Revenir en hautAller en bas
Chroniques d'Irydaë
Bonjour, et bienvenue sur les Chroniques d'Irydaë. Déjà inscrit ? N'attends plus, et connecte-toi dès maintenant en cliquant sur le bouton "Connexion" ci-dessous !

Vous êtes nouveaux, que ce soit sur ce forum ou dans le monde du RPG ? Le choix d'un forum sur lequel vous pourrez vous épanouir n'est pas anodin, et il vaut mieux pour cela connaître l'univers dans lequel vous vous trouvez ! Nous avons pensé à vous, en vous préparant un guide qui vous permettra de découvrir pas à pas le monde des Chroniques d'Irydaë.

Si malgré cela, des doutes subsistent, n'hésitez pas à adresser vos questions aux Administrateurs.

En vous souhaitant une agréable visite !



 :: Les terres d'Irydaë :: My'trä :: Suhury
Page 1 sur 1


 Message de la plus haute importance !

Mary E. Burrowes
avatar
Mar 12 Sep - 9:47
Irys : 408143
Profession : Messagère
My'trän +2 ~ Chimères


The mission's to fight to be free again.
To stand our ground and to be immortal.


Voilà Darga !
Le simple fait d'apercevoir la capitale me rendit heureuse. Cela faisait presque deux jours entier que j'étais sur Raskhal volant au dessus des paysages de My'trä que je n'avais pu m'empêcher de trouver plus magnifique les uns que les autres. Entre la vue de la haute Tour de Busad, les plaines jaunes du Kharaal Gazar, les hauts piques des montages, les lacs autour de Darga... j'en avais pris tellement plein les yeux que j'étais surprise d'arriver à garder les pieds sur terre, ou façon de parler puisque j'étais totalement à la merci d'Amisgal ici, plutôt que sur la terre rassurante de Delkhii. J'avais bien sur continué à converser avec l'Ovshin durant les trajet, entre mon émerveillement et les petites pauses pour ne pas l'épuiser. J'avais véritablement l'impression de rêver durant cette journée, et j'étais totalement pressée de la raconter à mes amis !

Mais maintenant , le devoir me rattrapait. Nous n'étionsplus très loin des remparts du quartier de Delkhii, aussi j'indiquais à Raskhal la porte plus au Nord pour me déposer. Je n'imaginais pas que les soldats le prenne bien si j'arrivais directement au quartier décisionnel par les airs. Bien que l'Ovshin soit le familier du Primo-Gharyn du Kharaaal Ghazar, il n'avait pas tout à fait les même eprivilège que son propriétaire. Dommage, car j'aurais bien survolé un peu plus la ville, notamment au dessus du coeur de Mochlog que j'avais vu plus loin mais ce serait pour une prochaine fois.

Une fois posée, je remerciais encore une fois l'oiseau de m'avoir ramenée et promettait de leur donner des nouvelles à lui et à Zaël avant de me lancer dans la foule de la capitale. Les portes passée, je me faufilais à travers les étales du quartier marchand, puis les maisons proprettes du quartier de l'architecte chouette. Ma main sur mon vêtement, protégeant la precieuse missive, je faisais attention à rester dans les grandes allées où l'activité battait son plein à tout moment. Une précaution que je n'avais pas l'habitude de prendre, mais je me sentais autant redevable envers Zaël qu'investie d'une mission que je voulais absolument mener à bien.

Arrivée à la porte Nord-Est du coeur décisionnel, je vins me présenter aux gardes qui gardaient l'entrée avec un sourire aimable. Maintenant que j'y pensais, je me sentais un peu seule dans cette épreuve. Ca faisait une éternité que je n'avais pas eu Pilm et Pom pour m'encourager dès que j'étais un peu tendue. Je respirais profondément avant de prendre la parole devant la sentinel qui n'avait déjà pas vu mon arrriver d'un très bon oeil apparemment.

Bonjour. Excusez moi de vous déranger. J'ai besoin d'entrer dans le Quartier décisionnel. Je suis porteuse d'une misssive de la part du Primo-Gharyn de Busad, Zaël Lahzainhi, pour le conseil de la Convergence.

