Revenir en hautAller en bas
Chroniques d'Irydaë
Bonjour, et bienvenue sur les Chroniques d'Irydaë. Déjà inscrit ? N'attends plus, et connecte-toi dès maintenant en cliquant sur le bouton "Connexion" ci-dessous !

Vous êtes nouveaux, que ce soit sur ce forum ou dans le monde du RPG ? Le choix d'un forum sur lequel vous pourrez vous épanouir n'est pas anodin, et il vaut mieux pour cela connaître l'univers dans lequel vous vous trouvez ! Nous avons pensé à vous, en vous préparant un guide qui vous permettra de découvrir pas à pas le monde des Chroniques d'Irydaë.

Si malgré cela, des doutes subsistent, n'hésitez pas à adresser vos questions aux Administrateurs.

En vous souhaitant une agréable visite !



 :: Les terres d'Irydaë :: Daënastre :: Vereist
Page 1 sur 1


 [Capitale] ~ Zuhause

Bolgokh
avatar
Dim 24 Juil - 17:05
Irys : 35029
Profession : Créateur de monde à temps partiel
Administrateur
Zuhause


Histoire

Située à l’extrémité nord du continent, Vereist fut l’une des dernières régions colonisées par le Peuple Libre lorsqu’ils fuirent l’inhospitalité manifeste de Zochlom. Quelques rares courageux tentèrent d’explorer ces terres hostiles en éclaireurs, peu en revinrent, moins encore proposèrent de solutions d’installation durable sur un territoire décrété trop glacé pour jamais accueillir toute source de vie. Les Daënastres nouvellement renommés durent attendre l’apparition d’un homme appelé Erron Paladas pour que les premières tentatives d’installation à Vereist se mettent en marche. A la tête d’une bande malfrats, auteurs de petits forfaits ayant suffi à susciter l’hostilité des leurs, l’autorité en place à l’époque leur proposa l’alternative suivante : la mort ou la possibilité de fuir vers cette contrée mortelle qui les avait tenus jusqu’alors en échec, laissant le hasard décider de leur sort. Erron était certes un homme pauvre que son manque de fortune avait poussé à d’irrémédiables décisions, il était avant tout travailleur et rigoureux dans ce qu’il faisait. Lorsque l’on a échappé à la justice durant plus de vingt ans de sa vie, on connait invariablement quelques techniques bien choisies en termes de survie. Il possédait qui plus est une certaine philosophie de son cru qui le conduisit à mener ses troupes de parias à relever un tel défi. Ainsi fut construit le premier point relais de Vereist : Grenze. Erron et ses hommes ne s’arrêtèrent toutefois pas aux quelques cabanes qu’ils bâtirent sur la frontière, mais poursuivirent leur route jusqu’au cœur de l’hiver, poussés en avant par des représentants de Daënastre assoiffés de justice.

L’histoire raconte qu’épuisés par un tel voyage et ignorants jusqu’où s’étendait cette masse glacée à perte de vue, ils résolurent de s’arrêter à la jointure des deux grands lacs de Vereist, les Jumeaux Dormants. La forêt leur procura un bois utile pour la construction des premières bâtisses et les quelques étangs alentours leur fournirent vivres et eau saine. Préoccupés par la nécessité de survivre ils s’assagirent considérablement et consacrèrent le reste de leur existence à créer un endroit potable, chaleureux et apte à les protéger du froid cruel des glaciers. Ce n’est que trente ans plus tard, alerté par des voyageurs recueillis et sauvés par cette ancienne bande de malfrats, que le gouvernement, incrédule, daigna leur accorder le pardon et autoriser dorénavant le déplacement et l’installation des familles qui le désireraient. Une kyrielle de foyers firent le déplacement, souvent très pauvres, attirés par la possibilité de posséder d’immenses terres et de pouvoir tenter leur chance dans un monde qui de toute façon, n’avait alors rien d’autre à leur offrir. C’est ainsi que naquit l’existence officielle de Zuhause. Puisque aucune autre terre ne voulait d’eux, Zuhause serait leur foyer, leur chez eux.

