Revenir en hautAller en bas
Chroniques d'Irydaë
Bonjour, et bienvenue sur les Chroniques d'Irydaë. Déjà inscrit ? N'attends plus, et connecte-toi dès maintenant en cliquant sur le bouton "Connexion" ci-dessous !

Vous êtes nouveaux, que ce soit sur ce forum ou dans le monde du RPG ? Le choix d'un forum sur lequel vous pourrez vous épanouir n'est pas anodin, et il vaut mieux pour cela connaître l'univers dans lequel vous vous trouvez ! Nous avons pensé à vous, en vous préparant un guide qui vous permettra de découvrir pas à pas le monde des Chroniques d'Irydaë.

Si malgré cela, des doutes subsistent, n'hésitez pas à adresser vos questions aux Administrateurs.

En vous souhaitant une agréable visite !




 :: Les terres d'Irydaë :: Daënastre :: Hinaus
Page 1 sur 1


 Une fille, de l'alcool et voilà une bagarre ! Terminé

July Lahry'Dryka
avatar
Ven 1 Sep - 0:35
Irys : 145720
Profession : Joaillière
Daënar 0
Qu'est-ce que je faisais là ? J'étais encore venue me perdre dans une ville éloignée de tout, une enclave coincée loin de toute civilisation. Celeist n'était pas une belle ville et il n'y avait rien à visiter. A part les mines de magilithe qui avaient apporté un petit peu de popularité et de pouvoir à la cité, rien n'était attirant ici. A part le prix de la pierre magique, qui lui, était plus qu’alléchant ! Mon oncle et moi étions venus spécialement pour le grand marché en espérant trouver des raretés parfaites à incruster sur nos bijoux.

Nous avions voyagé en aéronef jusqu'à Zuhause et je dois dire que le confort de ces grands engins étaient fantastiques ! J'avais passé les deux jours de voyages à regarder le paysage défiler. Etre si près des nuages m'avait fascinée et m'avait inspirée. Mon carnet de croquis était plein à craquer maintenant. Le travail n'attendait jamais et l'inspiration venait quand on s'y attendait le moins. J'avais presque été déçue de redescendre sur la terre ferme. Et puis il y avait eu le train. Et pendant tout ce temps, mon oncle et moi n'avions pas parlé. Il paraissait fatigué avec ces yeux tirés et ses rides ressortaient d'autant plus. J'étais inquiète pour lui mais il ne voulait rien me dire alors je le laissais tranquille. Après tout, je ne me confiais jamais à lui non plus.

Le soleil brillait haut dans le ciel lorsque nous arrivâmes à Celeist. Même si l'astre était au rendez-vous, il ne faisait pas chaud pour autant. Il faisait même carrément froid et j'étais contente d'être vêtue d'un bon manteau chaud et de bottes épaisses, correctement fourrées. Je laissais mon oncle partir chez un ami joaillier qu'il connaissait de longues dates pour aller visiter la petite ville. Je fus refoulée aux mines et c'est avec un regard noir que je reviens d'où je venais. Je bouillonnais : la seule chose un tant soit peu intéressante dans cette ville m'était refusée ! Je n'avais d'autre choix que d'aller à la taverne, boire une petite bière.

J'en trouvais une, non loin de la gare. Il faisait bon à l'intérieur alors j'enlevais mon manteau et ma veste. Nous étions samedi alors il y avait beaucoup de monde et l'espace était malheureusement plein. Il ne restait qu'une seule place où s'assoir. Je me dirigeai donc vers le bar, où m'attendait un petit tabouret. J'étais sur le bord et à côté de moi, un homme hirsute buvait un verre d'alcool. Il ne me semblait pas recommandable et puait l'eau de vie mais je n'avais pas le choix si je voulais consommer ma choppe. Je m'assis et attendis qu'on m'apporte ma bière, essayant d'être le plus loin possible de l'homme ivre à côté de moi. Tout m'indisposait chez lui, son apparence, son attitude, mais surtout, son odeur. Il devait boire depuis longtemps pour sentir comme ça.


Dernière édition par July Lahry'Dryka le Ven 3 Nov - 21:48, édité 2 fois
Voir le profil de l'utilisateur

Pedro de Sousa
avatar
Ven 1 Sep - 8:57
Irys : 1713927
Profession : Pirate
Pérégrins -2
Le Vieux Loup des Airs écumait tel un fantôme le continent de Daënastre de long en large depuis qu'il avait plus ou moins tout perdu. Si son pied à terre se trouvait à Unellia, avait-il choisit depuis quelques mois de se lancer sur la Route des Vins comme on pourrait le dire de nos propre jour, enfin pour le barbue s'était plutôt la route des "Comptoirs de Bar" qu'il affectionnait particulièrement pour noyer ses déceptions. D'aéronef en train long ou moyen courrier, avait-il donc remonté les Plaines faisant étape à Alexandria, puis Tellovia, Ranviel et enfin Cerka. Là, le pirate qui errait au gré du vent et des courant, prit la décision de remonter le fleuve s'engouffrant dans les froides montagnes d'Hinau, fuyant les ravages des Plaines pour y préférer un air plus sec mais non moins bien plus froid.

Sans vraiment trouver de but à son expédition, se retrouva-t-il dans la cité de Celeist, cité portuaire qui ne payait pas de mine mais qui, le jeu de mot était tout trouvé, avait comme particularité de posséder justement d'importante mines de ce précieux métal qu'on appelait "magilithe". Il fallait dire que sa maigre fortune qui lui restait après avoir presque tout perdu au jeu, avait fondu comme neige au soleil, voyait-il alors en ce lieu l'endroit idéal pour sévir et braquer quelques naïf mineurs dans l'ombre des ruelles le soir venu avant de revendre au marché noir ses précieux butins, argent qu'il dépensait alors la nuit tombée dans les taverne de Celeist. Savait-il que ses méfaits ne resteraient pas longtemps impuni et s'apprêtait-il à mettre les voiles d'ici quelques jours.

