Revenir en hautAller en bas
Chroniques d'Irydaë
Bonjour, et bienvenue sur les Chroniques d'Irydaë. Déjà inscrit ? N'attends plus, et connecte-toi dès maintenant en cliquant sur le bouton "Connexion" ci-dessous !

Vous êtes nouveaux, que ce soit sur ce forum ou dans le monde du RPG ? Le choix d'un forum sur lequel vous pourrez vous épanouir n'est pas anodin, et il vaut mieux pour cela connaître l'univers dans lequel vous vous trouvez ! Nous avons pensé à vous, en vous préparant un guide qui vous permettra de découvrir pas à pas le monde des Chroniques d'Irydaë.

Si malgré cela, des doutes subsistent, n'hésitez pas à adresser vos questions aux Administrateurs.

En vous souhaitant une agréable visite !



 :: Gestion du personnage :: Registre des Initiés :: Identités classifiées
Page 1 sur 1


 Adramus Godmerek

Adramus
avatar
Jeu 12 Nov - 15:52
Irys : 512161
Profession : Aventurier, maître d'armes
My'trän +2 ~ Mistral
Adramus Godmerek



Passeport


Nom : Godmerek
Prénom : Adramus
Surnom : Le Cri du Dragon
Sexe : Masculin
Âge : Au-dessus de la trentaine
Métier : Aventurier, et maître d'armes à l'occasion
Communauté : Nomade solitaire
Lieu de naissance : Kharaal Gazar



Aptitudes & possessions

  • Croyance : Amisgal
  • Capacités affiliés : Magie de l'air niveau ADEPTE :

    Il faut savoir qu'Adramus a développé tout un véritable art martial à partir de sa magie liée à Amisgal. Invoquant en un instant une excellente lame magique dégageant d'étonnantes bourrasques, le guerrier a compilé des tas de techniques au sabre impliquant l'utilisation de ses pouvoirs en guise d’auxiliaire. Chacune a un nom, qu'il se plait à prononcer avant exécution comme une invocation. Un bond en avant, appuyé par la magie, suivi d'un coup d'estoc puissant; la projection d'une onde d'air capable d'entailler, dans une moindre mesure, l'adversaire... Cette manière de combattre représente beaucoup pour le voyageur: l’œuvre de sa vie, la manifestation de sa foi, et une recherche désespérée de la perfection martiale. C'est à cela qu'Adramus consacre la majeure partie de son entrainement quotidien.

    Au niveau des capacités plus utilitaires, il aime employer ses pouvoirs pour faire de grands bons en avant, afin de se déplacer plus vite. (limite à 15m de longueur pour 2m de hauteur et se fatigue rapidement). Son déplacement magique peut être aussi plus rapide et mesuré, c'est ainsi qu'Adramus parvient à augmenter la vitesse de ses mouvements, qui deviennent alors 1,5 fois plus rapide que la normale, pendant environ dix secondes avant de devoir stopper le combat. Si jamais il poursuit ses attaques après ce laps de temps, les conséquences sur son corps pourraient être dramatiques. Enfin, il utilise fréquemment la paume de ses mains pour envoyer des impulsions très brèves, mais puissantes, capables de renverser un homme s'il gère bien sa concentration.
  • Armes : Un bâton de bois, mais il s'en sert plus souvent pour marcher
  • Familiers/montures :
  • Autres possessions : /