Il fallut attendre la génération suivante pour que la ville ainsi que sa région subissent un bouleversement majeur. Un fragment de magilithe fut découvert à l’orée des terres connues par les pionniers. Elle déclencha la ferveur des habitants ainsi que celle du Gouvernement qui s’intéressa subitement de très très près à cette contrée qui avait jusqu’alors échappée à son emprise. Un millier de migrants vinrent s’installer à Zuhause dans l’espoir de dénicher l’origine de ce filon légendaire, et il fut bientôt décider d’explorer Vereiste d’un bout à l’autre et d’y installer différents bastions. C’est dans cette période que les autres villes apparurent et donnèrent à ces terres leur véritable statut de région habitée de Daënastre. Les mineurs remontèrent la trace de ce fragment de magilithe jusqu’à ce qui serait bientôt Klumpen, abandonnant derrière eux une Zuhause transfigurée. Cette ville à l’origine humble doubla de volume, s’entoura de murailles de pierre protectrice et creusa toujours davantage l’étendue de ses fondations. Elle fut décrétée centre névralgique de Vereist et donc, par extension, capitale. Elle permettait aux voyageurs de l’extrême d’avoir un point d’attache avant les contrées hostiles du nord, et une première approche de la civilisation vers le sud.

Le second bouleversement majeur qui ébranla les murs de Zuhause fut la venue de Rhevan Pienov, un commerçant de haut renom qui eut l’idée inédite d’exploiter et d’acheminer d’énormes cubes de glace vers le sud. Il inventa le principe même de glaçons et parvint à en faire la publicité auprès des contrées désertiques accablées par la chaleur : c’est une sacrée dose d’intelligence qu’il fallait pour donner envie à ses contemporains de placer de l’eau glacée dans leurs mélanges spiritueux sacrés… Une solution était donc toute trouvée pour alléger la région de sa glace omniprésente et autrefois inutile. Cette tâche fut d’une relative complexité jusqu’à l’invention toute récente des lignes de chemin de fer, qui acheva de stabiliser la pérennité d’un tel commerce. Encore une fois, au carrefour des uniques lignes de transport de la région, Zuhause doubla de population et dut refaire la grande majorité de ses infrastructures.


Description

Zuhause est recouverte d’une épaisse couche de neige 365 jours par an. Elle ne connait pas d’accalmie dans ce temps si propre à l’extrémité nord de Daënastre et a su s’en accommoder par des subterfuges d’architecture. Taillée dans un style nordique parfait, elle se découpe en quartiers très serrés dont les maisons sont toutes mitoyennes par au moins un de leur mur, si ce ne sont les deux. Le but d’une telle installation est bien sûr la préservation de la chaleur dans les foyers : un mur mitoyen sensiblement plus fin que ceux de la façade et de l’arrière, permet le transfert de la chaleur globale d’une maison à l’autre. De fait, même si la cheminée s’éteint par mégarde (ce qui n’arrive pratiquement jamais), ses habitants ne sauraient mourir gelés dans leur sommeil car leur voisinage immédiat suffirait à maintenir une température minimale décente et faciliter le départ du feu. Les toits sont extrêmement pentus, taillés en pointe, de sorte à empêcher la neige de s’accumuler trop longtemps et de la guider vers le sol afin qu’elle ne fasse effondrer la structure de la maison. Les habitations sont généralement construites avec une armature en poutres lourdes, puis consolidées et isolées au moyen de pierres larges, de foin, et de murs très denses. Une même bâtisse accueille en général plusieurs familles, et approche ainsi le statut « d’immeuble » même si nous en sommes encore loin : davantage des maisons de village communes où chaque étage appartient à un propriétaire différent. En effet, à cause de l’explosion subite de sa population en quelques siècles d’intervalle, les habitants ont d’abord préféré exploiter tout l’espace existant avant d’agrandir les frontières de la ville, déjà limitées par la présence des deux lacs Jumeaux. Le tout est construit en pente douce dans le but d’aider naturellement les déblayeurs à repousser la neige envahissant les rues vers l’extérieur.

