Revenir en hautAller en bas
Chroniques d'Irydaë
Bonjour, et bienvenue sur les Chroniques d'Irydaë. Déjà inscrit ? N'attends plus, et connecte-toi dès maintenant en cliquant sur le bouton "Connexion" ci-dessous !

Vous êtes nouveaux, que ce soit sur ce forum ou dans le monde du RPG ? Le choix d'un forum sur lequel vous pourrez vous épanouir n'est pas anodin, et il vaut mieux pour cela connaître l'univers dans lequel vous vous trouvez ! Nous avons pensé à vous, en vous préparant un guide qui vous permettra de découvrir pas à pas le monde des Chroniques d'Irydaë.

Si malgré cela, des doutes subsistent, n'hésitez pas à adresser vos questions aux Administrateurs.

En vous souhaitant une agréable visite !



 :: Les terres d'Irydaë :: Daënastre :: Vereist
Page 1 sur 1


 Le prix de l'humanité

Luka Toen
avatar
Mer 9 Aoû - 15:32
Irys : 400402
Profession : Historienne et naturaliste
Pérégrin 0
Le prix de l'humanité
[Pv : Alises Torouciave] - Mai 932



« … Et vous savez combien ma femme est têtue, répare la charpente avant l’été qu’elle me demande ! Mais là, c’est pas franchement la bonne saison si vous voulez mon avis Doc, la neige est mauvaise en ce moment, de la vraie boue qu’on dit par chez nous. Ça vous descend un homme en moins de temps qu’il n’en faut pour le dire. »

« Ménagez un peu votre femme Baptiste, répondit Luka sans se départir de sa concentration, Tiana fait beaucoup d’effort pour vous tirer de votre alcoolémie régulière. »

Elle plissa sensiblement les yeux, attentive au nœud complexe qu’elle effectuait dans le but de suturer la plaie. Tenant le fil d’une main, elle se pencha par-dessus la petite table en métal qui lui servait de portes outils, et jeta son dévolu sur une mince paire de ciseaux qui avait presque des allures de scalpel.

« Vous devriez aussi mettre des protections la prochaine fois, c’est une méchante chute que vous avez faite. Si vous étiez tombé sur cette fourche quelques centimètres plus loin, votre poumon droit aurait pu être touché. »

« Mais c’est pas grave hein Doc ? Je vais pouvoir retourner travailler ? »

Cette fois-ci c’est un léger rire qui franchit les lèvres de Luka dont les doigts s’agitaient comme des ailes de papillon pour finir son œuvre. Elle recula de quelques centimètres, vérifia la bonne tenue des points qui barreraient pour quelques semaines encore le flanc droit de son patient. Elle eut une moue dubitative, parfaitement consciente des enjeux qui régnaient ici dans chaque famille. Les habitants de Vereist étaient rigoureux au travail et n’envisageaient que peu le repos. C’était inscrit dans leur gêne, de se débattre comme des ours tout l’hiver durant pour nourrir les leurs… L’industrialisation non plus n’attendez pas, et ici aux portes de Grenze des bras valides étaient vitaux pour accompagner les denrées essentielles à la survie des habitants jusqu’à la capitale, Zuhause.

« Je ne suis pas magicienne vous savez. Il vous faudra du repos. … Mais… Je peux vous faire une série de cataplasmes à appliquer tous les soirs pour que vous puissiez reprendre d’ici trois jours, ajouta-t-elle devant sa mine déconfite, un franc sourire encourageant sur les lèvres. »

Il s’illumina d’une nouvelle énergie et en bon samaritain cessa de se trémousser sur la table d’auscultation :

« Vous êtes une patte Doc, mieux qu’une sacrée bonne magicienne. Si seulement vous pouviez remplacer définitivement Doc Furentz, ce vieux rabougri nous fait toujours payer des suppléments en plus de jamais avoir les mains douces… »

« Allons allons, le gronda-t-elle gentiment, ne dites pas cela de mon confrère sans qui votre neveu n’aurait pas survécu à la grippe l’année dernière. Tenez, prenez ceci, vous n’aurez qu’à me rapporter un bol de cet excellent porridge que fait votre femme lors de notre prochain rendez-vous, en guise de payement. »