Mais avant cela, l'appel du rhum était bien trop fort. Accompagné de ses deux fidèles compagnons, Baggo le capucin et Toddo son perroquet à la robe or - azzur, avait-il posé son derrière sur un haut tabouret dans une taverne qu'il avait l'habitude de fréquenter. Un bouteille, puis deux, le pirate à l'allure austère commençait à en entamer une troisième lorsque son attention, quelques peu embrumé tout de même pas l'alcool, se porta sur une femme qui s'était installer non loin de lui mais qui semblait garder ses distance. L'homme la jaugea alors qu'elle semblait clairement être indpisé par sa présence.

- Qu'c'y à toi!? Hic!

Le perroquet qui jusque là semblait se plaire à ramasser quelques cacahuète jetées par des clients un peu plus loin, admiratif devant un tel volatile, reprit son envol pour se percher sur le chapeau de son maître, croassant avant de s'exercer à voix haute.

- KrooOOOAAA!!! Joooollllllllllliiiiiiiiiiiii!!! KroooAAA!!!! Jollliiiiiiiiii!!!!!!! Kk-Kk-kkkk- Biennnnnn... ROUUUULLLéééééééé!!! KrooOOaakk!!

Le barbu s'esclaffa de rire avant de bien maladroitement chercher à flatter son volatile, tâtonnant un instant le tissu de son chapeau à bord large avant de poser ses doigts sur les plumes de Toddo qui affectueusement, de son bec, mordillant son index.

- T'as raison Bigorneau! C't'une belle plante! Hic! Y'a l'air d'avoir tout c'qui faut, là où y faut! M'enfin l'tissu cache bien des choses! Ahahah!! Hey, j't'offre une bouteille ma p'tite dame? 'Fin un verre quoi! J'ai bien r'marqué qu'tu m'faisais dl'oeil!
AHAH!


Fini-t-il par déclarer en reportant son attention sur la demoiselle.
Voir le profil de l'utilisateur

July Lahry'Dryka
avatar
Mar 5 Sep - 0:03
Irys : 145720
Profession : Joaillière
Daënar 0
Ma bière arrivai enfin et c'est avec plaisir que je regardai la mousse blanche flotter au dessus du liquide ambré. Je n'aimais pas particulièrement cette mousse mais j'adorai la trace qu'elle laissait aux personnes. Voir un homme avec une moustache de nuage blanc était un spectacle très drôle, par tout temps et de partout. Néanmoins, aujourd'hui, personne n'était comme ça et de toute façon, je n'avais pas trop envie de rire. J'étais bien trop fatiguée pour ça et le bruit de la taverne ne m'aidait pas à me reposer. Tous les mineurs semblaient s'être rassemblés comme si il n'y avait qu'une seule taverne dans toute la ville ! Je me demandais s'il y avait des anomalies parmi eux. Surement vu qu'ils extrayaient de la magilithe non raffiné. Je les plaignais, ce n'était vraiment pas une belle vie.

Je regardai les putains aller de table en table, à la recherche de clients comme des abeilles butineuses. Elles étaient bien dévêtues pour des filles du Nord. Personnellement, j'étais très bien avec mon pull. La diversité de la fréquentation d'une taverne m'avait toujours fascinée. On voyait tout dans ce genre d'établissement. Ca pouvait aller du soldat venu payé à sa troupe en cas de victoire, à la chanteuse de bar pour finir par l'incontournable ivrogne. Visiblement, j'étais assise à côté de celui qui tenait fermement ce rôle. J'avais fini par m'accoutumer à l'odeur quand un perroquet vola à travers la salle. Je faillis m'étouffer en voyant l'oiseau exotique. Et je recrachai presque ma bière en voyant qu'il venait sur le bras de l'homme à côté de moi. Je me demandai bien ce qu'un homme du sud, au vu de sa créature, venait faire dans ces contrées lointaines. Mais mon intérêt soudain disparut aussi vite qu'il était arrivé lorsque je l'entendis parler à son animal. Un fou, voyez-vous ça... C'était encore pire que ce que je pensais et je ne pouvais pas cacher le dédain qui transperçait mes trais.

" T'as raison Bigorneau! C't'une belle plante! Hic! Y'a l'air d'avoir tout c'qui faut, là où y faut! M'enfin l'tissu cache bien des choses! Ahahah!! Hey, j't'offre une bouteille ma p'tite dame? 'Fin un verre quoi! J'ai bien r'marqué qu'tu m'faisais dl'oeil! "

Je cru vraiment m'étouffer cette fois-ci à l'entende de ses paroles. Je voulais bien que l'alcool change des personnes, les rendant plus... Francs que d'autres mais il y avait des limites. Je n'étais pas une des putes qui parcouraient la salle ! Chacun son travail et les erchs de tout le monde seront bien gardés ! Je ne tolérai aucun rapprochement entre elles et moi depuis longtemps, depuis le gang. J'avais trop souffert de la comparaison. Maintenant, personne ne me considérerait comme ça.

Je me tournai et regardais fixement l'homme dans les yeux, qu'il avait bien caché d'ailleurs. Je voulais lui faire comprendre que je n'allai pas finir dans une chambre avec lui, nus au milieu de couvertures. Merci mais non merci !

" J'ai déjà de la bière, merci. Je suis sûre que la fille là-bas sera très contente par contre. " Lui répondis-je en pointant du menton une prostituée en train d'attendre un client.

