportaient le réconfort que son cœur blessé semblait chercher désespérément. Il ressentait le même feu ardent, celui qui leur faisait oublier toute logique, celui qui les attiraient l'un l'autre comme des aimants.

« Je t'aime... »

Brusquement, Allys rouvrit les yeux. Ces trois mots lui firent l'effet d'un électrochoc en pleins cœur. Se rendait-il compte de la portée d'une telle déclaration ? Il n'avait pas seulement abaissé ses défenses, il l'avait rendue vulnérable et fragile. Inconsciemment, c'est la phrase qu'elle attendait pour se libérer de toute retenue. Elle l'aimait de tout son être. Chaque parcelle de sa peau, de son esprit et de son cœur lui appartenaient. Aussi fou que ce soit, elle avait entièrement confiance en lui.

Elle se lova dans ses bras un moment, le serrant tout contre elle. Allys sentait la fraîcheur des larmes du jeune homme contre sa peau mais elle lui tint pas rigueur de se montrer fragile lui aussi. Cela lui donnait le sentiment d'être importante, que ses dernières paroles étaient sincères. Doucement, elle se redressa, posant sa tête contre son épaule. L'une de ses mains remonta sur la joue d'Hex en une caresse et elle chassa ses dernières larmes du bout des doigts.


« On devrait partir d'ici. »

Allys jeta un œil à leur table remplie d'alcool, puis à la salle qui commençait à se remplir. Elle n'avait pas envie de se noyer dans la boisson, ils n'en avaient plus l'utilité. Pourquoi se cacher derrière des verres alors qu'ils avaient osés se confier l'un l'autre ? La boisson les avaient probablement aidés en ce sens mais il ne fallait pas qu'ils s'en servent comme excuse à ce qu'il se passait entre eux. Et elle ne voulait pas non plus risquer d'oublier. De plus, quoi qu'il se passe par la suite, cela ne regarderait très certainement pas les clients autour d'eux.

Elle se leva un peu plus difficilement qu'à l’accoutumée. L'alcool l'avait légèrement engourdie et la pression sur sa jambe de chair en fut plus importante. Cependant, elle n'y laissa rien paraître. Elle avait l'habitude. Au lieu d'inquiéter inutilement Hex, elle lui tendit la main avec un sourire engageant.

Elle l’entraîna à sa suite à l'extérieur, lui expliquant qu'elle avait loué une chambre non loin et qu'ils y seraient plus à l'aise. Cette fois-ci, elle garda précieusement la main de son compagnon dans la sienne et marchait plus doucement. A deux rues d'ici, se tenait une charmante auberge. Allys y entra, salua rapidement de la tête la propriétaire et monta les escaliers jusqu'à atteindre le bon étage. Elle déverrouilla la porte et entra. L'endroit n'était pas bien grand mais c'était suffisant pour y être à l'aise. Et surtout, ils pouvaient être tranquilles.

Allys se tourna vers Hex après avoir fermé la porte. Elle leva alors vers lui son regard ambré. Le rose lui monta légèrement aux joues alors qu'elle se rendit compte de la portée de son idée de l'amener ici.


« Euh voilà... C'est bien plus calme qu'est-ce que tu en penses ? »

En tout cas, ce qu'elle pensait, elle, c'était que la tentation était bien plus forte à présent. Son self-contrôle l'avait empêchée de se laisser aller complètement à la taverne mais ici elle n'avait plus la moindre barrière. Mais elle n'avait pas envie de paraître à ses yeux pour une fille facile, ce qu'elle n'était d'ailleurs pas, mais serait-ce inconvenant de se laisser complètement aller alors qu'ils s'étaient à peine livrés leurs sentiments ? Malgré son désir, elle se contint.