Elle lui confia l’emballage soigneux de cataplasmes qu’elle avait préparé puis le guida vers la sortie. Elle avait rapidement appris à ses dépens que les villageois n’avaient que trop tendance à la confondre avec une psychologue certifiée, lorsqu’ils ne s’inventaient pas des maladies imaginaires juste pour venir lui raconter leur semaine durant d’interminables heures. Ce n’était cependant pas de mauvais bougres, et il ne lui avait fallu qu’une poignée de jours de remplacement pour connaître la plupart des âmes et des histoires qui vivaient dans ce microscopique bourg. Un confrère malade, et c’était la population qui était en danger… Les Cercles l’avaient donc immédiatement dépêchée pour une période variable. Mais elle n’eut pas le temps de s’appesantir sur la raison de sa présence en ces lieux, que déjà, quelques coups discrets étaient frappés à la porte.

« Entrez ! s’exclama-t-elle un ton plus haut afin que sa voix traverse l’espace, occupée à passer un coup de propreté pour son dernier patient de la journée. »



CODE COULEUR = #FFA500
En ligne Voir le profil de l'utilisateur

Alises Torouciave
avatar
Mer 9 Aoû - 20:57
Irys : 270258
Profession : Scientifique : zoologue
Daënar +1
Elle était venue pour explorer le Vereist, connaître la faune sur le terrain. Sauf que depuis un certain temps, elle ne se sentait pas bien. Elle se renseigna et appris qu'une certaine Luka Toen était le médecin de Grenze. Cette ville frontière était la plus proche de Cerka et par prudence, Alises avait décidé de s'y arrêter. Elle loua une chambre à l'hôtel et rejoignit assez vite le cabinet de toilette pour y vider le peu qu'elle avait pu avaler le matin même.

Après une sieste de courte durée, Alises se dirigea vers le cabinet, la tête assez brumeuse. Elle entra dans une salle qui sentait le Vereist : une cheminée rutilante maintenait une température assez agréable, quelques chaises et une fenêtre. Elle avait mis une tenue un peu plus adapté à ce qu'on attendait d'une jeune femme de son rang : une robe bleu claire, une petite ceinture de cuir marron auquel était attaché une petite montre d'argent. Elle avait pris un parapluie noire. Oui, Alises s'était bien habillée, comme sa mère le lui avait appris. En dehors de ses expéditions, on ne s'attendait pas à ce qu'elle porta autre chose. A la salle d'attente, elle déposa un gros manteau de fourrure. Lorsque le dernier couple s'en alla, elle se dirigea vers la porte et donna quelques coups discrets. Ses petits talons blancs claquaient sur le plancher tandis qu'elle entrait et s'installer sur la première chaise.

- Bonjour, je m'appelle Alisthiana Sestriaë Torouciave. J'ai eu des....

Une odeur étrange, donnant le vertige, elle prit le premier truc qui lui passait sous mains et vomit d'un coup le peu qui lui restait dans le ventre. Lorsqu'elle eut finit, elle prit un mouchoir et s'essuya la bouche.

- Je pense que c'est assez clair. Cela fait deux mois que j'ai mal au ventre et je vomis assez régulièrement depuis quelques jours.
Voir le profil de l'utilisateur

Luka Toen
avatar
Jeu 10 Aoû - 20:39
Irys : 400402
Profession : Historienne et naturaliste
Pérégrin 0
Luka, qui s’apprêtait à accueillir comme il se devait la nouvelle venue, fut coupée dans son élan par la régurgitation précipitée de sa patiente. Adieu, repose parapluie, élu dans son malheur pour en être le réceptacle… Un léger regard endeuillé sur ce dernier, Luka s’avança immédiatement auprès de la dénommée Alises pour l’aider dans ses tracas.

« Ne vous en faites pas, il était vieux de toute façon. Je le nettoierai plus tard, vous n’avez qu’à le garder pour le moment à vos côtés. »

Elle se saisit délicatement de son bras et la guida avec précaution jusqu’à la chaise articulée qui lui servait parfois de table d’auscultation.

