Revenir en hautAller en bas
Chroniques d'Irydaë
Bonjour, et bienvenue sur les Chroniques d'Irydaë. Déjà inscrit ? N'attends plus, et connecte-toi dès maintenant en cliquant sur le bouton "Connexion" ci-dessous !

Vous êtes nouveaux, que ce soit sur ce forum ou dans le monde du RPG ? Le choix d'un forum sur lequel vous pourrez vous épanouir n'est pas anodin, et il vaut mieux pour cela connaître l'univers dans lequel vous vous trouvez ! Nous avons pensé à vous, en vous préparant un guide qui vous permettra de découvrir pas à pas le monde des Chroniques d'Irydaë.

Si malgré cela, des doutes subsistent, n'hésitez pas à adresser vos questions aux Administrateurs.

En vous souhaitant une agréable visite !



 :: Les terres d'Irydaë :: Daënastre :: Hinaus
Page 1 sur 1


 Un sauvetage héroïque [Terminé]

Lizzie Seavey
avatar
Lun 7 Aoû - 14:45
Irys : 262560
Profession : Chasseuse de primes - Pirate
Pérégrin 0
Suite à leur échange de lettres, Lizzie et Hex s'étaient rencontrés à Roceam comme prévu, et avait un peu échangé au sujet de leur petit accord. Lizzie aurait voulu jouer plus longtemps le rôle de la femme mystérieuse de l'ombre, mais elle savait bien que si elle voulait gagner la confiance de l'ancien soldat, il lui faudrait se montrer au grand jour. Elle ne savait pas ce qu'il avait pu penser d'elle, mais de son côté elle avait rencontré un jeune homme assez intéressant. Très calme et renfermé, avec une certaine impatience démontrée par son corps qui ne demandait qu'à sortir et partir chasser. Néanmoins il était suffisamment intéressé lui-même par la proposition de Lizzie pour rester à ses côtés, et elle prit soin de ne pas trop lui prendre de temps. Néanmoins, quelque chose dérangeait Lizzie dans ce visage immaculé. Comment un soldat pouvait-il n'avoir aucune cicatrice après tant de combats ? C'était injuste pour une femme comme elle, qui avait vécu moult combats et en gardait les traces sur son corps...

Elle lui expliqua en détails ce qu'elle avait pensé faire et la façon dont il allait intervenir dans cette histoire. Cela leur prendrait quelques temps, et il faudrait faire preuve d'un peu de patience. Elle commencerait à faire enlever la fille du gouverneur de Aunës par ses propres moyens, payant des petites frappes pour faire le sale boulot à sa place. Il faudrait ensuite attendre que le gouverneur promette une prime à celui qui ramènerait sa fille, et ensuite ils orchestreraient le coup d'éclat de Hex sur une place publique, pour qu'un maximum de gens le voient battre les malfrats en héros. Lizzie elle-même devrait se montrer au dernier moment pour montrer qu'elle était la personne derrière l'enlèvement. Son nom de famille, assimilé à une famille de pirates, servirait à donner plus de crédit au soldat. Elle ne s'échapperait qu'au dernier moment, alors que Hex serait obligé de protéger la fille du gouverneur.

Lizzie et Hex se quittèrent avec la promesse de se revoir rapidement. Ils ne communiqueraient plus dans l'immédiat. Ce serait à Hex de faire savoir à Lizzie, après l'enlèvement, que la récompense avait été annoncée, pour que celle-ci puisse lui communiquer l'endroit où se déroulerait l'étape finale de leur plan. Mais en attendant, silence radio.

Quelques jours plus tard, Lizzie avait réuni ses gangters et ils attendaient la balade journalière de la jeune Raina avec ses deux gardes du corps dans un petit parc de la ville. Ils étaient planqués dans une partie peu illuminée et fréquentée. Ils avaient déjà fait fuir un couple d'amants qui recherchaient le côté discret de cet endroit. Quand Raina arriva enfin, ce fut facile de neutraliser les deux gardes du corps et emporter la jeune fille, qui devait avoir environ quatorze ans. En la voyant, Lizzie se revit à son âge. Elle demanda à ses gars de la lâcher et la prit en charge elle-même. Elle savait ce que les hommes étaient capables de faire à une jeune fille sans défense...

Ils se réunirent ensuite dans l'entrepôt abandonné qu'ils squattaient depuis quelques jours. Lizzie enleva son bâillon à Raina en lui mettant un doigt sur la bouche. La jeune fille comprit que crier ne servirait à rien et écouta ce qu'avait à lui dire la charismatique pirate.

