Revenir en hautAller en bas
Chroniques d'Irydaë
Bonjour, et bienvenue sur les Chroniques d'Irydaë. Déjà inscrit ? N'attends plus, et connecte-toi dès maintenant en cliquant sur le bouton "Connexion" ci-dessous !

Vous êtes nouveaux, que ce soit sur ce forum ou dans le monde du RPG ? Le choix d'un forum sur lequel vous pourrez vous épanouir n'est pas anodin, et il vaut mieux pour cela connaître l'univers dans lequel vous vous trouvez ! Nous avons pensé à vous, en vous préparant un guide qui vous permettra de découvrir pas à pas le monde des Chroniques d'Irydaë.

Si malgré cela, des doutes subsistent, n'hésitez pas à adresser vos questions aux Administrateurs.

En vous souhaitant une agréable visite !




 :: Les terres d'Irydaë :: Zochlom
Page 2 sur 2
Aller à la page : Précédent  1, 2


 [Terminé] [Event mondial] Zone de rafraichissement

Zaël
avatar
Mer 20 Déc - 9:01
Irys : 917218
Profession : Gharyn de Busad
My'trän +3 ~ Kharaal Gazar (homme)
Avec Pedro en début de soirée dans les jardins

La journée avait été harassante pour Zaël. La présence répétée de technologie, même petite, anodine pour les daënars la portant, était éreintant. Mais cela avait valu le coup : il avait pu discuter avec nombre de ces concitoyens, découvrir lui-même des choses ou des spectacles qu’il n’aurait pas vu autrement : comme le ciné’ranma, les adeptes de Khugastaa ne cessaient de le surprandre avec leur incroyable imagination ! Ou encore ce groupe de daënar et de my’tran travaillant ensemble pour faire rire les spectateurs !

Après une telle journée, bien pleine, se détendre dans les jardins de l’exposition était plus qu’agréable. Même s’il avait apprécié voir tout ses gens à l’expo, il était heureux qu’il y ait peu de monde dans les jardins. Un peu de tranquillité lui faisait du bien. Il serait bien resté seul un peu mais ses protecteurs n’avaient rien voulu entendre, ils lui avaient seulement fait la concession de se tenir à dix pas derrière lui.  Ainsi, il pouvait presque avoir l’impression d’être seul. Presque…

Pas que ça le gêna beaucoup en vrai, il avait une bonne capacité à se perdre dans ses pensées. Il ne fit guère attention au type seul au milieu d’un parterre de fleur avant que celui ne bougea pour revenir sur le chemin en lui faisant dos.  

« Monsieur, vous êtes perdu ? Je ne crois pas que vous trouverez votre chemin parmi ces fleurs. »

Comment expliquer sinon cet étrange aller-retour ? Ce devait être ça. Et si ce n’était pas lui qui organisait l’événement, il pouvait bien aider une âme perdue. À son drôle d’accoutrement, il supposait que cette personne était daënare ou pérégrine. Quelle idée étrange de ne mettre qu’une seule plume sur sa tête, elle semblait bien solitaire.

« Je peux vous aider peut-être ? »

Ses gardes derrières lui s’étaient bien entendu rapprochés quand il l’avait vu commencer à parler à un type inconnu. Ils se tenaient à présent à cinq pas de lui. Zaël, pour sa part, n’y avait absolument pas prêter attention, pas plus qu’il ne se méfiait de son interlocuteur.


x8
Code couleur : #cc00ff
Darim s'exprime en #00cc00
Voir le profil de l'utilisateur

Pedro de Sousa
avatar
Mer 20 Déc - 9:52
Irys : 1713927
Profession : Pirate
Pérégrins -2
A peine le pirate, déguisé en homme respectable, avait remonté sa braguette pour cherché ensuite à s'orienter dans ce fichu jardin qu'une voix lui parvint à ses oreilles dans son dos. Se retournant brusquement, il dévisagea un instant l'individu de bonne stature, le visage étrangement tatoué. Tout portait à croire qu'il souhaitait lui venir en aide et à vrai dire, un guide ne serait pas de trop pour le pirate. Pourtant, quelque chose lui disait qu'il fallait se méfier, ce quelque chose, c'était les deux sbirs qui commençait lentement mais surement à se rapprocher.

De Sousa avait le nez fin, et là, même pas besoin de laisser son intuition parlé, nul doute qu'il faisait face à un homme qui n'était pas un vulgaire badaud pour pouvoir se payer une garde rapprochée. Bref, s'il était venu trousser les bourses, en cuire je précise hein bande de pervers! C'était surement pas sur ce type qu'il allait porter son dévolu, alors, il fallait la jouer finement. Mais comment lui expliquer qu'il s'était retrouver au beau milieu des fleurs pour faire ses besoins?

Jetant alors un œil méfiant aux deux sentinelles, il gratifia son interlocuteur d'un faux sourire gêné avant de prendre l'accens du Sud.

- Bisoir chef! J'crois bien m'être pirdu. C'est que j'y viens tit juste d'arriver voyez... S'cusez moi, m'y présent, j'suis Kazam Dür'Guld, j'suis marchand exotique et pis bah... j'y pouvait pas rater un tel ivénement voyez... J'ivrais pas vi déranger chef... mi j'couné pas grand monde ici...

Il lissa un instant sa barbe avant de s'exécuter à une discrète révérence.

- Bah... si vous aviez la bonté di me recommander quelqu'endroits chef, ça sirez pas d'refus. Mais j'veux pas vous dérangez...

Ca passer d'la pommade y savait y fer le forban. Mais le poisson morderait-il à l'hameçon. Jouer la brebis égarée ça pouvait marché et si on pouvait le guider là où les choses intéressantes se déroulaient, pourquoi s'en priver?

- J'pi m'permettre di savoir s'qui l'chef y s'nomme? Z'avez pas l'air d'être un simple visiteur vu comme vi êtes accompagné, enfin j'y trompé pitètre?

Mon dieu le pitre! Fallait espérer que la mascarade fonctionne maintenant! Et toi le lecteur, te fou pas d'la gueule du capitaine, hein? ou alors j'viens personnellement te tordre les boyaux!



C'est qui l ' Patron, c'est qui !?? AHAH !!

×18
Voir le profil de l'utilisateur

Luka Toen
avatar
Jeu 21 Déc - 0:17
Irys : 594730
Profession : Historienne et naturaliste à ses heures perdues, médecin officiellement
Guilde +2 (femme)
- Entraîne Aurore, Hex, Klaus et Ruby à l'extérieur du Confluent, en direction du Chuluun et de la boutique de vêtements -



La main de notre frêle abeille fusa sur les lèvres de la baleine. Sacré nom, on ne hurlait pas comme ça dans un établissement de cette gamme, pas qu’on était aussi bigrement mignonne et aussi bleutée que le cœur des océans !

« Ma chère, ce n’est pas là le chant maritime que j’ai coutume d’entendre chez nos gracieux cétacés, à croire que la saison des amours vous a contourné. Mais je crois comprendre, regardez-vous, votre couleur est altérée. »

Elle esquissa quelques pas autour de la ravissante jeune femme, la faisant tourner entre ses mains pour mieux apprécier ses proportions et le plan stratégique qui déjà défilait dans sa tête. Allons bon, ne vous avisez pas d’oublier que notre tapageuse butineuse était une criminelle de la métamorphose, une artiste serial killer du déguisement et du subterfuge ! Il y avait là toute une peinture écornée par un débordement d’alcool. Qu’elle se rassure, rien d’irréparable pour une curieuse de nature.

« Retournons voir Jakar, il aura de quoi vous rendre votre splendeur avant que vous n’ayez eu le temps d’avoir froid dans vos sous-vêtements. »

Elle lui tapota gentiment le cuir chevelu, un sourire fort maternel ancré sur les lèvres.

« Monsieur Rosenwald, reprit-elle alors à son intention, puisque vous faites désormais partie de notre ordre tout à fait sacré, votre rôle d’écuyer et protecteur exige une tenue à sa hauteur. Vos fripes sont trop ordinaires, nous ne saurions souffrir la présence d’un citoyen habillé sans génie. Nous allons donc incessamment sous peu remédier à cela. »

Puis ses élancements d’oratrice se tournèrent vers sa comparse reine des neiges pour mieux la gratifier de son plein et entier assentiment :

« Nous n’avons que trop tardé ici, vous avez raison. Courrons dehors loin de ces mécréants qui ne sauraient savourer un bon ponpon bien fagoté lorsqu’ils en voient un ! Nous n’aurons qu’à faire une halte chez Jakar, et le vin d’Eoril sera à nous du côté du Chuluun charpenté. Peut-être un public à la hauteur de votre chant, chère baleine. »

Elle se saisit du bras d’Aure de cette autorité propre aux âmes ivres, soudain débordante de connivence à l’égard de ces nombreuses demoiselles qui l’accompagnaient dans sa descente intellectuelle. Un pour tous, tous pour un eut-elle la démangeaison de crier comme une idée folle, presque convaincue que leur épopée n’en était qu’à son début et s’apprêtait à plonger dans une palpitante péripétie : si l’un d’entre eux tombait, alors devaient-ils tous l’accompagner et s’offrir une soirée de beuverie comme jamais il n’en avait été ! Au moins débarrassaient-ils pour l’heure le plancher propret du Confluent, le maître du lieu n’aurait pas toléré davantage de pieds de nez à l’art de boire et de converser…

La chaleur tropicale de Zochlom les heurta à la sortie, ainsi que le bruit omniprésent des visiteurs partout en approche. La vitrine du Chuluun siégeait à deux pas de là, alléchante, tout à côté de leur maître déguiseur.

« C’est par là, reprécisa Luka, bien qu’Aure et Elsha soient d’ores et déjà des initiées de Jakar. »



[Hrp : Mes excuses pour le looong temps de réponse, beaucoup de choses à faire en période de noël ! D8]


Apparence complète de Renkhii
CODE COULEUR = #FFA500

Voir le profil de l'utilisateur

Zaël
avatar
Jeu 21 Déc - 8:58
Irys : 917218
Profession : Gharyn de Busad
My'trän +3 ~ Kharaal Gazar (homme)
Avec Pedro en début de soirée dans les jardins

Le type qu’il avait interpellé s’exprimait étrangement, demandant toute la concentration de Zaël pour comprendre. Il ne fit guère attention au placement des protecteurs ni que deux étaient restés dans l’ombre tandis que deux se tenaient à côté de lui. En fait entre son accent et sa façon de s’exprimer Zaël ne fut pas certain d’avoir tout saisis quand son interlocuteur ferma enfin la bouche. Que répondre ? Il ne voulait pas se montrer grossier et lui faire tout répéter. Il jeta un coup d’œil derrière lui mais ses gardes se tenaient derrière lui impassible.

« Monsieur Kazam ? Vous êtes là pour vendre ? Je pense que tout les stands sont déjà installés, les inscriptions pour participer doivent être close. En tout cas, toute l’exposition vaut le détour même si je n’ai malheureusement pas pu me rendre du côté Daënar. »

Il espérait que cet étranger ne serait pas trop déçu. Pour ne pas le laisser en plan là, il lui fit une proposition pour l’aider et en profita également pour assouvir sa curiosité. Le type avait l’air assez aimable et loquace pour lui répondre.

« Je peux vous ramener à l’entrée de la Place des Irydars, de là vous pourrez vous rendre à l’un des deux pavillons facilement ou à votre campement. Si je peux me permettre, quel est cet accent ? Je ne le reconnais pas mais il y a tellement d’endroit dont j’ignore pratiquement tout. »

Tout en disant cela, il commença à marcher entraînant à sa suite ses protecteurs, toujours en deux groupes de deux. Toujours pas d’âme qui vive alors qu’ils revenaient sur le chemin principal. Les participants devaient encore tous se trouver dans l’exposition même. Ou alors caché dans des recoins pour trouver du calme ou autre chose.

« Ah, excusez-moi, j’oubliais encore de me présenter : Zaël Lahzainhi, enchanté de faire votre connaissance. »

Oubli plus gênant ici qu’à Busad. Tout le monde était loin de connaître les Architectes, comme il avait pu à nouveau le constater plus tôt, alors les dirigeants de My’tra…


x8
Code couleur : #cc00ff
Darim s'exprime en #00cc00
Voir le profil de l'utilisateur

Pedro de Sousa
avatar
Ven 22 Déc - 22:53
Irys : 1713927
Profession : Pirate
Pérégrins -2
Ici pour vendre? Intérieurement le Vieux Loup se répondit pour lui même *Plutot voler mon coco! Ahahah!*, pourtant dans les faits, afin de maintenir intacte sa couverture, se devait-il d'avoir un tout autre discours et pour couronner le tout, son aimable guide semblait un peu trop curieux.

- Niou niou chef, j'suis pas là pour vendre, hihi, vous méprinez pas! Ci ti bien aimable di mi dressé l'plan d'l'ixposition chef! OOOoooohhhh et vous tricassé pas avec mon accens, si ti originaire di ma tribu nomade... vi counissez pas chef! Pi bicoup di gens counaissent!

Emboitant le pas de Zael qui avait fini par se présenter, ce nom lui disait fichtrement rien d'ailleurs, il jeta un cours regard vers ses deux sbirs qui tenaient bien leur rôle. Le duo traversant le jardin, de Sousa cherchait à nouer un peu plus le contact et tenter de tirer quelques vers du nez à son compagnon.

- Dites moi chef, qui s'qu'y vaut l'détour? J'm'y srirez bien tenté par le coté Daenar... mi j'is cru comprendre qui avait aussi une réception? L'i expositions vont pas divoir fermé?

Ils arrivèrent finalement sur la Place des Irydars, un choix difficile pour Pedro qui hésitait... Bal ou pavillon d'expo?

- En ti cas... c'fut un plisir, chef! J'vais pas voui importiner pli longtemps... enfin... a moins qu'vous souhaitiez m'y faire dicouvrir di gens.

Si Zael prenait congé, de Sousa s'en irait surement vers le pavillon Daenar, dans le cas contraire, autant profiter d'un guide... sans doute riche (vu ses deux gardes) qui pourrait lui présenter de fait... de riche victimes, sinon ce serait au petit bonheur la chance! Héhé.



C'est qui l ' Patron, c'est qui !?? AHAH !!

×18
Voir le profil de l'utilisateur

Zaël
avatar
Jeu 28 Déc - 20:43
Irys : 917218
Profession : Gharyn de Busad
My'trän +3 ~ Kharaal Gazar (homme)
Avec son accent toujours aussi prononcé Zaël avait toujours du mal à le comprendre. Sans indication de la part de son interlocuteur, impossible de le replacer en plus. Pas que cela eut changé grand-chose à part assouvir la curiosité du primo-Gharyn. Tout en l’écoutant, il fronçait les sourcils, non pas par contrariété mais par concentration.

« L’détour ? Oui, bien sûr. Je ne sais rien du pavillon Daëanar, je n’ai pu malheureusement y mettre les pieds. Mais côté my’tran, tout comme à la place des Irydars, il y de belles choses à voir. Tout dépend ce qui vous intéresse. Les spectacles, les stands ? Côté my’tran vous pourrez observez des maîtres dans leur art et des nouvelles utilisations de la magie, il y a même un cour sur la magie pour s’y essayer. Sur la place des Irydars il y a des conférences ainsi que des spectacles variés. »

Il était vraiment déçu de ne pouvoir aller encourager l’effort Daënar également. Bien sûr, il avait parler à quelques uns venu voir les stands étrangers. Mais ce n’était pas les exposants. Même avec toute la bonne volonté du monde il ne pouvait s’y rendre et ça l’attristait au plus profond de lui. Au moins irait-il au bal avec l’une de leur compatriote, un beau geste qui devait compter, même si ce n’était pas de son fait. Il pouvait remercier le hasard qui fait bien les choses ! Même si ses gardes n’étaient pas du même avis.

« Mais tout ça est fermé pour ce soir. Il y a le grand Bal ! Un événement où vous pourrez rencontrer du monde à n’en pas douter. »

D’ailleurs, si les allées étaient éclairées, ils voyaient bien que peu de personne se trouvaient encore sur la place des Irydars. Un signe indubitable que tout était en suspens pour l’événement du jour !

« Je m’y rends moi-même avec une jeune femme. Nous pouvons marcher jusqu’à l’entrée, je vous laisserais y aller en premier. L’heure de notre rendez-vous n’est pas pour tout de suite. »

Sinon, il n’aurait pas été en train de flâner dans le parc. Il pouvait être tête en l’air, mais pas à ce point. Enfin, il ne croyait pas, il était mal placé pour s’en rendre compte.

« À moins que vous voulez vous promener ? »

Ce qui aurait été un choix étrange pour ce monsieur qui cherchait du monde. Ou du moins, c’était ce qu’avait compris Zaël...


x8
Code couleur : #cc00ff
Darim s'exprime en #00cc00
Voir le profil de l'utilisateur

Klaus Rosenwald
avatar
Jeu 28 Déc - 23:16
Irys : 84984
Profession : Garde du corps malgré lui
Pérégrin 0
Avec Luka Aurore Hex et Ruby à la boutique de vêtements.

Alors que Ruby venait d'en faire un poil trop pour ce genre d'établissement, Mayah mit son machiavélique plan à exécution.

- Retournons voir Jakar, il aura de quoi vous rendre votre splendeur avant que vous n’ayez eu le temps d’avoir froid dans vos sous-vêtements. Monsieur Rosenwald, puisque vous faites désormais partie de notre ordre tout à fait sacré, votre rôle d’écuyer et protecteur exige une tenue à sa hauteur. Vos fripes sont trop ordinaires, nous ne saurions souffrir la présence d’un citoyen habillé sans génie. Nous allons donc incessamment sous peu remédier à cela.


Ca y était, j'étais bon pour un ravalement de façade total, un verre de plus m'aurait peut-être aidé à assumer ce ridicule plus facilement mais il était trop tard, je ne pouvais visiblement plus reculer. Une fois de plus ma faiblesse me mettait dans une situation cocasse, qu'est-ce qu'il ne fallait pas faire pour satisfaire de belles femmes...

La boutique de ce Jakar était un amas d'étoffes de mille couleurs et d'autant de matières différentes, un dédale de textiles chatoyants et certainement dispendieux. Une odeur épicée se dégageait de bâtonnets d'encens disposés ça et là. Un homme qui semblait extraverti nous accueilli, ses traits étaient fins, presque féminins, il était vêtu de riches vêtements disons... tape à l’œil. Jakar me dévisageait d'une façon que je n'aimais guère et qui me mettait plutôt mal à l'aise.

- Qu'est ce que ce sera pour le bellâtre? Disait-il le sourire jusqu'aux oreilles.

- Heuuu... Mon amie Mayah ne veut pas d'un citoyen habillé sans génie, vous avez un costume de génie?

Je crus un instant qu'il venait d'avoir un orgasme quand je vis son visage s'émerveiller au prononcement du mot génie.

- J'ai EXACTEMENT ce qu'il te faut beau gosse ne bouge pas!

D'une de ses poches il sortit une cordelette et commença à prendre mes mesures. C'était la première fois pour moi, je trouvais étrange le rapprochement de ses mains de mon appareil reproducteur mais soit, je pris sur moi, cet homme semblait être un ami de Mayah et je me voyais mal lui décrocher la mâchoire devant ses amis. Une fois mes mensurations prises il se précipita au milieu de ses piles de tissus et revint me chercher quelques minutes plus tard pour me faire entrer dans un sorte de "cabine" dont la porte était un simple rideau.

Je ressortis de ce cagibi disons, changé. J'étais affublé de babouches dorées, d'un pantalon bouffant de soie bleue satinée, une large ceinture rouge qui n'était rien d'autre qu'un grand morceau de tissu enroulé autour de ma taille. Mon torse était nu et paré d'une sorte de gilet sans manches, marron et brodé de dorures. Pour clore le ridicule mon crâne était couvert d'un turban blanc enjolivé d'une fausse pierre précieuse rouge écarlate. Je rejoignis ma troupe le pas hésitant.

- OLALA MON CHÉRI MAIS TU ES MAGNIFAÏK!
S'exclamait l'urluberlu. Et voilà la touche finale! En me tendant une lampe à l'huile en cuivre.

- Et bien, je crois que me voilà adoubé...


Klaus parle en #00ccff


Voir le profil de l'utilisateur

Aurore Seraphon
avatar
Sam 30 Déc - 11:12
Irys : 938007
Profession : Agriculture/Chasse
My'trän +2 ~ Khurmag
~ A la boutique de vêtement avec Luka, Klaus, Hex, Ruby ~


Aurore coula un regard vers Klaus, ses yeux s’étaient légèrement écarquillés sous la révélation de l’évidence. Si lui ne pouvait plus voir, tous les autres eux pouvaient admirer le fessier de maya parfaitement tendu. La rouquine avait dû lâcher un soupir de dépit, légèrement perdue dans cette foule plus floue que prévu, l’alcool faisant visiblement parfaitement effet sur sa petite personne. Aure s’était massé l’arrière de la nuque visiblement gênée, avant de sentir un début de migraine pointer le bout de son nez. Ses mains étaient remontées le long de sa chevelure jusqu’à tapoter délicatement les oreilles rousses parfaitement dressées. Avisant une nouvelle fois Klaus, elle avait fini par simplement rouler des épaules, incertaine vis-à-vis de la suite des événements. Se concentrant une nouvelle fois sur les personnes composants se groupe un peu particulier, verre à la main, la jeune femme contempla Elsha venir au secours de l’abeille jusqu’à se retrouver les fesses dans le popotin. Cela devait d’ailleurs venir de ce genre d’incident, la célèbre expression avoir la tête dans le fessier.

Roulant doucement des yeux par réflexe, la rouquine en avait perdu l’équilibre, trop de gestes d’un coup, une terre non stable et voilà qu’à son tour elle avait manqué de se retrouver les fesses sur le sol froid. Ronchonnant, elle s’était agrippée au comptoir, comme une moule en pleine tempête à son rocher. Son visage avait quelque peu pali, la nausée du mal de mer tapotant délicatement le long de sa gorge. Serrant les dents, elle se faisait violence pour ne pas céder à la proposition d’expulsion du délicieux mélange ingurgité jusque-là. Aurore semblait avoir besoin de distraction, pour oublier ce ventre brassant indéfiniment la substance alcoolisée tentant certainement tant bien que mal de le digérer. Main toujours serrée autour du bois du comptoir, elle avisait la petite troupe. Elsha semblait vouloir changer de lieu, pour le plus grand déplaisir de la my’tränne. Bouger ne lui paraissait tout bonnement pas envisageable, Aure en était tout simplement incapable. Du moins le pensait-elle. Les événements avaient néanmoins fini par dégénérer, lentement, la baleine bleue sur ses talons compensés avait fini par agresser les passants, visiblement moqueurs.

Aurore avait froncé les sourcils une nouvelle fois, pas certaine de réaliser que tout pouvait prêter à sourire, juste en avisant la petite troupe au mélange bien plus qu’exotique. Prenant une légère inspiration, elle s’était relevée déposant une main amicale sur l’épaule de la dernière venue. Allons, allons, inutile de s’énerver, c’est bien ça qu’elle aurait du dire, mais au lieu de ça, elle lui murmura un regarde délicat, avant de faire lever un courant d’air, ou plutôt de moduler l’air pour faire soulever les jupes des charmantes dames passant un peu plus. Offusqué, le groupe de bonne femme avait fini par maintenir avec les mains les plis de tissus dévoilant un peu trop les dessous féminins s’éloignant en criant à la sorcellerie. Aurore aurait bien précisé qu’il s’agissait simplement de magie, mais elle n’avait pas eu la force de s’exprimer davantage et autrement qu’avec un petit ricanement.

L’abeille quant à elle, semblait avoir le genre d’idée lumineuse qui laissait à réfléchir. Cependant, aucune personne présente n’était en mesure d’activer le moindre neurone, l’alcool ayant ce délicat effet inhibiteur. Laissant échapper un nouveau filet d’air de ses lèvres, la rousse avait simplement opiné. Convaincu qu’il était inutile de résister, était-elle simplement en mesure de le faire ? De toute façon, la délicieuse abeille était venue lui prendre le bras avec cette force si spécifique aux individus ivres et Aurore s’était contentée de sourire. Au fond, elle se sentait bien dans ce méli-mélo de n’importe quoi. Comme-ci cette troupe pouvait être d’ancien vieux camarade, comme-ci tout était possible, malgré autant de diversité.


- « Heeeyyyyy » avait elle simplement grommelé entre ses lèvres, évitant la vague imaginaire de justesse.

Si l’abeille n’était pas présente, nul doute que chacun aurait pu admirer cette démarche non gracieuse, zigzagante et non féminine d’Aurore. Cependant, un modèle étant présent juste à ses côtés ne pouvait l’inciter qu’à faire attention à ce petit mouvement de hanche un peu trop prononcé. En sortant, c’est le brouhaha du lieu qui avait agressé en premier la rouquine, dont les oreilles n’avaient pas tardé à siffler. Cependant, le bruit semblait étouffer, comme-ci elle se trouvait dans une bulle, ou bien simplement que quelque chose faisait pression sur son oreille interne pour l’empêcher de parfaitement étendre. Aaaaaah les étrangetés de l’alcool. Quoi qu’il en soit, la chevelure flamboyante n’avait pas réellement eu le temps de se questionner, que déjà se faisait-elle embarquer jusqu’à un endroit qu’elle ne connaissait à présent que trop bien. La boutique de
vêtements. Une fois devant, la rouquine n’avait pas pu s’empêcher de s’exprimer, les mains en l’air, innocent :

- « Non, non ce n’est pas pour moi cette fois c’est pour lui. »

Jakar avait embarqué le pauvre homme, certainement loin de se douter de ce qui l’attendait. Aurore en avait presque eu de la peine pour lui. Cependant, elle était soulagée de ne pas de nouveau repasser entre l’imagination pas si experte que ça du tenancier et c’était donc contenté de sourire. Avisant la baleine, dont la tenue était toujours imbibée d’une couleur bleutée, elle la poussa légèrement en avant.

- « Tu devrais t’changer toi aussi. P’tetre bien qu’il a un déguisement de vraie baleine dedans. » Avait-elle simplement dit, lui laissant le choix de faire preuve de courage ou non.

À peine avait-elle terminé sa phrase que Klaus avait refait son apparition et c’est un rire sincère qui avait fini par fuir ses lèvres. Aurore en avait attrapé mal au ventre, tant la surprise était importante, la touche finale n’avait fait qu’accentuer le rire de la jeune femme qui avait fini par avoir les larmes aux yeux. Les mains sur les hanches, la jeune femme avait fini par se relever légèrement, prenant une grande et intense respiration, ne voulait-elle tout de même pas l’offenser.

- « C’est parfait » dit-elle « Vraiment parfait, je suis certaine que vous n’allez pas passer inaperçu aujourd’hui, peut-être que ça vous aidera même à retrouver votre amie. »



x5
Aurore s'exprime en #ff9999
Voir le profil de l'utilisateur

Pedro de Sousa
avatar
Lun 1 Jan - 7:18
Irys : 1713927
Profession : Pirate
Pérégrins -2
Avec Zael en début de soirée dans les jardins

S'efforçant de garder son sérieux et son étrange accens, le Capitaine de Sousa avait là devant lui un fort bon guide. Ce qui l'intéressait? Vider quelques trop grosses bourses (je parle toujours de bourses en tissu, pas de chair hein, bande de pervers!!! ^^) et il semblait, en écoutant religieusement Zael qu'au vu de l'heure les stand et pavillons allaient baisser rideaux pour laisser place au Grand Bal. Lui proposant de l'accompagner jusqu'à l'entrée, Pedro opina du chef non sans flatter d'une remarque son interlocuteur.

- S'bien imable chef! Ni ni, j'vais pas plus v's'impourtuner, pis c'est vous attendez una gazelle!

Ils redescendaient donc les jardins pour au bout de quelques minutes se retrouver face à l'entrée de l'imposante salle de bal. Oh tout le gratin devait s'y trouver, une aubaine pour les larcins du pirate sans foi ni loi. Se retournant alors vers Zael, il s'inclina légèrement avant de le remercier.

- S'ti un grand plisir d'vous avouar rencontré chef! J'vous impourtune pas plus longtemps! M'ci bicoup!

Sur ces mots, il se retourna dos à Zael et commençait àgravir les marches qui menait à la salle de réception, un large sourire carnacier aux lèvres sous sa barbue drue mais soigneusement coiffée en tresses. Il allait pouvoir se lancer dans un exercice périlleux, la peche au gros poisson bien gras d'yris! Il estpérait qu'elle soit bien prolifique, mais il restait prudent, il ne serait sans doute le seul brigand à chercher à trousser l'argent des plus riches et incrédules convives. Il laissait donc derrière lui les jardins et un homme qui allait falloir habilement éviter durant le bal... a moins que sa compagne ne soit un gros pigeon débordant de liquidité! Ahahahah! Hum.



C'est qui l ' Patron, c'est qui !?? AHAH !!

×18
Voir le profil de l'utilisateur

Hex Hekmatyar
avatar
Lun 29 Jan - 0:04
Irys : 136592
Profession : Soldat de fer
Daënar +3 ~ Vereist (homme)
Je ne pus faire autrement que m’esclaffer devant le nouvel accoutrement de notre invité, hurlant presque d'un rire hystérique que l'alcool déclenchait. Je dus m'appuyer sur ma collègue mi ours, mi daim, mi chèvre mi chouette mi humaine ou quelque chose dans le genre.
Ma tête tournait de toute façon affreusement et dans mon esprit plus grand chose n'avait de sens, alors voir quelqu'un débarquer en babouche avait autant de chance de me faire pleurer que rire aux larmes. Fort heureusement ce fut la seconde solution car voir la princesse favorite de tous les enfants pleurer comme une vache avinée à la table d'un bar temporaire aurait eu de quoi briser les espoirs de plus d'une princesse en devenir.
J'étais à moitié avachi sur la table, un bras pendant mollement dans le vide alors que le deuxième était fermement accroché à un verre de vin qui ne cessait de se remplir et de se vider au gré du temps. Mon esprit s'aventura un peu trop loin considérant presque le fait de considérer les Mages comme des gens civilisés, simplement incompris par les Daenars, comme ces derniers l'étaient des Mytrans.
Fort heureusement cette hérésie culturelle disparut comme une bulle de savon alors qu’un autre idée me fit à moitié me relever sur la table, comme un diablotin serait sortit de sa boite


-Vous savez ce qu'il manque à tout cet alcool heiiiiiiiin ?


Je pris l'abeille par la taille oubliant momentanément toute notion de politesse, la considérant déjà comme une camarade de beuverie dans un état similaire au miens. Un nouveau verre plus tard je l'attirais sur une table avec moi, mettant surement son jupon à la vue de tous mais peu importait, l'ambiance était bonne et la pudeur était une notion qui semblait avoir été oubliée par la plupart du petit groupe.
Je pris le visage de l'abeille dans mes mains, offrant un sourire d'enfant qui avait très envie de faire une bêtise

-Il manque des chansio... des chiainsio.... en fin de la musique quoi !



J'avais d'ailleurs lu quelque chose dans le dossier que le forain m'avait tendu. Cela avait été une sorte de musique que je devais chantonner en présentant le fameux faiseur de neige, mais évidement je m'étais contenté d'agiter le tuyaux à neige pour amuser les enfants, pas de chanter une chanson qui n'avait strictement aucun sens.
Mais maintenant que l'alcool faisait bien trop d'effet, cette petite comptine semblait prendre bien plus de sens. La table semblait bien plus haute, que prévu et il fallut plusieurs minutes pour monter dessus, révélant la splendide robe que je portais, le tissus délicatement pailleté et ouvert sur le côté révélant des jambes épilées avec soins par les femmes du forains.
Comprenez bien une chose à ce degré d'alcool j'aurai même pu essayer de me faire passer pour une prostitué si on me l'avait demandé avec suffisamment de conviction.
Ma main se plaça sur les hanches de Mayah et je lui fit un joyeux clin d’œil alors que mes chaussures à talon frappèrent la table.

-Alors ma chère abeille.... si tu es.. une fan tu dois connaitre mes chansons favorites hein !!!!!


Je pris une grande inspiration, tachant de me souvenir des paroles et de garder mon équilibre en même temps. En situation normale c'était une épreuve simple, mais avec le cogneur de rathram, ou le liquoreux, enfin peut importe comment l'appelait Mayah, c'était à peu près aussi facile que de rester pur après être passé dans un bordel d'Unelia, enfin pur et riche, on s'entend bien.
L'inspiration prête je sussurait la première ligne du couplet, d'une voix qui se voulait suave mais qui dut sonner comme celle d'une poissonnière ayant trop hurlé la veille


-L'hivers s'installe doucement dans la nuit, la neige est reine, à son tour....


Spoiler:
 




Rose x 12
Voir le profil de l'utilisateur

Ruby Nyë
avatar
Dim 4 Fév - 10:33
Irys : 365891
Profession : Aide vétérinaire à la clinique Kali'ns
My'trän 0
~ Avec Aurore, Hex, Klaus et Luka en direction du Chuluun et de la boutique de vêtements. ~

La belle Aurore adressa un regard entendu à la fougueuse baleine avant de faire s'envoler les jupe des damoiselles alentours qui s'offusquèrent immédiatement. Ruby laissa alors fuser un rire amusé mais soudainement les yeux de la baleine bleue s'arrondirent de surprise, louchant sur la main délicate de l'abeille posée sur ses lèvres. Aussitôt, le volume sonore de la petite créature des océans diminua jusqu'à disparaître totalement. De toute manière, il était inutile de protester face à cette femme possédant autant d'assurance malgré les litres d'alcool qui coulaient dans ses veines. Maya tourna autour de la bleuté puis la fit tournoyer entre ses mains tendit que son visage s'illuminait. Finalement, elle lâcha la petite baleine, qui, elle, eut quelques difficultés à enchaîner deux pas droits tant sa tête lui tournait soudain après ce petit manège à sensation.

« Retournons voir Jakar, il aura de quoi vous rendre votre splendeur avant que vous n’ayez eu le temps d’avoir froid dans vos sous-vêtements. »

Ruby décrocha un sourire lorsque l'abeille gratifia également monsieur l'ours de pareilles recommandations. Ils ne devraient pas décevoir leur chef de gang sous peine de se voir renvoyer dans le monde terne et sinistre les entourant. A ça, pas question ! Gonflée d'air, la baleine emboîta le pas de ses congénères. Elle les rendrait fières, ça oui !

« C’est par là »

Ruby suivit le doigt indicateur avec grande attention. Maya pointait une boutique fort surchargée de couleurs et d'étoffes diverses et variées. Dans tout ce fatras coloré, elle du plisser les yeux pour se rendre compte que ce qui remuait là dedans était un homme... Ou une femme ? La voix paraissait masculine quoique teinté de sons suraigus et les traits de son visage paraissaient plutôt féminins. Ruby se renfrogna, croisant les bras, c'était vraiment traître ça, comment devrait-elle l'aborder si elle ne savait pas de quoi il s'agissait ?

Ce fut le grand costaud du groupe qui osa le premier aborder l’étrange créature. Enfin, appuyé part le « c'est pour lui ! » d'Aurore. Avec courage, il brava son envie de fuir à toutes jambes dehors. Ruby l'applaudit de ses deux mains, lui lançant un regard des plus compatissant. L'homme-femme prenait des mesures avec une sorte de cordelette et lorsqu'il eut ausculté Winny sous toutes les coutures, il l’emmena se changer dans une cabine. Finalement, monsieur ours devint un génie. Sa transformation était totale et incroyablement réussie.


« OLALA MON CHÉRI MAIS TU ES MAGNIFAÏK!
« Woooooohhaaaa !!! » Renchéri Ruby, des étoiles dans les yeux.

Aurore la renarde poussa alors gentiment la petite baleine en avant, lui indiquant qu'elle devrait peut être en faire de même. Timidement, la démarche fortement zigzaguante, Ruby s'approcha de l'être transformiste. Elle leva le bras pour pointer de l'index de marchand.

« Mon amie l'abeille m'a dit que vous faisiez des merveilles et que je devrais venir vous voir. Alors voilà. Pouvez-vous me transformer comme mon ami l'ours qui n'est plus ours mais génie ? »
« huhum... » Marmonna-t-il dans sa main, en pleine réflexion. « Oui je vois, il y a matière à faire... Ce côté bleu... c'était une idée lumineuse mais l'exécution est un véritable massacre visuel... Nandidiou il faut remédier à cela IMMEDIATEMENT ! »

L'homme se saisit aussitôt de sa cordelette et entreprit de la mesurer sous toutes les coutures. Ruby s'empourpra rapidement mais se rappela que l'ours était passé par là peu avant. Elle prit donc son mal en patience. Quand il eut terminé, il entraîna la jeune femme dans la cabine et lui fourra dans les bras sa nouvelle tenue.

Tenue de Ruby:
 

Ruby sorti quelques instants plus tard, métamorphosée. Une perruque bleue trônait sur sa tête, un diadème posé sur le front et une baguette surmontée d'une étoile en guise d'accessoires. A son cou un ruban de satin bleu également. De long gants blancs et des bottes à talon bleues montantes à mi-mollet accompagnaient sa tenue courte et moulante : Une mini jupe bleue et un petit haut blanc dont le centre était un gros nœud bleu.

« Tu est EPOUSTOUFAÏK chérie ! »

Ruby se recula doucement avec un sourire gêné. Les étoiles qui brillaient dans les yeux du marchand et son petit mouvement du bassin allant de droite à gauche couplé avec ses mains jointes collées à sa joue procurait à la jeune femme de long frissons d'effroi. Cet être n'était tout bonnement pas humain. Elle préféra rejoindre à toute vitesse ses amis Klaus le génie et Aurore la renarde. Elle leur adressa un clin d’œil complice, leur faisant une petit chorégraphie de la victoire, leur lançant le fameux :

BALEINE MAKE UP !:
 

« Baleine Power, Make Up ! »

Ceci n'a aucun sens ? Pour la jeune fille fraîchement alcoolisée, si. Bras dessus bras dessous avec Klaus à sa gauche et Aurore à sa droite, ils partirent alors rejoindre leurs amies déjà arrimées au Chuluun. C'est d'ailleurs sans le moindre effort que Ruby les trouva. Les deux jeunes femmes se trouvaient sur le bar, dansant et chantant la chanson de la princesse. La sailor Baleine se mit à sautiller en tapant des mains.

« Je les ai trouvées ! » S'élançant déjà toutes nageoires dehors. « Attendez-moi les filles !! »

Ni une ni deux, elle grimpa avec toute la grâce d'un phoque sur le bar, et se trémoussa avec ses amies, les accompagnant de son chant mélodieux de reine des océans.



couleur : #cc99cc
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé

Aller à la page : Précédent  1, 2
Page 2 sur 2