Revenir en hautAller en bas
Chroniques d'Irydaë
Bonjour, et bienvenue sur les Chroniques d'Irydaë. Déjà inscrit ? N'attends plus, et connecte-toi dès maintenant en cliquant sur le bouton "Connexion" ci-dessous !

Vous êtes nouveaux, que ce soit sur ce forum ou dans le monde du RPG ? Le choix d'un forum sur lequel vous pourrez vous épanouir n'est pas anodin, et il vaut mieux pour cela connaître l'univers dans lequel vous vous trouvez ! Nous avons pensé à vous, en vous préparant un guide qui vous permettra de découvrir pas à pas le monde des Chroniques d'Irydaë.

Si malgré cela, des doutes subsistent, n'hésitez pas à adresser vos questions aux Administrateurs.

En vous souhaitant une agréable visite !



 :: Les terres d'Irydaë :: Ekhlen :: Zone C
Page 1 sur 2
Aller à la page : 1, 2  Suivant


 [inRP] Expédition n°1

Khugatsaa
avatar
Sam 12 Aoû - 22:13
Irys : 69986
Administrateur
Rappel de vos inventaires respectifs

PARTICIPANTS
Équipement personnel
Levis Downson
(x2 besaces en cuir de Khippogin)
Fusilx1 paire de Jambières de propulsion Vigi'Tek ®
Couteauxx1 Couverture ignifugée
Maillot de Pedro le p'tit grosx1 Couteau dépeceur
Sacoche médicale-
Matériel d'escalade-
Piolets-
Corde-
x1 paire de Gantelet de perçage-
Lizzie Seavey
(x1 besace en cuir de Khippogin)
Carabinex1 Pistolet à eau Vigi'Tek ®
Revolverx1 pierre à aiguiser
Armure en cuir-
Besace personnelle-
Dague-
x1 Épée Kyai-
Billy Lyons
(x2 besaces en cuir de Khippogin)
Carabinex1 Lanterne Secur'nobion
Revolverx2 Fusées de détresse
Couteau de chasse-
7 grenades + 3 bâtons de dynamite-
x1 Combinaison du Dundaj-
x5 Grenades cendrées-
x1 Pack d'escalade-
x1 Corde-
Kezy'rahs Thaedtrom
(x1 besace en cuir de Khippogin)
Hachoir de combatx1 Corde
Armure de métal légerx2 Fusées de détresses
Épée à une mainx1 Protecto-magilithe grossière mineure
x1 Arc d'Urgamalite-
x1 Lanterne Secur'nobion-
x4 Flacons de fleurs Sensia-
Kael Dophalem
(x1 besace en cuir de Khippogin)
Lance my'tränx1 Pierre à aiguiser
Armure en cuir-
Masque à gaz-
x1 Épée Kyai-
x1 Harpon croc'jambe-
x1 Corde-
Luka Toen
(x1 besace en cuir de Khippogin)
Armure de cuirx1 Lanterne de Secur'nobion
Kharan Sharx1 Couverture ignifugée
Trousse de soinx1 Corde
Carnet de notex1 Carte de l'île
x1 paire de Gantelet de perçage-
x2 Racines de Bersekalis-
Aldryn Zereg
(x1 besace en cuir de Khippogin)
x1 Pistolet à eau Vigi'Tek ®-
x1 Bouclier Sorogien-
x1 Combinaison du Dundaj-
x1 Couverture ignifugée-
x1 Corde-
x1 Fusée de détresse-
Luciole Aldebarra
(x1 besace en cuir de Khippogin)
PistoletProtections intempéries
Poing américainx1 Racine de Bersekalis
Armure de cuirx2 Fioles d'amélioration d'armes
Lanterne biologique-
Talisman d'invisibilité-
Longue-vue-

Monture de bât
x 101 Packs de provisions
-
x5 Couvertures ignifugées
-
x2 Packs d'escalade
-
x2 Cordes
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-




Cela ne faisait guère longtemps que Minska Morel -Mimi pour les intimes- avait intégré les Vigilants. Alors que ce quinquagénaire avait rêvé toute sa vie de devenir un héros, de devenir l'égal de ces hommes et ces femmes qui ont marqué l'Histoire, sauvant veuves et orphelin avec classe et modestie, finalement c'est plus de trente ans de sa vie qu'il avait passé en tant que conducteur de diligence pour amener les mineurs de Hinaus sur leur lieux de travail. Mais du jour au lendemain, le déclic a eu lieu. Il abandonna alors métier, femme et enfants dans le seul et unique but de devenir le guerrier qu'il avait toujours rêvé d'être !

Aujourd'hui, Minska est passeur chez les Vigilants, destiné à acheminer les aventuriers intrépides vers leur lieu de chasse à bord de son vieux rafiot complétement déglingué. Oh ne croyez pas qu'il n'a pas essayé de se faire la main sur quelques bestioles de l'archipel, bien au contraire. Il se l'est tellement fait qu'aujourd'hui il ne l'a plus. Mais il arbore son moignon avec fierté, racontant avec un brouette d'exagération comment il a affronté ce Mogoï déchainé. Puis finalement, le vieillard s'est dit qu'il n'était pas plus mal loin du danger, aussi il accepta sans sourciller son ex-nouveau job.

L'île était enfin en vu, et alors que Minska s'amusait à raconter son histoire au nouveau groupe de jeune qui venait se jeter dans la gueule de la mort, il senti que plus la distance s'amenuisait, moins il avait l'attention des aventuriers. Il soupira profondément, puis se racla la gorge suffisamment pour interpeler son équipage.


~ Bon les jeunots, on va bientôt accoster sur Namag Gamshgiin. Par pitié ne faites pas comme tout les autres idiots de votre âge, ne vous fiez pas à la beauté de l'île. C'est un vrai merdier ce truc-là, croyez-moi, vous pouvez encore faire demi-tour ...  ~
suggéra-t-il en regardant lourdement le plus jeune du groupe.

Malgré les quelques regards inquiets, Minska savait reconnaître ceux qui avaient prit leur décision, c'est pourquoi il n'insista pas. Une vingtaine de minutes plus tard, la coque de l'embarcation s'enfonça dans la plage au sable blanc. Le littoral semblait aussi accueillant que les belles plages de Rathram ou Zolios. Les grains de sable glissaient sous les pieds tel un liquide à part entière, tandis que les cocotiers offraient une ombre bienvenue pour ceux qui ne supporteraient pas l'effroyable chaleur qui régnait dans cette partie du monde. Cette lisière laissait plus tard place à une jungle haute et luxuriante, qui laissait pourtant suggérer une progression facile sur les premiers kilomètres. Quelques rochers se tenaient ici et là sur le rivage, permettant à ceux qui voudraient prendre un peu de hauteur de se rendre compte de l'immensité de la jungle, dominée à une bonne centaine de kilomètres par d'imposantes montagnes. A l'orée de toute cette verdure, dans un très large carré de terre se tenait une multitude de pierres soigneusement disposées en damier et au vu des regards intrigués de ses passagers, le marin rétorqua tout sourire :

~ Oh ça ! Vous savez, je suis un grand sentimental donc le temps que vous vaquez à vos p'tites affaires sur l'île, j'aime passer derrière et récupérer ce qui reste de vos cadavres pour vous offrir une sépulture décente. Ce p'tit cimetière compte pas moins de 243 péquenauds ! Bon ... techniquement il y en a plus, mais j'ai plus la force de plonger dans le ventre d'un Khelteg pour y récupérer vos carcasse à moitié digérée, c'est plus de mon âge tout ça. ~

Laissant les aventuriers à leurs repérages, le vieil homme commença à dresser son campement, dans lequel il mit à disposition un coffre de ravitaillement.