- Ecoute Raina, je ne te veux aucun mal. C'est l'argent de ton père qui m'intéresse, et je suis désolée d'avoir à t'utiliser pour ça. Tu vas rester sage et surtout ne pas provoquer les gars dehors, ils sont bien assez bêtes pour te faire du mal malgré la valeur que tu as. Tu vas rester avec moi jusqu'à ce que ton père nous donne une belle rançon pour toi, et alors tu rentreras avec lui. Je t'ai amené quelques livres pour que tu ne t'ennuies pas pendant ta captivité, et je m'occuperai de tes repas.

L'adolescente sembla étonnée mais coopéra, comme Lizzie s'y attendait. La pirate l'enferma dans la chambre qu'elle avait prévu pour elle et partit voir ses hommes de main. Ils ne savaient rien du plan de Lizzie, ils pensaient comme Raina qu'ils recevraient une rançon pour la gamine, mais ne s'attendaient pas à se faire tabasser par Hex. Elle les avait payé par avance et était un peu sur la paille, mais attendait avec impatience le moment où le pactole arriverait pour rembourser le prix de ces petites frappes. Ceux qui survivraient à l'attaque d'Hex auraient certainement droit à un bonus... C'est pourquoi elle espérait secrètement qu'il en tue un maximum.



Chibi Lizzie
Code couleur: #33ccff


Dernière édition par Lizzie Seavey le Dim 17 Sep - 17:21, édité 2 fois
Voir le profil de l'utilisateur

Hex Hekmatyar
avatar
Lun 7 Aoû - 20:26
Irys : 677744
Profession : Soldat de fer
Daënar +2 ~ Zuhause (homme)
Soyons très clair… me retrouver embarqué la dedans ne me plaisais pas du tout, j'avais accepté pour une unique raison : si ce n'était pas moi, ça aurait été un autre avec peut être moins de scrupule ?
C'était le genre de chose auxquelles on se faisait vite : certaines choses étaient inévitables et l'enlèvement de cette fillette allait avoir lieu. Alors autant que ce soit moi qui en « profite » non ?
J'avais rencontrée Lizzie dans une ville proche, cette dernière m'avait longuement expliquée son plan. Il fallait lui accorder une chose : il était parfaitement au point, tant et si bien que cet enlèvement simulé n'en était pas réellement un. Disons que la seule chose qui différait d'un enlèvement ordinaire était que le cerveau de l'affaire avait même prévu comment obtenir la rançon « légalement » redoutable donc…

L'opération allait être menée par des hommes de mains qui n'étaient pas au courant de l'affaire. Pour eux c'était un véritable enlèvement, c'était là tout le génie de l'affaire… En somme je ne venais pas vraiment résoudre un enlèvement je servais juste de coursier entre celui qui promettait la récompense et celle qui l'avait enlevée.

Je devais juste lui faire savoir que la traque était lancée. Ce n'était pas très compliqué. La jeune femme m'avais donnée l'adresse à laquelle elle gardait la jeune fille. Je n'avais eu qu'à lui laisser un petit mot en lançant ce dernier vers une fenêtre ouverte.
« La traque est lancée »

A partir de là c'était tout simplement à moi de jouer : rentrer dans l’entrepôt, tuer tout les ravisseurs et ressortir avec l'otage.
Et oui j'insistais sur « tout » les hommes de mains. Je lui faisais suffisamment confiance pour ne pas les en avoir informé mais un survivant un peu trop bavard pouvait vite tout faire tomber à l'eau. Il fallait donc être efficace.
Fort heureusement l'unité 666 m'avait bien formée la dessus.

Je fis quelques petits tour de repérages tachant d'analyser le bâtiment avec attention. Pas question de laisser quoi que ce soit au hasard. C'était la meilleur façon de ressortir les pieds devants.
C'était tout ce qu'il y avait de plus standard : un entrepôt de taille moyenne assez isolée des autres. Le mauvais point était sa proximité avec le reste de la ville. Le moindre coup de fusil ne manquerait pas d'attirer les autorités.

Je dus donc laisser mon fusil à sa place, les cartouches auraient de toute façon pu me trahir bien trop facilement. Je me contentais donc de ma lame de combat de l'unité.
L'arme était assez étrange en soit : c'était un couteau à la taille démesurée, c'était un couteau pour une armure assistée mais ressemblait plus à une épée courte sans.
La lame faisait une trentaine de centimètres, et le fil était aussi tranchant qu'un rasoir. Beaucoup de lame avaient un côté dentelé, mais toute l'unité avait fait retirer ces artifices, les dents avaient la fâcheuse manie de se coincer dans les corps et pouvaient faire perdre un temps fou au corps à corps.