« Quel genre de douleur ressentez-vous ? Plutôt des crampes, des brûlures ? »

Elle l’observait tandis qu’elle posait ses multiples questions, détaillant la silhouette fluette de cette jeune femme qui n’avait pas vraiment l’allure d’une citoyenne de Vereist. Quoique son teint pâle aurait pu passer pour un manque de soleil, Luka s’inquiéta de la voir si mal en point. Elle avait de bien jolis yeux sombres et une grâce certaine dans sa gestuelle, et la fabrique de ses vêtements témoignait pour elle d’une famille assez bien classée dans la société. Luka traça le contour de ses mains de ses prunelles jades, n’y voyant pas là les mains originelles d’une travailleuse. Néanmoins, elle n’était pas non plus une midinette, car il y avait bien quelque chose chez elle d’extrêmement volontaire et appuyé… Peut-être cette façon qu’elle avait de se positionner avec assurance dans l’espace, comme si elle avait eu bien d’autres Aimshgiin à fouetter par le passé qu’une vulgaire consultation médicale ?

« Puis-je… ? s’enquit-elle de son consentement, montrant son ventre avec évidence pour traduire le fond de sa pensée. »

Sans auscultation, elle ne pouvait se fonder que sur l’énonciation des symptômes. Voyant qu’elle ne s’effaroucherait pas d’un contact humain, Luka fit tourner la petite manivelle qui actionnait le mécanisme du fauteuil : celui-ci se pencha dans un cliquetis de métal peu avenant. Elle frotta ses mains l’une contre l’autre pour que la fraîcheur de ses doigts ne viennent pas traumatiser la peau chaude d’Alisthiana, et ses doigts allègres vinrent parcourir le ventre de la jeune femme. Après quelques minutes d’attentive concentration, la fine ligne de ses sourcils se barra d’un infime pli :

« Hmm… A quand remonte votre dernier rapport sexuel… ? Vous avez eu du retard dans vos menstruations dernièrement ? »



CODE COULEUR = #FFA500


Dernière édition par Luka Toen le Ven 11 Aoû - 15:14, édité 1 fois
En ligne Voir le profil de l'utilisateur

Alises Torouciave
avatar
Jeu 10 Aoû - 22:21
Irys : 270258
Profession : Scientifique : zoologue
Daënar +1
- Ne vous en faites pas, il était vieux de toute façon. Je le nettoierai plus tard, vous n’avez qu’à le garder pour le moment à vos côtés.

Voilà qui ne pouvait que rassurer la jeune femme. Elle s'installa sur la chaise et alors pur un peu mieux regarder à qui elle avait affaire. La première chose qu'elle nota fut la chevelure de feu. Elle se sentait rassurée d'être entre ses mains. Douceur et une certaine force qui la calmait. Elle indiqua d'un geste de la tête qu'elle laissait la jeune femme maltraitait son ventre. Le terme n'était pas excessif puisque la zoologue rejeta le peu qu'il lui restait dans le repose parapluie. Un léger froncement de sourcil de la docteure l'inquiéta. Elle lui sourit comme pour s'excuser.

- Hmm… A quand remonte votre dernier rapport sexuel… ? Vous avez eu du retard dans vos menstruations dernièrement ?

La question choqua quelque peu Alises qui ne put le cacher immédiatement. Ses bonnes manières reprirent le dessus et lui sourit doucement. Elle réfléchit alors à la question mais sans chercher le moindre sous-entendu. Il lui fallut plus de temps pour répondre à la question. Ses joues s'étaient couvertes de rouge. Elle finit par répondre :

- Je ne serais dire le dernier précisément. Disons avril. Et oui, j'ai du retard.

Elle soupira et essaya de composer une attitude. La question l'avait chamboulé pour la simple raison que c'était un sujet inconvenant. Elle ajouta presque aussitôt

- Ce n'est pas un sujet que j'évoque souvent. Surtout que je suis une jeune femme non mariée.

Elle devint cramoisie et de honte, se mit à pleurer. Mais que lui arrivait-il ? Un dragon l'emporte et elle ne réagit pas, ne panique pas et devant un médecin elle pleure.



code couleur #00ccff
Voir le profil de l'utilisateur

Luka Toen
avatar
Ven 11 Aoû - 14:06
Irys : 400402
Profession : Historienne et naturaliste
Pérégrin 0
Luka demeura une poignée de secondes interdite devant la jeune femme, éberluée par sa réponse si sincère et candide qu’elle ne s’était certainement pas attendue à traiter ce type de problèmes. L’espace d’un court, très court instant, elle dut résister contre l’envie prenante de rire et dut se mordre la lèvre inférieure pour ne pas risquer d’outrager sa patiente. Par tous les Architectes ! Avec son rythme de vie digne d’une délurée, elle avait oublié que quelque part dans le monde l’éducation véhiculait toujours qu’avoir un mari était une excellente chose pour la santé. Même nécessaire pour les jeunes femmes de la haute. Muant bon gré mal gré son fou-rire naissant en un sourire amical et compatissant, Luka lui frotta gentiment l’épaule dans le but de la calmer :

