Revenir en hautAller en bas
Chroniques d'Irydaë
Bonjour, et bienvenue sur les Chroniques d'Irydaë. Déjà inscrit ? N'attends plus, et connecte-toi dès maintenant en cliquant sur le bouton "Connexion" ci-dessous !

Vous êtes nouveaux, que ce soit sur ce forum ou dans le monde du RPG ? Le choix d'un forum sur lequel vous pourrez vous épanouir n'est pas anodin, et il vaut mieux pour cela connaître l'univers dans lequel vous vous trouvez ! Nous avons pensé à vous, en vous préparant un guide qui vous permettra de découvrir pas à pas le monde des Chroniques d'Irydaë.

Si malgré cela, des doutes subsistent, n'hésitez pas à adresser vos questions aux Administrateurs.

En vous souhaitant une agréable visite !



 :: Prologue :: Genèse :: Codex :: [Optionnel] Folklore
Page 1 sur 1


 L'écriture & l'éducation

Bolgokh
avatar
Jeu 14 Sep - 22:47
Irys : 100027
Profession : Créateur de monde à temps partiel
Administrateur
Les My'träns

L 'écriture

Chez les My'träns l'écriture se fait sur des parchemins (peaux d'animaux pour les plus démunis et pâtes végétales finement travaillées pour les plus aisés) ou encore des codex, ces carnets reliés en cuir qui s'ouvrent en labyrinthe de feuilles reliées. L'écriture ne sert qu'à la communication entre les villes et clans nomades, membres d'une même famille ou informations importantes, mais il n'existe aucun "média" (journeaux, presses...) à proprement parler : ce sont les voyageurs qui transfèrent les nouveautés et les rumeurs du monde de tribus en tribus. Zagash tout particulièrement est par exemple l'un des fournisseurs clé de papiers à l'intention du reste du continent, ses moulins étant réputés pour fournir un matériau d'une grande qualité.

Il va sans dire néanmoins que l'oralité reste au cœur de la culture my'trän malgré la présence de l'écriture comme témoin du passé. La plupart des clans nomades n'ayant ni les Irys ni le temps de se consacrer à la mise par écrit de leurs connaissances, il faut bien souvent attendre l'arrivée d'un scribe itinérant pour espérer en conserver une trace. Attention, cela ne veut pas dire pour autant que l'art de l'écriture est réservé aux plus riches ! Le Conseil de la Convergence, conscient de la nécessité d'éduquer les populations, mène depuis de nombreuses années une multitude d'actions dans le but de sensibiliser les tribus à l'apprentissage de la lecture et de l'écriture chez les enfants.

Qu'en est-il du courrier, alors ? Ne vous inquiétez pas, ce n'est pas parce que les My'träns n'utilisent pas les journaux qu'ils ne sont pas au courant des dernières nouvelles du continent ! Les missives transférées d'une région à l'autre sont légions, un rigoureux système de pigeons voyageurs (et autres bestioles ailées) quadrillant la zone. Ces animaux sont secondés de messagers à pieds ou sur montures, dont le travail consiste à courir en tous sens toute une vie durant afin de permettre aux Khorogs et Gharyns d'être toujours les premiers avertis.


L 'éducation

La vaste tâche qu'est l'éducation est assurée par des précepteurs nomades qui distillent ici et là leur savoir à tous les enfants de la tribu dans laquelle ils logent durant quelques temps. Puis vient le moment où ils reprennent leur route personnelle et se dirige vers une autre tribu, et ainsi de suite. Les précepteurs se partagent donc l'ensemble du continent, le but étant de varier les points de vue et les enseignements auprès des enfants. Cependant les My'träns les plus aisés peuvent aussi embaucher un précepteur privé qui, lui, restera pour sa part avec l'enfant jusqu'à ce qu'il devienne adulte ou n'ait plus rien à apprendre. Un parcours lambda se traduirait donc de cette manière :
  • Lors de l'enfance, les apprentissages vont surtout avoir pour but d'éviter que le petit mage ne se mette en danger et ne mette en danger les autres. On va donc lui inculquer des valeurs universelles telles que la retenue, la patience et la bienveillance, en plus des enseignements de base comme nous pouvons l'apprendre dans nos écoles irl (l'écriture, l'histoire, la géographie, les mathématiques, etc.) et bien entendu, la présentation théorique de tous les Architectes et des idéologies qu'ils véhiculent.