Fière, je m'adressai à lui, un peu trop pleine de morgue. Je le regardai d'un regard noir puis me détournai, finissant d'une gorgée ma bière. J'étais passée à autre chose et maintenant, j’attendais de lui la même chose même si je n'avais pas trop d'espoir. Il allait continuer à creuser car son idée était bien fixée dans sa tête. Je connaissais les gens bourrés par coeur. Et la voie vers laquelle on se dirigeait me plaisait moyennement.


Dernière édition par July Lahry'Dryka le Mer 4 Oct - 16:57, édité 2 fois
Voir le profil de l'utilisateur

Pedro de Sousa
avatar
Mar 5 Sep - 9:00
Irys : 1713927
Profession : Pirate
Pérégrins -2
Sans grande surprise, le pirate venait d'essuyer un refus de la part de la jeune femme qui se tenait non loin de lui au comptoir. Se permettant de l'inviter à aborder ni plus ni moins qu'une prostituée, le barbue ne daigna même pas accompagner July du regard, s'offusquant plus encore de sa réaction lorsqu'elle prit plus de distance avec elle. S'il n'était pourtant pas content de la tournure de l'entretien, s'amusa-t-il finalement de la situation en s'esclaffant de vive voix non sans flatter la croupe de son volatile.

- Ahahah et vous avez dl'humour ma p'tite dame! J'aime ça!

Si elle se montrait froide et limite hautaine, son regard noir ne fit que provoquer l'effet inverse qu'elle aurait pu attendre. Ainsi, de toute sa hauteur, Pedro était un homme assuez grande, il fallait l'avouer, se leva-t-il, bouteille en main pour finalement se rassoir à proximité de la fuillarde.

- Rohhhhh laissez donc de coté votre mousse! C'est pour les p'tites nature ce genre d'breuvage! J'insiste ma p'tite crevette d'eau douce!

Se permettait-il de lui offrir un petit surnom qui allait sans doute irriter la jeune femme. Et si le perroquet tenait toujours sa position sur l'épaule du Vieux Loup des Air, un autre énergumène apparut de sous la veste du quadragénaire. N'était-il autre que son cappucin dénommé Baggo. Curieux, le petit primate se posta sur le comptoir avançant prudemment jusqu'au verre de la jeune femme, humant de son petit nez la mousse blanche qui semblait l'intriguer.

Pedro quand à lui se faisait plus insistant, taquinant volontier le revèche petit brin de femme.

- Allons ma p'tite crevette, m'faut une donzelle un peu plus sauvage qu'une catin bien dressé! Ahaha! C'comme à la pèche, j'préfère ferrer du poisson rare qu'une vulgaire truite bien trop docile à mordre à l'hameçon! Ahahah!!

Ivresse et provocation se mêlaient, un savant mélange d'étonnant qui ne plairait nullement à la donzelle, plus encore en la présence d un primate dénuéede bonnes manières tout comme son maître! En tout cas, dzns la taverne, personne ne semblait oser vouloir remettre le pirate à sa place, c'était somme tout normal vu son impressionnante carrure et son air pas vraiment amical, enfin pour qui lui cherchait des noises, pas pour les jeunes donzelles qu'il souhaitait déflorer, à junt ou non!
Voir le profil de l'utilisateur

July Lahry'Dryka
avatar
Mer 6 Sep - 23:54
Irys : 145720
Profession : Joaillière
Daënar 0
Je ne me préoccupais plus de l'homme barbu aux faux airs de pirates à côté de moi mais lui semblait ne pas vouloir lâcher l'affaire, à mon plus grand regret. Était-ce si compliqué de comprendre que non, voulait dire non ? Je me suis déjà surprise à regretter d'être née fille. Des fois, j'en étais même dégoutée, parfois c'était une simple réflexion. Et aujourd'hui, je me disais que les hommes n'avaient pas à subir la persévérance des mâles dans le sujet. Malheureusement car ils comprendraient beaucoup plus vite qu'il fallait arrêter. L'individu en face de moi, je le classais automatiquement dans la case des "Lourds hommes qui ne comprennent rien à rien". Mon regard noir ne parut rien lui faire, à part l'exciter un peu plus. Mon attitude hautaine l'échauffait encore plus à continuer, comme si j'étais un vulgaire trophée à obtenir, un défi à réussir.

Il ne me laissait pas tranquille, me provoquant. Je crois qu'il pensait me faire des compliments mais avec l'ivresse et l'odeur de son haleine, je ne voyais aucun point qui aurait pu me flatter. Il m'agaçait de minutes en minutes, toujours plus. Je me demandais si il s'en rendait compte. Et puis même si j'avais été intéressée, je n'avais jamais eu le pied marin.

Son singe surgit entre deux propos fort déplaisant sur le fait que je devais le rejoindre et céder à ces charmes. Je me demandais bien lesquels. Ah il faisait bien la paire avec le perroquet ! Une vraie ménagerie ! A croire que tous les clichés du pirate étaient réunis. Sauf le bateau bien sûr. Mais pour le rhum, les animaux et l'allure, on était en plein dedans ! Je grimaçais à l'entente de mon surnom : "crevette d'eau douce"... Voilà bien un nom que je m'empresserai vite d'oublier.

Au fur et à mesure, alors même qu'il avait essuyé un refus, l'individu continua dans sa quête vers la séduction, ne réussissant qu'à m'énerver encore plus. Je voulais bien être polie mais il y avait des limites. En me traitant de poissons, il la dépassa amplement. Une truite... Et puis quoi encore ! Il venait de réveiller le requin plutôt et celui-ci allait bien le mordre comme il faut, là où il faut. Il n'avait pas dû tomber souvent sur des femmes coriaces, se refusant à lui mais il allait quand même essuyer un sérieux revers :

" Et bien votre pêche ne va pas être fructueuse. " Me moquais-je durement.

