Revenir en hautAller en bas
Chroniques d'Irydaë
Bonjour, et bienvenue sur les Chroniques d'Irydaë. Déjà inscrit ? N'attends plus, et connecte-toi dès maintenant en cliquant sur le bouton "Connexion" ci-dessous !

Vous êtes nouveaux, que ce soit sur ce forum ou dans le monde du RPG ? Le choix d'un forum sur lequel vous pourrez vous épanouir n'est pas anodin, et il vaut mieux pour cela connaître l'univers dans lequel vous vous trouvez ! Nous avons pensé à vous, en vous préparant un guide qui vous permettra de découvrir pas à pas le monde des Chroniques d'Irydaë.

Si malgré cela, des doutes subsistent, n'hésitez pas à adresser vos questions aux Administrateurs.

En vous souhaitant une agréable visite !




 :: Les terres d'Irydaë :: My'trä :: Zolios
Page 1 sur 1


 Un sac de jute, deux tagtas et des emmerdes en vue...

Adalwen
avatar
Sam 19 Aoû - 1:55
Irys : 54992
Profession : tavernier
My'trän +2 ~ Khurmag
Le petit port urbain brillait de milles feux sous la lumière du crépuscule levant et posant lentement son voile d’agonie sur un jour qui tentait de résister plus longuement à l’irrésistible étreinte de la nuit sombre. Je pouvais me figurer la beauté du décor céleste, mais je ne pouvais que sentir le vent glacial traverser le sac dans lequel j’étais enfermé malgré moi. Je ne pouvais pas croire qu’un pacifiste tel que moi s’était retrouvé la cible d’individus dénués de foi et de respect pour ceux qui tentent de gagner leur vie et de racheter leurs erreurs. Peu importe les arguments que j'aurais pu leur dire, il n’y avait qu’un silence qui s’élevait de ma gorge endolorie par le manque d’air ambiant.

Sans mes deux amis bien-aimés, je me sentais bien seul, mais je savais, au fond, que j'avais mérité ce qui m’arrivait. A tant exposer l'opulence de ma demeure qui était en fait d’une modestie surprenante lorsque mes illusions se dissipaient. Ce qui paraîssait comme étant un luxueux palace n’était qu’un vieil établissement en bois construit avec la maladresse des mains d’un mage endeuillé et changé de rancoeur qui ne pouvait accepter la mort de son frère. Cet imbécile en avait sacrifié toutes ses économies au point de ne plus pouvoir se nourrir en période hivernale, mais ce rêve qu’il entretenait avait un prix qu’il avait été prêt à payer. Mais je ne regrettait rien des décisions prises par l’idiot que j’étais alors.

Lorsque l’on suffoque dans un sac empestant le sang, cela permet de réfléchir avec une clarté surprenante. Je ne pouvais m’empêcher de sourire à l’idée que ceux qui m’avaient enlevé n’auraient rien contre ma liberté, puisque je n’avais aucune valeur. Ce n’était pas un humble illusionniste incapable de sortir de chez lui que je suis qui rapporterait à des brigands. Non, je doutais qu’ils me laissent seulement reprendre ma liberté et mon seul regret était de ne pas avoir pu rencontrer une personne pour illuminer les ténèbres de mon quotidien.

Je me demande encore si mon frère se moquera de moi lorsque je le rejoindrai. J’ignorais ma position, mais j'entendais leurs murmurs de manière de plus en plus floue. Je sombrais doucement dans une inconscience, mais le couteau dissimulé dans ma botte avait créé une brèche dans ma prison de jute. Si jamais une âme justicière viendrait me libérer, tous sauraient que mes ravisseurs n’étaient pas de simples commerçants, mais bien des criminels.

Ma tête me faisait souffrir et je sentait un liquide poisseux imprégner mes cheveux. Cela me revenait. Ils m’avaient assommé avec l’une des statues d’Orshin qui trainaient dans mon domicile. Ils craignaient que je puisse me défendre avec mes couteaux de cuisine, mais, dans un sens, ils avaient raison de me craindre. Après tout, le flou qui m'emballait progressevent n’était pas si mal, il me permettait temporairement de me libérer de ce sentiment qui me collait à la peau.

Puis j’espérais que ma disparition n’inquièterait pas pas deux enfants qui devaient sagement dormir a cette heure. Au moins, ils étaient en sécurité sous la garde de mes tagtas.


