Revenir en hautAller en bas
Chroniques d'Irydaë
Bonjour, et bienvenue sur les Chroniques d'Irydaë. Déjà inscrit ? N'attends plus, et connecte-toi dès maintenant en cliquant sur le bouton "Connexion" ci-dessous !

Vous êtes nouveaux, que ce soit sur ce forum ou dans le monde du RPG ? Le choix d'un forum sur lequel vous pourrez vous épanouir n'est pas anodin, et il vaut mieux pour cela connaître l'univers dans lequel vous vous trouvez ! Nous avons pensé à vous, en vous préparant un guide qui vous permettra de découvrir pas à pas le monde des Chroniques d'Irydaë.

Si malgré cela, des doutes subsistent, n'hésitez pas à adresser vos questions aux Administrateurs.

En vous souhaitant une agréable visite !
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet


 :: Prologue :: Correspondances :: Vos propositions
Page 1 sur 1


 Les Nunaqortoqut

Sakari Naasoqineq
avatar
Lun 12 Fév - 21:16
Irys : 495062
Profession : Homme de main
Pérégrin 0
Localisation :

Péninsule nord-est d'Als'Kholyn, dans Marnaka.
Par ses habitants, cette péninsule est appelée : Nunaqortoq (gentilé : Nunaqortoqut).
Marnaka est appelé : Nurnakaq (gentilé : Nurnakatut).
Le Khashin voisin est appelé : Semmekaperlak, littéralement le glacier sombre. (Gentilé : Semmekaperlakut).
Le sud d'Als'Kholyn est appelé : Akkqunataq (gentilé : Akkqunataqut)
Aildor est appelée Illoqarfik (gentilé : Illoqarfikut), soit littéralement la ville, car les Nunaqortoqut n'en connaissent pas d'autre.



Peuplement :

    On trouve des petits villages dans des sites d'abri, c'est à dire des escarpements du relief qui permettent de limiter l'impact du vent et des intempéries. Ces villages sont en bois, pierre, os, peau, avec au minimum un couple qui tient tout en ordre pendant que les clans sont en vadrouille.
    Un peu partout dans ce pays on peut trouver des cairns de pierre hauts de deux mètres, qui signalent les points de passage des pistes de migration, et ainsi balisent le paysage.
    Les Nunaqortoqut pratiquent l'exposition des nouveaux-nés. La population totale oscille entre 12 000 pour les périodes difficiles et 17 000 pour les périodes fastes.



Société et structure familiale :

    L'unité de base est le clan. Un clan est en fait une très large famille, entre 10 et 30 personnes, qui reste tout le temps ensemble lors des migrations. Les clans sont réunis en tribus. Il y a dix tribus, qui se reconnaissent entres elles par une sorte d'ancêtre commun déifié et mythologique, ayant accompli de grands exploits.
    Les Nunaqortoqut sont des semi-nomades, c'est à dire qu'ils passent une partie de l'année seulement en déplacement, à suivre les troupeaux d'animaux sauvages. Du milieu du printemps au milieu de l'automne, ils ont une vie de nomade et en hiver ils se replient dans des villages-étapes.
    Ces villages sont tenus par en général un ou deux couples, souvent âgés, qui sont des sédentaires permanents. Ils sont aussi chargés de l'accueil des femmes enceintes, et des blessés en convalescence.
    Les rencontre hivernales entre différents clans et donc tribus permet aux Nunaqortoqut de connaître les autres gens de leur peuple, d'échanger des savoirs, des biens, des récits, mais aussi des vengeances si nécessaire. Pour ce qui est de la justice, on s’en remet toujours au jugement des anciens.



Guerre contre les Khashans :

    Les incursions des voisins du nord-ouest sont assez fréquentes. De petits groupes entrent à Nunaqortoq pour chasser et dévorer ses habitants, villages et troupeaux d'animaux. Ils sont traqués sans la moindre pitié.
    Le principal acte militaire est l'incursion en territoire ennemi. À ce moment là, les chasseurs deviennent des guerriers. Les tribus se rassemblent toutes au même point : un immense cairn qu'il faut dépasser à sa gauche quand on entre en guerre, et à sa droite quand on rentre.
    Chaque guerrier est équipé d'une lance courte, d'un couteau et d'un arc. Les chefs de guerre sont élus.



Les deux modèles du Piniartoq et de l’Anguigaq :

    Cette façon de faire la guerre est à l’origine de trois grands types d’habitants : les sédentaires, les guerriers qui participent activement aux conflits occidentaux et les expéditionnaires qui partent vers le sud.

    Les sédentaires le sont pour des raisons précises et temporaires : la grossesse, la fin de vie, etc. Ils ne constituent pas un modèle de vie inspirant les jeunes générations.

    Les Piniartoqut sont les expéditionnaires, donc. Ils ont une réputation de solitaires, d’explorateurs. Leur vaste connaissance fait d’eux des érudits et des conseillers, qu’on appelle pour résoudre des problèmes techniques. Ils sont assez peu nombreux et leur statut de solitaire les dessert parfois, car ils sont naturellement moins aptes à commander.
    Dans un groupe de Piniartoqut, l’égalité est totale entre les membres, ce qui est permis par sa taille plus réduite.

    Les Anguigaqut, qu’on traduirait plus justement par lanciers, sont leur exact contraire. Ils vivent et combattent en larges groupes, ne s’éloignent jamais des leurs. Pour tout ce qui est des questions sociales et internes au groupe, mieux vaut s’en remettre à leur jugement, car ils connaissent tout le monde. Ils sont à la fois très bons pour exécuter les ordres et pour se faire obéir.
    Dans une troupe militaire, l’égalité est plus limitée, car la nécessité d’avoir des chefs et des soldats qui ne remettent pas en question le moindre mouvement s’impose très vite. Cependant, les chefs devant répondre de leurs actes et leurs places étant interchangeables, c’est une égalité de droit, plus raffinée que celle des Piniartokut.



Croyances :

    Les Nunaqortoqut ont, comme tout le monde, les My’träns pour ancêtres. Ils en ont gardé leur affinité avec les Architectes, mais ont perdu depuis fort longtemps leurs compétences magiques liées.

    Les Architectes sont appelés les Savuviniqut ; les anciens artisans du monde. Les neufs ont vu leur nom changer du fait de l'éloignement.
Amisgal : Timinujuq, l'oiseau qui donne la vie. Il y a très, très peu d'oiseaux à Marnaka. Leur absence explique donc pour les Nunaqortoqut pourquoi il y a si peu de vie.
Bolgokh : Silarsuaq, le dieu de tous les dieux. Le caractère autocentré propre à tous les peuples fait que les Nunaqortoqut représentent les Saviviniqut comme un clan nomade qui se promène dans un plan supérieur, et Silarsuaq est le chef de clan, donc l'ancêtre commun.
Dalai : Kamappikaluk, le poisson géant colérique. C'est par peur de lui que les Nunaqortoqut détestent être sur l'eau.
Delkhii : Nusulneq, l'artisan de la terre. C'est aussi le gardien des cairns, donc le guide.  
Inconnu : Assiginut, le différent qu'on ne voit pas. Son aura de mystère fait qu'on en parle jamais, et pour le représenter correctement, on ne le représente pas.
Khugatsaa et Süns : Marluliaqortoq et Marluliaqertoq, les jumeaux blancs et noirs. De part leur complémentarité, ils représentent l'équilibre du monde.
Möchlög : Nassasialuk, celle qui apporte la pluie. Marnaka ne connaît que des blizzards. Elle est donc assez mal vue et perçue comme divinité pernicieuse.
Orshin : Nissarsukssaq, l'araignée des futurs. Parce que les Nunaqortoqut qui n’ont jamais vu d'araignée, Nissarsukssaq est vue comme une divinité étrangère, qui a abandonné Nunaqortoq.



Commerce :

    Durant les assemblées d’hiver, les clans réunis décident des expéditions vers Aildor. Le but premier est d’échanger des produits manufacturés, des métaux, des connaissances et des nouvelles sur le monde contre des fourrures.
Depuis peu, un bande de Piniartoqut d’une quinzaine d’individus remplacés régulièrement reste plusieurs mois sur place. Ils tiennent une petite entreprise visant à régulariser le commerce des fourrures.

    Les Nunaqortoqut parlent un patois qui est assez proche de la langue commune d’Irydaë. Les différences dans les noms viennent simplement du fait qu’avec le temps, ces noms furent oubliés et remplacés par d’autres qui avaient plus de sens à leurs yeux. Les Piniartoqut permettent de minimiser cet écart linguistique.


« Il nous arrive de partir en guerre, oui. On rassemble les clans, ce qui doit faire cinq mille lances, et les chefs marchent les premiers. Ils sont chefs, car à la fin, on trace un chemin dans la neige devant leurs pas, comme marque de respect. Mais nous ne combattons pas les gens de magie de l'ouest ou les gens de ville de l'est. Nos ennemis, vous les appelez les Kashans. Voilà nos adversaires. Voilà aussi pourquoi vos guerres me font bien rire. »



Voir le profil de l'utilisateur

Eylohr Lothar
avatar
Jeu 15 Fév - 14:10
Irys : 249954
Profession : (Officielle) : Forgeron et Armurier (Officieuse) : Corsaire/Pirate
Pérégrin 0
C'est une super proposition ! Pour un géant à moitié Daenars et à moitié Khashin qui pratique l'exploration au Nord du continent d'Als'kholyn c'est une proposition qui me plait énormément !


Let the night come, before the fight's won,
Some might run, against the test.
But those that triumph, embraces the fight's cause,
Their fear then proove that courage exist.
Hope.


Spoiler:
 
Voir le profil de l'utilisateur