~ J'vous ai laissé quelques babioles dans le coffre, servez-vous autant que vous le voulez, par contre j'vous préviens, une fois que vous aurez décollé j'me garde le reste ! ~

Le soleil était à son zénith lorsque le groupe fut sur le départ. Minska s'approcha de Francis, son Melkhii de bât qui allait accompagner les membres de l'expédition, et l'embrassa longuement sur le museau, lui demandant explicitement d'abandonner "ces pauvres fous" si jamais la situation déraillait. Il parti finalement s'allonger sur son transat, s'ouvrit nonchalamment une noix de coco, et lança dans un dernier élan de sympathie :

~ Un dernier petit conseil : ne vous fiez pas trop à ce que vous connaissez ... les choses sont bien différentes en Ekhlen. Merde à vous les jeunes ! ~

Coffre de ravitaillement
x1 Carte de l'îlex5 fusées de détresse
x2 Cordes
-
x5 Packs de provisions
-
x1 Protecto-magilithe grossière mineure
-
x2 Pierres à aiguiser
-
x1 Couteau dépeceur
-

- HRP -
Pour consulter la Carte, vous n'aurez d'autre choix que de l'emporter avec vous et de ne pas vous en séparer. Si vous décidez de l'emporter, que le premier joueur qui poste me le signale pour que j'édite ce post




Dernière édition par Khugatsaa le Dim 13 Aoû - 0:48, édité 2 fois
Voir le profil de l'utilisateur

Lizzie Seavey
avatar
Dim 13 Aoû - 0:25
Irys : 262560
Profession : Chasseuse de primes - Pirate
Pérégrin 0
La discours du passeur faisait un fond sonore pas désagréable. Il avait une voix de conteur, et la manière de construire son récit pour le rendre intéressant. Mais Lizzie ne l'écoutait pas, fixant l'île qui se rapprochait. Elle ne regardait pas vraiment l'île non plus, en réalité, repassant dans sa tête toutes les informations nécessaires au bon déroulement de la chasse. Les quelques jours passés avec sa nouvelle équipe lui avait permis de mieux faire connaissance avec eux. Ils les avaient surtout passer à se jauger les uns les autres, comme s'ils faisaient des pronostics sur qui reviendraient en vie et qui aurait droit à sa petite pierre sur l'échiquier de Minska. Mais, comme à ce jeu, pour gagner il fallait connaître l'adversaire, et comme le fit si bien remarquer le guide, les choses étaient différentes ici. Les pronostics ne servaient à rien, il fallait aller de l'avant et rester soudés et surtout concentrés.

La jeune femme fit quelques pas sur le sable, jetant un rapide coup d'oeil à la jungle. Elle n'avait pas peur de ce qui les attendait, mais n'avait pas hâte de pénétrer à l'intérieur de cette végétation intense. Il fallait d'abord être sûre que tout était prêt. Rien ne serait jamais parfait, mais elle savait qu'il fallait éviter de se précipiter. La jeune femme commença par faire l'inventaire de son matériel. Elle avait troqué le sabre de son père pour une épée louée par les Vigilants, dont le fourreau protecteur reposait dans son dos. On l'avait averti qu'il fallait éviter de la mettre en contact avec les vêtements car l'acide les brûlait facilement. Elle tenterait d'y faire bien attention, et espérait que le cuir de son armure y résisterait mieux que d'un simple tissu. Croisé dans son dos avec la lame se trouvait sa fidèle carabine, toujours en bandoulière. Elle avait passé son revolver à sa hanche gauche pour pouvoir mettre sur sa main directrice l'autre arme louée chez les Vigilants: un pistolet à eau. Elle avait d'abord ri quand on lui avait évoqué l'idée d'un pistolet à eau, mais après avoir eu l'occasion de le tester, Lizzie l'avait pris avec elle. Non seulement elle n'aurait pas besoin de le recharger comme son revolver, mais en plus il semblait diablement efficace. Sa dague était glissée dans son fourreau, près de sa cuisse. Elle vérifia enfin que ses affaires étaient bien dans sa besace: sa boussole, son multi-outils... Tout était là.

Lizzie fixa le coffre indiqué par le guide et l'ouvrit tranquillement pendant que ses compagnons faisaient leur propre routine. Le matériel qui se trouvait là était très utile. Les compagnons se rejoignirent pour voir ce qu'il y avait et discutèrent quelques instants, après quoi Lizzie distribua les éléments présents dans le coffre. Elle mit les provisions avec le reste de ce qu'ils avaient amené sur leur monture, puis accrocha aussi solidement les deux cordes fournies par les Vigilants. Levis, le braconnier, prit le couteau dépeceur, étant certainement celui qui savait le mieux s'en servir. Kael prit une pierre à aiguiser et elle glissa la deuxième dans sa petite besace avec le reste de ses accessoires. Elle donna ensuite deux fusées de détresse à Billy, qui serait en bout de file pour la marche, et deux autres à Kezy'Rahs, qui ferait office d'éclaireur, ainsi que la magilithe afin qu'elle puisse se protéger en cas de danger immédiat. Elle confia la dernière fusée à Aldryn, à qui elle sourit, comme pour le rassurer.

Ces derniers jours, elle et ses compagnons avaient appris à Aldryn les bases du combat et de la survie. Elle espérait que cela suffisse à ce qu'il revienne entier. Elle ne pourrait pas le materner, même si elle ressentait une certaine affection pour l'adolescent. Lizzie prit enfin la carte et la confia à Luka. Luka et Levis étaient ceux qui connaissaient le mieux la zone, qui avait le plus étudié les dossiers, et Luka serait à l'avant du convoi, le choix du porteur de la précieuse carte avait été simple. Lizzie remercia Minska de les avoir accompagné jusque là puis prit les rennes de Francis et les confia à Aldryn.

- Bien, les amis, je crois que tout le monde connait son poste et sa fonction. Je nous souhaite bonne chance, et bonne chasse. Nous avons eu l'occasion de tous nous observer ces derniers jours, donc je pense que vous serez d'accord avec moi quand je dis que nous sommes capables de nous en sortir, tant que nous restons unis.

Lizzie se plaça ensuite à côté de Luka pour étudier la carte avec elle, et éventuellement trouver un plan d'attaque...

- HRP -
Donc pour résumer:


Coffre de ravitaillement
x1 Carte de l'île
Luka Toen
x5 fusées de détresse
x1 Aldryn Zereg ; x2 Billy Lyons ; x2 Kezy'Rahs Thaedtrom
x2 Cordes
Monture
x5 Packs de provisions
Monture
x1 Protecto-magilithe grossière mineure
Kezy'Rahs Thaedtrom
x2 Pierres à aiguiser
x1 Lizzie Seavey ; x1 Kael Dophalem
x1 Couteau dépeceur
Levis Downson



Chibi Lizzie
Code couleur: #33ccff
Voir le profil de l'utilisateur

Khugatsaa
avatar
Dim 13 Aoû - 0:49
Irys : 69986
Administrateur
- Ajout de vos objets effectués dans le premier post -
- Ajout de la carte de l'île -
Voir le profil de l'utilisateur

Luka Toen
avatar
Mar 15 Aoû - 21:46
Irys : 466941
Profession : Historienne et naturaliste
Pérégrin 0
Luka gratifia sa compagne d’aventure d’un rapide remerciement et attrapa la carte qu’on lui tendait. Elle n’avait de toute façon que faire des armes proposées en supplément dans le coffre des Vigilants, car c’était à peine si elle savait comment tenir dignement une dague sans se blesser elle-même… Ses gantelets de perçage étaient bien mieux et sauraient à merveille trouver une utilité lors de cette expédition !