Dernière édition par Adalwen le Mer 30 Aoû - 3:55, édité 1 fois
Voir le profil de l'utilisateur

Rae Nelissen
avatar
Dim 20 Aoû - 6:28
Irys : 100135
Profession : Forgeron
My'trän +2 ~ Zolios
Aseoru, une ville magnifique dont j’apprécie chaque escale que j’y fais lors de mes expédition. J’apprécie la vue sur la mer et la brise maritime qui n’est pas présente dans ma ville natale. Je fais souvent un arrêt dans cette ville pour y passer une nuit ou deux et apprécier l'architecture de la ville ainsi que cette vue sur la mer qui est, selon moi, a coupé le souffle. Le soleil disparaît peu à peu pour laisser place a une nuit fraîche. Je me suis assis sur le bord d’un quai accompagné de Satouros qui est assis a coté de moi et de Saranai qui, elle, est installée sur mon épaule pour admirer ce spectacle que nous ne pouvons pas voir tous les jours vu la ville ou nous vivons. Il est vrai que les coucher de soleil d'Esarim sont beau, mais rien ne vaut un coucher de soleil dont les couleurs se reflètent sur cette mer calme. Nous passons plusieurs minutes sans parler, Saranai était presque endormie sur mon épaule. Je passe doucement ma main ans son plumage, un petit sourire aux lèvres. Ca fait bien longtemps que nous n’étions pas partit explorer un peu la région. Cette fois, c’était pas mal juste pour changer d’air et profité de petit moment comme celui-ci. Seulement tous les trois, loin de la maison.

On a aussi une vue sur les bateaux qui va et viens dans le port. Saturos semblait à l'affût des allé retours des gens qui sont sur les bateaux, puis, il se met à courir en direction de deux personnes qui viennent de sortir d’un bateau avec un sac de jute. Je me lève plutôt rapidement pour essayer de le rattraper, je n’aime pas quand il va se mêler de ce qui ne nous concerne pas... Mais il a peut-être une bonne raison ? Mais pour l'instant, je dois le rattraper avant qu’il me cause des problème ! Avec toute cette agitation, Saranai a été surprise et la, elle me semble un peu fâcher contre Satouros.

- Mais qu’est-ce que tu fais ! On passait un bon moment avec Rae là ! Et toi, tu as tout gâché!! , dit-elle en s’envolant pour tenter de rattraper ce bunnalix avant moi.

- Je pense qu’il y a quelques choses de pas honnête qui se passe avec ces deux gars, je dois vérifier par moi-même.

Il ne faut pas oublier que ce bunnalix est un alpha et ils ont ca dans leurs natures de protéger les être qui leur sont proches, donc moi et Saranai… Il veut bien faire donc il suit son instinct.

Satouros finit par rattraper les deux garçons qui semblaient suspects selon lui et mord le mollet de celui qui tenait le sac pour qu’il le lâche.

- Satouros ! Qu’est-ce que tu fais ! Reviens ici !


Et, évidemment, il ne le fait pas, il semble vouloir récupérer le contenu de ce sac… Mais il y a quoi à l’intérieur pour qu’il le veuille à ce point ? L’inconnu finit par lâcher le sac et Satouros cessa de le mordre au même moment. Ca commence à être vraiment louche… Surtout que, quand ils ont vu que j’étais la, celui qui avais rien dans les mains s’est enfuis presque aussi tôt et l'autre fit de même quand Satouros lâcha prise.

- Bon, je suppose qu’on va vérifier le contenu du sac… J'espère que tu n’as pas attaqué quelqu'un pour rien…

Satouros me regarde avec un de ses regards innocents qui ne fait plus vraiment effet sur moi depuis le temps…

Ce que je trouve dans ce sac me perturbe à un point tel que j’ai de la difficulté à trouver un mot pour le dire. Un garçon presque inconscient gît dans le fond du sac, il devait avoir presque mon âge, mais ce qui me trouble vraiment, c’est qu’il ressemble beaucoup trop a cet aventurier que dans ma ville il y a une d’année. Il lui ressemblait beaucoup trop… Mais il ne doit plus avoir l’air de ça après dix années ? J’avais probablement treize ans à cette époque ? Je ne le sais plus trop… Mais je ne peu pas le laisser là… Je le mets sur mon dos pour pouvoir le transporter jusqu'à l’auberge où je me suis pris une chambre plus tôt aujourd’hui.

