Revenir en hautAller en bas
Chroniques d'Irydaë
Bonjour, et bienvenue sur les Chroniques d'Irydaë. Déjà inscrit ? N'attends plus, et connecte-toi dès maintenant en cliquant sur le bouton "Connexion" ci-dessous !

Vous êtes nouveaux, que ce soit sur ce forum ou dans le monde du RPG ? Le choix d'un forum sur lequel vous pourrez vous épanouir n'est pas anodin, et il vaut mieux pour cela connaître l'univers dans lequel vous vous trouvez ! Nous avons pensé à vous, en vous préparant un guide qui vous permettra de découvrir pas à pas le monde des Chroniques d'Irydaë.

Si malgré cela, des doutes subsistent, n'hésitez pas à adresser vos questions aux Administrateurs.

En vous souhaitant une agréable visite !
-50%
Le deal à ne pas rater :
SMOBY Tricycle Enfant Evolutif – Be Fun
13.75 € 27.50 €
Voir le deal




 :: Gestion du personnage :: Registre des Initiés :: Identités classifiées
Page 1 sur 1


 Gwendoleen Langeley

Gwendoleen Langeley
Gwendoleen Langeley
Gwendoleen Langeley Empty
Gwendoleen Langeley EmptyDim 28 Avr - 19:25
Irys : 384929
Profession : Médecin lieutenant-colonel
Daënar +2 ~ Cerka (femme)
Gwendoleen Langeley



Passeport


Nom : Langeley
Prénom : Gwendoleen
Surnom :
Sexe : Féminin
Âge : 24 ans
Métier : Médecin militaire
Communauté : Daënastre - Rathram
Lieu de naissance : Cerka



Aptitudes & possessions

  • Armes et habiletés : Grâce à son entrainement à l'armée, Gwendoleen est formée à manier toutes sortes d'armes mais elle préfère largement se battre au corps à corps. Elle possède un couteau de combat à ses initiales "G.L." Elle le reçut en même temps que l'enveloppe qui contenait la lettre de son père dans une petite boite en métal (c.f. biographie)

    Couteau:
     

    Après la perte de ses bras, son père lui offrit des prothèses dynamiques telles que décrites ici pour se faire pardonner d'avoir forcé sa fille à rejoindre l'armée. Celles-ci ne contiennent aucun module supplémentaire intégré.





  • Familiers/montures : /
  • Autres possessions : - Une broche sertie d'émeraude offerte par sa mère.
    - Nécessaire de premiers soins et de chirurgie de terrain (scalpel, antidouleurs, compresses...)




Profil psychologiqueBercée au sein de la capitale de Rathram par deux parents aimants, on pouvait dire que la petite Gwendoleen n’avait jamais vraiment manqué de quelque chose durant son enfance. Elle hérita du caractère doux et gentil de sa mère mais également du courage et du calme de son père. Certains diront qu’elle est née avec une cuillère d’argent dans la bouche, ce que la jeune fille aux cheveux blonds n’avait jamais démenti. Cependant, Gwendoleen s’était toujours contentée de ce que l’on lui donnait et ses caprices ne se voyaient vraiment que lorsque les gens la questionnaient sur ce qu’elle voulait bien qu’on lui offre pour son anniversaire.

Cette innocence doublée d’un soupçon de naïveté fut entachée lors de son douzième anniversaire, lorsqu’elle quitta sa zone de confort. Jusque là, Gwendoleen ne s’était jamais préoccupée de ce qu’il se passait à l’extérieur du monde, se basant juste sur ce que ses parents voulaient bien lui raconter. Sa mère ayant échoué une seconde fois à donner naissance à un héritier mâle et ne pouvant plus attendre un énième essai infructueux, c’était à la petite Gwendoleen de reprendre le flambeau familial. Quittant le circuit scolaire standard prématurément et sous la pression de son père, la petite fille intégra l’académie militaire afin de suivre les traces de son père, ancien combattant mais aussi un éminent médecin de terrain dont le talent avait permis de sauver de nombreuses vies lors de la dernière guerre entre Daënastre et My’tra.

Prise entre ses études de médecine et sa formation militaire, Gwendoleen vit son esprit se reforger au fil des entraînements et des missions. Elle devint plus entreprenante, plus ouverte et l’idéalisme qu’elle se faisait du monde s’effrita peu à peu. Bien que Gwendoleen était très peu intéressée par les conflits géopolitiques avec leurs voisins de l’ouest, elle apprit, à ses dépends, ô combien ces conflits avaient engendré de morts. Elle comprit dès lors que l’avidité des êtres humains et leur soif de pouvoir était aussi bien présents au sein de sa nation que celle de l’ennemi. Tiraillée entre son envie de défendre sa patrie et son intention de vouloir sauver les gens peu importe leur bannière, Gwendoleen était emplie de doutes. Ainsi, Gwendoleen apprit à n’utiliser ses capacités que lorsque cela s’avérait nécessaire, préférant d’abord régler les conflits dans la diplomatie plutôt que dans un bain de sang, ce qui faisait d’elle quelqu’un de relativement pacifiste et gentille. En se comportant ainsi, Gwendoleen nourrissait l’espoir  d’apporter un peu de gaieté dans ce monde enclin aux tensions. 

Cependant, la daënare n’était pas pour autant naïve et savait sentir le danger et y faire face à n’importe quel moment. Elle ne faisait jamais le premier pas, préférant d’abord jauger la situation avant d’agir. Pour elle, le concept même de devoir ôter la vie ne devait être utilisé qu’en dernier recours ou en situation de conflit armé car, à chaque vie ôtée, la soldate ne pouvait s’empêcher de ressentir un certain dégoût et une aversion pour le meurtre même si celui-ci était justifié.




PhysiologieDu haut de son mètre-septante, Gwendoleen était une femme dans la fleur de l’âge. Forte de son entraînement en tant que soldat de la nation daënare, la jeune femme de vingt-quatre ans possédait un corps svelte mais aux muscles raffermis par les nombreux efforts qu'elle fournissait pour l'entretenir. Ses atouts féminins ? Gwendoleen en possédait deux, parfaitement équilibrés, ni trop petits ni trop gros mais, à vrai dire, l'époque où la jeune femme se souciait encore de sa féminité lui paraissait bien lointaine. Adieu robes et parures en tout genre et bonjour treillis et uniforme militaire.

Sa peau en porcelaine ainsi que son absence d'expression par moments du à sa carrière et aux  morts dont elle fut témoin tant sur le champ de bataille qu’en milieu hospitalier, laisserait penser que Gwendoleen ressemblerait à une sorte de poupée de cire. Elle possédait de longs cheveux dorés qui lui arrivaient jusqu’au bas du dos lorsque ceux-ci étaient complètement relâchés. En raison de son activité et parce qu’elle refusait catégoriquement de les raccourcir, Gwendoleen avait tendance à les ramener sur l’arrière de sa tête, généralement sous la forme d’un chignon tressé qu’elle maintenait au moyen d’un ruban entrelacé.

Pour le reste, la soldate pouvait compter sur ses grands yeux cyans et son visage fin pour attirer le regard et capter l’attention de ses interlocuteurs même si cette dernière préférait largement rester discrète aux yeux du monde. En effet, même si son physique n’avait rien de vraiment exceptionnel, Gwendoleen avait fini par payer ses années de service rendu à la nation au cours d’une expédition qui lui coûta ses deux bras. Elle put tout de même compter sur sa situation relativement aisée et l’aide de ses géniteurs afin de couvrir le financement des prothèses qui remplacent dorénavant ses avant-bras. Afin d’éviter les regards indiscrets ou susciter la curiosité de ses voisins de l’ouest, Gwendoleen préfère porter des vêtements longs souvent d’une chemise, d’une robe ample, des gants en velours ainsi que de longues bottes assorties en fonction de sa garde-robe du moment.

Enfin, la jeune femme aux cheveux d’or détient une broche sertie d’une émeraude et offerte par sa mère avant son départ à l’armée et qui, outre de lui servir pratiquement à fermer le col de sa chemise, possède également une valeur sentimentale à ses yeux et un effet apaisant lorsque le moral de la jeune femme était au plus bas.