« Voyons donc cela… »

Elle déplia précautionneusement le parchemin élimé griffonné d’encres colorées, puis vint s’accroupir sur le sable blanc soyeux afin que chacun puisse avoir un aperçu du papier. Elle passa la pulpe de ses doigts sur la surface dessinée, traçant de l’index des dénivelés invisibles dans l’espoir peut-être d’en déceler les secrets. Les sourcils froncés à la fois par la luminosité ambiante et les multiples réflexions qui l’agitaient, elle attira l’attention de Lizzie sur le trou de verdure qui se tenait un tantinet plus haut que leur position actuelle :

« Nous pouvons avancer vers le nord jusqu’à cette pseudo clairière qui sera sans doute similaire à la plage sur laquelle nous nous trouvons. La jungle est un véritable enfer, mais si nous ne perdons pas la côte des yeux… »

Elle releva la tête, guettant l’assentiment de Lizzie pour poursuivre sa réflexion.

« Il faudra surtout anticiper le moment où nous aurons besoin de dresser le camp. Si nous sommes forcés de le faire en plein marécage ou autres joyeusetés présentes dans ce champ de végétation dense, cela risque d’être difficile d’assurer nos arrières. »

Cette fois-ci, son regard se dirigea en direction de la lointaine forêt, cette bordure très nette qui empiétait sur la plage avec la sauvagerie d’une jungle millénaire que rien n’était venu entacher. Pas même le damier des morts.

« La question étant… Vaut-il mieux dormir en bordure de mer, en zone dégagée et à découvert, ou trouver le moyen de s’attacher en hauteur dans les arbres pour la nuit en pleine jungle ? Sauf animal gigantesque – auquel cas nous l’entendrons de toute façon approcher - moins de choses peuvent nous attaquer en même temps dans ce fatras. »

Enfin, cela, c’était la théorie. Elle omit soigneusement de préciser que les créatures en question, elles, avaient eu des centaines d’années pour s’adapter à cet environnement. Ce qui n’était pas forcément leur cas.

« Quoi qu’il en soit, la clairière me semble très potable pour un premier but. C’est réalisable, du moins. »

Elle sourit avec grand amusement, soulignant les intonations du mot « réalisable » comme s’il s’agissait déjà d’un projet un tantinet plus abordable que d’envisager traverser l’île de part en part comme de véritables suicidaires.



CODE COULEUR = #FFA500
Voir le profil de l'utilisateur

Levis Downson
avatar
Mar 15 Aoû - 23:17
Irys : 202483
Profession : Braconnier - Médecin
Pérégrin 0
Levis s'approcha de Luka pour observer la carte à son tour. Penché par dessus son épaule, il examina le trajet proposé par sa collègue qu'il ne put qu'approuver. Elle suggéra ensuite d'anticiper le futur cheminement de l'expédition, conseillant d'éviter de s'attarder dans des marécages - où autre endroit très hostile - de nuit.

« La question étant… Vaut-il mieux dormir en bordure de mer, en zone dégagée et à découvert, ou trouver le moyen de s’attacher en hauteur dans les arbres pour la nuit en pleine jungle ? Sauf animal gigantesque – auquel cas nous l’entendrons de toute façon approcher - moins de choses peuvent nous attaquer en même temps dans ce fatras. »

« Il n'y a rien sur les plages qui puisse intéresser un animal sauvage - en dehors de nous s'y l'on s'y attarde. » répondit Levis. « Ca rend donc la probabilité d'y subir une attaque très faible. Non, ce n'est pas vraiment le problème en réalité. »

Du bout du doigt, il désigna la monture qui leur servait de transport de matériel.

« Je pense surtout à nos vivres. Manger, c'est bien, mais boire reste plus important. Ce n'est pas improbable que nos réserves d'eau diminuent plus rapidement que "prévu". » fit il en mimant des parenthèses. « Et a moins que votre corps trouve l'idée de boire de l'eau salée attirante, je pense qu'il faudra toujours privilégier un bivouac prêt d'une source d'eau. Dés que ce sera possible, s'entend. Pour moi, l'idée de s'établir prêt des côtes est donc à supprimer, sauf cas de nécessité. »

Le braconnier se leva pour s'étirer avant de faire craquer les os de son cou. Le voyage l'avait épuisé, et il n'aurait pas dit non à une bonne sieste sur place. Pas sur, cependant, que ses compagnons auraient été d'accord avec une telle proposition... Il reprit finalement la parole.

« Pour moi, rien ne vaut une nuit dans les hauteurs de la jungle. Des lianes pour s'harnacher, deux gardes qui se relaient et un feu de camp pour éloigner d'éventuels prédateurs autours de notre monture. »

Son avis exposé, il laissa les autres membres du groupe prendre la parole.



Mon code couleur #cc99cc
Voir le profil de l'utilisateur

Billy Lyons
avatar
Mer 16 Aoû - 15:10
Irys : 201164
Daënar 0
Billy était, comme souvent, silencieux à bord du bateau. Situé à l'avant, accoudé au garde-corps, il observait l'île se rapprocher, profitant de la distance pour essayer de se faire une idée d'ensemble. L'île était grande, pour la traverser de part en part il faudrait plusieurs jours. Les douze jours de vivre par personne n'étaient pas de trop s'ils avaient la chance de pouvoir s'attarder.

Il alla s'asseoir dans un coin, vérifia de nouveau que ses armes n'avaient aucun problème. Il avait déjà effectué un entretien avant de partir, mais maniaque comme il était avec celles-ci il, y jetait toujours un oeil quand il avait le temps. Il écoutait vaguement Minska raconter ses aventures. Un peu comme le bruit de l'eau sur la coque, il faisait partie du fond sonore pour Billy.

Le bateau fini par arriver à destination et tout le monde descendit sur la plage. Ce fut l'occasion de se repartir de nouvelles provisions, de découvrir la carte de l'île et de décider de la trajectoire à suivre.

Il écouta les premières propositions et intervint.

- Comme Levis l'a mentionné, la plage est l'endroit le plus sûr pour passer la nuit. A condition qu'il ne s'agisse pas de mangrove. Dans la jungle, nous n'aurons aucune visibilité et être en hauteur n'est pas forcément moins dangereux. Si n'importe quel prédateur peut grimper à un arbre, il pourrai s'en prendre à quelqu'un d'endormi. Et le détecter depuis le sol serait quasiment impossible.
Pour ce qui est de l'eau, nous en avons pour l'instant suffisamment. Une fois arrivés aux montagnes, il sera toujours temps de chercher une quelconque source d'eau. D'après la carte, elles ne sont pas à plus de quelques jours de marche, ce qui fait que l'on aura assez de vivre pour les atteindre et faire demi-tour si quelque chose se passe mal.
Et il y a la question de cette clairière.
Il la pointa du doigt sur la carte.
Cela peut aussi être un bon endroit pour se réapprovisionner en eau, établir un camp pour se reposer, etc. Mais un espace ouvert comme cela peut aussi attirer les animaux, et les grands prédateurs qui seraient à l'étroit dans la jungle.

Il ne dit rien de plus, contemplant les sépultures sur la plage le temps que les autres finissent de se concerter et prennent une décision. Il se demanda quelles mauvaises décisions ces précédents aventuriers avaient pu prendre pour finir ainsi. Ou si l'île avait tout simplement été trop impitoyable pour eux.


Code couleur : #cc9933
Voir le profil de l'utilisateur

Aldryn Zereg
avatar
Mer 16 Aoû - 20:21
Irys : 82880
Profession : Mnémothèque
My'trän +2 ~ Khurmag
Aldryn n’apprécia que moyennement le trajet naval. Premièrement, il n’était pas à l’aise sur une surface mouvante, instable. Deuxièmement, en dépit de sa curiosité, l’histoire de Minska ne l’intéressa pas.