A ce stade, j'étais prête à toutes les bassesses et méchancetés pour me libérer de l'individu gluant.

" Maintenant, retournez à votre verre de rhum et laissez moi tranquille ! Je ne vous ai rien demandé et je ne suis PAS intéressée. "

J'avais peut-être un peu trop haussée la voix mais je commençai à sérieusement perdre mes moyens. Le barman nous regardait maintenant avec crainte que la situation ne dérape et lorsque nos regards se croisèrent, je l'implora de faire quelque chose mais soit il était trop lâche, soit il aimait bien assister à un petit spectacle humiliant. Dans tous les cas, il ne m'aiderait pas. Les autres clients ne nous écoutaient pas et trinquaient, buvaient et chantaient à certaines tables gaiment. Je regrettais alors que mon oncle ne soit pas là, lui aurait su quoi faire. Mieux, avec lui rien de tout cela ne serait arrivé.


Dernière édition par July Lahry'Dryka le Mer 4 Oct - 16:52, édité 2 fois
Voir le profil de l'utilisateur

Pedro de Sousa
avatar
Jeu 7 Sep - 10:42
Irys : 1713927
Profession : Pirate
Pérégrins -2
Et bien, il fallait avouer que la jeune femme n'avait nullement l'intention de céder quoi que ce soit au pirate. Se faisait-t-elle moqueuse, haussant le ton, un savant mélange qui attirait finalement plus encore le Vieux Loup des Air qui au lieu de retourner sagement à sa place, se releva pour faussement faire croire à la dame qu'il allait s'exécuter avant de se placer dans son dos. Ses mains glissèrent le long de la taille de l'inconnue non sans déclarer dans un murmure au creux de son oreille.

- Hmmm farouche à c'que j'vois... j'vais devoir monter ma ligne avec un hameçon plus gros... héhé...

Il puait clairement le rhum et l'odeur pouvait prendre rapidement au nez de la donzelle. Conscient qu'elle n'apprécierait pas sa prise de risque, se défit-il de son étreinte non sans infliger une petite tape à son popotin. Un rire taquin s'échappa d'entre ses lèvres, faisait rapidement écho auprès de ses deux compagnons de galère en la personne du perroquet et du capucin. Ce dernier, profitant quand il le pu de la distraction de la jeune femme pour venir tremper ses lèvres dans la mousse, redressant son ravissant petit visage poilu pour dévoiler une barbe ainsi qu'une moustache digne d'un petit père Noel, qui évidemment n'existe pas en ce monde.

Jaugeant la dame, de Sousa porta ses mains à ses propres hanches, dégageant les revers de son manteau qui dévoilèrent le bout des crosses de ses deux pistolets pour ainsi mettre en garder la jolie jeune femme qu'au moindre faut pas, il saurait s'en saisir. Enfin si l'alcool n'altérait pas son temps de réaction bien évidemment, mais ça, il n'y avait que l'avenir qui le dirait.

- Hey la gueuse, sache que jt'ai pas d'mander ton avis! Pis c'pas bien de r'fuser une consommation gratuite! On t'as vraiment élevée comme une dinde!  MOUAHAHAH! Allez, t'va quand même pas t'montrer plus insolente jeun'fille, tu dois l'respect au capitaine de Sousa!! Héhé! C'est qu'à un joli p'tit minois et ta croupe m'donne des frissons!

Provoquant à outrance, cherchait-il à obtenir plus de réaction de la jeune femme non sans laissait de temps à autre traîner son regard sur ses cotés, au cas où un imbécile voudrait jouer quelque héroïc sauveur de jeune dame en détresse. Si la situation n'avait pas encore totalement déparée, il ne suffirait que d'un seul élément perturbateur pour que cela dégénère.
Voir le profil de l'utilisateur

July Lahry'Dryka
avatar
Ven 8 Sep - 9:58
Irys : 145720
Profession : Joaillière
Daënar 0
Qu'est-ce que l'homme était lourd ! Il ne voulait pas lâcher le morceau et revenait encore et encore, comme les vagues sur le rivage. Peut-être que quand il allait s'écrouler, ivre mort – ou presque – il allait la laisser ? Si il lui fallait ça pour qu'il arrête, je ne savais pas comment faire. Il semblait déjà soûl à n'en plus pouvoir. Encore qu'il arrivait à marcher droit, ce qui était là un miracle. Mais miraculeusement, il parut se résigner et quitta le bar. Sauf que je me mépris complètement sur ses intentions car une fois dans mon dos, il me prit par surprise et m'enserra la taille, descendant ses mains sur mes hanches. Je me raidis instinctivement et voulu lui balancer un coup bien mesuré mais il me murmura à l'oreille des paroles que je préférais oublier avant de s'écarter rapidement. Il était à présent trop loin pour que je l'atteigne sans me compromettre moi-même et risquer une attaque.

Ses propos me firent froid dans le dos, j'avais l'impression d'être souillée rien qu'avec de simples mots. Je frissonai de dégoût et m'écarta précipitamment de l'homme. Si mon attitude hautaine ne l'avait pas intimidé, qu'est-ce qui allait le faire ? Je savais respecter les limites et là, mon esprit me criait très clairement de ne pas faire de bêtises. J'avais certes l'avantage d'être en plein possession de mes moyens, avec juste quelques gouttes de bière dans le sang mais l'homme, qu'on imaginait très bien pirate ou bandit, avait l'air de manier les armes... Même en étant soûl. Et j'en eus la certitude lorsqu'il dévoila ses deux pistolets. Les crosses étaient à portée de ses mains si facilement... Je ne voulais pas tenter le sort. Moi aussi j'étais armée sous ma cape mais pour l'instant, c'était une information que je gardais pour plus tard, au cas où la situation dérapait. Je jaugeai la salle du regard, accrochant avec certains pour leur envoyer des appels à l'aide, la seule sortie semblait être celle par où j'étais entrée. Il y avait bien l'escalier qui montait vers les chambres aussi mais rien de bien pratique. J'étais complètement bloquée.

Rien ne s'arrangea lorsque j'entendis que l'individu me traitait de gueuse et de dinde, m'ordonnant de le rejoindre car une consommation gratuite ne se refusait pas. J'avais envie de vomir. Si les quelques années que j'avais passé dans le gang m'avait appris quelque chose, c'était qu'un homme soûl, déterminé et idiot allait toujours pousser le bouchon trop loin. Le verre finissait toujours par déborder et il fallait réagir avant ce drame. Je ne savais plus quoi faire quand apparut un jeune homme, venu me défendre de je-ne-sais-où :[/i]

" Elle vous a dit non. Et non, c'est non. Alors laissez-là tranquille. "

J'étais à la fois agréablement surprise de voir que quelqu'un venait me défendre mais en même temps terriblement agacée de devoir compter sur un homme pour me servir. Les seuls hommes que j'avais connu n'avaient pas été très bons avec moi et maintenant, c'était presque un dégoût viscéral que je portais à tout les mâles.

Sauf que le pirate, ou quoi ou qui qu'il fut ne sembla pas l'entendre de cette manière et sa réaction fut parfaitement celle que j'attendais. J'en profitais pour régler ma note de ma consommation et m'éloigner en direction de la porte. J'essayai d'attraper le regard de mon défendeur mais il semblait trop au prise de son adversaire. La situation avait complètement dégénéré. Je ne pouvais pas partir comme une lâche alors que deux hommes étaient en train de se battre à cause de moi. Je restais donc, sûre de la victoire de mon défendeur, qui n'allait rien avoir en retour si c'était ce qu'il attendait. Il était sobre et jeune, tout le contraire de l'autre homme et il allait gagné. Mon visage resta pourtant fermer. J'étais particulièrement énervée de cet après-midi. Le voyage, le pirate et maintenant l'aide de l'homme – même si j'en avais besoin – me tapaient sur le système.


July parle en #0099cc


Dernière édition par July Lahry'Dryka le Mer 4 Oct - 16:50, édité 1 fois
Voir le profil de l'utilisateur

Pedro de Sousa
avatar
Ven 8 Sep - 14:14
Irys : 1713927
Profession : Pirate
Pérégrins -2
Si le pirate se montrait bourru, têtu, l'alcool faisant son effet en ce sens, la jeune femme semblait bien empêtrer ne souhaitant céder un seul pouce de terrain face à ce désagréable individu qui n'hésitait pas à lui donner quelques dégradant synonymes. Alors que la situation semblait se figer, un client daigna enfin se mêler de l'affaire au comptoir et l'occasion semblait donc idéal pour la jeune femme afin de prendre la poudre d'escampette. Pourtant, même si elle délaissa son siège, ne fuit-elle nullement l'établissement, sans doute soucieuse du sort de son potentiel "sauveur". Se retournant pour lui faire face, Pedro émit un grognement sous sa barbe avant de prendre la parole.

- D'quoi j'me mêle l'asticot! R'tourne cirer ton banc.

La laisser tranquille? Mais pour qui se prenait ce type venu de nul part? Le Vieux Loup des Airs le jaugea de la tête au pied, prêt à en découdre et si l'homme qui lui faisait face pensait un seul instant qu'il se montrerait docile et respectable, ne connaissait-il pas la réputation de De Sousa. Ni d'une ni de deux, le capitaine se porta au contact de l'individu avant que les choses ne s'enveniment. Dans un premier temps, le quadragénaire essuyé quelques coups jusqu'à se prendre une bonne droite sur la joue droite. L'effet de ce coup de poing sembla alors inhiber toutes les effluvent d'alcool qui jusque là l'avait un peu endormi.

Son visage penché sur le coté après avoir reçu le fameux poing, se massa-t-il la barbe avant d'esquisser un large sourire moqueur.

- Ahahah, vermine, t'as qu'ça dans l'ventre?! Marin d'eau douce!

Sans laisser l'homme réagir, le pirate l'attrapa par la gorge, le soulevant de terre sur quelques dizaine de centimètres. Pedro laissait découvrir à l'assemblée sa poigne, sa force enfin retrouvé. De son mètre quatre vingt dix, frôlant les deux mètres même, il tenait l'homme à sa merci qui gigotait pour s'extirper de son sort précaire. L'homme commençait à étouffer, conscient qu'il aurait de sérieux problème s'il lui ôtait la vie, Pedro l'envoya valdinguer contre une table qui se brisa en deux sous le poids du malheureux, à présent hors d'état de poser le moindre problème au pirate.

Essuyant alors un filet de sang d'un revers de main, Pedro toisa l'assemblée de clients présent et de fait, personne ne broncha, chacun retournant vaquer sagement à ces occupations. Satisfait d'avoir pu se montrer enfin craint des occupants de l'établissement, de Sousa retrouva alors d'un regard, trace de la jeune femme qui le fuyait. Baggo et Toddo reprenant place sur ses épaules, le pirate avança lentement mais surement vers sa cible.

- Hey toi! Jt'ai pas dis de partir! On est loin d'avoir fini not' affaire ma jolie!! Ahah!