- Ça sent le tagta...

Apres quelques minutes de marche à entendre Saranai se disputer avec Satouros pour tout et n'importe quoi, nous sommes enfin arriver à l’auberge. J’entre à l’intérieur et je demande de changer ma chambre pour une chambre à deux lits et que j’allais payer l’extra tout de suite après avoir déposé notre invité dans un lit. Dès que la question d’argent fur réglé, je me redirige dans la chambre pour voir comment se portait l’inconnu. Il ne semblait pas blessé, juste d’avoir manqué d’air. La ressemblance avec l’aventurier de mes souvenirs est trop frappante… Je vais attendre qu’il se réveille pour lui poser quelques questions, mais je sais déjà que ca ne peut être lui...



rae parle en #ff9933
Satouros parle en #0099ff
Sarnai parle en #ff99cc
Theme song
Voir le profil de l'utilisateur

Adalwen
avatar
Lun 21 Aoû - 2:41
Irys : 54992
Profession : tavernier
My'trän +2 ~ Khurmag
J’ouvre un œil, celui de verre, puis j’ouvre l’autre tout en cherchant mon souffle. Sur le coup je frappe de la main quelque chose à ma gauche, sous une impulsion, puis ma vision se clarifie. Une chevelure rose, un regard bleu perçant, dans la vingtaine… Manifestement, cette description me fit penser à ce jeune fouteur de trouble qui venait me voir suite à mon accident. Ce n’était qu’un enfant et pourtant, il passait son temps perché au bout de mon lit , l’oreille toujours prête à écouter mes récits. Je ne me rappelle plus de son nom, mais je ne pouvais l’effacer de mes souvenirs malgré les errances.

‘’ Je suis désolé, monsieur’’ ma voix résonne, basse et hésitante en direction de celui qui m’a sans doute sorti de ce sac. Je venais tout de même de le frapper de ma main. Le son de ma propre voix me sembla si étrange soudainement, tandis que j’endossais immédiatement une apparence plus attrayante que ma véritable apparence. Chez moi, me cacher était devenu comme une seconde nature. Ce n’était pas que j’avais honte de ce que j’étais mais je préférais endosser la forme du pale spectre de mon frère, comme cela, il pouvait vivre encore un peu.

L’expression de ce jeune homme devint assez confuse, tandis que je me redressai vivement, malgré mes étourdissements. Je me devais de rejoindre mes tagtas et mes deux enfants, peu importe mon état. Ils devaient être si inquiets pour moi. Un pas sur le plancher et je m’effondre de ton mon long sur le sol. Le manque d’air n’a pas aidé la bassesse de ma pression sanguine et j’en subis les frais. Ravalant cette fierté que j’ai usurpé à mon frère, je tente de me relever, jusqu’à ce que j’entende le battement d’ailes caractéristiques de Hogin se rapprocher de ma position.

- Maitre Aden, je vous retrouve enfin! Ne vous avisez plus de vous laisser vous faire enlever !  Munin s’est occupé de surveiller vos deux petits turbulents, mais vous nous avez réellement inquiétés, vous savez!  Je ne peux pas toujours vous retrouver maitre, surtout si vous vous amusez à masquer votre odeur pour prendre celle de votre frère!


Ce brave vieux Hogin me faisait encore des reproches, comme à son habitude. Ce brave tagta bleu sombres avec des taches blanches, bien qu’il ait toujours insisté sur le fait que mon nom ait été Aden, a toujours tout fait pour me rendre mon sourire et ma mémoire. Il mordille le col de mon habit pour m’aider à me relever, mais il ne sera jamais assez fort pour le faire, surtout que sans ses yeux, il est souvent vulnérable.  Je pose donc mes mains gantées contre le sol pour me redresser et je me remet assis. Je fais tout pour ignorer le sang qui me coule du nez et que je cache sous une autre illusion. Tout va bien, tant que cela ne paraisse pas.

‘’ Hogin, ne…vous inquiétez pas pour moi, mon vieil ami. Je…vais bien il n’y a pas de soucis à avoir…Ce jeune homme m’a sauvé la vie… enfin…je le crois…. N’est-ce pas?....Monsieur? ‘’ Puis, je réalisais que cet homme ne devait surement pas être un disciple d’Orshin et mes joues se teintèrent de rouge. Quelle honte de communiquer en dialecte tagta tandis que j’étais en présence d’un autre My’tran.