Cependant, il avait un moyen utile de s’occuper. Fouiller la mémoire du passeur. Il aurait pu se contenter de lui poser des questions, mais ce serait plus long. Surtout, il devrait certainement se farcir un long monologue barbant.

Par quoi dois-je commencer ? Je sais que visionner la totalité sera trop gourmand temporellement, mentalement et physiquement. Je n’ai pas l’envie de m’épuiser sans certitude. Ah, je sais ! Comme balise, je vais me remémorer le plus précisément le visage tant recherché.

… … …

La représentation mentale n’attira à elle aucun souvenir du passeur. Ce dernier n’avait donc jamais dû rencontrer l’homme. Déçu, Aldryn décida donc de se contenter de l’écouter d’une oreille distraite tout en observant l’île se rapprochant.

Ça ressemble à un lieu de vacances. Du moins, je le suppose car ça a l’air tranquille et reposant. Cela ne doit qu’être illusoire pour attirer. Mais, attirer qui ou quoi et surtout pour quelles raisons, cela je ne le sais pas.

Enfin, ils arrivèrent au terme du court voyage nautique. L’adolescent se précipita, se jeta, sur le sable. Appréciant le contact chaleureux, il s’attarda un peu avant de rattraper difficilement le groupe à cause de ses lourdes possessions.

Minska présentait son petit sanctuaire et parlait en souriant des sépultures qu’il leur offrirait si les aventuriers venaient à décéder. Aldryn que son trépas éventuel n’intéressait pas décida de fouiller parmi les morts récentes mentionnées.

… Orée verdoyante proche… Champ plat… Carré artificiel... Roches nombreuses… Tombes…

Aldryn réalisa que le fragment mémoriel aperçu correspondait à l’étrange damier du passeur qu’il venait juste de présenter. Le souvenir était donc trop récent. Cependant, le vieil homme s’éloigna monter son campement ce qui empêcha l’adepte de Khugatsaa de continuer à le sonder.

Il ne retenta sa chance car il n’en eut pas le temps. Les préparatifs commencèrent. Il reçut une fusée de détresse qu’il rangea dans le sac-à-dos porté sous l’imposant bouclier qu’il avait sanglé à l’aide d’une partie de sa corde. L’objet n’était pas lourd, mais il se rajoutait à l’encombrement déjà important.

Ensuite, on lui mit en main les rênes du Melki. Suite à l’organisation décidée, son rôle serait de rester sagement tranquille et à l’abri en compagnie du géophage. Il serait en théorie éloigné du danger. Mais, la théorie n’étant que rarement respectée, il avait pris une sorte d’armure mimétique et on lui avait adjoint le protège sac-à-dos à pointes ainsi qu’une arme à projectiles aqueux.

Les adultes décidèrent d’étudier la carte insulaire confiée. Cela n’intéressa guère Aldryn qui se contenta d’y jeter un regard fugace. La topologie des lieux ne lui apprendrait rien car il ne savait rien concernant l’île excepté le mince document remis lors de la réunion. Il entendit la discussion se dirigeant sur la prochaine étape et surtout sur les lieux où camper.

Aldryn s’éloigna faiblement en direction de la plage avec Francis – nom hérité d’un probable manque de motivation nominative – car participer à la discussion serait inutile n’ayant aucun avis constructif à ajouter.
Voir le profil de l'utilisateur

Kael Dophalem
avatar
Jeu 17 Aoû - 0:14
Irys : 100802
Profession : Forgeron - Ordre de la pénitence
Pérégrin 0
Après une traversée qui sembla pour le jeune assassin beaucoup plus longue que ce qu’elle n’était réellement, grâce aux sempiternelles histoires à dormir debout du guide. Comment quelqu’un avec une telle histoire finissait par devenir passeur chez les vigilants ? N’aurait-il pas dû finir dans le gosier d’un monstre de l’archipel ou autre part en quête d’aventure ? Le rivage approchait et c’était un soulagement pour Kael. Il aurait cent fois préféré entendre Levis raconter cette histoire, il l’aurait rendue moins soporifique.

Le littoral lui était plus paradisiaque qu’ennuyant, du sable fin, un soleil chaud, l’océan à perte de vue, de la forêt tout autour. En ouvrant le coffre, le groupe d’aventurier trouva quelques gadgets qui pourraient être utiles pour la chasse. De la répartition que la chef de groupe fit, il récupéra une pierre à aiguiser pour son épée Kyai, celle-ci était bien rangée dans son fourreau sur son dos, les Vigilants de la boutique lui avait rabaché de prendre d’extrêmes précautions avec la bave de Kyai qui enduisait l’épée. C’était une drôle de fonction d’ailleurs et c’était étonnant que personne n’ait trouvé de solution. Parce qu’à moins de trouver un Khelteg caché dans une robe, cet effet de la bave de Kyai n’allait pas être de grand secours. Peut-être pour avoir moins chaud rapidement ? Car le soleil était vraiment fort, si proche du centre du monde.

Ses compagnons de chasse, du moins les plus matures d’entre eux, se jetèrent les uns après les autres sur la carte après que Luka ait posé une première question. A peine Kael eut le temps de se remettre les idées en place et de se remettre dans l’ambiance d’une chasse en territoire très hostile que quatre personnes étaient déjà sur le petit bout de papier. D’un geste nonchalant, le jeune homme s’assit sur une pierre, en fouillant un peu dans sa veste, il retrouva un petit bout de papier et un crayon et se mit à dessiner avec talent la communauté de chasseurs que leur groupe hétéroclite formait. Au bout d’une minute, le fabuleux dessin terminé, il se leva pour l’offrir à Aldryn, qui semblait perdu dans ses pensées, ou les pensées de quelqu’un d’autre. Après cet interlude, alors que le débat allait bon train, Kael ne put s’empêcher une remarque, alors qu’il n’avait même pas prit la peine de regarder le plan ou de participer au débat, mais sans être insolent non plus, il se posait légitimement la question.


« On est censé être des chasseurs ou des proies ? Ce ne serait pas mieux d’aller dans un endroit approprié pour ce que le type d’animal que l’on souhaite chasser et voir où ça nous mène ? Que ce soit la plage ou les hauteurs, chacun a des désavantages. »

L'oeuvre de Kael l'assassin:
 


Kael parle en #ffff33
Voir le profil de l'utilisateur

Kezy'rahs Thaedtrom
avatar
Ven 18 Aoû - 11:00
Irys : 80650
Profession : Dresseuse et Exploratrice
My'trän +2 ~ Chimères
Je voyais que tout le monde se préparait, mais vu que je ne servais pas à grand-chose dans l'élaboration des plans, en me rappelant certaine expérience passée, j'étais mieux dans mon coin dans  à penser seule et à réfléchir ... voir me préparer au futur danger qui allait nous attendre. J’espérais au moins encore une chose ... la cohésion et l'entre aide, mais peut être que tout ces gens, ne sont venu la que pour chasser et tuer des monstre pour repartir avec les mains pleines de trésor pour se faire une petite fortune. Et moi, j'étais encore là à penser que je devais me renier à tuer des bêtes que Orshin a créées pour ce monde. Je savais de toutes façon dans quoi je m'étais engagée.

Voilà donc les côtes de Ekhlen. Une terre hostile encore inexplorée, sommes-nous les premiers à y pénétrer le territoire ? Non, l'une des premières expéditions c'est plus judicieux comme termes. Mais qui savait ce qu'il pouvait se cacher dans tout cela. Ce n'était sûrement pas une villa dans la forêt avec un repas sur la table et de l'alcool en abondance. Peut-être juste la mort et la désolation dans un endroit paraissant si primitif. Mais au moins, si je devais mourir dans cette aventure ... Non , arrêtons d'y penser.