-Alors voyons ça…

J'étais à proximité de l’entrepôt, ayant laissé ma cape pour une tenue de camouflage urbain. J'avais appliqué de la poudre de charbon sur le tranchant de mon arme pour éviter le moindre reflet de la lune.
Mon visage était couvert par mon demi masque, ne laissant voir que mes yeux et mes cheveux soigneusement attachés.
La maison était plutôt bien gardée si on supposait que chaque homme de main était un professionnel. Manque de chance ils n'en étaient pas… On pouvait le voir à la façon négligente qu'ils avaient de tenir leurs armes.

Un mince sourire vint s'afficher sur mon visage. Comme prévu la fenêtre de la chambre dans laquelle était retenue l'otage était allumée.
Si tout continuais comme prévu, Lizzie devait être dans la pièce d'à côté, je ne voulais pas vraiment la tuer par erreur.

-Alors… si tout est comme prévu…

Je comptais une dizaine d'homme de main, armés de façon plutôt aléatoire, allant du pistolet à silex jusqu'au pistolet automatique de qualité.
Voilà qui allait se révéler intéréssant.



En ligne Voir le profil de l'utilisateur

Khugatsaa
avatar
Mer 16 Aoû - 14:24
Irys : 69986
Administrateur
~ Dis Karl, tu te souviens du montant de la rançon pour la gamine ? ~
~ La boss avait exigé quelque chose de l'ordre de 30.000 irys il me semble. ~
~ C'est pas fou ...  ~
~ C'est Aünes ici, pas Änkar ma grosse. L'idée c'est quand même de proposer une somme accessible pour un pisseux comme Wilfried. ~
~ Tss, j'arrive pas à croire qu'on ai put élire un gouverneur aussi incompétent. ~

La discussion et la nonchalance battait son plein dans l’entrepôt, si bien que très peu des hommes de main de Lizzie ne montait réellement la garde. La cabine du contremaître dans laquelle était enfermée Raina, située au fond de l'entrepôt était gardée par deux gaillard de presque deux mètres de haut, armés d'une hache de bonne facture et d'un revolver. Malgré l'absence de protection efficace, les deux gardes étaient tout de même équipés de rondache en cuivre suffisamment solides et de bonne qualité pour parer ou dévier des lames de bonnes factures.
Sur les passerelles qui sillonnaient le plafond de l'entrepôt se "promenaient" un homme et une femme. Se "promenaient" car leur regards qui aurait dut être perçant et attentif ne témoignaient que d'un ennui profond et une déconcentration totale. Cependant, leur fusils à verrou respectif suffisaient à rendre relativement intimidant les deux flemmards.
Enfin, six autres mercenaires effectuaient des tours de ronde entre les différents containers rouillés, protégeant ainsi les angles morts des tireurs embusqués. Armés d'arme de poing rudimentaire ou parfois de fusil vieux comme le monde, le véritable danger pour le courageux chevalier résidé dans leur protection relativement efficace. Armes blanche et boucliers venaient renforcer des armures de cuir recouvertes par endroit de plaques de métal, mettant ainsi hors de portée la plupart des organes vitaux.

Malheureusement, l'obscurité ambiante ne leur rendait pas la tâche facile. Beaucoup de zones d'ombre demeuraient ici et là, sans que l'éclairage artificiel de l'entrepôt ne suffise à les couvrir. L'architecture du bâtiment faisait également raisonner le moindre bruit, si bien que même les chuchotements des malfrats étaient audible partout dans l'entrepôt. L'entreprise serait périlleuse pour l'ex-soldat, mais pas impossible.
Voir le profil de l'utilisateur