Ma couleur : #9999cc
Voir le profil de l'utilisateur

Hex Hekmatyar
avatar
Dim 13 Aoû - 18:57
Irys : 469318
Profession : Soldat de fer
Daënar +2 ~ Zuhause (homme)
J'avais eu peur de dire ça. Peur de tout ce que ça impliquais mais avais-je eu la moindre volonté de m'y opposer ? Pas vraiment... J'avais suivi le torrent, sachant inconsciemment que tenter de s'y opposer aurait été aussi futile qu'inutile. Mon coeur battait pour elle c'était un fait, un fait contre lequel toute la volonté du monde n'y pouvait rien.
Je m'étais déjà attaché à des femmes, mais jamais aussi soudainement et jamais de façon aussi spontanée et extrême. Elle aurait pu me demander de me couper un bras, je l'aurais probablement fait sans me poser de question.
Aussi sont étreinte me réchauffa le cœur me montrant soudainement la solitude que j'avais accumulée jusqu'ici. Je sentais ma peau s'embraser à chaque endroit qu'elle touchait.
Ainsi quand elle annonça qu'elle souhaitait s'éclipser de cet endroit, je ne pus que doucement hocher la tête

Je laissais la table remplie de boissons sans aucuns regret tenant la source de mon ivresse au bout de ma main. Qui tenait qui au juste ? C'était difficile à dire tant nous ne voulions pas nous lâcher. Comme si rompre ce petit contact avait pu faire disparaître la magie de ce moment particulier. Je la suivais, souriant comme seul une personne amoureuse peux sourire, sachant que son bonheur est près d'elle.
Je lançais joyeusement en sortant de la taverne

-Tout ce qu'il reste sur notre table est pour vous brave gens !

Avant de replonger à nouveau dans le sillage d'Allys, détaillant d'avantage la jeune femme plutôt que les rues. Je ne parvenais de toute façon pas à penser à autre chose qu'à elle. Je me retrouvais donc dans une auberge plutôt sympathique puis une chambre de taille moyenne, occupée par les différentes affaires de la jeune femme.
Je sortis brusquement de cette semi-torpeur, réalisant ou j'étais. J'eus un instant d'hésitation. C'était un de ces moments ou tout se jouait et je ne voulais pas le rater.
J'avais toujours mon fusil en bandoulière mon demi masque accroché à mes vêtements. C'étaient des objets que je ne quittais jamais vraiment, pourtant sans la moindre hésitation je défis la sangle des deux.
Le masque tomba lentement, le pièce métallique frappant le sol avec un fracas métallique qui résonna dans la petite pièce. Je posais l'arme contre la porte, laissant le masque là ou il était tombé.
Je ne savais pas trop quoi faire... ne voulant pas prendre la jeune femme pour une fille facile. Ma cape finis par tomber d'elle même laissant son contenu se répandre au sol sans que je cherche à le ramasser.
Il y avait mon harmonica délicatement gravé, mes cigarettes, des balles... tout se rependit au sol comme si rien n'avait d'importance
Est-ce que ça en avait de toute façon? Tous ces objets n'avaient servi qu'à me protéger des autres... Avais-je vraiment envie de me protéger d'elle ?
Non... bien sur que non... Je fis quelques pas, prenant la jeune femme dans mes bras, cette fois débarrassé de tout mon équipement superflu. Je me mis à l'embrasser doucement, cherchant à retrouver cette ivresse que j'avais ressenti plus tôt.
Je la retrouvais sans peine au contact de ses lèvres, ne pouvant m'empêcher de la serrer contre moi.

-Oui... c'est bien plus calme... je commençais à sentir que nous n'étions plus à notre place là bas...

Je détaillais les traits de son visage, m'asseillant sur le lit avec elle, sans cacher mon embarras peut être était il un peu tôt pour ça. Je n'aurai pas su dire ce qu'il fallait faire. Mes dernières expériences avaient été... plus simple, moins passionnels...
J'en étais redevenu l'enfant que j'aurai du être il y avait une dizaine d'années, enfant que je n'avais jamais pu être

-Je sais que je ne devrais pas mais j'ai envie de m'abandonner à toi... je me sens bien avec toi.

Sans trop savoir comment je me retrouvais allongé au dessus d'elle le souffle court. Fallait-il aller plus loin ? Peut être pas je ne voulais décemment pas passer pour quelqu'un prenant les choses si légèrement.
Mais je me sentais si loin de toutes ces convenances, je la voulais juste elle...
Je me remis à l'embrasser passionnément l'étreignant avec passion.
Même son parfum avait le don de m’envoûter.... Je me mis à l'embrasser dans le cou, le lui mordillant doucement avec un air joueur. Je sentais les battements de son cœur sous ma langue m'apercevant qu'il battait étonnamment vite. Je jouais un long moment avec elle de la sorte alternant les baisers et les caresses avant de lui susurrer à l'oreille

-Je te veux...