À l'arrivée , je prépare assez rapidement mes affaires et mes locations à la boutique des vigilants, ainsi que les objets qu'on s'était partagés dans le coffre. Lizzie, meneuse de ce groupe m'avait fait donc d'une proteco-magilithe mineure grossière et d'une fusée de secours. Cela était déjà ça pour moi qui étais à la tête du groupe. Mais j'étais celle destinée à être l'éclaireuse, alors je pense qu'il était normal que cet objet me revienne. Je n'étais pas non plus un maître dans les capacités qu'Orshin m'avait laissé.

Je reste silencieuse, et je regarde tout le groupe et je décide de semblait indifférent à tout cela .. Misère qu’elle est cette pression qui retombe sur moi .. Et en plus à ce moment ..

Misère .. Misère.




Voir le profil de l'utilisateur

Luciole Aldebarra
avatar
Sam 19 Aoû - 11:31
Irys : 136206
Profession : Croc-Mort - Bandit - Chasseur
Pérégrin 0
"Plic, plac, ploc...", tel était le bruit occupant mon esprit sur le moment, douce mélodie qui m'était beaucoup trop familière... Les vagues tapant lentement sur la coque du bateau de fortune, mes coéquipiers placés sur la plage de sable fin clair, une île paradisiaque à s'y laisser prendre... Mais je savais pourquoi j'étais là, il me fallait des matériaux de riches qualités, des matériaux qui me permettrait d'améliorer mon attirail contre les gens méprisants de ce monde, des gens brusqués par les à priori et les légendes locales, créatures du mal et autres monstruosités, comme moi.

Je les entendais parler, échangeant opinions et connaissances, mais moi, je n'étais point connaisseur en cartographie et encore moins en zoologie, alors à quoi bon m'en mêler, si ce n'est créer de nouvelles discordances au sein du groupe ? C'est ainsi que je préférais les laisser vaguer à la direction, privilégiant mes forces pour les moments réellement importants, le combat, la survie, entre autres, pour ne citer qu'eux...

Préférant préparer mon matériel avant d'entrer dans l'enfer tropical et l'épaisse Amazone verdoyante, j'accrochais alors à un vieux bâton de bois poli échoué sur la plage mon bocal contenant mes lucioles, mes précieuses... Une source de lumière qui ne sera point négligeable une fois la nuit tombée, car je doute que les monstres y vivants attendent le soleil levant pour venir nous rendre visite, peut être me trompe-je, mais je préfère ne pas prendre de risque.

"La nuit je mens
Je prends des trains à travers la plaine
La nuit je mens
Je m'en lave les mains
J'ai dans les bottes des montagnes de questions
Où subsiste encore ton écho
Où subsiste encore ton écho"
, telle était la chanson que ma mère me dictait à mon couché, dans les plaines de Blumar, aux pieds des chaînes de montagne, cette chanson que je chantonnais à voix basse afin d'apaiser mon stresse grandissant, canalisant mon adrénaline débordante de puissance et d'impulsivité. Un stresse qui n'était pas synonyme de bons présages pour la suite, mais je devais tenir le coup, maintenant... Je ne pouvais plus faire marche arrière.

Une fois mon sac bien apprêté, confortablement assis sur un rocher du littoral paradisiaque, je décidai de sortir mon arme de poing de la poche de mon sac, limant alors sa lame de coups vifs d'une pierre contre son tranchant rasoir frontal, la rendant que plus meurtrière encore, accentuant son potentiel mortel. Le ciel était beau, bleuâtre et parsemé que très légèrement de nuages blancs, la forêt nous tendait les bras, le début de l'aventure... Ou que dis-je, le début de l'expédition nous tendait la main, une invitation mortuaire à entrer en son sein, une arène aux monstres géants, notre avenir, notre destin.



Code couleur = #ff0000
En ligne Voir le profil de l'utilisateur

Luka Toen
avatar
Mar 22 Aoû - 0:04
Irys : 466941
Profession : Historienne et naturaliste
Pérégrin 0
« Hé bien, nous aurons le temps d’en rediscuter je présume… »

Nulle désillusion dans sa voix, rien d’autre qu’un très léger accablement quant à la disparité des avis dans leur groupe. Elle se sentait terriblement mitigée à l’idée qu’une décision à prendre doive subir l’expertise de huit personnes aux passifs extrêmement différents : comment se mettre d’accord dans ces conditions ? Et lorsqu’il s’agirait d’un choix mû par l’urgence ? Elle eut un haussement d’épaule pour elle-même. Taashaal avakh, comme disait parfois les My’träns de l’ancien monde, les Architectes en décideraient. C’était précisément pour pallier à ces problèmes d’usage qu’ils avaient promu Lizzie au poste de chef d’expédition. Quant à ces gouffres de comportement qui les rendaient tous si différents, ils apprendraient bien à en faire leur force face aux exécrables créatures qui régnaient ici.

Elle roula la carte entre ses doigts, prenant garde aux cristaux de sable susceptibles de se prendre dans la texture parcheminée et d’en abîmer l’encre. Elle se redressa, juste à temps pour entre-apercevoir la splendeur de l’œuvre d’art proposée par Kael. Le mouvement qu’elle fit pour ranger la carte à sa ceinture se figea à mi-distance, stoppé par une incoercible stupeur. Alors, ses lèvres dessinèrent une moue circonspecte, et ses prunelles glissèrent avec subtilité sur la poitrine de Lizzie, le galbe de celle de Kezy, pour finalement revenir s’échouer sur le dessin.

« … Je crois que celle de Kezy est un peu plus grosse. »

Et c’est avec tout le sérieux du monde qu’elle reprit sans la moindre transition à l’intention d’Aldryn, l’air de rien :

« N’oublie pas, lève bien les pieds quand tu marches, sois toujours attentif et ne pose pas la main n’importe où. »

Elle le gratifia d’un rapide ébouriffage de cheveux, aussi prise d’affection pour leur mascotte en herbe que l’était Lizzie. Si seulement, maintenant, cette mascotte pouvait rêvasser un tantinet moins…

« Reste concentré. »

Elle les contourna tous deux pour rejoindre le reste du groupe à l’orée de la jungle. Si chemin il y avait eu par le passé, il n’en restait plus rien… La végétation dense avait tout dévoré, jusqu’à l’existence même d’une présence humaine. Il était néanmoins temps de former les rangs et d’aller revendiquer leurs gains ! Elle guetta Kezy du regard, suivit la silhouette de Luciole qui lui emboîta le pas et plaça ses semelles dans ses traces. Derrière elle, le souffle de Lizzie lui indiqua que chacun se positionnait à son tour dans leur simulacre de file indienne. Puis, tout ne fut plus que verdure humide et chaude, une atmosphère étouffante qui vint leur coller à la peau… Au moins n’était-il pas encore question de marécage, constata-t-elle en vérifiant que ses bottes ne s’enfonçaient guère dans la mélasse du sol.



CODE COULEUR = #FFA500
Voir le profil de l'utilisateur

Khugatsaa
avatar
Jeu 24 Aoû - 13:58
Irys : 69986
Administrateur
Francis écoutait attentivement les multiples considérations du groupe. Le melkhi de bât ne comprenait pas le langage des "deux-pattes", néanmoins il était parvenu à retenir certaines intonations et certains mots, qu'il avait eu l'occasion d'entendre à de multiples reprises au cours de ses quinze années de bons et loyaux services. Il connaissait bien Namag Gamshgiin, ce n'était pas la première fois qu'il y posait les griffes. A vrai dire, il avait longtemps espéré ne plus y remettre les pieds, en raison des ... ennemis qu'il s'y était fait. Mais qu'importe, avec un peu de chance le groupe évitera ses prédateurs. Ses yeux se rivèrent sur celui qui allait prendre les deux lanières de cuir que les bipèdes nommaient "rênes" et émit un gazouillis de soulagement. S'il devait fuir, ce n'est pas la force de ce microbe qui l'en empêcherait. Le groupe se mit en place et prit la direction du nord en s'enfonçant dans la jungle. À vue de corne, Francis estima à une bonne demi-douzaine d'heure le temps qu'il faudrait aux humains pour se rendre jusqu'à l'endroit dégagé ou tous se rendaient habituellement.
Francis trainait ses grosses pattes mais l'environnement dans lequel ils avançaient le rendait malgré tout plus habile que les autres. Des multitudes d'animaux évoluaient autour d'eux, tant sur le plancher des vaches que dans les airs. Par moment, d'inquiétantes ombres survolaient la cime des arbres et venaient oblitérer pendant une bonne seconde les rayons de lumières qui se frayaient un chemin jusque dans la végétation.

Pour les plus attentifs des aventuriers, il leur étaient possible d'observer des mouvements inhabituels dans les hautes herbes autour d'eux. Un œil avisé pouvait y déceler un groupe d'Erveekhei un poil trop curieux, qui s'amusait parfois à venir chatouiller les bottes des derniers de la file. Mais après plus de 3h de marche, les créatures se dispersèrent, arrivant sur un territoire qui n'était pas le leur. Cela faisait quelques kilomètres que les arbres autour d'eux se faisaient de plus en plus haut, et un bruit singulier fit frémir de dégout le "petit" Francis, l'incitant à ralentir. Les clapotis de l'eau contre des galets laisser deviner la proximité d'une rivière, et avec elle les animaux qui venaient s'y abreuver.


Ce n'était pas moins de cinq Crones adultes qui étaient en train de se rafraichir.

Malgré la discrétion dont était capable de faire preuve la jolie Kezy'rahs, le bruit d'une fougère déplacée un peu trop prestement attira l'attention de l'un des mammifères, assis à une trentaine de mètres de sa position. Il se releva et scruta de ses tentacules l'air ambiant, à l'affut de l'approche de ce qu'il considérait pour l'instant comme un potentiel prédateur.
Voir le profil de l'utilisateur

Kezy'rahs Thaedtrom
avatar
Dim 27 Aoû - 14:00
Irys : 80650
Profession : Dresseuse et Exploratrice
My'trän +2 ~ Chimères
La marche était plutôt tranquille, et la jungle même si elle semblait dense, était d'une chaleur et d'une humidité agréable pour moi. Je savais qu'ici, il pouvait y avoir bien grand nombre de créatures sauvages, très dangereuses. J'entendais au fur et à mesure le doux bruit d'un ruissellement, et d’éclaboussement sous mes pas. Une source d'eau donc une rivière, et qui dis rivière pouvait nous amener à rencontrer une faune qui s'abreuverait ici. J'essayais d'être discret en regardant plus attentivement les alentours.

Nous étions tombés sur des Crones. Pas moins de 5 Crones, et adulte qui plus est. D'après ce que j'avais pu voir, il était venu ici afin de boire et de se rafraichir. Mais un pas de trop, un bruit de végétation, avait eu le malheur de titiller les sens d'une de ses fameuses créatures. Il s'était levé et essayer de comprendre d’où venait ce bruit, pendant que je revenais en arrière en les situant bien de mon regard, de mes sens et de mon instinct. J'étais arrivé en discrétion vers mes compagnons qui n'était qu'à une vingtaine de mètres en arrière. Mais même si j'avais reculé avec assez d'attention sur les bruits que faisait mon équipement et mon impact sur l'environnement, j'étais repéré et il ne s'agissait plus qu'une question de minute voir de quelque dizaine de secondes. Je stoppai le convoi d'un mouvement de la main droite dirigé vers eux, et d'un mouvement de l'index gauche sur mes lèvres.


- 5 Crones adulte situé à 50 mètres, aux abords d'une rivière Il y en a un qui a déjà remarqué ma présence et peut être maintenant, la vôtre. Il faut se dépêcher, il ne nous reste pas beaucoup de temps.


Je prenais lentement mon arc que je venais de louer, situé dans mon dos, ainsi que des flèches au nombre de trois, comptant entre chaque doigt une flèche prête à être tiré, ainsi être préparé à toute éventualité, laissant le temps de mes camarades de se mobiliser et de préparer un rapide plan d'attaque.




Voir le profil de l'utilisateur

Lizzie Seavey
avatar
Dim 27 Aoû - 22:25
Irys : 262560
Profession : Chasseuse de primes - Pirate
Pérégrin 0
La troupe s'était enfin mise en route, après une brève discussion provoquée par la découverte de la carte, qui montra à Lizzie que leur petit groupe n'était pas encore véritablement soudé, les idéologies et personnalités des uns et des autres passant parfois au-dessus du reste. Elle savait cependant qu'au moment où leur survie serait en jeu, ils seraient à même de trouver la meilleure option pour sauver un maximum de vies. Ils avançaient depuis quelques heures quand Lizzie vit les fourrés s'ouvrir sur une Kezy qui revenait de son poste d'éclaireuse. L'événement en soi aurait pu être anodin, étant donné qu'elle faisait régulièrement son rapport au groupe, mais cette fois-ci la jeune femme semblait tendue, peut-être concentrée, et se déplaçait avec beaucoup plus de vigilance que les précédentes fois: elle ne voulait pas se faire repérer.

Le groupe s'arrêta et se regroupa quelque peu pour écouter ce qu'elle avait à dire, et quand la meneuse apprit quel genre de créature se trouvait en face d'eux, elle ne put retenir un sourire en direction de Billy. Leur première rencontre datait de plus de six mois, et au cours de celle-ci, ils avaient eu l'occasion d'abattre un Crone. Ces imposantes créatures avaient fui en bondissant quand elles en avaient eu l'occasion, mais rien ne disait que les spécimens d'Ekhlen n'était pas plus agressifs. Lizzie prit rapidement la situation en main.

- On s'approche le plus discrètement et rapidement en essayant de les entourer et en évitant de se faire repérer, et à mon signal, quand on les aura à vue, chacun tire dans le crâne de celui qui le plus proche de lui. Aldryn et Luka, restez en retrait avec la cargaison. Les autres, dispersez-vous.

Lizzie mit aussitôt en action son plan, fit glisser sur sa bandoulière sa carabine pour la prendre entre ses mains, et s'accroupissant, elle évolua dans les fourrés, se plaçant au centre de leur formation pour avoir ses acolytes dans sa vision. Une fois qu'ils se seraient rapprochés des Crones, si ceux-ci n'étaient pas trop agités, elle donnerait rapidement le signal sous forme d'un compte à rebours, pour que tout le monde tire en même temps. La jeune femme sentait l'adrénaline faire vibrer son corps dans sa poitrine, et n'avait plus qu'une seule envie: que la chasse commence.



Chibi Lizzie
Code couleur: #33ccff
Voir le profil de l'utilisateur

Aldryn Zereg
avatar
Mar 29 Aoû - 1:12
Irys : 82880
Profession : Mnémothèque
My'trän +2 ~ Khurmag
Aldryn s’éloignait à peine avec Francis que le masqué vint vers lui. L’adolescent n’eut le temps de s’interroger sur son approche que l’homme lui donna un papier avant de partir à nouveau. Il le regarda donc curieux.

Mais, c’est moche ! Je suis certain de pouvoir faire mieux. Certes, je ne vois aucune raison d’essayer. J’ai vu ce que l’on pouvait rendre par le dessin, et c’en est dommageablement insultant envers les vrais dessinateurs.

Il hésitait entre ranger l’œuvre ou la jeter lorsque la dénommée Luka l’aperçut. Elle ne fit pas de commentaire sur son aspect esthétique mais uniquement sur la taille des appas de Kezy. Le jeune eut le réflexe de vérifier la véracité des propos qui se révélèrent vrais à ses yeux ébahis.
Il ne put maintenir le contact visuel plus longtemps car on lui ébouriffa les cheveux en le sommant d’être plus attentif.

Etais-je mal coiffé ? Pourquoi a-t-elle fait cela ? Ce n’avait pas l’air d’un geste de reproche. Un geste affectueux alors ? Mais, pourquoi ? Surtout pour me réprimander si… gentiment.

Cependant, ce n’était plus le moment pour de telles pensées inutiles. La compagnie s’apprêtait à s’engouffrer à l’intérieur de la jungle.

Aldryn assigné à la gestion du melkhii se trouvait au milieu du groupe, bien à l’abri. Un abri relatif compte tenu des dangers mais c’était la position la plus sure pour le jeune ne sachant pas se battre n’ayant appris les rudiments que quelques jours plus tôt.

Risquant peu et ne prêtant attention au conseil donné, il laissa son esprit et son regard vagabonder pendant l’avancée. Il remarqua l’augmentation de la taille des arbres à mesure de la progression mais n’en tira aucune conclusion. Pour lui, cela ne signifiait rien alors qu’il devait forcément y avoir une raison, un phénomène ayant engendré une croissance plus prononcée selon l’éloignement au point de débarquement.

Trois heures avaient ainsi passées paisibles, ennuyantes, longues.

Puis, un changement sur la pression exercée sur les rênes tira Aldryn de son inattention. En arrière, plus précisément car la monture avait ralenti et le jeune n’avait nullement la force d’y résister. Il parvint de justesse à éviter la chute.

Il n’eut pas de questions à se poser sur une telle réaction de l’animal car l’éclaireuse revint annoncer la présence de crones.

Grand-père en a déjà vu. Des êtres filiformes au physique cauchemardesque. Seulement, il n’en a jamais combattu donc je ne sais aucunement comment ils réagissent aux stimuli belliqueux qui vont inévitablement suivre.

Le rôle d’Aldryn, confirmé à nouveau par Lizzie, consistait à se tenir près de Francis et de le protéger. Il doutait de réellement en être capable en dépit des leçons qu’il fut obligé de suivre, subir. Cependant, il effectua les gestes pour lesquels il s’était entrainé. Premièrement, il défit les sangles retenant le bouclier dans son dos et le positionna difficilement, lourdement à son bras gauche et l’appuya contre le sol pour soulager en partie le poids. Ensuite, il s’empara de l’arme à projectile aqueux de sa main libre. Il ne savait que faire de l’arme, que viser, aussi la laissa-t-il pointée vers le bas.

« Au fait, fit-il en se tournant vers Luka assignée à la même position que lui, besoin d’aide pour quelque chose ?, demanda-t-il avec l’espoir d’être d’une quelconque utilité. »




Lecture mémorielle : #808080(Grey) - Paroles : #FFA500(Orange) with Evy / #FF6347(Tomato)
Voir le profil de l'utilisateur

Billy Lyons
avatar
Jeu 31 Aoû - 12:26
Irys : 201164
Daënar 0
Ils s'étaient finalement mis en marche à travers la jungle, en file indienne et en respectant les positions initialement prévues. Billy se retrouvait donc à fermer la marche, ce qui n'était pas pour lui rendre cette "promenade" relaxante. Il était sûrement le plus compétent pour ce rôle, mais aussi le plus exposé en cas d'attaque surprise.
Il restait donc aux aguets, se fiant plus aux sons qu'à la vue, qui ne portait pas loin dans ce dédale de végétation. Il remarqua assez rapidement de petites créatures tourner autour du groupe, mais comme celle-ci semblaient uniquement curieuses, Billy les ignora assez rapidement.

Le groupe continua comme ça quelques heures, avant de s'arrêter en voyant revenir l'éclaireuse. Présumant un éventuel danger, Billy laissa glisser la bandoulière de son épaule, afin de prendre son fusil dans les mains. Tout le monde se rapprocha afin de savoir quel obstacle avait nécessité une mise au point de la part de leur tête de cortège.

En entendant qu'un groupe de crones les attendaient devant, Billy ne put retenir un sourire complice avec Lizzie. Celle-ci donna les directives à suivre et Billy acquiesça d'un hochement de tête. Ce n'était ni plus, ni moins que ce qu'ils avaient déjà fait la dernière fois. Et cela avait plutôt bien réussi, si on excluait l'intervention de l'homme-arbre. Billy espérait qu'une tierce créature n'allait pas intervenir ici aussi, car au vu de la faune locale cela pouvait être beaucoup moins drôle...

Mais il ne servait à rien de faire des pronostiques pour le moment. Dans l'immédiat, ils avaient des crones à abattre. Billy suivit donc les autres et se mit en position, caché par la végétation, il posa le genou au sol, mit son fusil à l'épaule et visa la tête du crone qui lui était attribué, avant d'attendre que Lizzie donne le signal pour tirer.


Code couleur : #cc9933
Voir le profil de l'utilisateur

Luka Toen
avatar
Jeu 31 Aoû - 14:37
Irys : 466941
Profession : Historienne et naturaliste
Pérégrin 0
Luka laissa les membres du groupe la contourner pour rejoindre la zone de combat, en accord avec les instructions données par Lizzie. Elle se plaça pour sa part devant Aldryn et leur monture, prenant garde à se positionner entre toutes sources de danger potentiel et le non combattant qu’était son jeune compagnon.

« On reste attentifs. Les crones sont des créatures beaucoup plus vives qu’on ne le pense… Et ce n’est pas notre seule inquiétude à avoir. S’ils tirent tous ensemble sur eux qui sait quel animal beaucoup plus dangereux nous allons sortir de sa sieste dans cette jungle… ? »

Elle lui adressa un rapide coup d’œil éloquent, peu désireuse pour sa part d’avoir à faire aux quelques ombres opaques qui les avaient survolés plus tôt dans la journée. Voilà qui la tracassait infiniment plus que l’acide d’invertébrés métamorphes !

« Certains d’entre vous le savent déjà, reprit-elle un ton plus haut à l’intention du reste du groupe, mais surtout, gardez la bouche bien fermée si l’un des tentacules touche votre visage ! Ne laissez aucune de vos coupures entrer en contact avec leur peau ! »

Dans un environnement tel que celui d’Ekhlen, soigner qui que ce soit d’une telle contamination relèverait du miracle, et c’était un risque qu’elle n’était pas du tout prête à courir. Elle se tourna alors à nouveau vers Aldryn, un semi-sourire engageant sur ses traits :

« J’ai besoin de toi pour surveiller la forêt alentour, plus que pour observer le combat. Si tu détectes quoi que ce soit de suspect, signale-le-nous… Ils risquent de faire pas mal de grabuge, compte tenu de la hauteur à laquelle un crone peut sauter. Fies-toi à ton ouïe – dans un biome typé jungle ta vue ne te servira souvent que trop tard. »

Son regard se porta ensuite sur le dos de Levis qui n’avait d’autre choix que de s’avancer en première ligne. Sa mine se fit un brin plus sombre, d’ores et déjà concentrée et attentive à tous signes sibyllins de la part de son collègue. Si l’un d’entre eux tombait, ce serait à leur célèbre duo de se mettre en branle : il faudrait bien cela pour évacuer rapidement le blessé de la zone de danger sans faire vaciller la sécurité des autres.