Hex Hekmatyar
avatar
Sam 19 Aoû - 22:35
Irys : 677744
Profession : Soldat de fer
Daënar +2 ~ Zuhause (homme)
Il fallait faire attention, le toits était plutôt traître, mais heureusement la plupart des gardes semblaient aussi passionnés par leur travaille que les politiciens se souciaient du peuple. Je rampais donc en direction d'une petite ouverture qui devait donner sur la passerelle. Cette dernière était bien évidement laissée sans surveillance, et les deux gardes y passaient régulièrement en file indienne.
J'eu un petit sourire en les apercevant. Ils ne se souciaient absolument pas de leurs alentours, se contentant de marcher à pas lourd sur la rambarde.
Les autres gardes étaient très occupés à regarder ailleurs si bien que j'eus simplement à attendre que l'homme passe pour saisir la femme qui le suivait.
Le couteau se planta entre les cervicales, la tuant instantanément. La phase la plus difficile fut cependant de la hisser jusqu'au toit sans bruit et avant qu'elle n'échappe son fusil. Mais l'homme était tant ennuyé qu'il ne remarqua même pas la petite manœuvre.
J'installais le cadavre bien allongé sur le toit, récupérant au passage le fusil à verrou et les munitions il serait plutôt mal avisé de ne pas s'en équiper même si j'espérait sincèrement ne pas avoir à m'en servir.
L'homme sembla remarquer l'absence de sa camarade et refit exactement le même chemin, cette fois un peu plus rapidement. Conscient que le tuer maintenant serait inutile, je n'avais qu'à attendre qu'il en vienne à la conclusion de toute bonne bidasse.

-Boah elle est partis fumer une clope...

Gagné ! Le garde partit vers une porte de service qui devait mener pile dans l'axe du toit. Cette partie était bétonnée et d'après mes observations avaient souvent été utilisée pour les pauses cigarettes. D'un geste, je me propulsais doucement, me mettant à glisser sur la pente métallique. La porte s'ouvrit, et le garde se mit en plein milieu de la surface bétonnée. Il eu à peine le temps de se retourner que je lui tombait dessus, mon coude écrasant sa gorge pour l'empêcher de crier. Le couteau de combat s'enfonça cinq ou si fois dans son œil générant quelques petits soubresauts que je réussis à maîtriser en appliquant tout mon poids  sur l'homme.
Cela n'avait duré que quelques battements de cœur et le peu de bruit que le meurtre avait généré était bien trop loin pour inquiéter les autres gardes.
Je pris le cadavres, le dépouillant de ses armes et de ses munitions avant de le traîner jusqu'au toit, l'accrochant là ou il ne pourrait pas tomber.
Au moins ils nourriraient les corbeaux quand le jour se lèverait. Je mit le fusil supplémentaire sur le toit, là ou je pourrais venir les chercher quand tout serait finis. Après tout il n'y à pas de petit profit.
Les autres étaient à la hauteur du sol, et très honnêtement je préférais garder les gros balaises pour la fin.

Les autres patrouillaient près des containers, cette fois seuls , ce qui rendait les choses plus faciles. Je pris une nouvelle porte, m’engouffrant dans le labyrinthe de container rouillés, me dissimulant dans les ombres pour les attendre. L'un deux passa devant moi, inconscient de ma présence, ma lame de combat se fraya un chemin directement dans sa gorge rendant inutile les protections qu'il avait revêtu.
Je déposais doucement son corps au sol récupérant son revolver au passage: un modèle double action plutôt vieux.
De là je me glissais dans l'ombre suivante répétant l'opération avec un second homme qui possédait le même équipement.

Il n'en restais que quatre et la encore ils étaient trop lourdement équipé pour tenter une attaque frontale. Mais la discrétion avait assez durée, il fallait se salir les mains.
Les deux suivant se reposaient tranquillement au coin du feu, ignorant les ombres qui se trouvaient derrière eux. Je marchais tranquillement vers eux, un revolver dans chaque mains. Aucun des deux n'eu la bonne idée de vérifier si c'était bien un de leurs collègue qui venais les rejoindre. Par conséquent ils eurent le droit au canon froid d'un revolver posé sur leurs tempes.

-Faites moi plaisir, hurlez une dernière fois.

Ils tentèrent de le faire, mais malheureusement pas assez vite. Les deux balles partirent en même temps, et les deux cadavres s'effondrèrent au même moment sur le sol.
Je partis d'un petit rire avant de replonger dans les ombres, faisant résonner celui-ci peu après les coups de feu dans tout l’entrepôt.
Rapidement ils se mirent en alerte, courant dans tout les sens, l'un deux eu même l'intelligence d'armer son tromblon en courant. Ça aurait presque pu sauver son collègue qui reçut une pleine volée de plomb alors que les deux revolvers furent déchargés à bout portant dans sa tête.
J'eu à peine le temps de le repousser avant qu'il reçoive une grosse volée de plomb à ma place.
Je battis en retraite dans le labyrinthe en riant. Plus que trois
En ligne Voir le profil de l'utilisateur

Lizzie Seavey
avatar
Lun 28 Aoû - 12:03
Irys : 262560
Profession : Chasseuse de primes - Pirate
Pérégrin 0
Assise dans un coin d'ombre, Lizzie était décontractée. Elle avait choisi une grille à mi-hauteur, donnant une bonne vision sur l'entrepôt, et laissait ses jambes pendre dans le vide. Delkhar, sur son épaule, était tranquillement en train de se récurer les ailes. La jeune femme ne perdait pas une miette de la scène qui se déroulait dans l'entrepôt. Malgré tout le mal qu'il se donnait, les actions d'Hex faisaient forcément du bruit, qui résonnait à chaque fois dans tout le hangar, mais les mercenaires étaient tellement occupés à être nuls qu'ils ne s'en rendaient pas compte. "Quelle bande d'inutiles, pensa Lizzie, j'espérais qu'aucun n'allait survivre, mais maintenant j'en suis convaincue et même soulagée..." Deux étaient déjà tombés, et voyant la maîtrise d'Hex, on comprenait que les deux suivants allaient bientôt y passer. Lizzie se leva tranquillement debout, ce qui dérangea Delkhar qui ébouriffa ses ailes pour montrer son agacement. Lizzie le poussa à s'envoler, ce qu'il fit aussitôt, montant sur le toit par la fenêtre qu'avait utilisé Hex. Si tout se passait normalement, la foule allait bientôt être réunie, et la pirate devait avancer ses derniers pions.

En effet, elle avait payé un jeune gamin pour faire monter la rumeur que la fille du gouverneur était retenue dans ce hangar. Si son timing était bon, la foule devrait bientôt être aux portes de celui-ci pour essayer de la délivrer, et ils assisteraient au sauvetage héroïque de Hex Hekmatyar... Elle se faufila dans les allées métalliques de l'entrepôt pour arriver jusqu'à la grande porte du hangar, qu'elle déverrouilla d'un geste rapide, émettant un cliquetis qui résonna dans le bâtiment. Elle disparut ensuite de nouveau dans l'ombre tandis que la porte s'ouvrait sur des gardes, armes en main, suivis de badauds curieux, qui hésitaient à entrer et étaient surpris de trouver la porte déverrouillée. Le double coup de feu se fit entendre à ce moment-là. Il ne restait donc plus que les deux gardes de la porte, les plus costauds et qui donneraient un peu plus d'animation pour les spectateurs étant venus assister à l'immense pièce de théâtre dirigée par Lizzie. Le coup de feu attira l'attention de ces derniers, notamment des gardes, qui rentrèrent prestement dans le bâtiment.

Lizzie se dépêcha de rejoindre la salle où elle avait enfermé la jeune Raina. Les deux gardes semblaient tout juste s'être réveillés de leur sieste, certainement alertés par les coups de feu. L'agitation dans le bâtiment était à son comble. La foule avançait vers eux, se préparant à les exterminer. A ce moment-là, Hex fit son entrée triomphante, arrêtant la course des gardes, qui ne savaient pas vraiment ce qui se passait. Lizzie se mit entre les deux gardes, un air de défi sur le visage.

- Bravo monsieur Hekmatyar, vous avez réussi à arriver jusqu'ici malgré mes mercenaires assoiffés de sang... Mais vous aurez un peu plus de mal à abattre ces deux-là... Vous ne sauverez pas Raina si facilement !

Ignorant la foule comme un bon acteur sait le faire, Lizzie avait mis à disposition des spectateurs toutes les informations importantes pour comprendre le scénario qui se déroulait devant leurs yeux: Hex avait tué tous les autres "robustes" gardes, et s'apprêtait à sauver Raina, non avant se heurter à une dernière épreuve et à un maître du crime qui avait tout prévu... Lizzie s'amusait comme une enfant.

La jeune femme ouvrit la porte derrière elle, laissant le combat se dérouler. Raina était assise sur un fauteuil, un livre à la main. Elle sourit à Lizzie à son entrée. La fauconnière se dit qu'elle avait peut-être été trop gentille avec l'adolescente, qui ne la considérait pas comme une menace... En même temps, ce n'était pas à elle de le penser. L'adolescente comprit en voyant Lizzie qu'il se tramait quelque chose, et n'eut pour elle qu'une seule question: "Puis-je garder ce livre ?" C'était une "Histoire de la piraterie en Daënastre", pas vraiment un livre pour une jeune fille de bonne famille, mais Lizzie acquiesça avec un sourire. L'adolescente glissa le livre dans son sac, qu'elle mit sur son épaule. Les deux femmes se dévisagèrent un moment, alors que les bruits de combat continuaient à l'extérieur, puis sortant une dague de l'un de ses fourreaux, Lizzie se rapprocha de Raina. Devant la lueur d'incompréhension dans le regard effrayé de Raina, la pirate s'arrêta pour lui expliquer.