  • Ce n'est qu'à l'adolescence (11-12 ans) que la gestion "technique" de la magie va débuter. Mais c'est en réalité plus compliqué que cela puisque cela va dépendre de l'orientation souhaitée par l'enfant et/ou les parents. Si l'objectif est d'en faire un fermier, un forgeron ou autres métiers "manuels", il ne suivra pas d'apprentissage bien défini. Il évoluera généralement en autodidacte ou par les conseils des parents sur les utilisations pratiques de sa magie. Si en revanche l'individu a pour vocation de devenir un chasseur/soldat, on lui enseignera surtout à employer sa magie pour assurer d'abord sa propre survie, et plus tard à savoir l'utiliser à des fins offensives. L'enseignement se fait généralement dans des établissements spécialisés, qui mélangent autant la théorie que la pratique.

Il existe par ailleurs dans les capitales principales de My'trän de grandes écoles réservées aux plus talentueux. Eoril propose ainsi par exemple une formation complète dans les arts du spectacle et du cirque, lorsque Dyen se targuera de former des dragonniers performants. Une multitude d'écoles différentes sont possibles ! Toutefois il vous faudra dans la majorité des cas débourser des sommes conséquentes pour avoir le luxe de suivre de tels enseignements. Il faut également bien avoir en tête qu'il est plus difficile d'y accéder si le candidat vient tout droit de la campagne profonde my'trän, que s'il est issu des quartiers citadins d'une capitale, une légère discrimination s'opérant régulièrement dans l'esprit des recruteurs.



Les Daënars

L 'écriture : la culture de la presse

Chez les Daënars, le paysage éditorial est déjà le même que celui de notre XIXème siècle : on retrouve le livre sous sa forme actuelle, de grosses encyclopédies à la typographie poussée comme des formats poches ou des magasines. En termes d'imprimerie, le modèle Linotype est le plus courant dans la société daënar. Beaucoup plus récent, le modèle Monotype commence à peine ses premiers essais et n'a pas encore été clairement industrialisé ni amélioré de ses quelques défaillances originelles. Il va sans dire que ces machines coûtent extrêmement cher du fait de la finesse exigée dans la construction d'un tel réseau mécanique ! Malgré leur prix, la Presse est omniprésente dans leur culture, et les firmes de magazines se disputent les gros titres comme des chats un bout de poisson. Parlons donc des journaux !
  • Contrairement à la presse du XXIème siècle, les magazines daënars sont extrêmement impliqués dans la politique et les avancements de la société. Beaucoup de grands noms de journalistes sont craints ou aussi populaires que de véritables stars. La presse est aussi vecteur de réflexion sur des sujets philosophiques, sociologiques et scientifiques, puisque plusieurs éditeurs/chroniqueurs proposent régulièrement la parution des dernières recherches ou des fragments de débats sur l'avancée du monde. Concernant la littérature, le phénomène du "feuilleton" en est à son âge d'or et beaucoup de futurs écrivains font leurs débuts dans ces journaux avant d'être réellement publiés sous un format plus conventionnel. En somme, être éditeur de presse est un poste aussi prestigieux qu'il a pu l'être au XIXème siècle ! Beaucoup de petits éditeurs tentent l'aventure, peu survivent à la dureté du marché tant la concurrence est rude.

  • La presse est par extension accessible à tout le monde. Du moins, la majorité des journaux, sauf les plus prestigieux qui eux s'achètent à des prix exorbitants... Mais attractifs par extension pour la bourgeoisie, toujours désireuse de se distinguer du bas peuple. Cela dépendra donc du nom du journal, de sa visée éditoriale ou encore de sa popularité ! Lorsqu'une boîte débute, ses publications seront toujours un tantinet plus cher puisqu'il faut bien atteindre une première stabilité financière. En règle générale néanmoins un journal ne coûte guère plus que quelques Irys, distribué dans les rues par les fameux crieurs et jeunes adolescents désireux de se faire un brin d'argent de poche.