CODE COULEUR = #FFA500
Voir le profil de l'utilisateur

Levis Downson
avatar
Jeu 31 Aoû - 21:04
Irys : 202483
Profession : Braconnier - Médecin
Pérégrin 0
Après une longue et désagréable marche au travers de l'épaisse jungle d'Ekhlen, Kezy'rahs revint les avertir de la présence de cinq crones adultes proches d'eux. Ces bestioles n'étaient pas connues pour leur agressivité envers les humains mais il fut décidé malgré tout de se confronter à elles pour une raison que Levis décida d'ignorer : chasser était amusant, c'était là un argument plus que suffisant pour justifier l'acte de barbarisme dont ils allaient faire preuve dans quelques instants.

Doc' au joli boul lança quelques avertissements au groupe de tireurs, rappelant les principales caractéristiques à connaître des crones. Tentacules, venin, agilité... Elles possédaient une panoplie de défenses qui pourraient se montrer contraignantes si l'effet de surprise ne s'avérait pas efficace. Levis acquiesça d'un geste de la tête puis échangea un bref regard avec Luka, conscient qu'ils allaient sans doute commencer à démontrer leurs compétences de soigneurs incessamment sous peu. Il profita des quelques mètres à parcourir pour se rapprocher de Lizzie, déposant une main sur son épaule pour attirer son attention.

« Donne moi trois cordes, une fusée de détresse, un briquet et une paire de couilles et je m'en vais te préparer une petite surprise, par là bas. » fit-il en désignant les points de fuite envisageables des crones. « Je reviens au galop une fois feu fait pour ne pas m'exposer trop longtemps, soyez juste attentifs au cas ou. Je ne voudrai pas être le premier à requérir des soins. » rajouta-il après avoir réquisitionné l'équipement nécessaire.

Après acceptation, il s'engagea avec toute la discrétion possible à l'arrière du groupe de créatures, s'assurant de ne jamais être à découvert et de ne produire aucun son qui risquerai de détourner leur attention. Empoignant une première corde, il fixa celle-ci à l'aide d'un cabestan doublé d'un nœud bâtard, avant de s'éloigner et d'exécuter la même action sur un second arbre, s'assurant qu'elle fut parfaitement tendue. Il répéta l'action deux autres fois, vérifiant qu'elles demeurent dissimulées derrière des maquis afin de ne pas être visibles de ses proies ; dans une fuite précipitée, il était probable que leur vue admirable ne soit qu'un maigre atout et leur long corps un véritable handicap. "Tel est bien haut monté, qui n'est pas le plus assuré."

Une fois l'opération terminée, Levis s'équipa de son arme à feu et attendit les ordres de Lizzie dont la silhouette lui était parfaitement visible. Il braqua son arme comme ses compagnons, prêt à faire feu.



Mon code couleur #cc99cc
Voir le profil de l'utilisateur

Kael Dophalem
avatar
Ven 1 Sep - 0:00
Irys : 100802
Profession : Forgeron - Ordre de la pénitence
Pérégrin 0
La marche sur cette île ressemblait un peu à l’environnement dont l’assassin avait l’habitude, une forêt dense avec des créatures qui observaient le groupe dans les buissons. Il faut dire qu’un groupe aussi important d’aventuriers et un melkhi de bât qui ne cherchaient pas spécialement la discrétion et qui n’avait pas l’habitude de ce genre d’expéditions, évidemment que ça attirait les regards. Au bout de trois bonnes heures, les premières péripéties vinrent à la rencontre de notre groupe de fortune. Ce n’était finalement pas les Erveekhei qui les observaient depuis le début qui finirent par faire du grabuge, mais un groupe de crones adultes. Ils étaient tranquillement en train de se désaltérer, ce qui était plutôt légitime vu la chaleur tropicale qui régnait dans l’archipel.

Kezy’Rahs revint de son rôle d’exploratrice en annonçant cette nouvelle et rapidement un plan se mit en place. Lizzie donnait des instructions comme une leadeuse née, elle était claire, concise et son plan tenait la route. Le groupe se dispersa autour des proies. Kael, quant à lui, se déplaça lentement, sûrement et discrètement à sa position. Il mit à exécution son entraînement, faisant attention à la moindre branche, à la moindre feuille, la moindre espèce de plante qui pouvait faire un bruit si on bougeait trop près d’elle. Il s’approcha jusqu’à entre une trentaine et une quarantaine de mètres. Finalement à bonne distance des cibles, il accrocha sa corde à un arbre qui faisait une trentaine de mètres. Les crones avaient l’air aux aguets, conscients d’un danger imminent. L’assassin finit d’attacher son harpon à l’autre bout de la corde. Prépara son lancé et au signal de Lizzie, qui ne tarda pas, il décocha avec toute sa précision et sa force son harpon en direction d’un crone.

Il ne restait plus qu’à savoir si l’entraînement acharné du jeune homme au lancer et à la survie en milieu hostile portait ses fruits. Il entendit également la détonation des armes à feux de ses compagnons au même moment. Le torrent de métal allait certainement faire des dégâts parmi les monstres tentaculaires. Le pénitent s’inquiétait néanmoins de quelles monstruosités allaient être attirés par le bruit. Mais ils étaient là pour ça.


Kael parle en #ffff33
Voir le profil de l'utilisateur

Luciole Aldebarra
avatar
Sam 2 Sep - 15:39
Irys : 136206
Profession : Croc-Mort - Bandit - Chasseur
Pérégrin 0
Ces créatures étaient d'une étonnante beauté... Une beauté presque comparable aux jeunes femmes des rues parcourant le monde de nos jours, fines jambes voilées de tissu grisâtre, élégante démarche somnambule, toutes ces choses qui formaient l'archétype de la femme humaine à mes yeux, mais en réalité, il n'en était rien. Nous faisions bien face à cinq créatures d'Ekhlen, des créatures dont j'avais eu ouï l'existence durant mon long périple sur le continent de My'Tra, dans cette bibliothèque à deux étages aux archives poussiéreuses et riches en connaissances perdues. Mais je me devais de ne point sous-estimer l’adversaire, nul était le besoin d'être intelligent pour comprendre qu'un coup de patte perdu suffirait à décoller de nos corps les boîtes osseuses nous servant de têtes.

Ainsi, je décidai de reculer de trois pas discret vers l'arrière du convoi, dégainant alors rapidement mon arme de poing de ma main droite habile, la plaçant en garde au dessous de mon nez, prêt à foncer. J'avais bien comprit la stratégie collective, les tireurs à longues distance étaient nos atouts, mais il n'était point négligeable d'avoir en nos rangs des personnes érudits d'anatomies, et capables, entre autres, de mettre hors d'état de nuire ces longues gambettes si oubliables à première vue. Ces créatures étaient riches de vivacités, et notre zoologue en herbe ne s'était pas fait prier pour nous le rappeler, à nous d'en prendre compte lors de nos mouvements, afin, dans un premier temps, de ne pas rentrer en contact avec leurs mortuaires peaux.

Les créatures nous faisaient face, impassibles... Moi, Luciole, placé dans l'ombre imposante d'une feuille exotique verdâtre, attendais le signal sonnant le début de notre chasse aux géants de ce nouveau Monde, une chasse qui promettait son lot de sang, blessures, morts et toutes choses aux issues dramatiques, mais telle était la chose, nous étions prévenus, et puis l'adrénaline... Substance addictive ! Notre plus grande amie dans cet environnement où les réflexes sont dons du ciel, peuvent nous sauver la vie.

"Je suis prêt...", sifflotais-je à voix basse, avant d'afficher un sourire des plus expressif, à la limite du sadisme.



Code couleur = #ff0000
En ligne Voir le profil de l'utilisateur

Aller à la page : 1, 2  Suivant
Page 1 sur 2