Biographie

C’est un beau jour du printemps de l’année 910 que naquit la petite Gwendoleen. Au départ, sa naissance ne fut pas vraiment accueillie avec le sourire puisque ses parents désiraient ardemment un héritier mâle afin de porter le nom des Langeley et de perpétuer la longue lignée de médecins dont son père était le dernier survivant en date. En effet, son père vivait dans l’appréhension que, tôt ou tard, sa fille abandonnerait son nom pour porter celui de son éventuel futur époux. Il décida malgré tout de l’élever correctement et de l’envoyer dans le meilleur établissement que la capitale rathrae pouvait lui offrir. Ainsi, la petite Gwendoleen se plut dans ce bonheur pendant plus de dix années, jouissant de son statut social et de la fortune que son père avait amassée en tant que chirurgien de l’armée de Daënastre. La petite princesse comme sa mère aimait l’appeler ne sortait que très peu. Son trajet vers son établissement scolaire constituait pour ainsi dire son seul contact avec le monde extérieur. Protégée du monde extérieur par le pacifisme des Rathras et les forêts qui servaient de barrières naturelles aux menaces extérieures, la petite aristocrate était loin de s’imaginer les horreurs qui pouvaient se tramer par-delà la région.

Gwendoleen continua à suivre une vie de luxe et de bonheur jusqu’à ces douze ans, date à laquelle sa petite sœur vint au monde. Cette deuxième naissance refit surgir la peur de son père quant à la question de l’héritage familial. Il voyait déjà les futurs prétendants de ses deux filles le dépouiller de sa fortune qu’il avait durement acquise lors de ses années de service. Une idée commença alors à germer dans son esprit. Pour lui, le seul moyen de mettre ses filles à l’abri d’éventuels prétendants seraient de leur faire subir le même parcours que le sien. Il enverrait donc ses enfants à l’académie militaire et espérait qu’en sortant de celle-ci, la discipline qu’on leur aurait inculquée ainsi que le travail qu’elles auraient à fournir une fois lancées dans le monde professionnel, les dissuaderaient suffisamment pour ne pas songer à une vie de famille. Désireux de tester son hypothèse, le vieux Langeley enverrait d’abord sa fille aînée en « pionnière » et si sa théorie se confirmait, sa jeune sœur suivrait.

C’est ainsi qu’à l’aube de l’année 922, la petite Gwendoleen quitta le circuit scolaire traditionnel pour commencer son service à l’académie militaire. Elle avait été très surprise lorsqu’on lui annonça la nouvelle. Ce n’était pas vraiment la carrière qu’elle espérait mais Gwendoleen voyait une opportunité de prouver à son père qu’elle pouvait reprendre le flambeau familial malgré son sexe. Les premières années à l’académie furent difficiles et la transition entre sa vie de luxe et celle de l’internat fut douloureuse surtout pour une grande dormeuse comme elle. Tout au long de sa formation, Gwendoleen suivit donc un double cursus. D’une part, sa formation militaire qui comprenait tout un volet d’entraînements aux armes, au combat rapproché, à la discrétion en terrain ennemi ainsi que des exercices en tout genre qui s’occupaient de raffermir son corps délaissé par une vie trop laxiste. D’autre part, sa formation médicale se passait en parallèle et elle y apprit tout ce qui avait attrait à la médecine aiguë ainsi qu’à la chirurgie. Les premiers examens pratiques furent fastidieux pour la jeune fille et la vue de patients sévèrement malades ou grièvement blessés suscitait parfois chez elle un haut-le-cœur.

A plusieurs reprises, Gwendoleen voulut abandonner, se sentant mentalement impuissante à poursuivre vers cette voie. Tout ce qui la maintenait à flot était son désir de rendre sa famille fière et de se faire « pardonner » le fait d’être née avec la mauvaise paire de chromosomes. Il y avait également cette broche sertie d’une émeraude que sa mère lui avait donné avant son départ du domaine familial et qui suffisait à l’apaiser lorsqu’elle se sentait seule. Finalement, les années défilèrent et la petite fille se transforma en une jolie jeune femme. La daënare fut diplômée durant l’été 930, avec les félicitations du jury. Étant donné la fonction que Gwendoleen occupait, elle sortit de l’académie en étant directement gradée en tant qu’officier et pouvait dès lors, si les conditions le lui permettait, de commander une escouade. Elle exerça sa première année de service dans un hôpital de la capitale afin de s’accoutumer à son travail de médecin mais elle fut très vite affectée aux missions à l’étranger, au sein d’une équipe de militaires aguerris. Que ce soit pour des missions de reconnaissance ou des batailles, Gwendoleen veillait toujours à ne jamais rester en retrait. La survie de ses compagnons importait plus que sa propre vie même si on lui répétait souvent qu’un médecin devait être la dernière personne à mourir dans une escouade.