Profil psychologique Adramus a, depuis maintenant une petite vingtainee d'année, développé sa propre philosophie guerrière basée sur un développement constant de sa capacité de concentration et un code de l'honneur stricte qu'il ne doit en aucun cas enfreindre sous peine d'un déshonneur éternel auprès de celle qu'il vénère tant. Du nom de « Erel Kheg », ce petit livre inculque à qui en suit les enseignements tous les comportements appropriés à une vie saine, pieuse, et vouée à développer sa force et sa technique au travers de nombreux exercices difficiles. Ce rigorisme est le résultat d'une profonde vénération de l'Architecte des cieux Amisgal, et d'un souhait profondément ancré dans sa chair de la servir, elle et sa descendance reptilienne. Il répugne toutes les castes éparpillées dans le monde qui n'ont pour seul but que d'asservir les dragons et toutes les autres créatures volantes afin de dominer les cieux. Rien au monde ne le rend plus amer que de voir un dragonnier ou un chasseur quelconque essayer de dompter un griffon. Pour Adramus, le ciel appartient à Amisgal et à ses enfants. Les hommes sont destinés à rester sur la terre ferme, lorsqu'ils s'élèvent c'est pour retomber aussitôt, c'est bien la preuve que leur place n'est pas auprès de ces majestueuses créatures.

Mais au-delà de cette rancœur vindicative,le guerrier est quelqu'un de profondément bon Il aime aider les autres, alléger leur fardeau, et prendre tout sur ses larges épaules comme si c'était le seul moyen d'avoir grâce aux yeux de sa déesse. Son code d'honneur serait presque tourné vers l'automutilation, si un chapitre entier n'était pas consacré au bien-être du corps, à son allègement spirituel, afin d'avoir les pieds moins lourds et de pouvoir lever la tête vers les nuages. Adramus sait ce qui est bon pour le corps humain, ayant mis un temps considérable à élaborer les règles qui régissent sa vie. Ce n'est pas un grand bavard, cependant, ni un intellectuel. Comprendre le monde, en décrypter le code mystique, ce n'est pas dans ses projets. Il considère que les choses de la réalité sont bien plus importantes à traiter, et c'est pourquoi il parcours le monde à la recherche de gens à qui louer sa vigueur et sa bienveillance pour quelques Irys.

Néanmoins, malgré sa bonne foi, son éducation l'oblige à éprouver un fort ressentiment inné contre les Daënars. Au fil des années, il s'est mis à leur trouver, de façon automatique, les pires défaut de l'humanité. Ils exploitent le sol avec une avarice dangereuse pour en extraire les richesses vitales de l'univers, ils détruisent le monde à petit feu dans le seul but de prendre leur revanche sur des dieux qu'ils ont trahis. La technologie le rend malade, littéralement comme figurativement, et c'est la raison pour laquelle il côtoie peu les cités où se réunissent de grandes populations.

Pour terminer sur la personnalité de cet énigmatique personnage, sachez que depuis quelques temps il est à la recherche d'un disciple à qui transmettre son savoir avant sa mort. Non pas qu'il souhaite voir son nom gravé sur la roche, mais il est simplement convaincu d'avoir trouver la manière de vivre parfaite d'un guerrier. C'est l'oeuvre de sa vie, et il compte bien en faire profiter l'humanité entière.  



Physiologie Le corps d'Adramus, bien qu'il vénère tout entier la déesse des cieux étoilés, semble comme un morceau de roche qu'on aurait sculpté méticuleusement pour en faire un avatar de granit qui conviendrait tout à fait à Delkhii le Grand Bâtisseur. D'une taille honorable, environ 1m85, et d'une épaisse physionomie, on aurait du mal à penser que par la seule force de sa piété et de sa volonté cette masse de muscles parvienne à s'élever au-dessus du sol comme une feuille de papier. C'est un entraînement aussi bien physique que spirituel qui a amené le guerrier là où il en est aujourd'hui. Mais ne vous y trompez pas, on ne devient pas aussi fort simplement en le souhaitant. Il faut avoir un passif derrière, une enfance vouée à se développer à force de travail et de privations. Ne souhaitez pas tout de suite devenir comme cet homme, vous pourriez le regretter.