  • Vous l'aurez sans doute compris, mais il y a... Un nombre incalculable de journaux différents sur le marché, le plus connu étant l'Iryd' Hebdo. Ils ne se répartissent certes pas par région pour les plus populaires, mais il faut bien qu'ils naissent tout d'abord quelque part. Un journal est donc par exemple créé au Tyorum, puis tendra à s'agrandir à l'échelle internationale s'il gagne en succès. Par ailleurs, il peut très exister aussi des petits journaux régionaux, à l'impact moindre.

Qu'en est-il de la liberté de la presse ? Vaste question qui mériterait un débat à elle seule ! Car oui, officiellement, celle-ci existe bel et bien sur le papier. Concrètement et dans les faits, nous le savons, ce n'est jamais tout à fait vrai et ce depuis toujours... Des connivences et pactes passés dans l'ombre sont orchestrés, des Irys discrètement échangées sous le bureau. La presse est omniprésente est possède une force incroyable sur le peuple, il est évident que tout politique souhaitera s'y intéresser et y obtenir des alliés. Certains journaux sont donc très clairement dans les papiers de l'UNE, lorsque d'autres semblent s'y opposer, ou encore prôner l'anarchisme le plus total... Et même peut-être des journaux pro-My'träns ! A savoir que s'opposer officiellement à l'UNE n'est jamais sans risque... Ainsi certains journaux ont mystérieusement été rachetés dans la nuit par un acheteur anonyme, puis subtilement détruits ou remis dans le droit chemin. L'argent fait loi !


L 'éducation

Pour ce qui est de l'école, il s'agit également d'une scolarisation ouverte, gratuite et obligatoire pour tous les enfants jusqu'à leur douze ans. Donc des bâtiments dédiés à cela, avec des maîtres d'école, mixtes la plupart du temps. La scolarisation commence ainsi à partir de 6 ans, ce qui pose d'ailleurs de gros problèmes sociaux dans la société daënar. Les familles pauvres ne pouvant se permettre de cesser trop longtemps de travailler, il n'est pas rare que les mères se retrouvent à aller sur leur lieu de travail avec les jeunes enfants dans les pattes : des mains inutiles et un danger supplémentaire pour la sécurité des ouvriers. Les plus riches peuvent pour leur part embaucher des gouvernantes, ce qui règle le problème en journée jusqu'à l'entrée à l'école !

Les enfants issus de familles pauvres peuvent retourner travailler avec leurs parents après leurs douze ans, mais l'école est officiellement gratuite jusqu'aux enseignements supérieurs. Les grandes études deviennent alors extrêmement chères, à moins d'obtenir une bourse d'aide par l'état pour les plus talentueux des étudiants, susceptibles d'apporter à l'avenir des innovations techniques. Pour les familles les plus aisées, là encore, elles peuvent faire appel à des tuteurs privés et demander une dérogation si ça leur chante pour que leur enfant ne voit même jamais une école de sa vie. Mais il faut justifier du fait que ce dernier reçoive malgré tout une éducation jusqu'à ses douze ans minimum pour avoir ce type de permission. Autrement, il existe des écoles privées et payantes très haut de gamme ! Nous pouvons par exemple citer la très révérée école de médecine de Cerka ou encore l'école navale de Prorig. Qu'en est-il des bourses et de l'université ?
  • Les bourses existent à Daënastre et sont en général procurées par l'UNE en "personne". Le gouvernement steampunk ne vivant pratiquement que de technologie, ils encouragent forcément la recherche en ce sens et toutes les innovations possibles (sciences, médecine, mécanique... etc). Il est également tout à fait possible que le chemin des candidats croise celui de gracieux parrains ou mécènes pour les intimes, ces riches intellectuels (ou politiques qui veulent paraître intéressants et éclairés) qui souhaitent prendre sous leur aile un étudiant particulièrement prometteur.

  • Concernant la spécialisation par université, il y a bel et bien des départements privilégiés selon les régions. En revanche, rien de trop extrême ni manichéen : les écoles de médecine existent même en dehors de Rathram, quand bien même celle située là-bas bénéficie d'une très grande réputation et d'un beau prestige, par exemple. Nous pourrions comparer cela à une université prestigieuse de capitale, contre une université de province sans réputation, en terme de différentiel.


~ N'hésitez pas à adresser vos questions par MP à Asmigal, Khugatsaa ou Möchlog, ils se feront un plaisir de vous aider ! ~
Voir le profil de l'utilisateur