En prenonçant ces mots, je sortis de mon corsage la lettre écrite que Zaël m'avait remise pour le laisser voir le sceau de Busad. Par contre, hors de question qu'il l'amène pour moi !



Couleur de Mary: #33ccff
Couleur de Pom: #33ccdd, Couleur de Pilm: #3399ff



Dernière édition par Mary E. Burrowes le Jeu 21 Sep - 6:28, édité 1 fois
Voir le profil de l'utilisateur

Amisgal
avatar
Mer 20 Sep - 14:31
Irys : 114977
Profession : Façonneuse de climats
Administrateur
L’homme qui avait visiblement la quarantaine ne put s’empêcher de suivre le geste de Mary jusqu’à l’échancrure de son décolleté, haussant un sourcil mi circonspect mi évocateur. Il demeura néanmoins de marbre, seules ses prunelles glissant du corsage ma foi fort bien rempli de la jeune fille jusqu’à la missive qu’elle lui brandissait sous le nez. C’est qu’il y en avait beaucoup des impétueux qui pensaient venir d’on ne savait quelle grande personnalité d’Irydaë, persuadés qu’ils avaient le droit de pénétrer les murs sacro-saints du cœur décisionnel ! Voilà plus de trente-cinq ans qu’il gardait ces portes, et sous ses airs apparents de dédain, c’était un homme à l’œil vif et à la mémoire prodigieuse.

« Vous pouvez nous la laisser, si vous voulez, énonça-t-il d’une voix traînante. »

En règle générale, c’était précisément le moment que choisissaient les gredins pour se désister de leur lourde charge. La jeune femme, elle, ne bougea pas d’un pouce et durant une poignée d’interminables secondes les deux interlocuteurs parurent se jauger en silence.

« … Très bien. »

Il se tourna vers l’un de ses proches collègues et lui fit un geste énigmatique, un jeune homme dont les plaques d’armure aussi symboliques que les siennes témoignaient de leur rôle de surveillants principaux du cœur décisionnel.

« Nous allons devoir vous fouiller au préalable, nous nous excusons par avance pour la gêne occasionnée. Question de sécurité. »

Il laissa patiemment faire son collègue, attendant en retrait pour sa part, une main sur l’imposante lame qui ceignait ses hanches. Professionnel avant toute chose, l’autre palpa rapidement les éventuelles poches de Mary, s’assura que son sac de voyage ne contenait rien de dangereux et surtout pas la moindre trace de technologie. Ils ne parurent pas le moins du monde s’inquiéter du coutelas : ce n’était pas les agresseurs my’träns qu’ils étaient chargés de repérer –ceux-là se feraient immédiatement exterminer par les dix mages les plus puissants du monde attablés derrière ces portes-, mais bien les assassins et terroristes daënars… Les temps n’étaient plus sûrs, même au centre de la capitale suprême de My’trä.

« Suivez-moi, ordonna-t-il à Mary lorsque tout fut en ordre. »

Il tourna les talons et s’enfonça dans les profondeurs des nombreux bâtiments dont les axes architecturaux s’élevaient haut dans les cieux sous la forme d’immenses pyramides aux couleurs saisissantes. Les quartiers du cœur grouillaient de garnisons, de visiteurs et de My’träns affairés en tous sens avec des nuées de parchemins. On ne leur jeta pas un seul regard, si ce n’est les divers postes de contrôle qu’ils durent franchir pour atteindre leur destination. Le sceau qui marquait la précieuse missive de Mary fut vérifié un nombre incalculable de fois, de multiple questions posées accompagnant cette vérification de l’identité et de la légitimité de la jeune femme entre ces murs. Car il ne s’agissait pas simplement de délivrer un courrier, ou de visiter le cœur de Möchlog, non, si elle désirait remettre sa missive en main propre, cela voulait dire entrer dans le sacrosaint espace réservé aux Gharyns et Khorog dirigeants de ce monde !

« Ne parlez que si l’on vous y autorise, énuméra pour la vingtième fois son guide entre moult recommandations d’usages. Pas de gestes brusques. »

Ils franchirent un hall richement décoré de drapés, de gravures ancestrales et de colonnes de marbre monumentales. Jusqu’à une porte aux entrelacs dignes des plus grands artisans, derrière laquelle quelques éclats de voix étouffés s’entendaient par moment. L’un des miliciens gardant cette imposante entrée frappa deux coups pour annoncer l’arrivée de son collègue et de son invitée, puis tous deux franchirent l’embrasure…

« Ô tous puissants, cette jeune fille apporte des nouvelles urgentes de la part du Primo-Gharyn de Busad, Zaël Lahzainhi. »

Il porta une main à son front qu’il éloigna respectueusement tout en ouvrant sa dextre pour en présenter la paume, ployant un instant la nuque en signe de salut. Près de mon âme.

La salle, quant à elle, était époustouflante. Un ruisseau courait entre la pierre nue, découpée par une main de toute évidence magique puisqu’aucun outil en ce monde n’aurait pu rendre le naturel de la terre sur un tel matériau minéral. Une immense table de verre était posée en son centre, illuminée de multiple reflets doux par la lueur de flammes bleutées qui environnaient la pièce comme autant de feu follets en lévitation paisible. Tout le monde n’était pas présent, mais la conversation paraissait tendue une fraction de seconde avant leur arrivée, car un homme affichait la frustration sur son visage, les bras croisés sur sa poitrine – peut-être le Khorog alloué à Amisgal, si Mary devait en croire le dragon brodé d’argent qui filait sur tunique noire… ? Des six personnes présentes, une seule lui parut clairement identifiable. Une femme à l’âge indéfinissable par sa laideur, et pourtant, il expirait d’elle une sorte de puissance implacable et tranquille, plus délicate que la beauté des plus jeunes femmes. Son Architecte lié fut d’une évidence implacable lorsque à ses côtés un énorme et splendide Aimshgiin était assis. Ses yeux d’un doré animal contemplaient Mary, et à travers lui il lui parut être fouillée par les yeux même de sa maîtresse, Maître parmi les Maîtres d’Orshin.

« Ah, fit la vieille femme, bienvenue ma chère enfant, sang de mon clan. N’ayez pas peur de vous présenter. »

Elle posa sur elle son regard presque aveugle, un sourire avenant sur les lèvres. Les autres Gharyns et Khorog présents tournèrent alors leur attention vers la nouvelle venue, suspendant un instant leurs discussions en cours.

« Hé bien, donnez-nous cette lettre, intervint un homme assez sec, probablement un fidèle de Möchlog de par la vaste tunique de plumes blanches qu’il arborait. »

« Notre lointain cousin, Zaël Lahzainhi, avait-il quelque chose à nous dire en plus de cette missive ? »

C’était une jeune femme curieuse qui avait parlé cette fois-ci, porteuse du même uniforme que son Khorog frustré à ses côtés : la Gharyn d’Amisgal.




~ N'hésitez pas à m'envoyer un mp si vous avez le moindre soucis ou une question, j'y répondrai avec plaisir ! ~
Voir le profil de l'utilisateur

Mary E. Burrowes
avatar
Hier à 7:32
Irys : 408143
Profession : Messagère
My'trän +2 ~ Chimères


Les yeux du soldat puis la fouille au cœur méthodique. Je les laissais faire leur travail. Je n'avais rien à cacher et si je venais de faire deux jours de voyage dans les airs ce n'était pas pour me prendre la tête avec deux soldats. Enfin, le premier me demanda de le suivre et de passer les portes. Ce fut alors que les recommandations commencèrent. Si je n'avais pas eu la lettre je crois que je l'aurai assommé. Il croyait que j'avais été élevée avec les chèvres ou quoi !? Je savais me tenir. J’avais passé ma vie dans cette capitale ! Et finalement j'étais monté tout en haut de la tour de Busad, j'avais rencontré le Primo-Gharyn et tout s'était très bien passé ! Comment est-ce que les... innombrables -d'accord j'ai perdu le compte- contrôles de sécurité pouvaient être moins énervant que mon guide à lui seul. Il en gâchait presque la beauté des lieux sur laquelle je n'arrivais même plus à me concentrer. Pourtant par Khugatsaa, je voulais absolument me souvenir de chaque détail ! De la plus belle plante à la plus lisse colonne, et la panoplie incroyable de couleurs qui défilaient jusqu'au ciel. J'étais surprise du monde aussi. C'était idiot mais on oubliait souvent que des My'trans travaillaient ici en plus du Conseil auquel nous finissions enfin par accéder.

A cet instant je ne savais même plus quel élément avait remporté mon souffle. La beauté de la salle, l'impressionnante assemblée, la cérémonie du soldat ou cette écrasante impression d'être passée à la loupe par chacun des membres présents du Conseil. Les deux coups annonçant notre arrivée sur la lourde porte de bois peut-être. Est-ce que ma poitrine s'était soulevée depuis pour attraper un peu de l'air précieux pour ma vie ? Honnêtement je n'en étais pas sûre, mais il allait très vite falloir que mon corps se remette en marche si je voulais réagir à quelqu'une de leur question au lieu de rester plantée devant eux comme une idiote.

Ah bienvenue ma chère enfant, sang de mon clan. N’ayez pas peur de vous présenter.
Eh bien, donnez-nous cette lettre.
Notre lointain cousin, Zaël Lahzainhi, avait-il quelque chose à nous dire en plus de cette missive ?


Je récupérais la parole à la mention du nom de Zaël. Est-ce que le Roi de Busad m'avait confié une chose en plus ? Nos échanges s'étaient surtout concentrés sur Raskhal à vrai dire, les sentiments de l'Ovshin et leurs aspirations à tous les deux. Mais je ne pouvais rien omettre face au conseil j'imagine. Et je me sentais suffisamment sondé par le regard blanc de celle qui était la plus proches d'Orshin parmi les miens et de son familier pour ne surtout pas donner un prétexte à ceux qui servait Khugatsaa pour vérifier. Étrangement et contrairement à mes attentes, je ne pouvais m'empêcher de ressentir une certaine gêne alors que j'avais imaginé seulement de la bienveillance.

Je me nomme Mary Burrowes, j'habite dans le quartier de Süns et j'ai reçu cette missive des mains du Roi de Busad il y a deux jours. expliquai-je calmement en posant avec respect la missive sur la table en verre sceau vers le haut.

Les quelques pas supplémentaires que j'avais dû faire pour atteindre la table m'avait paru le plus difficile que je n'avais jamais fait. Sans compter qu'en plus de leur regard, je devais faire attention à ne pas bouger trop vite pour ne pas me retrouver avec la large lame de l'autre rigide de la porte sous la gorge. Je rassemblais mes idées en une respiration avant de reculer d'un pas.

Zaël Lahzainhi ne m'a rien confié de plus et je ne sais pas ce qu'elle contient. Il m'a cependant bien dit que les choses étaient tendues en Kharaal Gazar et que nous avions besoin d'unité durant ces temps troublés.

Je regardais quelques secondes vers l'adepte d'Orshin en me souvenant d'une chose supplémentaire. Malgré ce visage qu'un enfant aurait qualifié de visage de sorcière, elle et son familier me semblaient les personnes les plus rassurantes de l'assemblée. Depuis le début mon don était en sommeil, je refusais de me laisser envahir par leurs émotions, j'avais déjà bien assez à faire avec les miennes. Mais dans ses yeux j'avais l'impression de lire un encouragement auquel je m'accrochais pour continuer. Qu'il soit réel ou le fruit de mes émotions. Peut-être était-il déjà au courant ? Mais il m'avait posé la question eux-mêmes.

J'ai aussi... entendu le récit d'une réunion que le Primo-Gharyn aurait conduit à Busad pour demander l'union notamment avec la région de Khurmag. Mais je n'étais pas encore présente à Busad à cette date, je ne saurais vous dire exactement comment l'idée a été accueillie.



Couleur de Mary: #33ccff
Couleur de Pom: #33ccdd, Couleur de Pilm: #3399ff

Voir le profil de l'utilisateur