Outre les ordres de mission qu’elle recevait, Gwendoleen en profitait également pour voir du pays. Elle fut donc naturellement heureuse le jour où elle reçut l’ordre de se rendre dans des mines daënars situées sur le continent Mytran. Ses compétences en médecine seraient apparemment souhaités pour soigner les personnes qui y travaillaient. Elle pouvait déjà s’imaginer la vie rudimentaire que ces gens devaient mener et le nombre de maladies qu’il était possible de contracter dans des conditions pareilles.

Ce qui devait donc être une simple formalité vira très vite au cauchemar. Les mines de Kharaal Gazar furent prises d’assaut par des mytrans désireux de venir se repaître du sang des daënars qui avaient établi domicile sur leurs terres. Leur stratégie fut visiblement incomprise car leur premier assaut ne causa que de maigres dégâts aux structures. Un plafond effondré et un passage obstrué mais rien de vraiment probant. Gwendoleen en avait profiter pour faire connaissance avec la population autochtone durant les trois jours qui les séparaient du véritable désastre. La topographie du lieu était bien différente de celle de sa ville natale et l’architecture des foyers modelés à même la terre l’impressionnait grandement. La doctoresse était émerveillée par la simplicité et la finesse des Kharaaliens mais elle n’avait pas le temps de laisser son esprit divaguer et passait le plus clair de son temps à apporter son soutien au campement de fortune qui avait été établi après la première attaque.

Gwendoleen fut de ceux qui restèrent au plus près de l’endroit de la seconde attaque bien plus violente que la première. Tout se passa très rapidement, depuis l’explosion qui failli lui vriller les tympans jusqu’à l’épais voile de fumée qui lui obstruait la vue ou encore es particules fines qui s’engouffraient dans ses poumons. Des cris de douleurs et de gémissements se firent rapidement entendre et la jeune femme voulut porter secours aux blessés mais un autre danger les menaçaient puisque la tour au-dessus d’eux menaçait de s’effondrer. La jeune femme s’époumona pour prévenir de la chute imminente de cette immense structure mais en vain. Les cris, les pleurs et la fumée obstruait sa voix et elle ne parvenait même pas à distinguer les choses à plus de deux mètres devant elle.

Puis, le pire arriva. La tour commença à tomber, traînée par la force de son propre poids. Gwendoleen avait déjà commencé à courir, évitant ce qu’elle pouvait de débris qui lui retombait dessus, jouant des bras pour sortir de cet enfer sur Terre. A cet instant, elle ne pensait qu’à sa propre survie...elle ne pouvait pas mourir maintenant. Ou du moins pas comme ça. A force d’effort et grâce à son entraînement à l’armée, la jeune femme  profita de son agilité pour éviter de finir écrasée sous la tour mais Gwendoleen avait sous-estimé l’énorme puissance dégagée par la tour au moment de l’impact. En effet, au moment de heurter le sol, celle-ci projeta un grand nombre de débris et certains parvinrent à toucher la jeune femme avant que celle-ci ne puissent se mettre à l’abri. Sonnée et incapable de se redresser, elle essaya de s’extirper des décombres mais remarqua que son bras droit était bloqué sous une poutre qui avait été projetée. Il lui fallut quelques secondes pour constater que la remarquable facilité avec laquelle elle était arrivée à retirer son bras de sous la poutre métallique était simplement du au fait que celui-ci n’était plus rattaché à son corps. Cette vision troubla Gwendoleen et faillit s’évanouir mais elle n’avait pas le temps de s’apitoyer sur son sort et devait avant tout se mettre en danger. En se relevant, elle fut dans l’incapacité de faire bouger son bras gauche également puisque dans sa chute, la réception violente avec le sol avait causé de multiples fractures qui laissaient même apparaître l’os à certaines endroits.

Heureusement pour la jeune femme, ses jambes semblaient encore fonctionnelles et elle courut, ou du moins, trotta sur quelques mètres, le bras gauche pendant,  avant de s’effondrer définitivement à cause du manque de sang. Ce qui advint par la suite, Gwendoleen ne s’en souvenait pas vraiment. Elle se réveilla dans un lit d’hôpital, la majorité de son corps étant couvert de bandages. A son chevet, se trouvait un homme en blouse blanche d’une cinquantaine d’années avec une enveloppe dans la main.

« Vous avez eu beaucoup de chance officier, encore un peu et vous nous claquiez entre les doigts. »

Gwendoleen essaya de rassembler ses souvenirs et commença à se rappeler de l’attentat des mines. Elle reporta son regard sur ses bras dont les bandages étaient légèrement au-dessus du coude.

