Revenir en hautAller en bas
Chroniques d'Irydaë
Bonjour, et bienvenue sur les Chroniques d'Irydaë. Déjà inscrit ? N'attends plus, et connecte-toi dès maintenant en cliquant sur le bouton "Connexion" ci-dessous !

Vous êtes nouveaux, que ce soit sur ce forum ou dans le monde du RPG ? Le choix d'un forum sur lequel vous pourrez vous épanouir n'est pas anodin, et il vaut mieux pour cela connaître l'univers dans lequel vous vous trouvez ! Nous avons pensé à vous, en vous préparant un guide qui vous permettra de découvrir pas à pas le monde des Chroniques d'Irydaë.

Si malgré cela, des doutes subsistent, n'hésitez pas à adresser vos questions aux Administrateurs.

En vous souhaitant une agréable visite !



 :: Les terres d'Irydaë :: My'trä :: Suhury
Page 2 sur 2
Aller à la page : Précédent  1, 2


 La vie n'est qu'un mensonge [Terminé]

Allys Terasu
avatar
Sam 6 Jan - 19:25
Irys : 641757
Profession : Ingénieur mécanique
Daënar +1
La montée du campement était aussi aisée que rapide. Aurore était une spécialiste en la matière et Allys se défendait bien également du haut de ses expériences dans le désert. Monter rapidement une tente était chose facile pour elle, la seule difficulté étant que celles-ci étaient plus élaborées. Malgré tout, la jeune femme offrit une aide non négligeable au vu de la fraîcheur glaciale. Allys connaissait bien ce phénomène. Les nuits désertiques étaient à l'opposé du jour et il valait mieux rester à l'intérieur, bien réchauffé par de lourdes fourrures si l'on ne voulait pas finir mort de froid. Le froid de cette région n'était pas aussi brutal mais il était malgré tout particulièrement mordant.

Malgré tout, les jeunes femmes trouvèrent le temps de discuter. Enfin, plutôt, elles n'avaient pas l'envie de laisser le silence s'installer entre elles. Pas Allys en tout cas. Elle eut même un sourire entendu lorsque sa comparse se montra compréhensive face à sa situation amoureuse, loin de s'imaginer les tourments intérieurs de son interlocutrice à ce propos. En revanche, elle remarqua à nouveau un trouble chez la jeune femme lorsqu'elle évoqua l'exposition. Elle se montra hésitante, vague dans ses propos et pourtant elle se massait nerveusement le bras. Poussant un long soupire, et peut être à cause du regard d'Allys, elle osa franchir le pas de l'honnêteté.


« Je pense que ce n’est pas aussi simple que ça… L’attachement envers une personne, c’est une chose, mais envers son peuple c’est autre chose. J’ai envie de croire, comme vous, évidemment, que tout n’est qu’une question de volonté, qu’avec un soupçon de persévérance  tout est possible… Malheureusement, ce n’est pas aussi simple que ça… En cas de conflit, il faudra bien faire un choix… Que choisir entre son propre sang et des potentiels sentiments ? »

Les yeux de l'ingénieure s'arrondirent de surprise. Elle était amoureuse d'un daënar, voilà pourquoi elle se montrait aussi gênée. Pour une My'träne de pure souche cela devait être extrêmement difficile de s'avouer une telle chose. Cela impliquait tant. Cela remettait en question la vision de l'autre, s'exposait à une opinion négative de l'entourage et cela posait un dilemme insurmontable. Allys n'eut pourtant pas le temps de réagir davantage que la belle rousse détournait la conversation, informant la jeune femme que son compagnon serait malheureusement absent à son retour. Elle haussa les épaules en soupirant. Après tout, c'était logique... Hex était loin d'avoir un emploi du temps modulable contrairement à elle. Elle rentrerait seule alors. Ou pas. Aurore avait alors eu l'idée soudaine d'accompagner la jeune femme afin de tenter de retrouver quelqu'un. Ce quelqu'un, il était clair qu'il s'agissait de l'homme qui hantait son esprit et son cœur.

S'apercevant alors de sa demande, la rouquine s'échappa à la vision d'Allys, partie en quête de bois pour le feu. Se mordillant la lèvre inférieure, la métissée prenait la pleine mesure de l'enjeu d'une telle demande. Bien qu'elle apprécie la solitude, il était impensable de refuser. Si elle le faisait, Aurore perdrait l'étincelle que la blonde avait pourtant parvenue à allumer. Il fallait qu'elle l'aide, au contraire. Ou que cela mène, Allys était persuadée que la bonne chose à faire était de laisser à la my'träne la possibilité de se jeter dans l'inconnu. Qu'elle choisisse son peuple ou cet amour naissant, au moins, elle prendrait une décision qui n'appartiendrait qu'à elle-même.

Allys se laissa tomber dans l'herbe, frissonnant légèrement lorsqu'elle ressenti la fraîcheur au contact de son dos. Elle laissa son regard dériver dans le ciel, se perdant dans l'immensité étoilée. Elle mit un certain temps à réaliser le retour d'Aurore tant celle-ci s'était faite discrète.


« Vous devez être fatigué, nous prendrons la route demain dès les premières lueurs du jour. »

Allys se redressa alors sur ses coudes.

« Oh, non. J'étais juste ailleurs. » Elle lui lança un regard appuyée. « Et puis ce serait un peu cruel de vous laisser sans réponse. Vous n'en avez pas dit beaucoup mais suffisamment pour que je comprenne votre situation. Je vais vous aider. »

Elle laissa son regard se perdre à nouveau dans l'immensité de l'univers. La nuit avait toujours eu un effet étrange pour elle. Celle-ci apportait de la quiétude mais aussi le sentiment d'être petit et insignifiant. C'était quelque chose d'étrange et agréable à la fois.

« Je ne sais pas ce que l'avenir nous réserve mais je suis sûre d'une chose, votre architecte ne voudrait pas vous voir souffrir. Et si vous ne venez pas maintenant, vous n'en aurez plus la force n'est-ce pas ? Pourtant ce sentiment que vous éprouvez pour cette personne, rien ne serait plus destructeur que de le nier et continuer votre vie comme s'il n'avait jamais croiser votre route. Vous devez le retrouver, peut importe ce qu'il adviendra ensuite. Je suis sûre que si un choix devait se poser ensuite vous saurez prendre la bonne décision. Et si pour cela vous avez besoin d'aide, comptez sur moi. Je sais... On ne se connaît pas mais je vous donne ma parole. »



Ma couleur : #9999cc
x11
Voir le profil de l'utilisateur

Aurore Seraphon
avatar
Dim 7 Jan - 13:21
Irys : 1023187
Profession : Agriculture/Chasse
My'trän +1
Aurore avisait la jeune femme à la chevelure grise, l’enviant quelque peu vis-à-vis de ce sentiment de liberté qu’elle semblait avoir. La my’tränne ne s’était jamais sentie libre, elle avait toujours eu une responsabilité sur les épaules, celle de ne pas décevoir sa famille, celle de faire attention aux autres, celle d’être celle qui fallait être au moment où il le fallait. Jamais la rousse n’avait pris le temps de se poser en s’interrogeant sur la question que tout le monde devait se poser un jour ‘qu’est-ce que je veux moi, Aurore’. Il fallait bien avouer que les derniers mois avaient été plutôt intenses, les voyages de la rouquine s’étaient fait beaucoup plus présent qu’auparavant. Sa mésaventure en juillet et cette rencontre particulière avait fini par achever le peu de raison qu’elle semblait encore avoir, pour ne se concentrer que sur des envies étranges, qui finiraient à ne pas en douter à se retourner contre elle. Debout, Aure avisait encore une fois celle qui était allongée dans l’herbe froide du lieu, coulant par la suite un regard au campement qu’elle avait soigneuse installée. Si la crainte n’était pas quelque chose de commun dans l’état d’esprit de la mage, celle de ne pas être à la hauteur était en revanche omniprésente. Comment pouvait-elle sincèrement s’imaginer qu’un non-mage, qu’elle avait rencontré dans des conditions particulières allait se souvenir d’elle et être heureux de la voir débarquer ainsi, un peu mode, ‘surprise, c’est moi’. Un soupir avait fui ses lèvres, inévitablement, alors qu’elle décrochait dans la même seconde un sourire sincère vers son interlocutrice.

- « Merci » avait-elle murmuré simplement, sa gorge se nouant quelque peu. « Reposez-vous bien. »

La jeune femme n’avait pas pour habitude de montrer une fragilité, encore moins la possibilité qu’elle soit réellement en mesure d’éprouver quoi que ce soit vis-à-vis d’une autre personne. Allys serait certainement la seule à connaître l’étendu de la problématique de la my’tränne. Affichant un nouveau sourire, Aurore avait fini par s’engouffre dans une tente, la plus proche d’elle. Non pas sans lancer un dernier regard à sa cliente, qui allait devenir finalement bien plus que ça. La guide allait devenir la cliente et la cliente, la guide dans quelque temps. S’allongeant sur le dos, retirant ses bottes, s’emmitouflant dans la couverture de laine, la my’tränne n’avait pas tardé à sombrer dans un sommeil certain, cependant toujours l’oreille attentive. Qui sait, ce qui pouvait arriver, lors de campement improvisé comme celui-ci. La nuit fut néanmoins reposante, apaisante, bien que quelque peu ponctuée par les rêves de la rousse, dont son esprit semblait prendre un malin plaisir à la faire imaginer le pire. Les premières lueurs de l’astre avaient fini par la faire émerger de son sommeil la jeune femme qui ouvrant les yeux, n’avait pas pu s’empêcher de ronchonner quelque peu. Enfilant ses potes, elle avait évidemment commencé son rangement sans faire trop de bruit pour laisser la possibilité à son alliée de se reposer encore un peu. Avisant les montures, elle avait récupéré les gourdes pour aller les remplir à la crique avant de revenir au campement. Tirant une barre de céréale de sa poche, qu’elle avait achetée avant leur départ, Aurore commença son petit déjeuner en silence. L’idée même d’avoir franchi une étape dans son choix de rejoindre le continent l’inquiétait quelque peu. La silhouette de la jeune femme avait fini par la sortir de ses pensées.

- « Nous sommes à 3 jours et demi de Aguu, environ. » Elle se pinça les lèvres reprenant « Bonjour Allys, vous avez bien dormis ? Prenez le temps de manger quelque chose, je vais terminer de ranger. Nous dormirons encore à la belle étoile la nuit prochaine. Certainement dans la forêt au pied de la chaîne de montagnes. »

Tout en terminant d’avaler son encas, la rouquine avait fini par afficher un sourire. Elle remonta sa chevelure en une queue de cheval haute et termina de s’appliquer dans le rangement du camp, éteignant le crépitement du feu restant. La jeune femme semblait très respectueuse de l’environnement puisque une fois tout parfaitement réinstallé, le lieu semblait dans le même état qu’avant l’installation. Après une bonne heure de préparation et de rangement, les deux jeunes femmes avaient fini par prendre la route. Celle-ci fut calme, un peu trop calme au goût de la rouquine qui aurait apprécié voir davantage d’animaux. Le campement fut installé en plein milieu de la forêt et la seconde nuit fut tout aussi calme que la première. Le réveil avait néanmoins été un peu plus complexe que le précédemment, une multitude de moustiques ayant semble-t-il fortement apprécié le sang des deux jeunes femmes. Aurore en avait plaisanté, le campement avait été de nouveau démonté et la suite du trajet effectué. C’est en passant le premier chemin montant la montagne que la première véritable difficulté avait fait son apparition. Un groupe d’homme, étrangement vêtu avait semble-t-il décidé de faire payer une « participation » pour laisser les voyageurs passer.

- « On ne passe pas » dit une voix masculine en sortant de la rocaille « Du moins, pas sans payer quelque chose ou offrir une compensation. »
- « Des belles femmes comme vous, voyageant seule, ce n’est pas très prudent » rajouta un autre qui descendit le petit sentier
- « Vous avez vu ça les gars, c’est qu’elles sont sacrément bien équipées les donzelles » termina le troisième arrivant en arrière des deux cavalières.

Aurore avait coulé un regard vers sa cliente, se demandant si celle-ci était en mesure de faire quelque chose. Prenant une légère respiration, la voix de la guide avait néanmoins fini par se faire entendre alors qu’elle glissait discrète une main à son carquois. Aurore était une très bonne archère, d’autant plus que ce talent couplé à sa maîtrise du vent permettait la réalisation de bien des exploits. Affichant un sourire en coin, elle avait fini par formuler :

- « Je doute que vous ayez envie de vous retrouver sans la possession de vos bijoux messieurs. Nos deux jolis minois n’avons pas réellement de temps à perdre et une longue route nous attends. Auriez-vous l’amabilité de vous décaler. »

Un rire gras s’était échappé des cordes vocales du premier qui avait fait son apparition, un homme plutôt petit, à la barbe brune imposante et visiblement non entretenue. Il avait mis une tape sur l’épaule de son second, provoquant une chute en avant de celui-ci. Le groupe ne semblait pas très bien organisé, ni forcément excellent combattant ce qui rassura grandement la rouquine. Un léger vent avait fini par se lever, celui-ci redoublant peu à peu d’intensité, jusqu’à provoquer la chute du gros Barbu.

- « Eh ! » Hurla-t-il « Vous voulez réellement jouer à ça ? »

Un sourire en coin et une flèche venaient tout juste de frôler son entre jambes, provoquant un trou léger dans son pantalon. Il avait redoublé de rage, alors qu’une nouvelle bourrasque de vent le faisait chuter en arrière. Aurore avait semble-t-il décider de s’occuper sans passer par quatre chemins des deux se trouvant devant elle, laissant le champ libre à sa binôme d’aventure, pour celui se trouvant derrière elles. Celui-ci venait d’ailleurs de reculer d’un pas en comprenant qu’il n’avait pas à faire à des touristes justes de passage.

- « Je ne loupe jamais ma cible » dit Aurore « Je m’entraîne souvent sur des pommes, en soit ça ne doit pas être bien différent. Ceci est un premier avertissement, la prochaine flèche ne fera pas que t’effleurer. »

Son regard s’était assombri, fatigué de devoir toujours faire preuve d’une certaine violence. Les my’träns ne pouvaient-ils pas prendre en considération que bon nombre de changement était actuellement en train de s’effectuer. Ne pouvait-il pas cesser les enfantillages et surtout de s’attaquer entre eux. L’homme étant certainement un novice ne maîtrisant pas suffisamment sa magie avait poussé son compère vers la jeune femme, celui-ci avait déjà les jambes tremblantes et il avait fini par prendre la fuite, en hurlant qu’il était désolé, que ce n’était pas sa faute à lui. Coulant un regard vers Allys, la jeune femme s’assurait que son adversaire était du même gabarit que celui qui lui faisait face.



x15
Aurore s'exprime en #ff9999
En ligne Voir le profil de l'utilisateur

Allys Terasu
avatar
Dim 21 Jan - 20:55
Irys : 641757
Profession : Ingénieur mécanique
Daënar +1
Combien de fois la Myträn avait-elle pu compter sur quelqu’un ? Était-ce déjà arrivé que l’on se soucie de ses besoins, ses envies ? Allys n’en savait rien mais elle avait de bonnes facultés d’observation et ses déductions s’avéraient souvent correctes. Aurore ne s’était pas attendue à une réponse favorable et l’émotion avait noué sa gorge. Troublée, elle avait prit congé.

« Bonne nuit Aurore. »

Allys resta un moment encore allongée ainsi. Le ciel sombre était pourtant illuminé d’étoiles. L’une d’elle sortait du lot, sa lumière plus intense, comme si elle cherchait à se démarquer des autres. Comme il le faisait toujours. Elle laissa alors l'image de son père bien aimé flotter devant ses prunelles, comme s'il pouvait réellement se trouver dans cet océan brillant. Levant la main vers cette étoile, elle referma la main, tentant d'attraper, de retenir le mirage. Mais cette image formé par son esprit s'étiola alors que de nouvelles larmes embuèrent ses yeux.

Elle s'assit, chassant cette humidité importune. Son esprit s'était égaré, cela ne devait plus se reproduire. Les jeunes femmes avaient un long périple devant elles. Se relevant, Allys se dirigea alors à son tour dans la tente adjacente. Elle se défit de ses bottes, ses longs gants de cuir et s'allongea sur son lit de fortune. Le sommeil ne tarda pas à s'emparer d'elle sitôt ses yeux fermés.

Allys s'éveilla au petit matin, mais lorsqu'elle sortie de la tente, elle s'aperçut que son acolyte était encore plus lève tôt qu'elle-même. Aurore avait déjà en tête le trajet à venir, si bien qu'elle en oubliait les politesses. Elle se reprit bien vite pour autant. La daënare haussa les épaules avec un sourire.


« Ce fut reposant. Je n'avais pas dormi à la belle étoile depuis... Je ne sais même plus. C'est agréable. »

A son tour, Allys entama son petit déjeuné. Il s'agissait d'un pain enrichi de céréales typiquement my'träns dont elle avait particulièrement apprécié la saveur. Elle croqua de bon cœur dans ce met d'une simplicité pourtant enfantine alors que Aurore s'affairait déjà au rangement du campement. Rapidement suivie par la femme du désert, qui n'était pas de nature à ce qu'on fasse les choses à sa place. Elle tint donc à aider la rouquine dès qu'elle eut terminé de se sustenter. Une fois la nature revenue à la normale et les bagages a nouveau chargées, elles reprirent la route.

Allys prenait le temps d'admirer les alentours. A l’allée, elle n'avait pas emprunté le même chemin et surtout, elle avait eut autre chose en tête que de faire la touriste. Là, elle prenait le temps de s'imprégner de ces paysages calmes et apaisants. Grâce à Aurore, elle voyait cette terre avec un œil nouveau, plus clément. Dire qu'elle se sentait My'träne était fort présomptueux, mais du moins elle n'était plus aussi hostile qu'à son arrivée.

Le second campement se déroula sans accrocs bien que le réveil fut difficile. Allys, recouverte de la tête aux pieds de piqûres de moustiques avait chassé ces infâmes bestioles toute la nuit et pesté la moue boudeuse au matin, ce qui avait amusé son acolyte. Finalement déridée, Allys avait reprit la route de meilleure humeur. Elle arrivaient bientôt à leur prochaine destination lorsqu'un imprévu leur tomba littéralement dessus. Un groupe d'hommes avec de mauvaises intentions. Vol au mieux, quant au pire... Mais ça il n'en était pas question.

Allys sentit le regard de la rousse alors qu'elle fronçait légèrement les sourcils. S'il y avait bien quelque chose que la jeune femme détestait c'était bien ce genre d'individus. Et il n'y avait pas qu'en Daënastre qu'on en trouvait malheureusement. Se pinçant la lèvre, Allys était déjà sur le qui-vive, observant tour à tour les trois hommes. Aurore, elle, avait déjà les mains sur son arc, prête à décocher s'ils ignoraient son avertissement. Ce qu'ils font, évidemment. Ça, l'ingénieure avait compris la leçon, c'était inutile de discuter avec de la vermine. Elle avait déjà essayé par le passé, sans succès.

C'est alors que la magie de la rouquine poussa en avant l'un des hommes, le faisant ainsi chuter au sol.Très vite suivit d'une flèche bien placée. Malgré sa rage, la My'träne connaissait parfaitement ses atouts et en usait sans contrainte. Deux d'entre eux étaient piégés, ne restait que le dernier.

Allys descendit de cheval et dégaina, un sourire dangereux aux lèvres. Face à elle, son adversaire leva son arme, la main légèrement tremblante. Il n'était pas encore effrayé mais il espérait malgré tout faire face à quelqu'un de plus faible qu'il pourrait maîtriser et ainsi prendre le dessus sur les femmes. Cependant, Allys, elle, marchait vers lui d'un pas assuré.


« Tu devrais prendre exemple sur ton ami fuyard. Je sais me battre et je n'hésiterai pas à te neutraliser s'il le faut. »
« C'est ce qu'on va voir ! » Rugit-il alors pour se donner du courage.

Le garçon était grand mais d'allure fluette et sa tignasse blonde légèrement hirsute semblait celle d'un jeune homme pas encore majeur. La jeune femme n'allait faire qu'une bouchée de ce petit gaillard. Pourtant, il se jeta à son contacte, la lame en avant. Le son vrilla les oreilles de la blonde lorsque le métal des épées s'entrechoquèrent non loin de son oreille. Mais elle avait de la force et de l'agilité. Sans se laisser submergée par la surprise, elle repoussa avec facilité l'assaut. Le garçon recula de quelques pas, tâchant de garder son équilibre mais il n'eut pas de répit. La jeune femme laissait pleuvoir une nuée d'attaque dans le seul but de créer en lui de la panique. Le cœur battant à tout rompre il tentait de riposter par de grands gestes désordonnés mais puissants. Il n'a suffit alors à Allys que d'une esquive à son attaque la plus grossière pour lui passer derrière, la lame sous la gorge.


« Maintenant lâche ton arme. »

L'homme ne dit mot mais il garda son arme comme s'il pouvait espérer une issue favorable alors la jeune femme resserra sa prise.

« Immédiatement. Je n'hésiterai pas à mettre fin à ta vie, aussi courte qu'elle soit. »

Finalement, l'homme laissa son arme tomber lourdement au sol. Elle coinça l'arme sous son pied avant de finalement  lâcher sa prise. Le jeune homme n'attendit pas qu’elle change d'avis pour s'enfuir à toutes jambes rejoindre son premier comparse. Le danger était passé mais Allys récupéra l'arme de son assaillant avant de se tourner vers Aurore, prête à lui donner main forte si besoin.



Ma couleur : #9999cc
x11
Voir le profil de l'utilisateur

Aurore Seraphon
avatar
Dim 28 Jan - 15:59
Irys : 1023187
Profession : Agriculture/Chasse
My'trän +1
Aurore n’était plus la même femme que quelque mois en arrière, son aventure avec l’industriel, le fait que sa propre vie avait manqué de lui échapper avait fini par définitivement la transformer. Si par le passé, les doigts sur la corde de son arc hésitaient lorsqu’elle se trouvait face à un humain, ce n’était plus le cas. La rouquine n’avait pas ce fait, pas ressentis le moindre sentiment négatif en laissant fuser sa flèche jusqu’à l’entre jambes de l’homme qui hurlait. Les cris de l’individu, le fait qu’il se soit laissé tomber sur le sol, gémissant, retirant la flèche en hurlant toujours plus fort n’avait nullement semblé déstabiliser Aure, qui au contraire n’en ressentait qu’un sentiment de colère grandissant. La my’tränne n’était cependant pas femme à offrir la mort, ou tout du moins à se juger capable d’avoir le droit de survie ou non d’une autre personne qu’elle-même. Fronçant les sourcils, elle avait fini par le surplomber de sa petite taille, acceptant la pluie d’insulte qui lui était adressée. La blessure devait être douloureuse, autant physiquement que mentalement, l’orgueil n’aidant pas à accepter le fait d’avoir été battue par quelqu’un, d’autant plus une femme.

- « Je ne vais pas te tuer » souffla-t-elle les dents serrées « Ce n’est pas de mon ressors de décider de ta vie ou non, cependant, si tu décèdes de ta blessure, je ne me sentirais pas responsable. » c’était semi-vrai, elle n’avait pas encore entièrement passée cette étape « Voilà ce qui va se passer, j’vais t’attacher, tu seras livrée aux protecteurs de la ville de Aagu. »

C’était tout. L’unique solution viable qui venait de s’immiscer dans ses pensées. Lâchant un soupir, elle avait néanmoins fini par mettre un coup derrière la tête du pauvre type qui n’avait de cesse de se montrer de plus en plus agressif, de faire l’asticot ou d’essayer de se relever main ensanglantée au panier. Pivotant légère sur elle-même de façon à pouvoir observer où en était Allys, elle afficha un sourire rassurant et rassuré. Le dernier homme venait de détaler comme un lapin. Aurore se maudissait de ne pas être parvenue à voir les enchaînements entre les deux individus. Cela ne faisait d’ailleurs aucun doute que sa cliente et future guide en territoire hostile s’en était particulièrement bien sortie. La rouquine n’avait semble-t-il, pas trouvé les bons mots à formuler. Ne pas trouver la bonne argumentation à avancer pour son agissement, aussi, préféra-t-elle laisser Allys constater par elle-même du choix qu’elle avait fait, celle de le laisser en vie. Récupérant sur une des poches de rangement de sa monture une ficelle, elle attacha les bras et les pieds de l’individu. Le tira par la suite sur le sol, jusqu’à le ramener au pied de la jument, avant de hisser le corps assommé sur l’animal qui ne bouge pas d’un centimètre. Il était lourd le bougre, trop pour que l’action se déroule sans aucune difficulté, après plusieurs minutes à manquer de se faire un torticolis, ou pire, de se bloquer le dos, l’homme avait fini par trouver son lieu de transport.

- « Hurmf, une bonne chose de fait. Le passage étant enfin libre, il ne nous reste plus qu’à monter jusqu’à Aagu. » elle décrocha un nouveau sourire « La route montagneuse, c’est plutôt agité, j’espère que tu n’as pas le mal de la montagne » plaisanta-t-elle

Délicatement, la my’tränne s’était hissé sur sa monture, vérifiant la stabilité de son passager de fortune qu’elle avait bâillonné au passage. Calmement, Aurore fit quelques appels de langue pour signifier à Alezane qu’il était grand temps d’avancer, elle s’assura néanmoins que Allys était tout aussi prête qu’elle et surtout pas blessé. Pas la peine de poser la question, un léger coup d’œil était largement suffisant.

- « Tu ne m’avais pas dit que tu savais faire fuir les petites brutes ? » plaisanta-t-elle

La monture avait fini par se mettre en route, les heures à venir s’annonçaient longues, les routes de montagnes grimpant, étant petite, cela n’allait certainement pas être une partie de plaisir pour les bêtes. Ni même pour les cavalières. La ville d’Aagu n’était vraiment plus loin, tout était une question de patiences, toujours une question de patience dans le fond d’ailleurs.

- « Je suis navrée pour cet incident. J’ignorais que notre peuple pouvait se montrer aussi stupide, comme-ci il n’y avait rien de plus important à gérer actuellement pour perdre son temps à embêter les voyageurs. » grogna-t-elle visiblement exaspéré par la situation.



x15
Aurore s'exprime en #ff9999
En ligne Voir le profil de l'utilisateur

Allys Terasu
avatar
Mer 7 Fév - 15:47
Irys : 641757
Profession : Ingénieur mécanique
Daënar +1
Allys perdit très vite sa posture de combat. Dans ses yeux ambrés flotta à la place un certain amusement. Aurore s'en était sortie aussi bien et le choix qu'elle avait fait s'en trouvait fort étonnant. Le dernier membre du groupe était assommé, l'entre-jambe en sang. Aïe, il ne fallait vraiment pas énerver ce genre de femme visiblement. A côté de la mage, l'ingénieure faisait bien moins peur. Cela dit, cela ne la dérangeait pas. Au contraire. Depuis son dernier état de furie, en mai, elle avait compris la raison de ce débordement de violence et elle s’efforçait depuis à garder le contrôle.

Laissant son acolyte s'occuper du captif, Allys remplaça sa lame par sa nouvelle trouvaille et rangea  l'ancienne avec ses affaires. Se mouvoir avec une arme fine à sa ceinture n'était pas forcément ce qu'il y avait de plus confortable déjà. Mais elle pourrait en avoir l'usage. La lame était bien plus intéressante et puissante que celle qu'elle avait acheté en Daënastre. Comme quoi, chacun son domaine de prédilection.

Aurore avait terminé de bazarder le corps sur sa jument et un sourire était alors apparut sur son visage alors qu'elle adressait quelques mots à Allys sur le ton de la plaisanterie. A son tour, l'ingénieure grimpa sur son cheval, le gratifiant de quelques caresses avant de l'enjoindre à avancer jusqu'à sa guide. Elle ignorait si le mal de montagne pouvait vraiment exister, et si c'était le cas, quelle serait sa réaction. Grimper une montagne à dos de cheval était une grande première pour la férue des transports en commun. Train, Aéronef, voir même bateau. Allys avait tout tenté, même de se faire transporter dans les petites voiturettes des grandes villes. Cependant, elle aimait également les montures du désert et plus communément les chevaux. Alors à bien y réfléchir, Allys était capable d'aller partout et n'importe comment avec joie.


« Tu ne m’avais pas dit que tu savais faire fuir les petites brutes ? »

La jeune femme secoua sa tignasse argentée, riant à son tour aux plaisanteries.

« C'est mon passe-temps favori ! Si c'est comme ça tout le long, ça sera une vrai partie de plaisir ! »

La jeune femme offrit un clin d’œil complice à Aurore, le sourire aux lèvres. Il était clair que l'ingénieure adorait les sensations fortes et se retrouver en pleine aventure aux côtés d'une femme forte comme Aurore était plaisant. La belle rousse n'avait plus rien à voir avec la première impression qu'elle dégageait. Allys avait vu son visage fermé au sourire illusoire se transformer au fur et à mesure de ces quelques jours. C'était en réalité une femme remplie de rêves et d'espoirs, possédant une forte personnalité et force de caractère mais dont la joie était communicative.

« Je suis navrée pour cet incident. J’ignorais que notre peuple pouvait se montrer aussi stupide, comme-ci il n’y avait rien de plus important à gérer actuellement pour perdre son temps à embêter les voyageurs. »

Allys fronça doucement les sourcils, revenant à des pensées bien plus maussades.

« Ça ne va pas te rassurer mais malheureusement c'est pareil partout. A Zochlom, je me souviens que le plus grand fléau c'est les marchands d'esclaves. Ils profitent de la misère des habitants pour acheter des personnes et les revendre à ceux qui ont le plus gros porte-monnaie. Et j'ai déjà rencontré en daënastre des personnes aussi malhonnêtes que celles qui nous ont agressé. Il y a de mauvaises personnes partout. » Elle lança un regard entendu à la mage. « C'est pour ça que j'ai appris à me battre. Ça me permet de leur mettre une bonne fessée s'ils me prennent pour cible. »

Les jeunes femmes continuèrent d'échanger sur le sujet pendant leur traversée de la montagne mais rapidement elles durent se concentrer et motiver leurs montures à grimper. Comme Aurore l'avait annoncé, la route de montagne était agitée et parsemée d'embûches. Malgré tout, les chevaux exténués et leurs cavalières arrivèrent finalement à la ville d'Aagu. Il était temps, car leur colis commençait à s'agiter. Allys, elle, de son côté, remontait ses longs gants nerveusement. Si les habitants voyaient sa prothèse, peut être attirerait-elle des ennuis à Aurore. Après tout, il était possible qu'ils donnent raison à cette confrontation si leur assaillant prétextait de s'être défendu contre une envahisseuse. A moins qu'elle ne se montre trop paranoïaque ?



Ma couleur : #9999cc
x11
Voir le profil de l'utilisateur

Aurore Seraphon
avatar
Dim 11 Fév - 12:33
Irys : 1023187
Profession : Agriculture/Chasse
My'trän +1
Aurore avait semblé interloquée par les révélations, des marchands d’esclaves ? Comment cela pouvait-il être possible ? Que faisaient les Gharyn pour protéger ceux qui se faisaient malmener par leurs propres peuples. Cependant, la rousse n’en dit rien, se contentant de conserver son questionnant pour elle-même. Que pouvait-elle dire de plus de toute façon ? Aurait-elle suffisamment le temps de découvrir tout ça une fois sur les terres ennemies.  Le trajet se déroula sans encombre, l’homme fut abandonné lâchement dans une des villes à des protecteurs, ou gardiens, ou miliciens. Personne ne chercha à négocier ou à trop questionner sur le pourquoi du comment et l’individu n’avait pas hurlé être une victime. Heureusement pour lui Aurore n’aurait certainement pas eu la patience de l’écouter geindre et mentir. La suite du trajet avait été calme sans embûche, évidemment il y eut quelque curieux qui étaient venus embêter Allys, mais rien de suffisant pour que cela tourne en nouvelle confrontation. Les deux jeunes femmes avaient poursuivi leurs chemins, confirmant le lien amical qui s’était nouée entre elle. Les jours défilaient, les nuits aussi et de campement en campement, elles avaient fini par arrivée à destination le port d’Etsiin.

- «  Nous y sommes » avait soufflé Aurore plus vraiment certaine de vouloir sauter le pas

Allys et la rouquine avaient fini par se renseigner pour le prochain horaire de départ, s’étaient installées dans une auberge non loin pour enfin prendre un véritable repas et se reposer un peu. Aurore en profita pour acheter des éléments importants de la tradition my’tränne comme pour avoir un peu de réconfort dans ces futurs moments de déprime. Abandonnant Allys un petit temps Aurore n’avait de cesse de se questionner, faisait-elle le bon choix ? Était-ce une véritable bonne idée de partir ainsi, comme ça, sur un coup de tête sans vraiment prévenir sa mère ? Installée à une table, elle entama la rédaction de deux lettres, une adressée à Odard, l’autre pour sa mère, afin d’informer l’un et l’autre de son départ. Les deux n’étaient pas rédigés de la même manière, celle pour le barde était un poil plus sincère, celle pour sa mère évoquant seulement quelque chose à accomplir dans un autre territoire, terminant par une promesse qu’elle n’était pas certaine de pouvoir tenir. Celle de revenir, prochainement.

L’heure du départ avait finalement approché, la my’tränne n’ayant pas renoncé, elle était montée en compagnie de son amie, coulant un dernier regard vers son continent qu’elle aimait tant. L’amour faisait parfois faire des choses insensées, l’avenir n’allait pouvoir que le lui prouver.  Quoi qu’il en soit Aurore était partie, enfin, direction un continent qu’elle ne connaissait aucunement. Sur l’eau, dans le bateau, aucune difficulté ne pointa le bout de son nez. Hormis la tristesse d’une femme qui quittait tout ce qu’elle connaissait pour un inconnu incertain. Aurore avait fait preuve de curiosité durant le trajet, questionnant son interlocutrice privilégiée sur les habitudes de vies chez elle, sur la façon de s’habiller, sur tout ce qui pourrait lui être utile pour retrouver Ludwig. Ne restait-il plus qu’à faire preuve de patience que ce soit pour l’une ou pour l’autre. Après des éclats de rire, des plats partagés, des moments de sommeil profond, les deux amies étaient finalement arrivés à la première destination changeant de bateau pour en prendre un autre. Cette fois-ci, le prochain arrêt serait la destination finale tout du moins, Aurore l’espérait. Autour d’elles des familles, des mages, des non-mages, des enfants et des adultes, tous semblaient partager cette même envie de renouveau ou de retour. Pas d’altercation entre les deux camps, pas d’attaque de pirate, juste le calme de l’angoisse nouvelle, d’un nouveau départ, d’une nouvelle découverte.

Aurore ne pouvait que se satisfaire d’avoir Allys à ses côtés, sans elle, la my’tränne n’aurait certainement pas osé sauter le pas, s’aventurer dans les terres obscures. C’était rare les personnes comme elle, d’autant plus rare que sous les yeux de celles qui avaient tant partagé, se dessiner à présent le port de la destination finale. Et maintenant ? Maintenant ce n’était plus possible de reculer, plus possible de revenir en arrière, ne restait-il qu’un choix, unique, définitif, avancer quoi qu’il arrive et ne plus se détacher de son objectif. Retrouver Ludwig.



x15
Aurore s'exprime en #ff9999
En ligne Voir le profil de l'utilisateur

Aller à la page : Précédent  1, 2
Page 2 sur 2