« Il n’y a rien de grave là-dedans vous savez. Vous m’avez l’air jeune et ma foi extrêmement jolie, je ne me fais aucune inquiétude quant à votre futur ménage. Si c’est là ce que vous désirez ? »

Elle se leva et partit chercher un mouchoir en soie de pas trop mauvaise facture que son collègue mettait régulièrement à la disposition de ses patients – stock sans cesse nettoyé et renouvelé, bien sûr.

« Voyez, je ne suis pas non plus mariée, même à mon âge. Et je m’en porte pourtant très bien ! »

Aïe, double mensonges. Omissions plutôt, se corrigea-t-elle, car après tout son mariage n’avait été qu’arrangement pour survivre face aux Régisseurs et son titre de veuve n’avait pas grande valeur. Rien à cette époque n’avait grande valeur de toute façon, s’il fallait résumer, puisque son statut d’Anomalie lui avait ôté tout libre arbitre… Oui, elle était une digne célibataire, cela valait mieux ainsi.

« Tenez prenez ceci, reprit-elle en lui tendant son mouchoir. J’ai une nouvelle à vous annoncer qui devrait vous réchauffer le cœur. »

Du moins, elle espérait. Si ne pas être mariée la mettait dans un tel état, qu’en serait-il de l’annonce d’un enfant hors mariage… ?

« Il y a une raison pour laquelle vous avez ces nausées Alisthiana, et une également pour laquelle vos émotions vous semblent incontrôlables ces derniers temps. Il y a une très forte chance que vous soyez enceinte. De deux mois environ. »

Luka marqua un temps pour lui laisser l’occasion d’assimiler cette énorme information. Elle ne connaissait pas sa vie, mais cela sentait les soucis personnels à plein nez… Elle leva lentement les mains en signe d’apaisement, et se voulant rassurante, prit la peine de préciser :

« Je ne peux pas vous l’assurer à 100% avant d’avoir effectué un petit test, si vous me le permettez. Mais tous vos symptômes concordent, c’est chose courante dans la vie d’une femme. »



CODE COULEUR = #FFA500
En ligne Voir le profil de l'utilisateur

Alises Torouciave
avatar
Ven 11 Aoû - 15:42
Irys : 270258
Profession : Scientifique : zoologue
Daënar +1
Alises finit par se calmer un peu et sourit toute gênée de s'être laissée aller. Quand elle était en société, elle respectait le strict code de conduite qu'on lui avait inculqué. En pleine nature, loin de ce carcan, elle n'aurait pas eu honte d'avouer que plus d'un homme avait fréquenté son lit, que plusieurs fois elle avait eu des aventures d'un soir mais là, maintenant, elle avait honte d'avouer que son rythme de vie n'était pas conforme à la volonté de la société. Heureusement, le secret médical....

- Il y a une raison pour laquelle vous avez ces nausées Alisthiana, et une également pour laquelle vos émotions vous semblent incontrôlables ces derniers temps. Il y a une très forte chance que vous soyez enceinte. De deux mois environ. Je ne peux pas vous l’assurer à 100% avant d’avoir effectué un petit test, si vous me le permettez. Mais tous vos symptômes concordent, c’est chose courante dans la vie d’une femme.

Enceinte ? Enceinte ! Hex ! Sa carrière ! Qu'allait-elle faire ?

- Je porte son enfant....

Hex avait été un amant admirable mais elle avait perdu contact avec lui depuis la fin de leur expédition. Il faut dire qu'ils avaient eu beaucoup à faire... Elle passa de longues minutes silencieuses à réfléchir à un plan d'action, pour le moment, son expédition devait continuer. Il n'y avait aucun moyen de l'annuler. Taire le tout et essayer de se marier au plus vite. Oui, c'était cela qu'elle devait faire. Déterminée, elle sourit à la docteur et lui dit d'une voix douce et ferme :

- Docteure, je vous laisse faire ce test à une condition. Vous ne ferez pas de dossier médicale à mon nom. Je suis une zoologue qui essaie de prendre sa place dans l'université de Cerka et si on apprend que je suis enceinte et que je ne suis pas mariée, je devrais y renoncer. Votre silence doit être complet. Je ne peux renoncer à ma carrière.