C'était sans doute le moment pour July de tenter de fuir car au vu de la situation, personne d'autre ne viendrait à présent l'aider face à ce bandit qui avait retrouver pleinement ses capacités d'esprit.
Voir le profil de l'utilisateur

July Lahry'Dryka
avatar
Dim 17 Sep - 17:48
Irys : 145720
Profession : Joaillière
Daënar 0
Je grimaçais lorsque le coup partit. Le pirate ne s'appuyait pas que sa carrure imposante, mais aussi sur sa force qui faisait craquer des os. Un coup de poing par-ci, un autre par là et c'était toute la salle qui s'était enflammée. D'abord intéressée, la curiosité avait fini par s'estomper après le deuxième ou troisième coups. La foule s'était levée d'un coup et c'est avec la vitesse d'un raz-de-marrée que ça avait dégénéré. Au milieu du chaos se tenait fièrement le barbu. Il maitrisait totalement la situation et c'est en deux temps, trois mouvements que mon sauveur, piètre sauveur d'ailleurs, avait fini écrasé entre des morceaux de bois, de verre et du sang. Il avait complètement perdu : son adversaire, après l'avoir étouffé, l'avait envoyé valdingué au loin aussi facilement que si il était un caillou. Je désespérais de la tournure de la situation.

Maintenant, l'homme me regardait avec un sourire sur les lèvres. Je n'étais absolument pas rassurée. Vu ce qu'il avait prouvé précédemment, j'allai me faire briser. Ne restait qu'une seule solution la fuite. Ou l'attaque mais cette possibilité était bien plus compliquée à mettre en place. Je ne me sentais pas assez courageuse pour y avoir recours. J'ai toujours fuit le problème avant d'être poussée dans mes retranchements et là, je voyais mes limites avec clarté arriver.

" Hey toi! Jt'ai pas dis de partir! On est loin d'avoir fini not' affaire ma jolie!! Ahah! "

C'était la goutte d'eau qui faisait déborder le vase ! Ma jolie, et puis quoi encore ! Il s'était cru déjà dans mon lit ? Chose qui n'arriverait jamais ! Je perdis patience, entrant dans un cercle vicieux de colère. Il avait pousser, pousser sans rien lâcher, sans vouloir comprendre. Il pensait m'avoir effrayé, j'en étais sûre et c'est vrai que je l'étais mais je préférais agir plutôt que de fuir, en malmenant mon égo. Je réagis au quart de tour et attrapa mon pistolet au vol. Il était toujours avec moi depuis deux ans maintenant et jamais il ne me quittait. J'étais loin d'être un pro de la gâchette mais j'arrivai plus ou moins à viser une cible. Ou à effrayer quelqu'un. Et là, j'allais tout jouer sur du bluff pur et simple. Je me trouvais en position de faiblesse, je paraissais fragile et je devais créer une situation de sortie.

Je pris alors une décision pour le moins radicale. J'attrapai mon pistolet qui pendouillait à ma ceinture et tirai une balle vers le plafond. Je vis le regard des gens changer sur moi. Celui du pirate aussi. Peut-être que le coup parti l'avait fait dessoûler. En tout cas j'espérai qu'il lâcherait l'affaire. La tension n'étais plus la même dans la salle, je n'étais plus une pauvre victime. L'idée de viser le pirate m'avait traversée l'esprit mais vu mes capacités de tir, je ne voulais pas récupérer un cadavre dans la taverne.
J'étais à une distance respectable, des tables et de nombreuses personnes nous séparaient et je pouvais facilement accéder à la porte. Mais je n'en avais pas fini. Je n'avais pas décharger une balle pour rien.

" Je ne viendrai pas. Tu es soûl et tu me dégoûtes. "

Ensuite, je parlai à toute la salle. Il y avait surtout des hommes musclés, mineurs de profession et ils auraient pu se lever et me défendre en me voyant en détresse mais leur courage leur avait fait défaut et je regrettai la société où nous étions. Personne n'aidait vraiment son prochain.

" Et vous là, vous préférez fermer les yeux plutôt que d'user de vos muscles. Ah bah bravo l'honneur ! Et dire que je pensais que les hommes des mines étaient les plus dangereux. Je suis déçue. "

Les mots étaient sortis tout seul et je craignais alors de me faire frapper par des mâles en colère. Heureusement pour moi, ce n'est pas ce qu'il se passa. L'ego et la fierté des uns et des autres parurent enfin se réveiller et quelque individus se levèrent en direction du pirate. Là, je voyais enfin le sang chaud du Nord ! La situation commençait à s'inverser. Il avait quand même fallu un coup de feu et un petit discours pour faire remuer tout ce petit monde. Et pour quel résultat ? Ca, c'était encore à voir.


July parle en #0099cc


Dernière édition par July Lahry'Dryka le Mer 4 Oct - 16:49, édité 1 fois
Voir le profil de l'utilisateur

Pedro de Sousa
avatar
Lun 18 Sep - 15:10
Irys : 1713927
Profession : Pirate
Pérégrins -2
C'est que la donzelle était revêche! Assister à la débâcle de l'imprudent ne lui avait pas servit de leçon? Non apparemment, elle préférer se camper sur ces positions au point d'exprimer son dégoût et d'inciter les clients à réagir face l'impolitesse du pirate. Et c'est qu'elle avait l'esprit de persuasion la jeune femme. De Sousa balaya la salle du regard d'un air mauvais, ils n'allaient tout de même pas lui tomber dessus?! Ils n'avaient pas eu non plus retenu la leçon?

Contre toute attente, le Vieux Loup des Airs explosa de rire en voyant les robustes mineurs se lever l'un après l'autre, poussés, incité par les remontrances de la donzelle à faire remparts contre lui. Ah que c'était jouissif en un sens, ils semblaient ne pas jouir de leur propre esprit d'analyse! Voilà ce que valaient les mineurs? Blessé dans leur fierté, il n'avait pas le moindre neurone rattaché à leur cerveau. Ne reculant d'un seul pas, le quadragénaire toisa l'un après l'autre ses potentiels nouveaux adversaires avant de réagir de vive voix.