Malgré tout, il y a quelques avantages à avoir passé sa vie dans le labeur et l'entrainement. Les capacités mentales d'Adramus sont loin d'être les plus exponentielles, mais il est facile de comprendre ô combien il a compensé tout cela par le développement de ses capacités physiques. Le guerrier frappera sûrement plus fort que vous, courra certainement plus vite et plus longtemps, pourra escalader des parois rocheuses dont vous n'essayerez même pas de voir le sommet... Adramus est une force de la nature, et couplé à sa magie et sa volonté de fer, il est une machine de guerre très difficile à stopper.

Evidemment, une stature aussi imposante exerce forcément une lourde présence sur ce qui l'entoure. Que ce soit sa voix grave comme l'écho au fin fond d'une crevasse, sa démarche de golem aux pieds d'acier, ou encore sa respiration toujours lente et mesurée, on ne peut passer à côté d'Adramus sans ressentir un certain sentiment de sécurité, ou bien de l'intimidation si l'on est facilement impressionnable. C'est quelque chose qu'il apprécie de sa personne, puisque son but sera toujours de protéger les gens qui l'entourent, alors si les intéressés lui font naturellement confiance cela ne peut être que bénéfique.

Niveau vestimentaire, là aussi, le guerrier s'est imposé une garde-robe limitée et à forte symbolique. Lorsque la température le permet, il se promène torse-nue, exhibant ses nombreux tatouages tribaux aux yeux de tous. Néanmoins, il garde toujours une tunique, ou une toge de tissu, attachée autour de sa taille et il l'enfile dès que la température se refroidit. Si vraiment le froid l'handicap, il trouvera toujours moyen de se vêtir un peu plus.  



Biographie


« Je n'ai pas de parents, je fais du ciel et de la terre mes parents... »
Comme chacun sait, quiconque naît sur le sol du resplendissant continent de My'tra n'aura jamais la souffrance de subir la mort des gens qui lui sont proches. Leur être, une fois vide de toute substance éternelle, est oublié par le monde et il peut ainsi s'élever vers les Architectes en toute légèreté. Cette conscience de l'ignorance salvatrice est le premier précepte de l'Erel Kheg. Adramus sait qu'il est né dans le Kharaal Gazar, ce pays dévoué à la terre, à l'ouvrage des mains, et à la simplicité de la vie matérielle était le parfait berceau pour celui qui était destiné à forger le plus rigoureux et le plus noble des arts de vivre. Ses parents lui apprirent à vénérer Amisgal comme une mère, à respecter et à craindre les cieux, et à attendre patiemment le jour où il pourrait les rejoindre. La terre méritait tout autant vénération, car sans elle aucune vie n'était possible. Ce n'était que par l'union de ces deux entités que pouvait naître la paix de l'âme.

« Je n'ai pas de demeure, je fais de tout Irydaë ma demeure... »
L'avantage d'être une tribu dévouée à Amisgal, c'est que la liberté de mouvement est la première loi à respecter. La neutralité est obligatoire au milieu des conflits sanglants qui font rougir le sol de tout le continent. On ne participe ni aux guerres, ni à la vie politique, la vie entière doit être tournée vers la plénitude et la responsabilité entière de ses choix. Voilà pourquoi, bien qu'il était né dans les Kharaal Gazar, Adramus quitta bien tôt cette région pour aller seul Bolgokh sait où avec sa famille. Ensemble, ils virent bon nombre de paysages, bon nombre de gens, à travers un cycle migratoire suivi depuis bien longtemps par les mages de l'air et leurs enfants. Priorité était faite à la diversité, car si un jour leur fils devait quitter cet environnement clément pour se rendre par-delà l'océan, il fallait qu'il puisse survivre à toutes les terres qui subissaient le courroux d'Amisgal et se trouvaient soumises aux plus effroyables climats. Neige, feu, tempête... bientôt, le petit enfant avait vu du plus brûlant soleil aux glaces éternelles, et il survécut. Il avait bien mérité la fierté de ses proches.