Elle était prête à tout et même à envoyer quelqu'un la tuer si cette docteure ne faisait que parler. Peut-être Gwen pourrait-elle s'informer sur elle. Si il y avait une chose qu'Alises chérissait plus que tout au monde, c'était sa carrière qui avait été tout pour elle depuis que sa mère l'avait abandonné au profit de ses soeurs.



code couleur #00ccff
Voir le profil de l'utilisateur

Luka Toen
avatar
Ven 11 Aoû - 16:55
Irys : 400402
Profession : Historienne et naturaliste
Pérégrin 0
Plusieurs remous invisibles se formèrent à la surface du regard d’Alisthiana, comme une nuée de nageoires irisées dont l’agitation manquait à tout instant de briser le calme apparent de la demoiselle. Fascinée par ces prunelles d’un noir de jais qui semblaient plonger dans le plus incoercible des problèmes, Luka attendit patiemment qu’une décision intérieure soit prise. Alors vit-elle cet infime instant, ce décalage très net qui prit racine dans le cœur de sa patiente, cette fameuse volonté de lionne endurcie qu’elle lui avait pressentie à son entrée dans ce cabinet. Les lèvres de l’ancienne dragonnière s’ourlèrent d’un léger sourire tranquille, ses prunelles d’un vert doré ancré sans détour ni faux semblants dans les yeux de sa patiente.

« Je suis juste Médecin vous savez, ce test est avant tout pour vous éviter une mauvaise surprise dans les quelques mois à venir. Néanmoins… Je n’ai aucun souci à faire silence sur votre venue en ces lieux, ce serait bien le cadet de mes préoccupations premières. »

Elle haussa un fin sourcil explicite, non que le respect de l’administratif lui répugnait mais plutôt que le monde était vaste et qu’il y avait bien d’autres choses à faire que de se montrer tatillons. Après tout, qu’est-ce qui concernait plus quelqu’un que sa propre santé ? Le gouvernement de l’UNE, certainement, n’avait rien à faire de savoir qu’une jeune scientifique allait donner naissance… Elle pouvait bien leur épargner cette lecture supplémentaire.

« En revanche, j’ai une condition à émettre également. »

Elle se pencha vers Alisthiana, d’autant plus grave et sérieuse que le sujet était important :

« Ménagez-vous dans les mois à venir, il en va de votre vie Alisthiana. Et par extension celle de votre futur enfant. Carrière ou non. »

Luka laissa filer un profond soupir qui eut pour mérite de ne pas laisser l’atmosphère s’assombrir trop. Elle reprit alors d’une voix aux intonations qui se voulaient un tantinet plus légères et avenantes :

« Il y a bon nombre de solutions pour vous permettre de ne pas annuler toutes vos activités tout en vous protégeant, des gestes simples également. Prenez-les en considération, et nous pourrons toutes deux dormir en paix jusqu’à l’année prochaine. C’est un joli secteur de métier que vous avez choisi, n’allez pas tout gâcher non plus par une mort stupide impromptue. »

Elle se fendit d’un sourire complice, et un on-ne-sait-quoi de plus tendre et pétillant passa dans ses prunelles. Elle ne pouvait que ressentir une certaine chaleur envers cette étrangère, car elles se battaient toutes deux pour les mêmes causes scientifiques…



CODE COULEUR = #FFA500
En ligne Voir le profil de l'utilisateur

Alises Torouciave
avatar
Ven 11 Aoû - 20:53
Irys : 270258
Profession : Scientifique : zoologue
Daënar +1
Elle avait accepté et fit ses propres exigences. La manière et le ton était celui d'une personne qui se voulait amicale et qui semblait la comprendre. Cette femme ne devait pas être qu'une simple médecin de campagne. Alises tendit sa main et prit celle du médecin. Un sourire sur les lèvres et elle hocha la tête.

- Je ne compte pas mourir demain. Mais ce sera compliqué. Je vais bientôt en mission dans le Vereist et j'ai un voyage vers My'tra que j'ai commencé à organiser. Je ne peux pas annuler, l'Université en paye une bonne part. Je peux faire à l'alimentation et essayer de faire le plus attention du monde en évitant de me mettre en danger. Mais que dois-je faire de plus ?

Elle marqua une pose et reprit :

- Et je serais plus à l'aise si vous pouviez être mon médecin pour cette grossesse ? J'essaierais d'être une bonne patiente.

Elle sourit et relâcha sa main. Voilà qui serait mieux. Gwen aurait jusqu'à octobre pour faire ses recherches sur Hex et ainsi elle saurait si elle devait l'annoncer au père. Elle lui écrirait une lettre dès qu'elle sortirait pour lui demander d'enquêter. Elle avait l'adresse dans son hôtel. Un mot pour demander de transmettre sa demande. Il valait mieux faire cela le plus discrètement du monde.



code couleur #00ccff
Voir le profil de l'utilisateur

Luka Toen
avatar
Sam 12 Aoû - 23:32
Irys : 400402
Profession : Historienne et naturaliste
Pérégrin 0
« Il n’y a aucun souci, au vu de vos futures expéditions nous serons de toute façon aussi peu disponibles l’une que l’autre au quotidien. »

Luka eut une once de grimace qui se voulait comique, peu impatiente de devoir se refaire un énième tour du monde. Mais c’était ainsi, elle était incapable de tenir en place plus d’un certain temps, démangée par sa soif dévorante d’oxygène et de connaissances. A l’heure d’aujourd’hui, rien ni personne ne la retenait quelque part : pourquoi se serait-elle privée d'explorer l’existence à perdre haleine ?

« Oh, et c’est déjà beaucoup si vous pouviez vous montrer prudente, même au cœur de toundras glacées et dangereuses. Ne vous imposez pas non plus de longues marches sans repos. Vous n’aurez qu’à prétexter l’étude d’un animal ou d’une plante le temps de faire des pauses régulières. »

Tout en s’expliquant Luka s’était levée à nouveau de son siège, se dirigeant vers l’une des armoires vitrées qui ceignaient le fond de la pièce. Elle en sortit une flacon de la taille d’une main, qu’elle vint déposer sous les yeux d’Alisthiana.

« Si nous sommes toutes deux d’accord, voici le test que j’aimerais vous proposer. »

Une plante séchée gisait là, dénuée de fleurs et dont les longues et paresseuses feuilles étaient joliment crénelées.

« Vous connaissez probablement l’Armorialis. Une goutte de sang de votre part sur l’une de ces feuilles et une vingtaine de minutes plus tard, nous saurons ce qu’il en est si elle se couvre de jaune. »

Elle lui confia le tout, installa une coupelle et mit à sa disposition une fine aiguille. Lorsque ce fut fait, naturelle et habituée à gérer ce type d’attente, Luka poursuivit très spontanément le fil de la discussion tel qu’elles l’avaient laissé un instant plus tôt :

« Zoologiste vous dîtes… ? Vous avez déjà publié ? »

Elle fouilla sa mémoire à la recherche des récents journaux et ouvrages sur lesquels elle s’était penchée. Peu de femmes dominaient dans ce secteur, il ne devrait donc pas être très difficile de retrouver le nom d’Alisthiana dans ce paysage…



CODE COULEUR = #FFA500
En ligne Voir le profil de l'utilisateur

Alises Torouciave
avatar
Dim 13 Aoû - 20:38
Irys : 270258
Profession : Scientifique : zoologue
Daënar +1
Elle écouta avec attention les instructions médicales. Elle essaierait d'être prudente. Elle engagerait probablement quelqu'un pour la guider dans son observation de la faune et lui donnerait assez d'argent pour qu'elle accepte les pauses fréquentes. Rien ne serait trop beau pour cet enfant issu de l'amour.

Elle s'exécuta sans un mot. L'aiguille s'enfonça dans son doigt, une goutte de sang sur la feuille. Elle la déposa et elle prit un bout de coton pour arrêter le sang de couler davantage de son doigt. Elle se rassit et s'apprêtait à attendre les vingt minutes dans un silence complet. Mais son médecin voulait faire la conversation. Alises sourit et répondit :

- J'ai fait une thèse : L'utilité du comportement animal pour la zoologie. Mais elle n'a pas fait beaucoup de bruit. Sinon j'ai publié deux articles. Le premier sur la cruauté animal chez l'Aimshgiin et il y en a qui vient de paraitre sur l'apprentissage du vol chez les dragons. Et je suis en train de travailler sur un livre.

Elle la regarda :

- Et vous ? Vous publiez quelques articles ?

Elle fouillait dans sa mémoire tout ce qu'elle avait pu lire comme article scientifique publié par une certain Toen. Oh ! si seulement elle avait une meilleure mémoire !!!



code couleur #00ccff
Voir le profil de l'utilisateur

Luka Toen
avatar
Lun 14 Aoû - 18:06
Irys : 400402
Profession : Historienne et naturaliste
Pérégrin 0
« Ahah, on peut dire ça oui, il m’est arrivé de publier. »

Elle eut un rire joyeux, suivit d’un plein sourire franc. L’anonymat n’était pas désagréable, et ses anciens véritables ouvrages paraissaient si lointains dans son esprit qu’ils étaient probablement issus d’un autre temps !

« La Grande encyclopédie des créatures rares si vous connaissez, paru il y a douze ans environ. J’espère pouvoir sortir un volume un tantinet plus actualisé dans les prochaines années. Vous avez peut-être également entendu parler de l’Herbier, même si je reconnais que le domaine des plantes m’intéresse un peu moins que celui des animaux… »

Elle eut une fausse moue coupable, tout à fait enchantée en réalité de son inconséquence. Allons bon, une scientifique qui se targuait de privilégier un domaine à un autre ! C’était une faute qui offusquait régulièrement ses confrères, acceptant difficilement que l’on puisse accorder des traitements de faveur à un type de connaissances en particulier... Elle ne manquait jamais d’étouffer ses terribles envies de rire à voir ces vieux Messieurs engoncés dans leurs costumes se tortiller comme des pingouins courroucés. Aah, sa patiente s’apprêtait à pénétrer dans un monde décidément plein de charme.

« Le comportement animal vous dîtes ? »

Elle fit mine de réfléchir, passant une main pensive dans ses longs cheveux flammes dont les mèches rebelles glissèrent avec fluidité sur les contours de son visage.

« Votre article sur les Aimshgiin ne daterait-il pas de février… ? »

Elle reposa les yeux sur la jeune chercheuse, une étincelle de compréhension soudaine dans son regard émerveillé :

« Je me souviens à présent, vous êtes cette jeune demoiselle qui fait parler d’elle récemment ! Avec tous ces voyages dernièrement, j’avais oublié cette histoire à Rathram. Figurez-vous que vous avez mis l’un de mes anciens collègues en rogne. »

Elle rit avec éloquence, traduisant pour Alisthiana la nature de cette irritation qui était totalement absurde.

« Qu’est-ce que j’ai pu rire alors… Une perle dans son genre, ce Monsieur. Vous avez sans doute dû déjà voir combien cette profession était minée d’hommes imbus de leur personne et magnifiquement misogynes… Figurez-vous que vous avez été plus rapide que lui sur cette recherche. Imaginez donc, une femme, plus rapide, mais où va-t-on ? M'est avis que ces grands intellectuels n'ont pas dû aimer souvent. »



CODE COULEUR = #FFA500
En ligne Voir le profil de l'utilisateur

Alises Torouciave
avatar
Mar 15 Aoû - 11:20
Irys : 270258
Profession : Scientifique : zoologue
Daënar +1
- La Grande encyclopédie des créatures rares si vous connaissez, paru il y a douze ans environ. J’espère pouvoir sortir un volume un tantinet plus actualisé dans les prochaines années. Vous avez peut-être également entendu parler de l’Herbier, même si je reconnais que le domaine des plantes m’intéresse un peu moins que celui des animaux…

Si elle connaissait ces deux ouvrages ! Évidemment qu'elle les connaissait ! Il s'agissait donc de Luka Toen ! Ses yeux s'illuminèrent, elle avait rencontré enfin la femme qui lui avait montré comment étudier le règne animal. Mais elle ne faisait pas si vieille que ça. Elle donnait l'impression d'avoir 25 ans maximum pas les 40 ans qu'elle s'était imaginée...Peut-être faisait-elle parti de ces femmes bien conservées...

Elle s'était abandonnée à ses pensées et fut rappelée à l'ordre par le rire clair de Luka. Pour ne pas donner l'impression qu'elle n'avait pas écouté, elle accompagna ce rire par un sourire qui semblait dire "en effet, quelle idiotie". Heureusement que les bonnes manières donnaient la possibilité de se sauver dans ce genre de cas. Elle écouta avec attention, tout en semblant simplement suivre normalement la conversation, la suite de ce que disait Luka. Elle espérait ainsi pouvoir reprendre le fil et pouvoir répondre convenablement.

- Qu’est-ce que j’ai pu rire alors… Une perle dans son genre, ce Monsieur. Vous avez sans doute dû déjà voir combien cette profession était minée d’hommes imbus de leur personne et magnifiquement misogynes… Figurez-vous que vous avez été plus rapide que lui sur cette recherche. Imaginez donc, une femme, plus rapide, mais où va-t-on ? M'est avis que ces grands intellectuels n'ont pas dû aimer souvent

Donc elle avait été plus rapide qu'un collègue masculin et il avait râlé. Elle put répondre donc, espérant ne pas être totalement à côté de la plaque :

- Oui ils sont assez imbus de leurs personnes. Je sais que dans mon université deux points les avaient contrariés : le fait que je sois une femme et mon jeune âge. C'est un milieu assez difficile mais je pense que nous avons plus de mérite pour notre travail que ces messieurs qui ne luttent contre aucun sexisme.

Elle fit une petite moue qui se transforma en sourire. Elle reprit d'une voix :

- Ainsi, j'ai été plus rapide qu'un de vos collègues. A l'université de Cerka, le comportementalisme animal commence seulement à faire son apparition. Je suis la première à l'étudier à Cerka. J'ignorais que d'autres collègues étudiaient ce domaine.



code couleur #00ccff
Voir le profil de l'utilisateur

Luka Toen
avatar
Mer 16 Aoû - 18:38
Irys : 400402
Profession : Historienne et naturaliste
Pérégrin 0
« Hmm… Je ne sais pas si étudier est le bon terme. »

Elle se laissa aller contre le dossier du fauteuil, deux doigts tapotant pensivement ses lèvres.

« Il est probable que l’idée d’étudier le comportement animal lui ait traversé l’esprit il y a quelques années, mais il n’a jamais mis son plan à exécution. Cela rejoint un peu ce que vous disiez à l’instant… Les intellectuels ont cela pour eux qu’ils n’ont que rarement des concurrents dans le domaine naturel. Il en est autrement pour la technologie bien sûr. Il devait probablement penser avoir le temps de s’y mettre un jour. »

Cela avait surtout rapport au nombre d’Irys sonnantes et trébuchantes que le gouvernement de l’UNE était prêt à lui confier. Et bien évidemment, faire avancer l’essor de la technologie était infiniment plus important à leurs yeux que de financer on-ne-savait quelle stupide expédition à propos d’animaux arriérés qui ne rapporteraient aucune Irys… Une négligence des Daënars que Luka avait toujours déplorée, mais un inévitable contrecoup d’une société bâtie sur le pouvoir économique.

« Quoi qu’il en soit… Il est vrai que votre âge même prouve combien vous êtes brillante. Cela doit sacrément les agacer. »

Un fin semi-sourire en coin étira ses lèvres, une très légère nuance protectrice au fond des prunelles. Alisthiana lui renvoyait le goût savoureux de sa jeunesse et ce morceau de miroir parfait avec ces lointaines années qui avaient composé son existence. Elle ravivait en elle quelques éclats échauffés, proches d’un sentiment maternel envers ce bout de jeune femme qui se démenait d’ores et déjà pour arracher au monde sa part de gloire. Voilà qui était suffisant pour faire un pas dans le cercle proche de Luka, et la distinguer du vaste cercle des étrangers.

« Oh, j'ai failli oublier, vous voulez boire quelque chose pour patienter ? »

Elle s’était à demi levée de sa chaise, le regard curieux et interrogateur. Il n’y avait aucune tasse de thé, café, ou chocolat chaud qui ne soit guère capable d’abolir dix minutes en un rien de temps !



CODE COULEUR = #FFA500
En ligne Voir le profil de l'utilisateur