- AHAHAH! Vous vous laissez dictez vos choix par une donzelle maint'nant!? Elle réclame et vous accourrez?! Vous êtes pathétiques, tous autant qu'vous êtes. Ecartez-vous d'mon ch'min! C'est un conseil et l'seul que j'vais vous donner.

S'ils pensaient que le barbu avait la moindre retenu, ils se fourraient les doigts dans le nez! Et si elles les avaient réveillé en tirant un coup de feu au plafond, la réaction du pirate serait encore plus tonitruante!

Glissant finalement ses mains dans le revers de son manteau, il fit apparaître deux pistolets et contrairement à sa proie qui lui était pour l'heure insaisissable, lui ne craignait les conséquences de ses actes. Alors sans même les gratifier de à la moindre menace, ses canons visèrent deux mineurs, alors deux bruits sourd retentirent avant que deux cadavres ne s'écroulent une balle logé exactement entre leur deux yeux. Non Pedro ne rigolait pas ou plus, pire, il grognait à présent avant de rajouter d'une voix sensiblement ténébreuse, prêt à anticiper toute tentative de July si elle cherchait à pointer son arme sur lui.

- DEGAGEZ LE CH'MIN BORDEL DE MERDE!!! SI VOUS T'NEZ A VOS CAPACITÉS OCCULAIRE OU UN TRUC DANS L'GENRE!!

Bon après une telle réaction, c'est sûre que le pirate allait pas rester des lustres dans les parages, il allait rapidement être traqué par les autorités locales, mais bon, lui c'était un sanguin, il réfléchissait après être passé à l'acte! Rien de plus normal! Il n'avait en tout cas plus qu'une chose en tête, faire plier cette fouteuse de merde qui lui tenait tête!!! Mouhahahah!!
Voir le profil de l'utilisateur

July Lahry'Dryka
avatar
Dim 1 Oct - 0:05
Irys : 145720
Profession : Joaillière
Daënar 0
Il avait deux pistolets et voilà qu'il les agitait devant une foule de mineurs en colère. Il était fou, cet homme n'avait clairement pas toute sa tête. Je constatai sur le moment même la folie des pirates et l'incroyable ego des Hommes. Je ne savais pas si c'était l'alcool qui lui était monté à la tête ou son arrogance phénoménale qui avait pris le dessus mais dans les deux cas, l'individu n'avait pas du tout pensé aux conséquences. La situation allait de mal en pis et s'arrangea encore moins lorsque d'un coup de feu, une balle vint se ficher entre les deux yeux de deux honnêtes mineurs, venus se désaltérer après une dure journée de travail. Du moins, c'était comme ça que j'imaginais les cadavres des victimes du pirate. Je n'allais quand même pas me dire que les victimes avaient mérité ce funeste sort !

Le barbu avait complètement perdu le contrôle et cette fois-ci, j'avais peur. J'avais fait la fière, m'étais pavanée mais maintenant, ce beau masque était tombé. L'homme ne pensait à rien, était totalement imprévisible. Rien n'était moins dangereux. J'avais réveillé un monstre assoiffé de colère et de sang et je n'étais définitivement pas de taille. J'étais traumatisée par les corps morts des mineurs qui étaient étendus par terre. C'était à cause de moi que sa famille potentielle ne le reverrait jamais rentrer chez lui. Peut-être bien que leur femme et leurs enfants se verraient tomber dans la pauvreté sans le salaire principal du chef de foyer. J'avais éventuellement détruit des familles. Cette pensée me donnait la nausée mais ce n'était vraiment pas le moment.

J'entendais les sons plus distinctement, je voyais tout plus clairement, l'odeur de la poudre m'assaillait le nez et je sentais la sueur de mon front coller mes cheveux à ma peau. Mon instinct de fuite s'était enclenché. Je jetais un regard au comptoir où ma bourse et le reste de mon verre m'attendait. J'allais devoir les abandonner là et rien ne me frustrait plus que de ne pas finir un verre d'alcool. Pour ma bourse, j'espérai qu'il y aurait assez pour rembourser les dommages causés par cette bagarre même si je me doutais bien que rien ne remplacerait la réputation de la taverne.

Le pirate vociférait toujours, je l'entendais au loin alors que je regardais dans le vague les cadavres. Cette fois-ci, tout le monde, sans exception, s'était écarté et entre l'assassin et moi, il n'y avait que des tables. Je n'étais pas assez bête pour tenter de lever mon arme contre lui, car c'était assurément moi qui allait me prendre une balle entre les deux yeux, ce dont j'étais loin d'avoir envie. Dans un geste totalement inconsidéré, je me jetais vers la sortie. J'avais eu raison de me décaler vers la porte lorsque j'en avais eu la possibilité. C'était ça qui m'avait probablement sauvée d'un viol... Ou de la mort. Le pirate me tira sans doute dessus mais il n'avait pas été assez rapide. J'étais persuadée qu'il avait tirer, même si je ne le saurais jamais. Ma seule pensée alors que je prenais la fuite, c'était que j'espérais vraiment qu'il ne me suivrait pas. Suivie de : encore une fois, j'ai été faible.