« Je n'ai pas de pouvoir divin, je fais de mon esprit mon pouvoir divin... »

Il était maintenant l'heure pour le jeune Adramus de commencer son épineuse formation aux arts des arcanes appartenant à la Mère des Cieux. Le but final était de pouvoir maîtriser son environnement à la manière des anciens qui, d'un simple chant onirique, parvenaient à forcer l'éclaircie à devenir orage, et le froid blanc à revêtir une douce robe printanière. L'apprentissage fut éprouvant, très éprouvant pour l'adolescent. Tous les jours durant, du lever du soleil jusqu'à ce qu'il se couche. Il n'y avait rien d'autre qui comptait désormais que de tisser un lien avec leur déesse bien-aimée. Bientôt il parvint à guider l'air qui l'entourait pour atteindre des objectifs jusqu'alors utopiques. C'est à cette époque que le père d'Adramus mourut, le premier, d'une chute malencontreuse dans une crevasse de glace. L'amnésie fut instantanée, et le jeune homme repartit sur les routes de My'tra avec sa mère pour seule compagnie.

« Je n'ai pas de corps, je fais de mon stoïcisme mon corps... »
Malheureusement, même ceux dont la volonté première est de ne participer à aucune guerre ne peuvent se soustraire à son appel lorsque celle-ci frappe à leur porte... Jusqu’alors nichés au plus profond de Nislegin, avec quelques autres nomades, Adramus et sa mère devenue âgée vivaient des jours paisibles en chassant aux abords d’un petit lac très apprécié des herbivores locaux. Le groupe s’était implanté dans un petit campement forestier qu’ils avaient habilement aménagé dans les arbres. Malheureusement, cela faisait longtemps que cette région providentielle était une zone de non-droit où aucune des puissantes factions du monde ne s’était durement établie. Alors évidemment, la paix était impossible… Une tribu barbare, vivant certainement depuis longtemps ici, avait décidé de s’approprier le territoire de chasse d’Adramus et de ses compagnons. Des raids effroyables commencèrent alors à pleuvoir sur le petit campement. Largement supérieurs en nombres, les barbares se trouvaient cependant en face de mages entrainés, qui les repoussaient avec plus ou moins de mal à chaque assaut. Malheureusement, la petite clairière finit par partir en cendres lors d’un affrontement particulièrement violent. Adramus, lui, était toujours en première ligne car son défunt père lui avait appris l’art d’invoquer une lame puissante grâce à ses pouvoirs. Plus les combats étaient importants, plus il y voyait comme un devoir de se battre jusqu’au bout. Aucune blessure, aucune douleur n’arrêtait cette tête brûlée, qui vit très rapidement sa mère emportée par les bandits.

« Je n'ai pas de principes, je fais de ma capacité d’adaptation mon unique principe… »

Malheureusement, malgré la fureur de vaincre des mages, le nombre finit par avoir le dessus sur la puissance, et les barbares finirent victorieux de cette époque de lourdes batailles. Presque aucun des chasseurs n’avait survécu, et ils partaient désormais plus loin vers le sud, là où le soleil commençait à inonder la terre comme du feu liquide. Adramus, lui, voulait protéger ceux avec qui il avait vécu, mais un autre destin l’attendait, il le savait. Fervent adepte d’Amisgal, il ne pouvait se résoudre à ne pas suivre la voie du vent, celle qui guide l’homme vers ses desseins les plus secrets. A l’horizon, des montagnes enneigées se profilaient et semblaient appeler le guerrier. Il prit la décision de quitter ses compagnons pour suivre ce murmure indescriptible. Il était désormais seul, face à son reflet dans les cours d’eau, face à sa frayeur de  l’obscurité bruyante, face à cette voix qui l’appelait de tous ces vœux, et qui n’était peut-être en réalité que son propre désir d’aventure et d’indépendance.

« Je n'ai pas d’ami, je fais de mon esprit mon ami… »
Une fois arrivé aux pieds des monts enneigés, le pauvre Adramus dut se résoudre à devoir encore avancer, toujours avancer, seul, harcelé en toute heure par une brise glacée en provenance de l’ouest. Il fallait grimper, peu importe ce qu’on trouverait au bout du chemin. Quelque chose le guidait à travers la brume, à travers le doute, à travers la douleur même qui engourdissait tous ses membres. Les créatures sauvages tombaient les unes après les autres sous la lame de son sabre invoqué. Sa technique se perfectionnait de jour en jour… Puis les plus hauts sommets l’accueillirent. La voix qu’il entendait sans cesse jusqu’à ce jour, il le comprenait maintenant, c’était le rugissement des dragons. Sous les yeux du guerrier se dressait l’impressionnante cité de Dyen, le bastion des dragonniers, la forteresse céleste que personne n’avait jamais réussi à capturer. Un lieu de pouvoir, où s’entrainaient des hommes et des femmes qui, au terme de leur périple, pourraient chevaucher une de ces légendaires créatures. Cette vision chimérique éveilla en Adramus un profond sentiment d’incompréhension. Elle se mua bien vite en colère, car devant lui les enfants de sa déesse adorée se faisait soumettre vilement par de simples mortels. Une situation qui le dégoutait profondément.

« Je n'ai pas d’ennemi, je fais de l’imprudence mon ennemi… »
Bien vite, on repéra cet étrange personnage qui venait s’aventurer si près de la citadelle. Des gardes vinrent à son encontre, en toute affabilité, lui demander ses intentions. Adramus répondit alors calmement qu’il désirait voir de façon urgente un des responsables de cette cité. Un décisionnaire, voilà ce qu’il cherchait, il voulait parler face à face avec un de ceux qui orchestrait cette horreur. Malheureusement, il n’était qu’un étranger parmi eux, et on lui refusa l’autorisation de voir quelque responsable que ce soit. Le nomade prit alors la décision de se débarrasser d’un des deux hommes afin de forcer l’autre à être un peu plus coopératif. On ne retrouva jamais le corps du soldat malchanceux. Probablement fut-il jeté dans le vide après son élimination. Adramus entra donc dans Dyen, accompagné du soldat constamment maintenu soumis par quelques murmures éloquents du mage. On demanda urgemment à rencontrer le Roi-Père dans la salle du trône, perchée au sommet de la cité dragonnière. Ce dernier vit avec étonnement un de ses gardes entrer d’un pas hésitant, suivi de près par l’étranger à la poitrine orné d’un imposant tatouage. Ce dernier attendit quelques instants, dévisageant le hiérarque avec solennité. Finalement, le roi consentit à écouter ce qu’Adramus avait à dire, moyennant le fait qu’il était constamment mis en joue par les différents guerriers postés dans la salle du trône. D’un ton grave, calme, presque paternel, le voyageur parla donc.

- Majesté. Là dehors, il y a une créature qui à elle seule symbolise tout ce que les dieux sont pour les hommes : enchanteurs, inaccessibles, puissants... Ce sont les véritables enfants d'Amisgal. Et ce que vous leur faite me désole profondément. Vous les capturez avant même qu'ils voient le soleil, vous les asservissez et vous les utilisez pour voler. C'est abject que des mortels tels que vous ne soient pas punis pour avoir eu l'arrogance de se prendre pour des dieux. Alors voilà ce que je vais faire désormais : Vous combattre, avec acharnement, et vous vaincre. Je suis un homme d'honneur, je vous ai donc prévenus de mes intentions. Soyez prêts, et que les Architectes aient pitiés de vous.

Le roi-père se leva immédiatement, à la foi amusé et irrité d'une telle provocation. Il leva le bras d'un geste impérial, et s'écria :

- Et tu penses vraiment, jeune impertinent, que tu repartiras d'ici en vie afin de fomenter je-ne-sais quel plan d'attaque ?! Gardes ! Tuez-moi ce rat qui insulte notre vénérable ordre !!

Adramus ne trembla pas, il n'avait pas peur. Il ne sourit pas non plus, il n'était pas satisfait de la situation. Tout n'était qu'une question de devoir. Il était de son devoir d'affronter les dragonniers au nom de sa déesse, et il était du devoir du roi-père de préserver leur souveraineté. Il était maintenant temps de voir lequel surpassait l'autre. Mais pour l'heure, il fallait partir d'ici. Rien de plus simple pour un fils du vent. Une fenêtre à seulement deux mètres d'eux, parfait. Au-delà, le vide, mais le vide n'effraie pas les adeptes d'Amisgal. Sans aucune hésitation, le guerrier plongea à travers le verre fragile et tomba des remparts du château céleste. Les gardes ne purent voir qu'en réalité il réussit à se concentrer suffisamment pour planer de longs instants et ralentir sa chute. Il s'en était sorti. Une preuve de plus que sa foi surpasserait tout, même leurs armées, même leurs dragons envoûtés.

« Je n'ai pas d'épée, je fais de ma volonté brûlante mon épée...»

Voilà donc plusieurs années, maintenant, que Adramus le guerrier errant parcours le monde sans distinction. Bien que Daënastre le rebute et le rende passablement malade, il ne trouve pas le temps de se préoccuper de l'essor dangereux de cep euple. Sa priorité est la destruction des dragonniers, et il est prêt à attendre des siècles s'il le faut pour achever sa destinée, même s'il doit reléguer la tâche à une tierce personne. C'est dans cette optique, d'ailleurs, qu'il compile ses différents conseils et préceptes dans un petit livre qu'il conserve à l'abri des indiscrets. Ne pourra lire l'Erel Kheg que celui qui le méritera.






Dans la vraie vie ?


Quel âge avez-vous ? 18 ans !
Comment avez-vous découvert le forum ? Un vibreur, dans ma poche.Very Happy
La création de votre fiche a-t-elle été fastidieuse ? Nan. ^^
Avez-vous des suggestions pour rendre la validation plus facile ? Offrir une assiette de cookies
Code du règlement : [CENSURE]


Dernière édition par Adramus le Jeu 20 Avr - 11:34, édité 14 fois
Voir le profil de l'utilisateur

Bolgokh
avatar
Mar 8 Nov - 23:10
Irys : 170027
Profession : Créateur de monde à temps partiel
Administrateur
Liste des réputations d'Adramus Godmerek


Réputation auprès de Daënastre
                                                                                                               
RÉGIONS
RÉPUTATIONS
POINTS
Ünellia--------
-2.501/30.000
Le Tyorum--------
-2.501/30.000
Rathram--------
-2.501/30.000
Vereist--------
-2.501/30.000
Hinaus--------
-2.501/30.000
Daënastre--------
-12.505/150.000


Réputation auprès de My'trä

RÉGIONS
RÉPUTATIONS
POINTS
Suhury--------
580/30.000
Zagash--------
0/30.000
Zolios--------
580/30.000
Khurmag--------
1.480/30.000
Kharaal Gazar--------
2.501/30.000
Nomades d'Amisgal--------
7.501/30.000
Nomades d'Orshin--------
0/30.000
My'trä--------
11.482/210.000


Réputation auprès des Pérégrins

GROUPES
RÉPUTATIONS
POINTS
Pérégrins--------
0/30.000
Cité-État de Dyen--------
-7.501/30.000
Cité-État d'Aalz--------
0/30.000
Cercles de l'aube--------
0/30.000
Ordre de la pénitence--------
0/30.000
Les Danseurs du Crépuscule--------
0/30.000
Les Vigilants--------
0/30.000


~ N'hésitez pas à adresser vos questions par MP à Asmigal, Khugatsaa ou Möchlog, ils se feront un plaisir de vous aider ! ~
Voir le profil de l'utilisateur

Adramus
avatar
Mar 24 Jan - 9:27
Irys : 512161
Profession : Aventurier, maître d'armes
My'trän +2 ~ Mistral
Liste des RP

En cours


Terminés


Dernière édition par Adramus le Sam 18 Nov - 2:47, édité 7 fois
Voir le profil de l'utilisateur

Adramus
avatar
Dim 19 Fév - 11:29
Irys : 512161
Profession : Aventurier, maître d'armes
My'trän +2 ~ Mistral

RPs en commun


Janvier 932
- Plus dure sera la chute.



Donovan de Cendre


Gharyn du petit village de Cerka, dans les forêts enneigées de Khurmag. Homme d'honneur, homme de principes, homme à qui Adramus doit le plus grand respect. Un respect réciproque, car l'un et l'autre se sont affrontés amicalement dans ces bois et Adramus gagna. Vaincu, mais point du tout amer, Donovan proposa au voyageur de former ceux qu'il se devait de protéger à devenir des guerriers compétents, à-même de se défendre par eux-mêmes. Mais Adramus refusa, il refusa car son oeuvre, l'Erel Kheg, n'était pas tout à fait accomplie. Il promit de revenir dans un an, quand il aurait achevé ce manuel du parfait guerrier. Il honorera sa promesse.






RPs en commun


Janvier 932
- Le Départ



Noctus Omnis


Un enfant, un simple enfant que le guerrier d'Amisgal croisa aux hasards de ses routes. Il était bien naïf, enfantin, fragile. Adramus n'a pas beaucoup de considérations pour ce genre d'inconscients, mais il lui adressa tout de même ses plus sincères prières afin que sa route ne se termine pas trop abruptement. Entrant ensuite dans la ville d'où était originaire le jeune garçon, et qu'il venait de quitter, le voyageur prononça un discours poignant dont les habitants se souviendront encore longtemps.






Mary E. Burrowes


La femme de sa vie. Tout bonnement. Il n'y a rien à dire de plus ! Si vous insistez, je peux vous dire qu'il l'a sauvée du danger, qu'elle l'a sauvé de la solitude, qu'ils se sont unis, qu'ils se sont séparés en se jurant de se retrouver par la suite, ce qui fut fait. Une histoire mouvementée, certes, mais l'un comme l'autre connait le destin qui les unit. Ils sont fait l'un pour l'autre, s'aiment à en faire trembler les quartiers de Darga, et même lorsque le combat rappellera l'éternel guerrier d'Amisgal, il sait qu'elle le suivra.

C'est toute sa vie, son présent, son futur. Ni plus, ni moins.






RPs en commun


Avril 927
- Le Prix du silence


Kazushi Ito


Un vagabond, comme Adramus. Un épéiste, comme Adramus. Un philosophe, comme Adramus. Alors, pourquoi Kazushi déteste tant Adramus ? Eh bien parce que l'on peut vagabonder, se battre à l'épée et philosopher tout en ne partageant aucune idée en commun avec ses camarades voyageurs, bretteurs et penseurs. Ils auraient pu être amis, pourtant, mais le fait est que ce n'était pas le bon moment pour que ces deux âmes se trouvent des points communs. Kazushi a vu Adramus saigner, tuer, être emprisonné et exilé. Qui sait ce qu'il pense du guerrier d'Amisgal en ce moment.






RPs en commun


Mois année du RP
- [url=#]lien du RP[/url]
- [url=#]lien du RP[/url]
Mois année du RP
- [url=#]lien du RP[/url]



Prénom Nom du personnage


Description du personnage rencontré.






RPs en commun


Mois année du RP
- [url=#]lien du RP[/url]
- [url=#]lien du RP[/url]
Mois année du RP
- [url=#]lien du RP[/url]



Prénom Nom du personnage


Description du personnage rencontré.



Voir le profil de l'utilisateur