« Je vous conseille de ne pas trop bouger, ça ne fait que quelques heures que vous êtes sortis du bloc opératoire. Vous avez perdu votre bras droit sur les lieux de l’attaque et nous n’avons pas pu sauver votre bras gauche. Celui-ci avait subi de multiples fractures et le temps qu’on vous rapatrie jusqu’ici, il montrait déjà des signes de gangrène. Nous avons donc préféré procéder à une amputation afin d’éviter tout signe d’infection généralisée. Ne vous en faites pas, les frais de l’opération et vos nouvelles prothèses ainsi que l’hospitalisation ont été couverts par un bienfaiteur inconnu. Au vu de la qualité de celles-ci, il devait vraiment beaucoup vous aimer. »

La jeune femme soupira un instant, se demandant bien qui avait bien pu agir de la sorte à son égard. Rassemblant le peu d’énergie qu’elle avait encore, elle demanda d’une voix faible :

« Et mon escouade? » Demanda-t-elle simplement

Le médecin secoua la tête de gauche à droite d’un air abattu.

« Ils sont morts ou du moins portés disparus. Leur corps n’ont pas été retrouvés. »

Il tendit ensuite l’enveloppe à la jeune femme.

« Tenez, c’est pour vous. Elle a été envoyée hier mais on m’a interdit de l’ouvrir en dehors de votre présence»

Devant l’absence de réaction de Gwendoleen, le médecin se rétracta en réalisant la stupidité de son geste et l’incohérence par rapport à ce qu’il avait dit plus tôt. Il ouvrit donc l’enveloppe pour en révéler le contenu. Celle-ci était composée de deux papiers ainsi que d’une petite boite en métal. Le premier papier était un rapport officiel des supérieurs de la jeune femme qui stipulait qu’elle avait une permission qui lui octroyait un congé jusqu’à son rétablissement. Le deuxième papier était une lettre de son père. Ne voulant pas la lire à la place de Gwendoleen, le médecin posa la lettre à plat devant elle afin qu’elle puisse la lire sans avoir recours à ses bras.

« Ma chère Gwendoleen,

Je sais que je n’ai pas toujours été tendre avec toi. J’ai appris ce qui c’était passé aux mines de Kharaal Gazar. Je me sens profondément coupable pour la perte de tes bras. Si mon avarice ne m’avait pas poussé à ce que tu entames une carrière militaire pour servir mes propres desseins, tu saurais toujours auprès de nous aujourd’hui. Je ne sais pas si tu pourras me pardonner un jour mais en signe de rédemption, j’ai dépensé une somme colossale pour t’offrir ces nouveaux bras. Tu as travaillé dur pour arriver jusqu’ici et sans doute que l’armée de Daënastre aura encore besoin de tes services dans le futur. C’est pourquoi je t’offre ces prothèses dynamiques qui seront adaptées à ton travail sur le terrain. Malheureusement, ton vieux père n’a pas eu assez d’argent pour y intégrer des modules supplémentaires. Comme tu le sais, ta petite sœur Irylia est encore sous notre tutelle et dépenser l’intégralité de la somme que j’ai amassée ses dernières années pourrait mettre en péril son éducation si nous devions nous retrouvés endettés. Sois rassurée, ma chère fille, je ne reproduirai pas la même erreur avec ta sœur qui t’est si chère et j’espère sincèrement que tu te rétabliras au plus vite.

C. Langeley »

En finissant de lire, Gwendoleen resta perplexe. La jeune fille ne savait pas comment réagir. Depuis quand n’avait-elle plus vu son père ? Il était présent à la cérémonie de remise des diplômes mais elle n’était pas vraiment aller lui parler et s’était juste contenter de le saluer brièvement. Qu’allait-elle faire lorsqu’elle serait rétablie ? La perte de ses deux bras ne l’avait pas vraiment attristé...c’était quelque chose qu’elle voyait souvent en tant que médecin mais c’était surtout la réaction de son père qui la troublait. Elle avait fini par comprendre pourquoi il l’avait envoyé à l’armée mais Gwendoleen ne lui en voulait pas vraiment. Au final, sa vie actuelle lui plaisait jusqu’à cet incident. Elle ne savait plus quoi penser des daënars ou des my’trans. Pourquoi ces attentats ? Et qui plus est, sur des civils. Les mytrans étaient vraiment aussi dépourvus de sentiments qu’on pouvait le croire ? Tant d’interrogations dont Gwendoleen voulait trouver des réponses. Mais pour cela, elle devait aller les chercher elle-même. Peut-être profiterait-elle de son congé pour en apprendre plus sur ce monde. Libérée de ses obligations, elle aurait peut-être enfin l’occasion de voyager à sa guise avant que le devoir ne la rappelle. Qui sait, peut-être que si elle n’était pas morte ce jour-là, c’était que Gwendoleen avait encore un rôle à jouer sur cette terre. En tout cas, la jeune femme était curieuse de découvrir ce que lui réservait le futur.





Dans la vraie vie ?


Quel âge avez-vous ? 25 ans
Comment avez-vous découvert le forum ? Un ami m'a envoyé le lien et après lecture du contexte, ça m'a convaincu de tenter l'expérience
La création de votre fiche a-t-elle été fastidieuse ? Ce n'est pas mon fort d'inventer des histoires et mes personnages se ressemblent beaucoup car ils partagent beaucoup de traits de ma personnalité. J'ai du lire un rp entier pour justifier certains éléments de mon histoire mais sinon je n'ai pas eu de difficultés à élaborer mon histoire une fois que j'ai pu resituer le contexte.
Avez-vous des suggestions pour rendre la validation plus facile ? Pas vraiment
Code du règlement : [Validé par Momo]


Dernière édition par Gwendoleen Langeley le Sam 4 Mai - 21:15, édité 2 fois
En ligne

Bolgokh
Bolgokh
Gwendoleen Langeley Empty
Gwendoleen Langeley EmptySam 11 Mai - 17:00
Irys : 759949
Profession : Créateur de monde à temps partiel
Administrateur
Liste des réputations de Gwendoleen
Réputation principale : Rathram (positive)


Réputation auprès de Daënastre

RÉGIONS
RÉPUTATIONS
POINTS
Ünellia--------
0/30.000
Le Tyorum--------
0/30.000
Rathram--------
10.390/30.000
Vereist--------
0/30.000
Hinaus--------
0/30.000
Daënastre--------
10.440/150.000
Réputation auprès de My'trä

RÉGIONS
RÉPUTATIONS
POINTS
Suhury--------
-2.501/30.000
Zagash--------
-2.501/30.000
Zolios--------
-2.501/30.000
Khurmag--------
-2.501/30.000
Kharaal Gazar--------
-2.501/30.000
Nomades d'Amisgal--------
-2.501/30.000
Nomades d'Orshin--------
-2.501/30.000
My'trä--------
-17.507/210.000
Réputations annexes

GROUPES
RÉPUTATIONS
POINTS
Cités-État pérégrines--------
0/30.000
Cercles de l'aube--------
0/30.000
Ordre de la pénitence--------
0/30.000
Les Danseurs du Crépuscule--------
0/30.000
Les Vigilants--------
0/30.000
La Flamme Noire--------
0/30.000


~ N'hésitez pas à adresser vos questions par MP à Orshin, Dalai ou Möchlog, ils se feront un plaisir de vous aider ! ~

Gwendoleen Langeley
Gwendoleen Langeley
Gwendoleen Langeley Empty
Gwendoleen Langeley EmptyLun 13 Mai - 16:24
Irys : 384929
Profession : Médecin lieutenant-colonel
Daënar +2 ~ Cerka (femme)
Chronologie


Biographie

An 910 : Naissance
An 922 : Entrée à l'académie militaire
An 930 : Diplômée de la composante médicale de l'armée

An 934

6 Juillet : Un réveil difficile (pv : Fabius Solar) (terminé)
Août : Echange de savoirs (pv : Swenn Milazzo )
01 Septembre : Révision annuelle (pv : Kerrah) (terminé)
07 Septembre : Consultation imprévue (pv : Ruby Nyë)
01 Octobre : Vacances mouvementées (pv : July Lahry'Dryka)
02 décembre : Premier entretien (pv : Alex Hawkes)
15 décembre : Tentative de relaxation (pv : Amelia Earhart)

An 935
En ligne

Contenu sponsorisé
Gwendoleen Langeley Empty
Gwendoleen Langeley Empty

Chroniques d'Irydaë :: Gestion du personnage :: Registre des Initiés :: Identités classifiées