Magnétique et quasi-surnaturel, c'étaient les seuls mots que je pouvais employer pour définir ma relation avec elle. Là ou certains se disaient s'aimer pour un simple titre où pour un statut, je l'aimais simplement, follement, soudainement... Et ce n'était malheureusement pas le genre de chose que l'on pouvait simplement exprimer avec des mots.
Mes yeux fixèrent les siens, reflétant toute la folie de l'instant. Ressentait-elle comme moi cette attirance étrange ? Ce sentiment d'urgence ?
J'avais peur de lire dans ses yeux un dégoût soudain ou quelque chose qui se serait identifiée à de la haine.
Voir le profil de l'utilisateur

Allys Terasu
avatar
Lun 14 Aoû - 23:10
Irys : 223872
Profession : Ingénieur mécanique
Daënar +1
Allys le contemplait. Elle attendait, incertaine, la réaction de son compagnon. Sans un mot, il se défit de son demi-masque, posa son fusil, laissa tomber sa lourde cape et son contenu sans se soucier fracas retentissant du matériel répandu au sol. Par mimétisme, Allys fit de même avec son épée et son trousseau de mécanicienne. Ils n’étaient plus soldats, daenar, zochlom, mécanicien ni rien. Juste deux âmes. A quoi bon tout le reste ? 

Il s’avança pour la prendre dans ses bras et elle retrouva le contact enivrant de ses lèvres. Elle ne pouvait s’empêcher de le serrer contre elle, comme pour se convaincre que ce n’était pas un rêve. Il était bien là pourtant. Elle recula son visage pour l'admirer tandis qu'il lui confirmait avoir eu le même ressentis à la taverne. 

Ils s'assissent sur le lit, se détaillant l'un l'autre comme deux adolescents intimidés. Allys s’était pourtant déjà retrouvée dans cette situation à ceci près qu'il n'y avait jamais eu que des histoires sans lendemain. Avec Hex, elle voulait plus que cela. Elle voulait bien faire. Que penserait-il d'elle si elle se laissait emportée par la passion ? Penserait-il qu’elle n'éprouvait qu’une simple attirance comme tant d'autres ? Elle avait beau le désirer, elle ressentait davantage que cela…  

 
« Je sais que je ne devrais pas mais j'ai envie de m'abandonner à toi... je me sens bien avec toi. » 
 
Et voilà qu'il mettait fin à ses questionnements. Elle se torturait l'esprit, voilà tout. Ils ne pouvaient se passer l'un de l'autre, pourquoi faire compliqué ? Elle n'arrivait plus à penser avec cohérence de toute manière. Il était au dessus d'elle, leurs visages si près l'un de l’autre. L’instant suivant ils s'embrassaient avec fougue, s'agrippant l'un l'autre comme si leur vie en dépendait. 

Elle n'avait décemment plus de pensée rationnelle. Les baisers sur sa peau réveillaient son corps de sensations exquises. Elle joua avec lui, offrant à son tour des baisers brûlants sur son cou, sa mâchoire, son oreille alors que ses mains glissaient sous le tissu de son haut.

 
« Je te veux... »
 
Elle n'avait plus la moindre envie de se retenir. Elle avait envie de lui appartenir, qu'il lui appartienne. C'était un besoin, une pulsion, qu'elle ressentait dans chaque parcelle de son âme, de sa peau, de son cœur. La jeune femme rendit alors un regard de braise.

« Je suis à toi... » Souffla-t-elle, la voix voilée de désir. « Toute entière. » 

Elle l'embrassa à nouveau avant de le faire basculer. Se retrouvant au dessus, elle lui lança un regard taquin avant de se dévêtir avec grâce.

La suite fut sans surprise.



***

Nichée dans ses bras, Allys sentit son cœur s'apaiser doucement pour revenir à un rythme normal. Elle se sentait comblée et heureuse. Rien à voir avec qu'elle ressentait habituellement après ce qu'elle considérait comme des erreurs. Là, elle se sentait en sécurité, apaisée.

« J'aimerais pouvoir rester là pour toujours. » Lui avoua-t-elle avec un sourire doux.