Je me tournai donc vers ce jeune homme avec un air confus et je m’inclinai face à lui avec une politesse surprenante au vu de mon attitude. Il a dû me prendre pour un fou, mais, rien que j’aurais pu dire ou faire aurait changé cette terrible mauvaise impression que je lui avais fait bien malgré moi.

‘’ Veullez pardonner mon impolitesse, messire. Je suis Adalwen, Adepte de Khugatsaa et disciple d’Orshin et je vous remercie de m’avoir sorti de ma position des plus fâcheuses.  Pourrais-je avoir l’honneur d’apprendre votre nom afin que je puisse vous récompenser dans les règles de l’art. Bien que je ne sois qu’un humble tavernier propriétaire du Demi-Portion, je peux bien vous fournir une chope de bière maison spécialité de Khurmag. À moins que vous convoitiez des Irys bien sonnants… ‘’

Pour la peine de bien paraitre, je m’étais matérialisé un chapeau haut-de-forme que j’avais vu sur certains hommes de Danëastre et je l’avais posé contre mon cœur, tout en imitant l’un de ces gentilhommes. L’accent dans ma voix trahissait des origines nordiques, mais cela je ne pouvais guère le dissimuler peu importe quelle voix je me prenais, tout comme cette hésitation qui me poursuivais lorsque je m’exprimais hors de chez moi.

J’ai oublié cela fait combien de temps que je n’ai pas quitté mon foyer et une douleur sporadique à mon épaule me rappelle régulièrement pourquoi je refuse de fouler la terre ferme. Je n’ai pas envie de me découvrir père de plus d’enfants que ceux que j’ai déjà.

Mais ces pensées qui me viennent, je ne les divulguerai à personne. L’essentiel est de paraître normal, tandis que Hogin se pose sur mon épaule endolorie. Je n’attends pas une réponse de mon interlocuteur, tandis que je pose le fameux chapeau sur ma tête. Les étourdissements persistent, mais je vais bien. Je ne les laisserai pas me freiner.
Voir le profil de l'utilisateur

Rae Nelissen
avatar
Jeu 24 Aoû - 6:26
Irys : 100135
Profession : Forgeron
My'trän +2 ~ Zolios
Saranai était juché sur mon épaule comme toujours, lorsque le garçon qu’on venait de sauver me donna un coup avec sa main, évidemment ce n'était pas voulu, mais Saranai l’a mal pris… Normalement, les Salshogu viennent en pair… Et je pense que pour elle, je suis son âme sœur… Ce qui a du bon parfois, mais du mauvais aussi.


- Je suis désolé, monsieur

-il était mieux de s’excuser celui-là…

Je ne porte pas d’attention à ce qu'elle venais de dire... En espérant que l’homme qui était allongé dans le lit ne croyait pas en Orchin… Sinon il allait entendre les commentaires désagréables de Saranai… Elle devrait se taire parfois, mais bon, je ne peu rien y faire. Au moment où il a parlé, il changea un peu son apparence. Probablement un adepte de Khugasaa… Reste que ca ma surpris lorsqu'il a fait apparaître son illusion.


- Pas besoin de vous cacher derrière une illusion, vous me rappeliez quelqu'un qui fut important dans mon enfance… Mais je ne pense pas que c’était vous… Ca fait trop longtemps… Mais ca ma rappeler de bon souvenir…


Un petit sourire se forme sur mon visage au moment où j’y repense… Cet aventurier était si gentil… Et si patient pour avoir pu me parler aussi longtemps… Ah le bon vieux temps…

Un bruit me fait sortir de mes pensées. Ce bruit, c'était ce jeune homme qui venait de tomber au sol. Je lui demande si tout va bien avant de l'aider à se relever. Il n’est pas en état de se déplacer et ca se voit. Il devrait plutôt rester au lit jusqu’à demain matin selon moi… Mais bon, je ne suis pas du genre à retenir les gens quand ils veulent faire quelque chose…

Soudainement, j'entends des battement d’aile a l’extérieur de la chambre et un tagta se posa sur le bord de celle-ci… Probablement le familier de cet homme.

- Maitre Aden, je vous retrouve enfin ! Ne vous avisez plus de vous laisser vous faire enlever !  Munin s’est occupé de surveiller vos deux petits turbulents, mais vous nous avez réellement inquiétés, vous savez !  Je ne peux pas toujours vous retrouver maître, surtout si vous vous amusez à masquer votre odeur pour prendre celle de votre frère!

Aden? Alors ce serait ca son nom ? Et ce tagta a répondu à ma question du pourquoi il était si pressé… Une raison de moins pour le retenir ici…

- Hogin, ne…Vous inquiétez pas pour moi, mon vieil ami. Je…vais bien il n’y a pas de soucis à avoir… Ce jeune homme m’a sauvé la vie… enfin…je le crois…. N’est-ce pas?....Monsieur?

- Pas tout à fait… Il faudrait plutôt remercier ce cher Satouros en fait… il avais sentit quelque chose de louche venant de vos enleveur et il a réussi a faire en sorte que celui qui tenais le sac le laisse tomber.

C’est à ce moment que Satouros, qui se reposait sur l’autre lit, viens nous rejoindre.

- Veuillez pardonné mon impolitesse, messire. Je suis Adalwen, Adepte de Khugatsaa et disciple d’Orshin et je vous remercie de m’avoir sorti de ma position des plus fâcheuse. Pourrais-je avoir l’honneur d’apprendre votre nom afin que je puisse vous récompenser dans les règles de l’art. Bien que je ne sois qu’un humble tavernier propriétaire du Demi-Portion, je peux bien vous fournir une chope de bière maison spécialité de Khurmag. À moins que vous convoitez des Irys bien sonnants…

- Nul besoin de vous excuser vous n’avez rien fait de mal. Mon nom est Rae Nelissen, adepte de Suns pour ma part. Je suis moi aussi un disciple d'Orchin en fait. Je ne dis jamais non à une bière ou deux personnellement, coté argent je gagne déjà assez bien ma vie avec ma forge situer à Esarim. Je veux bien vous suivre jusqu'à votre taverne.

Saranai ne semblait pas chaude à l'idée daller dans ce bateau tandis que Satouros semblait plutôt intéressé… Ce sont deux la ne s’entendent jamais… Personnellement, je veux en savoir plus sur cet Adalwen… Ca ne peut être une coïncidence s’il a le même nom que celui de mes souvenirs... Mais je ne peux pas croire que c’est lui… Nous allons discuter autours dune bonne bière pour élucider ce mystère,



rae parle en #ff9933
Satouros parle en #0099ff
Sarnai parle en #ff99cc
Theme song
Voir le profil de l'utilisateur

Adalwen
avatar
Ven 25 Aoû - 3:12
Irys : 54992
Profession : tavernier
My'trän +2 ~ Khurmag
Mon sauveur répondant au nom de Rae me suivit jusque devant ma maison bien-aimée. Pour la dizaine de minutes de marche régulière que le trajet dura, je laissai paraître l’illusion d’un sourire et plus de couleurs sur mes joues que j’en avais réellement. L’étourdissement ne m’avais pas quitté et son nom ravivait de vieux souvenirs enterrés. Pourquoi me faisait-il autant penser à ce jeune qui venait me voir lorsque j’étais convalescent? Mais mon inquiétude et la confusion qui régnait en moi ne paraissait pas, grâce à toutes ces façades que je me suis dressé.

Je franchit le pont de bois qui reliait mon établissement et la terre ferme, puis j’ouvrit la porte d’un geste formel mais courtois, mon tagta bien perché sur mon épaule, comme un gardien. Bien rapidement, je clignai des yeux et la modeste taverne de bois se muait en un véritable palace de marbre aux motifs océaniques mouvants avec d’impressionnantes sculptures de Kugatsaa, Suns et Orshin aux ailes bien dressées. Puisque mon sauveur était mon seul client, je n’avais pas besoin de manipuler mes bracelets de magilithe pour amplifier le tout. De toute manière, puisque je perdais du sang, je n’étais pas assez en forme pour les toucher sans gants.

Bien rapidement, mes deux enfants ayant entendu mon arrivée, sortirent de l’arrière cuisine avant de me sauter dessus, comme à leur habitude si je m’absentais trop longuement. Leurs deux poids sur moi me firent tomber en plein sur mon dos et je vis brièvement des étoiles, mais je restai suffisamment conscient pour ne pas que mes illusions se dissipent. Instinctivement un rire s’éleva de ma gorge, mais à savoir s’il était sincère ou non je n’aurais su l’affirmer.

- Aoife, Mikun, vous m’écrasez… Je sais, vous vous êtes ennuyés de moi, mais papa a un client, je viendrai jouer avec vous quand j’aurai terminé avec mon client. Une promesse est une promesse, oui je le sais…

Les deux petits jumeaux n’avaient pas besoin d’ouvrir la bouche pour que je comprenne ce qu’ils voulaient me dire. Ils étaient comme moi, à donner leur Amour a Khugatsaa, mais pour l’instant, ils pouvaient uniquement communiquer télépathiquement entre eux et avec moi. Puis, Mikun, mon fils aux cheveux blonds avait peur des étrangers, alors il ne s’exprimait jamais autrement que par signes ou par télépathie. Sans aucune surprise, ce fut le premier à repartir jusque dans la salle située derrière ma salle dédiée aux clients de la section taverne. Aussi vite qu’il avait surgi, il avait disparu. Pour des clients pas habitués à ces genre de dialogues, la scène devait avoir un caractère surréel, mais pour moi , c’était normal.

Ma petite Aoife s’écarta de moi avant de tirer sur la manche de mon chandail, comme pour m’aider à me relever. Elle était toujours aussi adorable ma petite fille énergétique, mais parfois, elle faisait des gaffes qui me faisait tout refaire du début. Au contraire de son frère, elle était motivée par une grande curiosité, mais je ne voulais pas qu’elle tourne autour des clients. Je me relevai donc prestement, avant d’incliner la tête vers mon client.

- Je vais porter ma fille avec son frère et je vous reviens avec des choppes de bière, cela vous convient, messire Rae? Pardonnez la scène, mon fils a peur des étrangers et les deux se sont ennuyés de moi.

Ce petit gloussement qui surgit alors était bien sincère. J’étais particulièrement fier de mes deux enfants que j’élevais seul depuis maintenant quelques mois. Cela me pris quelques minutes aller déposer mes deux enfants et leur promettre de les emmener faire une sortie prochainement. Les deux voulaient la suite d’une histoire que je le racontais tous les soirs, et ce soir ne faisait pas exception. Mais je réussis à négocier le fait que je leur raconte plus tard. Ce fut bien heureux qu’ils allèrent jouer avec leurs peluches que je leur avait confectionné dans mes temps libres.

Lorsque je revins vers le jeune homme avec un plateau de bières et une assiette de crudités pour les familiers, celui-ci avait déjà pris place sur l’un de mes tabourets. Je lui posai une choppe bien pleine devant lui, avant de m’assoir bien formellement. Mes deux tagtas étaient repartis surveiller mes enfants, alors j’avais le champ libre pour me détendre.

- Ce n’est pas grand-chose pour vous remercier, mais je vous servirai autant de choppes que vous voulez. Serait-ce indiscret de ma part de vous demander ce que fait un forgeron aussi loin de sa forge? Et…ais-je bien entendu que vous veniez de Esarim?....

Cette ville était celle ou j’avais passé au-moins une année de ma vie à converser avec un enfant curieux qui rêvais de devenir un grand aventurier. Je me demandais réellement ce qu’il était devenu et s’il avait réalisé son rêve. Ce jeune homme qui semblait plus âgé que moi ressemblait à cet enfant, mais ce devait être juste un membre de sa famille. Je ne devais pas avoir passé tant d’années prisonnier de ma rancœur, si?

- Vous ne connaîtriez pas un enfant aux cheveux roses comme les vôtres au tempérament enflammé qui passait ses journées… a rêver d’aventures. Il doit avoir vieilli depuis la dernière fois ou je suis passé à Esarim, mais… peut-être est-ce un membre de votre famille?...

Puis aussitôt après m’être exprimé honnêtement, mes joues se teintèrent de rouge sous l’effet de la gêne. Pourquoi avais-je demandé cela à l’un de mes clients? Il devait me prendre pour un taré officiellement.

- Non…rien… Je...retire ce que j’ai dit.

Pour chasser ma gêne, engloutit d’une traite la choppe que j’avais posé devant moi. Cette calme assurance que je laissais paraître s’était brisée tandis qu’elle s’était heurtée à mon passé qui ressurgissait. L’alcool resta de travers dans ma gorge, mais j’avais si honte d’avoir cédé à mes impulsions.
Voir le profil de l'utilisateur

Rae Nelissen
avatar
Lun 28 Aoû - 23:06
Irys : 100135
Profession : Forgeron
My'trän +2 ~ Zolios
Nous marchons vers le bateau d’Adalwen. Saranai n'avait visiblement pas le goût de venir, mais elle n’aime pas rester quelque part sans moi, tandis que Satouros avait l’air plutôt enthousiaste… ça ne m’étonne pas de sa part en fait, il aime visiter de nouveaux lieux.

Une fois arriver devant ledit bateau, on entre et ce que je vois est plus beau que je le pensais. Tout était bien décoré et très somptueux. J’admirais la décoration pendant qu’Adalwen était allé voir ses enfants.

- Je vais porter ma fille avec son frère et je vous reviens avec des chopes de bière, cela vous convient, messire Rae? Pardonnez la scène, mon fils a peur des étrangers et les deux se sont ennuyés de moi.

-prenez votre temps, nous ne sommes pas pressés.

Il part avec eux et reviens quelques minutes plus tard avec la bière et de la nourriture pour les familiers. Des crudités en fait. Satouros attendit qu’il pose lassiète sur la table pour attaquer la nourriture, tandis que Saranai reste sure mon épaule. Elle n'aime pas vraiment les légumes apparemment...

- Ce n’est pas grand-chose pour vous remercier, mais je vous servirai autant de chopes que vous voulez. Serait-ce indiscret de ma part de vous demander ce que fait un forgeron aussi loin de sa forge? Et…ai-je bien entendu que vous veniez de Esarim ?...

- Mais non ça ne l’est pas, les questions, c’est ce qui mène a une conversation. Je suis en petit voyage avec mes familiers, on voulait repasser ici, à Aseoru. Nous sommes venus ici quelques fois dans le passé et nous aimons beaucoup les couchers de soleil sur l’océan. Pour la question à propos de Esarim, oui vous avez bien entendu. J’y habite depuis toujours. Une belle ville plutôt paisible et agréable. J'aime bien les paysages montagneux de cette ville. Il y a toujours une petite brise agréable.


- Vous ne connaîtriez pas un enfant aux cheveux roses comme les vôtres au tempérament enflammé qui passait ses journées… a rêver d’aventures. Il doit avoir vieilli depuis la dernière fois ou je suis passé à Esarim, mais… peut-être est-ce un membre de votre famille?…

Puis il marqua une pause avant de dire :
- Non…rien… Je...retire ce que j’ai dit.

C’était étrange… et je ne pense pas que ça pouvait être une coïncidence à ce point-là. Mais pourquoi est-il exactement comme dans mes souvenirs? C’est ce qui est étrange… comment se peut-il que ce soit lui? Il n’a pas changé depuis dix ans…

- Je me souviens de lui comme si c’était hier. Un petit fauteur de trouble un peu trop énergique et qui a fait plusieurs conneries… le nombre de fois qu’il s’était fait prendre par ses parents était impressionnant… et sa maitrise du feu était déjà très bonne quand il était encore jeune. Son rêve, il n’a pas réussi a l’atteindre… enfin plus ou moins… il voyage, mais il doit retourner souvent a Esarim et ne peut pas quitter pendant plusieurs semaines voir mois souvent. L’année de sa vie qu’il a passée à parler avec cet aventurier lui a donné l’espoir d’avancer dans la vie. En fait son nom est Rae Nellisen.


Tout le long de ma réponse, j’avais un sourire dans le visage en me rappelant de ces souvenirs de mon enfance. C’est comme si c’était hier, mais ça fait déjà dix ans de cela. Ça me fait bizarre de parler de moi comme ça…

Satouros venait de finir toute l’assiette de crudité qu’Adal avait apportée et il en demandait déjà d’autres. Je buvais lentement ma chope tout en regardant Adal.

- La vie nous réserve bien des surprises n’est pas?



rae parle en #ff9933
Satouros parle en #0099ff
Sarnai parle en #ff99cc
Theme song
Voir le profil de l'utilisateur

Adalwen
avatar
Mar 29 Aoû - 2:58
Irys : 54992
Profession : tavernier
My'trän +2 ~ Khurmag
Non mais quel imbécile tu es, Adalwen? Voilà que ta façade s’écroule juste parce qu’il te rappelle les bribes de passé que tu tentes de fuir. Essuie ces larmes et reprend ta façade avant que ce ne soit trop tard. Tu n’es plus cet homme qui a failli mourir tué par un dragon. Tu es un tavernier père de famille sans histoire. Tu ne dois pas redevenir cet homme plongé dans la noirceur et immobilisé sur un lit aux portes de la mort.