- Désolée Raina, je n'ai pas le choix. Les pirates ne sont pas des héros.

Puis Lizzie saisit l'adolescente par le bras et colla le dos de celle-ci contre sa poitrine, plaçant sa dague sous sa gorge. Elle prit ensuite un ton de voix complètement différent pour s'adresser à Raina, froid, menaçant et calculateur. Il fallait l'effrayer.

- Reste docile et il ne t'arrivera rien. Encore une fois, c'est juste la récompense que je veux...

L'adolescente cria, effrayée. Lizzie laissa le cri se propager quelques secondes avant de l'étouffer avec sa main. Quand l'adolescente se tut, elle enleva sa main de sa bouche et s'en servit pour saisir son revolver. Elle fit avancer la jeune fille vers la porte, la forçant à l'ouvrir sur une fin de combat entre Hex et les gaillards, la foule acclamant l'ancien soldat. Lizzie pointa son revolver sur Hex avec un sourire narquois, sa dague toujours posée sur la gorge de l'adolescente.

- Restez calme, monsieur Hekmatyar, si vous voulez qu'elle en sorte vivante... Faites reculer vos admirateurs et laissez moi un passage vers la sortie, et peut-être que le gouverneur pourra revoir sa fille en vie... et entière.

Le climax de la pièce de théâtre. Le héros contre son ennemi, doit sauver la donzelle... Il y arrivera, évidemment, mais le villain comme toujours réussira à s'enfuir, pour mieux revenir une prochaine fois...



Chibi Lizzie
Code couleur: #33ccff
Voir le profil de l'utilisateur

Hex Hekmatyar
avatar
Dim 3 Sep - 20:34
Irys : 677744
Profession : Soldat de fer
Daënar +2 ~ Zuhause (homme)
Robuste ? Ces idiots étaient tous sauf robustes, à peine dignes de se faire tuer. Enfin je suppose que la mise en scène de Lizzie était destinée à en donner l'illusion. J'entendais la foule se rassembler derrière moi, ne pouvant m'empêcher de trouver cette mise en scène ridicule.
Enfin pouvais ton vraiment parlé de mise en scène ? Les morts étaient réels et l'enlèvement aussi, ce n'était pas comme si j'avais simplement ramené la fille du gouverneur comme par magie.
Je levais les deux armes que j'avais dans les mains, déchargeant les balles restantes sur les deux gardes les forçant à reculer légèrement alors que la jeune femme repartait dans la pièce suivante. L'armure des deux gardes arrêta sans trop de peine les balles que j'avais tirées, mais elles dégagèrent un petit espace pour les charger directement. Les deux étaient des colosses qui maniaient des armes de bonne qualité, et les charger tête baissée était sûrement la situation la plus désavantageuse
La hache du premier partit dans un arc visant à me décapiter, cette dernière m'évita d'un cheveu, passant à quelques centimètres de mon crâne alors que je me jetais entre les jambes la lame trouvant une faille dans la jointure de la jambe.
Je la plantais violemment tirant de toutes mes forces alors que je glissais sur le sol emporté par mon élan. Cette dernière s'arracha de la peau de l'homme non sans manquer de presque lui trancher la jambe entièrement. J'eus à peine le temps de me relever que je sentis le fer d'une hache se diriger vers moi, fer qui se stoppa à quelques centimètres de moi, alors que j'avais levé mon arme par réflexe, cette dernière se plantant dans le manche en bois.
Mais le géant n'attendit pas une seconde de plus m’expédiant un coup de pied dans le ventre qui m’envoya sur l'autre garde mourant, j’atterris directement sur son ventre, ce dernier poussant un nouveau râle alors que son hémorragie augmentait à cause de la pression. Je saisis le pistolet fixé à sa cuirasse, lui tirant au passage une balle dans la gorge découverte avant de me relever.

L'homme faisait tourner sa hache, récupérant mon couteau dans son autre main, ce qui me tira une grimace : personne n'avait le droit de la tenir, et encore moins cet idiot. Armé seulement du pistolet je du me contenter de le laisser me charger évitant de justesse les deux lames qui passèrent à quelques centimètres de moi.
S'ensuivit un échange de coup qui résulta d'un match nul, ce dernier ne trouvant pas l'opportunité de me toucher et mes coups de crosse se trouvant totalement annulés par son cuir renforcé.
Comme deux boxeurs nous nous séparâmes en soufflant avant de replonger à l'attaque. Mais au lieu de recommencer la manœuvre, je l'esquivais une fois de plus, me retrouvant face à son dos sur lequel je sautais, ma main s'enroulant autour de sa gorge.
Il n'était pas question de l'étrangler, ce dernier aurait eu le temps de me tuer avant. À la place de ça, mes doigts s’enfoncèrent dans sa gorge, j'utilisais ma poigne pour chercher à percer sa peau, ce petit combat pris fin lorsque quelque chose de chaud se mit à recouvrir mes doigts. J'eus un petit sourire en tirant de toutes mes forces arrachant la moitié de la trachée du géant qui s'effondra terrassé par la douleur.
J'ignorais complètement la foule, récupérant ma lame de combat sans plus y prêter attention, le fait qu'il y ai autant de monde risquait de rendre la situation d'autant plus compliquée, surtout que la foule se mit à scander mon nom en même temps qu'à siffler Lizzie qui sortait du bureau en menaçant la jeune femme.
Mais bordel, j'étais censé faire comment avec tout ces connard derrière moi, ce n'était pas comme s'ils étaient la sous mes ordres.

-Je te propose plutôt autre chose, tu baisses ton arme et tu laisses la fille s'en tirer et peux être que tu ne finiras pas au bout d'une corde.

Je remontais le revolver, le dirigeant vers le plafond avant de lâcher un grand sourire en voyant l'état de ce dernier.
Je lâchais toutes les balles dans la plaque rouillée qui tenait un stock de parpaings, les balles eurent vite raison du peu de métal qu'il restait déclenchant un éboulement de matériaux qui tombèrent au sol créant au passage un immense nuage de poussière qui cacha la vue à tout le monde, j'en profitais pour m'élancer trouvant la jeune femme au sol sans aucune marque.
Évidemment Lizzie avait filé, sûrement depuis une issue qu'elle s'était aménagée depuis le début...

La foule me vit donc sortir du nuage, tenant la fille du gouverneur dans les bras, rendue inconsciente par le choc émotionnel. Il y eu un long vivat et de nombreux applaudissement avant que la foule ne se décide à me laisser passer pour retourner au gouverneur sa fille adorée.
Je fus reçu dans sa maison en urgence ou un médecin courut pour aller voir l'état de la jeune femme. Lizzie avait bien fait son travail, cette dernière était indemne, juste un peu choquée par tout les événements.
Le gouverneur finit par me recevoir me remerciant plus que chaleureusement, ne cessant de me dire qu'il ferait en sorte que l'armée sache à quel point j'avais rendu service à la nation.
Je finis par sortir de chez lui avec une bourse remplie d'Irys, la certitude d'une promotion et le serment que le gouverneur ferait n'importe quoi pour m'aider....

Bon ce n'était peut-être pas si mal que ça après tout.
Ce n'est que quelques jours après que je partis de la ville me dirigeant loin vers le nord pour trouver une taverne désertée par ses clients et visiblement par son patron également. Alors que je m'installais au var, j'eus un sourire quand la personne qui se retourna vers montra son visage.

-Bon, je suppose que le prix pour un rhum est exorbitant ici...

Dis-je en posant le sac d'argent sur le comptoir.
En ligne Voir le profil de l'utilisateur

Lizzie Seavey
avatar
Dim 17 Sep - 16:07
Irys : 262560
Profession : Chasseuse de primes - Pirate
Pérégrin 0
La mise en scène aurait paru grossière et trop évidente à quelqu'un qui savait ce qui se tramait, pour les loudauds qui servaient de spectateurs, elle était parfaite, et c'était en ça que Lizzie avait été le meilleur chef d'orchestre possible pour cette entreprise. Elle leur avait donné ce qu'ils voulaient, aussi bien aux badauds, qu'aux gardes, qu'à Hex. Même Raina avait vécu le petit moment de frisson qui manquait dans sa vie, et avait eu l'occasion de se faire porter comme une jeune mariée à la sortie de l'autel par son prince charmant. Hex risquait d'être dans de beaux draps si l'adolescente tombait amoureuse de lui.

Le soldat aussi avait été parfait dans son rôle de jeune premier que Lizzie lui avait écrit sur mesure. Un peu désabusé et blasé par toute cette comédie, il avait pourtant joué le jeu jusqu'au bout, alors qu'il aurait très bien pu dénoncer la jeune Seavey et empocher le pactole tout seul. Hex naviguait entre la loyauté et le déshonneur, dans des eaux que Lizzie appréciait tout particulièrement, et elle savait que les deux compères seraient amenés à se revoir. Les circonstances seraient certainement différentes, mais la jeune femme savait maintenant de quoi il était capable.

La pirate observait toute la fin de la scène depuis une salle en hauteur, où elle avait fui par une porte dérobée dès que le jeune Hexmatyar lui en avait donné l'occasion. Elle avait déposé Raina délicatement au sol puis avait disparu après un dernier clin d'oeil envers l'adolescente, qui ne saurait certainement jamais quoi penser de Lizzie. Sous les applaudissements, Hex était en train de la ramener chez son père, et il empocherait sous peu la récompense qui lui était due. Il aurait très bien pu partir avec, il n'y avait aucune raison pour qu'il tienne sa part du marché, après tout la mise en scène n'en était pas réellement une, l'enlèvement et les morts étaient bien réels. Mais sa loyauté mal placée jouerait en la faveur de Lizzie, et c'est ce qu'elle avait compris depuis le départ. Elle commençait à adorer ce garçon androgyne.

La fille de Bernie Seavey pouvait être fière d'elle, son plan avait parfaitement marché. Quand le tumulte fut calmé, la jeune femme quitta la ville, un cheval l'attendant à la sortie, puis partit vers le Nord au galop. Les gardes se mettraient très rapidement à sa recherche et elle devait quitter les environs de Aünes au plus vite. Ne s'arrêtant qu'à la nuit tombée dans une petite bourgade près de Roceas, non loin de là où Lizzie et Hex s'étaient rencontrés la première fois, si l'on mettait de côté leur échange de lettres. Elle prit une chambre dans l'auberge et dormit jusqu'au zénith du lendemain. Pendant les quelques jours qui suivirent, la jeune femme se fit discrète, renonçant à ses habitudes en ne fréquentant pas la taverne le soir, restant seule du côté de la forêt, à chasser et se ressourcer. Son retour pour Als'kholyn était prêt, elle irait jusqu'à Zuhause en cheval, puis y prendrait un train jusqu'à Wal, où l'équipage du Sorogh flambloyant, un brik pirate avec lequel elle travaillait couramment, la mènerait jusqu'à Aildor où ils avaient des affaires en cours.

Un midi, alors que la jeune femme était en train de déjeuner à l'orée de la forêt, Delkhar qui était en repérage à l'entrée de la petite ville fondit sur elle dans un cri strident. Lizzie comprit rapidement ce que son faucon essayait de lui dire et abandonna son repas pour se diriger vers la taverne. La majorité des clients avaient fini leur repas et étaient en train de retourner au travail. Lizzie sortit son sabre de son fourreau, ce qui eut pour résultat de faire partir en courant les quelques badauds qui restaient. Le tenancier écarquilla ses yeux de terreur en la voyant arriver vers lui. D'un regard noir et de toute sa posture menaçante, Lizzie s'adressa à lui calmement et froidement.

- Dégage, la taverne est à moi pendant une heure. A moins que tu ne préfères nettoyer du sang séché sur le sol pendant une semaine.

L'homme ne se fit pas prier et prit la tangente vers l'arrière salle. Lizzie rengaina son sabre et sauta de l'autre côté du comptoir. Elle déboucha une bouteille de rhum et s'en servit un verre avant de la poser sur le comptoir, puis se tourna dos à la porte pour examiner les autres bouteilles possédées par le tenancier, posées contre le mur. Hex entra à ce moment-là, et après avoir traversé la salle, il s'installa au bar. Lizzie se tourna vers lui pour le voir sourire de son visage parfait et immaculé qu'elle aurait tant voulu marquer de sa dague, puis après avoir sorti un verre pour lui, le servit de la bouteille qu'elle avait laissé sur le comptoir.

- Aujourd'hui, c'est offert par la maison.

La jeune Seavey leva alors son verre pour trinquer avec le soldat. C'est avec un sourire en coin et les yeux moqueurs qu'elle énonça le toast.

- A un sauvetage héroïque !



Chibi Lizzie
Code couleur: #33ccff
Voir le profil de l'utilisateur