Les rues sont étroites mais pratiquement toutes pavées. Elles sont méticuleusement entretenues par la ville qui y voit le moyen le plus sûr de lutter contre les glissades et autres méfaits de l’hiver. La neige apportant la boue ou le gel fondue, il est plus aisé d’évoluer en hauteur sur de larges pavés propres qui protègent les vêtements et le cuir des éclaboussures. Deux grandes rues centrales se croisent néanmoins en forme de croix au centre de la cité. Elles accueillent notamment les lignes de chemin de fer qui la traversent, et sont les plus larges de la ville. Plusieurs charrettes peuvent y évoluer de front sans se gêner, et quelques hangars de stockage d’appoint y ont été bâtis. Au fil du temps, d’autres ont malgré tout été créés à l’extérieur de Zuhause du fait du manque de place, en bordure des lacs gelés. Ce sont ces derniers qui sont aujourd’hui majoritairement utilisés par les commerçants car plus faciles d’accès et infiniment plus grands et modernes que les tout premiers.

Une rivière reliait autrefois les Jumeaux Dormants entre eux, mais elle fut très vite comblée par les constructions locales, voire contournée par des ponts qui font aujourd’hui l’attraction principale des quelques visiteurs. De nos jours, Zuhause prend absolument toute la place restante entre les deux lacs, jusqu’à même glaner du terrain sur la surface gelée de ceux-ci : afin d’améliorer l’extraction de cubes de glace, la ville a construit plusieurs pontons qui s’allongent sur la surface de l’eau et supportent le poids de poulies et de cordes utiles au prélèvement de blocs extrêmement lourds. Les berges ne sont donc pas vraiment habitées mais sont plutôt la zone réservée aux différents ateliers d’exploitation et entrepôts d’outils utiles à ce commerce florissant. La cité dispose de plusieurs portes d’entrée et de sortie pour la population locale. Les deux principales font évidemment face au nord et au sud, mais plusieurs portes annexes donnent notamment sur les lacs. Il est à noter que grâce au climat particulier de Vereist et outre les prédateurs naturels de l’endroit, les habitants n’ont jamais eu à craindre un ennemi humain et n’ont donc guère fait en sorte de réellement fortifier la ville.

Outre cela, depuis la radicale expansion de la ville et du commerce de glace, Zuhause est sujette à d’étranges phénomènes. De temps à autre certains habitants se surprennent à déclencher des facultés paranormales, le temps d’un bref instant. Une kyrielle d’accidents a déjà eu lieu à cause de la maîtrise impromptue d’une congère, la création de plaques de glace, ou encore le déplacement étonnant de filets d’eau dans les airs, et autres aptitudes censées être uniquement l’apanage de Dalai et de ses croyants. Ces phénomènes sont méticuleusement maintenus cachés par la population qui a en horreur ces « dérapages » d’une fraction de seconde, et beaucoup souffrent à vie d’avoir été victime d’une telle malice : s’il y a des témoins, il est fort probable que les habitants vous ostraciseront à partir de ce jour ! Toujours est-il que nul ne sait encore à quoi sont dues ces distorsions, ni s’il s’agit d’une bonne ou d’une mauvaise nouvelle… Mais il semble que plus l’industrie se développe, plus cela s’aggrave.


Politique

Zuhause respecte scrupuleusement les règles établies par l’Union des Nations Evoluées, et ce, depuis l’aube de sa création. Le climat se prêtant peu aux jeux politiques et autres luttes pour le pouvoir, la plupart des Gouverneurs qui s’y sont succédé durant leur mandat se sont plutôt fait remarquer pour leur rigueur et leur extrême sens économique : il faut à tout prix faire fonctionner une région, qui, sans apport extérieur, sombrerait probablement dans l’hiver le plus glacial. Toutefois, l’arrivée des dernières technologiques en date a peut-être opérée un subtil bouleversement des mœurs. A présent que l’Homme n’a plus autant à lutter pour sa vie, il se pourrait fort qu’il se tourne vers les vices de la politique… Quoi qu’il en soit, cela prendra du temps car les Hommes du nord ne sont pas faciles à convaincre quand il s’agit de mêler des étrangers à leurs problèmes quotidiens. Car certes, l’hospitalité fait partie intégrante de leur culture et est même une question d’honneur, mais il y a une très nette différence entre accueillir à bras ouverts un vagabond et lui permettre d’avoir son mot à dire sur Zuhause ! Ainsi il est extrêmement mal vu de laisser un étranger prendre part à la vie commune de la cité, surtout s’il s’agit de sa gestion, de sa politique ou encore de ses mœurs.

Une fois ce mode de pensée expliqué, il n’est pas compliqué de comprendre pourquoi Zuhause s’oppose aussi farouchement à toute interaction avec Alexandria. En grande concurrence économique avec cette dernière, Zuhause se plaît en effet à clamer haut et fort sur tous les toits qu’elle est la grande et unique rivale de la capitale parmi toutes les capitales. De fait, les habitants aiment se moquer des « citadins endimanchés et paresseux » que seraient d’après eux les citoyens d’Alexandria, et ne se gênent pas pour taquiner tous les éventuels touristes venus chez eux à ce sujet. Malgré tout Zuhause reste sous la férule d’Alexandria, son principal partenaire commercial dans la vente de glace. Il y a là une certaine dépendance de la ville, qu’elle n’acceptera officiellement pour rien au monde.

Outre cela, Zuhause entretient les mêmes rapports aux My’trans que l’UNE qui la dirige. Si les habitants ne vous demanderont jamais directement d’où vous venez ni ne chercheront à vous extirper vos plus sombres secrets, ils n’hésiteront pas un instant à vous mettre à la porte s’ils ont la preuve évidente que vous êtes l’un de ces étranges magiciens religieux. Plus superstitieux qu’autre chose, ils n’apprécient pas vraiment ce qu’ils ne peuvent pas comprendre du premier coup, et redoutent d’être maudits s’ils acceptent tous « phénomènes paranormaux ».

Relation avec les autres nations :
Zuhause <=> UNE = Dépendance [Alliés]
Zuhause <=> Magiciens = Hostilité, méfiance [Ennemi]


Économie

Zuhause est la plaque tournante du commerce à Vereist. Toute marchandise passe un jour par ses portes pour être comptée, traitée, évaluée, puis renvoyée à son destin de marchandise destinée au reste du continent. On y trouve bien sûr énormément de denrées issues de la pêche tels que du poisson, des coquillages, mais aussi des ressources minières récupérées dans des tunnels creusés sous la roche glacée. Le charbon notamment possède ses propres entrepôts près des lignes de chemin de fer qui se croisent dans la capitale. C’est donc une véritable fourmilière sous-traitante qui s’agite à Zuhause, et rien que cela suffit à créer de nombreux emplois pour les citoyens en mal d’activités.

La spécialité de la ville est toutefois le commerce de blocs de glace, principalement prélevés dans les eaux des Jumeaux Dormants. Les ouvriers les découpent minutieusement à l’aide de tout un panel d’outils et les hissent sur la berge au moyen d’énormes poulies. Les blocs sont alors claquemurés dans des caissons hermétiques, protégés d’une mince couche de paille et de glace pillée supposée encaisser la chaleur des pays du sud à la place de la précieuse marchandise. Une fois acheminés, les blocs sont travaillés directement sur place pour donner des glaçons et être vendus aux plus grandes fortunes du sud.

Enfin, commerce non négligeable, le tourisme est bizarrement l’une des activités les plus dynamiques du secteur. Le patin à glace et la visite de contrées originellement hostiles fait palpiter le cœur des citoyens fortunés de l’UNE, peu habitués à vivre le frisson du danger et du grand froid toute l’année. Ceux-ci quittent cependant très rarement la ville et se plaisent à errer dans de longues balades au milieu des chantiers, voire à timidement tenter de percer le mystère des Jumeaux Dormants.


Force armée

Rigide pour rigide, la milice qui régit Zuhause est particulièrement réputée à Daënastre. Elle est l’une des meilleures de son temps, et il est fort rare d’assister à un délit entre les murs de la capitale. Non seulement les habitants sont trop occupés à travailler et survivre, mais les hommes et les femmes qui se sont engagés dans cette milice locale sont à des années lumières d’être des néophytes dans leur domaine. Ils sont triés sur le fil et sélectionnés parmi un large panel de bénévoles –car servir sa capitale est un immense honneur pour les citoyens de Zuhause, leur foyer-, puis entraînés durant de nombreuses années. Elle ne se compose toutefois que d’habitants pure souche, dont les racines remontent aux origines de la région, les étrangers étant encore beaucoup trop mal vus pour être tolérés dans la protection directe de la cité. C’est une forme très prononcée de discrimination qui commence tout juste à être décriée par les minorités vivant là-bas.

Alors, certes, il s’agit d’un tout petit bastion de soldats au regard d’autres capitales du continent, mais chacun d’entre eux est prêt à défendre l’ordre contre vents et blizzard s’il le faut. On doit notamment la renommée de cette milice aux trois dernières générations d’officiers qui ont contrôlé l’ordre local en étroite collaboration avec les Gouverneurs au pouvoir. Ils ont su mener diverses opérations très théâtrales dont l’unique but était de faire valoir leur spécialité d’infanterie rapprochée depuis des centaines d’années : le maniement de la hache. De fait il n’est pas rare que la rumeur les dépeigne comme de terrifiants barbares des montagnes armés de hache et capables de combattre un ours à mains nues… C’est à peu près de toute façon le gabarit commun des gens qui travaillent dans cette milice.


Peuple et densité

La densité de la population de Zuhause est à relativiser vis-à-vis des autres régions de Daënastre. La ville est certes extrêmement peuplée au regard de son climat difficile et du reste de Vereist, elle ne peut néanmoins pas du tout tenir tête à des contrées luxuriantes et paradisiaques dans lesquelles les plus grandes cités se sont établies. C’est là que réside toute la grandeur de son économie : malgré sa faible densité à l’échelle du continent, elle parvient à se tenir en tête des concurrentes directes de la capitale, Alexandria. Cet exploit est sans aucun doute dû à ses habitants au fort caractère. Ces gens-là sont rigoureux et très travailleurs, ils ont appris dès leur plus jeune âge que les contes de fée n’existaient pas et qu’il faudrait gratter le sol jusqu’à l’épuisement pour se mettre quelque chose sous la dent. Ils ne se plaignent que très peu, voire pas du tout, et ne tolèrent pas le comportement geignard de certains étrangers. Tout est histoire d’apparence, il faut toujours montrer que l’on est heureux de son sort et de ce que l’on possède, aussi peu cela soit-il, et faire montre d’une grande générosité pour partager ses denrées avec les invités. Il est très rare de voir un habitant de Zuhause exprimer une émotion forte. Qu’il s’agisse du rire ou des larmes, leurs visages sont souvent fermés comme s’ils s’apprêtaient à tout instant à combattre un autre blizzard la tête haute et la hache à la main. Paradoxalement, leur hospitalité légendaire est le signe d’un chauvinisme assez poussé. Non pas pour l’UNE, mais bien pour leur ville et son histoire, et à plus large échelle la région de Vereist : n’oublions pas qu’à l’origine cette population de travailleurs nordiques est issue de repris de justice. Les pionniers avaient trouvé en Zuhause l’opportunité de recommencer une nouvelle vie, une chance accordée par leur dur labeur pour se construire un précieux foyer. Ils ont su transmettre cet amour sauvage de la « patrie » à leurs descendants, qui ne perdent pas une occasion de défendre leur héritage. C’est bien là le seul moment où vous aurez tout loisir de contempler un discours passionné chez eux !

Il faut cependant distinguer les habitants de la capitale de ceux qui vivent dans la haute campagne de Vereist. Depuis longtemps en contact avec les voyageurs venus de l’extérieur et surtout avec les excentricités des touristes, les citadins de Zuhause ont progressivement modifié leur tempérament et se sont un peu éloignés du caractère en acier trempé de leurs proches voisins. Ils sont un tantinet plus doux que ceux-ci, commencent à s’ouvrir à l’art (principalement celui de la sculpture sur blocs de glace), mais aussi aux mondanités du reste du continent. La fourberie, mais aussi les complots politiques commencent à mettre un pied dans ce monde glacé. Les jeunes générations, surtout, subissent de plein fouet les effets de mode instaurés à Alexandria et les autres grandes capitales du continent, au grand désespoir des plus vieux. Peut-être est-ce le signe d’un futur bouleversement majeur dans les mœurs de ce peuple de l’extrême ? Restez prudents quoi qu’il en soit, la confiance d’un habitant de Zuhause s’acquière facilement, mais une fois perdue, ce sera pour toujours. L’honneur est au cœur de leur existence !


Traditions

L’une des plus grandes bâtisses de la ville est également la seule construite façade vers le sud-ouest. Elle détonne parmi toutes les autres grâce à ses tourelles artistiques illustrant la force et la grandeur des habitants de Vereist. Originellement et d’après la légende elle n’était autre que l’emplacement que choisit Erron Paladas pour vivre ici. De génération en génération la demeure fut agrandie et améliorée, et abrite aujourd’hui le Gouverneur et sa famille. Mais uniquement aux deux derniers étages. En effet, dans le but d’illustrer la générosité des gens du nord, il est de coutume que le Gouverneur habite au-dessus de l’infirmerie de la ville et lui alloue les locaux dont il n’a guère l’utilité. Ainsi le gérant peut garder un œil sur les âmes blessées des siens et leur apporter sa bienveillance, tout en ne perdant jamais de vue la réalité dans laquelle son peuple vit : un climat difficile et des contrées toujours hostiles.

Dans un autre genre, le patin à glace est une activité très réputée parmi les habitants de Vereist, et davantage encore auprès de ceux de la capitale. Si ce loisir est autorisé et même apprécié sur les étangs qui bordent Zuhause, elle est toutefois implicitement prohibée sur les Jumeaux Dormants. A cause de raisons économiques évidentes que nous ne citerons pas, l’exploitation de cubes de glace est tolérée, mais elle est bien la seule activité en rapport avec ces deux lacs ! Pour une raison inexpliquée ces derniers diffusent un malaise général à quiconque les regarde trop directement, et plus encore. Les habitants gardent fermement ancré en eux la peur de réveiller on-ne-sait quoi en s’ébattant trop bruyamment sur leur surface antique et endormie…

De la même façon, il est acquis dans leur culture qu’on ne doit jamais parler de ce qui s’est produit et se produit encore à Klumpen. Particulièrement entre les murs de la capitale, en grande partie responsable de ce fiasco qu’elle a toléré et même encouragé durant des années. Aujourd’hui, tout ce qui a un rapport direct avec cette ville isolée est signe de grand malheur et de honte partagée : n’allez pas vous enquérir trop directement du destin de Klumpen, vous ne feriez que vous attirer des regards courroucés et des portes fermées.
Voir le profil de l'utilisateur