Peu importe ce qu’il se dit, ces larmes sont bien réelles. Il est ému de revoir cet enfant qui a été son seul contact avec le monde durant une année et le seul qui lui rendait visite. Il réalise aussi qu’il a été trop longuement prisonnier du deuil de son frère et qu’il en a détruit sa propre vie. Il n’est pas certain de savoir qui il est. L’aventurier en lui se réjouit de le revoir en si bonne forme et de savoir qu’il a réalisé son rêve, mais le tavernier est terrorisé.

Cette terreur et cette réalisation de tout ce qu’il a raté font que sa vue s’embrouille et que son souffle devient plus haletant. Cette chaleur qui pèse le fait suffoquer. Il entend un cillement dans ses oreilles particulièrement agressant, tandis qu’il secoue la tête pour se ressaisir, mais rien n’y fait. Bien rapidement, une question de secondes, des taches noires viennent réduire son champs de vision emplis de larmes. Il cherche de l’air, il cherche à parler, mais seul son silence rauque résonne de sa gorge soudainement endolorie. Il sent les effluves acidulées de sa bière brouiller son jugement doucement mais aussi vicieusement que la chaleur qu’il ressent.

Il se redresse sans voir devant lui et tente de retourner vers l’arrière de son bar, mais ses jambes refusent de lui obéir, complètement étourdies. Le rythme des battements de son cœur sont irréguliers, tandis qu’il trébuche sur ses genoux, en proie au noir. Une respiration et il cesse de lutter contre l’inconscience troublée qui l’envahit. Il déteste cet état ou il est totalement impuissant, prisonnier de son corps et des reflets brisés de son passé.

Il ignore s’il s’est blessé dans sa chute, il ne sent plus du tout son corps. Il ne reste que ce flou et des murmures distants. Il a si chaud et pourtant, il tient plutôt bien l’alcool en temps normal. Plus rien n’a d’importance. Les façades sont tombées et il ne reste qu’une coquille brisée et ridicule. Rien de plus que ce que tu es réellement.
Voir le profil de l'utilisateur

Rae Nelissen
avatar
Dim 17 Sep - 9:45
Irys : 100135
Profession : Forgeron
My'trän +2 ~ Zolios
Au moment où j’ai dit que j’étais cet enfant, il a commencé à me sembler plutôt mal… en fait il s’est évanoui sans prévenir. Il est vrai que c’est étrange de retrouver quelqu’un dix ans plus tard… Je le rattrape avant qu’il ne tombe au sol. Je préfère éviter qu’il se blesse davantage. Ça fait une journée plutôt mouvementée!

Je marche dans le bateau à la  recherche d’un lit où l’allonger pour qu’il n’ait pas de chance de tomber plus bas si on peut le dire comme ça. Le fait de le revoir dans cet état me rend plutôt inquiet, comme lorsque je l’ai ramené à Esarim, dix ans plus tôt. Il venait de se faire empaler par une corne de dragon enragé et les images me hantent encore… C’était troublant.
J’étais plongé dans mes pensées puis j’entends Satouros me demander :

Quelque chose ne va pas? Tu me sembles inquiet… plus  que d’habitude dans des situations semblables en tout cas…

Saranais était visiblement du même avis.

Je vais vous expliquer le tout dès que je peux le déposer dans un lit pour essayer de faire en sorte que son état ne s’aggrave pas.  

Après plusieurs minutes de recherche dans ce bateau, je finis par trouver une chambre avec un lit pour y allonger Adalwen le temps qu’il reprenne connaissance. J’espère qu’il ira bien…
Satouros et Saranai semblais attendre des explications maintenant… Je leur raconte ce ‘’récit’’ avec plus ou moins de détails. Ils étaient tous les deux attentifs, comme si je racontais l’histoire à des enfants avant qu’ils aillent dormir.

J’ai eu le temps de tout raconter avant qu’Adalwen n’ouvre un œil. J’attends a ses coté, comme dans le temps.



rae parle en #ff9933
Satouros parle en #0099ff
Sarnai parle en #ff99cc
Theme song
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé