Revenir en hautAller en bas
Chroniques d'Irydaë
Bonjour, et bienvenue sur les Chroniques d'Irydaë. Déjà inscrit ? N'attends plus, et connecte-toi dès maintenant en cliquant sur le bouton "Connexion" ci-dessous !

Vous êtes nouveaux, que ce soit sur ce forum ou dans le monde du RPG ? Le choix d'un forum sur lequel vous pourrez vous épanouir n'est pas anodin, et il vaut mieux pour cela connaître l'univers dans lequel vous vous trouvez ! Nous avons pensé à vous, en vous préparant un guide qui vous permettra de découvrir pas à pas le monde des Chroniques d'Irydaë.

Si malgré cela, des doutes subsistent, n'hésitez pas à adresser vos questions aux Administrateurs.

En vous souhaitant une agréable visite !



 :: Les terres d'Irydaë :: Zochlom
Page 1 sur 1


 Marchandage au sommet [Terminé]

Lizzie Seavey
avatar
Lun 21 Aoû - 23:48
Irys : 331755
Profession : Chasseuse de primes - Pirate
Pérégrin 0
Après leur aventure à la Crique blanche, Lizzie et Billy étaient rentrés à Darga après une dernière nuit de repos et avaient rendu le fruit de leur fructueuse chasse à leur commanditaire afin de récolter la prime. En temps normal, la pirate aurait dit adieu à son compagnon et serait partie de son côté, mais la présence de Billy se révélant plutôt sympathique malgré une entrée en la matière assez brute, elle lui proposa d'aller fêter ça autour d'un verre dans une petite taverne. Je t'invite, avait-elle ajouté, car elle pensait qu'il était nécessaire de le convaincre. Pourtant, jusqu'à maintenant, l'homme n'avait jamais montré d'animosité envers elle, l'invitant même dès le début à partager son feu et son repas, s'il y avait bien une solitaire à convaincre ici, il s'agissait d'elle-même.

Lizzie laissa son nouvel ami s'installer à une table tranquille, afin que les My'träns ne viennent pas embêter deux chasseurs de primes à l'allure daënar, pendant qu'elle allait chercher deux cervoises my'trännes au comptoir. Elles étaient bien différentes de celles que l'on goûtait à Daënastre et c'était l'occasion d'en faire les preuves. Pendant qu'elle attendait qu'on la serve, un petit homme chauve sortit de la pièce derrière le comptoir, certainement la cuisine ou le lieu de repos des employés, quelques feuilles à la main, et se dirigea vers le tableau des contrats. Il arracha quelques feuilles qui étaient déjà là et accrocha celles qu'il ramenait. Plusieurs personnes se levèrent pour aller voir quels étaient les nouveaux contrats, et Lizzie s'approcha aussi. Le passage se ferma devant elle quand deux hommes se précipitèrent pour prendre les meilleurs contrats. Lizzie, qui gardait jusqu'à maintenant ses armes cachées afin d'éviter aux My'träns d'être malades à cause de sa maigre technologie, fit jouer le cliquetis du chien de son revolver en le sortant de son holster. Les deux hommes se retournèrent vers elle et se poussèrent immédiatement en comprenant la menace. La jeune femme accéda alors au tableau, et repéra tout de suite un contrat intéressant. Elle arracha la feuille, s'attirant quelques grognements mécontents à qui elle rendit un regard noir qui calma les esprits. Elle remit la sécurité de son revolver qu'elle fit glisser dans son holster et cacha sous ses vêtements. Revenant vers le comptoir où ses deux cervoises étaient servies, elle paya et embarqua le tout à la table où l'attendait Billy.

Elle posa devant son ami sa cervoise et l'appel à l'aide d'un médecin des Cercles de l'Aube qui avait besoin d'aide pour un marchandage avec les Vigilants d'Ekhlen.

- C'est peut-être moins amusant que de tirer dans la tête d'une créature de six mètres de haut, mais c'est toujours une jolie somme, et puis il parait qu'il faut aider son prochain de temps en temps. T'es déjà allé à Zochlom ?

Les deux compères discutèrent un instant avant de décider de faire cette nouvelle mission ensemble, après tout ils formaient un bon duo. Lizzie essaya de faire comprendre à son ami que malgré ses mauvaises manières à leur première rencontre, elle était plutôt douée pour concilier les esprits et que la mission se révélerait sûrement être une partie de plaisir.

La pirate goûta ensuite à la cervoise, qui avait un goût vraiment amer. Elle fut tentée d'aller demander du miel au comptoir mais quand elle se retourna et vit qu'un petit groupe de gaillards s'étaient rassemblés et la regardait avec haine, elle décida qu'il était temps de déguerpir. Billy ne se fit pas prier, et les deux acolytes quittèrent rapidement la taverne. Ne connaissant pas réellement la ville et marchant trop vite pour repérer une planque, les deux chasseurs finirent par se retrouver devant un bordel. Lizzie ne releva pas d'expression négative quand elle entraîna Billy à l'intérieur.

- C'est souvent moins cher qu'une chambre dans une bonne auberge, ça tient chaud, et puis en plus on aura pas forcément l'occasion avant un petit moment, alors je te conseille de t'amuser.

S'ils devaient encore passer quelques semaines de trajet et de travail ensemble, Lizzie ne voulait ressentir aucune frustration qui la pousserait à se sentir attirée plus que de mesure par son compagnon, qui était plutôt bien bâti. Le travail passait avant le plaisir, dans ce genre de cas, alors autant calmer tout de suite ses ardeurs.

~~~

Après une nuit mouvementée à Darga, les deux chasseurs se mirent en route, prenant la route du Sud jusqu'à arriver à un port d'assez grande taille, où ils prirent un bateau. Lizzie avait envoyé Delkhar à Zochlom pour donner la nouvelle qu'ils arriveraient très vite pour servir de médiateurs dans cette affaire. Heureusement, le bateau dans lequel ils se trouvaient avait dans son équipage l'un de ses magiciens capables d'utiliser le vent pour faire avancer le bateau plus rapidement, et cela leur prit moins longtemps que prévu de faire le trajet. Lizzie et Billy en profitèrent pour faire plus ample connaissance, partageant quelques détails de leur passé et sympathisant sur de nombreux sujets. Lizzie fut contente d'avoir passé sa nuit avec un charmant jeune homme au bordel, car Billy aurait pu être le genre d'homme à lui plaire, mais qu'elle arrivait grâce à ça à le voir comme un simple ami. Certains auraient déjà été affamés même après la nuit torride qu'elle avait passé, mais la jeune femme était plutôt calme de ce côté-là, refrénant tout de même facilement ces pulsions.

A peine une semaine après leur départ, la vigie cria qu'il voyait la terre, et Lizzie partit chercher son compagnon qui faisait une sieste dans son hamac attitré dans la cale. Les deux chasseurs rangèrent leurs affaires, s'assurant que rien ne manquait et que tout était fonctionnel, et se préparèrent à faire face à leur nouvelle mission.

Au-dessus de la cité portuaire vers laquelle ils se dirigeaient flottait le quartier général des Cercles de l'Aube, une île flottante retenue par des chaînes et dans laquelle on montait à l'aide d'un ascenseur, un espèce de grand monte-charge actionné par des poulies et des cordes dans lequel s'engouffrèrent les deux acolytes. On les mena jusqu'à deux petites chambres côte à côte dans lesquelles ils purent s'installer, et on leur fit savoir que le représentant des Vigilants était attendu pour cet après-midi, et qu'une réunion se déroulerait à son arrivée. Lizzie défit à peine son sac à dos, espérant régler l'affaire au plus vite pour pouvoir repartir aussitôt, et alla frapper à la porte de Billy pour attendre avec lui qu'on les appelle.



Chibi Lizzie
Code couleur: #33ccff


Dernière édition par Lizzie Seavey le Dim 22 Oct - 11:49, édité 2 fois
Voir le profil de l'utilisateur

Billy Lyons
avatar
Mar 22 Aoû - 17:06
Irys : 266159
Daënar 0
Billy pensait repartir de son côté après la fin de son contrat et il fut surprit que Lizzie l'invite boire un verre. Néanmoins il accepta, elle lui était sympathique et il n'avait rien de prévu. En fait si, il avait prévu de rester quelques jours ici pour se reposer, donc ça coïncidait plutôt bien avec ses projets.

Ils allèrent donc s'installer dans une taverne et Lizzie alla commander au comptoir pour eux deux. Il regardait distraitement les clients installés à leur table respective, ils semblaient être tous de la ville, ou en tout cas My'träns. Il valait mieux éviter de faire du grabuge ici, surtout avec sa carabine qui l'affichait clairement comme un étranger.

Du mouvement se produisit devant le tableau des contrats, un homme venait d'en accrocher de nouveaux et tous les gens en recherche d'un travail s'était agglutinés autour. Billy observa Lizzie se frayer un chemin au travers des gens, utilisant la menace de son arme à cette fin. Il ne put retenir un sourire devant le regard mi-effrayé, mi-haineux des gens qui s'écartait devant elle. Il aimait vraiment bien cette fille, elle savait ce qu'elle voulait.
Elle arracha une feuille, prit leur consommation au comptoir et revint s'asseoir en face de lui. Billy ne fit aucun commentaire sur ce qui venait de se dérouler, il se contenta d'un simple "merci" en prenant son verre, qu'il commença à boire dans le même mouvement. Il n'était pas sûr de s'habituer un jour à la cervoise d'ici, elle était bonne mais vraiment différente de ce dont il avait l'habitude.

Il regarda le contrat que Lizzie venait de poser sur la table. Un appel à l'aide d'un médecin pour une négociation ? Pas vraiment le genre de travail dont il avait l'habitude, mais celui ci avait l'air de bien payer. Cela valait la peine de s'y essayer.

- C'est peut-être moins amusant que de tirer dans la tête d'une créature de six mètres de haut, mais c'est toujours une jolie somme, et puis il parait qu'il faut aider son prochain de temps en temps. T'es déjà allé à Zochlom ?

- Non, je n'y ai jamais mis les pieds. Vu que c'est une jolie somme effectivement, c'est l'occasion.

Ils se mirent d'accord et décidèrent donc de ne pas se quitter tout de suite, afin de réaliser aussi ce contrat à deux. Ils s'entendaient bien, ils travaillaient bien ensemble, Billy n'avait vu que des raisons d'accepter cela.
Une certaine tension commençait à monter dans la taverne, sûrement à cause de la démonstration de force de Lizzie. Des regards en coin commençaient à être jetés dans leur direction, et les conversations se faisait à voix basse. C'est pour cela que Billy ne dit rien lorsque Lizzie lui proposa de déguerpir. Il finit sa cervoise d'une traite et la suivi, après avoir récupérer ses affaires qu'il avait posé contre sa chaise.
Ils marchèrent un moment dans les rues, à un pas rapide pour être sûr de ne pas être suivis. Ils s'arrêtèrent devant un bordel, où Lizzie entra. Billy, légèrement surpris, entra à sa suite.

- C'est souvent moins cher qu'une chambre dans une bonne auberge, ça tient chaud, et puis en plus on aura pas forcément l'occasion avant un petit moment, alors je te conseille de t'amuser.

- Ce n'est jamais la chambre qui coûte cher ici...

Il eut un léger sourire tout en fixant Lizzie. Il avait déjà remarqué avant que c'était une jolie femme, mais là vu le contexte cela lui sautait aux yeux. Même s'il avait prévu de passer dans un endroit comme celui-ci pendant ses quelques jours de repos (cette fille lisait vraiment dans ses pensées, c'en était inquiétant), cela était une bonne idée de le faire avant de repartir travailler. Il serait idiot que quelque chose vienne les détourner de leur travail... Il reprit la parole :

- Mais tu as raison. A demain donc.

Il adressa un dernier sourire à Lizzie avant de disparaître dans les couloirs du lupanar.

Il se retrouvèrent le lendemain, et partirent en direction de Zochlom. Le voyage en bateau prit une semaine, ce dont Billy avait bien besoin pour se remettre de leur mésaventures face à l'homme-arbre. Il avait déjà oublié le nom de la créature, et il trouvait que cette appellation lui convenait mieux.
Ils arrivèrent à leur destination, et Billy put découvrir le quartier général des cercles de l'Aube, grande île flottante. Cela le mit étrangement mal à l'aise. Lui qui maniait des explosifs régulièrement, l'idée d'être sur une île *volante*, ou plus généralement dans les airs, lui mettait le coeur au bord des lèvres s'il y pensait trop longtemps.

Mais il devrait faire avec. Il suivit donc Lizzie dans l'ascenseur, se coupant du monde extérieur pour ne pas trop réfléchir sur sa destination. Tout se déroula sans incident et ils allèrent poser leurs affaires dans les chambres qu'on leur avait attribué. Billy prit quelques instants pour se rassurer, ce qui n'était pas trop difficile dans une chambre en plein milieu d'une cité. Ici on ne pouvait pas (trop) savoir que l'on flottait dans les airs.

On frappa à sa porte, il alla donc ouvrir. En constatant qu'il s'agissait de Lizzie, il vérifia qu'il avait bien toutes les affaires qu'il voulait prendre avec lui (son revolver notamment) et referma la porte derrière lui, après être sorti de sa chambre.

- Et si on allait manger un morceau ?

La matinée n'était pas encore terminée, ils avaient donc du temps devant eux. Ils sortirent le temps de manger et de se balader un peu dans les rues, histoire de découvrir un peu la ville, avant de retourner à leur lieu d'attente. On apprit à Billy que le représentant des Vigilants n'était pas encore arrivé, mais qu'il ne devrait plus tarder. Billy et Lizzie tuèrent le temps en bavardant, se racontant certaines de leurs aventures passées. On vint les chercher pour les amener à une salle de réunion où tous les participants étaient présent. Ils prirent place autour de la table, les tractations pouvaient démarrer.


Code couleur : #cc9933
Voir le profil de l'utilisateur

Ingrid & Sigurd
avatar
Jeu 24 Aoû - 0:08
Irys : 119976
La tension était palpable dans la salle lorsque les deux médiateurs improvisés y pénétrèrent. Il était évident que des mots avaient été échangés peu de temps auparavant et ce ne serait probablement pas les derniers. Le scribe, neutre dans cette affaire ne savait pas où regarder et fut heureux de l’arrivée des nouveaux venus. Il les salua donc avec un sourire timide de son coin de table. Venait ensuite, assis face à face se regardant en chiens de faïence, l’émissaire des vigilants qui faisait paraître son fauteuil petit et le médecin des Cercles de l’Aube, le commanditaire du fameux contrat.  

« Bon, on peut commencer maintenant ?! »

Visiblement le bonhomme n’aimait pas attendre et son vis-à-vis tiquait déjà face à son manque de politesse ou son ouverture grossière, au choix.

« Les deux gamins ramènent de l’argent ou ils sont juste là pour le décor ? »

Le visage à l’allure poupin de l’interpellé se renfrogna. Ça ne l’étonnait guère qu’un type demandant sans sourciller 200 000 irys pour des plantes médicinales fussent qu’un gros rustre, mais il y avait des limites !

« Si vous m’aviez laissé le temps de les présenter, vous le sauriez ! »

Toujours aussi droit sur son fauteuil, il présenta les deux personnes sur lesquelles tous ses espoirs reposaient.

« Je vous présente Miss Lizzie Seavey et Monsieur Billy Lyons, deux négociateurs auxquels j’ai fait appel suite à votre proposition scandaleuse de règlement. Et je vous présente notre émissaire venu d’Ekhlen, Lazar Grim. »

Une grimace qu’il ne put réprimer passa fugitivement sur son visage alors qu’il présentait ce dernier. Pour toute réponse, le dit Lazar partit d’un rire tonitruant frappant d’un coup sec sur la table.

« Des négociateurs, ça ?! »

Apparemment l’idée l’amusait grandement. Que se soit de l’esbroufe ou non restait à être déterminé. Difficile à dire avec cet homme de deux mètres bâtit comme un colosse. Son visage buriné ne laissait rien paraître. Et ses yeux, contrairement à sa bouche, ne semblaient pas sourire. Tout du moins du point de vue de Jothy. S’il avait pris la peine de demander de l’aide et de proposer une somme rondelette à la clef, c’était bien qu’il ne savait pas comment négocier avec ce genre de personne. Il était beaucoup plus facile de parler à un patient malade, de le rassurer que de tirer du bon sens à ce cœur aride. Il ne comprenait même pas comment des gens pouvaient monnayer quelque chose de si vital. C’était comme mettre un prix sur la vie ! Impensable.

Bien sûr, il n’était pas totalement naïf et savait que ses deux « bonnes âmes » étaient surtout là pour l’argent. En tout cas, c’était l’impression qu’il avait eu en les rencontrant plus tôt dans la journée. Mais leur assurance l’avait assez impressionné pour qu’il se montra un minimum confiant. Nul doute qu’ils seraient répondre à ce grossier personnage !

HRP:
 
Voir le profil de l'utilisateur

Lizzie Seavey
avatar
Mer 30 Aoû - 10:47
Irys : 331755
Profession : Chasseuse de primes - Pirate
Pérégrin 0
Quand Billy et Lizzie entrèrent dans la salle de réunion, il y avait trois personnes. Leur commanditaire, qu'ils avaient brièvement rencontrés plus tôt dans la journée, un scribe apparemment neutre, et un homme très nerveux qui devait être l'émissaire des Vigilants. Elle leva un sourcil quand elle se fit traiter de gamine sans pour autant essayer de le reprendre, s'assit tranquillement à la table et écouta les présentations. Un demi-sourire moqueur apparut sur ses lèvres lorsque l'on remit son titre de négociatrice en jeu. Certes ce n'était pas son occupation principale, mais elle n'appréciait pas réellement que l'on se moque d'elle, quel que soit le terrain. Elle était trop orgueilleuse pour ne pas vouloir démontrer sa supériorité. Néanmoins, il fallait jouer finement et elle décida de ne pas reprendre le gaillard pour l'instant. Après un regard à Billy pour lui demander la permission de commencer, Lizzie prit la parole. Sa voix était calme et posée, plus incisive que douce.

- Merci monsieur Masret. Reprenons si vous le permettez les événements qui nous poussent, mon compagnon et moi, à être ici aujourd'hui. Les Cercles de l'Aube ont passé une commande de plantes auprès des Vigilants. Ceux-ci, en la personne de monsieur Grim ici présent, ont livré la cargaison et demandent un paiement de 200 000 Irys, un prix que les Cercles ne sont pas prêt à payer. Néanmoins, un prix avait-il été convenu dès le départ ? A quoi les Cercles s'attendaient-ils ?

Voyant le regard interloqué de Jothy Masret, qui semblait avoir l'impression que Lizzie accusait les Cercles de l'Aube, la jeune femme décida d'expliciter tout de suite sa pensée.

- Je ne porte nulle accusation à qui que ce soit, je cherche pour l'instant à comprendre l'ensemble de cette histoire. Nous sommes ici pour réussir à trouver une solution qui satisfera tout le monde, permettra aux Vigilants d'être récompensés pour leur travail et aux médecins de continuer à sauver de nombreuses vies. Il serait dommage que la collaboration légendaire entre ces deux organismes ne soit tâchée par cette histoire de cargaison...

La jeune pirate posa son regard sur les deux intéressés, l'un après l'autre.

- Après tout, vous avez autant besoin l'un de l'autre. Les Cercles fournissent les Vigilants en médecin compétents pour les expéditions, et sont certainement parmi les premiers clients des Vigilants, qui perdraient non seulement une grande source de revenus en se les mettant à dos, mais aussi des alliés considérables. Quant aux Cercles, il est difficile pour eux d'obtenir autrement que par les Vigilants les composants et les plantes dont ils ont besoin pour leurs soins. Je suis sûre que nous pouvons parvenir à un accord.

Lizzie leur sourit, laissant la parole à son compagnon. Elle avait presque hâte de découvrir quelle approche il aurait face à ces deux spécimens. Billy avait une personnalité forte, aurait-il envie comme elle de démontrer sa supériorité par le dialogue, ou allait-il être plus direct et agressif ?



Chibi Lizzie
Code couleur: #33ccff
Voir le profil de l'utilisateur

Billy Lyons
avatar
Jeu 31 Aoû - 18:24
Irys : 266159
Daënar 0
Billy ne s'était pas encore assis qu'il commençait déjà à détester l'homme envoyé par les Vigilants. Il avait souvent à faire avec des gens de son acabit, pensant que tout leur était dû, souvent car ils avaient la monnaie pour se permettre un tel comportement et des hommes de main à côté pour les protéger en cas de besoin. Il se contentait de sourire, d'accepter le travail qu'ils demandaient et de prendre leur argent une fois celui-ci terminé.

Mais pour une fois, la situation était différente, il était là pour donner tort à cette homme et faire en sorte qu'il accepte un marché raisonnable. Et il prendrait plaisir à ce que cela arrive.

Il s'assit aux côtés de Lizzie, lui fit signe du menton quand elle chercha du regard son approbation pour savoir si elle devait parler la première et écouta ce qu'elle avait à dire. Billy n'avait pas grand chose à ajouter sur ce qu'elle avait dit, c'était une très bonne ouverture de son point de vue. Leur commanditaire n'avait effectivement pas mentionné à combien ils avaient prévu d'acheter cette cargaison de plante. Et c'était une information importante pour pouvoir négocier.

Il se permit quand même d'ajouter, ne serait-ce que pour prouver qu'il avait effectivement des choses à ajouter, quelques remarques :

- Mon amie a fait un très bon rappel de la situation. Ce n'est pas la première fois que vous achetez ce genre de plante aux Vigilants j'imagine monsieur Masret ? Si j'ai raison, combien aviez-vous payé à la dernière livraison et pour quelle quantitée ? Que l'on sache sur quelle base négocier.

Il reporta son attention vers l'émissaire des vigilants.

- Et pourquoi les Vigilants demandent une somme telle que l'un de leurs plus gros clients doivent faire appel à des tierces personnes pour négocier en leur nom ? Cela me paraît terriblement dommageable pour tout le monde. Des vies sont en jeu d'un côté, tandis que de l'autre, c'est de l'argent qui dort, des investissements impossible. Sans compter l'éventualité que la cargaison de plante se perde pendant ce temps là, suite à un incident quelconque qui pourrait survenir. J'imagine qu'il deviendrait difficile de vendre ces plantes si elles prenaient feu. Ou si quelqu'un se disait qu'il y aurait énormément d'argent à se faire en les volant pour les revendre. Après tout, ce différent entre vous, et le montant de la marchandise, est placardé un peu partout sur les deux continents... Mais passons sur ce détail.

Il croisa les mains sur la table, et poursuivi à destination de l'émissaire, afin d'enfoncer le clou.

- Avec une telle somme demandée, je suis même surpris que les Cercles de l'Aube n'ai pas décidé de monter eux même une expédition pour aller chercher ce dont ils ont besoin. Je pense, monsieur Grimm, qu'il serait très peu rentable pour vous que vos clients décident de monter leurs propres expéditions pour s'approvisionner en Ekhlen. Cela pourrait marquer le déclin de votre monopôle sur cette île...

Il reposa ses mains sur la table, tout en se laissant légèrement glisser sur sa chaise, marquant ainsi qu'il avait fini sa tirade. Il attendait désormais la réaction des autres personnes présentes dans la pièce.


Code couleur : #cc9933
Voir le profil de l'utilisateur

Ingrid & Sigurd
avatar
Dim 3 Sep - 16:01
Irys : 119976
Il fut quelque peu déçu que la pique n’eut pas pris mais pas mécontent que le type du Cercle de l’Aube en prenne aussi pour son grade. Lazar ne cacha pas sa mine ennuyée sous ce déluge de blabla à qui mieux mieux. Quand on croyait que c’était fini, ça repartait ! En fait, ça pique avait eu tout l’effet inverse de ce qu’il avait escompté : au lieu de faire venir un peu d’action, il recevait une averse de mots. Maigre réconfort de voir la grimace dépitée sur son vis-à-vis, apparemment les violons n’étaient pas bien accordés ! Il décida donc de laisser l’homme parler au lieu de rabrouer tout de suite l’impertinente ! Ce dernier jouer dans la provocation et ça, ça le connaissait !

« Ahah, t’en as des biens bonnes bonhomme, n’est pas encore nés ceux qui y arriveront ! C’est pas le premier péquenaud venu qui en ressortira vivant et encore moins qui arrivera à ramener quoique soit d’autre que ses fesses hors de ce trou ! »

Il s’esclaffa de nouveau de façon bruyante. Balayant l’air de rien tout les arguments pertinents des deux jeunots. Pendant ce temps le commanditaire s’était penché vers Lizzie quelque peu rouge sous l’effet des diverses remontrances, autant de colère que de gêne : cette dernière alimentant la première.

« Nous n’avons rien d’établi. D’habitude, les prix ne sont pas aussi exorbitant ! Au maximum, quand on a vraiment des éléments rares et indispensables, ça peut monter jusqu’à 75 000. Je ne comprends pas ce revirement. Nous ne pouvons cautionner un tel prix et laisser un tel antécédent. Meilleurs fournisseurs ou pas, si nous n’avons plus d’argent au bout de la seconde commande, nous ne soignerons plus personne ! »

Il avait parlé doucement mais énergiquement, ne dirigeant ses mots que vers la jeune femme. Ce n’était pas pour les oreilles de l’autre brute qui les noyait sous le son de sa voix et de ses éclats de rire. Pas sûr que Billy juste à côté de sa collègue puisse entendre ses mots. Mais il avait déjà à faire avec la grande gueule.

« Quant à la cargaison, il n’y a aucun risque qu’elle se perde. On sait travailler, nous. »

Il regarda avec insistance les trois interlocuteurs, le scribe totalement oublié et heureux de l’être. D’ailleurs, il aurait aimé ne pas être là du tout ou juste à la fin pour faire signer à chaque partie l’accord conclu. Pour l’instant il fixé le mur droit devant lui prenant bien attention de ne croiser le regard de personne.

« Et on sait aussi s’occuper des voleurs, crois pas être le premier à qui ça a traversé l’esprit ! »

Au final, il avait répondu à tout sauf au sujet qui les amenait tous autour de la table. Se laisser guider dans une direction n’avait jamais été son truc : c’était à lui de faire la pluie et le beau temps, pas l’inverse ! Et surtout pas par des gamins sans expérience.
Voir le profil de l'utilisateur

Lizzie Seavey
avatar
Dim 17 Sep - 21:38
Irys : 331755
Profession : Chasseuse de primes - Pirate
Pérégrin 0
Pique après pique, le Vigilant commençait à réussir son coup: réussir à échauder tous les esprits de la salle et à énerver tout le monde. Ça allait bientôt virer au massacre. Lizzie et Billy n'était certes pas des négociateurs aguerris comme il l'avait si bien fait remarquer, mais leurs armes étaient à portée de main et la jeune femme ne pariait pas cher sur la peau de Lazar Grim si son coéquipier décidait qu'il en avait marre de l'entendre. Mais dans ce cas-là, ils ne verraient jamais la couleur de la récompense, et les Cercles les banniraient certainement de la cité à jamais.

La jeune femme lança un sourire réconfortant à leur commanditaire, qui semblait ne plus savoir où se mettre, lui montrant que la situation ne lui avait pas encore échappé des mains, et que tout allait bien se passer, puis se leva et s'avança vers Lazar. Elle lui tendit alors la main tout en continuant à sourire.

- Puisque vous ne semblez pas apte à converser, nous allons nous passer de votre présence, monsieur Grim. C'était un plaisir de vous avoir rencontré. Je vous souhaite un bon retour à Ekhlen avec votre chargement.

Se tournant vers le médecin qui semblait plus nerveux que jamais, Lizzie ajouta à son adresse.

- Vous avez fait appel à nous pour vous obtenir ces plantes, nous le ferons, avec ou sans l'aide des Vigilants. Si vous aviez voulu des négociateurs plus compétents, vous les auriez trouvé sans soucis, et je me doute que si c'est à des chasseurs de primes que vous avez demandé de l'aide, c'est parce que vous saviez que nous n'aurions pas froid aux yeux.

Puis tournant de nouveau la tête vers Lazar Grim, Lizzie s'étonna faussement de le voir encore assis à sa place.

- Vous ne partez pas, monsieur Grim ?



Chibi Lizzie
Code couleur: #33ccff
Voir le profil de l'utilisateur

Billy Lyons
avatar
Mer 20 Sep - 22:52
Irys : 266159
Daënar 0
C'était à chaque fois la même chose. On essayait de discuter raisonnablement avec ce genre de personne et la seule réponse qu'ils avaient à la bouche était le mépris. Billy avait déjà envie d'attraper ce type par les cheveux et de lui écraser le visage sur la table. De façon répétée.

Il entendit vaguement la réponse du médecin, écoutant les réponses de Grim. Même si ce que ce dernier disait était vrai, l'arrogance du personnage ne le laissait visiblement pas apercevoir que, peut-être, son organisation n'avait encore jamais eu à faire à des voleurs organisés et compétents. Et on ne parlait même pas de sabotage... Discuter avec une personne pareil était une perte de temps.

Il regarda Lizzie se lever et congédier Grim. Il sourit devant cette scène, qu'il appréciait à sa juste valeur. Il n'ajouta rien aux paroles de Lizzie destinées au médecin, Billy était d'accord en tout point.

Il prit la parole à son tour, à destination du médecin :

- Il serait bon de reprendre cette discussion le plus tôt possible, mais avec un émissaire compétent cette fois-ci, vous ne pensez pas ?

Il se retourna vers Grim et ajouta, autant pour l'insulter que pour enfoncer ce qu'avait dit Lizzie.

- Je comprends mieux pourquoi personne ne vole vos cargaisons si vous vous comportez de cette façon. Vous recrutez ceux qui tentent le coup et les envoyez comme émissaire après, c'est bien cela ?
Soyez sympathique et envoyez-nous un de vos confrères encore civilisé. Visiblement, ce "trou" aura eu raison autant de votre bon sens que de vos bonnes manières.


Pour une fois que Billy pouvait se permettre de répondre à une personne pareille, il n'allait pas s'en priver... Si le négoce était toujours comme cela, il s'était peut-être trompé de voie... Billy espérait presque que l'homme s'en irait, même si cela signifiait qu'il ne serait pas payé. Il se demandait aussi s'il ne pouvait tout simplement pas voler la cargaison, ne serait-ce que pour prouver à cet homme combien il avait tort.
Mais bon, il ne voulait pas non plus se mettre les vigilants à dos, cela pouvait être une erreur si un jour il voulait partir pour Ekhlen.


Code couleur : #cc9933
Voir le profil de l'utilisateur

Ingrid & Sigurd
avatar
Ven 22 Sep - 20:54
Irys : 119976
Ce fut bien la première fois de la négociation que Lazar resta sans voix, sur le cul pour ainsi dire. On le congédiait, lui, comme s’il n’était rien ou pas indispensable. Pire, la demoiselle l’ignora immédiatement après pour s’adresser au médecin tapit dans sa chaise. Bien sûr il n’était pas assez abasourdi pour lui serrer la main et lui donner ainsi un accord tacite, il n’avait pas dit son dernier mot. Il fallait juste qu’il le retrouve ! Quant à l’autre, le commanditaire, il voyait une sortie à la situation, il ne put qu’approuver vigoureusement au propos de l’homme :

« Oui, bien sûr. Ça ira certainement plus vite ! »

Son doute dans les manières de faire n’était presque pas visible. S’il braquait trop Lazar et que les Vigilants ne voulait envoyer personne : que ferait-il ?! Cependant, il se retint de mettre en cause ses recrues toutes fraîches. Ce n’était pas le moment de revenir en arrière.

Trop, s’en était trop ! Ce Lyons et sa compère allaient trop loin ! Ces ignares osaient insultés les Vigilants, les traiter de bas voleurs ! Le rouge de la colère monta jusqu’à ses oreilles. Tout envie de jouer avec ses bouffons estompé. Ses phalanges avaient blanchis tellement il agrippait fort la table. Pour peu, il l’a soulevait pour la balancer à leur tronche ! Ou par la fenêtre, ou n’importe où pour évacuer sa colère.

« Bande de salopiots ignares ! Voler, voler ! Sachez que tout ce qu’on vend, on le gagne à la sueur de notre front et de notre sang ! Que les soins pour vos petits bobos coûtent des vies ! Tout le monde n’a pas le temps de se prélasser sur les îles flottantes à pinailler sur quelques irys ! »

Visiblement, ils avaient touché une corde sensible sous cet amas de muscles. Ses yeux brillaient d’une réelle indignation, ainsi que de colère ça va sans dire. Il les fusillait du regard tous les trois. Particulièrement, le médecin de l’Aube même s’il n’avait pas moufté récemment. Sa rancœur allait vers lui et sa Guilde. Irraisonné comme toujours dans ce type de sentiment.

« C’est bien beau de demander toujours plus sans jamais rien donner en plus !  Vous n’avez peut-être rien à faire de nous mais on prend soin des nôtres ! C’est... »

Il se coupa dans sa phrase, le reste coincé au fond de sa gorge nouée, relâcha la table pour s’affaisser dans son siège le regard absent. Ce fut au tour de Jothy de sortir de son rôle passif de façon incertaine. Il ne se sentait visiblement pas à sa place. Les malades n’étaient pas aussi angoissant et frustrant, même ceux qui refusaient de guérir !

« Mon garçon, verse à boire à tout le monde. Nous en avons bien besoin ! »

Le scribe s’exécuta heureux d’avoir quelque chose à faire même s’il aurait préféré être ignoré jusqu’à la toute fin. Il se leva rapidement et maladroitement pour aller chercher le nécessaire ailleurs avant de revenir avec un plateau chargé d’une cruche et de quatre verre rempli d’un alcool fruité.
Voir le profil de l'utilisateur

Lizzie Seavey
avatar
Dim 24 Sep - 16:15
Irys : 331755
Profession : Chasseuse de primes - Pirate
Pérégrin 0
Touché. Ils avaient enfin réussi à mettre mal à l'aise Lazar Grim. Ils pouvaient peut-être maintenant repartir sur des bases plus saines. Lizzie était toujours debout près de l'émissaire des Vigilants, regardant en silence ses grandes mains encore nerveuses. Plus personne ne parlait, cet élan de colère avait essuyé les discours des uns et des autres. La jeune femme regarda son compère de l'autre côté de la table et lui sourit, amusée. Le scribe revint alors dans la pièce. Il posa le plateau au centre de la table, et les mains tremblantes, commença à servir un verre. Lizzie prit doucement la bouteille de ses mains, le remerciant d'un regard amical et le poussant à retourner à ses notes. Elle finit de remplir le premier verre puis s'occupa des trois autres, avant d'en donner un à Jothy et un à Billy. La chasseuse de primes revint alors vers Lazar et posa son verre doucement devant lui, avant de goûter à la liqueur qu'on leur avait servi. Un petit goût fruité tout à fait agréable. Ne regagnant toujours pas sa place, Lizzie posa son verre près de celui de Lazar. Son attitude n'était pas agressive, elle était très calme et sereine. Elle tira d'ailleurs sa chaise pour venir s'asseoir près de l’émissaire des Vigilants. Avant de reprendre la négociation, Lizzie s'adressa à Jothy.

- Merci pour cet interlude fruité monsieur Masret. C'est un alcool produit ici ?

Elle écouta la réponse en souriant puis se tourna de nouveau vers Grim.

- Monsieur Grim, puis-je vous poser une question ? Lizzie n'attendit pas la réponse avant de poser sa question, afin de ne pas lui laisser le temps de lancer encore quelque chose de désagréable. Il ne fallait pas qu'il reprenne trop de contenance. Il m'a semblé comprendre dans vos dernières paroles que ce qui vous gêne dans cette histoire, c'est que les Vigilants sacrifient des vies pour que d'autres soient sauvées, et que malgré l'augmentation des risques pris, les prix ne semblent augmenter en même temps. Pourquoi ne pas avoir exprimé tout ceci dès le début de la conversation ? Je suis sûre que les Cercles sont prêts à négocier une hausse des prix raisonnable pour compenser vos efforts. Voire même de mettre à votre disposition des médecins qualifiés pour aider à la récolte des plantes dont vous avez besoin. Je crois savoir qu'un accord existe déjà et que les Cercles fournissent des médecins aux expéditions libres, pourquoi ne pas le faire aussi pour ce genre de missions ? Cela vous aiderait certainement, et permettrait de garder des prix raisonnables pour les Cercles, des prix qu'ils peuvent se permettre de payer sans faire faillite et devoir abandonner leur île ainsi que leur activité.

Lizzie appuya sur ce dernier mot. Le Vigilant ne semblait pas l'avoir compris, mais il était tout aussi dangereux pour eux que pour les Cercles de mettre en jeu leur relation commerciale. Elle regarda ensuite Jothy Masret, l'incitant à confirmer ses dires. Les Cercles devraient faire une concession s'ils voulaient obtenir ce qu'ils voulaient, elle n'en doutait pas. Le tout, c'était que tout le monde sorte de cette réunion en ayant l'impression d'avoir gagné, même si ce n'était qu'une illusion...



Chibi Lizzie
Code couleur: #33ccff
Voir le profil de l'utilisateur

Billy Lyons
avatar
Mar 26 Sep - 12:15
Irys : 266159
Daënar 0
Cet éclat de colère amusa Billy. Les faux-semblants étaient désormais laissés de côté et la véritable source du problème venait d'apparaître. Il rendit son sourire à Lizzie, bien heureux d'avoir réussi à mettre le Vigilant hors de lui, sans qu'il s'en aille. (La véritable inconnue ayant été ce dernier point)

Il attrapa le verre qu'on lui tendit, en remerciant Lizzie d'un hochement de tête, et en but une petite gorgée. Il ne connaissait pas cet alcool, mais il était bon, fruité et sucré juste ce qu'il fallait. Il devrait peut-être en acheter une bouteille quelque part avant de repartir.

Il reporta son attention sur ce que disait Lizzie, car elle venait de reprendre la parole. Il l'écouta, se disant que ce qu'elle proposait pouvait être une bonne alternative. Mais il avait une autre idée en tête, qui promettait d'être plus "musclée" mais permettrait aussi de racheter leur comportement initial en montrant leur bonne volonté. S'échanger des insultes, tout le monde pouvait le faire, trouver un compromis intéressant pour tout le monde, cela était autre chose. Il prit donc la parole pour offrir une autre alternative aux Vigilants.

- C'est une bonne idée que propose Lizzie, qui permettrait sur le long terme que ce genre d'incident ne se reproduise plus. Mais je pense qu'au vu de la situation présente, nous ayons besoin de plus pour prouver notre bonne volonté.

Il regarda Lazar Grim dans les yeux, montrant que c'était bien à lui qu'il s'adressait.

- Comme aucune information n'a été communiqué en amont aux Cercles de l'Aube sur une montée des prix, il me semble très malvenu de leur mettre le couteau sous la gorge et de leur demander une somme qui diffère de l'ordinaire. Voilà donc ce que j'ai à proposer : vous rediscutez de nouveaux accords une autre fois, à tête reposée, pour les futurs chargements. Pour celui d'aujourd'hui, vous le vendez au prix habituel. 75000 Irys si j'ai bien compris.

Il leva la main, montrant qu'il n'avait pas terminé et ne voulait pas être interrompu par un éclat de colère.

- En échange ? En échange, nous... Il regarda Lizzie, moins certain de ce qu'il voulait proposer, avant de reporter son regard sur Lazar. JE suis prêt à partir en expédition avec une équipe sur l'île d'Ekhlen ET à vous revendre tout ce que je pourrai obtenir à la moitié de son prix normal. Au vu de la dangerosité que vous avez décrit, je ne peux pas me prononcer pour autrui, ni monter une équipe s'ils doivent eux aussi couper de moitié dans leurs bénéfices.
Néanmoins, je pense que cela reste plus qu'intéressant pour vous qu'une potentielle marge sur votre cargaison d'aujourd'hui. Malgré ce qui a pu être dit plus tôt, je ne doute pas de vos capacités à faire le bon choix, car vous avez visiblement le soucis des vôtres à l'esprit. Et je respecte cela.


Au delà de ce qu'il venait de dire, cette proposition avait aussi pour but de montrer qu'il était prêt à faire ce qui était nécessaire et que pas même les dangers d'Ekhlen pouvait le faire reculer. Il regretterait peut-être sa proposition une fois sur l'île, même si pour le moment l'appel de l'aventure et du danger étaient plus forts.

- Ainsi, tout le monde ressortirait gagnant de cette réunion. Les médecins auraient leur cargaison tant attendu au prix qu'ils attendaient, leur permettant de continuer leur travail, et les Vigilants auraient un investissement dépassant de loin ce qu'ils espéraient tirer d'une seule cargaison, ne serait-ce qu'avec la location de votre équipement par un groupe d'aventuriers. Sans compter les potentiels éléments rares découlant de l'expédition. Et je peux vous assurer qu'il y en aura. Je ne me ballade pas avec des armes pour la décoration.

Son regard devint mortellement sérieux sur sa dernière phrase, mettant Lazar presque au défi de remettre en question ses capacités.


Code couleur : #cc9933
Voir le profil de l'utilisateur

Ingrid & Sigurd
avatar
Lun 2 Oct - 10:01
Irys : 119976
Le médecin perdu dans ses pensées regardait sans y prêter attention les mouvements de Lizzie. Sa question le prit au dépourvu lui qui s’inquiétait des propos de son vis-à-vis. Il eut donc un petit temps de latence avant de répondre.

« Non non, nous l’exportons depuis notre point relais à Mya’tra. Nous n’avons pas le temps ou la place d’entretenir des vignes... »

Il se tut, le petit entracte avait duré assez longtemps. Même l’esprit échauffé de Lazar avait dû se calmer, pas la peine d’épiloguer pendant des heures sur un sujet trivial. D’ailleurs l’intermédiaire s’était déjà tournée vers ce dernier pour poursuivre les négociations. Sa première vraie question était fort pertinente mais comme pour la précédente, elle ne lui laissa pas répondre. Pas qu’il l’eut souhaité. Avouer ses motivations, expliquer le drame trop frais dans son esprit à l’origine de son comportement était exclu. C’eut été trop humiliant de s’exposer ainsi à ces gringalets. Il souffla à la proposition de la demoiselle qui était venue s’installer à côté de lui. Avoir des médecins ne permettaient pas de ranimer les morts. Des fois, même souvent, les rencontres étaient juste fatales. Ce que rajouta le type était déjà plus à son goût. Même si l’argent non plus ne servait pas à faire revenir les défunts. Cependant, il n’eut pas vraiment l’occasion d’exprimer son point de vue puisque encore une fois son interlocuteur ne lui en laissait pas l’occasion.

Un rire bien moins tonitruant que précédemment sorti de son ventre lorsqu’il entendit la proposition farfelue de ce Billy. Elle avait au moins le mérite de le sortir de son apathie toute récente. Ça, il ne s’y était vraiment pas attendu ! Il ne prévoyait certainement pas autant d’entrain de la part de négociateurs. Bien qu’au final, le Vigilant doutait que cette flamme dura bien longtemps sur Ekhlen.

« Ce ne sont que des mots tout ça
. Il balaya l’air devant lui. La moitié de rien ça ne pèse pas lourd ! »

Il pointait juste une évidence du doigt : un explorateur mangé par l’île ne lui rapporterait rien si ce n’était un fantôme de plus. Non pas qu’il soit particulièrement attaché à un gars juste rencontré.

« Et quelles solutions as-tu pour ça hein ? Tes tripes ne valent pas grand-chose pour nous, on en a revendre. »

Le mastodonte chipotait avec beaucoup moins de fougue que précédemment bien qu’il ait soutenu tout le long le regard de Billy sans ciller. Son regard se reporta ensuite sur les deux autres personnes impliquées pour mettre un terme à tout ce débat.

« Enfin, pour le reste : je veux qu’il soit noté dès à présent qu’il y aura une augmentation ! Et la présence des médecins, si ça ne fait pas trop pour eux ? »

Un petit sourire narquois vint appuyer ses derniers mots. Sa rancœur pour les Cercles de l’Aube toujours présente.

Masret se tordait les mains sous la table. La négociation semblait prendre un bon tour. Mais il ne voulait pas impliquer la vie d’étranger dans cette affaire. Il se sentait coupable du tour qu’avait pris la discussion. Les autres risquaient de grincer les dents en apprenant que plus des autres devraient se rendre sur l’île. Enfin pas tous, quelques uns de ses confrères étaient plutôt du genre aventureux. La prochaine négociation risquait d’être bien plus mouvementée !

« Les quotas seront bien sûr à discuter. Bodor, si vous voulez bien commencer à rédiger les termes sur lesquelles nous sommes d’accord qu’on puisse tous apposer notre signature. »

Le scribe s’affaira immédiatement avec soulagement. Il espérait sincèrement ne pas être là lors de la prochaine réunion. Sa plume grattait frénétiquement sur le parchemin pour en finir au plus vite mais avec un rendu propre. C’était la moindre des choses. Pourvu qu'ils ne s'enlisent pas dans les derniers détails !

HRP:
 
Voir le profil de l'utilisateur

Lizzie Seavey
avatar
Dim 15 Oct - 12:30
Irys : 331755
Profession : Chasseuse de primes - Pirate
Pérégrin 0
Lizzie regardait Billy parler, et dès ses premières paroles, elle comprit qu'il avait autre chose derrière la tête. Elle essaya d'analyser les possibilités, mais n'eut pas le temps de deviner ce que c'était avant qu'il ne l'explique. Monter une expédition à Ekhlen. Le regard de la jeune femme était intense, laissant transparaître toutes ses émotions. Un peu de peur, d'abord, énormément de respect pour Billy, évidemment, et puis de l'excitation. Cette idée était magnifique. L'adrénaline montait dans le corps de la jeune Seavey, qui voulait partir tout de suite. Pourtant, elle se calma. Ils ne pouvaient partir tout de suite. Il leur faudrait quelques mois avant d'être prêt, ne partir qu'à eux se révélerait être du suicide, ils devraient d'abord trouver les bons compagnons pour cette mission.

Elle écouta avec attention les paroles de Lazar Grim, qui semblait enfin avoir décidé d'accepter leurs conditions, et doutait visiblement de leur capacité à revenir vivants d'Ekhlen. Néanmoins, quelque chose avait bien fini par le convaincre, et elle savait que le culot de Billy ne pouvait pas y être pour rien. Elle le laissa finir de parler puis se tourna vers Masret quand il s'adresse au scribe.

- Veuillez noter que monsieur Lyons ne partira pas seul à Ekhlen. Je l'accompagnerai, et les termes de son accord sont aussi valables pour moi, en gage de bonne volonté envers les Vigilants. Je m'engage aussi à louer la majorité de mon matériel aux Vigilants, ainsi même en cas de décès, il y aura un investissement de départ. Nous partirons avant la fin de cette année avec une équipe qui ne sera pas tenue par les mêmes accords.

Le regard de Lizzie se planta dans celui de Billy. Leur amitié et leur collaboration était scellée, ils iraient ensemble au centre du monde pour y affronter les pires créatures. Elle lui sourit, puis détourna enfin le regard pour le reporter vers Lazar Grim, lui tendant la main une nouvelle fois, avec un sourire amusé.

- J'ai hâte de vous revoir à Ekhlen, monsieur Grim. J'espère pouvoir vous démontrer ma valeur, voire même obtenir votre respect. Et si je meure, je compte bien sur le fait que vous viendrez pisser sur ma tombe.



Chibi Lizzie
Code couleur: #33ccff
Voir le profil de l'utilisateur