Ma couleur : #9999cc
Voir le profil de l'utilisateur

Hex Hekmatyar
avatar
Ven 18 Aoû - 20:05
Irys : 469318
Profession : Soldat de fer
Daënar +2 ~ Zuhause (homme)
Quelle genre de magie était-ce là ? Bonne question, question qui devrait attendre que j'aie les pensées plus claire, car ces dernières étaient entièrement tournées vers la jeune femme observant ses moindres faits et gestes. Mon corps était devenu sensible à ses caresses, ponctuant chaque contact par un frisson intense.

"Je suis à toi...Toute entière. "

Avais-je attendu cette phrase ? Oui, et ce, sans même m'en rendre compte. C'était primaire, et incontrôlé si bien que je ne pris pas la peine de me retenir pour autant
Je sentis mon cœur faire un bon dans ma poitrine et c'est sans aucune résistance que je la laissais me renverser sur le lit la regardant se dévêtir avec des yeux remplis de désir.
Mes mains se portèrent près d'elle l'attirant à moi pour l'embrasser avant de devenir quelque peu plus aventureux

.........

J'ouvris un œil timide rassuré par la présence rassurante à mes côtés. Elle était là, et le simple fait de la sentir à côté de moi me remplissait de joie. Je lui caressais doucement la joue, détaillant les lignes de son visage avant de lui sourire.
Tout cela sonnait comme un rêve beaucoup trop doux, mais y avait t-il vraiment un "trop" ? Il me semblait que j'avais été fait pour être avec elle, comme un aimant retrouvant son pôle opposé.

« J'aimerais pouvoir rester là pour toujours. »

Et moi donc... rester avec elle jusqu'à la fin des temps... Mais aurais-ce été bien sage ? Non c'est sur mais je n'étais pas vraiment quelqu'un de sage.
Je lui caressais doucement la joue, me rapprochant d'elle pour l'embrasser encore une fois. Cette femme avait un effet étrange sur moi, je me sentais constamment attiré par elle.
Je finis cependant par quitter ses bras, repoussant les draps pour chercher une partie de mes affaires. Ces dernières étaient éparpillées un peu partout dans la pièce, et je ne réussis à mettre la main que sur mon harmonica avant d'abandonner les recherches.

-C'est amusant... À chaque fois que je me retrouve proche de quelqu'un je cherche à m'enfuir... Mais là... j'ai envie de rester...

C'était un phénomène que je ne m'expliquais pas le moins du monde... C'était peut-être ça l'amour ?
Je n'avais pas cette pressante envie de m'enfuir et de me faire oublier... Au contraire je voulais rester encore un moment avec elle, me rendormir dans ses bras. Pulsion à laquelle je cédais bien vite.
Mon doigt détailla son menton, alors que mes yeux étaient rivés dans les siens. Je parlais plus doucement que d'habitude, comme pour éviter de briser ce moment d'harmonie.

-Comment ça se fait au juste... Pourquoi est-ce que je me sens si complet quand tu es là ?

C'était une question qui s’adressait autant à elle qu'à moi, même si tout mon être exprimait une certaine interrogation. Je n'avais jamais désiré quelqu'un ou du moins jamais de façon aussi extrême qu'Allys.
Mes cheveux étaient encore attachés, même si ces derniers étaient quelque peu en désordre suite à la nuit agitée.

-Pourquoi dois-je résister à l'envi de t'embrasser encore au juste ?

Je dis cette dernière phrase avec un petit sourire alors que mes yeux détaillaient son corps, s'arrêtant un moment sur ses cheveux avant de me rapprocher encore un peu d'elle.
Je sentais toujours ce contact brûlant quand je la touchais, qui répandait en moins une sorte de bien-être qui m'était totalement inconnus.
Voir le profil de l'utilisateur

Allys Terasu
avatar
Hier à 18:14
Irys : 223872
Profession : Ingénieur mécanique
Daënar +1
Alors qu'elle lui ouvrait son cœur, elle eut un moment de doute. Il quitta sa bras, puis se leva du lit à la recherche de ses affaires. Allys se redressa, subitement inquiète. En général c'est elle qui met les voiles le lendemain. Alors, c'était tout pour lui ? Elle n'était qu'une simple passade ? De son côté à elle c'était différent pour une fois. Alors voilà, elle n'avait pas le droit de connaître ce qu'était le bonheur ?

« C'est amusant... À chaque fois que je me retrouve proche de quelqu'un je cherche à m'enfuir... Mais là... j'ai envie de rester... »

Quoi ? Que venait-il de dire ? Allys battit des cils, luttant pour chasser des larmes indésirables qui lui montaient pourtant aux yeux.

« J'ai cru... »

Balbutia-t-elle alors qu'il revenait auprès d'elle. Rapidement, son inquiétude disparu au contact de son amant. Il lui caressa le menton tout en ne la quittant pas des yeux. Allys laissa sa phrase en suspend. A quoi bon ? Il ne comptait aller nulle part.

« Comment ça se fait au juste... Pourquoi est-ce que je me sens si complet quand tu es là ? »

La question la prit au dépourvu. Elle n'en savait rien. Le fait était là tout simplement. Peut être qu'ils étaient faits pour se rencontrer. Allys ne partageait pas les croyances de sa mère mais cela lui avait ouvert l'esprit malgré tout. Elle croyait en la force du hasard et du destin. Oui, peut être qu'ils étaient destinés pour se rencontrer comme deux âmes sœurs que rien n'aurait pu séparer éternellement.

« Pourquoi dois-je résister à l'envi de t'embrasser encore au juste ? »
« Pourquoi devrais-tu résister ? »

Allys posa ses mains des deux côtés du visage d'Hex et déposa un doux baiser sur ses lèvres. Elle aimait ce contact, la chaleur qui enveloppait sa peau, ce sentiment de sécurité. Elle se laissait aller avec lui et cela faisait du bien.

« Je ne m'attache jamais et... Ce que tu as voulu faire, ne serait-ce qu'une fraction de seconde, je.. En temps normal moi aussi je m'enfuis. Je ne sais pas faire autre chose et j'ai de qui tenir. Mes parents m'ont montré l'exemple. Ils ont eu l'audace de tomber amoureux et de rester ensemble malgré que ce soit invraisemblable aux yeux de tous mais ils n'ont jamais vraiment assumé leur choix. Ma mère est vite tombée enceinte et ils se sont expatriés en Zochlom. Pour me protéger ? Non, je ne pense pas. Ils n'avaient pas le courage d'assumer leur couple et ils m'ont eu sur les bras. Alors ils ont fuient là où personne ne les suivrait et ils ont veillés à ce que l'on reste seuls. C'était plus facile.

Au final j'ai pris leur exemple. On est revenus ici et dès qu'on a eu la moindre difficulté, j'ai fuis. Au sens littéral comme au figuré. Ils m'ont montré que ça ne valait pas la peine de s'attacher. Pendant un moment, j'ai fugué, je suis repartie là où personne ne pouvait plus me faire de mal. Et tu sais quoi ? Même mes propres parents n'ont pas eu le courage de me retenir, ou de me rejoindre. J'ai du faire sans eux. J'étais seule et en colère et je ne savais pas quoi faire avec ça. Je suis restée longtemps dans cet état, je passais mon temps à boire pour oublier que ma vie ne valait rien et quand j'étais lucide je ne savais que faire de toute cette rage. Et, je sais pas, je me suis dis que peut être revenir ici réglerait mes problèmes. Je suis revenue chez moi et j'ai trouvé la maison vide. Enfin, tout était là mais pas eux. Alors j'ai compris qu'ils m'avaient carrément abandonnée. 
A quoi bon s'attacher si même les personnes les plus chères à nos yeux le font ?
»

Elle se stoppa, réalisant la portée de ses paroles.

« Je.. Je ne dis pas que je ne veux pas m'attacher à toi. Au contraire, avec toi c'est différent, en tout cas c'est ce que je ressens. Je voudrais juste être sûre. Si je m'attachais et que tu m'abandonnais toi aussi. Je préférerai que ce soit tout de suite. » Elle prit une grande inspiration. « Il y a quelque chose sur moi que tu dois savoir, que tu sauras forcément à un moment si tu restes avec moi et j'ai peur que ça te fasses fuir.. »

Elle dévia le regard. Jamais elle ne s'était livrée ainsi. D'un côté elle était mortifiée et de l'autre, elle espérait un signe de sa part pour dépasser ses craintes.



Ma couleur : #9999cc
Voir le profil de l'utilisateur