July parle en #0099cc


Dernière édition par July Lahry'Dryka le Mer 4 Oct - 16:49, édité 1 fois
Voir le profil de l'utilisateur

Pedro de Sousa
avatar
Mer 4 Oct - 11:22
Irys : 1713927
Profession : Pirate
Pérégrins -2
Si la jeune femme n'en avait nullement conscience, il fallait bien avouer qu'elle était en partie responsable de la mort du mineur. Mais croire que Pedro était fou et avait perdu le contrôle était une mauvaise perception de ce qu'incarnait ce personnage haut en couleur. C'était un pirate après tout et il ne tolérait qu'on se mette en travers de son chemin. July pouvait donc avoir la mort de l'homme sur la conscience, quand à de Sousa il se moquait bien de laisser une veuve et des enfants derrière lui, le malheureux n'avait qu'à pas se mêler de ses affaires, il en avait eu pour son compte et son insolence, on ne défiait pas le Vieux Loup sans en subir les conséquences.

Alors que les clients semblèrent moins enclin à se frotter au robuste ivrogne maintenant qu'un cadavre gisait au sol, Pedro fixa sa proie et sentait nettement la peur transpirer de son corps frêle. Arborant alors un sourire mauvais, il n'avait plus d'yeux que pour la donzelle qui n'avait de cesse de le repousser. Souhaitait-il l'abattre pour autant? Rien n'était sûre, mais ce qui l'était de toute évidence, c'était de décamper au plus vite. Par chance July prit la fuite et le pirate se mit immédiatement à sa poursuite. Et effectivement si elle pu entendre le bruit de la poudre, les tirs n'avaient pas été diriger vers elle, l'homme s'amusant à tirer en l'air pour chercher à apeurer plus encore la fuyarde.

- T'M'ECHAPPERA PAS BLANCHE COLOMBE! AHAHAH!!

C'est qu'elle galopait vite la gazelle! Mais qu'importe, il la prenait en chasse dans les ruelles de la cité, cherchant le moyen de l'isoler pour lui régler son compte. Ce n'était pourtant guère évident puisqu'il ne connaissait pas vraiment l'environnement. De fait, il lança ses deux familiers à sa poursuite, cherchant à lui faire prendre des chemins qui la mènerait, il l'espérait, hors des ruelles passantes, peut-etre vers les mines, un endroit discret et vierge de toute autre menace. Le jeu du chat et de la souris était en marche, qui serait le plus malin des deux? L'avenir nous le dira!! Ahahahah!!!!!!!



C'est qui l ' Patron, c'est qui !?? AHAH !!

×18
Voir le profil de l'utilisateur

July Lahry'Dryka
avatar
Mer 4 Oct - 22:04
Irys : 145720
Profession : Joaillière
Daënar 0
Mes cheveux s'emmêlaient devant mes yeux et me bloquait la vue. Je n'avais de cesse de me retourner constamment pour vérifier si on me suivait mais au bout d'un moment, je ne me fie qu'à mon ouïe. Il n'y avait pas besoin d'établir un contact visuel car je pouvais entendre des coups de pistolet résonner dans les ruelles. Ils me suivaient et je compris vite que le pirate me tirait dessus. Au premier coup j'avais vraiment pensé que la balle allait me percuter et c'est tout juste si je ne m'étais pas projetée au sol, mais j'avais vite compris la stratégie. J'accélérai encore plus car cette fois-ci le danger était réel. Je ne pensais pas qu'il allait me suivre mais visiblement si. Je ne comprenais pas cet acharnement. Qu'avais-je fais pour subir ça ?

Je n'allais pas tenir longtemps à ce rythme de course. Il fallait que je trouve une solution et vite. Nous étions en milieu d'après-midi et la ville devait surement être agitée et pleine de vie dans le centre. J'essayai de me diriger au mieux vers la place centrale grâce aux panneaux et aux sons que je pouvais entendre. C'est comme ça que je déboulais donc dans la rue principale, remplie de monde. Je me fondis dans la masse et me laissa porter par le flot incessant de personnes. Je finis par arriver au coeur de la ville et compris soudainement pourquoi il y avait autant de monde ce jour-là : c'était le marché. Et cette ville était mondialement connue pour son type de marchandise spécifique : la magilithe.

J'avais perdu de vue Pedro mais j'étais sûre que lui savait où j'étais. Il fallait que je devienne invisible, que je sois une simple citoyenne venue s'intéresser aux produits exposés. Ce qui était en partie vrai étant donné que je comptais m'acheter quelques magilithes à bas prix ! Le moment était donc venu et quelques instants plus tard, j'avais en ma possession une nouvelle paire de botte en cuir, renforcées en fer mais avec un détail qui faisait toute sa particularité : une magilithe d'air permettait d'amplifier les mouvements. Parfait pour gagner du temps... Et fuir ! Je les enfilais tout de suite et gardais à la main mes anciennes. Je 'naurais peut-être pas dû car une vendeur non loin de là me cria :

" Mais vous n'avez pas honte de voler comme ça ! "

J'étais scandalisée par cette accusation et énervée par ces propos injustifiés rugit sur l'homme :

" Quand on ne sait pas, on se la ferme ! J'ai acheté mes bottes et donc d'une certaine manière je fais tourner votre économie donc un peu de respect !"

J'avais beaucoup de défauts, c'était vrai mais le vol n'en faisait pas parti. Cet éclat de voix me fit pourtant repérer car peu après, le sale pirate apparut dans mon champs de vision. Il avait cessé de tirer à tout va, trop dangereux dans une zone comme celle-ci. Elle était trop peuplée et les gardes vadrouillaient de ci et là, même si je ne les voyais pas, je savais qu'ils se trouvaient quelque part proche d'ici. Cependant, lorsque je croisais son regard, je le vis qui brillait de haine contre moi, du moins, c'est comme ça que je l'interprétais. Il était trop loin pour m'atteindre maintenant et j'avais mes fameuses bottes, j'étais revenue dans une zone de sécurité relative. Je m'autorisai donc un petit sourire arrogant et moqueur avant de repartir dans la foule de gens inconnus.

Fin du RP


July parle en #0099cc
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé